L’ACTUALITE SU SAMEDI 20 NOVEMBRE 2010

20 Nov

Haïti – Epidémie :

 Manifestation anti-haïtiens en République Dominicaine
HAITI LIBRE – 20/11/2010 15:00:39

Haïti - Epidémie : Manifestation anti-haïtiens en République DominicaineWilmo Louwes, d’origine Haïtienne, le premier cas de choléra confirmé en République Dominicaine est sortie de l’hôpital hier vers 10:00 du matin en bonne santé, après que le Dr Reyes, responsable de l’hôpital où il a été soigné, lui ait confirmé qu’il ne pouvait pas infecter d’autres personnes.
Toutefois, les problèmes de Wilmo ne faisait que commencé. Il s’est vu refuser l’accès à l’appartement qu’il louait avec sa compagne depuis 3 ans, au 46, rue Julia Peña à San Martín un secteur d’Higuey. Le propriétaire lui a expliqué (sous pression), qu’il devait se trouver un autre appartement, les autres locataires menaçaient de partir, si « l’haïtien qui avait eu le choléra » revenait habiter dans l’immeuble. Wilmo Louwes et sa compagne ont dû déménager ce samedi vers une destination inconnue.
Samedi, dans la municipalité de El Peñón de Barahona, un groupe de résidents est descendu dans la rue pour manifester. La foule demandait aux autorités sanitaires, militaires et aux forces de l’ordre d’arrêter les haïtiens qui vivent dans cette municipalité, accusant ces derniers, une communauté d’environ 500 haïtiens sans papier, d’être porteur du choléra. Les manifestants animés par la peur, armés de bâtons, ont brûlés des pneus et bloqués les rues, jetant des pierres et des bouteilles. Un manifestant a déclaré « Nous ne voulons pas de la présence des haïtiens dans El Peñón parce que nous avons des informations qu’ils ont le choléra ».
Des situations qui risquent malheureusement de ce reproduire dans les zones rurales, alimentées par l’ignorance et la peur du choléra, à l’image de ce qui se passe en Haïti où les casques bleus sont devenus, sans distinction, les « criminels » qui ont apporté la maladie, la mort et la désolation, et où la vue d’un compatriote atteint du choléra provoque la fuite au lieu de lui porter secours. Il est urgent que des campagnes d’informations et de sensibilisations soient mises en place auprès des populations peu éduqué, des deux pays, avant que l’irréparable ne soit commis.

 

Haïti – Élections :

 Quatre candidats demandent le report des élections
HAITI LIBRE – 20/11/2010 12:15:40

Haïti - Élections : Quatre candidats demandent le report des électionsÀ 8 jours du scrutin en Haïti, 4 candidats engagés dans la course à la présidence, ont demandé dans une lettre envoyée aux autorités électorale, un report des élections, alors que le pays fait face à une épidémie de choléra, qui a déjà fait plus de 1,100 morts.
Josette Bijou, Gérard Blot, Garaudy Laguerre et Wilson Jeudy, des candidats très mal classé dans les sondages (pour ne pas dire perdants), demandent aux autorités de reporter les élection et de publier un plan de lutte contre l’épidémie de choléra qui menace la vie de tous les haïtiens. Pour les candidats vedettes en tête des sondages, le report des élections n’est pas à l’ordre du jour, même si plusieurs reconnaissent ouvertement que les conditions ne sont pas idéales pour la tenue de ces élections.
Sans parler d’un report du scrutin, Yvon Neptune candidat à la présidence, s’interroge « Le gouvernement doit nous donner des indications claires au lieu de laisser tout le monde dans le flou. Quelle garantie avons-nous que les élections peuvent se tenir dans le contexte actuel ? ». Il rappelle que le ministère de la Santé avait déconseillé, au début de l’épidémie, les rassemblements politiques dans les endroits où la maladie très contagieuse, s’était développée.
Cette demande de report, n’a aucune chance de changer l’échéance électorale, toutefois, à 8 jours du scrutins, les rumeurs de report persistent, la population est divisée et certains pays commencent à exprimer à demi-mots leur doute. N’oublions pas qu’en Haïti tout est possible et qu’il reste 8 jours… Souhaitons néanmoins, que ces élections se tiendront (dans les meilleures conditions possible, compte tenue de la situation), avec une participation suffisante de l’électorat, pour assurer la légitimité du futur gouvernement et rassurer la communauté internationale.

 

Haïti – Elections :

 Wyclef Jean lundi en Haïti
HAITI LIBRE – 20/11/2010 12:56:08

Haïti - Politique : Wyclef Jean lundi en HaïtiÀ huit jours des l’élections, Wyclef Jean exhorte le peuple haïtien à se rendre aux urnes. Pour Wyclef, qui devrait arriver lundi à Port-au-Prince, l’épidémie de choléra qui sévit actuellement en Haïti, n’empêchera pas les Haïtiens d’aller voter. Pour lui, il ne fait aucun doute que la population est prête pour ce rendez-vous électoral important et qu’elle sortira massivement pour aller voter.
Jusqu’à présent, Wyclef Jean a évité de prendre position pour l’un des candidats en compétition. Le fera-t-il dans les prochains jours ? Réponse la semaine prochaine.

 

Haïti – Épidémie :

 Des bilans sous-évalués et inutilisables
HAITI LIBRE – 20/11/2010 11:21:11

Haïti - Épidémie : Des bilans sous-évalués et inutilisablesLe docteur français, Gérard Chevallier qui travaille en collaboration avec le professeur Renaud Piarroux, épidémiologiste spécialiste du choléra, pour conseiller le ministère haïtien de la santé juge que « La mécanique épidémique est inhabituelle, rapide et sévère » en Haïti.
Le docteur Chevallier estime que les bilans des autorités haïtiennes sont «sous-évalués, les notifications sont imparfaites, il y a des zones où des personnes meurent et personne ne le sait » rappelant que « les deux tiers du territoire haïtien ne sont accessibles qu’à pied ».
Ces deux médecins cherchent à mettre en place, avec les autorités haïtiennes, des outils qui permettent d’avoir une photo plus fiable de l’épidémie. « L’enjeu, c’est de savoir exactement chaque jour ce qui s’est passé la veille. Il est fondamental de savoir combien il y a de cas, de morts, de personnes traitées dans chaque zone, pour donner une réponse adaptée et rapide. »
Il est vrai que les bilans publiés jusqu’à présent reflètent une situation passée. Ainsi les derniers chiffres publié par le Ministère de la santé, vendredi 19 novembre, concerne le bilan du 16 novembre issue probablement des données collectées le 15 novembre (!). Aujourd’hui 20 novembre, les seules données officielles utilisables par les spécialistes de la santé, date de 5 jours…. L’écart entre ce dernier bilan et les données actualisées ce samedi, pourraient être supérieur de + 20 % à + 30%. Toutefois, les services de santé en première ligne, ne peuvent travailler efficacement, qu’à partir de chiffres réels et non d’estimations.
Les deux médecins français, promettent que d’ici la semaine prochaine, un système beaucoup plus fiable sera mis en œuvre. Souhaitons surtout qu’il soit mieux actualisé.

 

Haïti – Épidémie :

 En prison, le choléra tue coupables et innocents
HAITI LIBRE – 20/11/2010 09:36:01

Haïti - Épidémie : En prison, le choléra tue coupables et innocentsLe dernier bilan fait état de 19 détenus morts dans quatre prisons en Haïti en raison de l’épidémie de choléra qui touche le pays depuis maintenant 1 mois, a rapporté Garry Desrosiers, porte-parole adjoint de la Police Nationale Haïtienne (PNH).
Treize des prisonniers, sont morts dans le Pénitencier National, la prison centrale de la capital où vivent près de 2,000 détenus, soit 6 de plus en moins d’une semaine. 4 autres sont morts à la prison de Mirebalais, 1 dans la prison de Hinche et à 1 à la prison de Saint Marc. Au pénitencier de port au Prince, le nombre des cas traités était de 30, il y a moins d’une semaine, mais les autorités n’ont pas voulu communiquer les nouveaux chiffres.
« Les policiers ont beaucoup de difficultés à faire face à la progression de l’épidémie, en raison des conditions de surpeuplement dans les prisons haïtiennes. Au Pénitentier National, ont compte au minimum 30 à 60 détenus par cellule. Cette situation représente un danger mortel, non seulement pour les détenus mais aussi pour la police et le personnel administratif » a fait savoir Garry Desrosiers.
Pire que le couloir de la mort, les 2,000 détenus dont la majorité est en détention provisoire, vivent chaque jour dans la peur du choléra, sans aucun moyen de s’éloigner de cet enfer. Avec moins d’un demi mètre carré d’espace vital par personne, toutes les conditions sont réunies pour la propagation du choléra.

 

Haïti-Elections-J-9

Le processus électoral avance « relativement bien », selon Washington

Déclaration empreinte d’optimisme d’Arturo Valenzuela, sous-secrétaire d’Etat aux affaires interaméricaines, à une semaine des élections que quatre des prétendants au fauteuil présidentiel souhaitent voir reportées à cause de l’épidémie de choléra

Radio Kiskeya / vendredi 19 novembre 2010

Les préparatifs en vue de l’organisation, le 28 novembre, des élections présidentielles et législatives avancent « relativement bien » en dépit de l’épidémie de choléra et des violentes protestations de ces derniers jours, a estimé vendredi le sous-secrétaire d’Etat américain aux affaires hémisphériques, Arturo Valenzuela.

« Compte tenu de l’ampleur du désastre qu’avait provoqué en janvier le tremblement de terre et de ces défis à relever dans le domaine de la santé, l’organisation des élections avance relativement bien », a déclaré à des journalistes le haut responsable dont les propos ont été relayés par AP.

Plus loin, M. Valenzuela affirme que « il y a eu quelques vagues de protestation, mais en général, l’évolution de la situation sur le terrain montre que les choses avancent relativement normalement ».

Il dit « espérer que les élections ne seront pas affectées par l’épidémie » avant de faire remarquer que par le passé « le processus électoral était toujours confronté à de grands défis » en Haïti.

Washington fait partie des bailleurs de fonds internationaux qui financent les joutes prévues dans environ une semaine avec un budget global de 29 millions de dollars.

Les autorités électorales continuaient vendredi de mettre la dernière main aux préparatifs malgré des manifestations meurtrières au Cap-Haïtien (274 km au nord de la capitale) contre la Mission de stabilisation de l’ONU (MINUSTAH) et une prise de position commune de quatre des 19 candidats à la présidence en faveur d’un report du scrutin en raison de l’expansion inexorable du choléra.

Dans un communiqué publié vendredi, Garaudy Laguerre (WOZO), Dr Josette Bijou (indépendante), Wilson Jeudy (Force 2010) et Dr Gérard Blot (Platfòm 16 Desanm), quatre des plus mal classés parmi les prétendants, soutiennent qu’il est du ressort du chef de l’Etat, René Préval, et du Conseil électoral de décider d’une éventuelle annulataion du scrutin confronté, selon eux, à de sérieux problèmes de réalisation.

Théoriquement, ce sont 4,7 millions d’haïtiens qui sont appelés à élire le successeur de M. Préval, 11 Sénateurs et 99 Députés, dix mois après un violent séisme ayant fait 300.000 morts, 1,5 millions de sans-abri et des dégâts estimés à des milliards de dollars.

 

Haïti-Epidémie

1.186 morts et près de 20.000 cas d’infection, nouveau bilan du choléra

76 nouvelles victimes d’une maladie qui continue de gagner du terrain malgré les mesures annoncées par les autorités sanitaires

Radio Kiskeya / vendredi 19 novembre 2010

Le choléra a causé 1.186 décès en Haïti depuis le début de l’épidémie, il y a exactement un mois, selon le nouveau bilan officiel rendu public vendredi par le ministère de la santé publique.

Par rapport au précédent décompte qui était de 1.110 morts, 76 décès supplémentaires ont été enregistrés, principalement dans les départements de l’Artibonite (nord) et du nord.

19.646 personnes ont été hospitalisées, indique le MSPP dont les données s’arrêtent au 16 novembre.

A Port-au-Prince, où vivent dans des conditions d’hygiène extrêmement précaires des centaines de milliers de sinistrés du séisme du 12 janvier, les décès ont été révisés à la baisse passant de 46 à 42.

Epicentre du choléra, l’Artibonite reste le département le plus affecté avec un total de 617 décès.

L’ONG Médecins sans frontières (MSF) a déploré vendredi la « lenteur du déploiement des secours » devant la progression continue de la maladie et a invité « tous les acteurs à renforcer leur action ».

De violentes protestations contre la Mission de stabilisation de l’ONU (MINUSTAH), accusée d’être à l’origine de la flambée épidémiologique qui touche un pays déjà meurtri, ont secoué le Cap-Haïtien (274 km au nord de la capitale) et Port-au-Prince, à un peu plus d’une semaine des présidentielle et législatives du 28 novembre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :