L’ACTUALITE DU JEUDI 4 NOVEMBRE 2010

4 Nov

 Tomas aux portes d’Haïti

RADIO METROPOLE / Jeudi, 4 novembre 2010 16:15

La tempête tropicale Tomas continue de faire sa route sur la mer des caraïbes avec la possibilité de se transformer en ouragan avant de toucher l’extrême pointe sud-ouest d’Haïti entre ce soir et demain matin.
L’annonce a été faite par le Centre National de Météorologie d’Haïti, dans un bulletin spécial rendu public ce jeudi.
Différents secteurs de la vie nationale ont lancé des appels à la prudence avant le passage de la tempête Tomas.
Les autorités régionales du sud-est ont mis en branle un plan d’évacuation des personnes résidant dans les régions vulnérables au cours de cette journée.
Dans la région métropolitaine les responsables de la Protection civile avaient fort à faire pour convaincre des personnes regroupées dans des sites d’hébergement de se rendre dans un endroit plus sur.
Dans un communiqué, ce jeudi, l’Association des Professionnels de Banque (APB), annonce que toutes les succursales bancaires seront fermées jeudi et vendredi.
On a pu observer, ce jeudi, de longues files d’attente dans les stations services ou les super marchés, les habitants de la capitale tentant de s’approvisionner d’urgence, avant l’arrivée de la tempête.

 

Haiti-Ouragan : Début des évacuations et colère dans les camps de déplacés

P-au-P., 4 nov. 2010 [AlterPresse] — De nombreuses personnes vivant dans les camps de déplacés de la capitale suite au séisme du 12 janvier ont commencé à vider volontairement les lieux, quelques heures avant le passage de la tempête tropicale, alors que d’autres ont exprimé leur colère face à l’actuelle situation.

Des pères et mères de famille accompagnés de leurs enfants ont entrepris de laisser le camp de Corail Cesseleste (périphérie nord) et de trouver refuge ailleurs. Ils ont été vus en train d’emporter à bout de bras leurs effets placés dans des sacoches et certains avaient des bébés sur leurs épaules.

Des dizaines de personnes déplacées ont protesté contre la manière dont l’opération d’évacuation est organisée et ont estimé que la prise en charge de la part des responsables n’était pas adéquate.

Une source de la Direction de la protection civile a indiqué à AlterPresse que des bus ont été réquisitionnés pour faciliter « l’évacuation volontaire ou involontaire » des personnes vivant notamment dans les camps.

Cette disposition concerne les 1,3 million de victimes du tremblement de terre du 12 janvier, qui ont pris refuge dans environ 1300 camps.

Les opérations sont effectuées avec l’appui de plusieurs institutions, dont le ministère de la jeunesse et des sports, selon la source.

« Si en fin d’après-midi, les gens refusent toujours de se déplacer, la force sera employée pour les contraindre a laisser les lieux », souligne-t-il.

Une cellule réfléchit actuellement sur une option à proposer aux gens qui n’ont aucun endroit où aller afin de leur trouver un abri, ajoute-t-il. Les autres villes où la mobilisation des ressources pour l’évacuation a commencé sont Jacmel (Sud-est), Jérémie (Sud-ouest) et Gonaïves (Nord).

Ce 4 novembre, le président René Préval a été contraint d’annuler une visite prévue dans le Nord-est pour superviser les préparatifs en cours avant le passage de la tempête.

Le chanteur Jacques Sauveur Jean, qui devait faire partie de la délégation, a fait savoir à la station privée Radio Métropole qu’il n’était pas « prudent » d’effectuer le vol en hélicoptère au moment où le phénomène météorologique s’approche du pays.

Jean a expliqué que le chef de l’État a décidé de parler au téléphone à une station de radio locale du Nord-est et d’inviter les gens à observer les consignes de prévention, parce que selon lui, c’est la meilleure façon de se protéger des éventuelles conséquences de « Tomas ».

Préval a visité, la veille, les régions du Nord et lundi il a fait de même dans le Sud, pour aider à accélérer les préparatifs avant le passage de la tempête.

Plusieurs bureaux privés ont décidé de mettre fin à leurs activités en milieu de journée afin de libérer leurs employés.

Le gouvernement haïtien et les agences de l’ONU ont mis en place un plan d’urgence, selon lequel, entre autres, les écoles et centres d’enseignement publics et privés resteront fermés durant le reste de la semaine en prévision du passage de Tomas.

Le centre de la tempête a été localisé à 10h du matin à environ 350 km au Sud Sud-ouest de la ville des Cayes (Sud), 320km au Sud sud-ouest d’Anse à Veau (Sud-ouest) et 470km au sud-ouest de Port-au-Prince.

La dernière prévision de trajectoire le fait passer entre la Jamaïque et Haïti dans la nuit du jeudi à vendredi.

Selon les prévisions, il semblerait qu’une bonne partie d’Haïti pourrait échapper aux vents supérieurs à 90km/h (50noeuds). Cependant, les pluies seront généralement intenses notamment sur la région sud d’Haïti ce soir puis l’ouest et les autres départements vendredi et samedi.

 

Haïti – Tomas : Dernières nouvelles sur la tempête tropicale
HAITI LIBRE – 04/11/2010 12:29:14

Haïti - Tomas : Dernières nouvelles sur la tempête tropicaleLes agences humanitaires tentent de déplacer un maximum de personnes des zones menacées par la tempête tropicale Tomas. « La situation est difficile, car amener les gens à se déplacer à nouveau est délicat », a déclaré Doyle, porte parole de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), beaucoup craignent de perdre les quelques biens qu’ils doivent laisser.
Ces dernières 24 heures, le gouvernement a conseillé aux haïtiens de chercher un abri sûr « les organisations humanitaires font ce qu’elles peuvent, mais avec environ 1,3 million de Haïtiens sans-abri, la tâche devant eux est énorme […] pour la plupart des personnes déplacées et ceux qui vivent dans des collectivités vulnérables aux inondations, il y a peu de bonnes options » à indiqué le porte parole de l’OIM.
l’OIM rappelle que les tentes ne résisteront pas à la combinaison de vents violents et de fortes pluies, rappelant que les nombreuses structures qui servaient habituellement d’abris (écoles, hôpitaux …) ont été partiellement ou totalement détruit pas le séisme et sont inutilisables.
Les prévisionnistes sont porteur, peut-être, d’une « bonne nouvelle…» Ils font savoir que la tempête tropicale Tomas, qui devait s’intensifier dans les 15 prochaines heures et devenir éventuellement un ouragan de Catégorie 1, se changera en ouragan seulement après son passage au Nord d’Haïti. Toutefois, ils rappellent qu’il existe toujours un risque pour Haïti car dans les modélisations, Haïti se trouve toujours dans une zone d’incertitude.
Situation de la tempête tropicale Tomas à 10:00 ce matin (heure d’Haïti) :
Le centre de la tempête tropicale Tomas était situé à 16.3 degré Nord et 76.1 degrés Ouest. À 475 km au Sud-Ouest de Port au Prince (295 miles) avec des vents soutenu de 75 km/h (45 mi/h). Tomas se déplace actuellement à 13 km/h (8 mi/h) le long d’une trajectoire Nord. La zone d’influence des vents s’étend jusqu’à 140 km (85 mi) et varie en fonction de la force de la tempête (ou si Tomas devient un ouragan)
Suivant la trajectoire actuelle, le centre de la tempête tropicale Tomas se situe à :
335km (208mi) de Jérémie
327km (204mi) des Cayes
476km (296mi) de Saint-Marc
475km (295mi) de Port-au-Prince
437km (272mi) de Jacmel
125km (205mi) de Kingston (Jamaïque)
Si la trajectoire et la vitesse de Tomas ne changent pas, vendredi à 8:00 du matin Tomas sera à :
113km (70mi) de Jérémie
177km (109mi) des Cayes
217km (135mi) de Saint-Marc
270km (168mi) de Port-au-Prince
270km (168mi) de Jacmel
265km (164mi) du Cap Haïtien
Le Président René Préval et le Premier ministre ont tenu une réunion du cabinet d’urgence concernant l’évacuation des communautés côtières.

 

Un navire de guerre américain prêt à porter assistance après le passage de Tomas

RADIO METROPOLE / Jeudi, 4 novembre 2010 09:33

Un navire de guerre des Etats Unis fait route vers Haïti afin d’apporter une aide humanitaire en cas de passage de la tempête Tomas sur le territoire national. Le commandement de la marine américaine a ordonné le navire USS Iwo Jima de laisser le port de Suriname le mercredi 3 novembre. Ce port hélicoptère compte 1 600 membres d’équipage à son bord.
L’équipage est prêt à participer à l’acheminement de l’aide humanitaire et des soins médicaux nécessaires après le passage d’une tempête.
Dans le même temps, une équipe spécialisée de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) a été déployée en Haïti. 20 membres du Disaster Assistance Response Team (Dart) apportent leur contribution dans les préparatifs avant l’arrivée de la tempête tropicale Tomas.
Le secrétaire d’État adjoint aux affaires publiques, M. Philip Crowley, affirme que les experts aideront les autorités haïtiennes à « limiter les risques de dégâts par des opérations préparatoires de déblaiement de canaux et de dragage de chenaux, ainsi qu’en diffusant des renseignements à la population ».
L’USAID envoie ses équipes DART rapidement mobilisables partout à l’étranger à la suite de catastrophes naturelles graves. L’Usaid avait dépêché des équipes du DART en Haïti au lendemain du tremblement de terre, afin de dresser un premier constat de la situation et des priorités en matière de secours matériels. Récemment, une équipe a été dépêchée à Haïti lors du déclenchement de l’épidémie de choléra.

 

Haiti-Choléra :

L’Etat Haïtien doit fixer la responsabilité de la MINUSTAH, selon le RNDDH

AlterPresse / jeudi 4 novembre 2010

Communiqué du Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH)

Le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) est profondément alarmé par l’épidémie de Choléra qui, dès la seconde moitié du mois d’octobre 2010, frappe le pays, particulièrement les départements du Centre et de l’Artibonite.

Les chiffres officiels font état, au 2 novembre 2010, de plus de trois cent trente-sept (337) personnes décédées déclarées contre quatre mille sept cent vingt-deux (4.722) autres présentant les symptômes de la maladie. [1]

Ces chiffres restent et demeurent alarmants, cependant, le RNDDH encourage les efforts consentis par les autorités étatiques et les agences internationales oeuvrant dans le domaine de la santé, en vue de réduire le nombre de décès, de traiter les personnes qui sont déjà atteintes du Choléra et de prévenir la propagation de la maladie.

Si la source du Choléra n’est pas encore connue, le RNDDH estime de son devoir de partager avec les communautés nationale et internationale ses appréhensions quant à l’implication des agents de la Mission des Nations-Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH) dans la transmission de cette maladie.

En effet, selon les informations recueillies sur le terrain par le RNDDH et l’une de ses structures départementales, le Réseau Centre de Défense des Droits Humains (RECENDH), des soldats népalais, affectés à la base de la MINUSTAH de Mirebalais, ont creusé deux (2) fosses qui, reliées par des tuyaux en polychlorure de vinyle encore connu sous le nom de (PVC), leur permettent de déverser les eaux ménagères et les matières fécales dans les rivières Boukan Kanni et Jenba localisées à Meille, contribuant ainsi à la dégradation et à la pollution de l’environnement du pays. Conséquemment, une odeur nauséabonde se dégage de ces rivières et, nombreux sont les usagers qui affirment souffrir d’infections vaginales et de maladies cutanées telles que l’eczéma, la grattelle, etc. De plus, les rivières susmentionnées sont des affluents du fleuve Artibonite qui véhicule sur son parcours des déchets jusqu’à son embouchure à Grande Saline.

Le RNDDH rappelle que, la base de la MINUSTAH à Mirebalais est responsable de la chute du pont Latèm en 2008. En effet, la base étant localisée sur le lit majeur de la rivière Boukan Kanni, des containers ont été placés par les agents pour prévenir tous risques d’inondation. Lors des pluies diluviennes qui se sont abattues sur la région dans la nuit du 8 au 9 septembre 2008, ces containers, emportés par les eaux ont provoqué la chute du pont Latèm.

Le RNDDH estime que si le choléra est une maladie causée par manque d’hygiène, la contamination des rivières Boukan kanni et Jenba et par voie de conséquence, du fleuve Artibonite, peut contribuer à sa propagation dans les départements du Centre et de l’Artibonite.

Le RNDDH juge inconcevable que des agents de la MINUSTAH soient impliqués dans la pollution des rivières et dans la dégradation de l’environnement haïtien, déjà éprouvé par la coupe effrénée des arbres, les constructions anarchiques et le non curage des bassins versants.

Face à cette épidémie qui s’abat sur le pays, le RNDDH recommande aux autorités concernées :

• De diligenter une enquête indépendante en vue de fixer, le cas échéant, la responsabilité de la MINUSTAH dans la propagation de cette maladie ;

• De sensibiliser les agents de la MINUSTAH sur la protection de l’environnement ;

• De prendre toutes les mesures adéquates en vue de prévenir la propagation de la maladie dans des zones non encore affectées et à forte concentration de personnes particulièrement ;

Port-au-Prince, le 3 novembre 2010

[1] NDLR : Bilan actualisé : 442 morts et 6742 personnes hospitalisées

 

Haïti – Épidémie : Le Brésil envoie des médecins et des médicaments
HAITI LIBRE – 04/11/2010 10:25:50

Haïti - Épidémie : Le Brésil envoie des médecins et des médicamentsPar l’intermédiaire de l’Agence brésilienne de coopération (ABC), le Ministère des Relations Extérieures du Brésil, en partenariat avec les hôpitaux Albert Einstein et Syro-Libanais, enverra des médecins et des infirmiers en Haïti afin d’aider le gouvernement et la population dans la lutte contre l’épidémie de choléra.
Les professionnels de la santé devraient arriver à Port-au-Prince le 8 novembre prochain et travailleront en étroite collaboration avec l’Organisation Panaméricaine de la Santé (OPS) et le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA).
À l’initiative de l’Hôpital Albert Einstein, 2,5 tonnes de médicaments et de matériels ambulatoires, nécessaires au traitement de près de deux cents patients affectés par le choléra, seront données à Haïti.

 

 

Ottawa construira le QG de la Police nationale d’Haïti

CYBERPRESSE / Agence France-Presse, Montréal / Publié le 04 novembre 2010 à 15h32

À terme, environ 7000 policiers pourront être formés... (Photo: Ramon Espinosa, AP)

À terme, environ 7000 policiers pourront être formés a précisé le ministre des Affaires étrangères Lawrence Cannon.

Photo: Ramon Espinosa, AP

Le Canada va reconstruire le quartier-général de la Police nationale d’Haïti (PNH), qui été détruit lors du séisme du 12 janvier, a annoncé jeudi le ministre canadien des Affaires étrangères, Lawrence Cannon.

Le projet, d’une durée de 2 ans, coûtera 9,5 millions de dollars et «augmentera les capacités de la Police nationale d’Haïti de coordonner ses opérations quotidiennes», notamment dans la lutte contre «la violence, la contrebande et la traite des humains», a dit M. Cannon à la presse.

«Tous les Haïtiens bénéficieront de l’amélioration de la sécurité découlant de ce projet», a-t-il ajouté.

M. Cannon a également annoncé un autre projet de 1,3 million de dollars qui verra un organisme canadien de bienfaisance dispenser un programme de premiers soins et de réanimation cardio-respiratoire aux membres de la PNH.

Ce projet, d’une durée de 2 ans, doit permettre aux dirigeants de la PNH d’acquérir «les compétences essentielles pour l’intervention d’urgence afin de pouvoir répondre en cas de catastrophe», a indiqué le ministre canadien.

À terme, environ 7000 policiers pourront être formés, a-t-il précisé.

«Le programme d’intervention d’urgence portera sur l’élaboration d’un programme d’études conçues spécifiquement pour le contexte et les besoins d’Haïti», a-t-il déclaré.

Des policiers canadiens forment la police nationale d’Haïti depuis 1993. Ils sont actuellement 134, contre 90 avant le tremblement de terre, a rappelé le ministre.

 

Haïti-Elections

« Terreur » et « fraudes électorales » programmées, dénonce Mirlande Manigat

La candidate de l’alliance RDNP/COREH a révélé à Santo Domingo qu’elle détenait des « informations crédibles » sur la préparation d’un « festival de tirs », la veille du 28 novembre, une manoeuvre du pouvoir qui, selon elle, viserait à favoriser une démobilisation de l’électorat et l’accession à la Présidence de Jude Célestin

Radio Kiskeya / mercredi 3 novembre 2010

La candidate Mirlande Manigat, qui brigue la Présidence de la république sous la bannière du Rassemblement des démocrates nationaux progressistes (RDNP), a dénoncé mardi à Santo Domingo un plan de « terreur » des proches du pouvoir en vue de réaliser des « fraudes électorales » en faveur du candidat officiel, Jude Célestin.

Evoquant un « festival de tirs », qui devrait être exécuté à la veille du scrutin présidentiel et législatif du 28 novembre, Mme Manigat a déclaré ceci « je dispose d’informations fiables selon lesquelles, le 27 novembre, un jour avant les élections, des secteurs proches du gouvernement tenteront de terroriser la population et d’éviter qu’elle aille voter ».

« La question est que si peu de gens se rendent aux urnes, les conditions seront favorables à des fraudes », a poursuivi la dirigeante politique arrivée en tête de trois sondages d’opinion consécutifs sur les présidentielles et dont les propos ont été rapportés par EFE.

S’exprimant lors d’une conférence prononcée au siège de la Fondation globale démocratie et développement, l’épouse de l’ex-Président démocrate-chrétien Leslie Manigat (fév-juin 1988) a fait savoir que « ce qui est en train de se préparer, c’est un festival de tirs la nuit précédant les élections afin de dissuader les gens de ne pas sortir massivement pour aller exercer leur droit ».

Plusieurs leaders politiques, parmi eux l’ex-Premier ministre de René Préval et candidat au fauteuil présidentiel, Jacques-Edouard Alexis, ont dénoncé des opérations de distribution d’armes aux partisans zélés du pouvoir, dans plusieurs régions du pays.

Plus loin dans son intervention, Mirlande Manigat a mis l’accent sur le projet qu’aurait le chef de l’Etat de se servir de l’épidémie de choléra sévissant en Haïti comme prétexte pour justifier un éventuel report des élections.

« Le choléra est contenu en Haïti, il n’existe pas de pandémie et il faut relever le défi politique des élections pour garantir le processus démocratique dans notre pays », a avancé la candidate qui en a profité pour se prononcer sur deux autres sujets politiques cruciaux, le départ des troupes onusiennes et la reconstruction post-séisme.

Qualifiant d’offense, mais nécessaire en ce moment, la présence de la Mission de stabilisation de l’ONU (MINUSTAH), la secrétaire générale du RDNP s’est engagée à négocier, en cas de victoire, un « retrait graduel » des casques bleus.

« Les haïtiens ne veulent pas de la MINUSTAH dans leur pays parce qu’elle est une offense à la dignité d’un pays libre. Mais, dans la situation actuelle, il est indispensable qu’elle reste, car la police haïtienne compte seulement quelque 10.000 hommes et femmes pour une population de 10 millions d’habitants », a fait savoir Mme Manigat avant d’observer que les partenaires d’Haïti avaient promis 11 milliards de dollars dans un « moment émotionnel », mais que le plan de reconstruction du pays avait des « lacunes dans sa composante sociologique ».

Créditée de 23% des intentions de vote contre 21% à son rival direct Jude Célestin, représentant de la plateforme présidentielle INITE, l’aspirante à la succession de Préval avait qualifié de « bonds de kangourou » la progression fulgurante de ce dernier dans les enquêtes d’opinion du BRIDES (Bureau de recherche en informatique et en développement économique et social).

Mme Manigat, qui a officiellement lancé la deuxième phase de sa campagne mercredi aux Gonaïves (Artibonite, nord), bénéficie notamment de l’endossement du Collectif pour le renouveau haïtien (COREH), un regroupement de parlementaires en exercice et d’anciens élus.

Le premier tour des présidentielles et législatives doit se tenir dans un peu plus de trois semaines, le 28 novembre.

 

Haïti-Cyclone

Tomas : Toutes les écoles fermées en Haïti jusqu’à lundi

Une décision gouvernementale prise en conformité avec l’alerte rouge en vigueur et adoptée en prévision du passage très redouté de la tempête tropicale au cours des prochaines 24 à 48 heures

Radio Kiskeya / mercredi 3 novembre 2010

Le ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle a annoncé mercredi la fermeture de toutes les écoles du pays, publiques et privées, jeudi et vendredi à l’occasion du passage quasiment certain de la tempête tropicale Tomas dont le renforcement et le changement de trajectoire éventuels laissaient planer une grande menace, particulièrement sur les régions méridionales.

Dans un communiqué signé de son directeur général, Pierre Michel Laguerre, le MENFP étend également la suspension des cours aux centres de formation professionnelle dans le souci de protéger la communautaire scolaire.

Les directeurs d’écoles sont invités à adopter les mesures nécessaires en vue de sauvegarder les matériels et archives de leurs établissements.

Le communiqué précise que le gouvernement suit de près l’évolution de la situation et envisage d’autoriser la reprise des activités scolaires si les conditions météorologiques le permettent.

En prévision de l’arrivée de Tomas, l’alerte rouge a été décrétée sur tout le territoire national et les autorités haïtiennes, conjointement avec les Nations Unies, ont entrepris de déplacer des dizaines de milliers de sinistrés du séisme installés depuis dix mois dans des camps de fortune.

Parallèlement, les habitants des zones à risques sont priés de se réfugier momentanément dans des abris aménagés par l’Etat ou chez des proches.

Au cours du long week-end de la Toussaint, le Président René Préval a effectué une tournée dans le grand sud dont les quatre départements (sud, Nippes, Grand’Anse, sud-est) sont sérieusement menacés. Le chef de l’Etat a voulu s’assurer de l’adoption de mesures préventives concernant la protection de la population civile et le prépositionnement de ressources financières et de matériels d’intervention.

En 2008, quatre ouragans et tempêtes tropicales s’étaient abattus sur Haïti avec un bilan de plus de 800 morts et des dégâts estimés à des centaines de millions de dollars.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :