ACTUALITES

4 Sep

 

RADIO METROPOLE / Vendredi, 3 septembre 2010 11:04

Jacques Edouard Alexis s’entretien avec Leonel Fernandez

Le candidat à la présidence Jacques Edouard Alexis (MPH), a effectué en début de semaine une visite en République dominicaine. L’ex Premier Ministre Alexis, accompagné de Samir Moura, président du MPH, s’est entretenu hier avec le président dominicain Leonel Fernandez a qui il a exposé sa vision pour le développement d’Haïti.

M. Alexis a toutefois souligné qu’il revient seulement aux haïtiens de décider de leur avenir. Au cours de la rencontre M. Alexis a également remercié le gouvernement et le peuple dominicains pour la solidarité et la générosité dont ils ont fait montre après le violent séisme du 12 janvier.

Selon des medias dominicains, la visite de M. Alexis avait pour but de renforcer des contacts avec certaines personnalités en vue d’intensifier les liens entre les deux pays. Interrogé par des journalistes à l’issue de la rencontre M. Alexis a fait remarquer que la vision du futur deux Etats se partageant l’île doit être conçue conjointement puisque les problèmes sont communs.

Tout en reconnaissant que le processus électoral se déroule dans une conjoncture difficile, Jacques Edouard Alexis a précisé que seule la population haïtienne pourra décider de son avenir. " En tant qu’haïtien ayant une bonne expérience politique je dois aider mon peuple ", a-t-il insisté.

Jacques Edouard Alexis, membre de la plateforme présidentielle, Unité, n’avait pas été désigné candidat à la présidence de ce regroupement en dépit de ses bonnes relations avec le président Préval.

 

Haïti – Politique : Jacques Edouard Alexis rencontre Carlos Morales Troncoso
HAITI LIBRE – 03/09/2010 10:51:18

Haïti - Politique : Jacques Edouard Alexis rencontre Carlos Morales Troncoso

Jacques Edouard Alexis, candidat à la présidence à rencontré jeudi Carlos Morales Troncoso, le président du Parti réformiste social chrétien (PRSC). Ensemble ils ont examiné les relations bilatérales entre les deux pays. Morales a déclaré que le PRSC appuie le travail de la Commission Intérimaire pour la Reconstruction d’Haïti (CIRH) « afin qu’Haïti devienne un État institutionnellement fort qui protège la dignité humaine, lutte contre les difficultés économiques et travaille sur son avenir avec optimisme »

« Le Parti réformiste, avec son expérience de l’État, est prêt à aider Haïti. Nous sommes prêts à partager tout ce que nous avons appris pendant le travail colossal effectué le président Joaquin Balaguer pour reboiser la République dominicaine », a dit Morales au cours de la conversation ajoutant que si la communauté internationale et la classe dirigeante haïtienne parient sur l’investissement des ressources dans les zones franches, le tourisme et la mise en œuvre d’un programme soutenu de reboisement, alors les bases d’une nouvelle destination dans le pays voisin seront jetées.

Du point de vue de Jacques Edouard Alexis, « Haïti et la République dominicaine doivent essayer de maintenir une relation équilibrée, cherchant par tous les moyens possibles de trouver des solutions aux difficultés quotidiennes et basé sur un système gagnant-gagnant. L’avenir des deux pays est lié, même si nous sommes deux États indépendant, nous l’avons vu, avant tout, par la solidarité que le peuple dominicain, leurs dirigeants et le gouvernement ont montré envers Haïti après le séisme de janvier dernier ».

Accompagné par M. Samir Mourra, Président du parti « Mobilisation pour le Progrès d’Haïti » (MPH) sous la bannière duquel M. Alexis s’est inscrit a estimé que la classe politique haïtienne doit « se rapprocher des dirigeants politiques de la République Dominicaine afin de favoriser une une meilleure compréhension entre les deux nations » ajoutant « avec un niveau de vie supérieure, Haïti peut aider la République dominicaine pour arrêter le flux de l’immigration clandestine. Ainsi, les deux nations coexisteraient toujours dans une atmosphère de Paix ».

 

RADIO METROPOLE / Vendredi, 3 septembre 2010 11:52

Ricardo Seitenfus prédit de bonnes élections dans le pays

Les élections de 2010 ne seront pas truquées c’est ce qu’a déclaré le représentant spécial du Secrétaire général de L’OEA en Haïti, Ricardo Seitenfus.

Intervenant à la rubrique le point sur 100.1 de Radio Métropole, le diplomate brésilien a indiqué qu’en plus des observateurs internationaux qui seront déployés à travers le pays, une forte participation de l’électorat et le déploiement dans toutes les structures de la machine électorale peuvent empêcher des fraudes massives le jour du scrutin.

Le secrétaire général de l’OEA s’est basé sur le rapport réalisé par le chef de la mission d’observation électorale Collin Granderson, pour avancer sa thèse.

Rappelons que lors de sa récente visite en Haïti, le secrétaire général de l’organisation des Etats américains (OEA), Jose Miguel Insulza, avait affiché clairement son optimisme en ce qui a trait au processus électoral.

 

Haïti – Insécurité : Une situation instable et dangereuse
HAITI LIBRE – 03/09/2010 04:40:15

Haïti - Insécurité : Une situation instable et dangereuse

L’ONU a averti hier jeudi 2 septembre 2010 que le calme relatif en Haïti, huit mois après le tremblement de terre le 12 janvier, est menacé par l’instabilité politique avant les prochaines élections de novembre, par l’augmentation de l’influence des réseaux de trafic de drogue et par la criminalité.

Dans un rapport présenté à l’Organisation des Nations Unies Conseil de sécurité, le Secrétaire général, Ban Ki-moon, dit qu’Haïti « entre dans une période de changement qui sera crucial pour la stabilité future ». Ce rapport s’inscrit dans le cadre des préparatifs de la réunion du Conseil de sécurité sur Haïti qui se tiendra le 13 Septembre 2010.

M. Ban souligne aussi que le plus grand défi pour le pays, après la reconstruction, sont les prochaines élections législatives et présidentielles du 28 Novembre « Ces élections doivent être crédibles et légitimes pour avoir un président et un gouvernement doté d’un mandat clair et indiscutable pour mener à bien la reconstruction » a déclaré M. Ban dans le document, car à son avis, « la stabilité politique est indispensable pour la récupération et la reprise du progrès économique ».

Il souligne également que la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (Minustah) a constaté une augmentation du nombre d’armes en circulation dans le pays, en particulier dans les zones de la capitale traditionnellement touchées par le crime et craint que la campagne électorale soit financée par l’argent d’organisations criminelles […] la période électorale pourrait apporter de nouveaux risques pour la stabilité » indique le rapport.

« La situation de la sécurité en Haïti reste généralement calme mais fragile […] La sécurité dans les camps de personnes déplacées, en particulier la vulnérabilité des femmes et des enfants et l’étendue des violences sexuelles demeure un motif d’inquiétude, en particulier dans les camps qui jouxtent les zones traditionnelles de bidonvilles comme Cité Soleil et Martissant », ajoute le document.

L’ONU souligne encore que « les conditions de vie dans les camps, y compris ceux qui sont surpeuplés ont contribué à des incidents sécuritaires, y compris des violences sexuelles »

La veille (Mercredi 1 septembre) Frantz Leurebourg le porte-parole de la Police Nationale d’Haïti (PNH) avait pourtant déclaré « nous contrôlons la situation sécuritaire, notamment dans les camps de déplacés » soulignant qu’avec l’appui des casques bleus de l’ONU,« il y a une présence permanente dans les grands camps peuplés de 50.000 à 70.000 réfugiés. Des patrouilles sont également organisées dans les autres camps pour sécuriser les habitants ».

De plus, les cas d’évictions forcées, violentes et parfois violentes meurtrière [conflits terriens] sont devenus de plus en plus courants au cours des derniers mois, avec les propriétaires voulant récupérer leur propriété […] Les incidents liés aux activités criminelles, notamment les kidnappings pour obtenir des rançons, ont augmenté depuis le tremblement de terre », relève encore le rapport.

La PNH déclarait mercredi à Port-au-Prince « la situation sécuritaire du pays est sous contrôle et qu’il n’y a pas lieu de s’alarmer. [Il existe un décalage certain entre le discours internationale et le discours national, qui dit vrai? Néanmoins au delà d’un message qui se veut plus rassurant que la réalité, Frantz Leurebourg rappelait « qu’il n’y a aucun endroit dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince qui soit totalement exempt d’actes de banditisme. mais, les forces de sécurité sont en mesure d’y faire face »

À voir le nombre de croissant de kidnappings, de violences, de hold up et d’assassinats ont peu se demander ce que veut dire « être en mesure d’y faire face ». Une affirmation qui n’est certainement pas partagé par les victimes de plus en plus nombreuses de ces actes criminels.

 

RADIO METROPOLE / Vendredi, 3 septembre 2010 14:20

Poursuite des travaux de construction du complexe administratif de Belladères

Une délégation du gouvernement canadien dirigée par le sous ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale, Moise Rosenberg, a évalué participé mercredi dernier les travaux de construction du nouveau complexe administratif dans la ville frontalière de Belladères.

Un imposant immeuble, construit grâce à un financement de la coopération canadienne, accueillera les agents de divers organismes de l’Etat chargé de contrôler les activités commerciales entre Haïti et la République Dominicaine.

M. Roseberg a indiqué que la coordination des activités de la Douane et des Services d’Immigration non loin de la frontière permettra d’améliorer l’efficacité de l’administration publique haïtienne dans cette région. Il signale que cet investissement permet d’augmenter les ressources fiscales et de contrôler les mouvements migratoires. Il a assuré qu’une meilleure coordination dans la zone frontalière est de nature à renforcer les liens entre les gouvernements haïtiens et dominicains.

La construction du complexe administratif de Belladères est réalisée grâce à un financement de la coopération canadienne en partenariat avec l’Organisation Internationale pour la Migration (OIM). La Coopération canadienne et l’OIM avaient déjà collaboré à la réhabilitation du poste frontalier de Malpasse et de 16 commissariats de police dans la région frontalière.

Outre des investissements dans la sécurité des frontières terrestres, la Coopération canadienne apporte également des contribution dans le renforcement de la surveillance des frontières maritimes.

Le gouvernement canadien a contribué à hauteur de 1.5 millions de dollars canadiens pour la réalisation de l’édifice qui sera finalisé grâce à une enveloppe de 450 000 dollars du Trésor Public.

La réalisation du complexe de Belladères est coordonnée par le Fonds de Développement Frontalier (FDF), organe du ministère des finances. Le directeur exécutif du FDF, Max Antoine II, se réjouit de la construction de ce complexe qui s’inscrit dans le cadre de la politique de développement frontalier et de sécurisation des frontières.

Le Complexe de Belladères abritera des bureaux des Douanes, d’Immigration, de la Banque de la République d’Haïti (BRH), de la Police et de l’Institut du Bien Etre Social et de Recherches (IBESR). L’immeuble est construit sur un terrain de plus de 2 hectares, est doté d’une aire peut accueillir des containers de fort tonnage. Il s’agit du premier complexe frontalier de grande envergure réalisé en Haïti.

M. Antoine estime que cet édifice permet de rehausser l’image d’Haïti auprès des touristes étrangers arrivant à la frontière.

 

Haïti – Agriculture : Des experts argentins forment des haïtiens
HAITI LIBRE – 03/09/2010 11:52:52

Haïti - Agriculture : Des experts argentins forment des haïtiens

L’Argentine renforce sa coopération apportée à Haïti depuis 2005 dans le cadre du programme Pro Huerta. « Après l’urgence du séisme qui a dévasté Haïti, nous devons encore renforcer nos efforts » a déclaré Alicia Kirchner, le ministre du Développement social argentin lors d’une cérémonie tenue au siège de l’Institut national de technologie agricole ( INTA) devant une délégation de 22 Haïtiens ajoutant que « l’Argentine fera tous les efforts pour aider Haïti dans la sécurité alimentaire et le renforcement des liens sociaux ».



Il a également souligné qu’il est important pour Haïti « de bénéficier de la coopération du pays et non pas de programmes conditionnés par des organismes internationaux, car cela ne fonctionne pas »



Grâce au programme Pro Huerta, la délégation haïtienne, suivra un cours de formation technique et méthodologique donné par des experts argentins pour la mise en œuvre de techniques de production agro-écologique dans l’auto-production de denrées alimentaires. Le cours se déroulera jusqu’au 10 septembre. le Japon collaborera dans le financement de ce cours par l’Agence de coopération internationale (JICA).

Rappelons que le programme, a déjà aidé à la mise en production de plus de 13 000 parcelles maraîchères et petits élevages familiaux en se concentrant en particulier sur la production de semences locales, la formation et l’utilisation de petit système de production et d’approvisionnement d’eau.

Julian Dominguez, le Ministre de l’Agriculture,qui assistait à cette cérémonie a rappelé que le programme «Pro Huerta» est une expérience nationale réussie dans le domaine de la souveraineté alimentaire » Estimant qu’il s’agit d’un outil très utile pour fournir des réponses appropriées dans les moments difficiles » ajoutant que l’Argentine a ainsi évolué d’une économie de subsistance à la pratique commerciale. 



Dans ce contexte, le directeur général de la Coopération internationale du ministère des Affaires étrangères, Julia Levi, a déclaré hier « a été ouverte Unasur unité technique » qui travaillent également dans ce programme pour aider Haïti et "a donné son engagement à travailler en Pro Huerta. 



L’équipe haïtienne sera en tournée dans les provinces de Buenos Aires, Tucumán et Santiago del Estero en Argentine pour voir comment la mise en œuvre du programme, qui célèbre cette année ses 20 ans d’implémentation dans le pays ou ont participé près de 3,5 millions de personnes dans le cadre du Plan la sécurité alimentaire nationale.

 

L’écrivain Louis-Philippe Dalembert nommé Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres en France

International, 03 sept. 2010 [AlterPresse] — L’écrivain haïtien Louis-Philippe Dalembert a été nommé Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres par le ministre français de la Culture et de la Communication, Frédéric Mitterrand, apprend AlterPresse.

L’information qui vient d’être rendue publique est basée sur un arrêté en date du 23 juillet 2010.

Avec cette distinction honorifique, l’un des quatre ordres ministériels de la République française, Frédéric Mitterrand a voulu saluer « la contribution et l’engagement [de l’auteur] au service de la culture ».

De formation littéraire et journalistique, Louis Philllipe Dalembert est l’auteur, en français et en créole, de plusieurs ouvrages touchant presque tous les genres littéraires tels la poésie, la nouvelle, le roman, le document historique, etc. Parmi ses ouvrages figurent : « Le Crayon du bon Dieu n’a pas de gomme », « Epi oun jou konsa tèt Pastè Bab pati », « poème pour accompagner l’absence » et le tout récent « Roman de Cuba ».

Louis-Philippe Dalembert vit aujourd’hui à Berlin. Il est détenteur de la prestigieuse bourse DAAD (Deutscher Akademischer Austausch Dienst) le plus important programme de bourses en Allemagne. Le DAAD a une antenne parisienne qui est chargée de la coopération franco-allemande dans ce domaine.

Dalembert est un ancien pensionnaire de la très renommée Villa Médicis à Rome. Il a reçu entre autres le Grand Prix de poésie de la ville d’Angers et a obtenu la bourse Unesco-Aschberg constituée d’une résidence d’écriture à Mishkenot Sha’ananim, Jérusalem.

L’écrivain haitien a également été récompensé du prix RFO (Radio France Outremer) du livre 1999 pour son roman « L’Autre Face de la mer » et du Prix Casa de las Américas 2008 pour « Les dieux voyagent la nuit ».

 

CONTINENT PREMIER / 03.09.2010

Retour des Haitiens en Afrique: Le Sénégal reçoit 100 étudiants en octobre

gastonBERGER.jpgDès la rentrée d’octobre (lire plus bas l’article de Leral.net), le Sénégal va recevoir 100 étduaints haitiens qui seront boursiers et accueillis dans la deuxième grande université du pays, l’Université Gaston Bergher de Saint-Louis où j’ai obtenu un Deug, une licence et une maîtrise en langues étrangères appliquées ( anglais-arabe) avec une spécialisation en Tourisme.

Vous rappelez-vous?

Un certain 12 janvier, la terre avait tremblé à Haiti. L’émotion était planétaire. La solidarité globale. L’élan de générosité parfois "exagéré" mais l’ampleur des dégats était immense. L’on se demandait bien comment un pays aussi pauvre que le Sénégal pouvait-il accueillir des Haitiens qui, désemparés, cherchaient des solutions à leur survie? Abdoulaye Wade, Président du Sénégal leur offrait alors l’Afrique comme la Terre Promise. Son offre sème le trouble dans une bonne partie de l’opposition et des intellectuels crient au scandale. Seulement, son offre n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd même si beaucoup doutaient de la sincérité du Président du Sénégal. A tord ou à raison!

Ce qui est sûr, c’est qu’un groupe de 25 Haitiens ont pris contact avec moi par le canal d’un journaliste d’Haiti vivant dabns le pays de Toussaint Louverture pour dire Oui à l’Appel de Wade. J’ai donc transmis leur message en premier à travers ce blog qu’héberge la Julie! Pour une raison simple, ils m’ont fait confiance et il était de mon devoir en tant que journaliste de porter leur voix. J’aime bien suivre les sujets que je traite, c’est un problème de mémoire. Tout simplement! N’est ce pas? Et au  delà de l’engagement et de la distanciation nécessaire!

Wade a tenu sa promesse d’accueillir les Haitiens qui le voulaient de retourner en Afrique.

Des journalistes de BBC et d’Antenne 2 m’avaient d’ailleurs contacté pour vérifier ce que j’avais écrit sur mon blog. Il s’agissait des 25 Haitiens qui avaient cru à l’Appel de Wade. J’avais non seulement vérifié la véracité de l’email que j’avais reçu en contactant directement son auteur. Il s’est avéré que c’est un collègue journaliste qui collabore avec le système des Nations Unies dans son pays. Je l’ai eu plusieurs fois au téléphone et posé des questions sur d’autres sujets pour être sûr de ce que j’allais écrire. Ce journaliste, Louicius, est lui même détenteutr d’un visa de trois ans pour les Etats-Unis. Je me suis dit, il y a du crédible et ce Monsieur est un homme engagé et généreux.  Il pensait à son peuple meutri, à sa famille, à ses amis malgré sa détresse! Certes dans mon premier texte et pour le couvrir, j’avais préféré ne pas mettre son nom.

Nous n’avons fait donc que notre devoir d’informer! Et je savais également que mon petit blog de la Tribune de Genève avait un lectorat de qualité en plus je dispose d’un réseau solide à tarvers la presse occidentale et africaine. Mon texte a été donc relayé par plusieurs journalistes. Qu’ils en soient remerciés! Car l’Afrique est un continent complexe et le Sénégal un pays trop comlpliaué! N’est ce pas?

El Hadji Gorgui Wade NDOYE, directeur de publication

 

senegal.jpgHaïti – Sénégal : Les premiers étudiants au Sénégal le 10 octobre

La délégation sénégalaise conduite par Mamadou Lamine Ba, le ministre sénégalais en charge des affaires humanitaires, a procédé à la présélection des étudiants haïtiens candidats à une bourse d’étude universitaire au Sénégal à partir d’octobre 2010 processus qui inclus le dépôt d’un dossier académique, enquête judiciaire et visites médicales obligatoires pour les candidats intéressés par des études au Sénégal. Les opérations de sélection des futurs étudiants haïtiens au Sénégal ont pris fin le 30 août 2010. Les premiers étudiants devraient arriver au Sénégal le 10 octobre prochain d’après des sources proches des autorités concernées.

Rappelons que c’est le 6 août dernier qu’Abdoulaye Wade, Président de la République du Sénégal, avait donné des instructions aux Ministres Chargés de l’Economie et de l’Enseignement Supérieur pour qu’à la rentrée d’octobre le Sénégal puisse recevoir le premier contingent de 100 étudiants haïtiens.


Le 12 août 2010, l’Assemblée de l’Université Gaston Berger St-Louis, (la deuxième université en importance du pays) a accepté de prendre en compte la volonté du gouvernement d’offrir des places aux étudiants haïtiens que l’État sénégalais s’est engagé à accueillir cette année pour manifester sa solidarité à la République de Haïti.

L’université Gaston Berger de Saint-Louis a maintenant vingt ans de fonctionnement. C’est en 1974 qu’a eu lieu la pose de la première pierre par le Président Léopold Sédar Senghor en compagnie du Président congolais de l’époque Mariem Ngouabi. En 1990, elle ouvre ses portes accueillant quelques 600 étudiants. Elle en compte aujourd’hui environ 5,000. L’UGB a une superficie de 240 hectares et est située à environ 12 km de la ville de Saint-Louis, ancienne capitale de l’AOF et ancienne capitale du Sénégal, consacrée patrimoine mondial de l’humanité. Elle est rattachée à la communauté rurale de Gandon, un village situé au sud de Saint-Louis sur l’axe Saint-Louis – Louga. L’espace universitaire rassemble environ 5,000 personnes constituées d’enseignants-chercheurs (138), d’agents administratifs et techniques (200), d’étudiants, (5,000 environ avec un objectif de 10,000 d’ici 5 ans).

 

SOURCE- LERAL- www.leral.net

 

Trackbacks

Voici l’URL pour faire un trackback sur cette note : http://gorguindoye.blog.tdg.ch/trackback/59305

Commentaires

Toutes mes félicitations pour cette superbe initiative menée jusqu’à son exécution!

Ecrit par : Marie-France de Meuron | 03.09.2010

L’Afrique comme Haiti ont besoin d’avoir leur propre élite sur place pour animer et consolider la société civile. L’augmentation d’une classe moyenne substantielle sortira à terme ce continent de la dépendance et pourra résoudre de problème de la surnatalité qui engendre l’exode vers les villes surpeuplée et le cercle vicieux de l’immigration clandestine vers l’Europe ou le continent américain pou les Haitiens.

Ecrit par : Sirène | 03.09.2010

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

En réponse à :

Votre nom :

 

Votre email :

 

Votre URL :

Votre commentaire :

 

Retenir mes coordonnées :

S’abonner au fil de discussion :

 

Haïti Debout : un élan de solidarité africaine
L’association a réalisé un single dont le bénéfice des ventes financera la construction d’un orphelinat

Dan Ekedi a rassemblé plusieurs artistes africains et de la diaspora pour créer le projet Haïti Debout. Cette organisation a pour but de construire un orphelinat dans le pays sinistré. Le collectif a sorti cet été un single, intitulé Un nouveau jour, chanté dans 20 langues différentes. Le clip de la chanson a été réalisé en 3D, une première pour une cause humanitaire.

Une association humanitaire africaine pour Haïti. L’artiste camerounais Dan Ekedi, fondateur du projet Haïti Debout, a remarqué que lors des catastrophes naturelles, l’Afrique n’était pas assez mentionnée par les médias. C’est ainsi qu’il a décidé de créer Haïti Debout après le tremblement de terre du 12 janvier pour montrer le visage généreux et solidaire du continent africain. Cette organisation est composée de quarante artistes originaires d’Afrique, des Caraïbes, de France et d’Haïti. On retrouve des artistes de renommée internationale tels que Jessy Matador, Meiway, Papa Wemba et Jacob Desvarieux, qui ont accepté de participer au projet. Ce concept a pour objectif de venir en aide aux sinistrés d’Haiti, avec la construction d’un orphelinat. Le fondateur de ce concept, Dan Ekedi, n’en est pas à son premier projet humanitaire. En 2007, il avait organisé un tournoi de foot intitulé « Foot & Groove » pour les sans abri, au Stade de France. Haïti Debout est donc la seconde initiative de ce type de l’artiste-compositeur d’origine camerounaise. Dan Ekedi a été l’un des grands DJ des années 80. En 2002, il a composé la musique de soutien de l’équipe de France pour la Coupe du monde, et compte nombre d’autres réalisations à son actif.

La chasse aux médias

Dan Ekedi a voulu faire les choses en grand pour que les médias s’intéressent à son concept, en réalisant un clip en 3D du single Un nouveau jour. Le but de l’opération est d’« attirer l’attention des gens et des médias pour que notre projet ne soit pas marginalisé », confie-t-il. Ce clip devrait être diffusé sur des chaînes telles que France télévisions et M6 Music dans les prochaines semaines. Dan Ekedi affirme que « beaucoup de chaines de télé sont ouvertes parce que c’est un projet humanitaire ». « J’ai discuté dernièrement avec la responsable des projets spéciaux de France Télévisions qui adore le clip et je pense qu’ils vont le faire passer très bientôt », ajoute-t-il. Après la télévision, le clip devrait être présenté dans nos salles de cinéma françaises ajoute-t-il confiant. « Je voudrais que ce clip passe avant chaque séance de cinéma », déclare-t-il.

Grâce à ces actions, Dan Ekedi espère que le projet sera relayé de manière permanente aux médias afin de récolter l’argent nécessaire pour construire cet orphelinat. « Cette action est à but non lucratif mais, quand même, nous sommes très intéressés par la commercialisation, confie-t-il. Nous avons un challenge, créer cet orphelinat, et ça passe par les ventes du single. » Le bénéfice des ventes d’Un nouveau jour servira à la reconstruction de l’orphelinat. Une récolte insuffisante pourrait neutraliser le projet. « Je peux vous garantir qu’il y aura un suivi avec l’association. Si on monte un mur vous serez informez. Si les ventes ne sont pas bonnes, l’orphelinat ne sera pas monté », déclare Dan Ekedi. Le projet s’inscrit dans le long terme. Un concert aura lieu en janvier 2011 au Zénith, pour le premier anniversaire du terrible séisme.

- Commander : Haïti Debout (Le collectif des artistes africains et sa diaspora), Un nouveau jour

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s