LESLIE PEAN: ACTE D’ACCUSATION CONTRE LE POUVOIR

19 Nov

Haiti : Un acte d’accusation contre un pouvoir soupçonné de crimes

par Leslie Péan * / ALTERPRESSE / mercredi 17 novembre 2010

Débat

Les malheurs successifs d’Haïti accumulés avec le tremblement de terre, les cyclones et le choléra n’ont pas altéré la conscience des dirigeants haïtiens. Pour pouvoir dilapider des 192 millions de dollars, puis des 163 millions de dollars et d’autres 103 millions provenant du fonds Petrocaribe, le gouvernement de René Préval s’engage dans de grandes manœuvres pour garder le pouvoir. Persuadé que la communauté internationale leur laisseront faire le mal indéfiniment, les fantassins du pouvoir font des distributions d’armes dans le cadre d’un plan macabre pour intimider et tuer les électeurs qui ne voteront pas le 28 novembre pour les candidats de INITÉ. Les signes prémonitoires sont là tout comme ils l’étaient au Rwanda avec l’achat massif de machettes en Chine par le gouvernement rwandais en avril 1994 avant le génocide. Mais les armes et l’argent ne peuvent rien devant les revendications démocratiques d’un peuple debout pour imposer le changement.

L’épidémie de choléra est le résultat de la bêtise crasse du pouvoir actuel qui ne gouverne pas et qui maintient des troupes étrangères dont l’effet net est de maintenir la bêtise sinon de la propager comme c’est le cas aujourd’hui avec la maladie contagieuse du choléra qui infecte de plus en plus d’Haïtiens. L’État ne protège pas l’individu. Le gouvernement n’a pas investi dans la santé. De plus si les soldats népalais sont les propagateurs des germes du choléra, c’est le gouvernement haïtien qui est à blâmer parce que c’est le gouvernement qui les maintient en Haïti afin de tirer partie de leur présence pour assurer sa propre sécurité contre la révolte du peuple haïtien. Le gouvernement Préval n’a pas d’autres choix que d’accepter l’évidence de son échec historique. Il doit rendre le tablier. Son pouvoir est inutile et nuisible.

Le réveil de conscience contre la continuité Préval-Jude Célestin

Le mardi 9 novembre, les étudiants de la faculté d’ethnologie ont à nouveau brulé la photo de Jude Célestin et l’ont enterré dans un cercueil. Le président Préval alerté par cette manifestation s’est rendu sur les lieux pour assister à distance à l’inhumation de son poulain qui en fait est la sienne. La population se mobilise pour rejeter les candidatures de repris de justice et autres trafiquants de drogue. La situation aujourd’hui est donc celle d’un réveil de conscience et d’un appel à la dignité. Également sur le plan politique, tout ne tourne pas rond dans le camp INITÉ. Des rats font des emplettes au cas où le bateau coule. Des bagarres auraient éclaté entre certains barons d’INITÉ qui auraient pris une partie des douze millions alloués à la confection des panneaux publicitaires, pour régler leurs propres affaires. Le fils d’un industriel bien connu de la place qui finance INITÉ est très mécontent car un sénateur du Sud-Est aurait pris une partie de ces 12 millions et l’aurait mis en lieu sûr pour ses vieux jours. Ce sénateur ne verrait pas clair. Donc il aurait pris les devants en mettant de côté une partie du magot.

On ne peut pas accepter la continuité avec un gouvernement qui ne peut pas assurer la sécurité et dont les commandos encagoulés attaquent des paisibles citoyens, comme ce fut le cas de Mme Guirlène Cottin, Directrice Exécutive du Parti Respè, dans la nuit du 29 au 30 octobre 2010 [1]. Les catastrophes naturelles ne sont que des catalyseurs mais les vrais responsables sont les dirigeants qui n’ont rien fait pour décentraliser le pays, pour avoir un budget qui alloue des montants significatifs à la santé, à l’éducation, à l’assainissement, à l’eau potable, à l’environnement et non au palais national et au ministère de l’intérieur.

Le terrorisme d’État et la solidarité avec Mme. Cottin

De l’assassinat de Jean Dominique à celui d’Anil Louis Juste, du kidnapping de Robert Marcello à l’agression contre Mme Cottin, le terrorisme d’État donne froid dans le dos. Le gouvernement utilise la terreur des gangs pour tuer et faire peur. Il est donc urgent que les citoyens prennent conscience que la peste brune commence à devenir un fléau. Il importe de s’armer de courage, comme l’a fait André Lafontant Joseph, pour dénoncer la nature criminelle et terroriste du pouvoir [2]. Nous sommes partisans de la présomption d’innocence, mais nous ne sommes pas naïfs. Nous sommes conscients aussi qu’un sentiment fort existe partout dans le pays que les détenteurs du pouvoir sont coupables de cet acte criminel contre Mme Guirlène Cottin. André Lafontant Joseph a bien démontré pourquoi la piste gouvernementale est retenue. En effet, les coupables sont ceux qui ont intérêt à faire disparaitre Mme Guirlène Cottin.

Dans le cas de cette agression par des terroristes encagoulés, les preuves irréfutables existent. Il y a de nombreux témoins, les appels téléphoniques de Mme. Cottin sur son cellulaire à une heure du maton, des traces de sang des agresseurs blessés à son domicile, un chien mort, des douilles de balles, des traces de projectiles tirés d’armes automatiques sur les murs, des blessés, etc. Les membres du corps Unité de Sécurité de la Garde du Palais National (USGPN) ne sont pas nombreux. On peut facilement connaître ceux qui ont été absents de leur poste dans les trois ou quatre jours qui ont suivi la nuit du 30 octobre. Enfin, le coup de marteau sur l’enclume, ce sont les médecins qui ont soigné les agresseurs blessés. Ils ont fait leur travail comme cela se doit, mais la loi requiert que la police soit notifiée pour les cas de blessés par balles. Cela a-t-il été fait par les médecins et l’hôpital Asile Français ? Le gouvernement doit être mis en garde contre ses velléités de faire disparaître les preuves en tuant les témoins médecins ainsi que les policiers agresseurs blessés.

Il faut accepter l’offre du juriste Reynold Georges de présenter un acte d’accusation contre Préval et Jude Célestin pour cet attentat criminel. D’autres juristes doivent s’allier à cette démarche pour faire la lumière sur cette affaire. Nous pensons que les juristes tels que Fritzo Canton, Samuel Madistin, Stanley Gaston, René Julien, Camille Leblanc, Gervais Charles doivent se mettre ensemble pour rédiger l’acte d’accusation contre le pouvoir criminel. Il ne faut rien laisser de coté y compris demander à Maitre Gérard Gourgue de reprendre sa toge pour aider le peuple haïtien à vaincre l’arbitraire. Également les organisations des droits de l’homme comme ceux dirigés par Pierre Espérance doivent monter au créneau pour porter leur solidarité aux victimes. La création d’un comité citoyen d’investigation de cet acte terroriste contre Mme Cottin et l’organisation d’une grande manifestation contre l’insécurité de tous les candidats anti INITÉ devraient aussi figurer parmi les actions à entreprendre pour faire régner un minimum de santé mentale en Haïti.

Les démocrates ont pour devoir de ne pas avoir de respect pour les terroristes et les assassins. Cela fait des temps depuis que des cadres et des militants tombent sous les balles assassines du pouvoir. Cela va du sénateur Jean Yvon Toussaint en passant par Jean Dominique à l’agression contre Mme. Cottin. Certains prétendent que Préval est un débonnaire et un démocrate. Ceci est absolument faux. Regardez comment il a traité le jeune journaliste de Vision 2000 qui lui disait comment il menait campagne pour Jude Célestin sous prétexte de combattre le choléra. En fait comme Pétion, Préval est un faux débonnaire et un faux démocrate. Il est un faux militant, bref il est faux tout court.

Dans les heures tragiques que nous vivons, les démocrates haïtiens doivent retrouver une stratégie unitaire pour contrecarrer toute tentative du gouvernement Préval visant à renvoyer les élections sous prétexte d’une soudaine sensibilité pour les victimes du choléra. La mouvance du choléra ne saurait être utilisée politiquement à mauvais escient pour permettre à Préval de réaliser le plan de se perpétuer au pouvoir en changeant la Constitution pour se donner un troisième mandat ou encore pour se faire succéder par son épouse. Le gouvernement, inquiet de la mauvaise performance de son poulain, voudrait donc se servir du choléra pour renvoyer les élections. Mais il faut être clair et dire immédiatement qu’en aucun cas le renvoi des élections ne doit profiter au pouvoir en place. Préval ne peut pas bénéficier de sa faute et de sa mauvaise gestion du pays. En cas de renvoi des élections, il faut un gouvernement de salut public pour gérer le pays. Personne ne peut dire le temps qu’il faudra pour éradiquer l’épidémie de choléra. Il ne faudrait donc pas y ajouter un autre péril pour compliquer une situation déjà explosive.

* Economiste, écrivain

[1] Roberson Alphonse, « Baker dénonce et presse Préval », Le Nouvelliste, 3 novembre 2010. Voir aussi la « Lettre ouverte au Président Préval concernant l’attaque à mains armées contre la Directrice Exécutive du Parti RESPÈ, 3 novembre 2012.

[2] André Lafontant Joseph, Chronique d’une tentative avortée de crime d’État, novembre 2010.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :