L’ESSENTIEL DE L’ACTUALITE – Samedi 04/12/10

4 Déc

Haïti – Élections :

 Fraudes et irrégularités – Nord-Ouest, Grand’Anse, Nippes
HAITI LIBRE – 04/12/2010 10:11:55

Haïti - Élections : Fraudes et irrégularités - Nord-Ouest, Grand’Anse, NippesDépartement du Nord-ouest :
Les superviseurs et certains membres des bureaux de vote situés au centre École Église Baptiste Conservatrice, dans la commune de Baie de Henne, ont voté à plusieurs reprises et ont permis aux électeurs partisans de la plateforme INITE de voter sans leur carte d’identification nationale.
Département de la Grand’Anse :
Dans le département de la Grand’Anse, le véhicule officiel immatriculé 00294, appartenant au Sénateur Maxime Roumer et piloté par Adler Mayas, à bord duquel se trouvait des hommes armés, transportait des individus d’un centre à l’autre en vue de voter en faveur de leurs candidats.
A Fond Rouge, 8ème section de Jérémie, au Centre Saint Charles, des individus armés travaillant à la solde de la plateforme INITE ont investi le centre et ont rempli les urnes.
Au bureau de vote # 2, du Centre Ecole d’Application, 7 ème section communale de Jérémie, les électeurs ont reçu chacun deux (2) bulletins pour le vote d’un président.
Département des Nippes :
Un individu non identifié a voté à la place de Jean Bernard Michel au Centre de vote Ecole Nationale de Duparc, à Miragoane.
Mackenzy ainsi connu a, au centre de vote Collège Armée du Salut, voté cinq (5) fois, avec la complicité des membres des bureaux de vote. De plus, l’électeur Murat Lesly a été autorisé par le président du bureau, à voter sans sa carte électorale.
Au centre de vote Ecole Nationale de Charlier, le superviseur Frantz Lazard a restreint l’accès aux observateurs, arguant que ces derniers ne peuvent passer que quelques minutes dans les bureaux de vote. Conséquemment, au moment du dépouillement, les superviseurs et mandataires se trouvaient seuls dans ce centre de vote lorsque des individus mal intentionnés sont intervenus et ont vandalisé le centre. Les résultats ont été falsifiés en faveur de Jocelerme Privert, au préjudice de Serge D. Gaspard.
Au centre de vote Collège Mixte Berquin, à Paillant, Soliny Wesner Destin membre de la Plateforme INITE a, avec la complicité des membres des bureaux de vote, placé deux (2) mandataires INITE par bureau de vote alors que les autres partis politiques avaient du mal à se faire représenter par leurs mandataires. Parallèlement, des partisans de « Veye Yo » menaient campagne à la porte de ce centre, offrant aux électeurs de l’argent pour les porter à voter en faveur des candidats de « Veye Yo ».
Le Maire Wilno Pierre a investi le centre de vote Ecole Assemblée de Dieu de Bourguain, dans la commune de Petit Trou de Nippes, et procédé à une distribution en règle d’argent aux électeurs en vue de les porter à voter pour son candidat.
Le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) qui avait déployé des observateurs nationaux et internationaux à travers le pays, partage ses observations avec l’opinion publique, sur le déroulement des élections, les irrégularités, fraudes et violences constatées. L’Observation du processus électoral par le RNDDH a été rendue possible grâce au financement de l’Union Européenne. Les résultats de ces observations ne peuvent en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l’Union européenne.

 

Fraudes et irrégularités – Département du Sud
HAITI LIBRE – 04/12/2010 14:05:07

Deux (2) centres de vote situés à Port-à-Piment ont été incendiés. Il s’agit de l’Ecole Nationale des Filles et de l’Ecole Presbytérale de Paricot. Le centre Ecole Nationale des Filles a été incendié après la fermeture du centre et le début du dépouillement, suite aux reproches adressés aux partisans de la plateforme INITE qui contrôlaient ce centre, bloquant l’accès aux partisans et sympathisants des autres partis politiques. Le centre Ecole Presbytérale de Paricot a été incendié par des sympathisants de la plateforme INITE ayant, à leur tête Mackendy et Raymond Pierre-Louis après que ces derniers aient saccagé les différents bureaux de vote qui se trouvaient dans ce centre.
À Macéant, dans la commune d’Aquin, un bus transportant des partisans et sympathisants de la plateforme INITE pour aller voter au centre de vote de Baptiste, a été incendié par la population suite à un affrontement armé entre la population et des membres de la plateforme présidentielle. Deux (2) jeunes ont perdu la vie. Il s’agit de :
Lens CirylI, sympathisant de la plateforme INITE, âgé de moins de dix-huit (18) ans qui a reçu une balle à la tête, tirée par les membres de la plateforme INITE qui l’ont pris pour un individu de la localité. Une (1) carte d’identification appartenant à Bergeant Thercilien et deux (2) cartes d’accréditation octroyées aux mandataires de la plateforme INITE ont été trouvées dans la poche de la victime.
Kenson Hilaire, âgé de vingt (20) ans, sympathisant de la plateforme présidentielle qui a été lynché par la population à coups de pierres et de bâtons.
À Camp-Perrin, le candidat à la députation Augustin Bertin sous la bannière de la plateforme présidentielle et actuel maire de la commune, a utilisé le camion de l’Electricité d’Haïti (EDH) pour transporter des électeurs vers la localité de Dodmique à Camp-Perrin. Arrivé à Nava, le camion a chaviré et, Luksie Joseph alias Ti Djo a perdu la vie. Plusieurs personnes blessées ont été transportés d’urgence aux hôpitaux des Cayes et de Camp-Perrin.
Dans la commune de Chantal, au centre de vote Ecole Presbytérale de Canon, des partisans de «Ayiti an Aksyon (AAA)» et de la plateforme présidentielle INITE se sont entendus pour remplir les urnes des bureaux #3, #4, #5, et #7. Au cours de l’opération, il s’en est suivi une vive dispute à la suite de laquelle, le centre a été saccagé, les urnes, détruites et les bulletins éparpillés sur le sol. Saviliome Belgent a été arrêté en flagrant délit par le juge de paix de la commune, Dorescar Duquerel, avec en sa possession, un ensemble de bulletins avec des voix exprimées en faveur de la plateforme INITE.
Le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) qui avait déployé des observateurs nationaux et internationaux à travers le pays, partage ses observations avec l’opinion publique, sur le déroulement des élections, les irrégularités, fraudes et violences constatées. L’Observation du processus électoral par le RNDDH a été rendue possible grâce au financement de l’Union Européenne. Les résultats de ces observations ne peuvent en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l’Union européenne.

 

17 morts dans un accident en Haïti

AFP / 04/12/2010

Dix-sept personnes ont été tuées aujourd’hui dans le sud d’Haïti lors d’une collision entre un autocar et un poids-lourd, survenue à environ 200 km de la capitale Port-au-Prince, a-t-on appris de source policière.
Les deux véhicules se sont percutés dans la localité de Macéant « dans un virage obstrué par la carcasse d’un véhicule incendié par des manifestants lors des élections de dimanche » dernier, a indiqué à l’AFP le commissaire de police Rony Cénéac.
« Dix-sept des 18 occupants de l’autocar ont été tués sur le coup », a-t-il précisé. Une autre personne, grièvement blessée, a été conduite à l’hôpital, a-t-il ajouté.
Les élections présidentielle et législatives du 28 novembre ont donné lieu à des accusations de fraude, qui ont provoqué des violences entre les partisans des 18 candidats en lice pour la magistrature suprême. Les résultats du premier tour sont attendus le 7 décembre.

 

Partenariat Brésil-Cuba contre le choléra en Haïti
HAITI LIBRE – 04/12/2010 08:14:58

Haïti - Épidémie : Partenariat Brésil-Cuba contre le choléraLe Ministère de la Santé brésilien a annoncé vendredi le transfert d’1 million de dollars à l’Organisation Panaméricaine de la Santé (OPS) pour lutter contre le choléra en Haïti. Ce montant permettra la mise en place et le fonctionnement, d’un nouveau Centre de Traitement du Choléra (CTC) d’une capacité de 110 lits, dans la ville de Carrefour, pour une durée de trois mois.
Grâce à ces fonds, le nouveau CTC de Carrefour devrait démarrer ses activités dans les prochaines 48 heures. Le fonctionnement de ce CTC est un partenariat entre le Brésil et Cuba. Le gouvernement brésilien fournit les ressources financières et Cuba les professionnels de la santé, dont 45 seront affectés à ce CTC.

 

La CARICOM garantit l’accès d’Haïti au marché régional
HAITI LIBRE – 04/12/2010 09:09:45

Haïti - Économie : La CARICOM garantit l'accès d'Haïti au marché régionalAu cours de la XXXI réunion du Conseil pour le développement économique et du Commerce des Caraïbes (COTED) qui s’est tenu jeudi à Georgetown, une session spéciale a été consacrée à une proposition visant à garantir l’accès d’Haïti au marché régional, en vertu de régimes préférentiels pour une période de trois ans. Cette réunion réunissait les ministres du commerce membres de la CARICOM.
Au terme de cette XXXI réunion, les ministres du commerce de la CARICOM, les membres de la CARICOM ont décidé qu’Haïti, sera autorisé à exporter certaines marchandises sur le marché régional (zone CARICOM). Une concession de 3 ans a été accordée à Haïti.
Selon un communiqué du secrétariat de la CARICOM, une première liste comprenant 42 items a été accepté. Parmi les articles approuvés, ont trouve entre autres : peintures et dessins, le beurre d’arachide, la farine de maïs, les ustensiles de table et ustensiles de cuisine en bois, la vannerie et les fèves de cacao.
Cette concession prendra effet à partir du 1er Janvier 2011. Les États membres se sont engagés à poursuivre des consultations, en vue de l’approbation de produits supplémentaires à la liste initiale, demandés par Haïti.

 

Le CEP tente de normaliser la situation par le « dialogue post-électoral »

Dans leur majorité, les candidats à la Présidence, via leurs représentants, ont exprimé et assumé de profonds désaccords avec l’institution électorale sur le pilotage chaotique du premier tour des présidentielles et législatives, même si le CEP tente de faire accepter l’idée de correctifs majeurs pour le second tour ; Jude Célestin, avec son compère Anacacis, fait bande à part et réclame des sanctions contre certains de ses rivaux tout en affichant son optimisme à l’approche de la publication des résultats préliminaires du scrutin qui, affirme Gaillot Dorsinvil, traduiront l’expression du « vote populaire »

Radio Kiskeya / vendredi 3 décembre 2010

Le président du Conseil électoral provisoire, Gaillot Dorsinvil, s’est engagé vendredi à proclamer des résultats conformes à « l’expression de la majorité » lors des présidentielles et législatives du 28 novembre et a démenti les allégations selon lesquelles le CEP ferait l’objet de pressions du gouvernement ou de la communauté internationale.

« Le vote populaire sera respecté », a promis M. Dorsinvil au cours d’une rencontre avec les candidats à la Présidence et leurs représentants qui était destinée à identifier les mesures de redressement à adopter en vue de remédier aux graves dysfonctionnements de la machine électorale après un premier tour très contesté.

Le responsable de l’institution électorale juge anormale l’organisation de manifestations de rue durant le déroulement du vote « en violation flagrante de la loi électorale ». Il s’en est aussi pris -sans décliner leur identité- aux candidats ayant gagné les rues pour s’autoproclamer vainqueurs des élections après avoir pourtant réclamé leur annulation.

Réunis dans l’enceinte du club Le Villate, à Pétion-Ville (banlieue est de Port-au-Prince), seuls trois des 17 candidats en lice pour la magistrature suprême ont fait la déplacement : Jude Célestin, dauphin désigné du Président René Préval et représentant du parti officiel INITE (Unité), le Sénateur Jean Hector Anacacis, candidat du MODEJHA, et l’ancien Premier ministre Lavalas, Yvon Neptune, de Ayisyen Pou Ayiti.

Deux des principaux favoris se sont fait représenter, Mirlande Manigat (RDNP) par l’ambassadeur Edwige Lalanne et le chanteur Michel Martelly (Repons Peyizan) par son avocat, Me Gervais Charles, responsable du barreau de la capitale.

Quoique engagé dans un bras de fer avec le CEP, le groupe des douze candidats, qui conteste les joutes de dimanche dernier entachés de fraudes et d’irrégularités caractérisées, n’était pas en reste. Mes Camille Leblanc et Carlos Hercule siégaient dans la salle respectivement au nom de Jean Henry Céant (Renmen Ayiti) et de Charles-Henri Baker (RESPE).

Le directeur général du CEP, Pierre-Louis Opont, principal animateur de la séance de travail, au milieu des conseillers électoraux, a réfuté la plupart des accusations portées contre l’institution dont les membres sont, dit-il, prêts à se retirer « s’il est prouvé qu’ils ont failli à leur mission ».

Argumentant longuement sur les différentes raisons qui pourraient expliquer l’ampleur des problèmes qui ont ponctué le déroulement du scrutin présidentiel et législatif, M. Opont a toutefois reconnu les nombreuses défaillances de la machine électorale et annoncé un train de mesures correctives en vue du deuxième tour. En ce sens, des excuses publiques ont été présentées aux candidats et autres personnes affectées par ces irrégularités.

Toutes les recommandations faites seront prises en considération pourvu qu’elles ne soient pas contraires à la loi électorale, assure le directeur général qui confirme la publication, mardi prochain, des résultats préliminaires des élections et la tenue du second tour le 16 janvier.

Cependant, les discussions très animées entre les différents protagonistes n’ont pas permis de surmonter les obstacles et, dans leurs interventions respectives, les représentants du RDNP, Edwige Lalanne, de Repons Peyizan, Gervais Charles, de Renmen Ayiti, Camille Leblanc et de RESPE, Carlos Hercule ont mis en relief les problèmes structurels de l’appareil électoral et les responsabilités partagées du CEP, du gouvernement et de la communauté internationale dans l’imbroglio politique qui se dessine à la suite d’une journée électorale jugée catastrophique.

En revanche, visiblement très confortable avec l’allure du processus électoral, Jude Célestin, le poulain de Préval, s’est montré optimiste quant à ses chances de sortir vainqueur de ces consultations. Sa préoccupation à lui n’est autre que l’adoption de sanctions à l’encontre des candidats qui ont violé la loi électorale en proclamant dimanche dernier leur prétendue victoire à la tête de partisans en délire.

En cela, le candidat de INITE rejoint son collègue et ami Jean Hector Anacacis qui a souhaité aussi que des sanctions punitives soient réservées à ceux de ses compétiteurs qui auraient perturbé le déroulement du vote, en exigeant l’annulation du scrutin.

Cette rencontre s’est déroulée sous les regards attentifs de l’ambassadeur Colin Granderson, chef de la mission d’observation électorale OEA/CARICOM et en l’absence très remarquée d’Edmond Mulet. Le chef de la Mission de stabilisation de l’ONU (MINUSTAH) est, en effet, reparti sans explication peu après son arrivée au moment où la séance allait s’ouvrir.

Jeudi, en des termes très durs, le diplomate guatémaltèque, qui n’a toujours pas identifié le destinataire de son message, avait menacé Haïti du retrait des cassques bleus et du gel de l’aide internationale en cas de non respect de la « volonté populaire ».

Mulet ne s’est pas montré trop respectueux envers les conseillers électoraux appelés à faire preuve de « caractère » pour ne pas céder « à l’intimidation ou à l’argent ».

 

Si, pour Ban-Ki-moon, les irrégularités ayant marqué les élections paraissent assez sérieuses, pour la MINUSTAH elles ne suffisent toujours pas à faire invalider le scrutin

La MINUSTAH « menace » d’empêcher la « violence »

Radio Kiskeya / vendredi 3 décembre 2010

Le secrétaire général des Nations Unies, Ban-Ki-moon, a relevé vendredi par-devant l’Assemblée générale de l’organisation que « les irrégularités qui ont marqué les élections de dimanche dernier en Haïti semblent plus sérieuses qu’initialement décrites ».

Notant le fait que les incidents et violences qui ont émaillé les élections ne sont pas exceptionnels en Haïti, il a exhorté tous les acteurs politiques à éviter la violence, à entamer immédiatement des discussions en vue d’une solution haïtienne, avant qu’une crise se développe. Cela devrait être fait quelles que soient les plaintes et les réserves quant au processus, a-t-il souligné.

« Toutes les parties concernées doivent respecter, et être vues comme respectant le cadre légal. Les dirigeants politiques doivent placer les intérêts de leur pays au-dessus de leurs ambitions personnelles et partisanes. Toute instabilité sociale dans les jours à venir privera les victimes du choléra du traitement qui leur sauvera la vie. La communauté internationale, se tient aux cotés du people haïtien et observe étroitement », a ajouté le secrétaire général.

Il a enfin félicité le peuple haïtien pour sa claire détermination à faire entendre sa voix à travers sa participation aux élections du 28 novembre.

Dans un communiqué relatant les propos de Ban-Ki-moon, la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH), s’associe à son appel au calme et au respect de l’Etat de droit tandis que le processus électoral poursuit son cours.

En dépit du fait que le secrétaire général de l’ONU considère que les irrégularités constatées paraissent plus sérieuses qu’initialement décrites, la mission onusienne en Haïti, sans faire référence aux observateurs nationaux, soutient que « tous les acteurs politiques doivent admettre que, selon les observateurs électoraux internationaux, les irrégularités constatées ne sont pas considérées suffisantes pour invalider le processus électoral ».

Exhortant enfin les dirigeants politiques haïtiens à prendre note de l’appel du secrétaire général des Nations Unies, le communiqué de la MINUSTAH hausse délibérément le ton, à l’instar de son chef, Edmond Mulet qui, la veille, avait évoqué l’éventualité du départ de la mission et la suspension de l’aide à Haïti « si le vote populaire n’était pas respecté ».

« L’histoire jugera sévèrement ceux qui, par la violence, entravent la réponse au choléra, causant par conséquent mort et souffrance au sein de la population haïtienne. La violence ne sera pas permise comme moyen de déterminer le transfert du pouvoir ou le choix des nouvelles autorités haïtiennes », conclut le communiqué de la mission onusienne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :