NOUVELLES D’HAITI

22 Avr

Former Jamaica PM addresses St Lucia audience:

‘Haiti didn’t jump, it was pushed!’

PJ Pattersons says Haiti has never been forgiven by its former colonial masters.

Most people know that Haiti has a long record of being the poorest country in the western hemisphere, but most don’t know that Haiti was the second country in the hemisphere to free itself from colonialism and the first to abolish slavery. Most people think of voodoo and superstition when they think of Haiti, ignorant of the invaluable wealth that country has brought to Caribbean history, culture and its earliest politics of liberation.
It’s the kind of ignorance that leads many in the Caribbean to support and call for the kind of intervention in Haiti that could subvert the independence of what was once the proudest nation in the world.
PJ Patterson knows a thing or two about Haiti. The former Jamaican prime minister has been appointed special representative of CARICOM to Haiti and has some special responsibilities now that the January 12 earthquake has made everything that was wrong with Haiti that much worse.
That’s probably why St Lucia’s Civil Response Committee to the emergency in Haiti chose him as their first speaker in a public education campaign aimed at clearing all the voodoo about Haiti out of St Lucian minds.
“I know that you have also invited Co-Vice Chancellor Hilary Beckles who has published extensively on Haiti’s history,” Patterson told his audience last Wednesday night at the NIC conference, where just a few weeks ago Nobel Prize winner Wole Soyinka had spoken.
“Given Sir Hilary’s erudition and focus on the subject, his presentation should have preceded mine. He should have opened the batting. But these days whenever you are called to the crease, you have to respond to the call.” Patterson agreed that many misconceptions on Haiti needed to be dispelled.
“Haiti has been portrayed as a failed state and a basket case,” he acknowledged. But while he meant to focus on perspectives in the rebuilding process after on the disaster, he insisted, “I am obliged to begin with a historical context in order to express my own views on the way forward. The truth is Haiti is a state that has been forced to fail.”
It is one of the facts of Caribbean history that many people don’t take the time to acknowledge.
“Haiti won a war of independence against the legendary army of Napoleon Bonaparte,” Patterson said, painting a picture of resilient, intelligent Haitians that the media seldom presents. “They did the unthinkable by establishing a black nation state in the middle of the New World. For that victory Haiti has never been forgotten or forgiven by the colonial masters and has been made to pay a very heavy price.”
Patterson expounded: “All slave based nations including the USA began to fear that Haiti would serve as a model for similar uprisings all over the hemisphere. Some were eventually forced, even by civil war that democracy was inconsistent with slavery. In a very real sense all the African Diaspora owes their subsequent freedoms to the bravery, sacrifice, tactical acuity and determination of Haitian people. As we say in Jamaica, nuff respect to the people of Haiti.”
Even the most one-sided old history cannot deny the legend of Toussaint l’Overture and the triumph of the Haitian Revolution. So what happened? How did this once great nation, the black version of the United States of America come be the superstitious, corrupt bottom-feeder that it is known as now?
The answer is one of the greatest travesties of 19th century history and one of the longest-lasting injustices perpetrated by a colonial power.
“The direct result of their victory was a concerted plan to undermine that success by a strategy of international isolation and the first trade blockade of the emergent nation in the Americas,” Patterson explained. History students know the details. France, encouraged by America, refused to recognize Haiti as a sovereign nation unless Haiti paid France for every single slave who was made free by the Haitian Revolution. Essentially, France gave Haiti a choice between buying her people’s freedom or remaining isolated and unable to trade. The result would have been the same either. The economy of the country was stunted for the next 100 years.
“This was after the end of a period when Haiti was forced to pay reparations to France for just over 100 years,” Patterson said. “Those extortions at today’s rate of conversion would amount to billions of US dollars and much more if you were to calculate it with compound interest. These payments reduced Haiti to near bankruptcy. So Haiti did not jump, it was pushed over the precipice.
“During the 50s,” Patterson added, “in a brief return to democracy introduced major social reforms and showed signs of economic potential.”
That was when General Paul Magloire came to power. He led Haiti until 1956 when he was forced to resign by externally generated turmoil. The man elected to replace him was known as Papa Doc and his regime was one of terror.
“It will go down in history as one of the most repressive and corrupt of modern times, anywhere in the world,” Patterson said. “He maintained a stranglehold through the Macoutes (a brutal kind of secret police). Western powers condoned his atrocities, since he was an avouched surrogate in the war against communism. Human rights and constitutional rules were made subordinate to ideological rectitude as the Western powers saw it.”
The result: Revenues ended up in Swiss bank accounts or the pockets of wealthy elites; the development of the country was stymied; the social fabric torn apart; the rule of law sunverted by the practice of torture. Agriculture was destroyed by the duty free entry of foreign goods. The Haitian farmer was driven out of business. In the early 70s the country provided 90 percent of its food needs. By the end of the 20th century, it was importing more than 42 percent of food requirements. Haiti was the highest per capita consumer of subsided US importer rice in the Western Hemisphere and the largest in the Caribbean. That is the Haiti that most people think of. That is the Haiti that is portrayed by major news networks, not just in America and Europe but in the Caribbean as well.
“Haiti has been repeatedly denied the right and the freedom to chart its own course as a sovereign nation,” Patterson reiterated. “Since the removal of Duvalier, attempts to build a constitutional democracy have been destabilized on two occasions by the removal of President Aristide.”
Patterson paused and then his voice took a different, more personal tone.
“When they took him out like a pirate,” he paused, almost like he needed to collect himself, “and deported him to Africa, I had no hesitation in granting him the right to return to the Caribbean and be reunited with his family.”
What does this all have to do with the earthquake? Surely, Patterson is not one of those conspiracy theorists who think that the disaster was somehow deliberate and targeted. He was merely pointing out that, “Poverty existed long before the earthquake. But it has been greatly exacerbated by the disaster. This is the worst catastrophe in a single nation. The asian tsunami struck three nations. This earthquake struck Port au Prince and the immediate vicinity.”
Patterson thinks that the earthquake, disastrous as it was, has attracted the international spotlight to Haiti, spawning conferences all over the world.
“We in the Caribbean cannot allow that spotlight to disappear once the media frenzy recedes,” he urged. “The devastation must be converted into something positive—an opportunity to build a new economy and a new society.”
He called for CARICOM to finally take full responsibility for Haiti, saying “Haiti itself has chosen a path of development consistent with integration. CARICOM therefore must always be there for Haiti.
“We are not going to become mere passengers on the bus taking Haiti in whatever direction they choose. CARICOM must be the column of the steering wheel while Haiti must be in the driving seat. And we cannot and will not abdicate our responsibility to our kith and kin in their hour of need.”

 

Haïti : Publication de la loi sur la prorogation de l’Etat d’urgence dans le Moniteur
HPN / Posté le 21 avril 2010

Mardi a été publiée dans le journal officiel la loi sur la prolongation de l’Etat d’urgence a informé Joseph Jasmin, ministre chargé des relations avec le parlement.

La publication dans le Moniteur de la loi sur la prolongation de l’Etat d’urgence permettra au gouvernement d’avoir plus de marges de manœuvre pour voler au secours de la population, d’après le ministre Jasmin.

loin d’être une restriction des libertés individuelles, l’Etat d’urgence, poursuit-il, est une catégorie juridique et politique utilisée de manière universelle pour permettre aux dirigeants des pays victimes de catastrophes de pouvoir agir de manière rapide et efficace aux bénéfice des populations.

Le relogement des victimes du 12 janvier à l’approche de la saison cyclonique sera parmi les priorités qui seront traitées dans le cadre de l’application de la loi d’urgence.

Rappelons que la loi sur l’état d’urgence a été votée par les deux chambres.

 

ONG : l’art de monnayer la misère et les catastrophes

Cet article est extrait du journal de nos camarades haïtiens, La Voix des Travailleurs, (organe de l’Organisation des travailleurs révolutionnaires d’Haïti OTR-UCI)

Comme des vautours s’acharnant sur leurs proies, des dizaines d’organisations non gouvernementales (ONG) ont posé leurs tentes en Haïti au lendemain du séisme du 12 janvier 2010 dernier. Leurs flottes de véhicules tout-terrains flambant neufs s’aperçoivent partout et provoquent parfois des embouteillages aux abords de certains camps d’hébergement.
Elles sont venues s’ajouter aux nombreuses autres ONG qui fonctionnaient de façon permanente déjà en Haïti. On les rencontre un peu partout dans le pays et plus particulièrement à Port-au-Prince. Fonctionnant avec une absence totale de transparence, il est difficile pour la population de savoir les tenants et les aboutissants de ces missions dites humanitaires, mais qui bien souvent cachent des projets inavoués. Ces ONG drainent parfois seules, parfois avec l’État haïtien les prêts ou les dons faits en faveur du pays. Comme le sirop attire toujours les fourmis, on comprend pourquoi toutes ces organisations cherchent à apporter « leur aide au peuple haïtien ».
Haïti a bénéficié au lendemain du drame du 12 janvier d’un large élan de solidarité à l’échelle internationale. Çà et là, des collectes de fonds ont été organisées pour venir en aide aux rescapés du séisme. Aux USA, en France, à Saint-Domingue, etc, les gens n’ont pas hésité à donner de l’argent, de la nourriture, du linge. L’émotion et la solidarité ont été presque à la hauteur de la destruction qu’avait occasionnée le séisme, au point que certaines âmes trop crédules se mettaient à rêver de la reconstruction d’une autre Haïti. Mais les réalités ont la tête dure. Le contraste est énorme entre la vie des gens dans les camps d’hébergement et les rêves de plus d’un sur une éventuelle amélioration de la situation à court et à moyen terme.
Dans la tourmente d’un pays en plein chaos où les autorités brillent par leur absence et leur inutilité, les ONG pêchent en eau trouble. Sur les cadavres des centaines de milliers de personnes, au nom des millions de blessés et de sans-abri, des professionnels de l’aide humanitaire concoctent des plans dans tous les domaines : santé, éducation, agriculture, environnement, etc. pour ne pas rater le train ; entendez par là les centaines de millions de dollars qui sont disponibles pour Haïti.
Travaillant sans aucune coordination les unes avec les autres, parfois en se faisant concurrence, il est difficile de voir l’impact des travaux de ces ONG sur la situation générale du pays. Certes leur présence correspond à un certain besoin, la majorité de la population étant livrée à elle-même, l’État étant complètement absent quand il s’agit d’offrir des services à la population. Il n’est pas inutile de rappeler par exemple que plus de 70 % de la population ne sait ni lire ni écrire. Dans certaines communes, l’existence d’une petite école primaire est à mettre à l’actif d’une ONG ou des missionnaires, il en est de même pour l’eau courante, la santé. Dans des zones reculées du pays, la présence d’une fontaine d’eau, d’un dispensaire, d’une petite canalisation est l’ouvre d’une ONG.
Le prix à payer pour ce minimum est toutefois énorme. Ces ONG en général sont des officines qui cherchent à enrichir leurs principaux responsables quand elles ne couvrent pas de véritables actions sordides contre la population au profit de certaines sectes, de certains gouvernements de pays riches notamment.
La présence controversée des ONG n’est pas un bon signe pour une population. Plus ça va mal, plus il y a d’ONG à tourner autour.

 

Coca-Cola investit dans la perle des Antilles

RADIO CANADA / mercredi 21 avril 2010

Un homme et sa soeur construisent un abri dans le quartier Caguas de Port-au-Prince.

Un homme et sa soeur construisent un abri dans le quartier Caguas de Port-au-Prince.

Photo: AFP/Roberto Schmidt

La société Coca-Cola lance un projet agricole en Haïti. Elle en fera l’annonce cet après-midi dans le cadre du Sommet du millénaire de Montréal en présence de dignitaires haïtiens, dont le maire de Port-au-Prince, Jean-Yves Jason.

Le projet baptisé Haïti Hope consiste à développer la culture de la mangue en Haïti et à aider 25 000 agriculteurs à créer une industrie durable de production de jus de mangue. Coca-Cola prévoit investir 7,5 millions de dollars dans ce projet sur une période de cinq ans.

L’argent servira, entre autres, à améliorer la chaîne d’approvisionnement. Actuellement, précise le communiqué de Coca-Cola, de 20 à 70 % des mangues pourrissent avant d’atteindre le marché. Une autre partie des fonds ira à la recherche et au développement, pour trouver les variétés de mangues les mieux adaptées à cette zone tropicale.

Le projet a obtenu l’appui du fonds Clinton Bush pour Haïti. Coca-Cola a aussi annoncé que les profits des ventes de deux de ses boissons Odwalla seraient versés au Projet Haïti Hope.

 

Haïti-Élection: La mission d’évaluation électorale de l’ONU, rencontre le chef de l’Etat

Les membres de la mission d’évaluation électorale de l’ONU ont entamé des consultations auprès des personnalités et institutions haïtiennes et de la communauté internationale afin de déterminer si les prochaines joutes peuvent se tenir avant la fin de cette année.
Les membres de la délégation conduite par le directeur adjoint de la division assistance électorale aux sièges des Nations Unies, Ali-Tatjoudine Diabacte ont eu des entretiens le lundi 19 avril avec le chef de l’Etat haïtien.
Le président Préval a mis l’accent sur la nécessité de renforcer les institutions démocratiques haïtiennes en respectant les échéances constitutionnelles. Il a également rappelé sa détermination à œuvrer en vue d’éviter une nouvelle période de transition en février 2011. Estimant qu’une période de transition est synonyme d’instabilité, le président Préval a mis en évidence la relation étroite entre la réforme constitutionnelle et la stabilité politique en Haïti.

Au cours de leur séjour la délégation, composée de 5 experts et de 4 fonctionnaires des Nations Unies, aura des séances de travail avec les responsables des organisations ayant déjà contribué au processus électoral haïtien dont le National Democratic Institute (NDI), l’Organisation des Etats Américains (OEA), la Caricom et l’IFES.

 

La loi d’urgence modifiée est en vigueur

La loi d’urgence modifié a été publié hier dans le journal officiel Le Moniteur rapporte le ministre chargé des relations avec le Parlement, Joseph Jasmin. Il indique que les autorités s’activent à publier dans le meilleur délai l’arrêté présidentiel qui rendra effectif l’état d’urgence pour la période allant d’avril 2010 à 0ctobre 2011.
Dans le même temps le chef de l’Etat a convoqué les membres du gouvernement en conseil des ministres afin de préparer les autres instruments légaux indispensables pour lancer le processus de reconstruction. Une réunion du conseil des ministres est prévue ce mercredi afin de finaliser l’arrêté portant création de la commission intérimaire et réglementant son mode de fonctionnement assure le ministre Jasmin.
Il n’a pas souhaité faire des commentaires sur l’identité des personnes choisies pour être membre de la Commission Intérimaire de Reconstruction d’Haïti (CIRH). Le chef de l’Etat, les présidents des deux chambres, le secteur privé, les syndicats et les collectivités désigneront des membres au sein du conseil d’administration de la CIRH.
D’autre part les donateurs internationaux ayant contribué à hauteur de 100 millions de dollars ou ayant favorisé un allégement de la dette d’Haïti pourront designer chacun un représentant au sein du conseil d’administration de la CIRH.
L’arrêté déclarant l’état d’urgence devra être publié avant les autres décrets relatifs à la commission intérimaire.

Haïti entame sa deuxième semaine de pénurie d’essence

Un responsable de l’ANADIPP requérant l’anonymat critique le refus du gouvernement d’autoriser la vente de produits pétroliers arrivés le week-end écoulé

Radio Kiskeya / mardi 20 avril 2010,

Un responsable de l’Association nationale des distributeurs de produits pétroliers (ANADIPP), s’exprimant sous le couvert de l’anonymat, a déploré mardi la décision des autorités de ne pas commercialiser un arrivage de produits pétroliers disponible depuis samedi dernier alors que la rareté de l’essence sur le marché vient d’entrer dans sa deuxième semaine.

Le gouvernement aurait ordonné le stockage à Varreux (nord de Port-au-Prince) de ladite cargaison en attendant l’arrivée dans les prochains jours d’une commande nettement plus importante.

Sans préciser si des discussions étaient en cours sur l’utilisation du stock qu’a débarqué le week-end écoulé un tanker, le représentant de l’ANADIPP souligne que les compagnies pétrolières opérant en Haïti maintiennent leur plan de rationnement qui affecte considérablement leur régime de livraison. D’où l’incapacité de la plupart des stations-service à répondre à la demande de plus en plus pressante de clients en panne d’approvisionnement.

A la pompe, c’est la pagaille. Dans une ambiance empreinte de nervosité, le longues files d’attente se forment jour après jour et les automobilistes qui parviennent à se procurer de l’essence sont souvent ceux qui mettent à contribution leurs relations personnelles avec les propriétaires des stations ou s’imposent du haut de leur autorité.

Sur le très florissant marché parallèle, le gallon de gasoline se vend à des prix prohibitifs.

Dans les rues, la circulation tourne au ralenti et les véhicules de transport en commun deviennent rares sur certains circuits de la capitale sans que cette situation n’émeuve le gouvernement Préval/Bellerive.

Des officiels continuent d’affirmer sans broncher qu’il n’y a pas de pénurie de carburant, même si la réalité dit tout le contraire.

 

Haïti-post-séisme : Le ministère de l’Éducation nationale ne peut tenir sa promesse
HPN / Posté le 20 avril 2010

Trois semaines après la réouverture des classes, le ministre de l’Éducation nationale, Joël Desrosiers Jean Pierre, a affirmé lundi que l’État n’a pas les moyens de prendre en charge tous les frais des écoles privées ainsi que leurs professeurs.

Si avant la réouverture des classes après le désastre du 12 janvier, Joël Desrosiers Jean Pierre, ministre de l’Éducation nationale et de la formation professionnelle (MENFP) avait confirmé que l’État haïtien promet de prendre en charge les frais scolaires des élèves ainsi que les salaires des professeurs des écoles privés les plus durement frappées par le séisme, après seulement trois semaines, c’est une autre version qui est entendue.

« L’État ne dispose pas de fonds nécessaires pour payer les frais de toutes les écoles privés ainsi que les salaires de leurs professeurs » a déclaré le ministre de l’Education nationale soulignant que l’État arrive seulement à réunir 18 millions de dollars fournis par deux agences internationales, le FDI (fond de développement industriel) et la BID (banque interaméricaine de développement).

La situation s’annonce difficile pour ses élèves qui n’ont pas encore regagné le chemin de l’école, sachant déjà que certaines modifications ont été apportées au programme académique et au calendrier scolaire. Les examens d’État se dérouleront mi-aout, a annoncé le ministre avant d’ajouter que les épreuves ne pourront pas s’effectuer de la même manière qu’auparavant.

Parallèlement, de nombreux établissements scolaires de l’aire métropolitaine ne sont pas disponibles pour recevoir les élèves. Le Collège Saint-Louis de Gonzague, le Lycée Toussaint Louverture, le Lycée Louis Joseph Janvier, l’institution congréganiste Marie Régine, et certaines écoles nationales de la capitale servent toujours d’abris provisoires.

 

Le gouvernement veut créer une agence de surveillance des risques sismiques

Le chef de l’Etat haïtien, René Préval, préoccupé par les risques sismiques annonce la création prochaine d’une agence chargée de la surveillance multirisque. M. Préval a présidé samedi dernier une séance de travail avec des officiels de l’ONU et des sismologues visant à préparer une campagne de prévention face aux risques sismiques.
Le chef de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti ( Minustah), Edmond Mulet, le représentant adjoint du secrétaire général de l’ONU, Niguel Fisher, et le sismologue Eric Calais avaient pris part à cette rencontre déroulée au quartier général de la mission de l’ONU.
Les participants à cette séance de travail ont identifié les évaluations des bâtiments et des menaces sismiques ainsi que la création de l’agence de surveillance comme les axes principaux du programme. Le gouvernement se propose d’approfondir l’évaluation des édifices lancée depuis plusieurs mois dans la région métropolitaine de Port-au-Prince. Dans une seconde phase les experts devront réaliser une inspection des édifices stratégiques (écoles – hôpitaux etc…) à travers le pays et particulièrement dans les zones se trouvant sur les failles.
Le président Préval révèle avoir sollicité l’appui technique de l’ONU pour la création de l’agence de coordination de surveillance des risques sismiques et de réduction des risques et catastrophes naturelles (séisme, cyclone, inondation. Cette agence ne sera pas une nouvelle structure mais un organe ayant pour tache de coordonner l’action des institutions existantes dont le Bureau des Mines, le Laboratoire National du Bâtiment et la Direction de la Protection Civile (DPC).

 

Haïti-post-séisme:l’OEA menteur, l’opposition pas prête pour des élections
HPN / Posté le 19 avril 2010

Des dirigeants de l’opposition politique ont indiqué lundi qu’ils n’envisagent pas de participer aux prochaines élections avec l’actuel conseil électoral provisoire (CEP), selon eux inféodé au président René Préval.

Le professeur Victor Benoit membre du regroupement « Alternative » et des dirigeants de partis politiques de l’opposition ont rejeté un rapport du secrétaire général de l’OEA, qui a récemment visité Haïti, faisant croire que tous les secteurs du pays étaient prêts à aller aux élections.

« M. Ramdin est un menteur, nous ne sommes pas prêts à aller aux élections maintenant. Il n’y a pas d’élections crédibles possibles avec le président René Préval, a soutenu Serge Jean-Louis de l’organisation politique « Libération ».

« Pas question d’aller aux élections avec ce CEP, c’est une position unanime de tous les partis politiques des regroupements proches de l’Alernative », a répété M. Jean-Louis.

Il a basé son refus sur de précédents scrutins organisés par le gouvernement Préval et qui se sont mal terminés.

« Ce n’est pas à la communauté internationale de dire quelle élection est bonne pour Haïti, c’est aux Haïtiens, aux partis politiques et à la société civile de se prononcer », a déclaré M. Jean-Louis.

Il a enfin suggéré qu’un autre gouvernement basé sur une entente politique entre les différentes forces puisse organiser les élections.

 

Dimanche, 18 avril 2010 13:08

Haiti-ISPAN: Recommandations pour l’avenir du Palais National

Le groupe constitué par l’Institut de Sauvegarde du Patrimoine National (ISPAN), après consultations de divers secteurs de la société, après des consultations techniques sur l’état de conservation du Palais National, formule ses recommandations.
1. Nécessité de prendre en compte les valeurs exceptionnelles du Palais National, en tant que monument historique à part entière :
• Le Palais national construit entre 1913 et 1922 selon les plans de l’architecte haïtien Georges Baussan est, sans conteste, l’expression la plus achevée d’une grande période de l’Architecture en Haïti et est probablement un des plus bel exemple d’architecture néo-classique transplantée en Amérique.
• Les qualités plastiques, architecturales et architectoniques du Palais National en ont fait un des bâtiments les plus importants de l’histoire de l’architecture en Haïti. La réussite architecturale du Palais National tient à la combinaison des deux composantes principales : d’une part, la spontanéité de son assentiment à l’architecture néoclassique, associée à une générosité dans la distribution et le positionnement des espaces, un constant souci de la commodité, une quête permanente de la lumière, une rare précision dans le dessin, et d’autre part, une réelle adaptation aux conditions climatiques.
• Réalisé en béton armé, cet édifice constitue, de plus, une avancée remarquable dans la technologie de la construction en Haïti.
• Siège de la présidence de la république depuis près d’un siècle, le Palais National est le témoin privilégié d’événements importants de l’histoire politique et sociale de la nation.
• Cet édifice possède les trois valeurs définissant un monument historique : une signification, une valeur documentaire et une valeur architecturale. Pour toutes ces raisons, le palais national mériterait largement de rester en place dans la mémoire collective.
2. Nécessité de maintenir le lieu comme siège du Gouvernement
3. Nécessité de privilégier une approche urbaine dans tout projet de restauration du Palais National et de prendre en compte son environnement immédiat. La notion de préservation du patrimoine devrait dépasser celui du monument isolée et s’étendre au quartier (Champ- de-Mars), au centre historique de Port-au-Prince et à la ville.
4. Nécessité de considérer que les exigences de la bureautique moderne s’accommodent mal au fonctionnement du Palais National. Sa restauration ne devrait envisager que les fonctions d’apparat et les activités officielles de la Présidence (réception officielle, réunion du Conseil des Ministres, etc.). a visite du monument historique devrait également être pris en compte. Les fonctions administratives et autres seraient aménagées dans de nouveaux espaces appropriés et construits à cet effet.
5. Nécessité d’élargir la réflexion et d’engager un véritable débat autour de l’avenir du Pa- lais National pour la recherche d’un consensus national sur la question de la restauration du bâtiment endommagé ou la construction d’un nouvel édifice.

 

Joe Jack : «En Haïti, on me considérait comme un extraterrestre»

Le crooner d'origine haïtienne Joe Jack, bientôt 74... (Photo: Ivanoh Demers, La Presse)

Le crooner d’origine haïtienne Joe Jack, bientôt 74 ans, vient de faire paraître sa biographie chez Mémoire d’encrier. «J’avais le désir d’expliquer mon parcours. J’avais un désir d’être missionnaire. Je voulais montrer que les non-voyants ont les mêmes capacités que tout le monde. Que nous sommes des êtres à part entière.»

Photo: Ivanoh Demers, La Presse

Jean-Christophe Laurence
La Presse

Il a connu les nuits chaudes de Port-au-Prince. Joué devant mille personnes à New York. Enregistré une bonne demi-douzaine de disques et connu pas mal de succès comme chanteur de pomme et homme à femmes.

Les Haïtiens d’une certaine génération le connaissent. Mais au Québec, il est presque inconnu, et ce, même s’il vit à Montréal depuis le milieu des années 80. Il aura fallu son autobiographie (L’aveugle aux mille visages), publiée récemment chez Mémoire d’encrier, pour que le nom de Joe Jack se rende jusqu’à nos petites oreilles blanches.

À bientôt 74 ans, l’ancien musicien avait envie de raconter sa vie. Non pas sa vie de chanteur de charme, qu’il considère comme secondaire, mais sa vie d’aveugle, qu’il vit depuis la naissance. «J’avais le désir d’expliquer mon parcours, dit l’ancien crooner, rencontré dans son modeste appartement de Montréal-Nord. J’avais un désir d’être missionnaire. Je voulais montrer que les non-voyants ont les mêmes capacités que tout le monde. Que nous sommes des êtres à part entière.»

Joe Jack a manifestement souffert de sa différence. Figé dans son divan, regard pointé vers l’avant, la main droite peu mobile (cadeau d’un AVC qui l’a terrassé en 2004), il évoque sa jeunesse difficile aux Gonaïves, à une époque où les aveugles étaient systématiquement rejetés, parfois même par leur propre famille.

«Être handicapé visuel, ce n’est pas de la petite bière, explique-t-il. Surtout quand on vient d’un pays sous-développé. En Haïti, on nous considère comme des extraterrestres. Moi, on ne m’invitait nulle part. Dans les pique-niques, je ne servais à rien. Comme je ne pouvais pas avoir les mêmes distractions que les jeunes de mon âge, je restais souvent seul à ne rien faire.»

C’est pour briser l’isolement et «faire sa place au soleil», dit-il, qu’il a choisi la voie musicale. Très vite, le jeune homme s’est rendu compte que son accordéon et sa voix de miel lui permettraient «d’établir des ponts avec les autres», mais aussi de séduire les femmes, une de ses grandes obsessions. Pas étonnant qu’il ait opté pour la chanson de charme, un style tout en douceur qu’il cultivera toute sa carrière.

Le sommet, la clandestinité

Dans les années 70, Joe Jack avait la cote. Avec l’assouplissement de la dictature, la scène musicale de Port-au-Prince vibrait fort. Les contrats abondaient pour le crooner-accordéoniste, qui se produisait régulièrement dans les hôtels et les boîtes huppées de la capitale.

L’ex-musicien n’hésite pas à dire que ce furent là les plus belles années de sa vie. Une période faste, qui culminera avec un spectacle donné devant 1500 personnes au Coconut Grove de New York, où il prendra conscience de sa popularité à l’extérieur d’Haïti.

Cette percée nord-américaine le mène inévitablement à Montréal, où la communauté haïtienne est nombreuse. Mais sa visite, qui devait être temporaire, durera plus longtemps que prévu…

De 1984 à 1992, l’histoire de Joe Jack devient celle d’un immigrant clandestin. De coups foireux en manque d’argent, de malchances en dépression, le musicien étire son séjour dans l’ombre. Sans instruments (il s’est tout fait voler) et sans permis de travail, il cesse de se produire, sinon que dans des soirées privées pas toujours bien payées.

«Pour moi, c’est un peu là que ça s’est arrêté», dit-il.

Ce n’est pas faute d’avoir tenté un retour. Mais en 1992, devenu résident permanent, Joe Jack sent bien qu’il n’est plus dans le coup. «Les clubs fermaient. Les histoires de gangs commençaient, alors les gens ne sortaient plus. J’avais l’impression d’être passé de mode.»

Les années qui suivent, c’est surtout devant son ordinateur qu’il les passera. Habitué depuis son tout jeune âge à la dactylo, le musicien n’a pas de peine à se retrouver face à ce nouveau genre de clavier. C’est d’ailleurs ainsi qu’il a écrit son livre, devinant chaque frappe comme s’il s’agissait d’une note.

Et aujourd’hui? «Je ne fais que me cultiver», raconte ce grand amateur de science et d’électronique, qui partage sa vie depuis 25 ans avec une Québécoise «de souche». Guéri de ses angoisses et de sa tendance dépressive («je l’ai fait seul, sans pilules»), il a définitivement tourné le dos à sa carrière musicale. Ce qui ne l’empêche pas de tâter de son nouveau synthétiseur, un monstre numérique extrêmement complexe qu’il est parvenu à maîtriser, en dépit de sa cécité et de sa paralysie partielle.

«Je n’ai plus l’usage de ma main droite comme avant. Mais je peux jouer encore. Je suis devenu spécialiste du séquençage. Je préprogramme mes chansons en entrant les notes une par une. Ça ne veut pas dire que je veux faire un retour. Pas à mon âge. Avant, je pouvais passer mes nuits à jouer. Mais là, je me fatigue vite…»

 

Tuskegee Airman honored in Oviedo

By Gary Roberts | April 21, 2010

Story image 1 

Honoring the honorable: Tuskegee Airman, Raymond Cassagnol, receiving honors from Congressman Suzanne Kosmas in Oviedo.

A recent ceremony at Oviedo City Hall, awarding a long-deserved honor to a Tuskegee Airman, was steeped in patriotism and history – enough for two countries.

There was the Presentation of the Colors by the UCF Air Force ROTC, the Pledge of Allegiance led by the honoree’s grandson, and a roomful of family and friends singing the National Anthem.

As Congresswoman Suzanne Kosmas presented a replica of the Congressional Gold Medal of Honor to 89-year-old Raymond Cassagnol on April 6, she offered her heartfelt appreciation to one of the first black pilots trained for World War II service at Tuskegee University in Alabama.

"This tells you how proud we are of you for the sacrifices you have made," Kosmas said.

From 1940-1946, some 1,000 black pilots were trained at Tuskegee. This historic U.S. fighter group, renowned for its unmatched record of more than 200 combat missions with few losses, would lead to the end of racial segregation in the U.S. Armed Forces.

For Cassagnol, the first of five Haitian Tuskegee Airmen to earn his pilot wings, his training would lead to his own struggle for justice. His graduation in 1943 would become both a calling, and a call to action.

"To be a pilot was his dream. He loved flying," said Cassagnol’s daughter, Dominique Ballacchino.

Calling her father a "perfectionist," she said his selection to be trained at Tuskegee University was both an honor and a tribute to his own abilities.

As a lieutenant, Cassagnol used his training to log more than 100 hours in Haitian Air Force warplanes defending his homeland against the Nazis, who were based in submarines off the Haitian coast.

The Haitian pilots would patrol the shorelines, eliminating the enemies’ food supply and driving the Nazis out of the area.

This, however, only marked the beginning of his freedom fighting in Haiti, a struggle that, in 1957, would see him become part of the underground resistance movement that arose in opposition to cruel dictator Francois "Papa Doc" Duvalier.

Eventually, his revolutionary activity forced him, his wife and their five children to flee Haiti. They smuggled across the border on foot into the Dominican Republic.

A few months later, in 1962, he would emigrate to the U.S., where he became a naturalized citizen.

But in his memoir, Memoires d’un Revolutionnaire, published in 2004 in French, he still recalls how a young man, who provided them safe passage out of Haiti, was put to death for saving his family.

"I was just a baby at the time," Ballacchino said.

Today, Cassagnol and his wife of 67 years live in Oviedo with Ballacchino, and she is well aware of the importance her father placed on freedom, and the significance of the award he now wears proudly.

"He fought against injustice his whole life; not just segregation in this country, but in Haiti as well," she said. "This was the big theme of his life.

"This is a momentous day. To be recognized as a man of color means a lot to our family. It gives him a sense of accomplishment for what he believed in. He has led an extraordinary life, and this is a culmination for him."

This signature moment, though, was a long time coming. Even longer than for the 287 Tuskegee Airmen who received their Gold Medals of Honor from President George W. Bush in 2007.

Although Cassagnol could not be located for the official ceremony in Washington, D.C., Zellie Rainey Orr, a member of the Southern Roots and Silver Wings Coalition and historian for the Atlanta chapter of Tuskegee Airmen, Inc., discovered the omission when seeking assistance for survivors of the earthquake that recently devastated Haiti.

"When I heard about the earthquake in Haiti, I decided to pursue those Haitian Tuskegee Airmen," Orr said. "I wanted to contact Haitian pilots who trained at Tuskegee to see how they might contribute to the relief effort."

Also thrilled to find another Tuskegee alumnus was John Gay, immediate past president of the regional chapter of Tuskegee Airmen, Inc., who came to Oviedo to honor Cassagnol.

"He’s the last surviving Haitian pilot who trained at Tuskegee," Gay said. "This is one of the things that history has lost. These guys just fell off the radar. We have to do something for them."

For his part, Cassagnol – surrounded by most of his five children, 12 grandchildren and two great-grandchildren – was gracious, humble and overwhelmed by the attention.

"I’m more than thrilled. There are no words," he said.

Oviedo Mayor Mary Lou Andrews managed to offer a few words, but clearly the spotlight was on the Cassagnol and his family.

"In some small way, we get to join in your celebration. We’re so thrilled that you allowed us to host this event," the mayor said. "What a wonderful honor for you, sir."

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :