L’ESSENTIEL DE L’ACTUALITE

10 Août

Publié le 10 août 2010 à 00h00 | Mis à jour à 00h00

Wyclef Jean lance un appel aux Haïtiens du monde

Wyclef Jean, à Port-au-Prince.... (Photo: Reuters)

Wyclef Jean, à Port-au-Prince. Photo: Reuters

Louis-Denis Ebacher
Le Droit

Le 24 juillet dernier, LeDroit rapportait que l’Haïtien le plus populaire au monde était à « quelques formalités » de se présenter à la présidence de son pays natal. Le 5 août, Wyclef Jean confirmait sa candidature à Larry King Live, à CNN. Hier, l’ancien des Fugees a donné un coup de fil dans la salle des nouvelles du Droit s’exprimant sur la diaspora, ses influences, la culture haïtienne, le tremblement de terre du 12 janvier dernier, le Canada et le Québec.

Le rappeur et candidat à la présidentielle haïtienne, Wyclef Jean, interpelle la diaspora haïtienne de partout dans le monde, dans une entrevue exclusive accordée au Droit.

Wyclef Jean s’est exprimé par téléphone, marchant dans les rues de New York, hier après-midi. Il s’apprêtait à s’envoler pour Haïti, prévoyant y atterrir aujourd’hui. Il a laissé savoir au Droit qu’il sera de passage au Canada dans le cadre de sa campagne électorale. « Oui, je vais sûrement passer par le Canada, et j’anticipe déjà y voir de deux à trois mille personnes dans les rues. Ce sera amusant ! »

Le chanteur place la diaspora dans ses priorités pour faire le plein d’appuis. Wyclef Jean s’est gardé de dire dans quelle ville et à quel moment cette visite électorale surviendra. « C’est un peu trop tôt pour en parler. J’attends encore une semaine pour m’assurer que je satisfasse aux exigences », dit-il, prudent.

Il nomme tout de même Montréal en premier, lorsqu’on lui demande quelles sont ses villes canadiennes préférées. Elle compte entre 75 000 et 100 000 de ses compatriotes. L’homme parle aussi de Toronto et de Québec, mais pas d’Ottawa.

« Quand je dis ‘Haïti est ouvert pour les affaires’, rappelle le nouveau politicien, ça commence par sa diaspora, qui y envoie 2 milliards $ à chaque année. » Wyclef Jean n’a pas manqué d’évoquer les membres des communautés haïtiennes du Québec et du Canada, qui font partie de la solution « pour galvaniser et relever » le pays assommé par le tremblement de terre du 12 janvier dernier.

La langue… et l’indépendance

Ses détracteurs lui reprochent son créole « cassé » par ses nombreuses années de réfugié aux États-Unis, et sa méconnaissance de la langue française, pourtant utilisée dans les institutions et les milieux d’affaires haïtiens.

Voilà que M. Jean aborde la nécessité d’intégrer les cours d’anglais dans les écoles haïtiennes. « Je suggère fortement d’inclure davantage de cours d’anglais en Haïti. »

« Je vais gouverner en créole et en anglais, lance-t-il. C’est très important d’avoir une personne capable de voyager partout sur la planète et d’entretenir une conversation avec tout le monde. Mais je m’assurerai d’avoir mon tuteur de français avec moi. C’est très important (puisque) je ne m’exprime pas aisément en français. Vous et moi devrions pouvoir converser et parler du futur. »

Le rappeur sait qu’il devra suivre des cours de français, s’il est élu. « Le pays a parlé français pendant 200 ans. Pour l’avenir du pays, oui, la nation a besoin de parler français, créole, espagnol, anglais […] Mais on doit d’abord se concentrer sur la création d’emplois. » L’urgence de l’éducation, « avec 52 % d’analphabètes », dit-il, va de pair avec la nécessité de redresser l’agriculture, « et cesser de tout importer pour être capable d’exporter ».

La question de l’indépendance d’Haïti, dont les institutions et l’économie sont à genoux, a surgi au moment où le candidat a affirmé que « l’indépendance d’Haïti commencera avec le retour de la diaspora à la maison, et lorsqu’elle y reprendra les affaires ».

Wyclef Jean s’est présenté au NASDAQ, le 23 juillet dernier, pour sonner la cloche de l’ouverture des marchés boursiers. LeDroit rapportait le lendemain que sa mise en candidature n’était plus qu’une « question de formalités », ce qui a été confirmé la semaine dernière, lors de son passage à Port-au-Prince.

Gangs de rue

La violence dans les rues de la capitale haïtienne inquiète le candidat, qui aborde au passage la situation des jeunes désoeuvrés de la diaspora au Canada et aux États-Unis, en péril dans des gangs criminalisés. « Quand je pense à l’immigration, et à combien d’Haïtiens font partie de ces communautés, mon coeur se met à battre très fort. Tellement de communautés ont mal tourné. Certains de ses enfants vont en prison, d’autres sont tués et d’autres se retrouvent devant les cours de justice. »

En Haïti, explique Wyclef Jean, les jeunes doivent avoir accès à des programmes et à l’éducation pour éviter de sombrer dans l’école du crime.

« Quand les gens ont mis dehors Jean-Bertrand Aristide, une éruption de violence est survenue. Si on peut trouver des alternatives et des programmes pour que ces jeunes de la communauté sentent qu’ils font partie de la famille, je pense qu’ils vont choisir une autre voie. »

Wyclef Jean répète à toutes les foules que l’éducation est la voie à privilégier pour sortir son pays du marasme. « Rebâtir la capitale, c’est important, mais reconstruire les esprits l’est aussi. Le plan pour l’école, c’est comment tu achemines les dons aux familles pour leurs jeunes. Si la jeunesse ne peut pas lire, elle ne peut pas naviguer dans le 21e siècle. »

 

Préval laissera un pays "en feu", en cas de "coup d’état électoral", avertissent des partisans du candidat Cristalin

Le chanteur Jean Renel Bruno dit "Ti Pay" et Rony Thimotée décochent des flèches contre le chef de l’Etat qui se préparerait à faire plébisciter son nouveau dauphin, Jude Célestin, par "son CEP" au détriment d’autres candidats à la présidence

Radio Kiskeya / lundi 9 août 2010

Deux partisans attitrés du ministre des affaires sociales, Yves Cristalin, candidat aux prochaines présidentielles sous la bannière de "òganizasyon Lavni" (Organisation l’Avenir), ont dénoncé lundi un "plan" du Président René Préval visant à "éliminer les aspirants populaires" et menacé de broyer le pouvoir avec la déferlante Lavalas si le chef de l’Etat persiste à orienter les prochaines élections en faveur de son poulain, Jude Célestin.

Dans une interview à Radio Kiskeya, le chanteur Jean Renel Bruno surnommé "Ti Pay" (Petite Paille) s’est adressé directement à René Préval pour le mettre en garde contre sa tentation de sortir de son rôle d’homme d’Etat pour devenir le patron du Conseil électoral provisoire qui serait "totalement soumis".

Le Président aurait l’intention d’imposer au pays Célestin comme son successeur au détriment des "principales figures populaires" engagées dans la course. L’artiste cite notamment Myrlande Manigat (RDNP), Charles Henry Baker (Respè), Jacques-Edouard Alexis (MPH) et Yves Cristalin.

"Si par malheur, Président, vous décidiez d’empêcher le peuple de se choisir son leader, Jude Célestin ne pourrait même pas tenir quatre ou cinq mois au pouvoir", a lancé l’air courroucé l’ex-membre du collectif des "artistes pour la paix" ayant soutenu la candidature de Préval en 2006.

Loin de baisser le ton, plus loin, "Ti Pay" évoque l’idée du décernement d’un "mandat d’arrêt international" contre le chef de l’Etat suivie de son "arrestation" pour sanctionner son implication éventuelle dans des magouilles électorales au profit de son camp contrairement à son "image d’homme sérieux".

"Le pays serait noir de fumée" face à toute confiscation du vote populaire lors des présidentielles de novembre, a poursuivi le très disert musicien qui appelle à la mobilisation les quarties populaires de la capitale, Cité Soleil, Bel-Air, Fort Touron, Grand-Ravine et Solino.

Le chanteur Rasin ne s’est pas fait prier pour pointer du doigt un "clan" regroupé autour de M. Préval et qui serait notamment constitué des Sénateurs de INITE John Joël Joseph (ouest) et Moïse Jean Charles (nord) et le chef d’OP René Momplaisir. Accablé d’accusations diverses d’homme de main habitué à de sales besognes, ce dernier aurait fait savoir à Ti Pay, sur un ton menaçant, que "Yves Cristalin ne sera pas Président d’Haïti".

Jean Renel Bruno a enfin exhorté les "artistes pour la paix" Fredo (Kanpèch), Jacques Sauveur Jean, Don Kato (Brothers Posse) et Boulo Valcourt à se ressaisir et à sortir à temps des rangs de INITE en ayant à l’esprit que l’argent ne doit pas être leur seule boussole. Dans le cas contraire, ils pourraient même se trouver dans l’impossibilité de circuler au volant de leur véhicule, prévient-il.

S’exprimant avec la même hargne, Rony Thimotée, qui s’autoproclame représentant de la base de Fanmi Lavalas, dénonce lui aussi un "plan machiavélique" du Président Préval dont la finalité serait l’éviction des candidats les plus représentatifs et la victoire taillée sur mesure de Jude Célestin, directeur du Centre national des équipements (CNE) avant d’être propulsé par la plateforme au pouvoir INITE dans la course présidentielle.

"Rien ne pourra résister au torrent Lavalas qui emportera tout sur son passage", a menacé le partisan d’Yves Cristalin basé au Bel-Air en appelant le locataire du Palais National (siège de la présidence) à mettre fin immédiatement à sa mainmise sur le CEP.

Rony Thimotée, qui exige la tenue d’élections libres, honnêtes et démocratiques, soutient avec moquerie que personne n’est responsable de la décision du régime Préval de désigner "un candidat n’ayant aucune base populaire ni les deux pieds sur terre".

Au moins une dizaine des 34 prétendants inscrits se situent à la fois dans le giron du pouvoir et dans l’horizon politique de Lavalas, secteur dont ils se réclament ou se servent comme tremplin pour exploiter à fond son présumé électorat de masse.

Parallèlement, René Préval, passé maître dans l’art des scénarios et des manipulations fondés sur les contradictions politiques et sociales, doit aussi désormais compter avec les ambitions et la rébellion de certains engagés dans une guerre de succession de plus en plus féroce autour du fauteuil d’un Président en fin de mandat et de carrière.

La liste des candidats retenus par le CEP sera publiée le 17 août dans la perspective des élections présidentielles, fixées comme les législatives, au 28 novembre prochain.

 

34 potentiels candidats inscrits, dont 3 femmes et 4 indépendants

P-au-P, 09 août 2010 [AlterPresse]— 34 personnalités, dont 3 femmes [une ancienne sénateure d’élections contestées en janvier 1988, une actuelle mairesse et une ancienne ministre de la santé publique 2004-2006] ont fait acte de candidature et attendent l’autorisation (le 17 août) du Conseil électoral provisoire (Cep) pour participer à la présidentielle du 28 novembre 2010, apprend l’agence en ligne AlterPresse, au terme de la fermeture des opérations d’inscription, dans la soirée du samedi 7 août.

La liste des candidates et candidats, agréés pour la présidentielle sera connue le 17 août prochain, conformément au calendrier électoral en vigueur.

Entre-temps, la direction juridique du Cep procède au traitement des dossiers de candidature.

Parmi les personnalités, à avoir soumis (à la fin du processus d’inscription le samedi 7 août 2010) leurs documents au Cep, décrié par les principaux partis et regroupements politiques de l’opposition ainsi que des organisations de la société civile, figurent quelques têtes connues, comme Mirlande Hyppolite Manigat du Rassemblement des démocrates nationaux progressistes (Rdnp), Charles Henry Jean-Marie Baker de « Regwoupman sitwayen pou espwa” (Respè), Chavannes Jeune de l’Alliance chrétienne et citoyenne pour la reconstruction d’Haïti (Accrah), Claire Lydie Parent (actuelle mairesse principale de Pétionville, à 6 km à l’est de la capitale) de Konbit pou refè Ayiti (Kpra), Gérard Blot de la « Platfòm 16 desanm » (Plateforme 16 décembre).

Un dissident du parti présidentiel « Inite », Jacques Edouard Alexis, s’est également inscrit sous la bannière du Mouvement pour le progrès d’Haïti (Mph), au motif que la direction de la plateforme présidentielle « Inite » (Unité) a jeté son dévolu sur le directeur du Centre national des équipements (Cne), Jude Célestin.

Des proches du mouvement lavalas se sont aussi enregistrés.

C’est le cas de l’ancien premier ministre Yvon Neptune, délégué par le parti Ayisyen pou Ayiti (Haïtiens pour Haïti) ; de l’actuel ministre des affaires sociales et du travail (Mast), Yves Christallin, inscrit sous la bannière de « Lavni » (L’avenir) ; de l’ancien ministre de l’éducation nationale, Leslie Voltaire, mandaté par la plateforme « Ansanm nou fò » et du notaire Jean Henry Céant du parti « Renmen Ayiti » (Aimer Haïti)

4 indépendants, dont l’ancienne ministre de la Santé publique Anne Marie Josette Bijou, Kessler Dalmacy, Duroseau Vilaire Cluny et Mario Eddy Gabriel Rodriguez ont également soumis leurs pièces au Cep.

Des artistes figurent aussi parmi les prétendants à la magistrature suprême de l’Etat.

Il s’agit de la star du hip hop Wyclef Jeannel Jean qui représente le parti « Viv ansanm » (Vivre ensemble) et de l’autoproclamé « président du compas », le chanteur Joseph Michel Martely dit « Sweet Micky « qui s’est fait enregistrer sous la bannière de « Repons peyizan » (Réponse des paysans).

Sur la liste des postulants à la présidence, se trouvent aussi : l’actuel sénateur Jean Hector Anacacis, réputé proche du président René Garcia Préval [il a été élu en 2006 sous la bannière de la plateforme « Espwa » (Espoir) de Préval, dissoute au profit de « Inite »], qui est envoyé comme candidat par le mouvement démocratique de la jeunesse haïtienne (Modejha) ; l’actuel maire de la commune de Delmas (périphérie nord-est de la capitale), Wilson Jeudy, de « Fòs politik 2010 » (Force politique 2010) ; l’actuel ambassadeur d’Haïti à Washington, Raymond Joseph du parti démocrate institutionnaliste (Pdi) ; le veuf de l’avocate Mireille Durocher Bertin, Jean Bertin pour le parti socialiste d’Haïti (Psh) ; Axan Delson Abellard du parti « Konbit nasyonal pou devlopman Ayiti » (Knda) ; Léon Jeune (ancien chef de la police nationale) pour le parti « Konbit pou liberasyon ekonomik » (Kle), Garaudy Laguerre du « Mouvman Wozo ».

La liste est complétée par d’autres candidats peu connus, dont : le directeur général de l’autorité portuaire nationale (Apn) Eric Charles pour le Penh, Olicier Pierriche pour le parti “Reconstruire Haïti”, Paul Fleurival Arthur pour « Vwasinaj » (Voisinage), Pierre Canon Armand pour le Ppl, Lavarice Gaudin pour « Veye yo », Génard Joseph pour Solidarité, Jacques Eugène Philippe pour le parti social rénové (Psr), René Saint-Fort pour le parti réformiste national (Prn). Menelas Vilsaint pour » Le National » et Charles Henri Voight pour le Mrdh. [cer rc apr 09/08/2010 13:01]

Notes.

Liste des candidates et candidats potentiels (par ordre alphabétique) à la présidentielle de novembre, en attendant le verdict du Cep le 17 août 2010 :

1. ABELLARD Axan Delson ( Konbit Nasyonal pou Devlopman, Knda) ;

2. ALEXIS Jacques-Edouard (Mobilisation pour le Progrès d’Haïti, Mph) ;

3. ANACACIS Jean-Hector (Mouvement Démocratique de la Jeunesse Haïtienne , Modejha) ;

4. ARTHUR Fleurival Paul (Vwazinaj) ;

5. Armand Pierre Canon (Ppl) ;

6. BAKER Charles Henry Jean-Marie (Respè) ;

7. BERTIN Jean (Parti socialiste haïtien, Psh) ;

8. BIJOU Anne Marie Josette (Indépendante) ;

9. BLOT Gérard Marie Necker (Platfòm 16 Desanm) ;

10. CÉANT Jean Henry (Renmen Ayiti) ;

11. CÉLESTIN Jude (Inite) ;

12. CHARLES Eric Smarcki (Penh) ;

13. CLUNY Duroseau Vilaire ( Indépendant) ;

14. CHRISTALLIN Yves (Oganizasyon Lavni, LAVNI) ;

15. DALMACY Kesler (Indépendant) ;

16. GAUDIN Lavarice (Veye Yo) ;

17. JEAN Jeannel Wyclef (Viv ansanm) ;

18. JEUDY Wilson (Fòs 2010) ;

19. JEUNE Jean Chavannes (Alliance chrétienne citoyenne pour la reconstruction d’Haïti, Accrah) ;

20. JEUNE Léon J. (Konbit liberation ekonomik, Kle) ;

21. JOSEPH Génard (Solidarité) ;

22. JOSEPH Raymond Alcide (Parti démocrate Institutionnel, Pdi) ;

23. LAGUERRE Garaudy (Mouvman Wozo) ;

24. MANIGAT Mirlande Hyppolite ( Rassemblement des démocrates nationaux progressistes, Rdnp) ;

25. MARTELLY Michel Joseph (Repons peyizan) ;

26. NEPTUNE Yvon (Ayisyen pou Ayiti) ;

27. PARENT Claire-Lydie (Konbit Pou Refè Ayiti , Kprh) ;

28. PHILIPPE Eugène Jacques (Parti social rénové, Psr) ;

29. PIERICHE Olicier (Reconstruire Haïti, RH) ;

30. RODRIGUEZ Mario Eddy Gabriel (Indépendant) ;

31. St-FORT René (Parti Réformiste National, Prn) ;

32. VILSAINT Menelas (Le National) ;

33. Voight Charles Henri (Mrdh) ;

34. VOLTAIRE Leslie ( Plateforme Ansanm Nou Fò).

 

Jacques Edouard Alexis s’en fait pour la démocratie

P-au-P, 9 août 2010 [AlterPresse] — Le plus important, c’est de préserver la démocratie, déclare le nouveau candidat à la présidentielle de novembre 2010, l’ex premier ministre Jacques Edouard Alexis, au cours d’une conférence de presse ce lundi 09 août, à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

« Il faut, à tout prix, protéger la démocratie dans le pays », indique l’ex premier ministre du président René Garcia Préval (1999-2001 et 2006-2008), deux jours après le dépôt de sa candidature pour la présidence au Conseil électoral provisoire (Cep) sous la bannière du parti Mobilisation pour le progrès d’Haïti (Mph) de l’homme d’affaires Samir Mourra.

« Il y a beaucoup de pas décisifs et importants, qui ont été faits dans la construction de cette démocratie, et beaucoup de réalisations ont été accomplies. Je crois que le plus important pour nous, c’est de pouvoir préserver et garder jalousement ces conquêtes », prône t-il.

Ces déclarations interviennent, alors que des partis de l’opposition persistent à critiquer le Cep et le gouvernement, qu’ils accusent de vouloir réaliser, en novembre 2010, une présidentielle et des législatives truquées visant à maintenir (par personnes interposées) le chef de l’Etat au pouvoir.

Jacques Edouard Alexis n’a, pourtant, jamais critiqué ouvertement le processus électoral, initié en juillet 2010, auquel il a d’ailleurs choisi de participer, en dépit de son éviction du parti présidentiel « Inite » (Unité).

« Inite » lui a préféré (en dernière minute) l’ingénier Jude Célestin, le tout nouveau démissionnaire (vendredi soir 06 août 2010) du Conseil national des équipements (Cne), organisme de l’Etat chargé (à date) de la construction de routes et autres travaux publics, lequel organisme a transporté des milliers de cadavres et de tonnes de débris issus du tremblement de terre du 12 janvier 2010.

En plus des candidatures à la présidentielle des chanteurs Wyclef Jeannel Jean et Joseph Michel Martelly, cette éviction et la décision d’Alexis de représenter Mph constituent l’un des plus grands coups de théâtre dans le processus électoral, qui verra s’affronter 34 candidats [dont seulement 3 femmes / une ancienne sénateure d’élections contestées le 18 janvier 1988, une mairesse Claire Lydie Parent et une ancienne ministre de la santé Josette Bijou] pour le poste de président de la République, alors que sa candidature sous la bannière de « Inite » avait été annoncée depuis plusieurs jours.

Préval l’avait déjà désigné comme prochain représentant du parti aux élections, selon l’ex-premier ministre.

Cependant, l’actuel ministre de la justice et de la sécurité publique du gouvernement de Joseph Jean Max Bellerive, Paul Denis, l’un des conseillers de Préval, l’aurait poussé à se rétracter, arguant que Jacques Edouard Alexis a constitué un clan opposé au clan Préval, explique le candidat à la présidence désormais sous la bannière de Mph.

« Le président Préval et moi-même avons des personnalités différentes…nous n’avons pas toujours été d’accord sur tout », rapporte Alexis, précisant ne garder aucune amertume par rapport à son départ de « Inite ».

« Je n’ai aucun doute quant à mon acceptation, comme candidat à la présidence, par le Cep le 17 août prochain. affirme Jacques Edouard Alexis.

Toutes les pièces, requises pour sa candidature, ont été fournies au conseil, selon lui.

Et la question de décharge – si elle est évoquée comme raison de son exclusion des joutes – représenterait « une violation » de ses droits civils et politiques, ajoute le candidat à la présidentielle de novembre 2010.

Soulignant avoir entamé cette démarche auprès du parlement, depuis février 2009, il s’interroge sur la position adoptée par le président du sénat, Kelly Clédor Bastien (son collègue à « Inite » jusqu’à samedi 07 août 2010), qui ne lui a transmis aucune lettre de réception de sa demande, au contraire du président de la chambre des députés, Levaillant Louis Jeune.

Réformer l’Etat ?

Alexis annonce la reforme de l’Etat comme première priorité de son gouvernement, s’il est élu.

Une promesse qu’il n’a pas tenue lors de ses deux passages, comme chef de gouvernement de Préval durant les périodes 1999-2001 et 2006-2008.

« L’Etat ne doit pas prendre parti dans l’application de la loi et doit pouvoir faire respecter son autorité dans toutes les circonstances. Mais surtout, il doit mettre en place tous les services qui permettront aux citoyens de fonctionner comme il faut », proclame Alexis.

Pour ce faire, le candidat de Mph promet, d’ores et déjà, d’ « éliminer la corruption », permettant, du même coup, d’encourager des investissements dans le pays ainsi que la création d’emplois.

« Nous n’affichons aucun penchant pour nous ériger en messie. La remise sur pied de notre pays, lourdement abimé, nécessitera la conjugaison des efforts de toutes les couches de la société et de tous les compatriotes, y compris ceux de la diaspora », examine le candidat à la présidentielle de novembre 2010.

Concernant sa politique étrangère, Jacques Edouard Alexis se dit intéressé à « diversifier les relations d’amitiés » dans « le respect et la récupération de notre souveraineté nationale ».

Après avoir été, sous la présidence de René Préval, ministre de l’éducation nationale, puis premier ministre à deux reprises (1999-2001 et 2006-2008), entre autres, Jacques Edouard Alexis avait reçu, le samedi 12 avril 2008, un vote de censure du sénat haïtien lors des « émeutes de la faim », marquant sa dernière apparition politique jusqu’à sa candidature officielle.

 

RADIO METROPOLE / Lundi, 9 août 2010 07:15

Jude Célestin, candidat à la présidence de la plateforme présidentielle

Le directeur de la puissante entreprise publique de construction, Centre National des Equipements (CNE), Jude Célestin, est le candidat de la plateforme présidentielle pour les élections du 28 novembre. Originaire de Jacmel, M. Célestin a bénéficié de l’appui de nombreux membres du directoire de Inité, opposés à l’ex Premier Ministre Alexis.
Accompagné d’un imposant dispositif sécuritaire, M. Jude Célestin a confirmé aux journalistes regroupés devant le CEP que dans un premier temps il n’avait pas envisagé d’être candidat à la présidence.
Les réalisations importantes du CNE, après les inondations de 2008 et le violent séisme de janvier 2010 sont liées avec M. Célestin. Le coordonnateur de Inité Joseph Lambert le présente comme " Jude CNE".
M. Célestin est le protégé du chef de l’état. Il avait dirigé le CNE au cours du premier mandat de M. Préval entre 1996 -2001. Après le renvoi de Alix Lorquet ( incarcéré pendant 1 mois), Jude Célestin est revenu au CNE qui a engrangé au cours de ces dernières années plus de 50 millions dollars d’investissements en matériels lourds.
La désignation de M. Célestin aura peut être permis d’éviter une fracture au sein de Inité. Les principaux dirigeants de cette plateforme, les sénateurs Joseph Lambert et Kelly Bastien et le ministre Paul Denis, ont promis de supporter le jeune candidat à la présidence.
D’habitude en retrait dans son rôle de technicien, Jude Célestin a dans ses premiers propos mis l’accent sur la nécessité d’œuvrer pour la stabilité. Il prône la cohésion entre les secteurs de la vie nationale afin de garantir la stabilité. Il estime que les investisseurs et la communauté internationale ont leur rôle a jouer dans le développement du pays.
La jeunesse de Jude Célestin, qui dans d’autres circonstances aurait été un handicap a été un atout avouent des dirigeants de Inité. Ce ingénieur formé en Suisse n’a aucune expérience politique alors qu’il se lance dans la course pour la magistrature suprême. Un déficit qui curieusement peut être transformé en argument positif, les expériences politiques en Haïti sont souvent encombrantes lors des campagnes électorales.

 

Haïti – Insécurité : Kidnappings en série
HAITI LIBRE – 09/08/2010 13:10:37

Haïti - Insécurité : Kidnappings en série

Après le kidnapping d’un petit garçon de 2 ans, le mois dernier à Thomassin, dans les hauteurs de Pétion Ville, la commune de Pétion Ville a été de nouveau le théâtre de l’enlèvement de 3 personnes cette fin de semaine.
Dans la soirée de dimanche, 4 jeunes (2 hommes et deux jeunes filles) à bord de leur 4X4 sont tombés dans une embuscade sur la route de Frères. Selon des témoins, les deux jeunes garçons étaient descendu de leur véhicule pour acheter des cigarettes lorsqu’ils ont été attaqués. Les deux jeunes filles restées dans le véhicule ont été prise en otage par les individus armés.
Vendredi 6 août, dans la soirée, c’est une résidence à Fermathe 53 qui a été investie par des individus lourdement armés, les propriétaires ont été agressés violemment, la maison a été cambriolée et une petite fille de 4 ans a été enlevée.
Fermathe, Laboule et Thomassin sont devenues des zones dangereuses ou il n’est pas bon de sortir lorsque la nuit tombe. La population vie dans la peur et se dit préoccupée du manque de sécurité malgré des renforts de police ces dernières semaines.
Les forces de l’ordre quant à elles, déplorent chaque fois le manque de moyen mis à leur disposition, les enquêtes piétinent et les criminels redoublent d’audace et multiplient les enlèvements sans que rien ne laisse croire que la situation va s’améliorer. La population de la commune de Pétion Ville se dit très inquiète.

 

Bush vient voir comment ça va en Haïti
HAITI LIBRE – 09/08/2010 14:11:41

Haïti - Reconstruction : Bush vient voir comment ça va en HaïtiAlors que le président Obama se prépare à se rendre ce soir à Dallas pour une collecte de fonds, Dallas, George W. Bush se prépare à se rendre en Haïti demain dans le cadre de ses activités liées au Fonds Clinton-Bush Haïti (CBHF), qui a été créé après que le président Obama a demandé aux ex-présidents Bush et Clinton de collecter des fonds pour aider le peuple d’Haïti à la suite du séisme du 12 janvier dernier.
L’ancien président américain « va écouter les haïtiens lui parler de la situation qui prévaut dans leur pays » et il s’entretiendra avec les équipes qui travaillent à la reconstruction, dont le financement provient du fonds qu’il a créé avec Bill Clinton. Bush espère que son voyage va attirer l’attention internationale sur les besoins d’Haïti et que cela va encourager les américains à continuer à se montrer généreux. Une chose est certaine, ce voyage en Haïti ne sera pas de tout repos pour l’ex-président américain dont la côte de popularité en Haïti est à son plus bas et dont l’accueil risque d’être chaud.
Rappelons, comme le souligne Bush « le CBHF se concentre principalement sur le long terme, la reconstruction économique durable destiné à aider le peuple d’Haïti en créant des emplois en stimulant des opportunités économiques ».
Jusqu’à présent dans la reconstruction d’Haïti, Bush a gardé un profil bas et ne s’est guère prononcé publiquement sur la situation en Haïti. Sans doute, comme l’insinuent ses détracteurs [démocrates] il est trop occupé à la rédaction de ses mémoires qui doivent être publiée une semaine après les élections.

 

Abris transitoires, la vrai réalité au delà des discours
HAITI LIBRE – 09/08/2010 16:09:27

Haïti - humanitaire : Abris transitoires, la vrai réalité au delà des discours

Financement des abris provisoires
Les agences du Groupe Sectoriel «Abris et Articles Non Alimentaires» prévoient de construire 137,017 abris provisoires, dont 114,738 (ou 84%) sont à ce jour financés.
Chiffres globaux de l’état d’avancement de la construction des abris provisoires (3 août 2010)

  • 7,242 abris provisoires ont été construits
  • 1,000 sont en cours de construction.
  • 16,790 abris provisoires (le matériel nécessaire est entreposé sur le territoire (lles agences sont en attente de l’identification et de la préparation de terrains pour leur installation)
  • 34,835 nouveaux abris (matériel nécessaire) est en cours d’acheminement vers les ports haïtiens et donc non encore parvenu en Haïti.

État des lieux de la construction d’abris provisoires :
Malgré un démarrage difficile, la construction des abris provisoires a commencé sérieusement à Port-au-Prince. Le travail de drainage et de lutte contre les inondations a déjà commencé sur les sites de l’ancien aéroport militaire et de Corail. La présence d’abris informels sur les terrains réservés aux abris provisoires continue de freiner l’avancement de la construction. Cette lenteur peut être aussi imputée aux difficultés de réception du matériel ainsi qu’aux problèmes de sécurité (vols et menaces contre les agences).
La situation des cinq camps suivant (Ancien Aéroport Militaire, Carradeux, Corail-Cesselesse, Fort National et Tabarre Issa) ne représente qu’une faible portion des personnes ayant un besoin de soutien en terme de logement/hébergement sur Port-au-Prince; le travail est toujours en cours dans la ville afin de répondre à l’ensemble de ces besoins.
Terrain en face de l’Ancien Aéroport Militaire:
Le site a été préparé et le projet de la Piste a été lancé.
Critères de sélection des bénéficiaires:
1. Familles affectées par le séisme du 12 Janvier
2. Familles résidant dans des abris d’urgence dans le camp "La Piste"
3. Familles locataires avant le tremblement de terre
4. Familles sans maison dans laquelle elles pourront retourner
5. Familles avec des enfants ou une femme comme chef de famille
6. Personnes âgées vivant seules, personnes ayant subi une amputation ou personnes avec un handicap physique.
Carradeux:
L’enregistrement des bénéficiaires par CRS sera terminé cette semaine. La semaine prochaine, quelques familles vont être sélectionnées pour tester un processus permettant d’aider les bénéficiaires à retourner là où ils habitaient avant le séisme. Ces familles recevront une assistance comprenant le déblaiement de leur terrain, la construction de latrines ainsi que la réparation et/ou construction d’abris provisoires.
Autres sections (Carradeux)
Pour l’instant les travaux n’ont pas commencé puisque l’agence cherche à relocaliser les familles se trouvant actuellement sur les sites et ce par la réparation de leurs maisons et le nettoyage de leur site d’origine. Les familles vivant à Carradeux qui faisaient partie de la relocalisation du site autorisée par le gouvernement et qui ne peuvent pas retourner à leur domicile seront les premiers récipiendaires des solutions d’hébergement.
Corail-Cesselesse:

  • Secteur 1 : Aucune agence n’est encore été désignée pour construire les abris provisoires. Le terrain est occupé par des abris informels, ce qui rend la préparation du site impossible, malgré qu’OIM a les fonds pour effectuer ce travail.
  • Secteur 2 : World Vision a planifié de construire les abris provisoires dans le Secteur 2 mais le terrain est occupé par des abris informels, ce qui rend la préparation du site impossible, malgré qu’OIM a les fonds pour effectuer ce travail.
  • Secteur 3 : Site préparé, malgré l’attente du sable et des graviers. L’OIM a complété 28 abris et 60 autres sont prêts à être mis en place. OIM estime pouvoir installer 650 abris pour fin septembre et 350 de plus pour fin octobre à condition qu’il n’y ait pas de délais. Les bénéficiaires logés sur ce site vont vivre temporairement sur un site transitoire pendant la construction de leur abris. Les familles venant des camps menacés par les inondations seront prioritaires.
  • Secteur 4 : Le site est nettoyé et drainé, les infrastructures d’approvisionnement d’eau potable et d’assainissement ont été construites. World Vision a complété une dizaine de bases pour les abris provisoires mais n’a pas pu débarquer ces matériaux de construction du camion la semaine passée du fait d’une manifestation par les résidents du camp qui souhaitaient être payés. Il y reste des défis de sécurité et protection des matériaux. L’agence doit ralentir son progrès afin de sécuriser son site et pouvoir relancer la production des abris provisoires.

Fort National:
La Croix Rouge Espagnole attend que les sites de Fort National soient nettoyés de leurs débris. Les bénéficiaires seront sélectionnés par le Gouvernement haïtien.
Tabarre Issa:
L’agence Concern Worldwide va construire un atelier sur le site avant de commencer le travail. Pour le moment, l’agence a construit 3 abris provisoires et est en mesure d’en ajouter en avantage dans les prochaines semaines. Tous les résidents de Tabarre Issa recevront un abris provisoire. Un nombre limité de cas vulnérables pourront être inclus, notamment les personnes âgées, les familles mono-parentales, les familles dont au moins un des membres est handicapé, les femmes enceintes ou avec enfants et des survivants de violence sexuelle. Un expédition marine contenant la plupart du matériel prévu pour Tabarre Issa arrivera Port-au-Prince dans deux semaines; le construction en masse pourra commencer lorsque le matériel aura passé la douane.

Tableau constructions et prévisions en Haïti 3 août 2010

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :