DIMANCHE 17 OCTOBRE 2010

17 Oct

Violente émeute au pénitencier national (MAJ 16:20)
HAITI LIBRE – 17/10/2010 14:53:29

Haïti - Flash Infos : Violente émeute au pénitencier national (MAJ 16:20)  Une violente émeute a éclaté ce dimanche matin au Pénitencier national, principal centre carcéral de la capitale, qui abrite 1,469 détenus. Plusieurs policiers, des casque bleus et du personnel pénitencier ont été pris en otages. Les mutins se sont emparés des armes des gardiens et des militaires et plusieurs coups de feu en provenance de la prison ont été entendu par des témoins alors qu’un ou plusieurs foyers d’incendies ont été allumé dans la prison.
Plus tard dans la journée, les forces de l’ordre brésilienne semblaient avoir repris le contrôle du Pénitencier National. On rapporte qu’au moins 5 agents de la Police des Nations Unies affectés au pénitencier ont été battus et blessés grièvement par des détenus. Certaines sources, non officielles, affirment qu’il y aurait plusieurs mort du côté des otages. Une autre source non confirmée indique qu’au moins un détenu aurait été tué lors des affrontement avec les forces brésiliennes.
Il semblerait que plusieurs prisonniers aient réussit à s’évader en passant par la cour du Collège Bird adjacente à la prison, toutefois en l’absence de déclaration officielle sur le bilan de cette mutinerie nous ne pouvons confirmer ces informations. À l’heure actuelle, une grande confusion règne sur place et les témoignages sont divergents et contradictoires.
MAJ 16:20
Les causes de l’émeute ne sont pas clairement connue. D’après un porte parole du Ministère de la Justice 3 détenus ont été tués dont 2 qui tentaient de s’échapper. Jean-François Vézina porte parole de la police de l’ONU affirme que les 7 otages (non haïtiens) détenus par les prisonniers ont tous été libéré et n’ont subit que des blessures mineures (contrairement à ce qui avait été dit précédemment) sans fournir d’autres détails.

 

Violence erupts at Haiti prison, 3 inmates killed

PORT-AU-PRINCE, Haiti (AP) — Two inmates were shot to death trying to escape from the roof of Haiti’s quake-damaged national penitentiary and a third was trampled to death inside during a prison riot Sunday, authorities said.

U.N. police spokesman Jean-Francois Vezina said at least 100 U.N. police were inside Haiti’s biggest prison when the uprising occurred. Inmates briefly held seven foreigners hostages — three U.N. police, two U.N. corrections officials and two unidentified visitors touring the facility — before releasing them, some with minor injuries, he said.

The violence inside the blue and white concrete building in downtown Port-au-Prince erupted Sunday morning when an inmate faked illness, then stole a guard’s weapon after he was taken to the infirmary, Justice Ministry official Joseph Felix Badio told The Associated Press.

Badio said seven police officers were injured inside the prison that holds about 1,500 inmates, but national police said they could not confirm that.

Video shot by a local journalist from a nearby building and obtained by the AP showed U.N. and Haitian police moving around outside the walls, shooting upward at inmates on the roof. A man is seen running on the roof, carrying a long black object, as a voice off camera says, « He has a gun. » It is unclear if the object is a weapon.

No prisoners were seen shooting in the video. Neighborhood witnesses said they saw rocks thrown from the roof at the street, and pointed out damage to cars.

U.N. peacekeepers from Jordan, Brazil and other countries used armored vehicles and assault rifles to keep onlookers — and journalists — away during and immediately after the unrest. Haitian police stood guard closer to the building.

Police officials familiar with the prison said some inmates had escaped. They agreed to discuss the unrest on condition they not be identified because they were not authorized to talk to the news media.

Sunday’s uprising continued a long saga of unrest and dangerous conditions in Haiti’s prisons.

In the chaos after the devastating earthquake on Jan. 12, thousands of prisoners escaped from the dangerously overcrowded penitentiary, including some well-known, dangerous gang leaders.

A week later, at least 12 prisoners were killed and 40 wounded during an escape attempt at a prison in the southern town of Les Cayes, which was outside the zone damaged by the quake.

 

$900,000 For A 3-Bedroom … In Haiti?

by The Associated Press / PORT-AU-PRINCE, Haiti October 17, 2010, 03:46 pm ET

It’s just two miles from where Dominique Tombeau lives today to the house he dreams about at night, but the road runs straight uphill.

Nine months after the schoolteacher’s concrete home collapsed in front of his wife and 4-year-old son, the family and three in-laws are stuck under a plastic tarp that pours down water when it rains. All he wants is to move up, to a working man’s apartment in the tree-lined suburb of Petionville. But every place he can even consider costs double or triple the $43 a month he used to pay in rent, even though he and everyone he knows has less money than ever.

Haiti’s brittle housing supply was shattered by the Jan. 12 earthquake, which destroyed an estimated 110,000 homes and apartment buildings. Since then demand has soared, as the more than 1.5 million people who lost their homes compete for new ones at the bottom end of the market, and a rising tide of foreigners from the U.N. and aid groups flood in from the top.

The result: There are not enough houses, and not enough money for people to rent the ones still standing. More than 1.3 million Haitians live in squatter camps, facing disgruntled landowners and violent evictions, with no international or government plan to move or house them. The prices have everyone stuck.

« The type of house most people rented before was not built well. Those houses were destroyed, and the ones that are left are too expensive, » Tombeau explained with the patience of a man used to walking teenagers through French grammar. « When they find a decent camp to live in, they decide they’d rather stay. »

Before the quake, visitors to Haiti who only knew of its poverty and desperation were shocked to see the homes available to those who could afford them. Glass and concrete palaces in pink, peach, yellow and white hang off the mountains above Port-au-Prince like oversized candies on a green fruitcake.

Some fell. The prices on those that survived defy belief. One senator put up his three-bedroom with panoramic views for $15,000 a month. (Its nine Rottweiler guard dogs are free.) Finding anything similar for less than $5,000 is a steal. Want to buy? A three-bedroom with guest apartment lists for $900,000.

With his education and entrepreneurial attitude, Tombeau would be a prime candidate to enter a Haitian middle class. But as things are, he could not afford such a house in a hundred lifetimes. All his income disappeared in a crash of concrete when his school crumbled on top of him and hundreds of students. Some 35 people were killed, and he spent six hours under the rubble with his left arm smashed and pinned to his side.

After days in a Doctors Without Borders clinic, the skinny 35-year-old moved his family to an empty space in front of Prime Minister Jean-Max Bellerive’s office. When officials began discouraging aid from reaching that camp, Tombeau took his $90 worth of donated tarps, wood and corrugated tin to the new camp on the side-street of Delmas 56, a rocky slope above a ravine behind a fast food joint and computer store.

The camp is called « Tet Ansanm » or « heads together, » a Creole phrase for unity that’s also an apt description of how much space people have to sleep.

Next door, behind a wall and guarded gate, is a two-story pink house now being used by the United Nations, which lost scores of buildings in the quake. On the upstairs floor is the five-person office of UN-Habitat, the primary agency tasked with the question of permanent housing.

The country manager, Jean Christophe Adrian, has been in Haiti since March, often working on a balcony looking over the camp. He acknowledges officials have been slow to deal with Port-au-Prince’s most visible problem.

« So far there is no clarity on how to go about it, » Adrian told The Associated Press. « There are a wide range of proposals which are being made but without really a clear direction on how to address the housing issue. »

It was only last week when former U.S. President Bill Clinton and Prime Minister Jean-Max Bellerive, the co-chairs of the reconstruction commission, held a closed meeting on housing at Bellerive’s house. Meeting documents obtained by AP said that 85 percent of people displaced by the quake could be returned to neighborhoods if their homes are repaired or rebuilt. Ten percent would be placed in new homes in the same area, with the remaining 5 percent relocated.

Doing just that, even at a cost of $10,000 per family, would require more than $5 billion — almost the total currently pledged for everything through next year, without paying for health care, food or job creation, Bellerive told reporters before the meeting.

Meanwhile, of the total pledged, less than 15 percent has been delivered — and still none from the United States. Piles of rubble fill lots and block construction equipment.

The U.S. and others spent millions in humanitarian aid on home-assessment teams, but most of the properties deemed relatively safe remain empty because people cannot afford them. Little has been spent on new homes, with money going for tarps, tents and the sturdier « t-shelters » — made with wood and metal to better withstand wind, rain and tremors.

Hardly anyone has credit for a mortgage or construction loan. Building materials are more expensive than ever. And land title is governed by a broken system ripe for exploitation by speculators looking to cash in on reconstruction — whenever that happens.

Even money does not guarantee a house. A realtor with an office on Route Delmas named Athis Dupre said he lost half his 100 house listings in the quake. Rent is at a premium, with fewer people wanting to buy out of fear that a purchase would just collapse in the next quake. Streetwalking house hunters, who take prospective renters on tours for $12 a pop, say their pickings are expensive and slim.

But there is one group that can still make rent: Foreign non-governmental organizations, aid workers and journalists.

Down the hill from Tombeau’s tent, on the unpaved, easily flooded cross-street numbered Delmas 33, the lower floor of a two-story with dingy, cracked yellow walls and possibly working plumbing rents for $1,250 a month — payable in a lump-sum of $15,000 for the year. Most Haitians, who live on less than $1 a day, could never afford that. But the Haitian-born owner doesn’t want them.

« The owner isn’t interested in renting to Haitians. He’s always rented to NGOs, » says his agent, Eddy Alexandre.

The Associated Press, whose house was destroyed in the quake, is now renting a three-bedroom home/office for more than three times what it paid before. And the New York-based nonprofit Voices for Haiti has abandoned Port-au-Prince altogether, moving to the sleepier, more remote seaside town of Cabaret to its north.

« I find it more expensive to rent a place in Haiti than in Brooklyn, and it’s not just housing. The entire cost of living is very, very high now, » said the group’s head, Mario Augustaze.

The group had to bail out of a project because it was going to cost too much to house the volunteers, Augustaze said. The project was with Habitat for Humanity — building homes.

Tombeau is doing his best with what he has. He divided his tarp shack into a bedroom and living room, then put up a door advertising paid use of his $60-a-month wireless modem. He also spread the word that he could design T-shirts. But almost nobody wanted either. Out of cash, he canceled his internet account, and for now has given up on trying to move.

« I just want a house like I had before. I don’t want anything huge, I just want something comfortable, » he said, leaning toward a breeze coming through his stifling shack’s open door. « If I had the money, I would look for one right now. »

———

Associated Press writer Martha Mendoza contributed to this story.

 

Haïti – i-Votes : Résultats septième semaine
HAITI LIBRE – 17/10/2010 09:25:57

Rappelons que le bureau de i-Vote d’HaitiLibre.com vous permet de i-voter pour le candidat de votre choix. Les i-Votes enregistrent la tendance des internautes,IL NE S’AGIT NULLEMENT D’UN VOTE OFFICIEL. Les i-votes permettent de mesurer, la popularité d’un candidat ou de son parti, sa capacité de mobilisation et la pertinence du candidat, de ses engagements et de son programme (chez les internautes). Vous ne pouvez i-voter qu’une seule fois par 24 heures pour le candidat de votre choix (mais rien ne vous empêche de voter une fois chaque jour pour votre candidat ou pour un autre si vous changez d’allégeance).
Notez que si la majorité des candidats (12) ont rendu disponible leur bio ou CV (voir la section i-Votez, liens disponibles sous l’image des candidats) certains tardent à le faire, pour diverses raisons : les candidats ne répondent pas à nos demandes, l’information n’est pas disponible ou n’existe qu’en anglais (!!). Concernant les grandes lignes des programme, très peu nous les ont fait parvenir (6), pour des raisons similaires à celles énoncées précédemment. Nous rappelons que dans le processus électoral les candidats ont le devoir d’informer les électeurs sur leurs compétences et les grandes lignes de leurs programmes, celui des médias étant de contribuer à la diffusion de ces informations auprès de la population.
Nous procédons chaque dimanche à la publication des résultats des i-Votes sur le site HaitiLibre.com. Les i-Votes sont cumulatifs du 28 août au 21 novembre 2010 inclusivement, date de publication de nos derniers résultats (une semaine avant l’échéance électorale du 28 novembre 2010). Lors de la dernière publication des résultats vous connaîtrez le nombre de i-votants total pour chaque candidat.
Pour i-Voter :
http://www.haitilibre.com/i-vote.php

Haïti - i-Votes : Résultats septième semaine  Cette septième semaine de résultats voit des positions se renforcer et le peloton des candidats se fractionner en 4 groupes, Baker toujours en tête perd des intentions de i-Vote (- 0.07%) pour la deuxième semaine consécutive.
Charles Henri Baker (1) se maintient dans la course en tête du peloton mais s’essouffle comme nous l’avions constaté les semaines précédentes (semaine 3 Baker gagnait + 4.44%, semaine 4 + 1.42%, semaine 5 + 0.79% mais commençait à perdre du terrain dès la semaine 6 – 0.18% et – 0.07% cette semaine).
Mirlande Manigat (2) fait une remontée significative (+ 0.99%) sur Baker, alors que la semaine dernière la candidate était à 11.01 % d’écart avec Baker, elle réduit cet écart à 9.95%.
Léon Jeune (3) maintien sa position tout en enregistrant une légère progression de i-Vote + 0.13% cette semaine augmentant l’écart qui le sépare (+50%) du candidat Martelly qui reste stable (La semaine dernière l’écart Léon Jeune – Martelly était de 0.29% cette semaine Léon Jeune devance Martelly de 0.42%).
La plus grande progression pour un candidat dans les 4 premières places est obtenu par la Candidate Manigat (+ 0.99%)
Peloton des candidats :
Conduit par Baker, le peloton des candidats se fractionne maintenant en 4 groupes :
Groupe I : positions 2, 3 et 4 les candidats s’affrontent dans un écart de 1.32% des intention de i-Vote (entre la 2 ème et la 4 ème place)
Groupe II : positions 5, 6 et 7 au coude à coude, les candidats s’affrontent dans un écart 0.64% (entre la 5 ème et la 7ème place). 8.44% sépare le candidat en tête de ce groupe (Céant Jean Henry), du Groupe I.
Groupe III : positions 8, 9, 10, 11 les candidats s’affrontent dans un mouchoir de poche, l’écart est de 0.39% (entre la 8 ème et la 11 ème position). 1.94% sépare le candidat en tête de ce groupe (Jeune Jean Chavannes) du Groupe II.
Groupe IV : positions 12, 13, 14, 15, 16, 17 , 18 , 19 les candidats s’affrontent dans un écart de 1.37% de i-Vote (entre la 12 et la 19 ème position). 0.67% sépare le candidat en tête de ce groupe (Neptune Yvon) du Groupe III.
Classement général, pour cette 7 ème semaine : 1 candidats gagne une place et 2 en perdent.
Le gagnant :
Célestin Jude gagne 2 places (passant passant de la 11 ème à la 9 ème position) dû à un gain de + 0.13% dans les intentions de i-Vote en conjugaison avec la baisse simultanée dans les intentions de i-Vote de Charles Eric Smarcki (- 0.10%) et d’Abellard Axan D’elson (- 0.02%)
Les perdants :
Charles Éric Smarcki, perd 1 place (passant de la 9 ème à la 10 ème place) dû à une baisse de – 0.10% dans les intention de i-Vote et au gain de place de Jude Célestin qui le déclasse.
Axan D’Elson Abellard, perd 1 place (passant de la 10 ème à la 11 ème place) dû essentiellement au gain de place de Jude Célestin qui le déclasse (la baisse d’intention dans les i-Vote pour ce candidat est insignifiante – 0.02%). Notons que la candidat Abellard ne cesse de perdre des places (-1 en semaine 2, -1 en semaine 3, -1 en semaine 6 et -1 en semaine 7. Soit une perte de 4 places depuis la première semaine de i-Vote.
Cette semaine, le vote blanc représente 3.49 %. Le vote blanc est utilisé par les internautes soit pour manifester leurs désaccords avec la tenu des élections du 28 novembre 2010 soit qu’aucun des candidats ne leur convient. Rien n’est joué. La campagne électorale à commencé vendredi 15 octobre, les candidats vont donc multiplier leurs interventions dans les médias et faire connaître leurs programmes et leurs engagements (nous l’espérons) ce qui pourraient avoir une influence sur les intentions de i-Vote. Il reste 5 semaines (5 autres résultats) qui pourraient voir encore de nombreux changement de positions au classement, les écarts pour de nombreux candidats étant très faible.
Mobilisez-vous et i-Votez pour le candidat de votre choix. Rendez-vous pour les prochains résultats dimanche 24 octobre 2010.
Pour i-voter :
http://www.haitilibre.com/i-vote.php

 

Haïti – Sénégal : Faciliter l’insertion des haïtiens au Sénégal
HAITI LIBRE – 16/10/2010 12:05:03

Haïti - Sénégal : Faciliter l’insertion des haïtiens au Sénégal  Le Sénégal et Haïti, représentés respectivement par Madické Niang, Ministre d’État et Ministre des Affaires étrangères, et Evans Lescouflair, Ministre haïtien de la Jeunesse et des Sports ont signé un accord cadre de coopération et un protocole d’accord relatif à l’accueil et à l’établissement des Haïtiens au Sénégal.
L’accord de coopération vise à renforcer et à diversifier les relations des deux pays dans les domaines politique, social, économique environnemental, éducatif, culturel et humanitaire. Au travers du protocole d’accord, le Sénégal s’engage notamment à faciliter l’accueil, la formation et l’insertion sociale et professionnelle des ressortissants haïtiens au Sénégal.
Le Ministre d’État, a souhaité que cette rencontre soit le début d’un approfondissement fécond et irréversible de la coopération entre les deux pays à l’image de la sincérité des relations qui lient les deux peuples.
Le Ministre haïtien a remercié les autorités sénégalaises pour l’accueil réservé aux étudiants de son pays, et pour tous les efforts consentis depuis le séisme. Il a aussi déclaré que cet accord, permet de renforcer bilatérales et traduit un retour effectif des Haïtiens sur la terre de leurs ancêtres.

 

THAT WAS IN 2008: DID WE LISTEN ? 

Possibilty of Earthquake in Port-au-Prince?

HAITIXCHANGE / Oct 11, 2008
Posted By:CoolP

HX Article

A recent article in Haiti’s Le Matin newspaper has quoted 65 year old geologist and former professor at the Geological Institute of Havana, Patrick Charles, as stating that “conditions are ripe for major seismic activity in Port-au-Prince. The inhabitants of the Haitian capital need to prepare themselves for an event which will inevitably occur…” According to him, the danger is imminent. He ads “Thank God that science has provided instruments that help predict these types of events and show how we have arrived at these conclusions.”

According to Patrick Charles, Port-au-Prince is traversed by a large fault which is part of the Enriquillo Fault Zone.  The fault starts in Petionville and follows the Southern Peninsula ending at Tiburon. In 1751 and 1771, this town was completely destroyed by an earthquake. As proof to his claims, he referred to recent tremors that have occurred in Petionville, Delmas, Croix des Bouquets, and La Plaine. Minor tremors such as these usually signal a larger earthquake to come.

Haiti is no stranger to large quakes with the destruction of Palais Sans Souci near the Citadelle in 1842. It has also been 200 years since any major seismic activity has occurred in Port-au-Prince. This means that the level of built up stress and energy in the earth could one day be released resulting in an earthquake measuring 7.2 or more on the Richter Scale. This would be an event of catastrophic proportions in a city with loose building codes, and an abundance of shanty-towns built in ravines and other undesirable locations. Even the super-rich may not be immune as many own homes with great views, but precariously perched on the mountainsides above Petionville, on ground which is also susceptible to landslides.

Although city officials often discuss this, it is noted that no measures have been put into place to address the situation. Mr. Charles mentions the following devastating scenarios: A giant tsunami reaching all the way to Lake Azuéi (aka Étang Saumâtre) flooding La Plaine, and the complete destruction of Morne l’Hopital which is currently dotted with flimsy shantytowns. If we thought the recent back-to-back hurricanes were devastating, they surely will pale in comparison to a major earthquake in the densely populated Haitian capital.

Is this all scientific rhetoric, or something that Haitian officials should take seriously? Participate in the poll and say what you want. Di sa’w vle!

Read Article in Le Matin:
HAÏTI/ MENACE DE CATASTROPHE NATURELLE / Risque sismique élevé sur Port-au-Prince
http://www.lematinhaiti.com/Article.asp?ID=14646

The population of Port-au-Prince is very dense and would result in many casualties if a strong earthquake were to hit.

HX Article

The city is full of shantytowns built in ravines and on mountainsdes which would not fare well if disaster struck.

HX Article

This picture from Mòn Kabrit shows La Plaine and Étang Saumâtre in the background. Patrick Charles believes a large tsunamui could completly inundate this area if a big quake struck.

HX Article

Map of northern Caribbean plate bounderies.

HX Article

C’ETAIT EN 2008: AVIONS-NOUS ECOUTE?

HAÏTI/ MENACE DE CATASTROPHE NATURELLE /

Risque sismique élevé sur Port-au-Prince

Par Phoenix Delacroix
LE MATIN / jeudi 25 septembre 2008

Le versant nord du morne du Canapé Vert.

« Toutes les conditions sont réunies pour qu’un séisme majeur se produise à Port-au-Prince. Les habitants de la capitale haïtienne doivent se préparer à ce scénario qui finira, tôt ou tard, par arriver ». Patrick Charles, 65 ans, géologue et ancien professeur à l’Institut de Géologie appliquée de la Havane, se défend d’être alarmiste. Pourtant, il n’ y est pas allé par quatre chemins quand Le Matin lui a offert l’opportunité de réagir sur le dossier de menace sismique planant sur Port-auPrince. Le vieux chercheur a répondu à nos questions avec la rigueur d’un universitaire avisé. À son avis, le danger est imminent « Dieu merci, la science met à notre disposition des instruments pouvant prévoir ces genres d’événements, tout en nous permettant de démontrer nos conclusions. C’est le temps et le hasard qui jouent en faveur de notre capitale. Une grande catastrophe plane sur notre tête », prédit-il.
Ce n’est pas tant la gravité des propos de Patrick Charles qui nous intrigue, mais sa conviction inébranlable dans sa prédiction. Pour nous convaincre, il n’hésite pas à nous exposer un cours détaillé de géologie, en se servant de cartes géologiques très précises et de son PC. « Port-au-Prince est construite sur une grande faille qui part de Pétion-Ville, traverse toute la presqu’île du Sud, pour aboutir à Tiburon. En 1751 et en 1771, cette ville a été complètement détruite par un séisme. Je parie mes yeux que cela se reproduira. La science peut aisément le confirmer », déclare-t-il.
Sur la base des connaissances et des données scientifiques qu’il a accumulées sur le sujet durant plusieurs décennies, Patrick Charles, en bon citoyen, a de quoi se révolter. L’imminence du danger se précise avec le temps et les événements. Et pour renforcer sa prédiction, M. Charles prend en exemple les dernières secousses enregistrées ces derniers jours au niveau de la capitale haïtienne. « Pendant ces dernières semaines, la terre a tremblé à plusieurs reprises au niveau de la zone métropolitaine de Port-au-Prince. Du 1er au 12 septembre, trois secousses mineures ont été enregistrées à Pétion-Ville, Delmas, Croix-desBouquets, plaine du Cul-de-Sacc. Le directeur du Bureau des Mines et de l’Énergie (BME), l’ingénieur Dieuseul Anglade, a confirmé ces informations. Ces secousses mineures sont inquiétantes. Elles annoncent généralement des séismes de plus forte intensité », avise-t-il.
Dieu merci, Patrick Charles n’est pas le seul intéressé par le sujet. La question de la menace sismique sur Port-au-Prince est un sujet d’actualité. Elle a été débattue, ces derniers jours, par beaucoup de personnes, dont des intellectuels de haut rang. Les conclusions sont unanimes : Port-au-Prince risque bien de se transformer, du jour au lendemain, en un amas de ruines au terme d’une violente secousse tellurique. « Durantant deux siècles, aucun séisme majeur n’a été enregistré dans la capitale haïtienne. La quantité d’énergie accumulée entre les failles nous fait courir le risque d’un séisme de 7,2 d’amplitude sur l’échelle de Richter. Mieux vaut ne pas en parler, il ne faut pas paniquer. Mais ce serait une catastrophe », admet le responsable du Bureau des Mines et de l’Energie, intervenant récemment dans la presse.
Le problème est posé dans toute son acuité. Des mises en garde sont régulièrement adressées. Mais les mesures ponctuelles sérieuses tardent à venir. En cas de violent séisme au niveau de la zone métropolitaine, M. Charles évoque deux scénarios catastrophiques : un tsunami géant au niveau du Lac Azuéi, inondant la plaine du Cul-de-Sac ; la désagrégation du morne l’Hôpital. « Dans les deux cas, le mal est infini. Ce sont des choses tout à fait possibles. L’essentiel est de prendre des dispositions pour atténuer leurs effets. Je suis prêt à endosser l’habit de pèlerin pour aider mes compatriotes à sortir de leur léthargie », affirme le géologue.
Face à une telle menace, très peu de mesures préventives ont été annoncées par les autorités. La bidonvilisation du morne l’Hôpital et de la Plaine du Cul-de-Sac, l’exploitation anarchique du Sable de Laboule se poursuivent inexorablement. Il faut toutefois signaler les efforts de la BME pour installer sur toute l’étendue du territoire national des instruments permettant de mesurer l’amplitude des secousses sismiques. Rappelons, pour nos lecteurs, que deux grandes failles traversent le pays. L’une au niveau de la région septentrionale et l’autre au niveau de la presqu’île du Sud. Tous nos départements, hormis le Centre, sont exposés au séisme et au tsunami. « Les autorités sont obligés de prendre des mesures ponctuelles quoique impopulaires pour protéger certaines zones. Le bilan du passage des trois derniers cyclones sur Haïti interpelle notre conscience. Nous vivons une période très difficile et nous devons agir. Le compte à rebours a commencé. La nature nous demande des comptes. Il faut agir pour sauver ce qui peut encore l’être », soutient Patrick Charles.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :