L’ESSENTIEL DE L’ACTUALITE – Mercredi 8 déc. 2010 (2)

8 Déc

Ottawa s’inquiète des irrégularités dans le scrutin haïtien

Malorie Beauchemin / La Presse / Publié le 08 décembre 2010 à 14h57

Le ministre des Affaires étrangères, Lawrence Cannon.... (Photo: PC)

Le ministre des Affaires étrangères, Lawrence Cannon.

Photo: PC

(Ottawa) Compte tenu des irrégularités constatées sur le terrain, le Canada pourrait ne pas reconnaître l’issue des élections présidentielles en Haïti. C’est ce qu’a laissé entendre le ministre des Affaires étrangères, Lawrence Cannon, mercredi, alors que les incidents violents se multipliaient, notamment dans la capitale, Port-au-Prince.

«Le Canada est inquiet des événements qui se produisent depuis la divulgation des résultats provisoires des élections en Haïti. Ça remet sérieusement en question la reconnaissance si nous ne voyons pas un progrès, mais surtout le respect du processus électoral», a mis en garde M. Cannon.

Le ministre a exhorté «tous les acteurs de la scène politique» de remédier aux irrégularités conformément à la loi électorale haïtienne.

«Nous les enjoignons également à s’acquitter de leurs responsabilité dans l’intérêt de la population et à faire preuve d’un engagement ferme envers la paix, les principes démocratiques et l’intégrité du processus électoral», a-t-il ajouté.

 

Haïti – Épidémie : 1 M$ de l’Australie pour lutter contre le choléra
HAITI LIBRE – 08/12/2010 14:50:31

Haïti - Épidémie : 1 M$ de l’Australie pour lutter contre le choléraDepuis le début de l’épidémie en Haïti (19 octobre 2010), 93,222 personnes ont été atteintes du choléra et traitées, 44,157 ont été hospitalisées et 2,120 personnes sont décédées de la maladie (bilan du 4 décembre publié par le Ministère de la Santé Publique et de la Population – MSPP).
L’Australie se joint aux autres pays, pour aider Haïti à combattre l’épidémie de choléra qui ravage sa population. L’Organisation Panaméricaine de la Santé (OPS) avait déclaré au début du mois que l’épidémie de choléra en Haïti, pourrait toucher jusqu’à 650,000 personnes au cours des six prochains mois.
Kevin Rudd, le Ministre des Affaires étrangères, a annoncé que l’Australie, afin d’aider Haïti à combattre l’épidémie choléra, fournira une contribution d’1 million de dollars à l’Organisation des Nations Unies. Ce don s’inscrit dans le cadre de l’appel d’un fonds d’urgence de 164 millions de dollars, lancé par l’ONU le 12 novembre dernier.
Ce millions de dollars sera versé au Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), qui fournit déjà de l’eau potable, des comprimés de purification de l’eau, des trousses d’hygiène et d’autres fournitures essentielles à la lutte contre le choléra en Haïti.
Cette contribution, s’ajoute aux 24 millions de dollars de contributions de l’Australie en réponse au séisme du 12 Janvier dernier.

 

Haïti livré à des violences après une présidentielle contestée

De Clarens RENOIS (AFP) – 08/12/10

PORT-AU-PRINCE — Un jeune a été tué mercredi en Haïti et plusieurs ont été blessés par balles lors des manifestations violentes qui ont éclaté après la proclamation des résultats du premier tour de la présidentielle et qui ont amené le président René Préval a appelé au calme.

Un jeune manifestant a été tué par balles au Cap-Haïtien dans le nord du pays au cours d’affrontements entre les partisans du candidat à la présidence Jude Célestin, soutenu par le pouvoir, et ceux du chanteur populaire Michel Martelly, écarté du second tour, selon des médias locaux.

Mardi soir, avec trois heures de retard, le Conseil électoral a annoncé que le deuxième tour opposerait le 16 janvier l’ex-Première Dame Mirlande Manigat (31% des voix) à Jude Célestin (22%). Michel Martelly, arrivé troisième (21%), est le grand perdant du scrutin.

Sa troisième position et la faible marge qui le sépare du candidat du pouvoir passe mal chez ses partisans alors que le chanteur avait régulièrement accusé le parti au pouvoir, Inité, de fraude électorale.

Le quartier général d’Inité a du reste été incendié dans la matinée à Port-au-Prince, après une nuit de violences sporadiques qui se sont répandues dans tout le pays dès l’annonce des résultats préliminaires.

Empêchés d’approcher du palais présidentiel par des unités anti-émeutes, les partisans du chanteur se déplaçaient mercredi dans toute la ville. Certains brandissaient des portraits de M. Martelly, d’autres, armés de bâtons, frappaient des poubelles ou jetaient des pierres.

Les manifestations semblaient être les plus grosses dans le pays depuis la réélection de M. Préval en 2006.

Ce dernier a lancé un appel au calme mercredi. « Manifestez, c’est votre droit, mais ne vous attaquez pas aux édifices publics, aux commerces et aux bien privés des gens », a-t-il déclaré sur les ondes de la Radio nationale d’Haïti.

« Les résultats peuvent être contestés devant le contentieux électoral comme le prévoit la loi, mais pas dans les manifestations de rue, ce n’est pas cela la démocratie », a dit M. Préval en rappelant que les résultats des élections ne sont pas définitifs.

Les tensions qui règnent en Haïti rappellent de mauvais souvenirs dans un pays qui a connu instabilité politique et coups d’Etat à répétition dans son histoire récente. Elles marquent une nouvelle épreuve pour une population déjà éreintée cette année par le séisme dévastateur du 12 janvier et l’épidémie de choléra qui a fait plus de 2.100 morts depuis la mi-octobre.

La compagnie aérienne American Airlines, principal transporteur international présent en Haïti, a suspendu pour mercredi et jeudi ses vols vers et au départ d’Haïti.

Les Etats-Unis se sont dits « préoccupés » par les résultats « incohérents » de l’élection, au regard de résultats partiels donnés lundi par des observateurs homologués par l’Union européenne qui avaient mis le candidat du pouvoir en troisième position, loin derrière M. Martelly.

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, s’est lui aussi dit « préoccupé par les allégations de fraude » et a pris note du fait que ces « résultats ne sont pas définitifs » et demandé à tous les candidats « d’épuiser toutes les procédures légales ».

De son côté Paris a appelé au calme et demandé à ce que les recours soient traités « de manière rigoureuse et transparente » par le Conseil électoral. La diplomatie canadienne a exhorté « tous les acteurs de la scène politique à remédier aux irrégularités, conformément à la loi électorale ».

L’annonce des résultats préliminaires ouvre une période de recours éventuels avant la publication des résultats définitifs du premier tour prévue le 20 décembre. Le successeur du président René Préval prendra ses fonctions le 7 février.

AFP

Photo 1 sur 4

Rassemblement dans une rue de Port-au-Prince le 8 décembre 2010

 

Haiti – Elections : Le QG d’INITE part en fumée…
HAITI LIBRE – 08/12/2010 13:08:12

Haiti - Elections : Le QG d’INITE part en fumée...Ce mercredi en Haïti, les partisans de Michel Martelly ne décolèrent pas, suite à l’exclusion de leur candidat. Après une nuit de violences, qui se sont répandues dans tout le pays, des milliers de manifestants, convergeaient de bonne heure ce matin vers le centre-ville de la capitale.
Rappelons que les résultats préliminaires du scrutin, ont exclu du deuxième tour, le candidat Martelly, au profit du candidat du pouvoir, Jude Célestin, avec seulement 6,845 voix d’écart sur fond de fraudes et d’irrégularités.
Empêchés d’approcher du Palais présidentiel par des unités anti-émeutes, les partisans du chanteur se sont alors dispersés en groupes dans toute la ville. Certains brandissaient des portraits du candidat Martelly, d’autres, armés de bâtons, frappaient des poubelles ou jetaient des pierres en scandant des slogans en faveur de leur candidat. Des barricades ont été dressées dans les rues de Port-au-Prince.
Le Quartier Général d’INITE sur la rue Rivière, a été incendié dans la matinée à Port-au-Prince, par des manifestants cagoulés. Les pompiers dépêchés sur les lieux, tentaient de maîtriser les flammes qui ravageait le siège du parti INITE.
D’après certains observateurs, ces manifestations sont les plus importantes dans le pays depuis la réélection du Président René Préval en 2006. Vestiges des émeutes de la nuit, des bennes à ordures étaient déversées sur la chaussée où des carcasses de voitures finissaient de brûler. La plupart des commerces sont toujours fermés.

 

Le Point.fr – Publié le 08/12/2010 à 19:31 – Modifié le 08/12/2010 à 19:49

Jude Célestin, candidat-bâtisseur du pouvoir haïtien en place

Sans expérience politique, le favori du président Préval s’est qualifié, contre toute attente, pour le second tour de la présidentielle à Haïti.

Jude Célestin, candidat-bâtisseur du pouvoir haïtien en place

Fiancé à la fille de René Préval, Jude Célestin a tissé des liens étroits avec le président sortant et bénéficié de l’appui solide du parti Inite © Ramon Espinosa / AP/Sipa

Click here to find out more!

Par Chloé Durand-Parenti

De Jude Célestin, qui vient de créer la surprise en arrivant en deuxième position (22,48 %) du premier tour de l’élection présidentielle en Haïti, on ne sait pas grand-chose. Sinon qu’il a été choisi par le président René Préval, dans l’impossibilité de se présenter pour un troisième mandat, pour lui succéder comme candidat du parti Inite (Unité). Les liens entre les deux hommes remontent au début des années quatre-vingt-dix, lorsque Jude Célestin, ingénieur de formation, dirigeait la Minoterie publique d’Haïti et que René Préval était encore Premier ministre de Jean-Bertrand Aristide.

Le courant est, semble-t-il, immédiatement bien passé puisqu’en 1997, alors que la Minoterie est privatisée sous l’impulsion de l’ONU et des États-Unis, René Préval, élu président un an plus tôt, fait appel à Jude Célestin pour diriger le Centre national des équipements (CNE), sorte de ministère bis des Travaux publics, largement doté. C’est à cette époque que des liens plus intimes se tissent : Jude Célestin se fiance à la fille du chef de l’État.

Force de frappe

Sans expérience politique, en dépit d’un oncle ministre de la Communication sous le règne du président dictateur Jean-Claude Duvalier, le dauphin de René Préval se sert de son expérience à la tête du CNE, où il a piloté un certain nombre de projets routiers, pour baser sa campagne présidentielle sur son image de bâtisseur. Pas anodin dans un pays, l’un des plus pauvres au monde, dévasté par un puissant séisme qui a fait 250.000 morts en janvier dernier. Sur ses affiches de campagne, qui, grâce à la force de frappe du parti Inite, ont été larguées par avions et placardées partout dans le pays, on le voit ainsi souriant, athlétique et la moustache bien taillée, devant une armée de pelleteuses et de camions-bennes. « Vote Jude Celestin prezidant », peut-on lire sur ces portraits géants. Le reste de son programme ? Rien de bien défini, d’autant que le candidat fuit la presse et que ses discours n’excèdent jamais dix minutes.

Issu d’une famille d’enseignants, le candidat promet pêle-mêle de construire des écoles, de créer des emplois pour les jeunes et de reloger les centaines de milliers de sans-abri du séisme. « La continuité, c’est la théorie du cycle qu’il ne faut pas casser. Dans la continuité, il y a aussi le changement. Il faut continuer avec les réformes. On doit continuer avec la bonne gouvernance économique, la construction de routes, de ponts, d’infrastructures », peut-on lire sur son site internet. En quelques mots, Jude Célestin entend poursuivre l’action de René Préval, là où elle a réussi, et faire mieux que son mentor, là où celui-ci a échoué. Or René Préval a notamment été vivement critiqué pour son incapacité à gérer la crise résultant du tremblement de terre du 12 janvier.

Rumeurs de fraudes

Décrit comme un bourreau de travail, solitaire, peu expansif mais obstiné, Célestin a été amené à oeuvrer au déblaiement des décombres du tremblement de terre et à la récupération des corps des victimes. En 2008, il s’était déjà fait remarquer en volant au secours des Gonaïves, commune située à l’ouest d’Haïti, envahie par la boue après le passage de quatre cyclones. Seule ombre au tableau, l’École polytechnique fédérale de Lausanne (Suisse) censée lui avoir délivré son diplôme d’ingénieur en mécanique n’a pas retrouvé trace de lui dans ses fichiers…

Surtout, la révélation de démêlés entre le fisc américain et le candidat, au sujet de plusieurs propriétés en Floride, tendrait à mettre en doute ses qualités de bon gestionnaire alors que Jude Célestin aura, s’il est élu, à gérer l’aide allouée à Haïti pour sa reconstruction. En outre, depuis plusieurs semaines, Port-Au-Prince bruisse de rumeurs concernant des fraudes destinées à favoriser Jude Célestin. Douze de ses dix-huit concurrents dans la course à la présidentielle ont même exigé l’annulation du scrutin.

À l’étranger, les États-Unis et l’ONU ont également fait état de doutes sur le respect de « la volonté populaire » dans cette élection. D’autant que les dernières estimations communiquées lundi par un groupe d’observateurs de l’Union européenne plaçaient le chanteur populaire Michel Martelly à 25 %, loin devant Jude Célestin, crédité de seulement 20 %. Certains redoutent un scénario à la Poutine où le dauphin Célestin prendrait pour Premier ministre son mentor, le président sortant René Préval.

 

Haïti: un mort et des blessés par balles, Préval appelle au calme

AFP – 08/12/10

PORT-AU-PRINCE — Un manifestant a été tué mercredi au Cap-Haïtien et plusieurs autres ont été blessés par balles en Haïti lors de manifestations violentes, après la proclamation des résultats du premier tour de l’élection présidentielle, alors que le président Préval a appelé au calme.

Selon des médias locaux, un jeune manifestant a été tué par balles au Cap-Haïtien, à 300 km au nord de Port-au-Prince, au cours d’affrontements entre les partisans du candidat à la présidence Jude Célestin, soutenu par le pouvoir, et ceux du chanteur populaire Michel Martelly, écarté du second tour.

Dans le centre du pays à Mirebalais, trois manifestants ont été blessés par balles, selon des médias locaux.

Il s’agit des premières victimes recensées depuis l’éclatement mardi de manifestations violentes qui ont suivi la proclamation des résultats préliminaires des élections du premier tour de l’élection présidentielle du 28 novembre.

Au Cap-Haïtien, de nombreuses manifestations se sont formées dans plusieurs quartiers de la ville, a indiqué un policier à l’AFP.

Le président René Préval a lancé un appel au calme.

« Manifestez, c’est votre droit, mais ne vous attaquez pas aux édifices publics, aux commerces et aux biens privés des gens », a déclaré le chef de l’Etat sur les ondes de la Radio nationale d’Haïti, rappelant que les résultats des élections n’étaient pas définitifs.

« Les résultats peuvent être contestés devant le contentieux électoral comme le prévoit la loi, mais pas dans les manifestations de rue, ce n’est pas cela la démocratie », a dit M. Préval.

Il a rappelé aux candidats mécontents qu’ils ont la possibilité de contester ces résultats préliminaires avant la publication des résultats définitifs prévue le 20 décembre.

M. Préval a aussi invité les insatisfaits à se présenter avec leurs avocats devant l’instance prévue à cette fin.

« Il y a un arbitre, le Conseil électoral (CEP, ndlr) qui est prévu pour régler les contentieux, le CEP peut se faire assister des observateurs électoraux pour résoudre ce problème et permettre au pays de recommencer à vivre », a dit le chef de l’état.

« Vous êtes en train de donner une mauvaise image d’Haïti, ce n’est pas dans les incendies et dans les casses que les conflits vont se résoudre. Haïtiens ressaisissez-vous! », a lancé M. Préval.

Le CEP a annoncé mardi que le second tour, prévu le 16 janvier, opposerait l’ex-Première dame Mirlande Manigat (31% des voix) au candidat soutenu par le pouvoir Jude Célestin (22%) tandis que le chanteur populaire Michel Martelly a été écarté à quelque 6.000 voix près.

 
Haïti: vols d’American Airlines suspendus

AFP – 08/12/2010

La compagnie aérienne American Airlines a suspendu pour aujourd’hui et demain ses vols vers et au départ d’Haïti, a indiqué une porte-parole de la compagnie, au lendemain de l’annonce des résultats du 1er tour de l’élection présidentielle qui a suscité violences et manifestations.
La compagnie américaine, principal transporteur international présent en Haïti, exploite trois vols quotidiens au départ de Miami, un au départ de New York, un autre au départ de Fort Lauderdale (Floride) et un à partir de San Juan à Porto Rico, via la compagnie American Eagle.
« Nous avons annulé nos vols pour aujourd’hui et demain parce que les employés de la compagnie et ceux de l’aéroport n’ont pas pu se rendre au travail » à Port-au-Prince, a indiqué à l’AFP Martha Pantin, une porte-parole d’American Airlines basée à Miami.
« Nous continuons d’être attentifs à la situation et espérons rétablir le service dès que possible », a-t-elle ajouté.
Des milliers de manifestants parcouraient la capitale haïtienne mercredi après l’annonce des résultats du 1er tour, qui placent en deuxième position le candidat soutenu par le pouvoir au détriment d’un candidat populaire, le chanteur Michel Martelly.
De nombreuses rues étaient complètement bloquées mercredi matin à Port-au-Prince par des barrages, des poubelles renversées, des blocs de pierre ou des pneus enflammés, et la population ne se déplaçait qu’à pied.

 
Haïti : Sweet Micky ne rit plus

08 Décembre 2010 Par François Bonnet / MEDIAPART

See video

L’élection présidentielle en Haïti a été massivement truquée ou, au mieux, loupée. Tout le monde en convient. Et il y a un perdant : Michel Martelly, dit Sweet Micky, l’un des grands chanteurs populaires de l’île.

L’homme avait mené une campagne étonnante, arpentant le pays en tous sens et jouant à fond de sa popularité de chanteur, souvent versé dans la guimauve. Il avait aussi su s’attirer le soutien de Wyclef Jean, le grand rappeur qui avait vu, en août, sa candidature rejetée par le conseil électoral provisoire.

Sweet Micky a officiellement perdu et les affrontements et protestations se multiplient depuis mardi soir à Port-au-Prince et dans le reste du pays. Selon les résultats proclamés par un membre du conseil électoral, qui a ensuite refusé de répondre à toute question et s’est éclipsé au plus vite, deux candidats s’affronteront pour le second tour, prévu le 16 janvier : Mirlande Manigat, arrivée en tête avec 31% des voix, et Jude Célestin, 22%. Sweet Micky est à un cheveu derrière : à peine 6.000 voix d’écart (sur un corps électoral de 4,7 millions d’électeurs).

Vu l’immense désordre dans lequel s’est déroulé ce premier tour, désordre amplifié par les violences et les fraudes diverses, autant dire qu’un tel écart ne vaut rien. Le soir même du premier tour, douze candidats appelaient ensemble à l’annulation du premier tour.

Ce mardi, les Etats-Unis ont été les premiers à se dire «préoccupés par des résultats incohérents ». Plusieurs observatoires électoraux indépendants (comme des sondages, même s’ils sont à considérer avec la plus grande prudence) donnaient en effet comme largement en tête Mirlande Manigat et Michel Martelly-Micky, reléguant Jude Célestin à environ 10% des voix.

Il faut donc en venir à Jude Célestin. Candidat du pouvoir, futur gendre du président sortant René Préval, l’homme a fait une campagne catastrophique malgré un déluge d’affiches et de spots télévisés. Quasi inconnu du public, dirigeant la compagnie nationale de travaux publics (le centre national de l’équipement), il s’est retrouvé propulsé candidat et chef de file du parti présidentiel « Inite » sans être même certain de l’avoir voulu. Initialement, le candidat et dauphin pressenti de René Préval devait être l’ancien premier ministre Jacques-Edouard Alexis.

Jude Célestin n’a que sa proximité avec René Préval et son manque de charisme comme de programme à faire valoir : cela explique son impopularité, le pouvoir sortant étant largement rejeté pour son immobilisme et son incompétence dans un pays dévasté par le tremblement de terre du 12 janvier.

Mais dès le début du mois novembre, un scénario bien rodé était décrit par les spécialistes de la vie politique haïtienne :

  1. L’élection présidentielle se ferait en deux tours
  2. Jude Célestin ne serait pas affiché en tête à la sortie du premier tour, ce qui aurait été trop gros. Il ferait environ 20% des voix
  3. Mirlande Manigat arriverait en tête mais sans raz de marée. Cette femme, âgée de 70 ans, est une personnalité de l’île. Universitaire, spécialiste de droit constitutionnel, elle est jugée intègre. Elle est l’épouse de Lesly Manigat, qui fut brièvement président de la République à la chute de la dictature Duvalier à la fin des années 1980.
  4. La campagne d’entre deux tours permettrait d’éliminer Mirlande Manigat et le vainqueur serait, in fine, Jude Célestin.

C’est donc ce scénario qui, dans un chaos apparent, est en train de se mettre en place sous l’œil attentif du président René Préval. Mais il demeure de solides inconnues : les violences qui risquent de paralyser le processus électoral ( le siège du parti Inite a été incendié par les manifestants ce mercredi à Port-au-Prince); la réaction de la communauté internationale qui se ridiculiserait en acceptant une telle pantalonnade après avoir poussé à la tenue de ces élections malgré la désorganisation totale de l’Etat haïtien et l’épidémie de choléra qui a déjà fait 2000 morts.

Les résultats proclamés mardi par le conseil électoral peuvent encore être contestés, a fait savoir ce mercredi la mission internationale d’observation des élections, dirigée par l’Organisation des Etats américains. C’est « un décompte provisoire. Il y a tout un processus à partir duquel il est possible de faire appel des résultats, toute une palette de recours ouverts », a expliqué son responsable. On va donc compter et recompter, au gré de tractations de coulisses.

« Depuis le départ de Jean-Claude Duvalier le 7 février 1986, nous attendons certains soirs que le changement nous arrive d’un coup. Et le mieux avec. Plus de 24 ans que nous essuyons des déceptions », note simplement Frantz Duval, le rédacteur en chef du quotidien Le Nouvelliste (lire son éditorial ici).

 
Fidel Castro souligne qu’Haïti peut compter sur Cuba

La Havane, Mercredi 8 Décembre 2010. CCN/RHC. Le leader historique de la Révolution Cubaine, Fidel Castro, a relevé que le Président d’Haïti et les autorités centrales et locales de ce pays peuvent compter sur Cuba indépendamment de leurs idées politiques et de leurs croyances religieuses.

Dans ses réflexions intitulées “Le devoir et l’épidémie en Haïti » Fidel Castro a relevé que l’on a commémoré le 12e anniversaire de l’arrivée à Port-au-Prince de la Brigade Médicale Cubaine et que,depuis lors, des milliers de médecins et de techniciens de la santé ont prêté leurs services en Haïti et cohabité avec son peuple en temps de paix, de guerres, des tremblements de terre et de cyclones.

Fidel Castro a ajouté que la situation est grave dans ce pays, que l’aide d’urgence nécessaire est insuffisante ce qui est en contradiction avec le fait que des millions de dollars sont destinés aux armes et aux guerres.
Le leader historique de la Révolution Cubaine a expliqué qu¡après le tremblement de terre qui a dévasté Haïti le 12 janvier, Cuba a renforcé l’aide médicale à ce pays et qu’elle poursuit maintenant sa collaboration au milieu d’une épidémie de choléra.

Fidel Castro a souligné que l’épidémie a fait jusqu’à présent 1 800 morts déclarés et il cite des recherches faites par la Brigade Médicale Cubaine. Ces recherches ont révélé que plus de 200 communautés haïtiennes n’ont pas accès aux centres de lutte contre le choléra ou d’attention médicale.
Fidel Castro a ajouté qu’en mobilisant les ressources humaines disponibles de la brigade « Henry Reeve » spécialisée en cas de catastrophes et de grandes épidémies, et les diplômés de l’École Latino-américaine des Sciences Médicales, la Brigade Médicale Cubaine est persuadé du fait que l’épidémie de choléra peut être enrayée et les vies de milliers de personnes peuvent être sauvées.

 

Haïti – Élections : Le Forum Économique s’étonne des résultats
HAITI LIBRE – 08/12/2010 11:09:59

Haïti - Élections : Le Forum Économique s’étonne des résultatsRéginald Boulos, Coordonnateur du Forum Économique du secteur privé haïtien et président de la Chambre de Commerce et d’industrie d’Haïti (CCIH) a fait savoir dans un communiqué, que le Comité Exécutif du Forum Économique du Secteur Privé exprime ses réserves et son étonnement face aux résultats préliminaires des élections du 28 novembre dernier publiés le 7 décembre courant par le Conseil Électoral Provisoire (CEP).
Se référant plus particulièrement aux scores obtenus par les candidats à la présidence, le Comité note que ceux-ci s’écartent sensiblement de ceux issus des comptages d’échantillons de procès-verbaux de bureaux de vote effectués, non seulement par le Forum, mais également par les organes d’observation, ambassades, institutions internationales et autres entités indépendantes. Le Forum avait alors choisi par sagesse, et en respect de la loi électorale, de ne pas publier le résultat du comptage réalisé le jour des élections. Tout ces résultats montrent un deuxième tour Mirlande Manigat et Michel Martelly.
Le Forum estime qu’il est crucial de s’assurer que le processus électoral reflète, en finale, la volonté réelle des électeurs et ne soit pas entachée d’erreurs ou d’irrégularités regrettables, de nature à frustrer les citoyens de leur droit de choisir librement leurs dirigeants politiques. En ce sens, le Forum invite les candidats concernés à user de tous les moyens légaux à leur disposition pendant la période de contestation électorale en vue d’établir et de corriger, le cas échéant, toute situation de nature à fausser l’expression de la volonté populaire.
Cependant, vu la détérioration rapide de la situation et la colère exprimée par les électeurs déçus des résultats, le Forum fait appel a tous les protagonistes pour trouver rapidement une solution négociée qui respecte de manière claire et nette la volonté populaire. Le pays est en crise et  ne peut pas encore faire les frais d’une crise prolongée et le Forum souhaite que le patriotisme des uns et des autres permette d’éviter le chaos et la destruction des vies et des biens.

 
Élections à Haïti : le candidat des camps, c’est Martelly

OUEST FRANCE / mercredi 08 décembre 2010

  • Élections à Haïti : le candidat des camps, c’est Martelly.

    Élections à Haïti : le candidat des camps, c’est Martelly.

    Photo Ouest France.

Gawoulé, mon guide haïtien, ne l’apprécie qu’à moitié. Il raconte l’avoir vu travesti en prostituée à une émission de télévision. Il dit qu’une autre fois, il a baissé son pantalon et a exhibé son intimité en public. Gawoulé n’est pas un pudibond, mais, comme tous les Haïtiens, il vénère son pays et trouve que Michel Martelly, candidat bien placé à l’élection présidentielle, le représenterait bien mal. « Il est grossier », tranche-t-il.

Pas l’avis des personnes rencontrées dans les camps de déplacés où les besoins du reportage nous conduisent, ce mardi matin. Michel Martelly, le chanteur, star de la musique haïtienne, y jouit d’une popularité sans faille. Il ne possède aucune expérience politique. « Mais il a des conseillers. Ils sont là pour ça », argumente Evelyne, ancienne croupière de casino dont la maison a été « écrasée » -comme on dit ici – et qui vit depuis onze mois sous une tente de la place Saint-Pierre.

« Il a l’habitude d’aider les pauvres »

Onise, 20 ans, apprécie qu’il soit étranger au sérail. « Il ne fait pas partie du pouvoir, c’est un indépendant. Il a l’habitude d’aider les pauvres », plaide-telle. Ah, Martelly, l’ami des humbles. L’un des leurs, le seul qui les comprend… Je vais entendre ça toute la matinée, y compris au camp de la place Boyer où nous nous rendons ensuite.

« Ici, tout le monde est pour Martelly », m’assène d’emblée Joseph, 38 ans. Je désigne une jeune maman qui porte un T shirt avec le portrait de Jude Célestin, candidat du président sortant, et l’un des favoris du scrutin dont les résultats seront connus dans la soirée. « Ah non ! Lui, je peux pas le blairer. Mais je n’ai que ça à me mettre », m’explique-t-elle en se marrant. Il n’a pas eu de chance dans sa tentative de faire de la retape dans les camps, le candidat Célestin. Place Saint-Pierre, on raconte comment il a fait parvenir un chèque de 30 000 euros aux déplacés pour se mettre dans leurs petits papiers. « C’est pas pour ça qu’on a voté pour lui » , assure, regard noir, Marc-Aurèle, ancien ouvrier du bâtiment, reconverti dans la vente à la sauvette de boissons gazeuses. « En plus, l’argent, on n’en a jamais vu la couleur ! C’est le comité du camp qui l’a gardé ».

Peur « de se faire voler le résultat de l’élection »

Mais l’heure tourne. Bientôt 18h. L’annonce officielle des résultats aproche. Et avec elle la perspective d’une nuit chaude, surtout si Martelly ne figure pas au second tour. Un bruit circule dans Port au Prince qu’un Haïtien blanc, membre d’une des puissantes familles du pays, est venu me glisser à l’oreille, la veille dans un restaurant de Pétion Ville : dans les quartiers, m’a-t-il dit, consigne a été donnée de « préparer les machettes ». Une rumeur de plus, mais qui fait croitre la tension à un niveau comme on ne l’avait pas senti depuis des années. Dans la rue, Gawoulé me le confirme : « Regarde, les gens ont des visages inquiets. Ils ne sont pas comme ça d’habitude. Ils ont peur. » De quoi ? Gawoulé réfléchit. « Des violences. Et puis de se faire voler le résultat de l’élection. »

A 21h, le résultat tant attendu tombe. Martelly est 3e . Il rate le second tour de quelques milliers de voix. Du moins pour le moment, car ces résultats ne sont que provisoires.

Une heure plus tard, les pemiers coups de feu éclatent dans Port au Prince. Dès très tôt, ce matin, la ville est paralysée par des manifestations : les partisans de Martelly qui disent qu’on leur a volé la victoire et jurent qu’ils ne quitteront la rue que lorsqu’on leur aura donné justice.

Marc MAHUZIER.

 

Tension en Haïti après la publication des résultats des élections du 28 novembre

RADIO METROPOLE / Mercredi, 8 décembre 2010 08:46

Une vive tension règne dans la capitale haïtienne ce mercredi après la publication hier soir des résultats préliminaires des élections du 28 novembre.
Selon ces résultats, la candidate du Rassemblement des démocrates nationaux progressistes (RDNP) devrait affronter, celui de la plateforme présidentielle, Jude Celestin, considéré comme le poulain du président sortant, René Préval.
Tot ce mercredi matin, des barricades de pneus enflammés ont été érigées un peu partout à travers les rues de la capitale.
La situation est identique dans presque toutes les villes de province, notamment aux Cayes où des manifestants en colère ont incendié plusieurs bâtiments abritant des institutions publiques. Une dizaine de personnes ont été blessées par balle.
Dans la commune de Carrefour des individus ont mis le feu dans des bureaux de la plateforme présidentielle, INITE.
Aucune présence policière n’a été remarquée dans les rues de la capitale où des épaisses fumées noires sont visibles dans le ciel.
Notons que les Etats-Unis se sont dits préoccupés par les résultats qu’ils ont qualifiés d’incohérents.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :