ACTUALITES

10 Sep

Haïti – Reconstruction : Publication de l’arrêté d’expropriation du centre ville de P.A.P
HAITI LIBRE – 10/09/2010 08:48:44

Haïti - Reconstruction : Publication de l’arrêté d’expropriation du centre ville de P.A.P

Le 28 août dernier, Ronald Beaudin, le Ministre des finances avait annoncé que l’arrêté déclarant d’utilité publique la zone commerciale du centre de Port-au-Prince serait publié dans les prochains jours dans le cadre de la procédure d’expropriation. Ceci est maintenant fait, l’arrêté d’expropriation a été publié ce 2 septembre 2010 concerne le centre ville de Port-au-Prince dont le quadrilatère est délimité au Nord par la rue des Césars jusqu’au port, au Sud par la rue Saint-Honoré, à l’Est par la rue Capois et à l’Ouest par la mer et la baie.

Arrêté déclarant d’utilité publique la zone commerciale du centre de Port-auPrince :

RENÉ PRÉVAL PRÉSIDENT
Vu les articles 35.1, 36, 36.5, 52.1, 136, 159, 234 et 253 à 258 de la Constitution ;
Vu la Loi du 28 juillet 1927 sur les reprises des biens donnés à bail ou indûment occupés par les particuliers ;
Vu la Loi du 29 mai 1963 adaptant celle du 22 juillet 1937 et établissant des règles spéciales relatives à l’habitation et à l’aménagement des Villes et Campagnes en vue de développer l’urbanisme ;
Vu la Loi du 3 septembre 1979 sur la déclaration d’Utilité Publique et les servitudes ;
Vu la Loi du 5 septembre 1979 accordant à l’État le droit de pénétrer provisoirement sur les propriétés en vue de faciliter l’exécution de certains travaux urgents d’intérêt général ;
Vu la Loi du 5 septembre 1979 sur l’expropriation pour cause d’Utilité Publique ;
Vu la Loi du 10 février 1998 déclarant d’Utilité Publique la zone d’extension Nord de Port-au-Prince ;
Vu le Décret 12 octobre 2005 sur la Gestion de l’Environnement ;
Considérant la nécessité d’un nouvel aménagement du centre-ville de Port-au-Prince suite au séisme du 12 janvier 2010 ;
Considérant la nécessité de réorganiser spatialement la région métropolitaine de Port-au-Prince ;
Considérant que l’État a pour obligation de relocaliser les Institution Publiques ;
Considérant la nécessité pour l’État de disposer de terrains suffisants pour réaliser cette relocalisation et ce nouvel aménagement ; qu’il y a lieu de déclarer d’Utilité Publique certaines surfaces localisées au centre-ville de Port-au-Prince ;
Sur le rapport des Ministres de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales, de la Justice et de la Sécurité Publique, de l’Économie et des Finances, des Travaux Publics, Transports et Communications, de la Planification et de la Coopération Externe, de la Culture et de la Communication, de l’Environnement, du Tourisme ; et après délibération en Conseil des Ministres

ARRÊTÉ

Article 1.– Est déclaré d’Utilité Publique, à Port-au-Prince, la surface délimitée au Nord par la rue des Césars, au Sud par la rue St Honoré, à l’Est par la rue Capois et à l’Ouest par le rivage de la mer.
Les terrains retenus dans le cadre de cet Arrêté serviront à l’aménagement du nouveau centre-ville de Port-au-Prince et à la relocalisation des Institutions Publiques.

Article 2.– Dès la publication du présent Arrêté, tous travaux de construction, de percement de route, de lotissement ou autre exploitation du sol, ainsi que toute transaction ou aliénation immobilière sont et demeurent interdits sur toute l’étendue de l’aire définie en son article 1er.

Article 3.- Pour toute propriété retenue dans le cadre du projet, objet du présent Arrêté, l’expropriation des propriétaires détenteurs de titres légaux justifiant leur droit légitime d’occupation ou la reprise des biens donnés à bail par l’État ou occupés indûment se fera conformément aux dispositions des Lois du 5 septembre 1979 sur l’expropriation pour cause d’Utilité Publique et du 28 juillet 1927 sur les reprises des biens donnés à bail ou indûment occupés par les particuliers.

Article 4.– La commission d’expertise prévue par les dispositions de la Loi du 5 septembre 1979 sur l’expropriation pour cause d’Utilité Publique sera immédiatement activée à l’effet de recueillir les informations et évaluation nécessaires pour une indemnisation juste et équitable dans le strict respect des droits des propriétaires à exproprier.

Article 5.– Dans un délai de quinze (15) jours, à compter de la date de la publication du présent Arrêté, les propriétaires fonciers et les détenteurs de bail dans l’aire susmentionnée déposeront, pour les suites nécessaires, au local provisoire de la Direction Générale des Impôts au numéro 62 de l’Avenue Christophe, leurs titres de propriété et tous documents justifiant leurs droits d’occupation.

Article 6.- Le présent Arrêté, qui entre immédiatement en vigueur, sera imprimé, publié et exécuté à la diligence des Ministres de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales, de la Justice et de la Sécurité Publique, de l’Économie et des Finances, des Travaux Publics, Transports et Communications, de la Planification et de la Coopération Externe, de la Culture et de la Communication, de l’Environnement, du Tourisme ; chacun en ce qui le concerne.

Donné au Palais National à Port-au-Prince, le 2 septembre 2010, An 207e de l’Indépendance

Par
Le Président René PRÉVAL
Le Premier ministre Jean-Max BELLERIVE
Le Ministre de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales Paul Antoine BIEN-AIMÉ
Le Ministre de la Justice et de la Sécurité Publique Paul DENIS
Le Ministre de l’Économie et des Finances Ronald BAUDIN
Le Ministre des Tavaux Publics Transports et Communications Jacques GABRIEL
Le Ministre de la Planification et de la Coopération Externe Jean Max BELLERIVE
Le Ministre de la Culture et de la Communication Marie Laurence JOCELYN LASSEGUE
Le Ministre de l’Environnement Jean Marie Claude GERMAIN
Le Ministre du Tourisme Patrick DELATOUR
Le Ministre du Commerce et de l’Industrie Josseline COLIMON FETHIERE

 

Haïti – Économie : Incertitudes sur le prochain budget 2010-2011
HAITI LIBRE –  10/09/2010 09:53:46

Haïti - Économie : Incertitudes sur le prochain budget 2010-2011

Nenel Cassy, le président de la Commission Finance du Sénat, estime que l’absence de la chambre des députés va compliquer le respect de la procédure d’analyse du projet de budget pour l’exercice fiscal 2010-2011 qui doit débuter le 1er octobre prochain. Rappelant que la chambre basse est dysfonctionnelle depuis le mois de mai et que l’étude du projet de loi du budget nécessite la présence des deux chambres, ce qui risque de compliquer le respect de la procédure.

Il rappelle que la loi d’urgence ne donne pas au gouvernement le droit de monter seul le budget soulignant que, la seule chose que puisse faire le gouvernement c’est de modifier certaines rubriques de l’actuel budget en procédant notamment à des réaffectations. Indiquant que jusqu’à présent le gouvernement n’a soumis aucun projet de budget au Sénat.
 
Pour sa part, l’économiste Eddy Labossière, président de l’Association Haïtienne des Economistes (AHE), estime que ce n’est pas l’absence de la chambre basse qui empêchera le gouvernement de soumettre au parlement le projet de budget. Soulignant « en temps normal, quand les deux chambres du parlement fonctionnent, le gouvernement ne réussit jamais à soumettre à temps son projet de budget […] pour le prochain exercice nous n’aurons pas de budget légal et constitutionnel » affirme l‘économiste qui croit que « c’est le budget de l’exercice en cours qui va être renouvelé » ajoutant que « le gouvernement pourra même s’arroger le droit de le revoir à la hausse et l’appliquer sans qu’il ait l’aval du parlement […] c’est dans la logique des mauvaises pratiques des dirigeants haïtiens ».

 

Lionel Jospin en mission dans la capitale haïtienne pour le Club de Madrid

 P-au-P, 10 sept. 2010 [AlterPresse]—L’ancien premier ministre français Lionel Jospin est attendu à Port-au-Prince ce dimanche 12 septembre, apprend AlterPresse d’un communiqué du Club de Madrid, un forum d’anciens chefs d’État et de gouvernement.

L’ancien responsable socialiste sera à la tête d’une mission venue poursuivre les efforts de l’organisation en vue d’appuyer le rétablissement institutionnel en Haïti, explique le communiqué.

La mission s’inscrit dans le cadre du projet intitulé « Leadership Global pour la Reconstruction d’Haïti » mis en œuvre par le Club de Madrid et financé par la Commission Européenne.

Selon le communiqué, il s’agit d’assister les dirigeants haïtiens et la structure institutionnelle d’Haïti pour une meilleure réflexion sur leur rôle dans la reconstruction et le rétablissement du pays.

De même, « Leadership Global pour la Reconstruction d’Haïti » veut contribuer à la reprise du processus de réforme institutionnelle interrompu par le séisme dévastateur, ajoute le communiqué.

Le projet a été lancé lors d’une précédente mission conduite, en Juillet 2010, en Haïti, sous la direction de l’ancien président du Chili, Ricardo Lagos.

Cette mission se concentrera sur le processus devant déboucher sur les élections du 28 novembre 2010, précise le communiqué.

Pendant la mission, la délégation du Club de Madrid rencontrera le président René Préval et le premier ministre Jean Max Bellerive, ainsi que le Conseil Electoral Provisoire (CEP) et certains candidats à la présidence.

La délégation du Club de Madrid rencontrera aussi le chef de la Mission d’Observation Électorale Conjointe OEA‐CARICOM, Colin Granderson, le chef de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH), Edmond Mulet, le représentant du secrétaire général de l’OEA, Ricardo Seitenfus, et d’autres représentants de la communauté internationale.

Le but de ces rencontres est de mener une réflexion sur le déroulement du processus et les moyens par lesquels celui‐ci peut être garant, dans le fond et dans la forme, d’élections libres et justes.

Le projet, qui durera jusqu’en 2011, comprend l’assistance au renforcement de la capacité des partis politiques pour les rendre aptes à jouer un rôle collectif et essentiel dans le développement de politiques publiques et de débats politiques.

Il inclut également l’aide à la reprise du processus de réforme constitutionnelle dans le but d’améliorer, à long terme, la capacité du gouvernement haïtien et de la communauté internationale à collaborer pour l’application des accords de soutien auxquels ils ont souscrit.

Le Club de Madrid se définit comme une organisation indépendante dédiée au renforcement du leadership et des valeurs démocratiques dans le monde entier en s’appuyant sur l’expérience et les ressources de ses membres, plus de 70 anciens chefs d’État et de gouvernement de 50 pays qui donnent de leur temps, de leur expérience et de leurs connaissances.

 

Haïti – Insécurité : 241 individus arrêtés en 56 jours
HAITI LIBRE – 10/09/2010 09:27:28

Haïti - Insécurité : 241 individus arrêtés en 56 jours

Jean François Vézina, le porte-parole de la police des Nations unies en Haïti (UNPOL), a déclaré hier que 28 opérations, ont été menées durant les mois de juillet et août en étroite collaboration avec la Police Nationale Haïtienne (PNH).

Ces opérations qui ont impliqué un total de 1,750 policiers des casque bleus et 1,050 militaires ont permis d’appréhender 241 personnes dont dix ex-prisonniers évadés activement recherchés ainsi que la saisie de plusieurs armes à feu.

M. Vézina a rappelé, que ces actions ont été rendues possibles grâce aux dispositions prises par les casques bleus et les policiers haïtiens d’augmenter leurs patrouilles dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince et à Pétion ville.

 

Le ministère de l’éducation nationale tente de mobiliser ses partenaires en vue de la rentrée scolaire 

 P-au-P, 09 sept. 2010 [AlterPresse] — Le ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle (Menfp) entreprend une série d’activités en vue de la mobilisation de ses partenaires pour préparer la rentrée scolaire de 2010, apprend AlterPresse.

Un atelier national de travail a ainsi été organisé les 8 et 9 septembre à Montrouis (Nord) avec la participation de plusieurs représentants de bailleurs et d’Organisations Non Gouvernementales (ONG) intéressés à la question de l’éducation en Haiti.

Le ministère voulait « être sur de l’apport de chaque partenaire international pour la rentrée scolaire de cette année », indique à AlterPresse Miloody Vincent, chargé de communication du Menfp.

Selon lui, le ministère veut étudier les possibilités d’accompagner des élèves, des parents et des écoles pour la rentrée, prévue le 04 octobre 2010.

L’amélioration des structures d’accueil et l’établissement de structures permanentes pour permettre aux enfants de bien commencer l’année devaient être abordés au cours de l’atelier qui s’est déroulé à Montrouis.

Cette année encore le Menfp compte subventionner les prix des manuels scolaires à 70 %, doter les élèves des écoles publiques de manuels, qu’ils rendront à la fin de l’année, et continuer avec le programme de cantine scolaire.

La représentante de l’Unicef en Haiti, Françoise Gouloos-Ackermans, qui a pris part à la rencontre, invite les autres partenaires du ministère, à rejoindre l’Unicef dans un mouvement baptisé : « Mete men pou tout timoun ale lekol ! » (Collaborons pour la scolarisation de tous les enfants).

« L’éducation des enfants constitue l’une des principales priorités pour les parents haïtiens », souligne-t-elle. Elle relève également « la soif d’apprendre » des petits Haitiens.

Le séisme du 12 janvier a gravement endommagé le système éducatif haïtien. Les chiffres officiels font état de 38 000 élèves, 1 400 enseignants et 150 membres du personnel du ministère tués, 4 200 écoles détruites.

Bien avant le tremblement de terre du 12 janvier, 80% des écoles étaient des écoles privées et sur chaque 2 personnes une n’allait pas à l’école.

 

Haïti – Reconstruction : Michel Forst livre ses recommandations
HAITI LIBRE – 10/09/2010 12:20:05

Haïti - Reconstruction : Michel Forst livre ses recommandations

Michel Forst, l’expert indépendant sur la situation de droits humains en visite officielle en Haïti, depuis le 3 septembre a pour objectif d’évaluer l’évolution de la situation sur place depuis sa dernière mission. Pour M. Forst, il s’agira aussi de faire le suivi des recommandations établies dans son dernier rapport.

De nombreux endroits ont aussi reçu la visite de l’Expert. Parmi ceux-ci : le pénitencier national, (où il juge précaires les conditions de vie des détenus) la prison de Jacmel et des camps de déplacés comme Corail Cesse-Lesse, la Place de la Fierté à Cite Soleil et de nombreux camps informels. L’occasion pour M. Forst de faire observer le caractère dangereux de ces derniers et d’inviter le Gouvernement à « prendre la décision de les fermer ».

« C’est à partir de la question des droits humains qu’il faut réfléchir à la manière dont le plan de reconstruction va être mis en oeuvre […] nous sommes loin d’avoir résolu la crise humanitaire », a déclaré l’expert, qui s’inquiète des « besoins de protection des groupes vulnérables dans les camps de déplacés, surtout pour les personnes handicapées, les femmes, les enfants et les personnes âgées, dont certains vivent dans des conditions très précaires dans des camps qui se dégradent […] et qui sont, malgré les efforts déployés, insuffisamment préparés pour la saison des cyclones ». Il dit croire « que la finalité du processus de reconstruction est de permettre aux haïtiens d’avoir accès à des droits dont ils ont été trop longtemps privés ». Il demande au gouvernement d’imposer un moratoire sur les expulsions forcées et se dit inquiet qu’en dépit des efforts déployés par les forces de l’ordre, l’étendue des violences faites aux femmes reste préoccupante.

En matière d’état de droit, M. Frost « regrette le peu d’évolution structurelle dans le domaine de la justice malgré des efforts ça et là du ministère de la justice » en particulier l’absence de nomination des cinq membres de la Cour de Cassation et de son président. M. Forst, qui doit être reçu par le président haïtien René Préval, compte lui demander à nouveau de combler le vide constaté à la tête de la Cour de cassation, sans président et amputée de cinq juges depuis plusieurs années en dépit des appels réitérés au chef de l’Etat « la nomination de ces magistrats constitue la clé qui permet de déverrouiller l’ensemble des réformes de la justice en Haïti » assurant « Je vais demander au président de faire ces nominations ».

Dans le domaine pénitentiaire, M.Forst relève une tentation à remplir les prisons qui n’est « pas une réponse adéquate pour traiter la question de la détention préventive en Haïti ».

Néanmoins, l’expert apprécie, en dépit de grandes difficultés, que certaines juridictions, notamment celle de Jacmel, démontrent des signes encourageants dans le fonctionnement des tribunaux, de la police et des prisons, et se félicite de l’esprit de coopération entre les institutions concernées.

L’Expert indépendant se réjouit par ailleurs que le rapport de la Commission Indépendante d’Enquête sur les événements du 19 janvier à la Prison des Cayes ait été remis au Premier Ministre, et attend avec impatience sa publication, ainsi que le procès et le jugement qui suivra, pour établir les responsabilités de chacun. Tout en dénonçant la surpopulation des centres de détention où des détenus sont « entassés dans des conditions inhumaines […] Il faut que le système pénitentiaire en Haïti soit conforme aux exigences du droit international » a-t-il recommandé aux autorités.

Concernant le dossier électoral, M. Forst affirme qu’il est encore trop tôt pour dire si ces élections seront crédibles. Cependant, il se réjouit qu’une mission d’observateurs de l’OEA/CARICOM soit dans le pays en vue de s’assurer du bon déroulement du scrutin.

 

Droits humains : "très peu de progrès" en Haïti depuis le séisme, selon l’expert indépendant de l’ONU

Pour son énième mission d’évaluation, Michel Forst formule des critiques contre le chef de l’Etat, les dysfonctionnements du système judiciaire et les conditions infra-humaines des sinistrés du séisme ; il appelle aussi à des élections libres et transparentes

Radio Kiskeya / jeudi 9 septembre 2010

L’expert indépendant des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme en Haïti, Michel Forst, a estimé jeudi que très peu de progrès ont été réalisés en matière de respect des droits de la personne depuis le séisme du 12 janvier tout en renouvelant sa confiance aux autorités haïtiennes et à la CIRH dans le cadre du processus de reconstruction.

Arrivé à Port-au-Prince pour un séjour d’une semaine consacrée à l’évaluation de l’Etat de droit, de l’impact de la crise humanitaire sur la situation des droits humains et la nécessité de confier à la justice un rôle central dans la reconstruction, Michel Forst a une fois de plus déploré, lors d’une conférence de presse, le refus persistant du Président René Préval de nommer un président à la Cour de cassation.

Evoquant dans la foulée la situation du système carcéral, l’expert indépendant a dénoncé des conditions d’incarcération exécrables constatées notamment au Pénitencier National, la prison civile de Port-au-Prince, où les détenus font face au quotidien à la promiscuité et à l’insalubrité dans des cellules surpeuplées.

Parallèlement, le phénomène de la détention préventive prolongée n’a guère reculé. Au moins, 1.400 personnes qui, dans leur majorité n’ont pas encore été jugées, sont aujourd’hui détenues au Pénitencier National.

Dans la même veine, Forst salue l’enquête de la Police Nationale et de la Mission de stabilisation de l’ONU (MINUSTAH) sur la tuerie enregistrée peu après le séisme à la prison civile des Cayes (196 km au sud de la capitale). Mais, les auteurs du carnage doivent être punis conformémenet à la loi, a fait remarquer l’expert onusien.

M. Forst, qui a visité les campements de réfugiés, note que la situation des sinistrés n’a connu aucune amélioration huit mois après le séisme. Ne cachant pas ses inquiétudes face à cette situation, il exhorte les autorités à fermer progressivement, au profit d’abris transitionnels plus vivables, les camps d’hébergement par ailleurs théâtre d’agressions sexuelles à répétition contre les femmes et les filles.

S’agissant de la reconstruction, l’expert français de l’ONU affirme qu’il continue à faire confiance au gouvernement Préval/Bellerive et à la Commission intérimaire mixte pour la reconstruction d’Haïti (CIRH), même s’il reconnaît que le processus, perçu comme très peu inclusif, est confronté à de sérieux problèmes d’engagements financiers de la communauté internationale.

Enfin, concernant les élections présidentielles et législatives du 28 novembre, Michel Forst souhaite qu’elles soient libres, honnêtes et démocratiques et soient capables de susciter une participation significative de l’électorat.

 

Haïti – Insécurité : Un soldat de la Paix pris pour cible
HAITI LIBRE – 09/09/2010 18:55:47

Haïti - Insécurité : Un soldat de la Paix pris pour cible

Jeudi matin, un soldat de la Paix en civil originaire du Yemen et une femme haïtienne ont été la cible de voleurs alors qu’ils sortaient de la Sogebank à Pétion-ville.

Jean-François Vézina, Porte-parole de la police de l’ONU a déclaré que 3 hommes armés en moto ont tiré sur le soldat et la femme qui sortaient de la banque et se sont enfuit en emportant une somme d’argent d’un montant indéterminé. Conduit à l’hôpital, d’urgence, l’état de santé des 2 victimes est stable.

Cette agression s’ajoute à plusieurs vols à main armée de banques et de bureaux de changes de ces dernières semaines

 

Haïti – France : Dons de 10 véhicules utilitaires et de bourses d’études
HAITI LIBRE – 10/09/2010 08:08:42

Haïti - France : Dons de 10 véhicules utilitaires et de bourses d’études

La Fondation Renault, représentée par sa Directrice, Mme Claire Martin, et par le Directeur Général de Renault Venezuela, M. Philippe Cornet, a remis le 9 septembre dix utilitaires Renault Master neufs (construits au Brésil) à trois opérateurs humanitaires haïtiens, au cours d’une cérémonie organisée dans l’enceinte du Ministère de la Jeunesse, des Sports et de l’Action Civique, en présence du Ministre Evans Lescouflair, comme de l’ambassadeur de France en Haïti, M. Didier Le Bret.

La Croix Rouge Haïtienne, principale bénéficiaire de cette opération, a ainsi reçu sept véhicules. Trois de ces Renault Master sont des ambulances, dans un pays où celles-ci font cruellement défaut ; les quatre autres serviront dans un premier temps à des actions de promotion de l’hygiène et de préparation aux risques de catastrophes et permettront, à terme, de mettre en place des activités génératrices de revenus, type taxis collectifs, pour des bénéficiaires secondaires.

Le Ministère de la Jeunesse, des Sports et de l’Action Civique qui a reçu deux minibus compte quant à lui en faire profiter les jeunes dans le cadre des missions de solidarité qu’effectueront les volontaires haïtien du Service Civique.

Le dixième véhicule a été remis à la Fondation Espoir pour les Enfants d’Haïti œuvrant pour les enfants au travers de trois écoles, un orphelinat et un hôpital. Il permettra d’assurer le transport de ces enfants, notamment des handicapés, entre les écoles et le centre de soin. Conquis par l’énergie déployée par la Directrice, Mme Gladys Thomas, l’importateur de Renault en Haïti, Abeillauto S.A., a convaincu la Fondation Renault de soutenir cette structure dynamique.

La Fondation Renault organisera des formations pour l’entretien des véhicules. Elle remettra par ailleurs le 10 septembre, en partenariat avec la Fondation Elle, dix bourses d’études qui permettront à de jeunes haïtiennes méritantes de poursuivre leurs études en France.

 

Que deviennent les aides culturelles françaises à Haïti ?

Thierry Leclère / TELERAMA / 10-09-10

LE MONDE BOUGE – Que sont devenues les promesses d’aides culturelles de la France à destination d’Haïti, le “seul peuple de peintres”, comme disait André Malraux ? Huit mois après le séisme, le bilan avancé par le ministère de la Culture est décevant, malgré les efforts de Culturesfrance. Sur le terrain, des ONG très réactives, comme Bibliothèques sans frontières, entrent heureusement dans une phase concrète de réalisation.

L’actualité est impitoyable : les inondations au Pakistan succèdent aux glissements de terrain en Chine qui eux-mêmes font passer au second plan le tremblement de terre du 12 janvier en Haïti, etc. Logique et, en même temps, effrayant. Raison de plus pour regarder un peu en arrière : les Haïtiens ont besoin de toits, d’écoles et d’équipements de santé, mais aussi de loisirs et de culture. Huit mois après le séisme, les promesses de l’Etat français ont encore bien du mal à se traduire en actes malgré l’énergie du jeune ambassadeur de France à Port-au-Prince, Didier Le Bret, qui facilite nombre d’opérations en cours, qu’elles soient publiques ou privées. Voici ce que l’on a pu recenser pour l’instant.

Ministère de la Culture
Le voyage de trois jours de Frédéric Mitterrand, en juin, a confirmé un programme d’aides, mais bien en deçà de ce qu’on pouvait attendre de la France (l’ancienne puissance coloniale chante tellemenet l’ode à la culture haïtienne et à ce vivier d’écrivains qui produisent le plus souvent dans notre langue).

A titre d’exemple, la réhabilitation du cinéma-théâtre Le Triomphe, désaffecté depuis longtemps, coûterait de 7 à 9 millions d’euros. Mais l’Etat français, qui annonce glorieusement ce projet (lire le discours du ministre, le 22 avril), n’en assurera probablement, restrictions budgétaires obligent, qu’une petite partie du financement. Le ministère préfère communiquer sur la restauration – certes symbolique, mais somme toute modeste – du tableau Le Serment des ancêtres, grande fresque abîmée lors de l’effondrement du palais présidentiel (le tableau, peint en 1922 par le Français Guillaume Guillon Lethière, représente la rencontre entre le général noir Jean-Jacques Dessalines, lieutenant de Toussaint Louverture, et le chef des mulâtres, Alexandre Pétion. Une alliance qui mènera à l’indépendance d’Haïti, en 1804).

Culturesfrance
L’association dépendant des ministères des Affaires étrangères et de la Culture, chargée de promouvoir la culture française dans le monde, avait lancé, dès 2007, le programme
Caraïbes en créations et soutenait déjà un certain nombres d’artistes haïtiens. Elle a ouvert, depuis le séisme, une douzaine de résidences d’artistes pour accueillir pendant quelques mois des créateurs en France. L’association promet notamment 30 000 € pour transformer l’ancien espace abîmé de l’Institut français à Port-au-Prince en lieu de travail pour les artistes.

Culturesfrance lance aussi à partir d’octobre le programme « 100 titres pour Haïti ». Il prévoit la reconstitution de catalogues de littérature haïtienne, avec l’édition, sur 3 ans, de 100 titres de référence de la littérature haïtienne (fiction et non fiction) et leur diffusion « à prix adapté » au marché local.

BNF
La Bibliothèque nationale de France va faire un don de 5 000 ouvrages de référence d’ici la fin de l’année et de 30 000 autres livres à terme pour la Bibliothèque nationale d’Haïti et des bibliothèques universitaires.

ONG
Du côté des organisations non gouvernementales, les initiatives sont nombreuses, parfois désordonnées et manquant de relais efficaces sur place. Parfois sérieuses, comme celle de
Bibliothèques sans frontières, qui travaille sur le terrain depuis 2008. L’association présidée par le chercheur au CNRS Patrick Weil a lancé cet été un ambitieux programme : des ateliers de lecture et la mise en service de bibliobus dans les camps de déplacés. A plus long terme, Bibliothèques sans frontières compte aider à la création d’une bibliothèque municipale centrale à Port-au-Prince.
A destination des étudiants, l’ONG envisage aussi d’ouvrir un campus numérique, permettant l’accès à des cours en ligne.

« Les projets qui marchent le mieux sont en général initiés par des structures qui étaient déjà présentes avant le séisme et qui ont donc – c’est le point essentiel – de bons relais sur place », remarque la réalisatrice de documentaire Anne Lescot, qui fait un gros travail de recension des initiatives au sein du Réseau culture Haïti, un outil précieux.

Enfin, dernière initiative en date, à Paris : la vente aux enchères de 700 œuvres contemporaines (Hervé Télémaque, Gérard Fromager, Hervé Di Rosa, la photographe Françoise Huguier…) au profit d’artistes haïtiens. Cette vente aura lieu le 23 septembre à l’hôtel Salomon de Rothschild (Paris 8e). Vous pouvez voir les œuvres dès ce week-end ; elles sont exposées (jusqu’au 22 septembre) au 182, rue Saint-Honoré (Paris 1er) dans des locaux du ministère de la Culture.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :