SAMEDI 23 OCTOBRE 2010

23 Oct

ALTERPRESSE / E-SERVICES

Haïti-Choléra : Les mesures recommandées

1. Se laver les mains dès votre arrivée ou retour au bureau/chez vous et surtout avant chaque repas.

2. Laver les fruits et les crudités que vous consommez à l’eau et au savon ou laissez les tremper dans une eau additionnée de chlore (eau de javel/ Jif).

3. Assurez-vous que l’eau que vous buvez est bien traitée

4. Si quelqu’un a la diarrhée, même avec des vomissements, donnez lui des sels de réhydration orale (sérum oral, gatorade) immédiatement jusqu’à son admission dans une structure de santé.

 

Un candidat à la présidentielle haïtienne fait campagne à Montréal

Photo: Alain Roberge, La Presse Canadienne, 23 octobre 2010

Jacques Édouard Alexis n'était pas venu à Montréal... (Photo: Alain Roberge, La Presse)

Jacques Édouard Alexis n’était pas venu à Montréal depuis 6 ans. Il avait été interdit de séjour par le Canada parce qu’il avait été accusé erronément de crimes contre l’humanité.

L’ancien premier ministre Jacques Édouard Alexis participe à plusieurs activités dans la métropole jusqu’à dimanche soir. Il rencontrera notamment samedi des membres de la communauté haïtienne afin de faire valoir sa vision politique et son programme électoral. Dimanche, il assistera à un grand rassemblement.

Jacques Édouard Alexis n’était pas venu à Montréal depuis 6 ans. Il avait été interdit de séjour par le Canada parce qu’il avait été accusé erronément de crimes contre l’humanité. Aucune accusation n’a jamais été portée à son encontre.

La présidentielle haïtienne aura lieu le 28 novembre prochain.

 

Le PM annonce des mesures supplémentaires pour atténuer la faim des enfants en Haïti

PM.GC.CA / 23 octobre 2010

Montreux (Suisse) –  Le Premier ministre Stephen Harper a annoncé aujourd’hui une initiative visant à atténuer la faim des enfants en Haïti après le tremblement de terre dévastateur survenu cette année. Le Premier ministre a fait cette annonce à Montreux, en Suisse, où il participe au 13e Sommet de la Francophonie.

« Le Canada continue de faire preuve de leadership international pour répondre aux besoins de développement d’Haïti, a déclaré le Premier ministre Harper. Cette nouvelle initiative permettra d’offrir aux écoliers haïtiens la nourriture dont ils ont besoin pour apprendre et grandir. Cependant, il reste encore beaucoup à faire pour la reconstruction d’Haïti et il est important que les membres de la Francophonie participent pleinement aux secours actuellement déployés. »

Par l’entremise de l’Agence canadienne de développement international (ACDI), le gouvernement offrira 20 millions de dollars pour financer l’initiative de cantines scolaires du Programme alimentaire mondial. Il s’agit de fournir des repas quotidiens à environ 400 000 enfants d’âge scolaire dans le besoin. Ce programme s’inscrit dans le Plan d’action du gouvernement d’Haïti et a été approuvé par la Commission intérimaire pour la reconstruction. Il est étroitement coordonné au programme national d’alimentation scolaire. En outre, il soutiendra l’économie locale et les familles d’agriculteurs par l’achat d’au plus 25 % de la nourriture comme le riz auprès des producteurs locaux.

Cette nouvelle initiative canadienne, qui est déjà en cours, est financée par les 400 millions de dollars que le Canada a engagés pendant deux ans pour les secours, la reprise et la reconstruction après le séisme et qu’il a annoncés à la Conférence internationale des donateurs pour un nouvel avenir en Haïti tenue à New York le 31 mars 2010. Les nouvelles mesures sont conformes au Plan d’action prévu par le gouvernement d’Haïti pour la reconstruction et le développement.

Outre l’engagement de 400 millions de dollars pris après le tremblement de terre, le Canada poursuit son programme permanent de 555 millions de dollars au développement à long terme en Haïti (2006-2011). Haïti a été désigné pays prioritaire pour la prestation de l’aide au développement.

 

Initiative Bourses Canada-Haïti

PM.GC.CA / 23 octobre 2010

Ottawa (Ontario) –  À la suite du séisme qui a frappé Haïti le 12 janvier dernier et après avoir mené une série d’activités de sensibilisation et de consultations auprès de professeurs d’université, d’administrateurs et de spécialistes en éducation du pays,
le gouvernement du Canada a mis sur pied cette initiative de bourses.
Ces bourses donneront à 85 étudiants et membres du corps enseignant l’occasion de venir étudier au Canada pendant un ou deux semestres. Trente autres étudiants pourront suivre un programme de certificat grâce à l’enseignement à distance. L’initiative financera aussi 20 projets novateurs offrant de la formation professionnelle et scolaire à des étudiants et à du personnel enseignant haïtiens.
L’Initiative Bourses Canada-Haïti comprend trois composantes qui s’adressent aux étudiants et aux membres du corps enseignant haïtiens, ainsi qu’aux établissements postsecondaires canadiens et haïtiens :
• Les Occasions d’études au Canada à court terme sont conçues pour permettre aux étudiants et au personnel enseignant haïtiens du niveau collégial et professionnel, du baccalauréat et de la maîtrise d’étudier au Canada pendant un ou deux semestres.
• Le Programme de bourses de l’Université virtuelle Canada-Haïti offre huit programmes de certificat en français. Des cours sont aussi donnés sur Internet.
• Les Bourses de projets académiques Canada-Haïti visent à appuyer des projets académiques conjoints entre les établissements canadiens et haïtiens. La priorité est donnée à l’éducation et à la formation dans les domaines prioritaires tels qu’ils ont été définis par les membres du milieu de l’enseignement d’Haïti.
Pour de plus amples renseignements, prière de consulter le site Bourses de projets académiques Canada-Haïti.

 

Choléra : « Le scénario catastrophe », estime Mirlande Manigat

En visite au Canada, la candidate de l’alliance RDNP/COREH aux présidentielles exprime ses préoccupations face à l’aggravation de la situation sanitaire dans son pays

Radio Kiskeya / vendredi 22 octobre 2010

L’épidémie de choléra qui s’est déclarée en Haïti où au moins 138 décès ont été enregistrés en quelques jours représente « le pire scénario » que pouvait connaître le pays après le séisme destructeur ayant fait 300.000 morts en janvier dernier, s’est inquiétée vendredi Mirlande Hyppolite Manigat, candidate aux présidentielles de novembre.

« C’est le pire scénario. (…) C’est le scénario catastrophe. On ne sait pas quelle est la cause de l’apparition de la forme la plus virulente de cette maladie », a indiqué au cours d’une visite à Montréal celle que l’AFP présente dans une dépêche comme la « favorite » du scrutin du 28 novembre.

« Sans être très férue d’épidémiologie, je sais que s’il s’agit de choléra, la propagation est très rapide. Autrement dit, est-ce qu’on va arriver à colmater, à circonscrire ? », s’est interrogée perplexe Mme Manigat dans un entretien à la télévision publique Radio-Canada.

Plus loin, la secrétaitre générale du Rassemblement des démocrates nationaux progressistes (RDNP) souligne que même si elle est en voyage, elle suit de près l’évolution de la situation en gardant le contact avec son équipe en Haïti.

« Nous n’avons pas d’équipement qui nous permette de donner l’assistance sous forme de sérum à des adultes et le sérum oral aux enfants », a poursuivi Mirlande Manigat avant de conclure « ce que je crains, ce que je redoute, c’est la rapidité de la propagation » de la maladie.

La souche du choléra a été détectée dans les départements de l’Artibonite (nord) et du Centre, deux régions traversées par le fleuve Artibonite et où la quasi-totalité des 138 morts et 1.500 personnes infectées ont été enregistrés.

Ancienne Sénatrice de la république et épouse de Leslie Manigat, l’ex-Président démocrate-chrétien (fév-juin 1988) et deuxième aux élections de 2006 derrière René Préval, Mirlande Manigat est soutenue par une coalition d’actuels et anciens parlementaires dénommée COREH.

Elle est arrivée en tête de deux sondages d’opinion sur le scrutin présidentiel et législatif dont le premier tour est prévu le 28 novembre.

 

Choléra : l’administration Obama mobilisée aux côtés d’Haïti

Le Département d’Etat évoque, outre l’envoi de matériels sanitaires, le déploiement d’experts des Centres de détection des maladies (CDC)

Radio Kiskeya / vendredi 22 octobre 2010

Le gouvernement américain s’associe à la réponse internationale à l’épidémie de choléra qui affecte sévèrement Haïti, a assuré vendredi le porte-parole du Département d’Etat, Philip J. Crowley, lors de son point de presse quotidien.

« Nous avons offert notre aide à travers des agences opérant sur le terrain, l’USAID, bien sûr, les CDC. Elles travaillent étroitement avec le ministère haïtien de la santé, l’Organisation panaméricaine de la santé et d’autres partenaires », a indiqué le porte-parole en réaction à une question sur l’attitude de Washington face à la propagation de l’épidémie.

Affirmant que des kits de réhydratation orale et de traitement ont été acheminés à Port-au-Prince, M. Crowley a aussi fait état de l’implication des Etats-Unis dans une intense campagne d’information en vue de porter la population à appliquer les règles d’hygiène de base et à consommer de l’eau potable.

« Je crois que chacun travaille activement parce que nous sommes conscients du danger potentiel que représente cette épidémie », a-t-il conclu.

Une importante communauté américaine, composée en majorité de citoyens d’origine haïtienne, est établie dans différentes régions du pays.

 

Haiti-Choléra/Canada : Le gouvernement canadien promet un million de dollars canadiens

P-au-P., 22 oct. 2010 [AlterPresse] — Le gouvernement canadien une aide immédiate allant jusqu’à un million de dollars canadiens en réaction à l’épidémie de choléra qui frappe le pays caribéen, selon une annonce faite par le premier ministre canadien Stephen Harper.

Selon l’officiel canadien qui participe au sommet de la francophonie à Montreux, en Suisse, cette aide devra contribuer également à empêcher tout autre type de maladie hydrique, selon les déclarations.

Environ 142 personnes sont mortes durant les 72 heures dans le Nord et à l’Est d’Haiti, et plus de 1600 autres ont été hospitalisées.

« Le Canada se préoccupe de ces pertes de vie et du risque que cette grave maladie s’étende à d’autres communautés », déclare le premier ministre Harper.

Il promet que le Canada continuera de renforcer la capacité de gestion des établissements de santé de la région d’Artibonite pour qu’elles soient mieux en mesure de réagir à des défis de la sorte.

 

La Francophonie en noir et blanc

Gilbert Lavoie / Le Soleil / 23 octobre 2010

(Montreux, Suisse) Si on enlevait tous les Noirs qu’il y a à la salle de presse de la Francophonie à Montreux, il n’y aurait plus grand monde. Des Français, quelques Québécois, des Suisses parce que ça se passe chez eux, etc. Et si tous les chefs de gouvernements africains présents à ce sommet claquaient la porte, la Francophonie serait réduite à une peau de chagrin. La France, Haïti, quelques États fédérés.

Bref, si on regarde la Francophonie à l’envers, c’est-à-dire par le prisme de sa négritude, on se rend compte que ce sont les francophones du Nord qui ont besoin de ceux du Sud et non pas l’inverse. Parce que sans l’Afrique, la Francophonie ne serait qu’un bien petit club dans le monde des organismes internationaux. Un nain au côté du Commonwealth.

Vue du Nord, la Francophonie du Sud attire souvent la moquerie. Sans le Canada et la France, elle n’aurait aucun moyen financier. Les pays du Sud et leurs médias sont souvent traités de haut, comme des mendiants qui n’ont pas les moyens d’organiser ni même parfois de participer aux rencontres de leur club.

Mais quand on regarde tout ça sous l’angle de l’avenir du français ou de la culture, qui a le plus besoin de l’autre?

Hier, Luc Plamondon était dans le studio de TV5 Monde au centre de presse, aux côtés de quatre Noirs, africains et haïtiens. Que seraient la musique et la chanson francophones sans leur contribution?

C’est dans ce contexte qu’il faut revoir l’avenir de la Francophonie. La France a manqué un grand rendez-vous avec l’histoire en refusant d’investir dans sa colonie du Canada, au XVIIIe siècle. La Francophonie fera la même erreur si elle compte seulement sur la croissance démographique de l’Afrique pour augmenter son poids dans le monde. Selon le rapport sur la langue française dans le monde 2010, publié par l’Organisation internationale de la Francophonie, il y aura 500 millions d’Africains francophones en 2050. C’est un beau chiffre, mais c’est un mirage si les pays du Nord ne font pas les investissements nécessaires pour appuyer la scolarisation de ces peuples. Le Burundi demande des milliers de professeurs au cours des années à venir. Il en fait sa priorité. L’appui du Nord sera-t-il au rendez-vous? Si la réponse à cette question est négative ou mitigée, c’est l’anglais qui occupera de plus en plus l’espace africain. Les journalistes africains qui ont participé à la rencontre de la presse francophone à Cully, de dimanche à jeudi, ont fait valoir la prospérité des médias de langue anglaise dans l’Afrique du Commonwealth. Ce n’est qu’un exemple.

La France a perdu la bataille des plaines d’Abraham. Le prochain rendez-vous est peut-être en sol africain…

Et la Suisse

Passons à autre chose. C’est un bel exemple de compétence que la Suisse offre à la communauté internationale en organisant ce sommet, avec un préavis de moins d’un an. La sécurité est là, mais sans arsenal et sans agressivité. Les transports font rêver : les journalistes, qui logent à Lausanne, sont à Montreux en 20 minutes dans des trains qui partent à l’heure et qui arrivent à l’heure… Le centre de presse est tout simple, Internet fonctionne bien, et on ne perd pas des heures à tenter de se retrouver dans des labyrinthes sans fin. Bien sûr, un Sommet de la Francophonie, c’est plus petit et moins controversé qu’une réunion du G8. Mais tout de même. Une belle leçon d’efficacité de la part des Suisses, dans une petite ville de 25 000 habitants.

 

    Froide vengeance de l’ancienne puissance coloniale

     Jacques KOUROUMA, France/ NLSGUINEE.COM / samedi 23 octobre 2010

    Le 28 septembre 1958, les Guinéens, massivement alignés derrière Sékou Touré à la tête du PDG, avaient dit Non à la communauté franco-africiane proposée par De Gaulle. Le Général, à son tour, avait répondu que la puissance n’en fera point obstacle, mais qu’elle s’en souviendra. La lutte fut très âpre après. La jeune République de Guinée dû batailler dur, très dur au prix de sang, au prix de milliers de sacrifices pour tenir debout.

    Résultat : l’un des pays scandaleusement riche, devint pauvre et occupa le strapontin des pays indépendants. Qu’à cela ne tienne ! Les Guinéens gagnèrent la dignité humaine perdue sous le carcan colonial, mais dans la pauvreté. Il y eu au moins une morale, de la vertu dans leur comportement. Il eut un Etat qui les fit honorer par les autres Africains et le reste du monde malgré une campagne ordurière menée de l’intérieur et l’extérieur contre le régime par certains Guinéens que l’histoire devra désormais révéler à leurs concitoyens.

    Et puis malheureusement vint la chute qui laissa place à un éphémère espoir. Ce fut le plongeon au fond du gouffre juste quand s’effaça la petite lueur allumée en avril 1984. Voilà que cela dure depuis vingt six années de calvaire innommable et inqualifiable. Malgré le caractère humain affiché par ses premiers animateurs, le régime tournant vite et rapidement en un système composite de prédateurs. Lorsque leur soleil se coucha et leur système entré dans la phase de démantèlement, il fut inventé les forces voraces qui enflammèrent mon pays, le 28 septembre 2009. L’heure de la vengeance froide sonna.

    Le CNDD fut mis sous tutelle après la tentative d’assassinat de son charismatique chef. Aujourd’hui, il est en exil forcé comme ce fut le cas de l’Almamy Samory Touré après septembre 1890.

    Pour atteindre rapidement le cœur de la République du peuple allergique à la politique française, le pays fut contraint d’organiser des « élections mêmes bâclées ». C’est la rançon à payer parce que les temps ont changé et qu’il n’était plus possible à la France d’imposer la même sanction infligée à Haïti, la première République noire après l’obtention de son indépendante. Cependant, les résultats sont similaires aujourd’hui.

    L’armée guinéenne, la seule force républicaine organisée autrefois a été placée sous mandat français via la françafrique. Maintenant, elle est désossée parce que totalement désarticulée et divisée. Elle est inexistante. C’était pour préparer ce qui arrive : la perte de la souveraineté.

    Aucun homme public ou politique guinéen n’a plus la force de résistance. La Guinée est guidée de l’extérieur et elle ne peut que subir.

    Les élections que la communauté internationale réclamait avec insistance et qu’il fallait organiser dans la précipitation pour ramener l’ordre civil ne les sont plus apparemment. « Je ne voudrais pas me précipiter et envoyer les électeurs aux urnes dans des conditions déplorables qui ne respectent pas les normes internationales, ce qui entraînerait ensuite la contestation des résultats.» Et pourtant Dadis avait dit presque la même chose !

    La gestion militaire décriée semble faire bonne école désormais. C’est un autre Général Malien, après le Burkinabé qui vient d’obtenir l’onction de l’ancien maître. Maintenant, le président guinéen sera choisi par la France. Voilà la froide vengeance.

    Le malheur dans tout cela ; c’est bien la fureur imbécile qui s’empare de l’un des camps ayant un candidat à la présidentielle. Pourquoi tuer ses compatriotes à coups de haches alors qu’aucun Guinéen ne détiendra plus le vrai pouvoir, celui émanant du peuple ? Pourquoi affamer les Guinéens comme si la longue et douloureuse marche, au parcours jonché de cadavres de nos mères, pères, sœurs, frères et enfants, n’était pas déjà assez comme prix payant ? Pourquoi s’obstiner à croire que la Guinée est encore indépendante ?

    Quel triste destin qui n’en finit pas de transformer, à chaque carrefour historique l’espoir guinéen en désespérance ? Pourquoi, mon Dieu, comme disait l’autre, abandonnes-tu le vaillant peuple de Guinée ? Qu’a-t-il commis envers et contre tous tes anges pour n’être visité que par les démons du mal ? Quand mettras-tu fin au calvaire des martyres populations guinéennes ?

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :