RECONSTRUCTION D’HAITI

21 Août

 

Reconstruction d’Haïti: coordination et cohérence essentielles

Yves Therrien
Le Soleil

Dominique Rossetti est chef de la coopération à... (Le Soleil, Yves Therrien) 

Dominique Rossetti est chef de la coopération à l’ambassade du Canada en Haïti.

(Port-au-Prince) La reconstruction d’Haïti est sur la bonne voie, croit fermement le directeur de la coopération à l’ambassade du Canada, Dominique Rossetti.

Sans vouloir commenter telle initiative privée ou tel projet d’un organisme en particulier, il soutient que la Commission intérimaire pour la reconstruction d’Haïti (CIRH), qui tenait une séance de travail en début de semaine à Port-au-Prince, représente une opportunité de cohérence, même si certaines voix trouvent que les réalisations tardent à venir. Reste à savoir si Haïti saisira l’occasion.

Sans cet effort de coordination, selon lui, le danger de duplication est grand. Dans certains cas, la bonne volonté de faire du bien peut même produire plus de mal en allant à l’encontre d’autres efforts concertés.

Au Québec, par exemple, Luck Mervil veut faire bâtir des centaines de maisons à partir d’une organisation qu’il a mise sur pied. Il n’est pas le seul à avoir des projets, car, s’il y avait 350 ONG enregistrées en Haïti avant le séisme du 12 janvier dernier, il y en aurait plus de 5000 sur le terrain à l’heure actuelle selon des estimations conservatrices. Le problème est de savoir qui fait quoi et comment, car elles ne sont pas enregistrées et elles interviennent selon leur bon vouloir.

«Tous ceux qui ont des projets devraient passer par la commission avec ses mécanismes d’étude et d’approbation de projets, explique M. Rossetti. Il faut qu’il y ait de la cohésion. C’est ce qu’ont voulu les grands bailleurs de fonds.»

Il rappelle que le Canada est présent dans la coopération en Haïti depuis 40 ans. «L’implication des Canadiens et des Québécois a toujours été évidente, précise-t-il. Et on ne compte plus les nombreuses interventions canadiennes avec les ONG dans les mécanismes traditionnels.»

Crises et cyclones

Toutefois, depuis les années 2000, la situation a été plus complexe à cause des crises politiques et du climat d’insécurité dans le pays. Les quatre cyclones de 2008 ont amené le Canada à classer Haïti comme «État fragile et en crise», ce qui nécessitait d’abord un appui humanitaire pour assurer la survie des gens. «Quand nous répondons à des besoins d’urgence, explique-t-il, nous ne pouvons pas nous engager dans du développement à moyen et long terme. Il faut d’abord gérer la crise.»

Et cet état de crise s’est poursuivi, voire amplifié, avec le tremblement de terre du début de l’année. En plus des 555 millions $ que le Canada a engagés pour la période 2006-2011, le gouvernement canadien a ajouté 400 millions $ pour les deux prochaines années.

Reconnaissant que certains aspects de l’aide humanitaire peuvent avoir des effets pervers, notamment pour l’achat des biens de première nécessité dans le marché local, M. Rossetti rappelle la complexité de l’approvisionnement pour l’aide d’urgence lorsqu’il faut compter sur des produits de qualité, en quantité suffisante pouvant être stockés sans problème de dépérissement.

En plus, la monnaie locale, la gourde, au lieu de subir une dévaluation à la suite la crise, a connu une surévaluation, ce qui compliquait la situation pour les achats locaux. Agronome économiste de formation, M. Rossetti note l’importance d’analyser le problème dans sa globalité en soulignant que certains intellectuels haïtiens ont pu tenir des propos réducteurs avec des expressions lapidaires pour décrire une situation plus complexe qu’elle ne paraissait de prime abord.

Toutefois, il souligne qu’un programme est à l’étude pour l’achat de denrées locales. De même, il note la volonté de l’État haïtien de mettre en place un plan d’éducation nationale dans un pays qui compte un fort pourcentage d’analphabètes et où l’éducation dans une proportion de 80 % ne dépend pas du domaine public. Pour lui, il s’agit d’un signe de cohérence en lien direct avec les efforts que l’aide internationale met en place avec la CIRH.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :