ACTUALITES

18 Août

Haïti – CIRH : 1.6 milliards de projets, tous les détails
HAITI LIBRE – 17/08/2010 16:10:28

Haïti - CIRH : 1.6 milliards de projets, tous les détails

Lors de la deuxième réunion de la Commission Intérimaire pour la Reconstruction d’Haïti (CIRH) qui s’est tenue ce mardi 17 août à l’hôtel Karibe à Pétion-Ville, le conseil de la Commission fait état de progrès significatifs vers la satisfaction des besoins essentiels pour la récupération et le développement d’Haïti. La CIRH, co-présidée par le Premier ministre Jean-Max Bellerive et l’ex-président Bill Clinton, a réaffirmé aujourd’hui ses objectifs et ses priorités et a annoncé une série de projets.
À ce jour, la Commission a reçu plus de 1,6 milliard de dollars de nouvelles propositions de projets qui concernent tous les aspects du redressement d’Haïti, du développement, de l’agriculture, de l’éducation et la préparation aux catastrophes. Sur ce total, près de 1 milliard de dollars ont déjà été engagés et la CIRH qui s’attend à ce que des fonds supplémentaires viennent du Haiti Reconstruction Fund (HRF) et une combinaison des engagements actuels et futurs de la communauté internationale. La Commission travaille activement avec les donateurs pour un décaissement rapide des fonds engagés. Au total, 29 propositions ont été présentées au Conseil.

Certains des projets spécifiques :

  • Un programme de retour à l’école à hauteur de 94,2 millions de dollars, en partie financé par la Banque Interaméricaine de Développement (BID) et mis en œuvre par le Ministère de l’Education
  • Une proposition de 17 millions de dollars par un consortium d’agences des Nations Unies qui va supprimer 234.000 m3 de débris dans au moins six districts de Port-au-Prince et établir un système de recyclage des débris.
  • Un projet de 15 millions de dollars de «Partners in Health» pour construire un nouveau centre médical et un hôpital d’enseignement qui permettront de former la prochaine génération de médecins haïtiens et les professionnels des soins de santé
  • 200 millions de dollars du programme de développement agricole qui permettront d’accroître le revenu agricole global dans les zones ciblées et à créer plus de 50.000 emplois durables

Le Gouvernement haïtien a également fixé des objectifs précis à atteindre d’ici novembre dans six domaines prioritaires: le logement, l’éducation, l’enlèvement des débris, la préparation aux catastrophes, la santé et l’agriculture. Les objectifs ont été annoncés par la Commission à la réunion du conseil et comprennent l’enlèvement d’un million de mètres cubes de gravats à Port-au-Prince, et la construction d’abris contre les cyclones à court terme qui pour 400-500.000 personnes. En outre, les concepts de près de 60 projets ont été soumis à la CIRH par le Gouvernement haïtien. Ceux-ci sont examinés par la Commission afin de s’assurer de la viabilité et les chevauchements avec d’autres projets qui seront développés dans les propositions de projets détaillés pour approbation par le Conseil dans les prochains mois.
« Nous sommes heureux de l’appui et de l’engagement que nous continuons de recevoir de la communauté internationale pour la reconstruction d’Haïti. Cet effort est un processus long et coûteux qui exige la pleine collaboration de toutes les parties concernées », a déclaré le Premier ministre haïtien Jean Max Bellerive, co-président de la CIRH. « Le gouvernement d’Haïti ne se reposera pas tant que nous n’aurons pas réglé le problème des personnes déplacées par le séisme et reconstruit l’infrastructure nécessaire pour créer des emplois, fournir une éducation adéquate et commencer à construire un nouvel avenir pour tous les Haïtiens. Les projets présentés à la CIRH au cours de cette réunion du Conseil sont un pas en avant très important pour atteindre ces objectifs »
« Le nombre et la portée des projets proposés à la Commission me donne un grand espoir pour l’avenir d’Haïti, et je suis heureux que nous puissions aller de l’avant sur plusieurs d’entre eux lors de notre seconde réunion » a déclaré l’ex-président Clinton, co-président de la CIRH . « Cette coordination ne sera pas seulement essentielle pour promouvoir la transparence, réduire les doubles emplois, et permettre que la réalisation des projets soient alignés avec les priorités du gouvernement haïtien, mais il permettra également des résultats tangibles qui amélioreront la vie du peuple haïtien ».
En outre, la Commission a abordée des questions clés à la réunion du Conseil qui seront essentielles à ses activités au cours des prochains mois. Plus particulièrement, le Conseil a annoncé qu’après une recherche exhaustive, Gabriel Verret a été nommé au poste de la Commission comme directeur exécutif. Verret a plus récemment servi comme conseiller principal et conseiller économique du président Préval. Avant de se joindre à la campagne de Préval comme coordonnateur de la politique économique en 2005, monsieur Verret a été le principal conseiller en politique économique du gouvernement de transition d’Haïti. Il a joué un rôle de premier plan au sein du Cadre de Coopération Intérimaire (CCI) entre la communauté internationale des donateurs et le gouvernement de transition, d’abord dans le développement de l’ICF et par la suite comme coordonnateur de la gouvernance économique.
« Je suis profondément honoré d’être choisi pour diriger les opérations de la Commission […] je suis déterminé à assurer que la CIRH remplisse sa mission critique d’alignement des priorités de reconstruction et des ressources, et que le peuple haïtien et la communauté internationale des donateurs voient en la CIRH une plate-forme commune de dialogue, de planification, et surtout d’action ».

 

Haïti – Élections : Démission de Jean Enel Désir
HAITI LIBRE – 17/08/2010 05:34:33

Haïti - Élections : Démission de Jean Enel Désir

Gaillot Dorsinvil, le président du Conseil Électoral Provisoire (CEP), avait salué début Juillet le rapport de l’Unité de Lutte Contre la Corruption (ULCC) sur le dossier Jean Enel Désir (en conflit ouvert depuis plusieurs mois avec ses collègues). Les conclusion du rapport de l’ULCC sur la présomption de corruption, confirmait alors que Jean Enel Désir, le représentant de l’Église catholique était coupable des faits de détournements frauduleux de fonds qui lui était reprochés.
Malgré cette condamnation Jean Enel Désir restait un conseiller du CEP même s’il ne participait plus aux réunions, les conseillers n’avaient de cessent de réclamer sa démission. C’est chose faite, Jean Enel Désir a indiqué avoir remis sa démission hier, lundi 16 août au chef de l’État. Dans une déclaration Mr. Désir affirme que sa démission n’est pas le résultat de pressions mais que c’est pour des raisons de santé.
Mr Désir se serait entretenu avec des autorités de l’Église pour faire par de sa décision. Un représentant de l’Église confirme la raison invoquée pour la démission de Mr Désir précisant qu’il allait falloir maintenant lui trouver un remplaçant.

 

Le Sénateur Anacacis accuse Préval
HAITI LIBRE – 17/08/2010 09:11:00

Haïti - Politique : Le Sénateur Anacacis accuse PrévalLe sénateur Jean Hector Anacacis, a appelé lundi le Président René Préval à laisser la population élire librement [sans influence] son futur successeur de manière à éviter que le pays ne sombre dans une crise encore plus profonde. « Personne n’est dupe » a déclaré le Sénateur, suggérant que des manoeuvres sont en cours pour empêcher le Conseil Électoral Provisoire (CEP) de faire librement son travail. Il dit croire que « l’élection d’un citoyen qui ne bénéficierait pas de la légitimité populaire sera préjudiciable au pays ».
Il accuse le chef de l’état d’avoir mal géré politiquement le processus électoral, estimant qu’après 2 mandats, le chef de l’État aurait pu faire preuve d’un peu plus de leadership et d’offrir quelque chose de plus «potable» à la population. Le Sénateur à ajouté par ailleurs que l’électorat de Fanmi Lavalas, écartée de la course électorale, a toujours joué un rôle important dans les élections en Haïti, « car c’est en grande partie cette organisation qui donne le pouvoir depuis l’élection  du Président  Jean Bertrand Aristide en 1990. Les lavalassiens ont élu René Préval en 1996 et en 2006 » a rappelé le Sénateur de l’Ouest qui accuse de plus le Chef de l’État d’être responsable et à l’origine des problèmes de Fanmi Lavalas, « en poussant différentes personnalités Lavalas, à former des partis et à se lancer dans la course à la Présidence ’.
Rappelons que le sénateur Jean Hector Anacacis, parlementaire réputé proche du chef de l’État, s’est fait inscrire pour la présidentielle sous la bannière du Mouvement Démocratique de la Jeunesse Haïtienne (MODEJHA).

 

Un nouveau système d’éducation pour Haïti

Par Achim Lippold / RFI

C’est aujourd’hui, le 17 août 2010, que le Conseil électoral provisoire publie la liste définitive des candidats pour la présidentielle en novembre prochain. Et avant cette annonce, la Commission intérimaire pour la reconstruction devait entériner le projet de remettre sur pied un nouveau système éducatif. « C’est la chose la plus encourageante qui puisse émerger des décombres du 12 janvier, jour du tremblement de terre », écrit le New York Times. Car si le pays a du mal à développer tout son potentiel, c’est aussi à cause de son système d’éducation. « Un système presque entièrement privé, qui écarte donc les enfants des classes défavorisées et ils sont nombreux ». Un chiffre illustre cette carence éducative, un chiffre à trouver dans le Miami Herald : sur 800 enfants nés quotidiennement à Haïti, seulement 567 pourront s’asseoir, un jour, dans une salle de classe.
Le but de la réforme, estime le New York Times, c’est de rendre gratuit le parcours scolaire jusqu’au bac. Pour en arriver là, il faut du temps – 20 ans selon le journal de New York – et de l’argent. Dans un premier temps, 500 millions de dollars sont nécessaire pour construire environ 600 nouvelles écoles primaires, et former 50 000 professeurs.

 

La France interpellée sur la dette de l’indépendance d’Haïti

Une centaine d’intellectuels et de responsables politiques de France et d’autres pays exhortent Nicolas Sarkozy à restituer 21 milliards de dollars volés à un pays qui en a aujourd’hui cruellement besoin pour amorcer sa reconstruction post-séisme

Radio Kiskeya / lundi 16 août 2010

Des intellectuels et dirigeants politiques français et étrangers ont appelé lundi la France à restituer à Haïti 17 milliards d’euros (environ 21 milliards de dollars), un montant estimatif de la dette que l’ancienne colonie dut verser contre la reconnaissance de son indépendance proclamée en 1804, au lendemain du triomphe de la seule révolution antiesclavagiste de l’histoire.

Dans une lettre ouverte au Président Nicolas Sarkozy parue dans le quotidien de gauche Libération et relayée par l’AFP, le linguiste et auteur politique américain Noam Chomsky, le philosophe Etienne Balibar, les eurodéputés Daniel Cohn-Bendit et Eva Joly ainsi que les autres signataires réclament de Paris ce geste en réparation d’une injustice historique lourde de conséquences.

"Considérant les besoins financiers criants de ce pays dévasté par le terrible séisme du 12 janvier, nous vous pressons donc, monsieur le président, de restituer à Haïti, la première république noire de l’histoire, la dette historique de son indépendance", déclarent les auteurs de la lettre ajoutant "cette indemnité a fait ployer des générations d’haïtiens sous le poids d’une dette illégitime, dette que la nation haïtienne n’a fini de payer qu’en 1947".

A juste titre, les intellectuels et leaders politiques rappellent qu’après l’indépendance d’Haïti, le Roi Charles X (1824-1830) imposa au gouvernement de Jean-Pierre Boyer le versement de 90 millions de francs or, sous la menace d’une invasion militaire et d’une restauration de l’esclavage.

Cette "dette de l’indépendance" est aujourd’hui estimée à "bien plus" que 17 milliards d’euros, soulignent les pétitionnaires, membres dun "groupe de soutien au Comité pour le remboursement immédiat des milliards envolés" d’Haïti (Crime).

Ledit comité avait été à l’origine de la circulation sur la toile, le 14 juillet dernier, le jour de la fête nationale française, d’un retentissant canular annonçant faussement la décision de Paris de rembourser cette somme grâce au piratage du site internet du Quai d’Orsay.

Ce site, www.diplomatiegov.info, dont les auteurs sont basés au Canada, a également mis en ligne lundi le texte de la pétition tout comme la liste de la centaine de signataires.

En son temps, Jean-Bertrand Aristide avait fait de la question de la restitution son principal cheval de bataille contre l’ancienne métropole française maintes fois accusée par ses partisans d’avoir provoqué, avec les Etats-Unis, le renversement en 2004 du Président Lavalas aujourd’hui exilé en Afrique du Sud.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :