DIMANCHE 03 OCTOBRE 2010

3 Oct

Haïti – Insécurité : Un ingénieur de l’OIM abattu de deux balles
HAITI LIBRE – 03/10/2010 12:02:40

Haïti - Insécurité : Un ingénieur de l’OIM abattu de deux balles

Un ingénieur d’origine haïtienne, Denis Pierre Richard, 42 ans, chargé de la supervision de la construction d’abris au camp Corail-Cesselesse, à l’emploi de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), a été assassiné vendredi. Ce qui a obligé l’OIM à suspendre les travaux sur une partie du site.
D’après Leonard Doyle, porte parole de l’OIM, le corps de l’ingénieur a été retrouvé sans vie à proximité du camp Corail-Cesselesse, apparemment plusieurs heures après avoir reçu 2 balles tirées par un ou des inconnus.
Denis retournait à son travail en taxi collectif après avoir été encaissé à Port-au-Prince son premier chèque de paie. D’après la police qui enquête sur ce meurtre, des témoins ont déclaré que des inconnus en motocyclette suivaient le taxi. La police se demande si en dehors du vol qui semble être le mobile principal du crime, l’ingénieur n’aurait pas été tué parce qu’il travaillait pour l’OIM, la victime portait en effet une casquette identifiant son appartenance à l’ONG. Les enquêteurs on relevé des indices mais aucune arrestation n’a eu lieu.
William Lacy Swing, directeur général, de l’OIM a déclaré dans un email «C’est un acte ignoble contre un membre du personnel de l’OIM, Denis était un ingénieur travailleur et talentueux totalement dévoué à l’aide aux victimes du tremblement de terre et de leurs familles ».
Denis laisse dans le malheur sa femme et ses deux enfants âgés respectivement de 8 et 11 ans.

 

Haïti – i-Votes : Résultats cinquième semaine
HAITI LIBRE – 03/10/2010 09:43:04

Rappelons que le bureau de i-Vote d’HaitiLibre.com vous permet de i-voter pour le candidat de votre choix. Les i-Votes enregistrent la tendance des internautes, IL NE S’AGIT NULLEMENT D’UN VOTE OFFICIEL. Les i-votes permettent de mesurer, la popularité d’un candidat ou de son parti, sa capacité de mobilisation et la pertinence du candidat, de ses engagements et de son programme (chez les internautes). Vous ne pouvez i-voter qu’une seule fois par 24 heures pour le candidat de votre choix (mais rien ne vous empêche de voter une fois chaque jour pour votre candidat ou pour un autre si vous changez d’allégeance).
Notez que si la majorité des candidats (12) ont rendu disponible leur bio ou CV (voir la section i-Votez, liens disponibles sous l’image des candidats) certains tardent à le faire, pour diverses raisons : les candidats ne répondent pas à nos demandes, l’information n’est pas disponible ou n’existe qu’en anglais (!!). Concernant les grandes lignes des programme, très peu nous les ont fait parvenir (4), pour des raisons similaires à celles énoncées précédemment. Nous rappelons que dans le processus électoral les candidats ont le devoir d’informer les électeurs sur leurs compétences et les grandes lignes de leurs programmes, celui des médias étant de contribuer à la diffusion de ces informations auprès de la population.
Nous procédons chaque dimanche à la publication des résultats des i-Votes sur le site HaitiLibre.com. Les i-Votes sont cumulatifs du 28 août au 21 novembre 2010 inclusivement, date de publication de nos derniers résultats (une semaine avant l’échéance électorale du 28 novembre 2010). Lors de la dernière publication des résultats vous connaîtrez le nombre de i-votants total pour chaque candidat.

 

Haïti - i-Votes : Résultats cinquième semaine

Si le classement des internautes pour les 5 premiers candidats en tête de liste reste inchangé, l’analyse des écarts pour cette cinquième semaine, montrent qu’il y a une lutte acharné entre la 2 ème, 3 ème et 4 ème position qui se déroule dans une marge de i-Votes de seulement 0.54%.
Baker Charles Henry (1) conforte sa première position avec un gain pour cette 5 ème semaine dans les intention de i-Vote de + 0.79%. Toutefois nous observons un net ralentissement dans le renforcement de sa position depuis 3 semaines (semaine 3 Baker gagnait + 4.44%, semaine 4 + 1.42%, semaine 5 +0.79%). L’augmentation de l’écart avec Michel Martelly (2) est de + 1.84% cette semaine, résultat conjugué du gain de Baker + 0.79% et de la baisse des intentions de i-Vote pour Michel Martelly -1.04%.
La lutte pour les positions 2 à 4 se joue dans un mouchoir de poche, puisque seulement 0.54% sépare Martelly (2) de Léon Jeune (4).
Les intentions de i-Vote cette semaine de Michel Martelly (2) sont en baisse de -1.04%, en hausse de + 0.14% pour Mirlande Manigat (3) et en hausse de +1.99% pour Léon Jeune (4) qui poursuit son ascension cette semaine après un gain de + 2.54% la semaine précédente.
L’écart qui sépare Mirlande Manigat (3) de Michel Martelly (2) n’est plus que de 0.38% (conjugaison de la hausse de Manigat + 0.14% et de la baisse de Michel Martlely – 1,04%)
L’écart qui sépare Léon Jeune (4) de Mirlande Manigat (3) n’est plus que de 0.16 % essentiellement dû au gain dans les intentions de i-Vote pour Léon jeune (+ 1.99%)
Dans le reste du peloton plusieurs positions se jouent sur de faibles écarts
0.05% sépare Alexis Jacques Édouard (7) de Leslie Volataire (6)
0.14% sépare Jude Célestin (11) de d’Éric Smarcki Charles (10)
0.05% sépare Jean Hector Anacacis (17) de Wilson Jeudy (16)
Dans le classement général pour cette 5 ème semaine, 3 candidats gagnent des places et 3 en perdent.
Les gagnants :

  • Leslie Voltaire gagne 1 place (passant passant de la 7 ème à la 6 ème position) dû à une baisse des intentions de i-Vote chez son concurrent direct.
  • Éric Smarcki Charles gagne 1 place (passant de la 11 ème à la 10 ème position) grâce à un gain de presque 1 demi point dans les intentions de i-Vote (+0.49%)
  • Wilson Jeudy gagne 1 place (passant de la 17 ème place à la 16 ème)

Les perdants :

  • Jacques Édouard Alexis,  perd 1 place (passant de la 6 ème à la 7 ème place)
  • Jude Célestin, perd 1 place (passant de la 10 ème à la 11 ème place) relativement stable dans les intentions de i-vote (-0.02%)
  • Anacacis Jean Hector, perd 1 place (passant de la 16 ème à la 17 ème place) Notons que ce candidat a perdu 2 places sur ces 2 dernières semaines.

Cette semaine, le vote blanc représente 3.92 % . Le vote blanc est utilisé par les internautes soit pour manifester leurs désaccords avec la tenu des élections du 28 novembre 2010 soit qu’aucun des candidats ne leur convient. Rien n’est joué, il reste 7 semaines (7 autres résultats) qui pourraient nous réserver bien des surprises, les écarts du classement pour de nombreux candidats étant très faible.
Mobilisez-vous et i-Votez pour le candidat de votre choix. Rendez-vous pour les prochains résultats dimanche 10 octobre 2010

Pour i-voter : http://www.haitilibre.com/i-vote.php

 

Des inondations font au moins 14 morts en Haïti, dont 8 dans le sud

Les départements des Nippes et du sud les plus touchés par les intempéries ; mais, l’alerte jaune reste maintenue sur l’ensemble du territoire

Radio Kiskeya – samedi 2 octobre 2010

Des inondations et glissements de terrain causés par des pluies diluviennes ont fait au moins huit morts ces derniers jours dans la région méridionale d’Haïti, portant à quatorze le nombre de décès enregistré officiellement à travers le pays où l’alerte jaune restait en vigueur, a annoncé samedi la protection civile.

Dans le département du sud, six corps ont été découverts, dont ceux de deux adultes et d’une jeune fille retrouvés ensevelis à la suite d’un éboulement.

Les autres personnes ont été victimes des crues des rivières.

Deux morts ont été également recensés dans les Nippes (sud-ouest).

Les responsables de la protection civile n’étaient pas encore en mesure d’établir un bilan exhaustif des pertes en vies humaines provoquées par les cellules convectives d’une dépression tropicale également à l’origine d’importants dégâts matériels.

Des dizaines de maisonnettes ont été détruites ou endommagées par des rivières sorties de leur lit dans plusieurs communes des Nippes et du sud isolées en raison la circulation rendue impossible sur les routes. Des terres agricoles ont été par ailleurs dévastées et des têtes de bétail emportées.

« Un hélicoptère des Nations-Unies qui transportait des fonctionnaires onusiens et haïtiens dans les régions sinistrées n’a pas pu se poser », a expliqué à l’AFP la directrice de la protection civile, Alta Jean-Baptiste.

Face aux menaces de pluies qui continuent à peser sur certaines régions, le secrétariat permanent de gestion des risques et des désastres a ordonné le maintien jusqu’à nouvel ordre de l’alerte jaune aux inondations et glissements de terrain décrétée depuis plusieurs jours.

Il y a une semaine, une brusque tempête avait balayé la capitale faisant six morts, une soixantaine de blessés et détruisant des centaines de tentes et bâches dans les camps où vivent depuis neuf mois une partie des 1,5 milion de sinistrés du séisme dévastateur de janvier.

Très mouvementée, mais non porteuse jusqu’ici de catastrophes majeures, la saison cyclonique prendra fin officiellement dans l’Océan Atlantique aux derniers jours de novembre.

 

Nouvelle réunion mercredi de la CIRH

A l’ordre du jour de cette téléconférence, l’approbation de nouveaux projets et l’évaluation de ceux antérieurement validés

Radio Kiskeya – samedi 2 octobre 2010

Le Conseil de la Commission intérimaire mixte pour la reconstruction d’Haïti (CIRH) tiendra mercredi prochain par téléconférence sa troisième réunion au cours de laquelle seront approuvés de nouveaux projets en vue de « satisfaire les besoins du peuple haïtien », informe un communiqué.

Tous les membres haïtiens et étrangers de la CIRH ainsi que son directeur exécutif, Gabriel Verret, également conseiller économique du Président René Préval, prendront part à cette réunion qui se déroulera sous la direction du Premier ministre Jean-Max Bellerive et de l’ex-Président américain Bill Clinton, tous deux co-présidents de cette structure restée controversée en Haïti.

Le communiqué souligne que les participants s’attacheront à travailler en fonction des « réponses immédiates et à long terme » que le gouvernement haïtien souhaite apporter dans le cadre du processus de reconstruction post-séisme.

La téléconférence permettra d’autre part de faire le point sur l’état d’avancement des projets déjà approuvés et censés être en cours d’exécution.

Lors de sa première grande réunion plénière à Port-au-Prince, en juillet dernier, la CIRH avait validé un paquet de projets multisectoriels dépassant largement un milliard dollars afin d’insuffler une nouvelle énergie à un pays qui peine à se relever de la catastrophe l’ayant sévèrement frappé le 12 janvier.

Cependant, près de six mois après sa création, en avril dernier, la CIRH accuse un très maigre bilan, nettement en deçà de sa mission portant sur la planification, la coordination et la mise en œuvre des projets de développement et des priorités du pays alors que les bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux ont versé à peine 10% des montants promis.

Rivalisant de générosité et de bonnes intentions proclamées, les principaux partenaires d’Haïti s’étaient engagés à accorder une aide à la reconstruction de dix milliards de dollars sur cinq ans en réponse à une tragédie gigantesque qui a fait 300.000 morts, 300.000 blessés, 1,5 million de sans-abri et ruiné l’économie locale.

 

Haïti – Justice : Des failles tout au long de la chaîne pénale (Partie 1)
HAITI LIBRE – 02/10/2010 17:41:30

Haïti - Justice : Des failles tout au long de la chaîne pénale (Partie 1)

Le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) et ses structures départementales qui ont observé le fonctionnement de l’institution judiciaire, se proposent, à l’occasion de la nouvelle année judiciaire (2010-2011), de partager avec l’opinion publique, les résultats des audiences criminelles réalisées dans le pays au cours de l’année judiciaire 2009-2010.
Ce premier article met en lumière les failles observées dans chacun des 3 maillons de la chaîne pénale se rapportant au travail : de l’institution policière, du Tribunal de Paix, et du Parquet.
L’institution policière
L’institution policière est le premier maillon de la chaine pénale haïtienne. En effet, c’est aux agents de la Police Nationale d’Haïti (PNH) qu’il revient de donner suite aux ordres d’arrestation pour l’institution judiciaire et de conduire les enquêtes de police.

Au cours de l’année judiciaire 2009-­2010, la PNH a procédé à des arrestations réalisées sous la mention « pour enquête » et des milliers de personnes, dont des mineurs, ont été mises en garde à vue. De plus, au moment de l’arrestation et de la rétention des personnes, l’Etat haïtien ne met pas à la disposition de ceux qui ne peuvent se le payer, les services d’un avocat. Conséquemment, les personnes arrêtées sont généralement interrogées par des agents de la Police Administrative, en l’absence d’un avocat ou d’un témoin de leur choix et souvent, au jour du jugement, elles affirment avoir été maltraitées et contraintes de signer les déclarations faites à la PNH lors de leur interrogatoire.
Dans la majorité des cas, les accusés, incapables de s’offrir un avocat, se voient attribuer un avocat stagiaire par le Barreau de la juridiction où ils doivent être jugés, au jour même du jugement. De ce fait, les défenseurs n’assimilent pas les dossiers de leurs clients et la défense n’est pas toujours bien assurée.
Les Tribunaux de Paix
Le Tribunal de Paix constitue le premier couloir permettant aux individus de prendre contact avec l’instance judiciaire proprement dite. Il est une juridiction de proximité qui, par sa position, est susceptible d’entrainer des cas de violation des droits humains.

En effet, plusieurs Juges de Paix décident de classer des dossiers correctionnels et criminels en faisant fi de l’article 12 du Code d’Instruction Criminelle qui leur fait obligation de se muer en Officier de Police Judiciaire, de mener les enquêtes relatives aux dossiers correctionnels et criminels et de les transférer aux Parquets de leur juridiction respective.
Le Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique a publié, en octobre 2009, un bulletin spécial intitulé « le nouveau tarif judiciaire ». Au niveau du chapitre 1er de ce document, les taxes et vacations des Juges de Paix ont été fixés. Cependant, ces tarifs ne sont pas toujours respectés. De plus, les constats légaux sont des actes réalisés par les Juges de Paix dans le plus grand désordre. En effet, le constat des lieux, effectué en application de l’article 35 du Code de Procédure Civile est fixé à deux mille (2000) gourdes. Cependant, ce montant peut varier d’un justiciable à un autre selon les caprices du Juge de Paix.
De plus, pour contourner la gratuité des constats en matière pénale, nombreux sont des Juges de Paix qui exigent de l’argent des justiciables, sous le couvert de frais de carburant. Les greffiers de leur côté réclament aux justiciables, souvent au nom des Juges de Paix, des sommes dépassant largement le montant fixé par le nouveau tarif judiciaire.
Le Parquet
Le Parquet est l’instance responsable de la signification des décisions de justice en matière pénale, étant entendu qu’il poursuit au nom de la société (Ministère Public). Des ordonnances sont rendues par les Cabinets d’Instruction et acheminées aux Parquets aux fins de signification.

Les représentants du Ministère Public des différentes juridictions du pays font montre, ce, depuis plusieurs années, d’un laxisme récurrent dans le traitement des dossiers des individus incarcérés.
D’une part, plusieurs dossiers relatifs à des crimes spectaculaires sont classés sans suite alors que parallèlement, des dossiers correctionnels sont transférés de manière systématique au Cabinet d’instruction et rares sont les cas qui donnent lieu à des citations directes au correctionnel.
D’autre part, au niveau de toutes les juridictions du pays, il est un fait systématique que les représentants du Ministère Public soutiennent de manière nonchalante les accusations portées contre les individus sur le point d’être jugés. Le plus souvent, les dossiers ne sont l’objet d’aucune préparation. Les pièces à conviction sont difficilement disponibles. Les témoins cités par le Parquet, se présentent rarement aux audiences et, les représentants du Ministère public ont souvent du mal à partager avec le public la pertinence de leur conviction relative à la culpabilité des individus sur le banc des accusés.
En raison de ces failles, souvent le parquet renonce à l’accusation. Cependant, il est regrettable que la renonciation ne se manifeste généralement que lors des audiences, après que l’inculpé ait passé des mois voire, des années en détention préventive.
De plus, le Parquet est l’instance responsable de la signification des décisions de justice en matière pénale, étant entendu qu’il poursuit au nom de la société. Des ordonnances sont rendues par les Cabinets d’Instruction et acheminées aux Parquets aux fins de signification. Cependant, ces ordonnances sont souvent signifiées aux personnes concernées des mois après. A titre d’exemple, plusieurs femmes et filles gardées en détention préventive à la Prison civile de Pétion-­ville ont été l’objet d’ordonnances du Juge d’Instruction, rendues au cours du deuxième semestre de l’année 2009 alors que ces ordonnances ne leur ont été signifiées qu’en date du 1er juin 2010.
Des personnes jugées passent des années et arrivent des fois à expiration de leur peine sans que leur jugement n’ait été signifié aux instances pénitentiaires.

HL/ RNDDH (Observations générales sur les audiences criminelles tenues au cours de l’année judiciaire 2009-­2010 / 1 octobre 2010)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :