L’ACTUALITE DU VENDREDI 5 NOVEMBRE 2010

5 Nov

Haïti – Tomas : Dernière heure (3)
HAITI LIBRE – 05/11/2010 11:54:25

Haïti - Tomas : Dernière heure (3)On nous rapporte qu’aux Cayes, le centre ville est inondé. D’après des témoignages, la prison et hôpital auraient été évacués, toutefois la situation est confuse sur place et ces dernières informations doivent être confirmées.
La Rivière Grise (Ouest) est en crue et menace les habitants qui vivent a proximité.
La ville côtière Côteaux, au Sud aurait été envahit par la mer, nous n’avons aucun bilan sur les dégâts ou victimes. Les habitants qui avaient refusés d’évacuer sont actuellement en train de quitter la ville comme ils peuvent.
À Carcasse, proche de Anse-d’Hainault (au Sud) on nous annonce un glissement de terrain qui a bloqué tout accès routier. Le lieu n’est plus accessible que par hélicoptère, le prêtre local demande des secours d’urgence.
Dans le département de Grande Anse la mer est rentrée dans les terres inondant les villes de Anse-d’Hainault, Irois près de Carcasse et Dame Marie (au dessus d’Anse-d’Hainault). Aucun bilan disponible sur les dommages et victimes.
On nous signale à Jérémie plusieurs routes impraticables qui se trouvent sous la mer qui a tout submergé.

 

Haïti – Insécurité : Un policier de la Minustah assassiné
HAITI LIBRE – 05/11/2010 12:49:54

Haïti - Insécurité : Un policier de la Minustah assassiné Jean-François Vézina, porte-parole de la police de l’ONU, à confirmé que le corps d’un homme avait été retrouvé mort jeudi, à Port-de-Paix (au Nord Est), vers environ 10:00 (heure locale).
Il s’agit d’un policier de la Minustah qui a été tué par balle, a précisé le porte-parole de la Minustah, qui a refusé de fournir l’identité et la nationalité de la victime.
Les enquêteurs se sont rapidement rendu sur les lieux, pour relever les indices et tenter de déterminer les circonstances de ce meurtre.

 

Attaque aux douanes à Juana Mendez
HAITI LIBRE – 05/11/2010 12:36:57

Haïti - Social : Attaque aux douanes à Juana MendezÀ la frontière la tension monte. Les haïtiens continuent de se rebeller contre la décision de fermeture du marché de Dajabon en raison de l’épidémie de choléra. Hier, un groupe de plusieurs dizaines de manifestants en colère, a pris d’assaut les bureaux des douanes de la ville de Juana Méndez (en Haïti).
La Police Nationale Haïtienne (PNH) et la Minustah sont intervenus pour disperser les manifestants à coups de matraques.
Du côté dominicain, des hommes du CESFRONT (unité spéciale de protection des frontières) ont été déployés sur le pont qui sépare les deux pays. Équipés de fusils, de gilets pare-balles, de boucliers, cette unité spéciale s’est mise en position pour faire face à toute tentative de pénétration illégale sur le territoire dominicain. Le CESFRONT n’a pas eu à intervenir.
Les haïtiens ont empêché une partie de la journée, le passage des personnes et des véhicules à destination et en provenance de la République Dominicaine en représailles à la décision des deux gouvernements de fermer les marchés transfrontaliers.

 

Haïti – Tomas : Dernière heure (1)
HAITI LIBRE – 05/11/2010 09:44:51

Haïti - Tomas : Dernière heure (1)Des glissements de terrain ont été signalés dans le sud du pays
À Port-au-Prince le camp du Champs de Mars est dans l’eau. Il n’arrête pas de pleuvoir depuis jeudi soir, les habitants tentent de renforcer leur abri.
À Port-au-Prince « Le vent ne s’est pas encore levé, mais la pluie tombe de plus en plus fort » a indiqué Marianna Franco de l’ONG ACTED qui a prépositionné 8.000 kits d’abris d’urgence, composés de bâches, de cordes et de piquets, répartis sur cinq sites à travers Haïti « Ces 8.000 kits peuvent servir à environ 43.000 personnes ».
À Léogâne Place Anacaona, l’eau est à hauteur des Pare-chocs
D’après un officiel de l’ONU, le camp Pinchinat, à Jacmel, est complètement détruit et sous les eaux. Tous les réfugiés ont pu être évacué.
Inondation signalée sur la Route nationale #2
Inondation signalée sur la route de Maïs Gâté
Les vents atteignent 130 km/h, Tomas se déplace à 15 km/h vers le Nord-Est. Son centre va passer près de la partie occidentale d’Haïti ce matin, puis à proximité de Cuba, des Bahamas et des îles Turks et Caïcos.

 

Haïti – Tomas : Situation générale
HAITI LIBRE – 05/11/2010 09:30:25

Haïti - Tomas : Situation généraleSituation Générale
Après avoir décidé de fermer les écoles jusqu’à lundi, les autorités gouvernementales ont annoncé jeudi en fin de journée, la fermeture des principales institutions
Vendredi, la plupart des entreprises, banques, ambassades sont fermés. jeudi, les gens se sont rués dans les supermarchés pour faire des provisions, en fin de journée la plupart des rayonnages étaient vide. Les stations d’essence ont connu des affluences record.
Aéroport de Port-au-Prince :
L’aéroport international de Port-au-Prince a annulé toutes ses vols jusqu’à samedi prochain. Les vols de et vers l’aéroport Toussaint Louverture ont été suspendus à partir de jeudi 22.00 (heure d’Haïti) jusqu’à 07:00 heure samedi.
American Airlines a fait savoir que tous ses vols ainsi que ceux  d’American Eagle sont annulés. Les opérations régulières devraient reprendre samedi matin mais seulement pour les passagers confirmés.
Les autorités municipales de la zone métropolitaine de Port-au-Prince, se sont déclarées prêtes à faire face à l’ouragan.
Gouvernement :
Jean-Max Bellerive a souligné que même si vendredi était congé, tous les fonctionnaires restent mobilisés en cas de besoin.
Paul Antoine Bien-Aimé, Ministre de l’Intérieur a fait savoir qu’une attention spéciale est accordée aux régions de Cabaret  et des Gonaïves (nord) très vulnérables aux inondations.
Jacques Gabriel, Ministre des travaux publics a assuré que tous les directeurs départementaux sont disponibles pour la protection civile avec tout le matériel nécessaire.
Alex Larsen, le Ministre de la Santé a prévenu que la situation pourrait s’aggraver si la population refuse de suivre les consignes des autorités, en raison de l’épidémie de choléra qui frappe le pays.
Quant au ministre des Finances, il a dit s’être assuré que tous les ministères disposent de tous les moyens financiers dont ils ont besoin.
Camps :
Seulement à Port-au-Prince, 42 camps à risque ont été identifiés. Jean Yves Jason, le maire de Port-au-Prince appelle les 400 000 habitants qui vivent dans les zones à risque à respecter les consignes des agents municipaux qui pourraient leur demander d’aller vers des abris provisoires.
La Direction de la Protection Civile (DPC) a continué toute la journée de jeudi à se renforcer, préparer ses équipes et mobiliser ses ressources pour assister les éventuelles victimes.
Alta Jean Baptiste, la responsable de la Protection Civile a indiqué qu’il y a déjà beaucoup d’évacuations volontaires mais que beaucoup de personnes vivant dans les camps refusent de quitter les lieux, elle appelle à la compréhension. Les réfugiés ne veulent pas laisser les quelques biens qu’il leur reste ou croient que ces évacuations sont en fait des expulsions.
Nadia Lochard, la coordonnatrice de la protection civile pour le département de l’Ouest, reconnaît elle aussi que les opérations d’évacuations sont très difficiles « les gens ont peur d’être chassées définitivement des camps »
Toute la journée de jeudi au Camp Corail Cesselesse (sortie nord de la capitale) les réfugiés ont refusé de quitter leur tente malgré d’intenses négociations. Un peu moins d’un tiers du camp (2,000 personnes) à pu être évacué vers des abris sécuritaires.
Une trentaine d’autobus  sont disponibles pour permettre l’évacuation des personnes vivant dans les zones à risque.
La Protection civile indique qu’il y a des abris provisoires mais pas assez de places pour tout le monde: la priorité sera donnée aux personnes les plus vulnérables dont les personnes âgées, les bébés, les vieillards, les femmes enceintes et les malades.
Dans les camps de déplacés, les réfugiés affirment vivre avec la peur au ventre à l’approche de Tomas « La protection civile nous a fait savoir qu’elle ne peut pas prendre en charge toute la population et nous demande de nous réfugier chez des parents ou des amis, mais nous n’avons nulle part où aller » a fait savoir un réfugiés du Champ-de-mars qui souligne que tous ses amis et sa famille, comme la plupart des personnes du camps  sont aussi des rescapés « Nous avons les mains vides, nous ne sommes pas en mesure de faire des préparatifs à l’approche de Tomas, advienne que pourra » déclare une mère de 3 enfants au Parc Sainte-Thérèse à Pétion ville, qui remet sa vie entre les mains de Dieu comme la plupart des sinistrés qui ne savent pas ou aller…
La plupart des réfugiés sont blottis dans l’obscurité de leur tente et s’en remettent à Dieu.
Patrick Joseph, l’un des responsables de la section Protection Civile de la mairie de Port-au-Prince a indiqué que les populations vivant dans les zones littorales sont les plus à risque.
Conditions climatique :
La vigilance rouge est maintenue sur l’ensemble du territoire
Tomas est devenu doublement dangereux en devenant un ouragan, puisqu’il faut maintenant prendre en compte les importantes précipitations et des vents soutenus de 135 km/h (85 mi/h) avec des rafales plus fortes.
D’après les prévisions, Tomas pourrait produire, sur une grande partie d’Haïti, une accumulation de pluie totale de 127 à 254 mm (5 à 10 pouces). Dans les zones montagneuses les précipitations pourraient atteindre jusqu’à 381 mm (15 pouces). Ces pluies pourraient causer des coulées de boue dans les terrains montagneux, des glissements de terrains, des éboulement et provoquer des crues et d’importantes inondations. (1 mm de pluie correspond à 1 litre d’eau au mètre carré).
La zone d’influence des vents fort s’étend jusqu’à 220 km (140 mi) du centre de l’ouragan, avec des vents moyens de 135 km/h (85 mi/h) combiné avec les fortes précipitations. En fonction de la trajectoire, peu de villes du pays seront épargnées.
Actuellement l’ouragan Tomas se situe à :
64 km (40 mi) de Jérémie
120 km (75 mi) des Cayes
214 km (133 mi) de Saint-Marc
255 km (160 mi) de Port-au-Prince
237 km (148 mi) de Jacmel
237 km (147 mi) de Kingston (Jamaïque)
130 km (80 mi) de Guantanamo (Cuba)
Si la trajectoire et la vitesse prévu de Tomas ne changent pas, vendredi à 14:00 Tomas sera à :
129 km (80 mi) de Jérémie
177 km (110 mi) des Cayes
147 km (91 mi) de Saint-Marc
217 km (135 mi) de Port-au-Prince
226 km (140 mi) de Jacmel
180 km (112 mi) du Cap Haïtien
133 km (83 mi) des Gonaïves
55 km (34 mi) de Môle Saint-Nicolas
L’ouragan Tomas passera au cours de la journée (entre ce matin est cet après-midi 14:00) à :
114km (71mi) de Port-de-Paix
194km (120mi) de Léogâne
109km (68mi) de l’île de la Gonâve
Combiné avec de fortes précipitations les camps touchés devraient subir de très lourds dommages.
Toute navigation en mer est interdite la situation ce vendredi :
Zone côtière nord :
Vent du secteur sud : plus de : 55 km/h (30 noeuds)
Hauteur des vagues : 1,50 à 2,40 m (6 à 8 pieds) jusqu’à 4 m (15 pieds) vendredi soir;
Golfe de la Gonâve :
Vent du secteur sud sud-est : 74-92 km/h (40-50 noeuds)
Hauteur des vagues : 2,40- 3 m (8-10 pieds) jusqu’à 3-10 m à 4.80 m (16 pieds) vendredi soir;
Zone côtière sud :
Vent variable : 55-92 km/h (30-50 noeuds)
Hauteur des vagues : 3-4,80 m (10 à 16 pieds)
Suivez nos bulletins de «dernière heure» tout au long de la journée.

 

Haïti – ALERTE : L’ouragan Tomas frappe Haïti
HAITI LIBRE – 05/11/2010 07:36:05

Haïti - ALERTE : L’ouragan Tomas frappe HaïtiVigilance rouge maintenue sur tout Haïti.
Les espoirs que Tomas demeure une tempête tropical se sont évanoui, comme prévu dans notre bulletin d’hier, Tomas s’est transformé en Ouragan de Catégorie 1 (vent de 119-153 km/h (74-95 mi/h)) vers 2:00 du matin vendredi et frappe Haïti.
Le gouvernement, les banques, les entreprises, les ambassades et les lignes aériennes sont fermée (plus de détails à venir).
La protection civile informe que dans les abris provisoires, il n’y aura pas assez de places pour tout le monde: la priorité sera donnée aux personnes les plus vulnérables dont les personnes âgées, les bébés, les vieillards, les femmes enceintes et les malades.
A Port-au-Prince, 42 camps à risque ont été identifiés et représente plus de 400 000 personnes. La majorité des réfugiés refusent de quitter les camps « Nous n’avons pas pris des précautions. Nous sommes dans les mains de Dieu » a déclaré Lise Mesila Ave.
Patrick Joseph de la Protection Civile a indiqué que les populations vivant dans les zones littorales sont les plus à risque.

Situation de l’ouragan Tomas à 7:00 ce matin (heure d’Haïti) :
Le centre de la l’ouragan Tomas (Catégorie 1) était situé à 18.8 degré Nord et 74.97 degrés Ouest. À 255 km à l’Ouest de Port au Prince (160 miles) avec des vents soutenu de 135 km/h (85 mi/h). Tomas se déplace actuellement à 16 km/h (10 mi/h) le long d’une trajectoire Nord-Est. La zone d’influence des vents s’étend jusqu’à 220 km (140 mi) et varie en fonction de la force de l’ouragan.
Suivant la trajectoire actuelle, le centre de l’ouragan Tomas se situe à :
64 km (40 mi) de Jérémie
120 km (75 mi) des Cayes
214 km (133 mi) de Saint-Marc
255 km (160 mi) de Port-au-Prince
237 km (148 mi) de Jacmel
237 km (147 mi) de Kingston (Jamaïque)
130 km (80 mi) de Guantanamo (Cuba)
Si la trajectoire et la vitesse prévu de Tomas ne changent pas, vendredi à 14:00 Tomas sera à :
129 km (80 mi) de Jérémie
177 km (110 mi) des Cayes
147 km (91 mi) de Saint-Marc
217 km (135 mi) de Port-au-Prince
226 km (140 mi) de Jacmel
180 km (112 mi) du Cap Haïtien
133 km (83 mi) des Gonaïves
55 km (34 mi) de Môle Saint-Nicolas
L’ouragan Tomas passera au cours de la journée (entre ce matin est cet après-midi 14:00) à :
114km (71mi) de Port-de-Paix
194km (120mi) de Léogâne
109km (68mi) de l’île de la Gonâve
Comme nous l’avions mentionné dans le précédemment bulletin, le principal danger de Tomas vient de l’importance de ses précipitations. D’après les prévisions, Tomas pourrait produire, sur une grande partie d’Haïti, une accumulation de pluie totale de 127 à 254 mm (5 à 10 pouces). 1 mm de pluie correspond à 1 litre d’eau au mètre carré. Dans quelques endroits isolés les précipitations pourraient atteindre jusqu’à 381 mm (15 pouces). Ces pluies pourraient causer des coulées de boue dans les terrains montagneux, des glissements
de terrains, des éboulement et provoquer des crues et d’importantes inondations.

 

Haiti-Tomas : La tempête se transforme en ouragan de classe 1

P-au-P., 5 nov. 2010 [AlterPresse] — Tomas est devenu très tôt ce vendredi 5 novembre un ouragan de classe 1 sur l’échelle Saffir-Simpson pendant son passage entre Haïti et la Jamaïque, annonce le Centre National de Météorologie (CNM).

L’oeil de l’ouragan Tomas a été localisé à 4 :00 ce matin à environ 70 km à l’ouest des Irois, 110km à l’ouest de Jérémie, 155km à l’ouest de la ville des Cayes et à 280km à l’ouest de Port-au-Prince.

De forts vents et des pluies sont enregistrés, dans la soirée du jeudi 4 au vendredi 5 novembre 2010, au niveau de toutes les communes du département de la Grande-Anse (Sud-ouest) où la mer est très agitée. Des toitures de maison sont emportées à Beaumont et aux Irois, selon un rapport de la Coordination départementale de la Protection Civile de la Grande-Anse.

La ville de Léogane (Ouest), traversée par plusieurs rivières, a été inondée et une partie de la population se trouve en grande difficulté, selon des correspondants locaux. D’importants dégats sont rapportés, notamment au niveau des infrastructures routières.

Des milliers de personnes vivant dans les camps de déplacés de la capitale ont évacué les lieux avec l’accompagnement de volontaires de Protection Civile et d’agents de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation d’Haiti.

Les évacuations se poursuivent dans d’autres départements, notamment ceux du Sud.

Aux Gonaïves (Nord), les autorités pénitentiaires ont procédé à l’évacuation de 214 prisonniers.

Une première victime de la tempête a été enregistrée jeudi 4 novembre dans le Sud-ouest d’Haiti, apprend-on de source officielle. Un homme qui conduisait un véhicule tout-terrain a été emporté par les crues de la rivière Glace, dans la localité de Duchiti, dans le département de la Grand Anse.

L’ouragan Tomas se déplace vers le nord-est à 15 km/h. Les vents max soufflent maintenant à 130km/h avec des rafales bien plus supérieures. Des rafales de vents forts et des averses de pluie importantes continuent de s’abattre sur les départements du sud, des nippes, du sud-est et de la grande-anse et gagnera les autres départements.

 

Haïti-Tomas : L’action gouvernementale

ALTERPRESSE / vendredi 5 novembre 2010

Communication de la Direction de la Protection Civile

Le Centre d’Opérations d’Urgence est activé au Palais National

Le Premier Ministre Jean-Max Bellerive informe que le Centre d’Opérations d’Urgence (COU) est activé au niveau du Palais National et gardera la permanence pour la coordination des opérations jusqu’à ce que la tempête tropicale ne représente plus de danger pour Haïti.

Les Centres d’Opérations d’Urgence Départementaux (COUD) sont également activés au niveau des dix départements géographiques du pays. Il a été demandé aux différents centres de respecter les protocoles et procédures prescrits par le Manuel de fonctionnement du Centre d’Opération d’Urgence.

Les opérations d’évacuation se poursuivent

Le Premier Ministre confirme que les opérations d’évacuation sont en cours. Il invite la population à prendre les dispositions pour se déplacer et se mettre à l’abri en cas d’éventuels dangers. Il appelle avec insistance la population à suivre les instructions de la Protection Civile.

Les structures de Protection Civile continuent d’accompagner la population, notamment au niveau des zones à risques. Elles l’aident à organiser son évacuation au besoin et à se diriger vers des lieux plus sûrs.

Le Gouvernement met à la disposition de la Direction de la Protection Civile des autobus de l’Etat et du secteur privé pour transporter les déplacés, avec l’appui de la Minustah.

Le Chef du Gouvernement appelle la population à la solidarité

Le Premier Ministre Jean-Max Bellerive encourage les Haïtiens à appliquer les principes de solidarité, notamment face aux vieillards et aux enfants. Le mot d’ordre aujourd’hui, souligne-til, reste la nécessité d’éviter les pertes humaines.

La journée du vendredi chômée

Le Premier Ministre Jean-Max Bellerive annonce que la journée du 5 novembre est chômée en raison du passage de la tempête tropicale Tomas. Il appelle toutefois les fonctionnaires à rester mobilisés.

Le Ministre de l’Intérieur salue la mobilisation des structures de Protection civile

Le Ministre de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales lance, en présence des journalistes, un mot d’encouragement aux Comités départementaux, communaux et locaux de Protection civile.

Ces structures sont coordonnées par les Délégués départementaux, les Maires et les Coordonnateurs des Sections communales. Le Ministre affirme que ces Comités sont mobilisés, surtout après le passage du Président de la République à travers plusieurs départements. « C’est un travail difficile, mais noble, que de protéger la vie de la population », a fait remarquer le Ministre de l’intérieur qui insiste pour que la population suive scrupuleusement les consignes de sécurité. Il cite en exemple le cas d’une personne qui a trouvé la mort dans la Grand-Anse, au niveau de Duchity, en tentant de traverser la rivière Glace à bord d’un pick-up.

Epidémie de cholera : Le ministère de la Santé Publique renforce la sensibilisation

Le Ministre de la Santé encourage la population à respecter les consignes de sécurité en vue d’empêcher une aggravation de la situation due à l’épidémie de choléra. Des dispositions sont prises pour livrer du carburant aux hôpitaux dans tous les départementaux. Le MSPP a prépositionné des équipes d’urgence et des équipements d’intervention et de soins. Quatre centres ambulanciers desservent la zone métropolitaine de Port-au-Prince.

Le Ministère des Finances se prépare à faire face aux éventuels dégâts

Le Ministre des Finances rappelle qu’il y a provision pour que les Ministères sectoriels et les structures de Protection Civile puissent faire face à l’urgence. Des fonds ont été pré-positionnés au niveau des directions départementales depuis le début de la saison cyclonique. Sur demande du Président et du Premier Ministre, un montant d’un million de gourdes par département a été alloué aux zones susceptibles d’être les plus frappées par la tempête tropicale Tomas. De plus, les Coordinations départementales peuvent toujours faire des réquisitions en vue de faire face à toute situation d’urgence.

Le MTPTC engagé sur le terrain

Toutes les structures du Ministère des Travaux Publics Transports et Communication (MTPTC) sont mobilisées et les Directions départementales sont mises à la disposition des structures de la Protection Civile. En termes de prévention, des travaux de mitigation ont été entrepris dès le début de la saison cyclonique. Dans l’Ouest, des interventions ont été faites au niveau de toute la baie, de Martissant à Cité Soleil. Une attention particulière a été portée sur le Bois-de-Chêne, en plein coeur de Port-au-Prince. Le MTPTC a contacté les entreprises et autres structures de travaux publiques dont le Centre National des Equipements (CNE), Vorbe et Fils, Estrella dans la perspective de mobilisation de leurs matériels en vue de répondre aux éventuelles urgences dans les principaux départements.

Les actions de sensibilisation de la population ne s’arrêtent pas

La Directrice de la Protection Civile, Marie Alta Jean-Baptiste, informe que l’intense campagne d’information et de sensibilisation menée conjointement par différents Ministères et les structures de Protection Civile, est maintenue. Les messages lancés, depuis une semaine, via les radios, les télévisions, par SMS ou directement dans les camps ont permis d’informer la population sur la gravité de la situation, les dangers auxquels elle est exposée et les conduites à tenir avant, pendant et après le passage de la tempête tropicale Tomas.

La marée de tempête, principal danger avec Tomas

Selon le Directeur du Centre National de Météorologie, le principal danger auquel le pays pourrait être confronté reste la montée du niveau de la mer jusqu’à 2.5 mètres de haut.

Jeudi en début de soirée, le centre de la tempête tropicale Tomas se trouvait, à 545 km ouest-sud-ouest de Port-au-Prince ou encore à 295 km au sud-ouest de Jérémie. Il se déplaçait alors en direction nord, avant de compléter la courbure prévue par les modèles de trajectoire pour ensuite prendre la direction nord-nord-est. Sa trajectoire rappelle exactement celle du cyclone Hazel qui a frappé Haïti il y a 56 ans.

Toute la côte sud pourrait recevoir des vents de 90 km/h et de 40km/h en moyenne pour le reste des départements. Haïti pourrait recevoir entre aujourd’hui et demain jusqu’à 500mm de pluies, susceptibles de provoquer de sévères inondations, de glissements de terrain et d’effondrement de construction. Même après le passage de la tempête, le Directeur du CNM invite la population à continuer à rester vigilante.

 

Haïti – Tomas : Première victime de la tempête
HAITI LIBRE – 04/11/2010 19:05:44

Haïti - Tomas : Première victime de la tempêtePaul-Antoine Bien-aimé, le Ministre haïtien de l’Intérieur, a annoncé au cours d’un point de presse, que la tempête Tomas avait fait sa première victime. Une personne est morte aujourd’hui, à Duchity, dans la Grand-Anse, en tentant de traverser une rivière en crue avec son véhicule.
Alors que le centre de la tempête Tomas approche des côtes, Jean-Max Bellerive, le Premier ministre haïtien, a appelé ses concitoyens à se protéger en acceptant de quitter les zones dangereuses et à suivre les consignes.
Alex Larsen, le Ministre de la Santé publique à fait savoir quant à lui qu’une aggravation de l’épidémie est prévisible en raison des inondations à venir « La situation va s’aggraver davantage si vous n’observez pas les consignes d’hygiène » a insisté le ministre.

 

Le gouvernement mobilisé face à l’arrivée imminente de Tomas, vendredi férié

Sérieux risques d’inondations et de glissements de terrain dans plusieurs régions où des opérations d’évacuation ont été lancées en dépit d’incidents violents

Radio Kiskeya / jeudi 4 novembre 2010

Le gouvernement a appelé les haïtiens à la plus grande prudence et à la solidarité à l’occasion du passage de la tempête tropicale Tomas qui continuait de représenter jeudi soir une menace même si son centre s’est éloigné des côtes d’Haïti, selon un nouveau bulletin spécial du Centre national de météorologie.

Entre 250 et 500 millimètres de pluie étaient attendus sur tout le pays où l’alerte rouge, en vigueur depuis lundi, était maintenue.

« Nous ne voulons plus compter des morts », a lancé le Premier ministre Jean-Max Bellerive qui a exhorté la population à appliquer à la lettre les directives de la protection civile et décrété vendredi férié, dans une adresse à la nation retransmise en direct à la télévision alors que les risques d’inondations et de glissements de terrain étaient particulièment à craindre dans la nuit de jeudi à vendredi.

Tout en émettant le vœu que le cyclone ne touche pas Haïti « aussi violemment que le laissent croire les prévisions », le chef du gouvernement a invité les haïtiens à se montrer solidaires de leurs compatriotes en difficulté devant l’arrivée inquiétante de Tomas.

Parallèlement à l’évacuation des habitants des zones à risques et à la mise en place des secours, ceux qui sont dans l’obligation de se déplacer ne pourront le faire que grâce à l’hospitalité des autres, a martelé M. Bellerive entouré de quatre de ses ministres et de responsables de la protection civile.

Avant lui, le Président René Préval avait renouvelé les consignes de vigilance et d’extrême prudence déjà passées à la population et mis l’accent sur les dégâts que pourrait causer la tempête.

Présent sur plusieurs fronts depuis lundi dans le cadre de la consolidation du dispositif de prévention dans les régions les plus menacées, le chef de l’Etat avait du renoncer jeudi matin à se rendre dans le nord-est à bord d’un hélicoptère onusien à cause d’une météo défavorable.

Interrogé sur les violentes protestations de sinistrés du séisme de janvier, opposés à leur évacuation des centres d’hébergement vers d’autres lieux, le Premier ministre a assuré que les opérations avaient repris après que les esprits se sont calmés.

Des réfugiés du camp de Corail-Ceslesse (banlieue nord de Port-au-Prince) avaient notamment caillassé des équipes des Nations Unies et du gouvernement qui cherchaient à les déplacer pour les reloger dans des abris jugés moins exposés aux intempéries.

Le directeur du Centre national de météorologie, Ronald Semelfort, a précisé qu’outre les pluies diluviennes faisant peser sur les différents départements de sérieux risques d’inondations, des rafales de vent pouvant atteindre jusqu’à 90 km/h devraient balayer toute la côte sud.

Le météorologue n’a pas hésité à comparer Tomas à Azèle, un cyclone dévastateur qui avait sévèrement touché les villes côtières d’Haïti, en 1954.

Pour sa part, le ministre de l’intérieur, Paul Antoine Bien-Aimé, a fait état de mesures d’évacuation adoptées à Cabaret (ouest) et aux Gonaïves (Artibonite, nord), deux villes très vulnérables aux inondations où le passage en 2008 de plusieurs cyclones avait fait de nombreuses victimes.

Le ministre de la santé publique, Dr Alex Larsen, a lui mis la population en garde contre des risques d’épidémie de diarrhée en cas d’inondations au moment où une vague de choléra, vraisemblablement d’origine asiatique, a déjà causé officiellement 442 morts et plusieurs milliers d’hospitalisations.

Les ministres des travaux publics Jacques Gabriel, des finances Ronald Baudin et la directrice de la protection civile, Alta Jean-Baptiste, se trouvaient également aux côtés du Premier ministre Jean-Max Bellerive.

Rejoignant la suspension jusqu’à lundi des cours dans toutes les écoles, la décision du gouvernement de faire de vendredi un jour chômé coïncide avec des circulaires ayant annoncé la fermeture des banques commerciales et du consulat américain en raison de la détérioration des conditions météorologiques.

Nouvel acteur potentiel du gigantesque drame haïtien, le cyclone Tomas pourrait enfoncer davantage dans le désespoir les populations de plusieurs régions qui peinent encore à se relever du tremblement de terre dévastateur du 12 janvier, responsable de 300.000 morts.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :