LUNDI 25 OCTOBRE 2010

25 Oct

Haïti – Épidémie : La République Dominicaine ferme sa frontière
HAITI LIBRE – 25/10/2010 11:34:28

Haïti - Épidémie : La République Dominicaine ferme sa frontière (MAJ 16h10) Les autorités dominicaines ont décidé la fermeture temporaire de leur frontière avec Haïti afin de prévenir la propagation du choléra à compté de 8:00 du matin ce lundi 25 octobre 2010.
Tous les points de passage de la frontière sont fermés : Ouanaminthe (département du Nord-Est), Belladère (département du Centre), Malpassé (département de l’Ouest) et Anse à Pitres (Département du Sud-Est). La République Dominicaine a déployé des militaires. Malgré cette fermeture, des dizaines d’haïtiens ont réussi ce matin à pénétrer dans la ville de Dajabon, en traversant la rivière.
Des militaires de la Minustah et des unités de police des Nations Unies ont été dépêchés sur les postes frontières du côté haïtien pour surveiller le bon déroulement de cette fermeture.
Les membres des forces armées dominicaine empêchent l’entrée des étrangers, dans le cadre d’une directive du Ministère de la santé publique., toutes les personnes sont rigoureusement contrôlées et doivent subir un examen médical de premier niveau, où ils reçoivent un papier de la santé publique, qui certifie qu’ils n’ont pas de symptômes du choléra avant de pouvoir pénétrer sur le territoire dominicain.

Jusqu’à présent, seuls les véhicules de marchandises en provenance de la République dominicaine vers Haïti peuvent encore traverser la frontière.
===============
MAJ 16h10
===============
À Anse à Pitres (département du Sud-Est) et Belladère (département du Centre) les points de passage frontaliers sont encore totalement fermé.
À Ouanaminthe (département du Nord-Est) et Malpassé (département de l’Ouest) les points de passage frontaliers sont partiellement ouverts, les gens passent la frontière, après une inspection très méticuleuse. Les denrées alimentaires et liquides sont saisies. Le marché régulier à la frontalier de Ouanaminthe a été suspendu. Seules les personnes ayant un passeport peuvent franchir la frontière dans ces deux points de passage frontaliers.

 

RADIO METROPOLE / Lundi, 25 octobre 2010 05:35

259 morts et 3 115 malades bilan partiel de l’épidémie de Choléra

Les autorités sanitaires haïtiennes ont fait état du décès de 259 personnes et de l’hospitalisation de 3 115 autres hier dimanche. 5 personnes en provenance du bas artibonite ont été hospitalisée dans la capitale haïtienne et une vingtaine d’autres souffrant de «diarrhée aïgue» ont aussi été admises dans un centre de traitement du choléra installé dans la capitale par Médecins sans Frontière (MSF).
Toutefois de nouveaux foyers de l’épidémie n’auraient pas enregistrés dans la capitale. Le gouvernement haïtien et les ONG redoutent un scénario catastrophe dans lequel la maladie pourrait se propager dans tout le territoire.
Les 1.3 millions de sans abris vivant sous les tentes depuis le violent séisme sont particulièrement vulnérables à cette épidémie. Cette maladie hautement contagieuse, causée par une bactérie, pourrait se propager à une vitesse effrénée en raison de la promiscuité dans les sites d’hébergement.
Les autorités sanitaires haïtiennes ont mis l’accent sur la nécessité de mettre en place de nouvelles structures pour accueillir les malades « Nous ne pouvons pas continuer à traiter le choléra à l’hôpital Saint-Nicolas de Saint-Marc qui reçoit d’autres patients, il est nécessaire de mettre sur pied des centres de traitement spécifiques », a expliqué la directrice départementale du MSPP, docteur Dieula Louissaint.
Les casques bleus de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (Minustah) ont entrepris l’installation de centres de traitement pouvant accueillir 150 patients dans la région de l’Artibonite, dans la région métropolitaine et dans le plateau central. Le chef de cabinet du ministre de la santé, Dr Jean Hugues Henrys, confirme que la situation s’améliore en terme de capacité de prise en charge. Il révèle que l’état Haïtien est en train de prendre des dispositions avec ses partenaires nationaux et internationaux pour faire éventuellement face à une épidémie plus étendue.

 

Haïti – Épidémie : Toutes les agences du Gouvernement américain au côté d’Haïti
HAITI LIBRE – 25/10/2010 10:15:49

Haïti - Épidémie : Toutes les agences du Gouvernement américain au côté d'Haïti L’Ambassadeur Kenneth Merten annonce une assistance d’urgence du gouvernement des États-Unis en vue d’aider le Gouvernement haïtien à traiter et à limiter cette épidémie.
Toutes les agences du Gouvernement américain sur le terrain en Haïti sont unies pour supporter le Gouvernement haïtien et continueront à travailler en étroite coordination avec le Ministère de la Santé ainsi qu’avec les partenaires internationaux tels que l’Organisation Panaméricaine de la Santé (OPS) et l’UNICEF, le programme d’Eau, d’Assainissement et d’Hygiène des Nations-Unies (WASH), et les institutions de Santé.  La force militaire des Nations-Unies en Haïti (Minustah), laquelle inclut le personnel militaire du Gouvernement américain, est aussi très engagée à fournir un support logistique et à contrôler les aspects sécuritaires de l’opération. 
Jusqu’à présent, l’assistance américaine relative à cette épidémie spécifique inclut le déploiement à St-Marc, d’une équipe conjointe formée d’épidémiologistes américains et haïtiens, y compris d’employés du Centre de Contrôle et de Prévention des Maladies (CDC), en vue d’évaluer la situation. Le personnel du CDC travaille également avec les partenaires haïtiens sur les diagnostics de laboratoire, le contrôle et les protocoles de traitement, et développent des outils afin d’évaluer et former les agents de santé sur la pratique des derniers protocoles de traitement et de réhydratation établis.
En réponse à la demande du Gouvernement haïtien d’établir des centres temporaires de traitement du choléra, l’Agence Américaine pour le Développement International (USAID), a mobilisé ses partenaires d’implémentation pour distribuer des articles provenant des stocks existants.  Ces articles incluent des lits et des coussins, et des matériels destinés à traiter et empêcher une plus grande propagation de l’épidémie, tels les sels de réhydratation orale, les solutés intraveineux, les solutions ayant la capacité de désinfecter et de purifier l’eau. L’USAID et ses partenaires travaillent également en vue de divulguer des informations de santé publique à travers la radio, les brochures, et les haut-parleurs mobiles.
« Dans les prochains jours, nous continuerons à renforcer nos efforts pour contrôler  la situation de près et y faire face en coordination avec le Gouvernement haïtien, l’OPS, et d’autres entités.  L’équipe du Gouvernement américain prépare des plans d’urgence avec ces partenaires pour réduire la propagation du choléra et prodiguer des soins à ceux qui en sont infectés à travers le pays » a déclaré l’ambasadeur.

 

Haïti – Épidémie : International, aide, déclarations, le point sur la situation
HAITI LIBRE – 25/10/2010 09:46:28

Haïti - Épidémie : International, aide, déclarations, le point sur la situation

Lundi 25 octobre :

  • Le Bureau d’Assistance Etrangère aux Désastres de l’USAID (OFDA), fournira rapidement 1.000 lits spéciaux adaptés aux cas de choléra, et distribuera d’autres articles pour faire face à l’épidémie. L’OFDA a aussi alloué une contribution initiale de 100,000 dollars pour aider le Ministère de la Santé à répondre à cette urgence.
  • Trinidad Jimenez, le Ministre des Affaires étrangères espagnol (UE) a demandé lundi à l’Union européenne un plan pour aider Haïti afin d’éviter « une nouvelle catastrophe humanitaire « Nous voulons que l’Union européenne s’implique afin qu’il y ait pas une catastrophe humanitaire encore plus grande en Haïti » Le ministre des Affaires étrangères a déclaré que l’Espagne a envoyé ce lundi en Haïti un avion avec de l’aide humanitaire.

Samedi 23 octobre :

  • Bautista Rojas Gomez, Ministre dominicain de la santé publique a interdit la vente d’aliments cuits en Haïti ainsi que la vente d’eau et de jus fruits préparés à la maison dans tous les marchés frontaliers, en tant que mesure préventive contre épidémie de choléra
  • Catherine Bragg, l’assistante du secrétaire général des Nations unies pour les affaires humanitaires, a déclaré, au siège social de l’organisation internationale, à New York, que les responsables ne savent pas quand la crise sera maîtrisée. La vitesse de propagation de la maladie inquiète l’organisation.
  • La présence de nombreux organismes humanitaires, en raison du séisme, est une bénédiction pour le pays, selon le Dr Andrus, de l’OPS. « Nous avons heureusement un partenariat qui n’a jamais été aussi solide ». L’aide n’est toutefois pas encore toute parvenue dans les régions touchées par le choléra, selon les médecins interrogés. Les hôpitaux manquent de médicaments et sont débordés.
  • « Nous avons un problème de véhicules pour transporter les malades et le personnel pour les soigner », raconte le responsable de l’unité sanitaire de l’Artibonite, le Dr Raoul Voncent. Le ministère de la Santé d’Haïti a envoyé trois ambulances supplémentaires dans la région, hier. Les organismes humanitaires présents dans le pays acheminaient, hier, du matériel vers le centre d’Haïti.
  • Le Dr. Julio Amado Castanos Guzman, président du conseil de l’Hôpital général de Plaza de la Salud (République Dominicaine) a averti que l’épidémie de choléra qui a éclaté en Haïti pourrait être le début d’une cascade d’épidémies dans cette population, qui est aussi une menace pour la République dominicaine. Il recommande aux autorités sanitaires et aux organismes dominicains de contrôler la circulation aux frontières.
  • Bautista Rojas Gomez, le ministre de la Santé publique a recommandé que les Haïtiens et les Dominicains qui vivent dans les provinces de Monte Cristi, Dajabón, Independencia, Pedernales et Elías Piña adoptant un certain nombre de mesures d’hygiène pour prévenir la propagation de la maladie. Parmi les mesures préconisées par les autorités de santé met en évidence, la manipulation et une protection adéquate de la nourriture, le lavage des mains, la purification de l’eau, le nettoyage et la désinfection des maisons. Il a exhorté les habitants de la région d’accepter les recommandations des autorités sanitaires et de rapporter immédiatement les symptômes de la maladie vers des centres de santé dans ces localités.
  • Le Président Leonel Fernandez a déclaré que les autorités sanitaires ont pris les mesures appropriées pour prévenir la propagation du choléra en Haïti sur le territoire dominicain.
  • Le Parti réformiste social chrétien (PRSC) (République Dominicaine), a recommandé d’établir des contrôles sur les différents points d’entrée des Haïtiens à la frontière, dans les aéroports et les ports et si nécessaire de fermer temporairement la frontière.
  • Le cardinal Nicolás de Jesús López Rodríguez a appelé les autorités dominicaines à prendre des mesures préventives pour éviter la propagation du choléra en République Dominicaine.

L’Ambassade de France recommande aux ressortissants français

  • d’éviter de se rendre dans les zones touchées (i.e. la vallée de l’Artibonite, de Mirebalais jusqu’à Grande Saline) et leurs environs (notamment en aval de l’Artibonite et de ses confluents, i.e. Saint-Marc, Montrouis, la côte des Arcadins…) ; 
de respecter strictement des règles d’hygiène simples :
  • de consommer uniquement de l’eau en bouteille capsulée ou de l’eau propre et traitée
  • de se laver les mains au moins 4 fois par jour avec du savon (en particulier après chaque passage aux toilettes) et en cas de passage dans la zone d’endémie : avant de manger, de boire ou de fumer, après tout contact avec un malade ou des objets souillés par de la diarrhée ou des vomissements. Eviter les serviettes collectives.
    peler systématiquement les fruits et les légumes avec un couteau propre avant de les cuisiner.
  • d’éviter dans tous les cas les crudités (sauf si elles ont été lavées à l’eau javellisée), les fruits de mer, les glaçons, les crèmes glacées et les sorbets.
  • de consulter immédiatement un médecin ou se rendre dans un centre médical en cas d’apparition des symptômes énumérés ci-dessus.
  • de porter une attention toute particulière aux enfants.

 

MSF envoie 100 tonnes de matériel vers Haïti

7 SUR 7 / 25-10-10

Médecins Sans Frontières (MSF) a décidé d’envoyer 100 tonnes de matériel vers Haïti et de renforcer ses équipes sur place à la suite de l’épidémie de choléra qui touche le pays, indique lundi un communiqué de l’organisation.
Un avion cargo a décollé lundi en début d’après-midi de l’aéroport de Liège en direction de la capitale haïtienne, Port-au-Prince, avec à son bord un chargement comprenant du matériel sanitaire, du chlore, des sels de réhydratation, des perfusions et du matériel d’isolation.
Par ailleurs, MSF a annoncé que 15 personnes parmi lesquelles des médecins, des infirmières, des spécialistes de l’assainissement de l’eau et des logisticiens, renforceront ses effectifs sur place. (belga)

 

Haïti – Épidémie : Des propos rassurants, des chiffres contradictoires
HAITI LIBRE – 25/10/2010 08:51:15

Haïti - Épidémie : Des propos rassurants, des chiffres contradictoires Les faits :
18:00 heure, samedi 23 octobre 2010, un bilan du Ministre de la santé faisait état de 194 décès dû au choléra et de 2,364 hospitalisations dans les départements de l’Artibonite et du Centre. Le dernier bilan officiel diffusé, dimanche 24 octobre 2010, fait état de 253 morts et 3,115 hospitalisations.
Évolution entre Samedi et Dimanche :
Croissance hospitalisation 751 cas (+ 31 %)
Croissance morts 59 ( + 30 %)
Ce qui n’empêche pas Gabriel Thimothé, le Directeur général du ministère haïtien de la Santé publique de déclarer « La tendance est que cela se stabilise, sans être en mesure de dire si nous avons atteint un sommet […] les hospitalisations semblent stagner » [!].
Samedi, sur 194 décès, 89 décès ont été rapporté dans les l’hôpitaux et 105 dans les communautés (+20%).
Sans être alarmiste, compte tenu du nombre de personnes se présentant aux hôpitaux (d’après les témoignages de médecins) depuis le début de l’épidémie il est fort probable qu’à court terme (prochain bilan) le nombre de décès se situe entre 290 et 320 et le nombre d’hospitalisation devrait malheureusement dépasser les 4,000. Ceci en excluant que l’épidémie touche les camps de réfugiés.
Cas confirmés hors Artibonite :
À Cap Haïtien un cas de choléra a été confirmé et traité à l’Hôpital Universitaire Justinien.
Cinq cas de choléra (importé de l’Artibonite) à Port-au-Prince ont été rapidement diagnostiqué et isolés.
Le Ministère de la Santé et l’OMS enquête sur des cas suspects hors Artibonite

  • Léogâne 2 cas
  • Département du Sud possiblement Les Cayes, test en cours par OMS
  • Pétion Ville, J/P Haitian Relief Organization (J/P HRO) a signalé qu’il y aurait deux cas dans le camp.
  • Département des Nippes
  • Béneche (centre)
  • Cinq cas suspects de choléra ont été signalés dans Archaie (Département de l’Ouest).

Par ailleurs le Ministère confirme que les 50 détenus de la prison de Mirebalais sont atteint du choléra, 3 détenus sont déjà décédés et des mesures spéciales ont été prise à la prison.
35 étudiants en médecine et 13 infirmières ont été déployés en renfort samedi dans les zones touchées. Trois tentes sont disponibles pour Saint-Marc et des tentes supplémentaires ont été alloués pour Drouin et Marchand Dessalines (département de l’Artibonite), deux hôpitaux de campagne dans l’Estère et Saint-Marc ont été installé par la Minustah.
Un numéro de téléphone mobile gratuit le 4636 été mis en place par toutes les compagnies de téléphone cellulaire. L’utilisateur doit envoyer le message texte « Maladi » (sans les guillemets) en cas d’apparition de symptômes du choléra.

 

Haiti : L’année de tous les dangers ou « la santé du malheur » ?

Par Roody Edmé *, Spécial pour AlterPresse, lundi 25 octobre 2010

Un malheur dit-on n’arrive jamais seul. On s’accrochait dans l’attente angoissante des ravages de la saison cyclonique, lorsqu’en début de semaine, on apprit l’apparition dans nos contrées du Nord d’une maladie du fond des âges, le choléra.

C’est une maladie de la pauvreté, une plaie du sous-développement qui pourtant nous avait jusqu’ici épargnée. La faucheuse n’a pas finie d’endeuiller nos familles et semble s’impatienter devant notre refus obstiné de construire un espace national vivable et « potable », pour sortir du cliché de l’île misérable et ensorcelée qui nourrit les fantasmes exotiques de certains.

Le sursaut espéré après le 12 janvier n’a pas encore eu lieu. Une certaine mentalité magique est encore à chercher l’antéchrist responsable de tous nos malheurs. Le problème est que dans ce cas comme dans d’autres, une fois que l’on croit l’avoir trouvé et le vouer aux gémonies médiatiques, chacun peut reprendre sa petite vie faite de magouilles, de coup bas, de trahisons, de contrebandes, de manœuvres à courte vue, de victoires sans grandeur, ou de délire verbal, la chose du monde la mieux partagée dans le landerneau politico-médiatique.

La violence des catastrophes qui nous affectent n’a pas encore changé nos pratiques citoyennes. Un refus d’aller profondément dans les causes de notre vulnérabilité nous pousse à rechercher dans un discours facile et factice de vaines solutions. Bousculé par nos échéanciers formels, nous manquons de temps pour bien baliser les chemins de la refondation. Et comme il faut faire vite, l’on revient aux vieilles recettes qui ont donné les résultats que l’on sait.

Pour l’heure, la campagne électorale n’a pas encore changé la donne. Elle se déroule au passé et s’arrête d’un côté comme de l’autre à …2004. Il semble qu’il y a de ces horizons politiques qui nous sont indépassables : le Duvaliérisme et ou l’Aristidisme. Soit nous les ressassons à l’envi en jouant sur la veine émotionnelle des masses, soit nous les rejetons dans une sorte de mauvais exorcisme qui fait le nid des charlatans de toutes les idéologies. Il n’y a qu’à voir le nombre de candidats qui se battent pour endosser le manteau de l’ancien président Aristide et réclamer son onction même silencieuse. Il y a d’autres qui capitalisent sur des slogans au romantisme fané. Vous avez dit mentalité magique !

Il y a aussi ceux qui croient que le pouvoir leur revient comme s’il s’agissait d’une succession seigneuriale. Et qu’il n’ait pas trop besoin de vision et de programme. Comme quoi, il y a des manières déjà éprouvées de gagner les élections chez nous.

Une dernière catégorie attend la fin des élections pour commencer la prochaine crise ! Elle guette une catastrophe pour se refaire dans le malheur une santé politique.

Et pourtant, chez certains de ces citoyens qui ont le courage de s’engager, en dehors de l’ambition légitime de « diriger la tribu », il y a une volonté patriotique de changer ce pays. Il faut donc comme leaders qu’ils donnent gravement le ton et portent l’espérance de ce peuple qui a déjà fait preuve de sa résilience. Loin des sentiers battus de nos traditionnelles campagnes à la « boute nègre » ou « Rénélus Rorotte ».

Nous avons besoin de cette audace qui ose l’avenir. Nous avons besoin de leadership responsable et d’un sursaut national pour faire échec aux pestes émotionnelles et autres pandémies du sous-développement.

* Éducateur, éditorialiste

 

RADIO METROPOLE / Lundi, 25 octobre 2010 05:37

Préval annonce la mise en place d’un dispositif pour lutter contre l’épidémie de choléra

Le chef de l’Etat haïtien René Préval s’est rendu dans le bas Artibonite samedi afin de donner le coup d’envoi d’une action concertée des autorités gouvernementales et locales contre l’épidémie de choléra.
Les délégués départementaux, les maires, les asecs et casec doivent œuvrer en synergie martèle le président haïtien qui a mis l’accent sur l’implication des autorités sanitaires régionales dans la stratégie. La première rencontre qui a eu lieu hier au local de l’ODVA devrait permettre d’aborder plusieurs thèmes importants dont l’identification d’un site pour le stockage de milliers de litres de chlore.
La Direction Nationale de l’Eau Potable et de l’Assainissement (Dinepa) devra lancer un programme de purification des eaux dans la région.
Les autorités gouvernementales haïtiennes veulent identifier les besoins des communautés afin de définir une stratégie adaptée.
Alors que les membres du système sanitaire s’activent à contenir l’épidémie, le président Préval attire l’attention sur la nécessité de réaliser une investigation qui permettra d’identifier la source de la contamination. C’est une maladie importée, a insisté René Préval apportant ainsi son appui aux déclarations du ministre de la santé Alex Larsen.
Aucun type de choléra n’a été enregistré en Haïti depuis d’indépendance expliquent les autorités sanitaires qui ont mis 48 heures pour confirmer la présence bactérie Vibrio cholérae.
A ce stade le président Préval veut identifier la source de la contamination afin de stopper l’épidémie.

 

Haïti – Reconstruction : Investissements privés pour moderniser le cadastre
HAITI LIBRE – 25/10/2010 11:07:38

Haïti - Reconstruction : Investissements privés pour moderniser le cadastre L’Organisation des États Américains (OEA) et le Ministère des Travaux publics, Transports et Communications d’Haïti ont annoncé aujourd’hui une contribution du secteur privé de 1,5 million de dollars pour le projet « Foncier Haïti » élaboré par l’ONACA (Office National du Cadastre) et l’OEA.
La contribution provient des entreprises Stewart Global Solutions, ESRI et Trimble Navigation et permettra au Gouvernement haïtien de disposer dans le court terme de logiciel et de matériel ainsi que de la formation et de services consultatifs. Cette contribution vient s’ajouter aux travaux stratégiques que réalise l’OEA en relation avec le cadastre et le registre depuis le mois de juin en Haïti. L’OEA travaille étroitement avec l’ONACA pour émettre les diagnostics de départ et répondre aux besoins opérationnels les plus immédiats. Les entreprises Stewart Global Solutions, ESRI et Trimble Navigation jouissent d’un leadership reconnu à l’échelle internationale dans les différents domaines liés au cadastre et au registre de propriété et elles ont un vaste dossier de collaboration avec l’OEA.
José Miguel Insulza, le Secrétaire général de l’OEA, a rappelé la portée de la modernisation du cadastre en Haïti. « Moins de 5 % des terrains sont dotés de documentation ou inscrits au registre cadastral et tant qu’il n’y aura que des coutumes traditionnelles, il ne sera pas possible d’attirer des investissements étrangers ».
Pour sa part, Albert Ramdin, le Secrétaire général adjoint de l’OEA, a fait ressortir que « le leadership du Gouvernement haïtien, en sa qualité de maître d’œuvre de ces travaux, doit s’inscrire dans la perspective d’une coordination indispensable de l’aide que dispense la communauté internationale dans le cadre de cette activité »
Le projet « Foncier Haïti » visant à moderniser le cadastre et l’infrastructure des droits de propriété, dispose de l’appui technique d’experts et d’institutions jouissant du plus haut prestige international, à savoir par exemple la Direction générale du Cadastre de Québec, l’École nationale d’administration publique de Québec (ENAP), GeoQuébec, Stewart Global Solutions et l’Institut pour la liberté et la démocratie (ILD). Il est prévu que la mise en œuvre se fera en deux étapes s’étendant sur une période de sept ans.
Durant la première phase, des mesures seront prises pour répondre aux besoins du cadastre découlant du processus de reconstruction. D’importants efforts seront déployés en vue de la sensibilisation de la société, du pouvoir législatif et des dirigeants politiques, ainsi que du renforcement de la structure institutionnelle au moyen de la formation de ressources humaines.
Durant la deuxième phase, il sera élaboré une infrastructure du cadastre et un registre durable, en modernisant le cadre des travaux et en établissant une présence dans tous les départements du pays. La participation des communautés et le respect des droits des communautés les plus vulnérables constituent des aspects fondamentaux du projet « Foncier Haïti ».

 

XIIIe Sommet de la Francophonie : L’OIF adopte la Déclaration de Montreux

Les rideaux sont tombés sur le XIIIe Sommet de la Francophonie, ce 24 octobre dans la ville Montreux en Suisse. À cet effet, il a été adopté « la Déclaration de Montreux et neuf résolutions portant respectivement sur la Déclaration de Bamako sur les pratiques de la démocratie, des droits et des libertés dans l’espace francophone ».

(Photo OIF)

(Photo OIF)

Le sommet a été tout d’abord marqué par la réélection par acclamation d’Abdou Diouf, seul candidat en lice, au poste de Secrétaire général de la Francophonie, pour un nouveau mandat de quatre ans. « Le XIIIe Sommet de la Francophonie a clôturé ses travaux le 24 octobre 2010 dans la ville de Montreux en Suisse avec l’adoption de la Déclaration de Montreux et neuf résolutions portant respectivement sur la Déclaration de Bamako sur les pratiques de la démocratie, des droits et des libertés dans l’espace francophone, dix ans après son adoption ; les situations de crise, de sortie de crise et de consolidation de la paix ; la situation en Guinée ; la reconstruction d’Haïti ; la lutte contre les faux médicaments et les produits médicaux falsifiés ; la lutte contre la criminalité transnationale organisée ; la lutte contre la piraterie ; les actes terroristes et une neuvième résolution sur les inondations récurrentes dans de nombreux pays francophones » lit-on dans le communiqué final sanctionnant la fin des travaux du XIIIe sommet de la Francophonie.
En outre, le Sommet, sous la présidence Doris Leuthard, Présidente de la Confédération suisse, « a admis cinq nouveaux États observateurs à l’Organisation internationale de la Francophonie : la Bosnie Herzégovine, la République Dominicaine, les Émirats Arabes Unis, l’Estonie et le Monténégro ». Cela fait que l’OIF compte désormais 75 États et gouvernements dont 56 membres et 19 observateurs.
Par ailleurs, on apprend dans ce même communiqué qu’un: « grand nombre d’activités parallèles ont accompagné la dimension officielle de ce Sommet : le Village de la Francophonie, en plein cœur de Montreux, qui a illustré la Francophonie dans sa diversité et ses couleurs avec près de 60 chalets d’exposition et des animations diverses. Des tables rondes et des débats thématiques avec des spécialistes de renommée internationale et la remise du Prix des cinq continents de la Francophonie à la lauréate 2010 l’écrivaine roumaine Liliana Lazar ».
Enfin, il a été confirmé la tenue à Kinshasa en République démocratique du Congo, dans deux ans, du XIVe Sommet de la Francophonie.
EL HADJI ALASSANE DIALLO
aloulodia@gmail.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :