REVUE DE LA PRESSE – Mercredi 19 janvier 2011

19 Jan

« Bébé Doc » visé par quatre plaintes pour crimes contre l’humanité

FRANCE 24 / Mercredi 19 janvier 2011

"Bébé Doc" visé par quatre plaintes pour crimes contre l’humanitéJointe par France24.com, Michèle Montas, célèbre journaliste et opposante haïtienne, explique pourquoi elle a porté plainte contre Jean-Claude Duvalier, ce mercredi. Une initiative qualifiée d' »action chimérique » par l’avocat de l’ex-dictateur.

Par Guillaume LOIRET (texte)

La journaliste haïtienne Michèle Montas et trois autres militants haïtiens des droits de l’Homme ont déposé plainte, ce mercredi, auprès de la justice haïtienne pour crimes contre l’humanité contre Jean-Claude Duvalier, alias « Bébé Doc », l’ex-dictateur haïtien qui a fait un retour surprise à Port-au-Prince dimanche dernier

« J’ai considéré son retour comme une gifle, explique à France24.com Michèle Montas, jointe par téléphone dans la capitale haïtienne. Beaucoup de citoyens haïtiens ont été affectés par le régime de Jean-Claude Duvalier… Lui a cru qu’il pouvait revenir en Haïti et s’en tirer comme cela ! »

Michèle Montas était journaliste à Radio Haïti-Inter pendant les dix premières années de la dictature de Jean-Claude Duvalier (1971-1986). Elle et son époux – Jean Dominique, un célèbre journaliste haïtien assassiné en 2000 – ont dû fuir le pays en novembre 1980, alors qu’ils adoptaient un ton très critique envers le pouvoir. Ils n’ont pu y revenir qu’en 1986, après le départ de Duvalier fils.

Interrogée sur le « crime contre l’humanité » dont sa plainte est l’objet, Mme Montas explique qu’ »à la fin des années 1980, il y a eu des rafles généralisées chez les militants des droits de l’Homme et les journalistes. Des personnes ont été torturées, ils ont pris tout ce qui bougeait. Et Radio Haïti a été détruite ». Jean-Claude Duvalier est devenu célèbre pour les nombreuses exactions qui ont été commises sous son régime, des milliers d’opposants étant arbitrairement arrêtés et torturés. Certains ont même été assassinés.

Mardi soir, « Bébé Doc » a déjà été inculpé par un tribunal haïtien pour association de malfaiteurs, détournements de fonds et corruption en administration publique.

Focus : Le retour de « Bébé Doc » en Haïti

No Flash 
warning
Pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de FRANCE24.COM, cliquez ici pour télécharger la dernière version de Flash Player.

Claude Rosiers, 11 ans dans les geôles des Duvalier

Interrogé sur cette plainte par l’envoyée spéciale de FRANCE 24 à Port-au-Prince, Alexandra Renard, l’un des avocats de Jean-Claude Duvalier a dénoncé « une action chimérique ». Plus tôt, un autre conseiller de l’ex-dictateur avait expliqué que celui-ci resterait « pour toujours » en Haïti, où il souhaitait « faire de la politique ».

Des plaintes « chimériques », pour l’avocat de Duvalier

No Flash 
warning
Pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de FRANCE24.COM, cliquez ici pour télécharger la dernière version de Flash Player.

Par Alexandra RENARD, envoyée spéciale en Haïti

Outre Michèle Montas, trois autres personnalités haïtiennes ont déposé plainte contre « Baby Doc » pour crime contre l’humanité : le président de la Commission nationale de désarmement, démobilisation et réinsertion (CNDDR), Alix Fils-Aimé ; l’ancien prisonnier politique Claude Rosiers ; et la militante féministe Nicole Magloire.

Sous le titre « Le Triangle de la mort » (2003), Claude Rosiers a publié un récit de ses dix années passées dans les geôles de François et de Jean-Claude Duvalier, entre 1966 et 1977, alors qu’il était militant du Parti populaire de libération nationale (PPLN), un parti d’inspiration marxiste.

Les quatre plaintes seront instruites par le juge Jean Carves, qui doit prochainement convoquer les plaignants et surtout examiner les pièces attestant des faits reprochés à Jean-Claude Duvalier.

« Des violations généralisées et systématiques des droits fondamentaux »

Depuis le retour de l’ex-dictateur en Haïti, de nombreuses voix se sont élevées pour demander son arrestation, notamment celles d’Amnesty International, du Réseau national de défense des droits humains (RNDDH-Haïti) ou encore du Centre œcuménique des droits de l’Homme (CEDH) de Haïti.

Hier, des Observateurs haïtiens de France24 exigeaient qu' »il soit jugé pour ses crimes ».

Dans un communiqué publié mercredi matin, Amnesty International demande à ce que soit traduit en justice « un dirigeant dont les services de sécurité [se sont] livrés à des violations généralisées et systématiques des droits fondamentaux » et aux autorités haïtiennes d’ »ouvrir une enquête sur Jean-Claude Duvalier et sur toute autre personne qui se serait rendue responsable de tels crimes, dont certains s’apparentent à des crimes contre l’humanité ».

Jointe mercredi par France24.com, Amnesty International explique que la Cour pénale internationale (CPI) ne peut être saisie du cas Duvalier, les faits qui lui sont reprochés étant antérieurs à sa création en 1998.

 

Plaintes déposées contre «Baby Doc« pour crime contre l’humanité
HAITI LIBRE – 19/01/2011 14:02:17

Haïti - Duvalier : Plaintes déposées contre «Baby Doc« pour crime contre l’humanitéLa journaliste haïtienne Michèle Montas, dont l’époux défunt, le journaliste Jean Dominique, avait été intimidé puis exilé sous le régime Duvalier; Alix Fils-Aimé et Claude Rosiers, deux anciens prisonniers politiques incarcérés pendant 10 ans pendant la dictature et Nicole Magloire ont porté plainte ce mercredi, contre l’ex-dictateur Jean-Claude Duvalier, pour crimes contre l’humanité.
Après avoir rencontré le Procureur Général Auguste Aristidas, Mme Montas a déclaré « Nous avons porté plainte pour séquestration arbitraire, exil, destruction de biens privés, torture physique et morale, violation des droits civils et politiques » précisant que le dossier serait transmis à un juge d’instruction.

 

Duvalier espère être élu « président » d’Haïti

L’ex-dictateur haïtien est rentré dans son pays après près de 25 années d’exil en France. Il est poursuivi pour crimes contre l’humanité.

Duvalier espère être élu "président" d'Haïti

L’ex-dictateur haïtien n’entend pas quitter l’île malgré son inculpation pour corruption. « Les faits sont prescrits », d’après son avocat. © Thony Belizaire / AFP

Le Point.fr / 19-01-11

L’ex-dictateur haïtien Jean-Claude Duvalier entend rester « pour toujours » en Haïti où il compte refaire de la politique, a déclaré, mercredi, un de ses avocats, au lendemain de l’inculpation de son client pour corruption. Plusieurs ONG ont, par ailleurs, annoncé des plaintes pour « crimes contre l’humanité« . « Il va rester en Haïti pour toujours. C’est son pays », a déclaré à l’AFP Me Reynold Georges. « Il fera de la politique également. C’est son droit. Un homme politique ne meurt jamais », a lancé l’avocat, interrogé à l’hôtel Karibe où l’ancien dictateur est descendu depuis son retour-surprise à Port-au-Prince dimanche soir.

Plus tard dans la soirée, un porte-parole de Jean-Claude Duvalier a précisé la pensée de l’ancien dictateur : « Il espère être élu président d’Haïti », a déclaré Henri-Robert Sterlin à l’Agence France-Presse.

Jean-Claude Duvalier est arrivé en Haïti après près de 25 années d’exil en France. La justice haïtienne l’a inculpé, mardi, de corruption, de détournements de fonds publics et d’association de malfaiteurs, commis sous sa présidence (1971-1986). Me Georges a contesté cette inculpation : « Les faits sont prescrits. On ne peut pas revenir sur ces choses, c’est défendu par la loi. C’est de la persécution. » L’avocat a accusé le gouvernement du président René Préval d’être derrière les accusations portées contre son client.

M. Duvalier est, en outre, tenu responsable par des organisations internationales de défense des droits de l’homme de la mort de milliers d’opposants sous sa présidence. M. Duvalier s’est borné depuis son retour à déclarer qu’il était venu « pour aider » les Haïtiens après le tremblement de terre qui a dévasté le pays il y a tout juste un an. Son entourage promet qu’il donnera une conférence de presse pendant son séjour à une date non précisée.

 

Baby Doc, inculpé mais libre, veut refaire de la politique

L’ancien dictateur, ratrappé par la justice dès son retour d’exil, a affirmé vouloir rester pour toujours à Haïti

L’ancien dictateur haïtien, Jean-Claude Duvalier, est finalement libre et autorisé à quitter Haïti. « Il n’a pas d’interdiction de quitter le pays », a déclaré un de ces avocats, mercredi à l’AFP. Arrivé dimanche dernier, il avait provoqué la surprise générale, après avoir passé 25 ans d’exil en France.

Celui qu’on appelle « Baby Doc » avait pourtant été inculpé par la justice haïtienne, mardi pour « corruption, détournements de fonds et association de malfaiteurs », commis au cours de sa présidence. Une libération sans surprise pour Catherine Eve Roupert, auteur d' »Histoire d’Haïti » (éd. Perrin). « Il n’y a pas actuellement de tribunal compétent en Haïti pour juger Jean-Claude Duvalier », explique-t-elle.

Le retour du dictateur soulève toutefois des questionnements, tant celui-ci complique la crise politique. En effet, le jour de son arrivée sur le sol haïtien, le deuxième tour des élections aurait dû avoir lieu. Il sera finalement reporté. Pour Catherine Eve Roupert, cela « semble une manœuvre pour détourner l’attention du peuple des élections. Reportées, elles permettent à l’actuel président de rester au pouvoir jusqu’en mai 2011 ».

René Préval aurait normalement du quitter ses fonctions le 7 février. « Baby doc », quant à lui, va rester pour toujours en Haïti où il compte refaire de la politique, a annoncé un de ses avocats. Un contexte tendu pour des élections présidentielles déjà contestées. Qui avaient déjà provoqué de fortes violences dans le pays.

 

«Baby Doc» veut rester en Haïti et faire de la politique
HAITI LIBRE – 19/01/2011 13:39:32

Haïti - Duvalier : «Baby Doc» veut rester en Haïti et faire de la politiqueL’ex-Président Jean-Claude Duvalier entend rester définivement en Haïti où il compte refaire de la politique « Il va rester en Haïti pour toujours. C’est son pays », c’est ce qu’a déclaré Me Reynold Georges interrogé aujourd’hui à l’hôtel Karibe où l’ancien dictateur réside depuis son retour dimanche soir « Il fera de la politique également. C’est son droit. Un homme politique ne meurt jamais » a ajouté Me Reynold Georges, l’un des avocats de Duvalier, au lendemain de l’accusation de son client pour corruption.

Me Georges a contesté cette accusation: « Les faits sont prescrits. On ne peut pas revenir sur ces choses, c’est défendu par la loi. C’est de la persécution ». L’avocat a accusé le Gouvernement du président René Préval d’être derrière les accusations portées contre son client.

 

Haïti – Épidémie :

 La Banque Mondiale approuve 15 millions de dollars de fonds d’urgence
HAITI LIBRE – 19/01/2011 10:07:15

Haïti - Épidémie : La Banque Mondiale approuve 15 millions de dollars de fonds d’urgenceLe Conseil d’Administration de la Banque mondiale (BM) a approuvé hier, une subvention de 15 millions de dollars pour aider Haïti à combattre l’épidémie de choléra. Le 24 novembre 2010, la BM avait annoncé qu’elle préparait une subvention d’urgence de 10 millions de dollars pour lutter contre l’épidémie de choléra en Haïti. Ce chiffre a été augmenté de 5 millions de dollars, totalisant maintenant 15 millions de dollars.
« Haïti a besoin de toute l’aide qu’elle peut obtenir pour répondre à l’épidémie meurtrière de choléra qui ravage certaines régions du pays», a déclaré Ronald Baudin, ministre des Finances. « Le soutien continu de la Banque mondiale sera crucial dans le double objectif de sauver des vies et rétablir le réseau de la santé publique. »
Dernier Bilan : depuis le début de l’épidémie de choléra en Haïti (19 octobre 2010), 188,967 personnes ont été infectées et traitées, 105,827 personnes ont dû être hospitalisées et 3,838 personnes sont décédées. Selon le dernier bilan [très sous évalué d’après les experts de l’ONU] du Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP), daté du 11 janvier 2011.
Cette subvention d’urgence financera les efforts publics et non-publics sur le terrain pour identifier les besoins urgents de réponse au choléra. Au niveau ministériel « ministère de la Santé publique et de la population (MSPP) », ces efforts se concentreront sur l’accès aux soins médicaux urgents des personnes affectées et des groupes vulnérables, alors que dans les communautés, l’emphase sera mise sur les interventions préventives.
De plus, la subvention aura pour but de renforcer la capacité de réponse urgente du MSPP, ainsi que de la Direction Nationale de l’Eau Potable et de l’Assainissement (DINEPA). Ce nouveau financement apportera en particulier une assistance technique dans l’amélioration du système d’alerte national en réponse aux épidémies, la surveillance des incidences, le renforcement de la gestion des déchets médicaux et des capacités de mise en œuvre.
« La clé de succès de ces efforts demeure dans la réponse collaborative face à la situation urgente, impliquant non seulement les agences et les Organisations Non Gouvernementales (ONG), mais particulièrement les haïtiens eux-mêmes », a déclaré Alexandre Abrantes, envoyé spécial de la BM en Haïti. « La nouvelle subvention financera le recrutement d’ONG spécialisées pour exécuter des activités immédiates pour pallier au choléra. Elle financera également un renforcement de la capacité du gouvernement à répondre aux épidémies.»
Depuis le début de l’épidémie [19 octobre 2010] la BM s’était également engagée dans une aide à la Direction de la protection civile pour coordonner les activités de réponse entre le gouvernement et ses partenaires. Cette assistance a pris en charge l’installation et la fourniture d’équipement du Centre national des opérations d’urgence et de la gestion de la campagne nationale « Konbit kont Kolera », dont l’objectif est la sensibilisation au choléra et sa prévention.

 

Duvalier pourrait être à l’abri des poursuites pénales selon Bernard Gousse

RADIO METROPOLE / 19 JANVIER 2011

Le juriste haïtien Bernard Gousse attire l’attention sur la nécessité de réaliser des études en profondeur sur chaque action contre l’ex dictateur Jean Claude Duvalier afin de vérifier si les crimes reprochés ne tombent pas sous le coup de la prescription.
Le gouvernement provisoire de Henry Namphy avait édicté un décret annulant les prescriptions de crimes commis par le régime des Duvalier. La prescription ne joue pas contre quelqu’un qui est empêché d’agir, explique le juriste pour justifier le décret du CNG. Ce décret du 18 juin 1986 autorisait des poursuites pour les crimes commis durant les 22 années du régime des Tontons Macoute.
Selon maître Gousse les familles des victimes devraient intenter une action en justice contre les hauts dignitaires du régime des Duvalier entre février 1986 et février 1996. Une plainte qui est restée sans suite devrait être renouvelée chaque 10 ans pour que l’action demeure vivante, explique le juriste se référant à l’article 466 du code d’instruction criminelle.
Plusieurs victimes du régime de Duvalier ont avoué qu’elles avaient interrompu les procédures légales quelques années après la chute de Baby Doc. Maître Gousse soutient qu’un acte judiciaire, tel plainte ou réquisitoire du commissaire du gouvernement, réalisé dans le système judiciaire en 2001 peut favoriser la poursuite du dossier. S’il n’existe pas d’acte de procédure postérieur à 2001 aucune action pénale ou civile ne peut être enclenchée, prévient l’ancien garde des sceaux de la république.
Interrogé sur l’imprescriptibilité des crimes contre l’humanité, Maître Gousse a révélé que cette notion n’est pas présente dans le droit pénal haïtien. Toutefois il rappelle qu’Haïti a reconnu la compétence de la Cour Pénale Internationale, instance pouvant juger des crimes contre l’humanité.

 

Position officielle du CEP sur le rapport de l’OEA
HAITI LIBRE – 19/01/2011 09:08:12

Haïti - Élections : Position officielle du CEP sur le rapport de l’OEALe Président Préval, a enfin remis le rapport officiel de la mission de l’Organisation des États Américains (OEA) chargée des vérifications des résultats préliminaires contestés des élections du 28 novembre au Conseil Électoral Provisoire (CEP). Pas de surprise dans le communiqué officiel #63 de Gaillot Dorsinvil, Président du CEP qui ne fait que confirmer ce que l’on savait déjà http://www.haitilibre.com/article-2145-haiti-elections-qui-sera-au-second-tour-il-va-falloir-encore-attendre.html . Le CEP publiera les résultats définitifs du premier tour à la fin du processus de contestations sans autres précisions sur une date éventuelle…
« Le Conseil Electoral Provisoire informe le public en général, les acteurs impliqués dans le processus électoral, les partis politiques et les candidats aux élections législatives et présidentielles du 28 novembre 2010 en particulier, qu’il a reçu du Président de la République, Son Excellence Monsieur René Préval, le rapport de la Mission d’Appui à la Vérification de Tabulation des Votes de l’OEA ce mardi 18 janvier 2011.
Le CEP remercie le Président de la République de la démarche effectuée auprès de l’Organisation des Etats Américains et se réjouit de l’appui donné par l’Organisation hémisphérique pour la vérification du processus de tabulation des votes ayant mené aux résultats préliminaires.
L’institution électorale exprime également sa satisfaction quant au travail effectué par les experts de la Mission de l’OEA et se félicite de la collaboration du personnel du CTV [Centre de Tabulation des Votes] et des experts étrangers qui avaient assisté le CEP dans la conduite du processus de tabulation des votes exprimés par la population le 28 novembre 2010.
Le CEP saisit l’occasion pour porter à l’attention du public en général, des partis politiques et des candidats en particulier, que les recommandations techniques contenues dans le rapport des experts de l’OEA seront considérées pour la réalisation du 2éme tour du scrutin. De même, l’éventualité d’un changement de position dans le classement du deuxième et troisième candidat dans la liste publiée lors des résultats préliminaires du 7 décembre 2010 sera prise en compte dans le cadre du traitement des contestations au niveau du BCED [Bureau du Contentieux Électoral Départemental] et du BCEN [Bureau du Contentieux Électoral National], conformément aux prescrits de la Loi Électorale.
Les Candidats à la présidence qui ont produit des contestations par rapport aux résultats préliminaires pourront retirer, à la Direction de Communication du CEP, une copie du rapport de la Mission d’experts de l’OEA. »

Gaillot Dorsinvil, Président

 

«Bébé Doc» arrêté: il faut enquêter sur les violations de droits humains

AMNESTY INTERNATIONAL / 19 JANVIER 2011

Amnesty International exhorte les autorités haïtiennes à enquêter sur les violations des droits humains qui auraient été commises sous le régime de l’ancien président Jean-Claude Duvalier, surnommé «Bébé Doc», qui vient d’être interpellé à Port-au-Prince.

Jean-Claude Duvalier, accusé d’être responsable de nombreuses atteintes aux droits humains perpétrées alors qu’il était au pouvoir de 1971 à 1986, a été arrêté après avoir été interrogé par la police mardi 18 janvier. On ignore encore quels chefs d’inculpation vont être retenus contre lui.

«Cette arrestation historique constitue une première étape positive en vue de traduire en justice un dirigeant dont les services de sécurité se sont livrés à des violations généralisées et systématiques des droits fondamentaux, notamment à des actes de torture, des détentions arbitraires et des disparitions forcées, a indiqué Javier Zuñiga, conseiller spécial d’Amnesty International.

«Haïti doit ouvrir une enquête sur Jean-Claude Duvalier et sur toute personne qui se serait rendue responsable de tels crimes, dont certains s’apparentent à des crimes contre l’humanité, dans le cadre d’une procédure approfondie, indépendante et équitable.»

Jean-Claude Duvalier est retourné en Haïti le 16 janvier après presque 25 ans d’exil en France. Il avait fui en 1986 face à un soulèvement populaire, qui avait été violemment réprimé par les forces armées haïtiennes de l’époque et les membres d’une milice locale, baptisés les «tontons macoutes».

Tout au long des 15 années pendant lesquelles Jean-Claude Duvalier a occupé le pouvoir, de 1971 à 1986, la torture systématique, les exécutions extrajudiciaires et les disparitions forcées étaient monnaie courante en Haïti.

Des centaines de personnes ont «disparu» ou ont été victimes d’exécutions extrajudiciaires. Les membres des forces armées haïtiennes et les Volontaires de la sécurité nationale (VSN), surnommés les «tontons macoutes», ont joué un rôle prépondérant dans la répression qui a pris pour cibles les militants en faveur de la démocratie et les défenseurs des droits humains. Les «tontons macoutes» ont été démantelés en 1986, après le départ en exil de Jean-Claude Duvalier.

«Les autorités haïtiennes doivent mettre fin au cycle de l’impunité qui prévaut en Haïti depuis des décennies, les victimes d’atteintes aux droits humains et leurs familles étant privées de justice depuis bien trop longtemps, a déclaré Javier Zuñiga. Elles doivent saisir l’occasion qui se présente de rendre justice, d’établir la vérité et d’accorder des réparations aux victimes.»

 

Avec l’inculpation de Duvalier, « c’est la fin de l’amnésie haïtienne » (Témoignage)

France Info – 19 janvier 2011 – 08:22

C’est un immense soulagement que dit ressentir ce matin Michèle Montas, journaliste haïtienne, dont l’époux défunt Jean Dominique, aussi journaliste, a été victime du régime Duvalier.
L’inculpation hier soir de Baby-Doc à Port-au-Prince met fin à « des années d’impunité ». Michèle Montas a donc commencé à réunir documents et preuves des assassinats et tortures menées sous ce régime dictatorial, pour faire vivre la mémoire de ces années de terreur.

Le soulagement de Michèle Montas, victime du régime Duvalier, après l’inculpation de Baby-Doc hier soir La journaliste haïtienne interrogée par Marc Fauvelle  (4’29 »)


Pour Michèle Montas, il s’agit que justice passe mais aussi que mémoire reste. « Haïti, dit-elle, a une population de jeunes, des jeunes qui ne savent pas ce qu’il s’est passé il y a 25 ans, que des milliers de personnes ont péri dans la fameuse prison des Duvalier. Ils ne savent ce que c’est que de vivre sous le règne du silence« .

L’épouse de Jean Dominique, ce journaliste intimidé puis exilé par le régime Duvalier, est revenue dans son pays il y a un an, après le séisme. Un pays alors encore « amnésique« . Son inculpation officielle hier soir fait donc éclater cette chape de plomb. Et Michèle Montas s’apprête à porter plainte dans les tous prochains jours. Plainte pour « la destruction de Radio Haïti, l’arrestation, la torture et l’envoi en exil dont [elle a] été victime ainsi que beaucoup de nos journalistes le 28 novembre 1980« .

Pour celle qui fut porte-parole du secrétaire général de l’Onu Ban-Ki-Moon, il faut que ses crimes soient jugés « ici en Haïti« , et non devant une juridiction internationale. « C’est important pour la reconstruction de ce pays « , dit-elle, en s’interrogeant cependant sur le pourquoi du retour du dictateur, ses motivations. Selon elle, il aurait tâché de récupérer une somme de huit millions de dollars, retenue par la justice suisse. Peut-être, suppute-elle, aurait-il voulu prouver qu’il pouvait entrer et sortir librement de son pays, et ainsi avancer aux juges helvétiques que plus rien ne s’opposait à la restitution de son magot ?
Michèle Montas se demande surtout comment il se fait que l’ex-président à vie ait quitté la France à bord d’un appareil d’Air France sans que personne, à Paris ni Port-au-Prince, ne le sache.

 

Plate-Forme Haïti de Suisse: Appel au sens de l’éthique et à la primauté du droit

ALTERPRESSE / mercredi 19 janvier 2011

Communiqué de presse de la Plate-Forme Haïti de Suisse (PFHS)

La Plate-Forme Haïti de Suisse (PFHS), créée en 1992, regroupe plus de 20 organisations de solidarité avec Haïti. La PFHS respecte et soutient le travail des organisations haïtiennes qui oeuvrent à défendre les droits de la personne en Haïti et vise, à terme, l’amélioration des liens de solidarité et de coopération avec Haïti en vue d’un développement durable. La PFHS est membre de la Coordination Europe-Haïti.

A la nouvelle du retour en Haïti de l’ancien dictateur Jean-Claude Duvalier, c’est un sentiment de sympathie qui a prévalu : sympathie à l’égard de ceux qui ont souffert sous le régime de Jean-Claude Duvalier, voire ont dû s’exiler. Double sympathie à l’égard de ceux qui reçoivent cette “secousse” alors qu’ils sont encore traumatisés par celles du séisme du 12 janvier et l’épidémie de choléra.

Et puis, sentiment d’incompréhension et d’indignation.

La PFHS fait partie de la Coalition des ONG suisses pour la restitution des fonds Duvalier à Haïti. A ce titre, avec des organisations haïtiennes de défense des droits humains, elle a travaillé à la documentation du cas Duvalier. Nous avons applaudi lorsqu’en mai 2008, les autorités haïtiennes ont complété la demande d’entraide judiciaire de 1986 à la Suisse à propos des fonds Duvalier.

Dans le cadre de la procédure juridique suisse en vue de la restitution, l’Office fédéral de la Justice a déclaré que “le clan Duvalier a pillé les caisses de l’Etat d’une manière qui relève de l’organisation criminelle …” (Office fédéral de la justice, juillet 2008).

Dans ces conditions, nous avons du mal à comprendre que Jean-Claude Duvalier puisse débarquer ainsi en toute impunité en Haïti à un moment si délicat de la vie politique et sociale du pays. Défendre les droits humains – les droits civils et politiques, économiques et sociaux – c’est défendre la primauté du droit.

En réitérant sa profonde sympathie à l’égard des victimes du régime de Jean-Claude Duvalier, la PFHS en appelle à l’éthique du gouvernement Préval et à sa responsabilité envers le peuple haïtien pour appliquer le droit à l’égard de M. Duvalier.

Genève, 18 janvier 2011

Le comité de la Plate-Forme Haïti de Suisse :

Richard Challandes, Edith Kolo Favoreu, Gret Lustenberger, Charles Ridoré, Leonora Rossi, Marlyse Thommen, Claire-Lise Zaugg

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :