ACTUALITES

6 Sep

Haïti – Élections : La société civile interpelle l’OEA
HAITI LIBRE – 06/09/2010 17:55:21

Haïti - Élections : La société civile interpelle l’OEA

Le Collectif d’Organisations de la Sociéte Civile (1), s’étonne que le Secrétaire Général de l’Organisation des États Américains (OEA), dans la Conférence de Presse qu’il a donné le Vendredi 27 Août 2010, à l’issue d’une brève visite en Haïti a apporté un appui sans réserve à un processus électoral entaché d’irrégularités, alors qu’il a été mis au courant d’un certain nombre de faits troublants.

En effet, à l’annonce de la visite de M. Insulza, le Collectif, connaissant l’implication de l’OEA dans les opérations électorales, a sollicité et obtenu un entretien avec le Secrétaire Général, afin de lui faire part des préoccupations suscitées par le déroulement des opérations et solliciter l’appui de l’organisation hémisphérique pour des élections acceptables.

Le Collectif lui a remis une copie des propositions et déclarations qu’il a faites au cours de ces derniers mois et a consigné ses préoccupations dans une lettre (2) remise au Secrétaire Général.

Lors des dernières élections du tiers du Sénat, les plus graves irrégularités qui ont renversé certains résultats ont été commises au Centre de Tabulation dont l’OEA avait la responsabilité technique. La Représentation de Port-au-Prince et le Secrétariat Général de l’Organisation doivent rendre compte au Peuple haïtien et aux Etats membres sur ce qui s’est véritablement passé et sur la façon dont l’Organisation a assumé ses responsabilités dans cette question de mise en quarantaine injustifiée et définitive de plusieurs centaines de bulletins de vote.

Aujourd’hui, l’OEA apporte une assistance technique à l’Office National d’Identification (ONI). Le peuple haïtien s’inquiète au sujet des opérations qui se poursuivent à l’ONI dans la plus grande opacité. Il invite l’Organisation Hémisphérique à assumer cette fois ses responsabilités avec transparence et courage.

Ce que le peuple haïtien attend de l’OEA, c’est qu’elle dépêche ses meilleurs juristes pour venir constater avec quelle légèreté, quelle incohérence et quel mépris de la Constitution et de lois haïtiennes, le CEP et la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif ont traité la question de la décharge des fonctionnaires de l’État qui briguent la Présidence, avant de crier : « Tout va très bien Madame la Marquise ». Ce que le peuple haïtien attend de l’OEA, c’est qu’elle défende le droit de vote du peuple haïtien, son droit à la Démocratie et au Bonheur et non un Gouvernement.

(1) Collectif d’Organisations de la Société Civile :
Le Collectif d’Organisations de la Société Civile est composé de : Initiative de la Société Civile (ISC), Conseil Haïtien des Acteurs non Étatiques (CONHANE), Organisation des Patriotes pour Haïti (OPA), Initiative Citoyenne (IC), Centre Œucuménique des Droits de l’Homme(CEDH), Office de Concertation pour le Développement (OCODE), Action Citoyenne (AC), Centre pour la Promotion des Droits Humains et de la Démocratie en Haïti(CEPRODHD), Grand Front National des Etudiants Haïtiens(GRAFNEH), Réseau National de Défense des Droits Humains(RNDDH), Mouvement pour la Démocratie, l’Ordre et la Démocratie(MODOD).

(2) Lettre adressée à : M. Jose Miguel Insulza Secrétaire Général de L’Organisation des États Américains – Port-au-Prince, le 26 Août 2010

Monsieur le Secrétaire Général,

La Charte démocratique de L’Organisation des Etats Américains signée et reconnue par l’Etat Haïtien en son article 1 stipule : « Les peuples des Amériques ont droit à la démocratie et leurs gouvernements ont pour obligation de la promouvoir et de la défendre. La démocratie est essentielle au développement social, politique et économique des peuples des Amériques » 

Pourtant le Président Préval qui a juré de faire respecter fidèlement la constitution du pays et de défendre les institutions démocratiques s’est écarté royalement de ces principes démocratiques fondamentaux. Durant ses deux mandats le Président Préval n’a jamais réalisé une seule élection acceptable et libre de contestation.

Les élections législatives et présidentielles de l’année 2000 réalisées sous le premier mandat du Président Préval ont abouti aux événements malheureux de 2004 et ont aussi valu au pays des années de turbulence politique, de décapitalisation, d’appauvrissement de toutes les couches de la population, d’affaiblissement de la souveraineté nationale et de renforcement de la dépendance économique et politique de la nation.

Les dernières élections de 2009 réalisées sous l’actuel mandat du président Préval ont été marquées par la mise en quarantaine, par le Conseil Électoral Provisoire (CEP), de bulletins de vote de deux communes pour évincer les candidats de l’opposition et favoriser l’élection au sénat de deux candidats proches du pouvoir. Cette manœuvre scandaleuse a été réalisée au niveau du Centre de Tabulation, dont l’OEA avait la responsabilité sur le plan technique.

L’actuel processus électoral ne présente nullement des garanties de fiabilité et de crédibilité. La préparation de la liste électorale générale se fait dans la plus grande opacité. Quelles dispositions ont été prises pour permettre aux personnes déplacées et à celles qui ont perdu leur carte d’identification nationale, à la suite du tremblement de terre, d’exercer leur droit de vote ? La liste électorale a-t-elle été convenablement apurée ?

Le recrutement des membres des bureaux électoraux départementaux et communaux , des superviseurs et des avocats des bureaux de contentieux a-t-il été réalisé dans le respect des dispositions de la loi électorale ? Aucune possibilité n’a été donnée de vérifier la sincérité de ces opérations.

De nombreuses irrégularités sont constatées dans le processus d’examen de la recevabilité des candidatures à la Présidence et le traitement des contestations. Violation des prescrits constitutionnels en matière de décharge, application discriminatoire des exigences de la loi, selon que le candidat est proche du pouvoir ou craint par le pouvoir.
La décision du Président Préval de maintenir ce CEP partisan dans le cadre de la réalisation des prochaines élections va plonger le pays dans une période de crise et d’instabilité en raison des graves frustrations accumulées dans tous les secteurs de la société. Une partie importante de l’opposition victime des machinations du CEP lors des dernières élections a choisi de boycotter les élections. Les propositions raisonnables faites par la société civile en vue d’un changement au niveau du CEP ont été ignorées et méprisées.

Le Collectif des Organisations de la Société Civile, signataires de la présente, réaffirme sa conviction que des élections honnêtes et crédibles constituent le seul moyen pour réussir la grande entreprise de reconstruction nationale et garantir la stabilité et la prospérité. Il invite la communauté internationale et l’OEA en particulier à faire preuve de discernement et de fermeté, à exiger le respect des prescrits de la Constitution haïtienne, particulièrement en ce qui concerne la tenue d’un second tour le cas échéant. En ce qui concerne le Conseil Electoral, il est encore temps d opérer le changement qui s’impose. L’OEA se doit d’exercer toute son influence et de s’associer aux efforts des organisations de la société civile et des partis politiques pour rétablir la confiance dans le processus électoral.

Convaincu que vous accorderez votre meilleure attention à ce qui fait l’objet de la présente, le Collectif des Organisations de la Société Civile vous prie d’agréer, Monsieur le Secrétaire Général, l’expression renouvelée de sa considération distinguée.

Pour le Collectif : Rosny Desroches, Jean Gary Denis, Jean Gardy Théodore

 

Haïti – Politique : Rencontre Préval-Baker pas convaincante
HAITI LIBRE – 06/09/2010 08:00:46

Haïti - Politique : Rencontre Préval-Baker pas convaincante

Dimanche 5 septembre, le Président René Préval a reçu à sa résidence de Laboule, le candidat Charles-Henri Baker, président du parti Respé. Durant cette rencontre, le Président Préval, a expliqué son désir de rencontrer tous les candidats afin d’assurer un climat de convivialité. Il a exprimé sa préoccupation que le prochain changement de gouvernement ne débouche, comme par le passé, sur des exils, des blocages ou des chasses aux sorciers. Il a aussi indiqué qu’il avait donné des instructions à tous les ministères de préparer un état des lieux ainsi que tous les dossiers importants, en particulier ceux liés à la CIRH, afin d’en informer tous les candidats à la présidence et a parlé des grands dossiers en cours.

Pour sa part, Baker très critique, a attiré l’attention du Président Préval sur la situation déplorable dans laquelle se trouvent ses concitoyens regroupés dans les camps d’hébergement et la réponse inefficace du gouvernement. Concernant les prochaines élections, il a tenter de faire comprendre au Président Préval que ses actions et ses inactions, ainsi que celles du Conseil Electoral Provisoire (CEP), sont responsables de la méfiance et de la perte de confiance générale des acteurs politiques et de la population dans le processus électoral. En conséquence, ces élections vont se dérouler dans une atmosphère de tension et de mobilisation contre une éventuelle fraude électorale.

Charles-Henri Baker à également recommandé au Chef de l’État de renvoyer le CEP, d’allonger la campagne électorale, qu’il juge trop courte, en permettant qu’elle puisse commencer le 27 septembre (rassemblements publics et diffusion de messages par voie de presse et autres) au lieu du 15 octobre et enfin que le gouvernement fasse campagne informer, sensibiliser et inciter les citoyens à participer en masse aux élections, car son impression c’est que l’Exécutif ne le souhaite pas.

Malgré cette rencontre, jugée cordiale par Baker, ce dernier n’est pas convaincu que des mesures appropriées vont être prises pour rétablir la confiance dans le processus électoral « Je pense malgré tout que la voie pour sortir de cette situation passe par une mobilisation et une participation massive aux élections du 28 Novembre. Ce ne sera pas la première fois qu’un Conseil Electoral soumis à un gouvernement en place n’aura pas pu enlever à la population ses choix de Députés, de Sénateurs et de Président »

 

RADIO METROPOLE / Lundi, 6 septembre 2010 06:58

Le chef de l’Etat poursuit ses rencontres avec les candidats

Le chef de l’Etat haïtien René Préval poursuit sa série de rencontre avec les candidats à la présidence. Charles Henry Baker (Respè), un des chefs de file de l’opposition s’est entretenu hier avec le président Préval autour des principaux thèmes d’actualité tels les élections et la reconstruction.

M. Baker a plusieurs reprises a réclamé le renvoi des conseillers électoraux non crédibles en raison des nombreux signes de partialité. Il assure que le renvoi des 9 conseillers ne perturbera nullement la machine électorale puisque les nouveaux conseillers pourront être nommés dans un délai d’une semaine.

Les récents accords paraphés par les autorités haïtiennes ont été également évoqués au cours de cette rencontre déroulée en la résidence du chef de l’état à Laboule.

24 heures avant sa rencontre avec M. Baker le président Préval s’était entretenu avec Gérard Blot, chef de file de la plateforme 16 décembre. A ce jour seul le candidat de Remen Haïti, Jean Henry Céant, a annoncé son intention de ne pas répondre à une invitation du président Préval. Il qualifie de pernicieux ces rencontres informelles entre le chef de l’Etat et les candidats à la présidence. M. Céant dit craindre l’adoption de nouvelles dispositions par le chef de l’exécutif qui pourrait insinuer que celles-ci ont été proposées lors des rencontres avec les candidats.

M. Céant a plusieurs reprises a dénoncé une manipulation et une instrumentalisation de l’organisme électoral par le chef de l’Etat. Entre autres il dénonce l’intégration de plusieurs candidats n’ayant pas obtenu décharge de leurs fonctions du Parlement.

 

Le processus électoral, le CEP et le chef de l’Etat toujours au centre des critiques de l’opposition

« A l’instar des élections de 2000, celles de cette année conduiront à une grave crise politique », selon le dirigeant politique Turneb Delpé

Radio Kiskeya / dimanche 5 septembre 2010

Des voix continuent de s’élever partout au sein de l’opposition pour dénoncer à l’avance les élections prévues le 28 novembre.

Le sénateur de la Grand’Anse (Sud-Ouest) Maxime Roumer (ESKANP-KOREGA) estime que tout concourt à démontrer que le scrutin ne sera pas crédible. Dans une interview accordée samedi à Radio Kiskeya, le parlementaire fait état de changements opérés actuellement dans l’appareil électoral qui ne visent qu’à garantir le contrôle des élections au profit des candidats du pouvoir.

Le porte-parole de l’Organisation du Peuple en Lutte (OPL), l’ancien député Harry Marsan, membre du directoire de la plateforme Alternative, réaffirme « la détermination des partis et plateformes de l’opposition à ne pas prendre part aux prochaines élections qui ne pourront pas être crédibles ».

Il a par ailleurs qualifié d’irresponsable et léger le fait par le chef de l’Etat d’avoir entrepris de soumettre des dossiers d’Etat à de simples candidats à la présidence, dans le cadre de l’initiative qu’il a prise de les rencontrer.

Marsan a enfin annoncé la tenue d’un congrès de l’opposition du 14 au 16 septembre à Port-au-Prince dans la perspective de l’unification de celle-ci. « Le système politique traditionnel a échoué. La rupture s’impose », a-t-il déclaré.

Le dirigeant du Parti Nationaliste Démocratique et Progressiste Haïtien (PNDPH) et de la plateforme « Rasanble », l’ancien sénateur Turneb Delpé, a déclaré samedi au micro de Radio Kiskeya que les élections annoncées ne seront pas différentes de celles de l’année 2000 qui avaient donné naissance à la grave crise qui a culminé à la chute de Jean Bertrand Aristide en février 2004.

« Le processus électoral actuel s’apparente à un coup d’Etat en gestation », dit-il, ajoutant que « le candidat à la présidence de la plateforme officielle INITE (Unité) est d’emblée gagnant et le président René Préval se prépare à devenir chef de gouvernement ».

Déplorant le fait que certains secteurs de l’opposition aient résolu de prendre part à ces élections (référence à la décision prise en ce sens par le Collectif pour le renouveau d’Haïti, COREH), Delpé réitère la détermination de nombreux partis et plateformes de celle-ci d’empêcher la tenue de la « mascarade électorale du 28 novembre ».

M. Delpé a par ailleurs qualifié de tout à fait démagogique l’initiative de René Préval de rencontrer des candidats à la présidence et de leur soumettre des dossiers. A son avis, il serait plus logique que le chef de l’Etat rencontre l’élu issu du prochain scrutin présidentiel.

L’ancien parlementaire a dénoncé une fois de plus la liste des candidats à la présidence publiée par le Conseil Electoral Provisoire (CEP), et notamment l’exclusion de la course de la star du Hip-hop Wyclef Jean. Pour Delpé, c’est le chef de l’Etat qui a personnellement élaboré ladite liste, en lieu et place du CEP.

A propos de la mise à l’écart également de la candidate à la présidence de la plateforme « Konbit pou Refè Ayiti », « Mme Claire Lydie Parent continuera ses démarches légales de contestation de la décision du CEP. Mais, parallèlement, la plateforme ne renonce pas à la participation aux législatives et finalise même des discussions en vue d’appuyer un candidat à la présidence », a déclaré samedi le trésorier du regroupement politique, Jean Nazaire Thidé.

Pour sa part, Me Jean Renel Sénatus, un des avocats de Wyclef Jean, informe que le dossier de l’exclusion de la star du hip hop de la course électorale sera soumis cette semaine à la Commission interaméricaine des doits de l’homme (CIDH). Il assure que l’artiste sera personnellement présent au siège de l’Organisation des Etats Américains (OEA), à Washington, au moment où cette démarche sera réalisée. « Il sera demandé à la commission d’agir avec célérité afin que le candidat soit réintégré dans la course le plus vite que possible », a conclu l’avocat.

 

Haïti – Insécurité : Attaque d’une résidence à Thomassin, 1 blessé, 1 mort
HAITI LIBRE – 06/09/2010 14:57:26

Haïti - Insécurité : Attaque d’une résidence à Thomassin, 1 blessé, 1 mort

Dans la nuit de dimanche, des individus armés ont pénétré dans une résidence à Thomassin 38. D’après les informations recueillies par la police, les bandits avaient l’intention de cambrioler la propriété et de kidnapper la fillette du couple. La mère de la fillette s’est interposée pour défendre sa fille, surprit par cette résistance, un des bandits lui a tiré une balle en plein visage la laissant pour morte avant de prendre la fuite avec ses complices sans conduire à terme leur opération.

Transportée à l’hôpital d’urgence par une patrouille de police, arrivée sur les lieux quelques minutes après le drame, sa vie ne serait pas en danger. Un homme dont l’identité n’a pas été communiquée a été retrouvé mort près de la résidence. Selon des témoins il s’agirait d’un passant qui s’est trouvé par hasard sur le chemin des bandits qui s’enfuyaient à pieds et qui l’ont froidement abattu.

Selon des sources policières du sous-commissariat de Thomassin, plusieurs actes similaires dans les quartiers de Pèlerin, Laboule, Thomassin et Fermathe semblent avoir le même mode opératoire. Il s’agit d’actes criminels menés de nuit, caractérisés par l’utilisation d’une pierre retrouvée dans la cour pour forcer la serrure. Les malfaiteurs choisissent toujours des femmes ou des enfants pour cibles, cambriolant la maison avant de repartir avec un ou plusieurs otages.

Des pratiques qui laissent à penser qu’il pourrait s’agir de la fameuse bande à Bobo, un dangereux criminel évadé de prison le 12 janvier dernier. Toutefois, la police s’est montrée avare de détails, laissant néanmoins entendre, qu’elles détenait des indices sérieux lui permettant de remonter jusqu’aux malfaiteurs, question de temps et de moyens. Des moyens justement qui manquent à la police qui depuis quelques semaines avait déployer ses effectifs pour assurer la sécurité des habitants de la zone. Une faiblesse qu’exploite les malfaiteurs.

Après deux opérations couronnées de succès ces dernières semaines (Tabarre et route de Frères), cet échec est un coup dur pour la Police National Haïtienne (PNH). Quelque soit les propos qui se veulent rassurant pour la population, les habitants de ces zones, antérieurement épargnées par de tels actes criminels, savent très bien qu’aujourd’hui l’insécurité ne fait qu’augmenter.

 

La situation humanitaire haïtienne au centre du prochain sommet Cuba-Caricom

P-au-P., 06 sept. 2010 [AlterPresse] — La situation haïtienne figure parmi les sujets au cœur du troisième sommet entre Cuba et les quinze Etats membres de la Communauté de la Caraibe (Caricom), prévu le 17 septembre prochain à la Havane, la capitale cubaine, apprend AlterPresse auprès des représentants de ce pays à Port-au-Prince.

La plupart des ministres des Affaires étrangères de la région de la Caraïbe profiteront du sommet Cuba-Caricom pour discuter autour de la question haïtienne après le tremblement de terre du 12 janvier, confirment les mêmes sources.

La troisième réunion ministérielle Cuba-Caricom se déroulera autour du thème principal « pour une Caraibe unie et solidaire ». Elle devra se pencher sur l’environnement, le développement durable, l’intégration et la concertation politique en Amérique latine et dans la Caraibe.

Le premier sommet Cuba-Caricom a eu lieu à la Havane en décembre 2002, le second, à Bridgetown, la capitale de la Barbade, en 2005.

Ces sommets ont pour objectif de renforcer les relations entre Cuba et les pays membres de la Caricom.

Outre les bourses d’études octroyées à plus de trois mille jeunes caribéens, Cuba fournit une assistance dans la région dans les domaines de l’éducation, la santé, l’énergie et l’agriculture.

Actuellement, 1.500 spécialistes cubains, dont 1.300 appartenant au secteur de la santé, sont déployés dans les pays de la Caricom et sur d’autres territoires comme Aruba, Antilles Néanlerdaises et Guadeloupe.

Une partie de ces spécialistes travaillent en Haïti dans le cadre du programme pour la reconstruction et le renforcement du système de santé dans le pays.

 

Haïti – Politique : Jacques Edouard Alexis veut lui aussi une armée
HAITI LIBRE – 05/09/2010 07:43:38

Haïti - Politique : Jacques Edouard Alexis veut lui aussi une armée

Plus tôt cette semaine, Jean Hector Anacacis (Modejha) déclarait que s’il était élu à la tête du pays, l’une de ses priorités serait de doter le pays d’une force armée afin d’établir un climat sécuritaire favorable aux investisseurs.

Jacques Edouard Alexis (MPH), candidat à la présidence d’Haïti, qui était en compagnie de Samir Moura, son président de parti, a révélé (à son tour) lors de son voyage en République Dominicaine que pour maintenir la sécurité nationale « nous allons créer une nouvelle armée pour accompagner la police nationale, ce sera comme une gendarmerie nationale, nous allons mobiliser les jeunes âgés entre 18 et 25 qui recevront une formation civique pour aider les personnes en difficultés ou pour reboiser le pays [?] » Il s’agit d’un sujet controversé qui ne lui fait pas pas peur il a dit qu’il prévoit « un programme pour attirer les jeunes à faire partie de ces nouvelles forces armées ».

Concernant la présence des forces internationales de la Minustah sur le territoire haïtien, le candidat a précisé « Je pense nous devrons travailler cette idée de concert avec la diplomatie internationale, pour mener à bien ce projet, nous allons négocier un calendrier de retrait progressif avec la Minustah » Interrogé sur les risques que pourraient représenter une armée en Haïti, compte tenu du fait que dans la passé elle a été responsable de nombreux maux, Alexis s’est dit confiant « Je ne crois pas que cette initiative, si elle est disciplinée, soit un retour en arrière pour Haïti mais au contraire elle sera un véritable renforcement institutionnel ».

Si les propos de Jean Hector Anacacis de mettre en place une armée s’il était président ne laisse aucun doute sur le rôle militaire de celle-ci, il en va tout autrement de «l’armée» dont parle Alexis, un mélange de service civique, d’humanitaire constitué de jeunes qui viendraient en appui à la Police Nationale Haïtienne (PNH). Un concept qui comme son projet nécessitent de dépasser le cadre du discours pour devenir compréhensible et éventuellement une réalité. Mais la campagne électorale n’est pas encore commencé, sans doute en saurons nous davantage dans les prochaines semaines si le candidat Alexis pense toujours à ce projet.

 

Haïti – USA : Les partenariats privés, clés de la reconstruction
HAITI LIBRE – 05/09/2010 06:41:42

Haïti - USA : Les partenariats privés, clés de la reconstruction

Le Minority Enterprise Development (MED) est le première manifestation en importance aux USA consacré aux entrepreneurs et propriétaires d’entreprises appartenant à des minorités. Le MED aide ces entreprises à se développer à la fois au niveau nationale qu’internationale à travers une série d’activités, de formation et d’affaires aux activités des réseaux d’affaires.

Chaque année, près de 1,500 entrepreneurs et propriétaires d’entreprises des minorités participent au MED. Paul Weisenfeld coordonnateur pour l’Agence américaine pour le développement international (USAID) a expliqué :

« Le gouvernement américain travaille en étroite collaboration avec le Gouvernement et le peuple d’Haïti pour reconstruire leur pays, nous constatons des signes encourageants de progrès qui reflètent la capacité de résistance du peuple haïtien. Par exemple, en collaboration avec le Gouvernement haïtien et la communauté internationale, nous avons enlevé plus de 881.000 mètres cubes de gravats au moyen de programmes «cash-for-work». Mais nous restons réaliste quant à l’ampleur des défis auxquels font face plus de 1,6 millions de déplacés et des millions de mètres cubes de gravats qu’ils restent à enlever. Le gouvernement américain est déterminé à rester avec le peuple haïtien pour faire face à ces défis pour ensemble, reconstruire en mieux.

Le partenariat avec les entreprises appartenant à des minorités est une priorité pour l’USAID. L’énergie et la créativité du secteur privé, à la fois aux États-Unis et en Haïti, jouera un rôle clé dans l’effort de reconstruction. Il est essentiel que nous travaillions avec le Gouvernement et le peuple d’Haïti pour cibler les quatre domaines où les efforts de reconstruction peuvent avoir le plus d’impact:

– Accroître la productivité agricole afin de renforcer la sécurité économique et alimentaire

– L’amélioration des infrastructures, y compris le logement et l’électricité

– Le soutien des soins de santé durable et d’autres services de base

 

– Faire des investissements stratégiques en matière de gouvernance, la primauté du droit et de la sécurité

Un des premiers contrats que l’USAID a accordé après le tremblement de terre était a PHS , une entreprise américano-haïtienne pour gérer un site d’enfouissement de débris à Port-au-Prince. Elle a dégagé plus de 2.000 mètres cubes de gravats par jour incluant le programme cash-for-work » a expliqué Paul Weisenfeld qui a compté l’histoire d’un propriétaire d’entreprise appartenant aux minorités, en visite en Haïti après le séisme et qui a établit un partenariat avec une entreprise haïtienne concernant la fourniture de 600 toilettes portatives, cet entrepreneur lui a dit « Oui, monsieur, les choses sont difficiles, mais si quelqu’un est persistant, et si vous voulez travailler avec un partenaire local haïtien, il y a beaucoup de chances ».

Haïti – i-Votes : Résultats première semaine
HAITI LIBRE – 05/09/2010 08:50:17

Haïti - i-Votes : Résultats première semaine

Le bureau de i-Vote d’HaïtiLibre.com vous permet de i-voter pour le candidat de votre choix. Les i-Votes enregistrent la tendance des internautes, il ne s’agit nullement d’un vote officiel. Il permettent de mesurer, la popularité d’un candidat ou de son parti, sa capacité de mobilisation et la pertinence du candidat, de ses engagements et de son programme. Vous ne pouvez i-voter qu’une seule fois par 24 heures pour le candidat de votre choix (mais rien ne vous empêche de voter une fois chaque jour pour votre candidat ou pour un autre si vous changez d’allégeance). Vous pouvez aussi à partir d’aujourd’hui utiliser le vote blanc pour manifester votre désapprobation de la tenue des élections en Haïti du 28 novembre 2010 ou si vous jugez qu’aucun candidat ne vous intéresse.

Les résultats de cette première semaine (29 août au 4 septembre 2010) mesurent essentiellement la popularité du candidat et sa capacité de mobilisation puisque la campagne électorale n’a pas encore officiellement commencé. En effet, le Conseil Électoral Provisoire (CEP) rappelle que la diffusion de messages par voie de presse et autres n’est autorisée qu’à partir du 15 octobre et jusqu’au 26 novembre. Il vous faudra donc attendre le 15 octobre pour que la pertinence des candidats, leurs engagements et leurs programmes puissent avoir éventuellement une influence dans vos choix.

Nous procéderons chaque dimanche à la publication des résultats des i-Votes sur le site HaïtiLibre.com avec les tendances par rapport aux scores précédents (à la hausse ou à la baisse). Les i-Votes sont cumulatif du 28 août au 21 novembre 2010 inclusivement, date de publication de nos derniers résultats (une semaine avant l’échéance électorale du 28 novembre 2010).

Rien n’est joué, tout peux changer, il vous reste 11 semaines. Mobilisez-vous et i-Votez pour le candidat de votre choix. Rendez-vous pour les prochains résultats dimanche 12 septembre

Avis aux candidats, partis et regroupements politique :
Nous rappelons aux candidats agrées qu’ils peuvent avoir une page sur notre site (biographie) ainsi qu’une page consacré à leur programme ou engagements. Ces deux pages disposeront de liens dans notre bureau d’i-votes sous la photo de chaque candidat concerné. Cette possibilité est GRATUITE et s’adresse à tous les candidats agréés. Contactez-nous.

Pour i-Voter :
http://www.haitilibre.com/i-vote.php

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s