REVUE DE LA PRESSE – Mercredi 26 janvier 2011 (2)

26 Jan

Des responsables politiques doutent de l’impact positif du retrait de Jude Célestin (INITE) sur la recherche d’une solution à la crise postélectorale

Une petite coalition soutenant la favorite des élections, Mme Mirlande Manigat (RDNP), voit dans ce retrait la perspective de la victoire de cette dernière lors du second tour

Radio Kiskeya / mercredi 26 janvier 2011

Le retrait de Jude Célestin de la course électorale ne résoudra pas la crise politique, a déclaré mercredi le candidat à la présidence de « Renmen Ayiti », Me Jean Henry Céant, en réaction au communiqué pris en ce sens en milieu de journée par le directoire de la plateforme officielle INITE (Unité).

Il relève que le communiqué, qui n’a pas été signé par M. Célestin, n’implique pas que ce dernier ait effectivement abandonné la course. Il faut rappeler en ce sens que le Conseil Electoral Provisoire (CEP) n’avait pas tenu compte de la mise en garde des partis, groupements et regroupements politiques de l’opposition qui l’avaient enjoint de ne pas utiliser leurs emblèmes et les noms de leurs candidats dans des élections dont ils doutaient de la crédibilité. Le CEP avait alors déclaré qu’il avait affaire non avec les partis mais avec les candidats, une fois qu’ils s’étaient régulièrement inscrits.

Appelant à l’annulation de l’ensemble du scrutin controversé du 28 novembre 2011, Me Céant impute à la communauté internationale la responsabilité d’avoir plongé le pays dans la crise pour avoir fait montre de trop de complaisance pendant longtemps envers le chef de l’Etat, René Préval. Ce sont les pressions internationales qui ont créé une certaine panique au sein de INITE, ajoute-t-il.

L’ancien sénateur Turneb Delpé, dirigeant du Parti Nationaliste Démocratique et Progressiste d’Haïti (PNDPH) et de la plateforme politique « Rasanble », estime lui aussi que le retrait de Jude Célestin ne conduira pas à une solution à la crise. « Aucun second tour des élections du 28 novembre n’est possible », déclare-t-il, appelant tous les secteurs de la vie nationale à prendre position contre l’ingérence « flagrante » de la communauté internationale dans le processus électoral.

« Ce n’est pas normal qu’un candidat soit contraint à se retirer d’une course électorale », a conclu l’ancien parlementaire.

Le sénateur des Nippes (Sud-Ouest), Nènèl Cassy, reproche au président René Préval d’avoir facilité l’intrusion de l’étranger dans le processus électoral. Il relève à ce sujet que le chef de l’Etat n’a jamais voulu composer avec ses compatriotes. Il en donne pour preuve sa dernière visite-surprise en République dominicaine pour discuter de la crise politique haïtienne avec son homologue dominicain, Leonel Fernandez.

De l’avis du parlementaire, M. Préval n’est plus en mesure de tenir tête à l’internationale. Il affirme croire que les élections du 28 novembre ne conduiront pas à la stabilité. Le retrait de Jude Célestin ne leur conférera pas plus de crédibilité, souligne-t-il.

Le responsable du « Gwoup 77 » (petite coalition d’organisations soutenant la candidature à la présidence de Mirlande Manigat, Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes-RDNP) accueille favorablement l’annonce du retrait de Jude Célestin. Le principal dirigeant de cette organisation, Me André Michel, y voit la perspective de l’aboutissement du processus électoral et le dégagement de la voie devant conduire à la victoire de la dirigeante du RDNP. « Ceci nous permettra également de contourner l’éventualité de la formation d’un gouvernement provisoire », a-t-il conclu.

 

INITE se retire des présidentielles et lâche Jude Célestin

Le candidat déchu, dont le retrait ferait place à un second tour Manigat-Martelly, n’a pas encore endossé la décision de son parti ni signifié officiellement son désistement au Conseil électoral ; la plateforme présidentielle s’en prend à la communauté internationale qui s’apprêtait à imposer des sanctions économiques au pays et dit se concentrer maintenant sur les législatives

Radio Kiskeya / mercredi 26 janvier 2011

Haïti - Élections : INITE annonce officiellement le retrait de Jude CélestinAprès de longues heures de rumeurs, de consultations incessantes et de tractations diplomatiques, la plateforme au pouvoir INITE a fini par céder en officialisant mercredi le retrait de son candidat à la présidence, Jude Célestin, qui ne s’est toutefois pas exprimé publiquement sur cette décision censée ouvrir la voie à une résolution de la crise post-électorale du point de vue de la communauté internationale.

« Même si nous sommes certains que Jude Célestin a recueilli le nombre de voix nécessaires pour aller au deuxième tour, INITE est d’accord pour le retirer comme candidat à la présidence », indique dans un communiqué rédigé en créole la plateforme présidentielle qui dit avoir choisi d’éviter les « provocations » des partenaires internationaux d’Haïti en dépit de profonds désaccords sur la conduite du processus électoral.

INITE dénonce également les manoeuvres d’intimidation d’une partie de la communauté internationale ayant menacé « d’imposer au peuple haïtien un embargo générateur de souffrances et de geler l’aide externe ».

D’autre part, il est reproché à la mission technique de l’Organisation des Etats américains d’avoir violé son propre mandat d’évaluation des élections controversées du 28 novembre et la loi électorale. Les conclusions des experts de l’organisation régionale recommandant la mise à l’écart de M. Célestin ont été établies à partir de l’examen de seulement 8% des procès-verbaux représentant 16% des votants, déplore le communiqué.

Le parti du Président Préval met en relief le silence complice qu’avaient observé les organisations des droits humains, le secteur privé des affaires et les ambassades étrangères quand son siège avait été incendié et les commerces de ses partisans pillés début décembre à Port-au-Prince et aux Cayes (sud).

De graves violences post-électorales avaient suivi la publication des résultats partiels des présidentielles selon lesquels Jude Célestin, arrivé en deuxième position derrière Mirlande Manigat, devait affronter la constitutionnaliste au second tour au détriment du chanteur Michel Martelly, alors éliminé.

Selon des sources proches du parti officiel, un grand malaise était ces dernières heures perceptible au sein de la famille politique de René Préval au point où Célestin, dauphin désigné du chef de l’Etat sortant, aurait même menacé de convoquer une conférence de presse dans la journée afin de désapprouver l’annonce de son retrait.

L’ex-candidat s’est abstenu de prendre part aux réunions organisées pour déterminer son sort et ne s’est pas non plus associé au communiqué rendu public. Les signataires du texte sont les Sénateurs Joseph Lambert et Kély Bastien, respectivement coordonnateur et conseiller de INITE, l’ex-ministre Jean Joseph Molière, coordonnateur adjoint, et l’ancien président de la Chambre des députés, Levaillant Louis-Jeune, dont la réélection au premier tour dans la circonscription de Desdune (Artibonite, nord) est contestée.

Le Conseil électoral provisoire n’a pas encore fait état d’une démarche formelle qu’aurait entreprise M. Célestin pour confirmer son désistement.

« Nous allons nous battre pour assurer la victoire de nos candidats au Sénat et à la députation lors du deuxième tour des élections », écrit enfin la plateforme présidentielle qui appelle ses partisans au calme et à la mobilisation.

D’intenses pressions internationales ont été exercées ces derniers jours sur les autorités haïtiennes en vue de l’acceptation intégrale des recommandations de l’OEA et de l’organisation d’un second tour entre les deux présidentiables encore en lice, Mirlande Manigat et Michel Martelly.

Les Etats-Unis ont annulé les visas d’entrée de dirigeants de INITE et de proches collaborateurs de René Préval et d’autres sanctions ciblées allant jusqu’au gel d’avoirs détenus à l’étranger étaient envisagées alors que le chef de l’Etat lui-même courait le risque d’être déclaré « illégitime » par le conseil permanent de l’OEA à l’expiration de son mandat constitutionnel, le 7 février.

Des informations non encore confirmées laissent croire que la date du 20 mars serait retenue pour la tenue du second tour des présidentielles et législatives après la proclamation des résultats définitifs du premier tour fixée à début février malgré les protestations des uns et des autres.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :