L’ESSENTIEL DE L’ACTUALITE – MARDI 30 NOVEMBRE 2010

30 Nov

Données préliminaires, Martelly 39%, Manigat 31%
HAITI LIBRE – 30/11/2010 08:06:26

Haïti - Élections : Données préliminaires, Martelly 39%, Manigat 31%Selon le journal espagnol El Mundo, qui fait référence à des sources diplomatiques de l’ONU et des informations obtenues auprès du bureau du Candidat Michel Martelly, les résultats préliminaires (partiels) donneraient, actuellement le candidat Michel Martelly «Repons peyizan» en tête dans les villes de : Port-au-Prince, Cap-haïtien et aux Cayes avec 39 % des votes suivi de Mirlande Manigat «Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes (RDNP)» 31 % et Jude Célestin «INITE» 12 %.
Notez que ces informations doivent être prises avec réserve, il ne s’agit en aucun cas de données validées par les autorités électorales.
Michel Martelly serait en tête dans 4 départements représentants 40% de l’électorat. Si la tendance se poursuit nous aurons un deuxième tour Martelly – Manigat.

 

Le parti au pouvoir en Haïti admet une possible défaite électorale

De Clarens RENOIS (AFP) – Mardi 30 novembre 2010

CPhoto 1 sur 3

                   

Affiche électorale présentant 6 des 18 candidats à la présidentielle haïtienne, le 28 novembre 2010 à Port-au-Prince

PORT-AU-PRINCE — Le parti au pouvoir en Haïti a reconnu mardi qu’il pourrait avoir perdu les élections présidentielle et législatives, deux candidats à la succession du président René Préval ayant donné la veille l’impression de croire en leurs chances de l’emporter.

« Nous sommes des démocrates convaincus, Inité est prêt à accepter l’alternance démocratique », a déclaré le sénateur Joseph Lambert, coordonnateur du parti présidentiel Inité (« Unité » en créole).

« Si on rate les élections au niveau présidentiel, on passe à l’opposition ou bien on peut cohabiter avec le groupe qui aurait gagné les élections », a-t-il ajouté devant la presse.

Les élections ont donné lieu à des incidents qui ont fait plusieurs morts, tandis qu’une majorité des 18 candidats à la présidentielle ont exigé dimanche l’annulation du scrutin, se disant victimes de fraudes au profit du candidat d’Inité, Jude Célestin, considéré comme très proche de René Préval.

Deux des favoris de la rue et des sondages, Mirlande Manigat et le chanteur Michel Martelly, qui avaient dans un premier temps exigé également l’annulation du scrutin, ont indiqué lundi qu’ils se ralliaient au processus électoral, confiants dans leurs chances de se retrouver au second tour le 16 janvier.

« Je suis toujours dans la course, j’ai de bonnes chances de gagner les élections », avait déclaré lundi Mme Manigat, la championne des sondages.

« Nous commençons à recevoir des procès verbaux qui montrent clairement » que « là où il n’y a pas eu de magouilles c’est le changement qui mène. On s’attend à ce que le changement gagne les élections », avait pour sa part affirmé la star de la chanson Michel Martelly. « Maintenant que je sais que je mène… », avait-il lancé.

En raison de ce revirement rapide le chanteur populaire dont le sobriquet est « sweet Martelly » depuis des années est maintenant surnommé « switch Martelly » par les Haïtiens dans la rue.

Le Conseil électoral haïtien a promis de publier les résultats des scrutins d’ici le 5 décembre et se préparait entre-temps à dresser un bilan des incidents enregistrés dans le pays, qui ont conduit à l’annulation du vote dans 3,5% des centres de vote.

Mardi le conseiller technique du Conseil électoral pour les opérations de comptages, Alain Gauthier, a indiqué que 45% des procès-verbaux dressés dans toute le pays avaient été reçus. Et le CEP, qui continuait à recevoir mardi ces PV scellés dans une enveloppe transparente, espère les avoir reçus dans leur quasi-totalité mercredi à la mi-journée.

Interrogé sur les résultats, favorables à l’opposition, qui commencent à circuler sous le manteau dans Port-au-Prince, M. Gauthier a précisé que le centre de traitement ne communiquait aucun résultat. Il peut néanmoins y avoir des « comptages » parallèles plus ou moins précis, compte-tenu de l’existence de six exemplaires de chaque PV, dont deux sont envoyés aux candidats, a-t-il dit.

« On attend la publication des résultats pour recourir éventuellement aux instances électorales si nous avons des contestations », a déclaré M. Lambert, du parti Inité.

Jugeant que les élections se sont « globalement bien déroulées », le sénateur a regretté des manquements et des faiblesses lors de la journée de vote, qui ont alourdi la machine et provoqué la colère de certains électeurs impatients.

M. Lambert a accusé les candidats qui réclament l’annulation des élections de tenter « d’organiser un coup d’Etat électoral ».

Le chef de la mission d’observateurs conjointe de l’Organisation des Etats américains (OEA) et des pays du Marché commun de la Caraïbe (Caricom), Colin Granderson, a jugé lundi que les élections étaient valides, malgré les « irrégularités ».

 

Le conseil électoral a reçu 45% des procès-verbaux des élections

AFP / 30 novembre 2010 22h17

PORT-AU-PRINCE – Le conseil électoral provisoire (CEP) chargé de l’organisation des élections présidentielle et législatives en Haïti avait reçu mardi à la mi-journée 45% des procès-verbaux des bureaux de vote dans son centre de traitement.

Mardi à midi, quelque 15.000 des 33.500 procès verbaux attendus avaient été reçus, a indiqué à l’AFP Alain Gauthier, conseiller technique canadien du directeur du centre. Sur ces 15.000 PV, 10.000 ont été traités, soit près de 30% des procès verbaux qui doivent être saisis.

La « plupart » de ces procès-verbaux viennent de la région métropolitaine de Port-au-Prince, a-t-il précisé.

Des cartons remplis d’enveloppes transparentes scellées contenant les procès-verbaux des élections continuaient d’arriver mardi de tout le pays, a constaté l’AFP.

Ces PV sont identifiés par un lecteur optique grâce à un code barre. Il y a ensuite un contrôle visuel pour examiner leur conformité. Ceux qui ne posent pas problème font l’objet d’une saisie informatique validée par deux agents puis d’un ultime contrôle avant de partir aux archives.

Ceux qui posent problème, une minorité, sont envoyés en « quarantaine », a expliqué Alain Gauthier.

« Une bonne partie de ces PV en quarantaine sont jugés irréguliers ou frauduleux », a-t-il dit. Ils sont alors examinés par des avocats. Si une fraude est constatée, tous les votes du candidat à qui la fraude a profité sont annulés dans le bureau de vote où le PV a été dressé.

Le centre de traitement espère avoir reçu tous les procès-verbaux dressés « dans les 24 heures », a dit M. Gauthier. La saisie et la validation de ces PV seront assurées jusqu’au 6 décembre et les résultats seront transmis au CEP le 7 décembre, a-t-il encore précisé.

Quelque 600 personnes travaillent dans ce centre depuis lundi matin.

M. Gauthier a en outre précisé qu’il existait six exemplaires de chaque procès-verbal. Il y a un PV pour le bureau de vote, un pour le bureau des élections communal (BEC), un pour le bureau des élections départemental (BED), un pour le candidat arrivé en tête dans le bureau, un pour le candidat arrivé en seconde position et un pour le CEP.

Interrogé sur les résultats qui commencent à circuler sous le manteau dans Port-au-Prince, M. Gauthier a précisé que le centre de tabulation ne communiquait aucun résultat et se concentrait sur l’aspect technique de sa tâche.

Il peut néanmoins y avoir des « comptages » parallèles plus ou moins précis, compte-tenu de l’existence de six exemplaires de chaque PV, a-t-il dit. « C’est comme ça dans toutes les élections », a-t-il noté.

Les élections ont donné lieu à des incidents qui ont fait plusieurs morts, tandis qu’une majorité des 18 candidats à la présidentielle ont exigé dimanche l’annulation du scrutin qui a finalement été validé dans la grande partie du pays par la CEP.

 

Grosse manifestation à Saint-Marc
HAITI LIBRE – 30/11/2010 12:02:24

Haïti - Social : Grosse manifestation à Saint-MarcAprès les importantes manifestations de dimanche, des milliers de personnes à Saint-Marc ont tenté d’attaquer hier lundi, une base des casques bleus. La foule très en colère, manifestait contre les fraudes électorales, contre la la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation (Minustah) et contre le Gouvernement, réclamant le départ du Président Préval et la démission du CEP.
Manifestants et soldats de la Minustah se sont affrontés pendant plusieurs heures, les premiers jetant pierres et bouteilles, les seconds chargeant la foule, tirant en l’air et utilisant des gaz lacrymogènes.
Les manifestants très déterminés ont opposés une vive résistance, il a fallut plusieurs heures avant le retour au calme.

 

Reprise progressive des activités – Calme apparent

P-au-P, 30 nov. 2010 [AlterPresse] — Les activités tendent à reprendre leur cours normal ce 30 novembre, à travers le pays, contrairement à ce qui était constaté 24 heures après la tenue des élections législatives et présidentielles, entachées de fraude, d’irrégularités et émaillées de violence.

Le transport en commun fonctionne plus ou moins normalement, ainsi que les marchés publics et le commerce informel. Les banques, les supermarchés et divers magasins ont commencé à ouvrir leurs portes, de même que les bureaux publics et privés. Mais de rares élèves sont remarqués dans les rues.

Un calme apparent règne à la capitale. Cependant, des barricades enflammées étaient remarquées tôt dans la matinée sur l’axe Delmas 33, dans le secteur nord de la capitale, suivant des témoignages recueillis par AlterPresse.

Lundi 29 novembre, les activités fonctionnaient au ralenti dans les principales villes des 10 départements du pays, alors qu’une situation de tension se développait dans quelques régions.

Des personnes ont été blessées par balles lors de manifestations dans les rues de Saint Marc (Artibonite, Nord) en faveur de la candidate Myrlande Manigat. Des manifestations ont également eu lieu aux Gonaives, toujours dans le même département.

Une situation similaire s’est développée au centre de ville de Jacmel (Sud-est), alors que les dépouillements se poursuivaient dans des centres de votes.

Il a été également rapporté que des barricades de pneus enflammés ont été érigées à Ganthier et à Croix-des-Bouquets (Ouest) et au centre-ville de Port-au-Prince.

La journée d’élections du 28 novembre s’est clôturée sur fond d’agitations dans au moins 4 départements géographiques (Ouest, Nord, Artibonite, Sud-est), où plusieurs milliers de personnes ont gagné les rues dans le but de protester, entre autres, contre le mode d’organisation du scrutin.

 

Le Canada appelle au dialogue
HAITI LIBRE – 30/11/2010 10:08:20

Haïti - Élections : Le Canada appelle au dialogueLawrence Cannon, le ministre des Affaires étrangères, a déclaré hier, relativement aux élections présidentielles et législatives tenues en Haïti le 28 novembre 2010 : « À la suite des événements d’hier survenus en Haïti, maintenir un dialogue politique devient encore plus essentiel aux efforts de reconstruction et de développement du pays. »
« Il est primordial que les acteurs politiques haïtiens prennent leurs responsabilités et manifestent un engagement ferme envers les principes démocratiques, notamment le respect de l’intégrité du processus électoral. Cela est particulièrement important, compte tenu de la gravité des nombreux défis auxquels est confrontée la population d’Haïti. »
« Il est crucial d’examiner avec calme et transparence et sans délai, les constats d’irrégularités électorales. Nous continuons de consulter et de travailler avec nos partenaires sur le terrain en Haïti, notamment la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah) et l’Organisation des États Américains (OEA) afin d’aider Haïti à surmonter ces défis majeurs. »
« Nous sommes solidaires du peuple haïtien dans ses efforts pour reconstruire son pays. »

 

Des entités de la communauté internationale invitent au dialogue pour sortir de l’impasse

P-au-P, 30 nov.2010 [AlterPresse] — Des instances de la communauté internationale lancent un appel au calme et demandent aux acteurs politiques haïtiens au dialogue pour résoudre les problèmes qui surviennent à l’occasion des élections législatives et présidentielles du 28 novembre dernier, entachées d’irrégularités et de fraudes.

Le secrétaire général de l’Organisation des États Américains (OEA), José Miguel Insulza, lance un appel à la paix et au calme pour les prochains jours et affirme, prendre « bonne note » du rapport initial qui a présenté les difficultés et les défis du jour des élections. Il déclare également attendre un rapport complet du chef de la Mission OEA/CARICOM, Collin Granderson.

De leur coté, les Chefs de mission de l’Union européenne en Haïti « appellent toutes les parties prenantes au processus électoral à s’atteler à la recherche de solutions avec responsabilité et dans la transparence. »

Le Secrétaire général de la Francophonie Abdou Diouf, qui partage cette position encourage aussi « la concertation » entre les responsables politiques impliqués dans l’actuelle crise.

Selon les membres du club de Madrid, un dialogue est fondamental afin « de récupérer et maintenir le cadre institutionnel dont le pays a désespérément besoin, dans le but d’avancer dans le processus de reconstruction ».

Ils demandent aux candidats présidentiels d’agir selon les prescrits constitutionnels pour favoriser la récupération du développement socio-économique et démocratique du pays.

« Nous sommes convaincus que seul un gouvernement « résistant » et formé suite à un processus légitime, peut mener à bien la reconstruction d’Haïti et gagner le soutien de la communauté internationale en faveur de la vision proprement haïtienne du pays », concluent les membres du club de Madrid.

Des manifestations sont enregistrées ce 30 novembre encore dans quelques régions du pays, soit pour demander l’annulation des élections, soit pour proclamer la victoire de tel candidat.

Les candidats Joseph Michel Martelly et Myrlande Hyppolite Manigat, qui avaient opté pour une annulation des élections, sont revenus sur leurs positions le 29 novembre.

 

Haïti – Dominicanie :

 L’armée dominicaine déploie 250 soldats d’élite
HAITI LIBRE – 30/11/2010 12:58:52

Haïti - Insécurité : L’armée dominicaine déploie 250 soldats d’éliteLes Forces armées ont envoyé en renfort, 250 soldats du corps d’élite « Los Cimarrones », afin de renforcer la sécurité à la frontière avec Haïti. Ce corps d’élite a pour mission d’empêcher, entre autres : les trafic illégaux de personnes, la contrebande de marchandises, d’armes, de drogue, de vol bétail et de véhicules.
Le corps d’élite a été accueilli par le Général Rafael Perez Florentino, qui commande la quatrième brigade de l’Armée Nationale basée à Mao Valverde. Le haut responsable militaire a expliqué que ces renforts font partie des mesures annoncées par le ministre des Forces armées, le lieutenant-général Joaquín Pérez Virgilio Félix.
De plus, le Général Florentino Perez, a fait savoir que la surveillance militaire, des points de contrôle à la frontière, sera encore renforcé. Il a précisé, que depuis la mise en place du dispositif militaire, le trafic d’haïtiens sans papier, était réduit au minimum.
Un calme relatif régnait aujourd’hui sur la frontière entre les deux pays, après les incidents de lundi, qui ont fait au moins 7 blessés parmi les haïtiens, lors des violents affrontements entre des manifestants haïtiens et les membres du CESFRONT en République Dominicaine et entre des manifestants et les forces de la Minustah en Haïti.
Marciano Mateo Espinosa, le Vice-consul dominicain à Ounaminthe, a déclaré au sujet de l’évacuation [hier] du consulat dominicain, que des mesures de sécurité vont être mise en place afin de permettre le retour du personnel diplomatique.

 

Haïti – Épidémie :

 Les besoins en personnels médical révisés à la hausse
HAITI LIBRE – 30/11/2010 13:58:06

Haïti - Épidémie : Les besoins en personnels médical révisés à la hausseLe 24 novembre dernier, Valerie Amos la secrétaire général adjointe aux affaires humanitaires des Nations Unies a déclaré qu’Haïti avait un urgent besoin de 1,000 infirmières et d’au moins 100 médecins supplémentaires pour alléger les besoins de santé générés par l’épidémie de choléra.
2 jours plus tard, le 26 novembre 2010, l’Organisation Panaméricaine de la Santé (OPS), estime qu’il faut au moins 350 médecins, 2,000 infirmières et 2,200 personnels de soutien santé supplémentaires pour les trois prochains mois pour faire face à l’épidémie.
Cette révision à la hausse, intervient après que l’ONU ait averti que 400.000 personnes pourraient être infectées par le choléra au cours des 12 prochains mois, dont 200,000 dans les 3 mois à venir.
En réponse à cet appel d’urgence, Andrew Mitchell, Secrétaire pour le développement international à annoncé que la Grande-Bretagne s’engageait à payer pour 115 médecins, 920 infirmières et 740 employés de soutien, ainsi que des fournitures d’urgence. Le personnel médical sera mis en place dans 12 grands Centres de Traitement du Choléra (CTC) et 60 Unités de Traitement du Choléra (UTC) capables de traiter plusieurs milliers de patients au cours des deux prochains mois.
« Malgré les promesses de soutien considérable pour aider Haïti, il y a encore de grave lacunes dans la fourniture de matériel médical d’urgence et une grave pénurie de personnel médical qualifié […] Il est clair qu’il reste encore beaucoup à faire, la réponse doit être considérablement accrue si nous voulons sauver des milliers de personnes de la maladie » a précisé Andrew Mitchell.

 

Haïti – Épidémie :

 Aux Cayes, situation dramatique
HAITI LIBRE – 30/11/2010 09:49:31

Haïti - Épidémie : Aux Cayes, situation dramatique
La situation sur le front de l’épidémie de Choléra dans le département du Sud et en particulier dans la ville des Cayes, est extrêmement préoccupante. Les services de santé sont totalement dépassés alors que le nombre de cas ne cesse d’augmenter et qu’aucune agence humanitaire médicale majeure n’est présente dans la zone. La quatrième ville du pays ne dispose pas aujourd’hui de centre de traitement à la mesure de la crise humanitaire qui va en s’intensifiant. L’ONG « Terre des Hommes » (TDH) lance un appel urgent à tous les acteurs ayant une expertise dans la prise en charge et le traitement du choléra pour qu’ils se mobilisent dans les plus brefs délais, afin de mettre sur pied un Centre de Traitement du choléra (CTC).
L’agglomération des Cayes compte une population globale de plus de 320,000 habitants. La ville est sensiblement de la taille de Cap Haïtien. Les zones urbaines sont densément peuplées, les populations les plus pauvres vivent à proximité des embouchures de rivières, sans aucun système d’assainissement. Avec ses canaux d’évacuation à ciel ouvert et la majeure partie du centre ville située à en zone inondable, les Cayes présente de hauts risques de contamination.
Le nombre de personnes contaminées dans le département du Sud, même s’il reste en chiffre absolu, bien inférieur au nombre de cas comptabilisés à Port au Prince (notez que le gouvernement refuse de révéler le véritable bilan de PAP et zone Métropolitaine depuis le 24 novembre 2010), ne cesse d’augmenter. Jusqu’à présent, dans l’ensemble du département, 12 foyers de contamination, dont 5 situés dans la ville, ont été recensés. Les chiffres officiels font état de 160 cas traités, mais ils sont largement sous-évalués.
Les autorités sanitaires manquent déjà cruellement de moyens, humain et matériel, pour faire face à une situation qui ne cesse de s’aggraver. L’unique centre de traitement, une petite structure érigée en urgence à l’hôpital des Cayes par Médecin Sans Frontière (MSF) Suisse avec le concours de TDH, se retrouve sans le soutien continu d’organisations médicales. Situé dans l’enceinte de l’hôpital, le CTU transitionnel, a une capacité de seulement 25 lits. Les femmes, les hommes et enfants ne disposent pas d’espaces séparés. Géré par du personnel insuffisamment formé et débordé, manquant d’encadrement, il enregistre 10 à 15 admissions quotidiennes depuis quelques jours. Il est totalement saturé. Les détenus de la prison centrale y sont également référés.
Il n’y a pas de système de gestion des déchets contaminés, les drums de vomissements et diarrhées sont pleins, d’autres débordent de matériel médical mélangés aux habits des malades et à d’autres déchets ménagers. TDH tente de parer au plus pressé en fournissant un appui WASH, mais sans zone de dépotage attitrée, le stockage et le traitement des déchets restent un problème majeur. Aucun lieu n’a été identifié par les autorités malgré des sollicitations répétées depuis un mois.
MSF, qui traite 80% des cas de choléra dans le pays, a dû se retirer faute de personnel disponible. Face à la gravité de la situation, Médecins du Monde (MDM – Suisse) y a dépêché pour quelques jours deux membres de son personnel médical.
Tous les indicateurs montrent que l’épidémie va exploser dans la ville des Cayes. Elle commence déjà à frapper les agglomérations voisines. Il y a un besoin urgent de mobilisation d’acteurs médicaux et WASH afin d’ériger dans les plus brefs délais un CTC d’au moins 100 lits, dimensionné aux besoins d’une ville de 140,000 habitants et ainsi d’éviter que la situation au Sud soit hors de contrôle.
Le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP) manque de moyen et peine à mobiliser son personnel. L’intervention d’une ONG médicale forte est une nécessité absolue. TDH lance un appel d’urgence !

 

Haïti-Elections

Mirlande Manigat se voit gagner les présidentielles et réclame des « garanties » pour un second tour, après le fiasco de dimanche

Radio Kiskeya / lundi 29 novembre 2010

La candidate du RDNP, qui rend le Président Préval responsable de l’échec des élections, nie toute appartenance au groupe des douze candidats ayant demandé l’annulation du scrutin ; l’un de ses principaux rivaux, Michel Martelly, abandonne pratiquement le groupe sans l’assumer en raison du début d’accomplissement du « respect du vote populaire »

Mirlande Manigat, principale favorite de l’élection présidentielle selon les sondages, a déclaré lundi, au lendemain du scrutin très controversé de dimanche, qu’elle avait de « bonnes chances de gagner » lors d’un éventuel second tour auquel elle est prête à participer moyennant des garanties pour éviter la répétition d’un nouveau scandale électoral.

« Je suis toujours dans la course, j’ai de bonnes chances de gagner les élections », a confié, dans une interview à l’AFP, la dirigeante du Rassemblement des démocrates nationaux progressistes (RDNP) qui rejette sur le Président René Préval la responsabilité de l’anarchie ayant caractérisé la journée électorale.

« Si le Président René Préval n’avait pas voulu que des hommes armés du parti au pouvoir Inité viennent troubler le vote, cela ne se serait pas produit », a fait savoir Mme Manigat.

Créditée d’une avance de 16 points sur le candidat officiel, Jude Célestin, dans la dernière enquête d’opinion publiée juste avant les élections, la constitutionnaliste est intéressée à prendre part à un second tour si, précise-t-elle, »des garanties sont données par le Conseil électoral et le gouvernement que le brigandage de dimanche ne se répète pas ».

« Si les choses sont différentes, si les électeurs peuvent voter normalement, si les mandataires des partis sont admis dans les bureaux alors oui j’irai à un second tour », a renchéri Mirlande Manigat qui avait pourtant appelé dimanche à l’annulation du scrutin devant l’ampleur des fraudes et irrégularités.

« Compte tenu des circonstance dans lesquelles je me trouvais, j’avais demandé l’annulation, mais il y a de nouvelles données, alors je peux revenir sur ma décision », a-t-elle répété pour justifier l’évolution de sa position.

Dans la foulée, Mme Manigat a nié avoir fait partie du groupe des 12 candidats à la présidence ayant demandé, dans une déclaration conjointe, l’annulation de la consultation en raison de « fraudes massives » constatées dans les bureaux de vote.

« On a cité mon nom dans un document, mais je n’ai jamais participé à l’élaboration d’une déclaration, je n’ai pas signé », a réagi la secrétaire générale du RDNP qui ambitionne de devenir la première Présidente élue de l’histoire d’Haïti.

Cette déclaration a surpris plusieurs de ses compétiteurs qui ont sévèrement critiqué son retrait inexpliqué tout comme celui de Michel Martelly (Repons Peyizan).

Principal instigateur de l’initiative collective des candidats face au déraillement du processus électoral, le chanteur mué en leader politique a qualifié de « mouvement spontané » cette démarche qui, observe-t-il, a été rejetée par le CEP.

Lors d’une conférence de presse, M. Martelly, qui prétend incarner le changement, a exigé le « respect du verdict populaire » après avoir affirmé que la déclaration commune, rédigée avec ses collègues, avait fait évoluer la tendance du vote en sa faveur.

Il est prêt à s’incliner devant la décision du Conseil électoral, sauf, prévient-il, en cas de victoire de Jude Célestin poussé par son mentor, René Préval. Le peuple ne veut plus de ces deux hommes, a conclu le candidat.

En dépit d’incidents en cascade enregistrés, de cas de fraudes flagrantes et d’irrégularités dénoncés tant par les partis en compétition que les observateurs nationaux, le président du CEP, Gaillot Dorsinvil, et son directeur général, Pierre-Louis Opont, se sont félicités de la tenue d’élections « bouclées et réussies ».

Alors que les mouvements de protestation tendent à s’amplifier dans plusieurs villes du pays, l’institution électorale se prépare à communiquer, à partir du 5 décembre, les résultats du premier tour de ces présidentielles et législatives.

Un éventuel second tour pourrait se dérouler le 16 janvier.

 

La mission d’observation OEA/CARICOM juge « injustifiée » une annulation des élections

Radio Kiskeya / lundi 29 novembre 2010

Disant déplorer de nombreuses irrégularités, le chef de la mission, Colin Granderson, demande aux candidats ayant réclamé l’interruption du processus d’administrer au CEP les preuves des « fraudes massives » dénoncées ; leur démarche est qualifiée de « précipitée et regrettable »

La mission d’observation conjointe de l’OEA et de la CARICOM a admis lundi que les élections présidentielles et législatives tenues dimanche en Haïti étaient entachées d’irrégularités, mais a estimé que les faits constatés ne peuvent justifier l’annulation du processus sollicitée par la majorité des candidats à la Présidence.

S’exprimant lors d’une conférence de presse bilan, le chef de la mission, Colin Granderson, a qualifié de « précipitée et regrettable » la demande d’annulation présentée par une liste de douze aspirants au fauteuil présidentiel, réduite à dix après le retrait de Mirlande Manigat (RDNP) et Michel Martelly (Repons Peyizan), deux des candidats les mieux cotés dans les sondages.

Le diplomate trinidadien juge que l’interruption du processus de vote, l’une des irrégularités dénoncées, ne constitue pas une « raison pour annuler les élections », en vertu de la loi électorale.

Les observateurs dépêchés par l’Organisation des Etats américains et la Communauté Caraïbe demandent aux partis politiques contestataires de soumettre au Conseil électoral provisoire les preuves de « fraudes massives » qu’ils affirment détenir.

Aucune mention n’a été faite des opérations de « bourrages d’urnes » ou de transfert d’urnes remplies, tôt le matin, auxquelles se seraient livrés des partisans zélés de la plateforme présidentielle INITE dans différents points du territoire.

Toutefois, Colin Granderson reconnaît que beaucoup d’électeurs n’ont pu exercer leur droit de vote et que d’autres ont été confrontés à d’énormes difficultés pour retrouver leurs noms sur les listes électorales.

« Chaque électeur a le devoir de s’informer à temps pour savoir où il doit voiter », a indiqué le chef de la mission OEA/CARICOM qui déplore que l’orientation des électeurs vers les bureaux de vote n’ait pas fait l’objet d’un effort supplémentaire de la part du CEP.

« En général, les citoyens haïtiens et les partis politiques se sont comportés fort bien », a par ailleurs dit Granderson à propos du déroulement de la campagne électorale en notant cependant que les derniers jours ont été émaillés d’incidents violents.

Des disparités énormes entre les moyens dont disposaient le parti officiel INITE et les autres compétiteurs ont été relevées, selon la mission qui promet de continuer à observer le processus électoral entré lundi dans une nouvelle phase avec le début des opérations de comptage au centre de tabulation.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :