ACTUALITES

18 Sep

Haïti – Élections : Émergence d’un front commun
HAITI LIBRE – 17/09/2010 10:56:57

Haïti - Élections : Émergence d’un front commun

Après 3 jours de discussions et de débats, la Conférence des Forces Politique, Sociales et Territoriales de l’opposition, a mis sur pied jeudi une structure politique baptisée « Front Politique Unitaire ». Les responsables de l’opposition affirment qu’ils vont poursuivre les rencontres avec les candidats et candidates de toutes les plateformes et partis qui réclament le départ de l’actuel CEP. 

L’ancien premier ministre Rosny Smart s’est déclaré satisfait de la façon dont cette conférence s’est déroulée. Laissant savoir que ce front commun est une première réponse donnée aux autorités haïtiennes en vue de lutter efficacement contre le régime en place « Nous voulons également dire à la communauté internationale que le pays a des fils et des filles qui ont la capacité de le diriger sans corruption et sans être placé sous tutelle ».
 
Ce front commun, qui continue d’affirmer que le Conseil Électoral Provisoire (CEP) dans sa composition actuelle n‘est pas en mesure d’organiser de bonnes élections dans le pays, se propose d’organiser prochainement sa première assemblée extraordinaire visant à renforcer la mobilisation afin d’obtenir de meilleures conditions de vie des populations vivant sous les tentes. Il entend également travailler à la réalisation de conférences régionales en vue de consolider le front commun et la mise en place d’un pouvoir de transition en vue d’organiser des élections libres, honnêtes et démocratiques dans le pays.

Néanmoins ce front commun semble déjà bien fragile. Plusieurs ex-sénateurs et ex-députés, n’entendent pas faire marche-arrière [et participer aux élections] malgré la position de leurs organisations, en dépit de la résolution de ce jeudi 16 septembre. Ainsi, l’ancien sénateur Joseph Pierre Louis a réaffirmé pour sa part, sa volonté ainsi que celle de plusieurs autres ex-parlementaires candidats agréés sous la bannière de différents partis de l’opposition, d’aller aux élections. Il a indiqué qu’il va essayer de convaincre les responsables des organisations du front commun du bien fondé de leurs décisions, estimant qu’ils doivent profiter de ce qu’il appelle « l’échec de la plateforme présidentielle » pour gagner les prochaines élections.

 

La reconstruction d’Haïti débattue au 40ème congrès annuel du Black Caucus

Sérieuses interrogations sur les élections du 28 novembre en présence du président du CEP et de 3 candidats à la présidence

Radio Kiskeya / vendredi 17 septembre 2010

La reconstruction d’Haïti était, jeudi, au centre d’une des nombreuses sessions de la 40ème assemblée annuelle du ” Congressional Black Caucus” qui se tient du 15 au 18 septembre 2010 au “Walter E. Convention Center”, à Washington D.C.

Cette session sur Haïti dirigée par le président de la Commission judiciaire de la Chambre des représentants des Etats Unis, John Conyers, s’est déroulée en présence du président du Conseil Electoral Provisoire (CEP), Gaillot Dorsainvil, et des candidats à la présidence Leslie Voltaire (Ansanm nou fò), Eric Marcki Charles (PENH) et Michel Martelly (Repons Peyizan), invités pour la circonstance par l’association parlementaire noire américaine.

Le responsable de la Fondation Aristide pour la Démocratie, Toussaint Hilaire, invité par la congresswoman Maxine Waters (très proche du secteur Lavalas) et qui était le seul panéliste haïtien parmi une dizaine d’intervenants, a centré son intervention sur la gravité de la situation économique et politique et le désespoir de la population haïtienne 8 mois après le séisme. Il a dénoncé l’imposition de politiques par les pays étrangers et l’acceptation de celles-ci par des dirigeants non véritablement motivés par la défense des intérêts fondamentaux du pays et de la population. Ce fut aussi l’occasion pour le responsable de la Fondation Aristide de faire état non seulement des viols et des privations de toutes sortes dont les populations réfugiées sous les tentes sont l’objet, mais aussi de la constitution de gangs au sein de ces populations. Hilaire a aussi souligné le risque de la tenue d’élections sans la participation des couches populaires et particulièrement de son parti, Fanmi Lavalas.

Cette position a également été soutenue par des intervenants étrangers au point que, par moments, la session a paru être un véritable plaidoyer en faveur de l’intégration de Fanmi Lavalas dans les élections, d’autant qu’elle était ponctuée de slogans pro-Aristide lancés par des militants lavalas faisant partie des nombreuses délégations d’organisations haïtiennes de la diaspora. Un formulaire de pétition en faveur du retour en Haïti de l’ancien président Jean Bertrand Aristide a même été distribué dans la salle.

Intervenant à la suite des représentants de l’USAID, du Catholic Relief Service, de l’Organisation Transafrica et d’autres encore, l’ancien représentant républicain de New York Benjamin Gilman a dressé un véritable réquisitoire contre les violations par le gouvernement haïtien des droits des investisseurs privés. Il s’est en ce sens montré particulièrement acerbe contre le sort fait à la SOCABANK, à la compagnie de télécommunications HAITEL et à leur PDG Franck Ciné. L’ancien parlementaire a mis en garde contre des investissements en Haïti dans le cadre de la reconstruction si un système de protection de ceux-ci n’est pas mis en place.

Intervenant à son tour, le représentant Conyers a souligné qu’en raison de l’urgence et de la spécificité de la situation haïtienne, le Black Caucus s’engage résolument à soumettre incessamment le dossier d’Haïti au président Obama. Sans remettre en question le leadership de Bill Clinton et de la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton, le parlementaire a mis l’accent sur la nécessité que soit nommé en urgence un responsable permanent du dossier d’Haïti.

Après le rappel des différents points du programme d’intervention du gouvernement des Etats Unis en Haïti par un adjoint du secrétaire américain au Commerce, le maitre de cérémonie, Ron Daniels, a mis l’accent sur la nécessité que le développement envisagé pour Haïti ne se limite pas à celui du secteur de la sous-traitance « comme cela parait être actuellement le cas avec la Loi Hope ». Il a souhaité que soit parallèlement développée la capacité propre du pays à subvenir à ses besoins.

La session a été clôturée par une vibrante intervention de la « star » de la musique Harry Belafonte sur le sort fait à Haïti par les grandes puissances, les multinationales et un système mondial dominant qui met l’Homme au second plan au bénéfice du profit à outrance.

Au nombre des nombreuses délégations d’organisations haïtiennes présentes à la 40ème assemblée annuelle du Black Caucus figurent celles du Center for Haitian Studies (CHS) et du Greater Miami Health Education Training Center (GMHETC) basés à Miami, Floride.

 

Haïti – Élections : Lionel Jospin achève sa mission
HAITI LIBRE – 17/09/2010 07:09:06

Haïti - Élections : Lionel Jospin achève sa mission

L’ancien Premier ministre socialiste français Lionel Jospin, qui conduit une mission sur le processus électoral en Haïti, pour le «Club de Madrid» [organisation indépendante d’anciens présidents et d’anciens chefs de gouvernement de plus de 50 pays, dévouée au renforcement des valeurs démocratiques] a estimé jeudi que les élections prévues fin novembre seraient pluralistes.

Lors de son séjour de 4 jours, le politicien français a rencontré le Président haïtien René Préval, son Premier ministre, Jean-Max Bellerive, le Conseil Électoral Provisoire (CEP), et le chef de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation d’Haïti (Minustah), Edmond Mulet ainsi que le représentant spécial du Secrétaire général de l’OEA, Ricardo Seitenfus, le chef de la mission d’observation conjointe de l’OEA/CARICOM, Colin Granderson, ainsi que les dirigeants politiques en faveur et opposés aux élections du 28 novembre 2010.

Les membres de la mission du Club de Madrid ont rencontré 5 des 19 candidats à la présidence d’Haïti, [Jacques-Edouard Alexis, Yvon Neptune, Mirlande Manigat, Hector Hyppolite Anacacis et Michel Martelly] « Certains candidats ont exprimé leurs préoccupations à l’égard du déroulement du processus électoral, de l’indépendance du CEP et de sa capacité technique à organiser ce processus, du financement des campagnes électorales et de l’égalité des ressources des candidats » a indiqué M. Jospin assurant avoir transmis ces préoccupations aux autorités et aux organisations chargées de préparer les élections. Au-delà du processus électoral, M. Jospin a discuté avec ses interlocuteurs de la gouvernance et de la reconstruction d’Haïti.

En outre, dans le cadre du projet « Global Leadership pour la reconstruction d’Haïti » la mission du Club de Madrid, a exprimé son intérêt à aider le Gouvernement haïtien, dans un esprit d’amitié, de respect et de neutralité, à la reconstruction et au renforcement de la bonne gouvernance avec l’appui financier de la Commission Européenne au cours des 18 prochains mois. « L’aide qui vous est apportée est certainement un témoignage de solidarité internationale. Elle est indispensable, mais l’objectif finale est qu’Haïti se gouverne pleinement lui-même et relève lui-même le défi de la reconstruction et de son développement avec l’effort de tous » a conclus Lionel Jospin

 

Haïti – Sénégal : Les étudiants haïtiens arriveront le 10 octobre
HAITI LIBRE – 17/09/2010 08:34:14

Haïti - Sénégal : Les étudiants haïtiens arriveront le 10 octobre

Le Dr Lamine Bâ, ministre au cabinet du président de la République en charge des affaires internationales et humanitaires, a révélé que les étudiants haïtiens, sauf modification de dernière minute arriveront au Sénégal le 10 octobre prochain. Ils prendront un vol direct Dakar Port-au-Prince-Dakar et seront accompagnés par les autorités haïtiennes dont des ministres et le président du Sénat. Une manière pour eux de remercier de vive voix le président Wade pour son initiative qui soulage plus d’un Haïtien.

160 étudiants (45% de filles) âgés entre 18 et 22 ans ont été sélectionné par la cellule pédagogique de la Commission nationale de coordination de l’accueil et l’établissement des Haïtiens au Sénégal parmi plusieurs milliers de prétendants. Ces étudiants bénéficieront de bourses de l’État Sénégalais après leurs affectations dans les différentes écoles de formation et universités publiques comme privées durant toutes leurs études « Ils vivront comme les étudiants sénégalais, car ici, c’est chez eux. il n’y aura pas de favoritisme » a assuré le Pr Amadou Tidiane Bâ.

Pour leur arrivée le 10 octobre et durant tout leur temps qu’il faudra pour leur acclimatation au contexte social du pays, la Commission nationale de coordination de l’accueil et l’établissement des Haïtiens au Sénégal entend dérouler une série d’activités. Ainsi, dès leur arrivée, ils auront droit à une visite privée à Gorée, puis le lendemain, il y aura une cérémonie officielle à la place du « Monument de la renaissance africaine ». De même, les étudiants seront pris en charge au plan médical et psychologique au niveau de leur zone de transit avant leur d’être redirigé dans les universités. En outre, il est prévu une émission bi hebdomadaire « Nouvelles d’Haïti » pour permettre aux Haïtiens de garder le contact avec leur pays d’origine.

 

Cuba et la CARICOM évaluent la situation en Haïti

A l’occasion de la troisième réunion ministérielle prévue vendredi à La Havane entre les deux parties

Radio Kiskeya / jeudi 16 septembre 2010

La troisième réunion ministérielle entre Cuba et les pays de la Communauté Caraïbe (CARICOM) se déroule ce vendredi à La Havane avec un agenda portant notamment sur la situation en Haïti, huit mois après le séisme destructeur du 12 janvier.

Selon le quotidien cubain Juventud Rebelde, les ministres des quinze membres du bloc caribéen discuteront avec leurs homologues cubains de différents dossiers qui intéressent les deux parties.

Le renforcement de la coopération régionale devrait déboucher sur des accords économiques, commerciaux, scientifiques et techniques incluant la protection de l’environnemnt et la promotion du développement durable.

Cuba et la CARICOM, dont Haïti est membre, s’étaient mobilisées pour venir en aide au pays peu après le tremblement de terre dévastateur ayant laissé un bilan de 300.000 morts.

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :