L’ESSENTIEL DE L’ACTUALITE – Jeudi 9 déc. 2010

9 Déc

Que cesse cet éternel chassé-croisé pour le pouvoir !

Par Claude C. Pierre et Gary Victor * / vendredi 10 décembre 2010

DÉCLARATION

En notre qualité de citoyens haïtiens, écrivains, intellectuels, nous protestons énergiquement contre les agissements fourbes et délétères de tous ceux, Haïtiens et étrangers qui plongent notre pays dans le chaos au nom d’une prétendue démocratie purement formelle déniant au peuple d’Haïti le droit de choisir ses dirigeants et de prendre en main son propre destin.

Après les turpitudes de ces dernières années orchestrées par des acteurs malveillants et malhabiles, aucune autorité politique ou force d’argent d’ici ou d’ailleurs ne peut prétendre détenir la vérité, ni nous faire la leçon aujourd’hui, et nulle voix n’est autorisée à s’arroger le droit d’imposer à la nation, en dehors de la Loi-Mère, une solution qui, de toute manière, au vu de ces derniers mois, prouve sa totale vacuité.

Nous refusons d’accepter qu’un pouvoir, quel qu’il soit, veuille transformer, par la duperie ou la force, nos institutions en foyer de délinquance avec, de surcroit, l’appui de certains secteurs d’une communauté internationale inepte, dépourvue d’état d’âme.

Il est temps que cesse cet éternel chassé-croisé pour le pouvoir entre clans rivaux dans la médiocrité, la délinquance, la corruption, conduisant à la dépréciation et à la destruction de l’État, à la banalisation de la démence et à l’exclusion de larges secteurs, au détriment de tout un peuple résistant et combatif qui ne demande qu’à vivre dans la paix et dans la dignité dans sa patrie.

Nous citoyens haïtiens, écrivains et intellectuels nous exigeons que nos hommes et femmes de pouvoir fassent preuve des qualités d’hommes et de femmes d’État et qu’ils se penchent enfin, au bénéfice du peuple, sur les grands dossiers qui interpellent la nation : l’exclusion sociale, la perte de la souveraineté nationale, la pauvreté chronique, les traumatismes et séquelles du séisme du 12 janvier 2010, les ravages du choléra.

Fait, à Port-au-Prince, le jeudi 9 décembre 2010

* Claude C. Pierre, poète-professeur

Gary Victor, écrivain

 

 Palin en Haïti ce week-end

CYBERPRESSE / Jeudi 9 décembre 2010

Gripped by cholera, Haiti faces pre-election ...Sarah Palin effectuera une visite en Haïti ce week-end en compagnie de l’évangéliste Franklin Graham, fils de Billy Graham, selon cet article publié sur le site Politico. Elle devrait notamment s’arrêter dans un centre de traitement du choléra.

L’ancienne candidate à la vice-présidence prévoit aussi visiter Israël et la Grande-Bretagne au début de l’an prochain. S’il faut en croire cet l’article de Politico, ces voyages pourraient lui permettre d’ajouter une patine internationale à son image d’égérie du Tea Party.

En se rendant en Haïti avec Graham, Sarah Palin pourrait en outre chercher à courtiser l’électorat évangéliste, qui favorise largement l’ancien gouverneur d’Arkansas Mike Huckabee parmi les candidats potentiels du Parti républicain à l’élection présidentielle de 2012, comme le souligne Politico.

Contrairement à son père, Franklin Graham ne fait cependant pas l’unanimité comme figure religieuse. Le Pentagone a notamment renoncé à l’inviter à un service de prières en raison de ses propos sur l’islam, une religion qu’il a qualifiée de diabolique.

(Photo AFP)

 

Des hommes armés ouvrent le feu sur un rassemblement anti-gouvernemental : 3 blessés

Des témoins dénoncent des individus portant le T-shirt du parti officiel INITE

Radio Kiskeya /jeudi 9 décembre 2010

 Trois personnes ont été blessées par balle, dont 2 grièvement, en milieu de journée jeudi au Champ-de-mars (centre de Port-au-Prince, à proximité du siège de la Présidence) quand des individus circulant à moto ont ouvert le feu sur un groupe de personnes qui s’apprêtaient à manifester contre le gouvernement.

Deux des blessés ont été conduits d’urgence à l’hôpital. Les agresseurs portaient le T-shirt du parti officiel INITE (Unité), selon les proches des victimes.

Cet incident survient au troisième jour des manifestations populaires contre les résultats préliminaires des élections controversées du 28 novembre dernier. A Port-au-Prince comme dans certaines villes de province, des milliers de partisans du chanteur Michel Martelly, candidat à la présidence de la plateforme politique « Repons Peyizan », réclament depuis mardi soir la victoire de ce dernier aux élections.

En raison des contestations, le Conseil Electoral Provisoire (CEP) a décidé mercredi soir de recompter en urgence les procès-verbaux en présence d’une commission mixte constituée de l’organisme électoral, des 3 premiers candidats, des observateurs nationaux et internationaux et des partenaires étrangers d’Haïti.

Le CEP a par ailleurs sollicité la collaboration des candidats dans les efforts visant le rétablissement de la paix.

 

Réactions partagées à la proposition de recompte des voix pour seulement 3 candidats à la présidence

P-au-P, 09 déc. 2010 [AlterPresse] — Des organisations nationales ainsi que des candidats ont une lecture différente de la proposition de formation d’une commission multisectorielle de recompte des voix exprimées pour 3 postulants à la présidentielle, faite par le Conseil électoral provisoire (Cep) dans le sens d’une sortie de crise devant l’ampleur de la mobilisation dans les rues depuis le 7 décembre.

Le Conseil national d’observation électorale (Cno), non encore contacté formellement par l’organisme électoral, prône “une analyse plus profonde de la situation post-électorale, dans le sens d’une évaluation générale de tout le processus”, dans des déclarations à l’agence en ligne AlterPresse.

“Nous accueillons favorablement la proposition du Cep, pour un recompte des voix, qui constitue un pas dans la bonne direction. Cependant, il ne faudrait pas limiter ce mécanisme à seulement 3 des candidats les mieux placés dans la présidentielle”, souhaite Laguerre.

“Nous sommes pour un nouveau décompte des votes et des procès-verbaux”, affirme Laguerre.

Le conseil national d’observation électorale a seulement produit une estimation des tendances, en signalant, le 6 décembre 2010, que la candidate à la présidence, Myrlande Hyppolite Manigat du Rassemblement des démocrates nationaux progressistes (Rdnp) serait créditée d’environ 30 % des voix, suivie de 25 % pour Joseph Michel Martelly de “Repons peyizan”, 20% pour Jude Célestin de la plateforme présidentielle “Inite” (Unité) et de 12 à 15 % pour le postulant Jean Henry Céant de “Renmen Ayiti”, tient à préciser Noël Laguerre.

Pour sa part, le réseau national de défense de droits humains (Rnddh) rejette la proposition du Cep pour la formation d’une commission multipartite de vérification des procès-verbaux en faveur de seulement 3 candidats à la présidence.

“Nous ne prendrons pas part à un processus de vérification, pour lequel nous n’avons aucune maîtrise”, relève Pierre Espérance, directeur exécutif du Rnddh, dans un entretien à AlterPresse.

A l’appui de son argumentation, le Rnddh fait état de la réalité de “remplissage massif d’urnes” bien avant l’acheminement de procès-verbaux au centre de tabulation des données.

“Il y avait possibilité de manipulation des votes, avant même l’arrivée à l’étape de tabulation et également au niveau même de la tabulation des résultats”, relève Espérance.

“Nous n’avons aucun moyen de nous rendre compte de ce qui s’est passé exactement. La solution proposée est une démagogie. Ce n’est pas une solution”, ajoute le Rnddh évoquant le refus du Cep, tout au long du processus, de faciliter l’accès d’organismes de droits humains à toutes les étapes du processus de tabulation.

Devant ce constat, le Rnddh préconise de suspendre la publication des résultats, de réorganiser le vote partout où des irrégularités ont été enregistrées et ainsi de produire les résultats partiels avant de penser à un deuxième tour de scrutin.

“Sans quoi, toutes les propositions faites sont biaisées”, avance le Rnddh.

Pendant que la plateforme présidentielle de Jude Célestin et la structure de communication de la candidate Myrlande Manigat accueillent favorablement la proposition de formation d’une commission de vérification des procès-verbaux, l’ex-Premier ministre Jacques Edouard Alexis – postulant à la présidence sous la bannière du parti Mobilisation pour le progrès d’Haïti / Mph – considère que la démarche du Cep prouve son “incompétence” et son irresponsabilité, dans des déclarations sur la station privée Radio Kiskeya.

Alexis fait partie du groupe de 12 candidats à la présidence qui, depuis le jour même du vote du 28 novembre, continuent de se prononcer pur l’annulation du scrutin.

 

Activités bloquées, malgré une apparence d’apaisement

P-au-P, 09 déc. 2010 [AlterPresse] — Les activités générales restent bloquées, ce jeudi 9 décembre 2010, dans la zone métropolitaine de la capitale Port-au-Prince, au lendemain de manifestations violentes de contestation des résultats de la présidentielle et des législatives du 28 novembre, par des milliers de personnes en colère, constate l’agence en ligne AlterPresse.

Sous un ciel couvert, dès l’aube, des barricades de pneus usagés enflammés, laissant monter dans l’environnement une fumée noirâtre, sont encore présentes dans différents secteurs, comme à Delmas et Tabarre (municipalités au nord-est de la capitale), Carrefour Feuilles (sud-est).

Sur la route passant par Martissant et menant à Carrefour (municipalité au sud de Port-au-Prince), les restes de barricades de la veille, faits de grosses pierres, par endroits, sont encore visibles.

Globalement, les activités de transports publics, sur les différentes artères dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince, sont paralysées. Cependant, des motocyclettes peuvent circuler en certains endroits.

Dans la périphérie nord de la capitale, un calme apparent est observé, il n’y a pas de barricades et les véhicules de transport public ne sont pas observés.

Depuis la matinée de ce 9 décembre, un ralentissement des activités, marqué notamment par une absence de transports publics dans la plupart des circuits de la zone métropolitaine de la capitale, est observé.

Un calme tendu règne dans plusieurs secteurs avec, ça et là, des barricades de pneus usagés enflammés.

Les écoles, les banques, les bureaux publics et privés n’ont pas ouvert leurs portes, comme la veille quand des manifestations violentes ont eu lieu.

Cependant, certains petits commerçants du secteur informel essaient de reprendre, avec difficulté, leurs activités coutumières.

Des tirs sporadiques ont été entendus, notamment dans les environs de Pétionville (à l’est de la capitale).

Ce 9 décembre, les vols aériens locaux et internationaux sont suspendus.

De temps à autre, est perceptible le vrombissement d’hélicoptères de la Mission des Nations Unies de stabilisation en Haïti (Minustah).

Des membres de la police nationale d’Haïti (Pnh) sont remarqués dans certaines rues.

Depuis le début de la matinée du 9 décembre, le temps est nuageux sur Port-au-Prince, où de fines gouttelettes de pluie tombent par intervalles.

 

Célestin lance un appel à ses partisans

RADIO CANADA / jeudi 9 décembre 2010 à 20 h 55

Jude CélestinTandis que le Conseil électoral provisoire (CEP) annonce qu’il vérifiera les résultats du premier tour de l’élection présidentielle en Haïti, le candidat du parti au pouvoir, Jude Célestin, appelle ses partisans à rester mobilisés en sa faveur.

M. Célestin a ajouté qu’il prendrait les moyens légaux nécessaires pour défendre sa position.

Haïti était le théâtre, jeudi, de nouvelles manifestations pour contester les résultats annoncés.

La veille, de violentes heurts avaient fait quatre morts. La permanence du parti au pouvoir, Inité, avait été incendiée, sous prétexte que celui-ci est soupçonné d’avoir truqué les résultats de l’élection au profit de Jude Célestin.

De nouvelles manifestations ont éclaté jeudi dans des quartiers de la capitale, Port-au-Prince, faisant un mort et trois blessés. Elles sont menées par des partisans de Michel Martelly, qui continuent de réclamer le retour dans la course du populaire chanteur, un scénario que n’écartent pas certains observateurs.

Les administrations, écoles et banques de Port-au-Prince qui avaient fermé leurs portes peu avant l’annonce des résultats, mardi soir, n’avaient toujours pas rouvert jeudi matin. L’aéroport international de Port-au-Prince a pour sa part rouvert, mais les vols internationaux demeuraient suspendus.

En raison des troubles, l’ambassade du Canada à Port-au-Prince est fermée jusqu’à nouvel ordre. L’ambassade est accessible par courriel à prnce@international.gc.ca. Les Canadiens qui ont besoin d’une assistance urgente doivent contacter le 613 996-8885.

Vérification des résultats

Bulletin de vote aux élections haïtiennes

Bulletin de vote aux élections haïtiennes

« Le CEP décide d’enclencher immédiatement une procédure d’urgence et exceptionnelle de vérification au centre de tabulation des procès-verbaux liés à la présidentielle de 2010 », a indiqué le conseil électoral dans un communiqué, jeudi.

Le processus de vérification, qui concerne les trois candidats arrivés en tête, sera effectué en présence d’une commission mixte composée du CEP, des candidats à la présidence concernés, d’observateurs nationaux et internationaux et de partenaires de la communauté internationale.

Mardi, le Conseil électoral a annoncé que le deuxième tour, prévu le 16 janvier, opposera Mirlande Manigat, qui a obtenu 31,37 % des voix, au dauphin du président René Préval, Jude Célestin, qui en recueille 22,48 %.

Ces résultats sont vivement contestés par les partisans de Michel Martelly, éliminé en vertu de sa troisième place. Martelly, qui a été crédité de 21,84 % de l’appui populaire, a obtenu 6845 votes de moins que Jude Célestin. Michel Martelly a promis de contester ces résultats devant les tribunaux.

Contestation des observateurs

Le déroulement du scrutin présidentiel a été contesté par de nombreux observateurs internationaux, qui ont rapporté des actes de violence, des gestes d’intimidation et du bourrage d’urnes. Les États-Unis, l’Union européenne et le Canada ont notamment mis les résultats en doute.

Mercredi, le des Affaires étrangères du Canada, Lawrence Cannon, s’est dit préoccupé par ces irrégularités. « Ce que je peux vous dire, c’est que ça met sérieusement en question la reconnaissance si nous ne voyons pas un progrès, mais surtout le respect du processus électoral tel que nous l’avons vu et tel qu’il est institué », a déclaré M. Cannon.

« Cela va placer le Canada dans une position très difficile quant à reconnaître le résultat de cette élection », a-t-il ajouté.

 

Vérification des Procès Verbaux
HAITI LIBRE – 09/12/2010 14:32:26

Haïti - Élections : Vérification des Procès VerbauxDans son communiqué #59 le Conseil Électoral Provisoire (CEP) informe que dans les circonstances particulières actuelles, et vu l’extrême urgence, a décidé d’enclencher immédiatement une procédure célèbre et exceptionnelle de vérification au Centre de Tabulation des Procès Verbaux liés aux Présidentielles de 2010. Ce mécanisme concerne les trois premiers candidats en lice.

  • Compte tenu de l’insatisfaction manifeste de multiples électeurs, des contestations et actes de violence qui ont suivi la publication des résultats préliminaires des joutes électorales du 28 novembre 2010 ;
  • Vu l’obligation du CEP de rendre compte de son fonctionnement à la population ;
  • Vu la nécessite de prendre les dispositions adéquates en vue de vérifier, dans la transparence, l’authenticité des résultats du scrutin ;
  • Tenant compte de l’impérieux devoir du CEP de rassurer la population haïtienne quant à la crédibilité du processus électoral et de garantir le bon déroulement de la suite des opérations ;

Le processus sera exécuté en présence d’une Commission Mixte composée du CEP, des candidats concernés (*), des observateurs nationaux et internationaux et des partenaires de la Communauté Internationale.
Dans l’attente de l’aboutissement de cette vérification, le CEP invite les candidats concernés à se joindre à l’Institution électorale pour lancer un appel au calme à la population, tout en exhortant la PNH à sécuriser les vies et les biens.
* Les 3 candidats concernés sont :

  • MANIGAT Mirlande Hyppolite «Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes (RDNP)» qui a obtenue 336,878 voix soit 31.37%
  • CÉLESTIN Jude «INITE» qui a obtenu 241,462 voix soit 22.48%
  • MARTELLY Michel Joseph «Repons peyizan» qui a obtenu 234,617 voix soit 21.84%

 

Vérification des Procès Verbaux
HAITI LIBRE – 09/12/2010 14:32:26

Haïti - Élections : Vérification des Procès VerbauxDans son communiqué #59 le Conseil Électoral Provisoire (CEP) informe que dans les circonstances particulières actuelles, et vu l’extrême urgence, a décidé d’enclencher immédiatement une procédure célèbre et exceptionnelle de vérification au Centre de Tabulation des Procès Verbaux liés aux Présidentielles de 2010. Ce mécanisme concerne les trois premiers candidats en lice.

  • Compte tenu de l’insatisfaction manifeste de multiples électeurs, des contestations et actes de violence qui ont suivi la publication des résultats préliminaires des joutes électorales du 28 novembre 2010 ;
  • Vu l’obligation du CEP de rendre compte de son fonctionnement à la population ;
  • Vu la nécessite de prendre les dispositions adéquates en vue de vérifier, dans la transparence, l’authenticité des résultats du scrutin ;
  • Tenant compte de l’impérieux devoir du CEP de rassurer la population haïtienne quant à la crédibilité du processus électoral et de garantir le bon déroulement de la suite des opérations ;

Le processus sera exécuté en présence d’une Commission Mixte composée du CEP, des candidats concernés (*), des observateurs nationaux et internationaux et des partenaires de la Communauté Internationale.
Dans l’attente de l’aboutissement de cette vérification, le CEP invite les candidats concernés à se joindre à l’Institution électorale pour lancer un appel au calme à la population, tout en exhortant la PNH à sécuriser les vies et les biens.
* Les 3 candidats concernés sont :

  • MANIGAT Mirlande Hyppolite «Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes (RDNP)» qui a obtenue 336,878 voix soit 31.37%
  • CÉLESTIN Jude «INITE» qui a obtenu 241,462 voix soit 22.48%
  • MARTELLY Michel Joseph «Repons peyizan» qui a obtenu 234,617 voix soit 21.84%

 

L’Union européenne (Ue) propose son appui dans un réexamen des irrégularités

P-au-P, 09 déc. 2010 [AlterPresse] — Exprimant ses profondes inquiétudes vis-à-vis des manifestations violentes, enregistrées en Haïti depuis la publication des résultats préliminaires, l’Union européenne (Ue) offre son appui dans le cadre d’une reconsidération éventuelle des anomalies flagrantes ayant marqué le scrutin du 28 novembre, apprend l’agence en ligne AlterPresse.

“L’Ue…se tient prête à appuyer Haïti dans la préparation d’un possible second tour, y compris dans un réexamen éventuel des irrégularités dénoncées”, déclare, dans un communiqué daté de Bruxelles, Catherine Ashton, haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité.

A l’instar de l’ambassade américaine, l’Union européenne manifeste sa préoccupation “concernant les nombreuses irrégularités, rapportées sur le déroulement de ces élections, et l’écart important entre les estimations effectuées par le Conseil national d’observation électorale (Cno) et les résultats préliminaires publiés par le Conseil électoral provisoire (Cep)”.

Aussi, appelle-t-elle la population à garder son calme, le “gouvernement d’Haïti et toutes les forces politiques” à “éviter toute action ou déclaration de nature à augmenter les tensions”, alors que le processus électoral entre dans une phase de contestations devant les bureaux de contentieux.

Les acteurs politiques d’Haïti devraient consentir des efforts “afin de garantir que les résultats définitifs, qui doivent être annoncés le 20 décembre, reflètent pleinement la volonté des électrices et électeurs haïtiens, dans la transparence et le respect de la Constitution”, souhaite Ashton.

Pour l’Ue, qui affirme continuer à suivre de près le processus électoral en cours, les élections de 2010 constituent un élément-clé de la gouvernance démocratique en Haïti, “qui est essentielle pour assurer la légitimité de son système politique et faire progresser la reconstruction et le développement du pays”.

 

Face à la mobilisation des rues, le Cep tente une sortie

Annonce de formation imminente d’une commission mixte de vérification des votes exprimés pour les 3 candidats en tête de la présidentielle

P-au-P, 09 déc. 2010 [AlterPresse] — Le Conseil électoral provisoire (Cep) va entamer une procédure célère et exceptionnelle de vérification, au centre de tabulation, des votes exprimés en faveur des 3 candidats ayant obtenu la majorité des suffrages, suivant les résultats préliminaires proclamés dans la nuit du 7 décembre, indique l’organisme électoral dans un communiqué rendu public dans la matinée de ce 9 décembre.

Une commission mixte, comprenant les membres du Cep, les 3 candidats concernés, des observateurs nationaux et internationaux ainsi que des membres de la communauté internationale, sera préposée à la tâche de vérification des procès-verbaux, dans un souci de transparence et d’authenticité des résultats.

Contactée par AlterPresse, la conseillère électorale Ginette Chérubin souligne que les dispositions annoncées, à savoir “la mesure spéciale de vérification” des procès-verbaux au centre de tabulation, doivent entrer en application sans délai.

Tout en affirmant avoir pris en compte les mouvements de contestation, enregistrés dans les rues, depuis la publication des résultats préliminaires, le Cep exhorte les 3 candidats, arrivés en tête de la présidentielle, à le rejoindre dans sa volonté d’encourager un retour au calme dans les rues.

Parallèlement, l’organisme électoral convie la police nationale d’Haïti (Pnh) à prendre des dispositions appropriées pour assurer la sécurité des vies et des biens.

Aucune réaction n’est encore enregistrée chez les 3 candidats à la présidentielle, crédités de meilleur score dans les résultats préliminaires diffusés le 7 décembre.

Myrlande Hyppolite Manigat, 70 ans, du Rassemblement des démocrates nationaux progressistes (Rdnp), a obtenu 31.37% des voix ; Jude Célestin, 48 ans, de la plateforme présidentielle “Inite” (Unité) vient en seconde position avec 22.48 % et Joseph Michel Martelly, 49 ans, de “Repons peyizan” se trouve en troisième position avec un pourcentage de 21.84 % de votes attribués (soit moins d’un point que Jude Célestin), selon les résultats préliminaires du Cep.

Vraisemblablement, le délai de contestation de 3 jours (entre le 8 et le 10 décembre 2010), à produire par les candidats s’estimant lésés, sera reportée, et le centre de tabulation, fermé depuis l’acheminement des résultats préliminaires au Cep, sera rouvert.

Plusieurs candidates et candidats, à la présidentielle et aux législatives, feraient état de difficultés éprouvées à soumettre leurs contestations auprès des bureaux de contentieux électoraux, en raison du non fonctionnement, entre autres, depuis les troubles, de certaines institutions publiques, comme la direction générale des impôts (Dgi) où des frais doivent être versés avant toute contestation.

Depuis la matinée de ce 9 décembre, un ralentissement des activités, marqué notamment par une absence de transports publics dans la plupart des circuits de la zone métropolitaine de la capitale, est observé.

Un calme tendu règne dans plusieurs secteurs avec, ça et là, des barricades de pneus usagés enflammés.

Les écoles, les banques, les bureaux publics et privés n’ont pas ouvert leurs portes, comme la veille quand des manifestations violentes ont eu lieu. Cependant, certains petits commerçants du secteur informel essaient de reprendre, avec difficulté, leurs activités coutumières.

Depuis le début de la matinée du 9 décembre, le temps est couvert sur Port-au-Prince, où de fines gouttelettes de pluie tombent par intervalles.

 

Michel Martelly lance un appel au calme et à la vigilance
HAITI LIBRE – 09/12/2010 11:37:41

Haïti - Élections : Michel Martelly lance un appel au calme et à la vigilanceLe candidat Martelly à dénoncé mercredi après-midi lors d’une courte intervention radiodiffusée sur Signal FM, des résultats « incorrects » et rejeté la « violence » alors que des milliers de ses partisans manifestent dans tout le pays.
« Peuple haïtien, depuis mardi soir, le CEP [le Conseil Électoral Provisoire] a jeté le pays dans la crise avec ses résultats incorrects. Depuis, le pays s’est mis debout pour faire respecter le vote populaire », a déclaré Michel Martelly.
« La communauté internationale, les observateurs nationaux et internationaux reconnaissent que ces résultats ne sont pas bons » a dit le candidat. « Je comprends votre colère. Manifester sans violence, c’est un droit du peuple » avant de lancer un appel à ses partisans en leurs demandant d’être « vigilant face à des tentatives d’infiltration et de provocation ».
Rappelons que les résultats préliminaires du premier tour des élections, ont exclu du deuxième tour, le candidat Michel Martelly (21.84% et 234,617 voix) «Repons peyizan», au profit du candidat du pouvoir, Jude Célestin (22.48% et 241,462) «INITE», avec seulement 6,845 voix d’écart (0.64%) sur fond de fraudes et d’irrégularités.

 

La mission d’observation Oea/Caricom invite les candidats à recourir aux contentieux électoraux
pour faire valoir leurs droits

P-au-P, 09 déc. 2010 [AlterPresse] — La mission conjointe d’observation électorale de l’Organisation des Etats américains et de la communauté des Caraïbes (Moec) suggère aux candidats et partis politiques d’utiliser les voies légales existantes afin de faire valoir leurs doléances sur le processus en cours.

“La Moec réitère son appel aux candidats et aux partis politiques à faire plein usage, pendant le processus de contestation qui suit immédiatement l’affichage des résultats préliminaires, de ces recours légaux afin d’adresser leurs doléances concernant les résultats préliminaires”, indique la Moec dans un communiqué transmis à l’agence en ligne AlterPresse.

Cependant, dans cette “ambiance électorale difficile, où les suspicions abondent”, la mission conjointe d’observation électorale Oea/caricom insiste, auprès du Conseil électoral provisoire, pour un traitement des contestations avec rigueur, transparence et équité, dont les résultats doivent conduire à la proclamation, le 20 décembre prochain, des résultats officiels du premier tour de la présidentielle et des législatives du 28 novembre.

“Un certain nombre de procès verbaux, qui n’étaient pas conformes à la loi électorale et qui étaient irréguliers ou montraient des signes évidents de fraude, ont été mis de côté et n’ont pas été tabulés dans le but de garantir la probité des résultats préliminaires’, signale la Moec qui fait état du suivi des procédures de vérification en présence des “observateurs de la Moec ainsi que d’autres observateurs internationaux et nationaux”.

Tout en déplorant “les manifestations violentes en cours”, qui ont commencé à l’annonce de la publication des résultats préliminaires dans la soirée du mardi 7 décembre, la mission conjointe d’observation électorale Oea/Caricom suggère aux candidats et responsables politiques d’appeler leurs partisans au calme “dans le but de créer le climat de sérénité nécessaire pour un dialogue fructueux ainsi que pour faciliter l’approche constructive offerte par les recours légaux inscrits dans la loi électorale”.

 

Haïti: le peuple gronde

Haïti: le peuple gronde

| Photo Eduardo Munoz/Reuters

Des manifestations pour contester les résultats du premier tour de l’élection présidentielle ont dégénéré en émeutes. Le bilan officieux fait état de trois morts.

Yannick Vely – Parismatch.com – actu-match | Jeudi 9 Décembre 2010

Scènes de guérilla urbaine à Port-au-Prince, capitale d’un pays qui n’en finit plus de souffrir. Mercredi, des milliers de manifestants ont contesté les résultats du premier tour de l’élection présidentielle du 28 novembre en descendant dans les rues, en dressant des barricades et même en prenant pour cible le siège de la coalition gouvernementale – Inité (Unité) – qui porte décidément très mal son nom. Le bureau de campagne de Jude Célestin, proche de René Préval, a été brûlé par une foule hostile qui chantait des slogans à la gloire de Michel Martelly, arrivé troisième lors du premier tour et donc dindon de la farce électorale selon lui. Les manifestations de la capitale ont notamment eu lieu dans les quartiers de Pétionville, Delmas et Canapé Vert. Aux Cayes, dans le sud du pays, des partisans de Martelly ont incendié des bâtiments administratifs, notamment des bureaux du fisc et des douanes. Le maire de cette localité côtière a indiqué que deux personnes ont été tuées par des casques bleus de l’Onu alors qu’elles tentaient d’incendier un bureau de vote. Selon CNN, une autre personne aurait trouvé la mort lors des manifestations.

«Tet Kale», tête chauve en Haïtien, son pseudonyme, s’est exprimé dans une déclaration écrite – il a dû repousser une conférence de presse par peur de représailles physiques -. «Depuis la nuit dernière, on a mis notre pays dans un chaos total en publiant des résultats manipulés, a-t-il déclaré. Depuis lors, le pays entier a réagi et est maintenant dans la tourmente. Les gens se sont levés pour défendre leurs votes et ont demandé qu’ils soient respectés. Je comprends votre frustration. Vous avez le droit constitutionnel de manifester pacifiquement. Je suis avec vous vers la victoire. Kale Tet.»

Des propos qui ne devraient pas éteindre l’incendie, bien au contraire. «Tout casser, tout détruire ne va résoudre aucun problème», a déclaré le président René Préval – dont Jude Célestin est le futur gendre -, alors que le secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon a appelé au calme. «Une solution pacifique à la situation actuelle est cruciale non seulement pour faire face à l’épidémie de choléra à court terme mais aussi pour développer le pays après le tremblement de terre», a –t-il déclaré dans un communiqué. Tous les vols au départ et à destination de Port-au-Prince ont été annulés et les autorités redoutent un embrasement général.

De troublants résultats

Selon la commission électorale, l’ex-première Dame Mirlande Manigat est arrivée en tête du scrutin, avec 31,37% des voix exprimées au premier tour, le 28 novembre. Elle devance Jude Célestin, octroyé de 22,48% des suffrages, selon les résultats lus à la presse par Richard Dumel Thibault, porte-parole du Conseil électoral provisoire. Troisième, le chanteur Michel Martelly, n’a recueilli que 21,84% des suffrages exprimés. Un peu plus de 6000 voix le sépare de Jude Célestin.

Ce dernier avait d’ailleurs anticipé sa défaite électorale en accusant le président sortant, René Préval, d’avoir «volé l’élection» par une fraude massive et la corruption du Conseil électoral provisoire, l’instance officielle chargée d’annoncer ce mardi les résultats. Il faut dire que Michel Martelly n’est pas le seul à douter de la véracité des résultats annoncés. L’ambassade des États-Unis a elle-même émis des doutes sur ces chiffres, qui ne sont, selon elle, pas conformes au décompte auquel «de nombreux observateurs locaux et étrangers ont assisté». «Les Etats-Unis, en collaboration avec les partenaires internationaux d’Haïti, sont favorables à un examen complet des irrégularités pour faire en sorte que les résultats électoraux soient conformes à la volonté exprimée dans les urnes par le peuple haïtien», explique-t-elle dans un communiqué.

Malgré la présence de près de 12 000 casques bleus de la Minustah (Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti), de nombreux incidents ont émaillé la campagne des 18 candidats au premier tour. Point final

 

Mirlande Manigat conteste ses propres résultats
HAITI LIBRE – 09/12/2010 10:48:28

Haïti - Élections : Mirlande Manigat conteste ses propres résultatsDans une déclaration diffusée hier sur les ondes d’une radio de la capitale, la candidate Mirlande Manigat « Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes (RDNP) » en tête du classement de ce premier tour (31.37% et 336,878 voix) a fait savoir que les résultats préliminaires, qui lui sont attribués, ne correspondent pas à la réalité « Selon nos chiffres, mon score serait beaucoup plus élevé » a-t-elle affirmé.
Elle a réclamé une évaluation indépendante, afin que les résultats soient «nettoyés» des fraudes et irrégularités. Elle annonce avoir déposée un recours légal, tel que prévu dans la loi électorale, afin de réclamer ses droits. La candidate a également suggérée aux autres candidats, de faire de même, afin de connaître toute la vérité sur leurs propres votes.
Après avoir remercié ses électeurs, elle a mis en garde tout ceux qui ont organisé ou encouragé les « fraudes » qui ont altéré le processus électoral.

 

Point de vue

Elections en Haïti : une farce monumentale cautionnée par la Minustah

LEMONDE.FR | 09.12.10 | 10h33  •  Mis à jour le 09.12.10 | 10h36

L’année 2010 risque de s’achever en Haïti comme elle y a débuté. Tragique, apocalyptique et chaotique, avec autant de sinistrés dans les camps, de désespoir sur les visages, d’angoisses et de pessimisme dans les esprits. Un cortège de catastrophes naturelles et humaines, voilà qui résume bien l’année finissante pour ce qui fut la perle des Antilles, sinon, le Koweït du XVIIIe siècle.

Définitivement, cette année aura été une 206e maudite pour Haïti. Tremblement de terre dévastateur, OPA des ONG, tutelle de fait, échec de la reconstruction, promesses trahies ou oubliées, épidémie de choléra, enlisement de l’ONU, ouragan Thomas, faillite de l’Etat, putsch constitutionnel et « potentielle katrina » pour Bill Clinton et Barak Obama. Pour compléter ce tableau apocalyptique, voilà qu’Haïti se trouve à nouveau aspirée par le tragique à la suite d’un scrutin frauduleux, cautionné et financé par la communauté internationale et, de surcroît, organisé dans un décor nécrologique et funéraire.

L’enjeu ? Camoufler l’enlisement et l’échec lamentable de la Minustah, après six ans de présence en Haïti. Celle-ci s’avère, de toute évidence, le Waterloo antillais de l’ONU, qui y a déjà englouti des milliards et essuyé depuis 1994 pas moins de cinq échecs fort lamentables. Les élections du 28 novembre 2010 ont vocation de dédouaner la Minustah et de faire oublier que celle-ci n’a réussi qu’à empirer la faillite d’Haïti, notamment, sur le plan institutionnel. Elles risquent donc de discréditer davantage la Minustah et produire le contraire des résultats attendus.

Par ailleurs, le gouvernement canadien a vécu la même expérience négative et douloureuse en Haïti et ce, depuis au moins quatre décennies. Echec après échec, la situation haïtienne s’empire et la communauté internationale persiste, s’enfonce et réédite les mêmes erreurs sans questionnement et sans autocritique. Si bien qu’elle cautionne désormais une opération électorale antidémocratique certes, mais fondationnelle d’une nouvelle institution politique taillée sur mesure pour Haïti : la « démoligarchie » un néologisme formé par la contraction du concept de démocratie et celui d’oligarchie. Un scrutin « démoligarchique » est un scrutin organisé pour l’oligarchie politico-créole haïtienne et la jet-set bureaucratique transnationale onusienne; un scrutin paré d’un faux vernis démocratique en raison d’un processus d’agréments des candidats vicié et inconstitutionnel.

Il suffit d’imaginer des élections générales au Québec, interdites au Parti libéral et/ou au Parti québécois par le directeur général des élections pour comprendre l’absurdité du prochain scrutin en Haïti. Des élections sans « Fanmi Lavalas »de Jean Bertrand Aristide et sans « Fas-à-Fas » de Wyclef Jean ne peuvent revendiquer l’épithète « démocratique » dans le contexte haïtien. Les fraudes massives en faveur du candidat du parti présidentiel dénoncées par l’opposition et l’appel public lancé par cette dernière pour l’annulation du scrutin contrastent avec le cautionnement quasi-inconditionnel d’un tel scrutin par l’OEA et la Minustah. Avant celle-ci, l’on choisissait les Présidents pour les Haïtiens, incluant Aristide bis en 2002 et Préval bis en 2005 et, dans ce dernier cas, suivant un pacte informel avec les partisans de « Fanmi Lavalas ».

Avec la Minustah et sous la supervision de l’OEA, ne s’apprête-t-on pas à sélectionner le prochain président haïtien pour le peuple haïtien et ce, au ternes d’un processus « démoligarchique » ? A moins que la candidate Mirlande Manigat parvienne in extremis à éviter le forfait infligé à l’ex-président Lesly Manigat en 2005, le scénario de la sélection apparaît fort prévisible dans le cas du candidat officiel de la présidence, M. Jude Célestin. Autrement, le bris unilatéral par le président Préval de son contrat implicite en 2005 avec « Fanmi Lavalas » devrait en toute logique favoriser Mirlande Manigat au second tour. Ce qui ferait du même coup de Jean-Bertrand Aristide l’arbitre potentiel de l’issue du prochain scrutin. Ce que redoute le parti présidentiel. Une éventuelle victoire de Mirlande Manigat suppose la neutralisation du clan prévalien dont le cynisme et l’ambition dynastique sont des paramètres incontournables dans le dénouement final de l’équation électorale. A cela s’ajoutent des pratiques et mœurs électorales frauduleuses et bicentenaires, orchestrées avant, pendant et après la votation. En légitimant ex ante le processus électoral, l’ONU et l’OEA se sont piégées elles-mêmes.

LA DÉMOCRATIE ET LES INTÉRÊTS SUPÉRIEURS DU PEUPLE HAÏTIEN SONT BAFOUÉS

Pourtant, ce scrutin, quelle que soit son issue finale, est porteur d’instabilité politique en Haïti. En effet, pour la première fois dans l’histoire de ce pays (Un miracle est toujours possible !), l’on risque d’expérimenter une cohabitation politique, avec Mirlande Manigat comme éventuelle présidente et Jude Célestin comme probable premier ministre. Tout indique que la prochaine législature sera dominée par le Parti Unité de Jude Célestin lequel dispose d’un candidat dans chaque circonscription électorale pour les législatives. La cohabitation politique envisagée ci-dessus constituerait en soi une marmite explosive, en raison de l’incivisme avéré, du déficit de convivialité politique et de la myopie de l’élite politique et créole haïtienne. Ajoutez-y l’illégitimité et l’inconstitutionnalité des arbitrages du conseil électoral provisoire, et vous avez la recette pour le retour au brigandage politique et, par ricochet, pour un enlisement de la Minustah en Haïti. En essayant de faire avaler au peuple haïtien, une pilule « démoligarchique » dissimulée dans une fausse capsule démocratique, l’OEA et la Minustah auront réarmé la grenade politique haïtienne. En découlera-t-il l’ivoirisation d’Haïti ? L’on ne peut écarter une telle hypothèse.

En cautionnant un processus « démoligarchique » pour éviter de perdre la face en Haïti et laisser planer l’illusion d’un quelconque progrès dans ce pays depuis 2005, la Minustah ne se dirige-t-elle pas vers son Waterloo dans le bourbier haïtien ? N’aurait-elle pas mieux investi ses énergies en rééditant l’expérience des grands travaux d’infrastructures et de modernisation vécue sous l’occupation américaine mais sans la brutalité et la rudesse d’une telle occupation ? Au lieu de cela, la Minustah a préféré s’arrimer sur l’oligarchie créole haïtienne ; au risque de se faire suspecter d’être à l’origine du choléra en Haïti et, in fine, de cautionner tambour battant, la mise en œuvre de la démoligarchie prévalienne. Et ceci, sans se réaliser qu’après le séisme du 12 janvier, une nouvelle Haïti a émergé, plus complexe, avec une nouvelle géographie sociale plus compliquée et plus fracturée. En effet, une géographie quadridimensionnelle s’est substituée à l’espace social bi puis tridimensionnel qui fut celui d’Haïti. À la bipolarité traditionnelle « ville », « campagne », il y a eu depuis 1986, les bidonvilles d’Aristide et en deçà des bidonvilles, il y a désormais les camps de sinistrés avec leurs angoisses, humiliations, agressions et désespoirs. Fas à Fas de Wyclef Jean incarnait l’espoir pour les jeunes des bidonvilles et les sinistrés des camps de la capitale et Fami Lavalas de Jean-Bertrand Aristide, leur salut social. Pourtant, les deux ont été sacrifiés sur l’autel « démoligarchique » que demeure le scrutin du 28 novembre. La démocratie et les intérêts supérieurs du peuple haïtien sont encore terriblement bafoués et ce, avec la complicité de ceux mandatés par le Conseil de sécurité de l’ONU pour les protéger. Sur ce plan, la Minustah semble désormais faire plus partie du problème haïtien que de sa solution.

C’est au nom d’une éthique de la solidarité et de la dignité humaine que la Minustah aurait du prioriser le retour au seuil de l’humain pour plus d’un million d’individus abandonnés dans des camps de fortune et insalubres ainsi que pour les deux millions de pauvres tapissés dans les nouveaux bantoustans que sont les bidonvilles de Port-au-Prince. Que d’excès onusiens pour si peu de résultats concrets depuis 2005 pour ces millions de déshérités. Le bilan du Canada n’est guère mieux en Haïti. Pourtant, nous continuons, à l’instar de l’ONU, à y rééditer les mêmes erreurs. Erreur de lecture, erreur d’appréciation, erreur de diagnostic, erreur de prescriptions, y compris en matière de soins palliatifs. Les élections du 28 novembre ne sont qu’un éloquent exemple de ces erreurs historiques.

Wilson Saintelmy, expert en gouvernance et doctorant en droit à l’UQAM

 

Haïti – Élections : Le Parti Québécois demande un recomptage judiciaire
HAITI LIBRE – 09/12/2010 09:38:29

Haïti - Élections : Le Parti Québécois demande un recomptage judiciaireDeux jours après la publication des résultats des élections en Haïti, le Parti Québécois s’inquiète de la situation de violence et de contestations populaires qui règne dans le pays.
« Cette élection est extrêmement importante pour le peuple haïtien qui doit pouvoir se reconnaître dans ses élus, mais également pour la communauté internationale qui doit pouvoir compter sur des interlocuteurs légitimes », a affirmé Louise Beaudoin, la députée de Rosemont et porte-parole de l’opposition officielle en matière de relations internationales.
« 66% du budget de l’État haïtien provient de la communauté internationale. Si le pays devait traverser une crise politique, les premiers perdants seraient les Haïtiens eux-mêmes, car la communauté internationale pourrait reconsidérer ses engagements » a ajouté Benoit Charette, le député de Deux-Montagnes et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’immigration,
« C’est pourquoi, à l’instar de nombreuses organisations internationales, nous souhaitons la tenue d’un recomptage judiciaire en présence d’observateurs internationaux, car les résultats publiés mercredi remettent en cause les constats faits par d’autres observateurs internationaux accrédités ainsi que celles du Centre National d’Observation (CNO). Il faut également que l’on examine la possibilité de reprendre le vote dans les nombreux centres où il n’a pu se dérouler normalement pour cause de fermetures hâtives, de violence, d’intimidation, de vol ou de bourrages d’urnes », a ajouté la députée Louise Beaudoin.
La loi électorale haïtienne prévoit un processus de contestation et nous souhaitons que les candidats puissent l’utiliser en toute confiance et transparence. Ce processus doit se vivre dans le calme, dans l’intérêt du pays tout entier.

 

Haïti – Élections : Les Cayes au cœur de la violence
HAITI LIBRE – 09/12/2010 08:44:57

Haïti - Élections : Les Cayes au cœur de la violenceC’est aux Cayes (Département du Sud) que les violences de mercredi ont été les plus graves. Notre bilan révisé, fait maintenant état de 3 morts et d’une dizaine de blessés par balles, pour cette seule ville.
L’ancien Sénateur Gabriel Fortuné a confirmé qu’un manifestant avait été abattu par des casques bleus sénégalais, lors de l’attaque du Bureau Électoral Départemental (BED) qui a été incendié (victime rapportée dans notre bilan d’hier).
Deux autres jeunes manifestants ont été tués à l’entrée de la ville, lors de l’attaque et du saccage d’un commissariat de police. Les armes des policiers ont été emportées par les manifestants.
Les autorités estiment que la plupart des bureaux publics situés dans le centre ville ont été incendiés ou sérieusement endommagés entre autres : bureaux des douanes, des finances, de la Direction générale des impôts ainsi qu’une succursale de la Banque nationale de Crédit. Des résidences privées, des magasins, une station de radio (appartenant au Sénateur sortant, Carlos Lebon (INITE), et un établissement scolaire ont également été saccagés ou endommagés.

 

Haiti-Élections : Manigat et Martelly dénoncent

P-au-P., 08 déc 2010 [AlterPresse] — Les candidats à la présidence Myrlande Manigat et Michel Martelly ont dénoncé les résultats préliminaires des élections proclamés par le Conseil Électoral Provisoire (CEP), et qui les mettent respectivement en 1re et 3e positions.

Dans une déclaration radiodiffusée, Manigat soutient que les 31.30 % de voix qui lui sont attribués ne reflètent pas sa position réelle.

« Selon nos chiffres, mon score serait beaucoup plus élevé », affirme-t-elle.

Elle appelle à une « évaluation indépendante » pour « nettoyer ces résultats », en même temps qu’elle annonce des démarches en vue de réclamer ses droits.

La candidate du Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes (RDNP) suggère à ses autres collègues de faire de même pour que luise « la vérité » sur leurs propres votes.

Elle remercie les électeurs et lance une mise en garde contre ceux qui ont organisé, encouragé ou fermé les yeux sur les « fraudes » qui affectent les opérations électorales.

« Nous allons changer ca », s’exclame-t-elle.

De son coté, dans une courte déclaration à la radio, le chanteur Michel Martelly apporte son soutien à ses partisans qui ont violemment exprimé leur frustration dans plusieurs régions du pays.

« Je suis avec vous jusqu’à la victoire », déclare-t-il, accusant le CEP de « précipiter le pays dans le chaos avec ces résultats frauduleux ».

Selon les chiffres du CEP, Martelly obtient 21,84 % des voix et est écarté su second tour auquel prendront part Myrlande Manigat et le candidat officiel Jude Celestin qui arrive en seconde position avec 22.48 % des voix.

« Tous les observateurs déclarent que ces résultats ne sont pas correctes, » souligne Martelly, qui dit comprendre la « colère » de ses partisans.

« Le peuple a le droit de manifester sans violence », déclare-t-il, en appelant ses sympathisants à la « vigilance » face à des tentatives d’« infiltration » et de « provocation ».

 

Nouvelle prise de position de l’Ambassade US sur la crise post-électorale haïtienne

Exhortation à la paix et au recours à la Loi électorale pour les contestations

Radio Kiskeya / mercredi 8 décembre 2010

Déclaration de l’ambassade des Etats-Unis sur le processus électoral (8 décembre 2010)

Les États-Unis exhortent tous les Haïtiens, y compris tous les dirigeants politiques et leurs partisans, à s’exprimer pacifiquement maintenant et à travailler à travers le processus de contestation électorale d’Haïti pour résoudre les préoccupations électorales. Les élections de 2010 représentent un test important pour indiquer si le peuple haïtien déterminera sa destinée à travers son vote, et il serait regrettable que des actes de violence entravent ce processus.

Les États-Unis soutiennent le droit du peuple haïtien de s’exprimer à travers des élections libres, justes et transparentes. Les États-Unis ont appelé le Gouvernement d’Haïti, le Conseil Electoral Provisoire, et toutes les forces politiques du pays à travailler à travers le processus électoral pour s’assurer que la volonté du peuple soit reflétée dans les résultats de ces élections. Les États-Unis réitèrent qu’ils restent prêts à travailler avec le Gouvernement d’Haïti et ses partenaires internationaux pour supporter des résultats électoraux qui reflètent la volonté du peuple haïtien.

(fin de texte)

 

Haiti-Élections : « L’ambassade des États-Unis n’est pas le CEP », selon Préval
Deux morts et plusieurs blessés dans les troubles

P-au-P., 8 déc. 2010 [AlterPresse] — « L’ambassade des États-Unis n’est pas le CEP (Conseil Électoral Provisoire) », a déclaré ce 8 décembre le président René Préval, en réponse aux préoccupations de la représentation diplomatique américaine concernant les résultats des élections qui ne refléteraient pas la volonté populaire.

« Le juge de ligne n’est pas l’arbitre », souligne le président Préval dans une entrevue accordée à la radio d’État en sa résidence à La Boule (périphérie est).

Mardi soir, l’ambassade américaine a fait savoir que « le gouvernement des Etats-Unis est préoccupé par la publication des résultats préliminaires des élections (…), qui ne correspondent pas avec les résultats publiés par le Conseil National d’Observation Electorale (CNO) ».

Le CNO, qui avait déployé plus de 5.500 observateurs et observé le dépouillement dans 1.600 centres de vote à travers le pays, avait prévu un second tour entre Myrlande Manigat et Michel Martelly, classé cependant en 3e position dans les résultats préliminaires.

« Le CNO n’est pas le CEP », rétorque Préval, qui lance un appel au calme aux milliers de personnes qui ont violemment manifesté dans les rues de plusieurs villes du pays.

Préval admet qu’il y a eu des « problèmes » et des « fraudes », mais, indique-t-il, seul le processus de contestations auprès du tribunal électoral peut contribuer à ce que le vote du 28 novembre reflète la volonté du peuple.

Les résultats publiés par le CEP accordent 31,37 % à la candidate Myrlande Manigat, 22.48 % à Jude Celestin et 21,84 % à Michel Martelly, soit un écart de moins d’un point entre le deuxième et le troisième.

Préval a condamné le « désordre » causé par les violentes manifestations qui ont fait au moins deux morts, l’un aux Cayes (Sud) et l’autre au Cap Haitien (Nord) ainsi qu’une dizaine de blessés.

Préval a demandé à la police de « faire son travail » et aux forces de l’ONU d’appuyer l’institution policière pour ramener le calme dans le pays.

En début d’après-midi, des patrouilles de la police et de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation d’Haiti (MINUSTAH) ont été observés dans quelques quartiers, et les forces de l’ordre ont utilisé du gaz lacrymogène pour tenter de disperser des manifestants.

Préval rappelle que la Mission d’observation de l’OEA et de la CARICOM a reconnu la « validité » des élections, en dépit des « problèmes » qui ont été enregistrés.

Dans son rapport d’observation, le CNO recommande une évaluation, par une commission indépendante, du scrutin du 28 novembre en vue de “fixer la responsabilité du CEP et prendre les mesures appropriées” en ce qui concerne les nombreuses irrégularités ayant entachées la journée de vote.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :