samedi 23 avril 2011

23 Avr

Haïti – Élections : Martelly appelle la CI à ne pas reconnaître les résultats des législatives
23/04/2011 07:26:11

Haïti - Élections : Martelly appelle la CI à ne pas reconnaître les résultats des législativesÀ quatre jour de l’ouverture de la première séance à l’Assemblée Nationale de la 49 ème législature, prévu le 27 avril, dans le calendrier parlementaire, durant laquelle les amendements de la Constitution doivent être débattus et votés, le Président Michel Martelly, a officiellement demandé, vendredi 22 avril, à la communauté internationale de « ne pas reconnaître les résultats de élections législatives » entachés de fraudes au profit du parti au pouvoir (INITE).
Dans un communiqué du bureau de presse « Le président élu constate que ces résultats ont été étrangement manipulés quant aux législatives où des sénateurs et députés élus qui étaient largement en tête au premier tour sont systématiquement écartés au profit de candidats proche de INITE, le parti actuellement au pouvoir. Ces résultats sont inadmissibles, et ne reflètent pas la volonté populaire.
Le Président élu Michel Martelly demande que les résultats des législatives, tels que publiés par le Conseil Électoral Provisoire (CEP), ne soient nullement reconnus par la Communauté Internationale (CI). Le peuple Haïtien a voté pour le changement et son vote doit être inévitablement respecté.
Il en appelle à l’Organisation des États Américains (OEA) « pour l’envoi d’une mission d’urgence en vue de la création dans l’immédiat d’une Commission indépendante de révision pour évaluer et faire la lumière sur ces résultats avec le support des autres organismes internationaux déjà engagés dans le processus. Il invite le président René Préval à ne pas entériner la publication de ces résultats avant la publication d’un rapport de cette commission. »
Devant les nombreuses protestations de la population, suite à la publication de ces résultats, Michel Joseph Martelly lance un appel au calme et dit « partager l’indignation de la population. »
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-2792-haiti-elections-magouilles-massives-d-inite-aux-legislatives.html
http://www.haitilibre.com/article-2794-haiti-elections-details-sur-les-fraudes-aux-elections-legislatives.html
http://www.haitilibre.com/article-2789-haiti-elections-la-moec-s-interroge-sur-le-declassement-de-18-candidats.html
http://www.haitilibre.com/article-2759-haiti-elections-nouveau-calendrier-parlementaire.html
HL/ HaïtiLibre

 

HAÏTI: MARTELLY ÉLU PRÉSIDENT AVEC 15,23% DE L’ÉLECTORAT

23 avril 2011 | 0 commentaire(s) | vu 190 fois

Pour le moment, l’actualité internationale porte davantage sur les conflits au Moyen Orient et en Afrique du nord que sur ce qui se passe en Haïti. Depuis que le second tour aux élections présidentielles a donné la victoire au candidat Martelly, les informations détaillées sur l’ensemble du scrutin ne cessent d’être reportées d’une date à une autre. Le 20 avril devait être la date butoir pour la transmission des résultats définitifs de cette élection, mais ce ne sera que le 21 que cette information officielle sera transmise.  Certaines de ces données étaient, toutefois, déjà connues. Celle la plus largement diffusée  se réfère au pourcentage (67,6%) des votes obtenus par Martelly. Par contre, le silence est presqu’absolu sur la relation de ces votes avec l’ensemble de l’électorat. Personnellement je me suis intéressé au taux de participation des électeurs et électrices du peuple Haïtien.

La liste électorale officielle comprenait 4, 712, 693 personnes ayant droit de vote. Selon les chiffres compilés, suite au scrutin, le total ceux et celles qui se sont rendu aux urnes  est de 1, 062, 089, soit 22,5% de l’ensemble de l’électorat. Ce vote se partage ainsi entre les candidats :

Martelly, le candidat de Washington, obtient 716 986 voix, soit 15.21% de l’électorat. Manigat, la seconde candidate, obtient  : 336 747 voix, soit 7,14%. Autre sans candidat : 7356, soit 1,03%

Ce dont la presse retient, de même que les alliés de Martelly, ce n’est pas le faible taux de participation de l’électorat haïtien (22,5%), mais le pourcentage obtenu par le gagnant sur sa plus proche adversaire. Ainsi, on dira que Martelly a gagné cette présidentielle avec 67,6% des votes alors que sa plus proche adversaire n’a recueilli que 31,7% de ces votes. Ce qui fera dire à Michael Jean, cette ex-journaliste de Radio-Canada :

«Les résultats du Président Martelly sont enviables. Combien de politiciens, ailleurs, souhaiteraient avoir une majorité aussi clairement exprimée ? Maintenant, il faudra suivre de très près chacune de ses actions. Qui sera le prochain Premier Ministre ? Quelles seront les priorités de son mandat ? Et surtout, comment honorera-t-il cette grande confiance qui lui a été exprimée par cette élection ? »

Les amis de Radio-Canada s’y reconnaîtront. Cet enthousiasme se fonde sur les 67,6 % des votes obtenus des électeurs et électrices qui se sont rendu aux urnes, passant sous silence le pourcentage réel (15,23%) que ce vote représente par rapport à l’ensemble de l’électorat haïtien.

Pour illustrer cette distorsion des faits, prenons l’exemple d’Évo Morales qui a été élu Président de la Bolivie avec plus de 63% des votes émis aux urnes, donc moins de 4% du pourcentage obtenu par Martelly (67,6%). Si l’analyse s’arrêtait là la tromperie passerait inaperçue et les gens se réjouirait, à l’exemple de Michael Jean, d’une aussi bonne performance. En bref, l’expression de la démocratie à son meilleur.

Mais la vérité devient toute autre à partir du moment où on mentionne qu’en Bolivie, le taux de participation de l’électorat a été de 93% et que celui d’Haïti que de 22,5%. Pour résumer, disons que les 67,6% ne portent que sur les 22,5% de l’électorat haïtien, soit 1,062 089 électeurs et électrices et non sur les 4 712 693 d’haïtiens et d’haïtiennes inscrites sur les listes. Plus de 77% de l’électorat ne se sont pas présenté aux urnes. Si nous prenions ces derniers chiffres en considération ce ne serait plus 67,5 % qu’il faudrait dire mais 15,23% de l’électorat haïtien.

Évo Morales, pour sa part a obtenu plus de 55% de tout son électorat, le plaçant loin en avant de Martelly (55% versus 15%). La différence est majeure et dans les deux cas, la démocratie est de nature fort différente. Le Président qui est élu par plus de 55% de son électorat est plus représentatif du peuple que celui qui est élu avec seulement 15,23% .

Si pareille situation se présentait dans un ou l’autre des pays émergents de l’Amérique latine, que ce soit en Bolivie, au Venezuela ou en Équateur on n’hésiterait pas à réclamer de nouvelles élections, argumentant que la démocratie ne peut se fonder sur un si faible pourcentage de participation. Radio-Canada et bien d’autres seraient là pour illustrer noir sur blanc que le peuple ne peut être représenté par un Président élu qu’avec 15% de son électorat. Démocratie oblige. M. Jean-Michel Leprince et Jean-François Lépine, journalistes de réputation,  nous illustreraient l’importance d’annuler une telle parodie d’élection et de recommencer le tout sous haute surveillance de la communauté internationale. Dans le cas présent, il n’est pas prévisible qu’une telle remise en question soit faite par ces médias ou les États solidaires de M. Martelly.

À se fier à ce qu’on voit, il en ressort que dans nos démocraties dirigées, l’important ce ne sont plus les électorats, mais les bonnes alliances. Le reste n’est plus qu’une question de « cuisine ». Les recomptages durent le temps qu’il faut, permettant d’accommoder, autant faire se peut, ceux qui en tirent les ficelles.

M. Martelly n’a que trois députés sur 79 à la Chambre basse et aucun  sénateur au Sénat. L’avenir nous dira jusqu’où les  alliances lui permettront de gouverner.

Oscar Fortin Québec, le 21 avril 2011

http://humanisme.blogspot.com

 

Haïti – Élections

RESPÈ : La vraie victoire demande de la sagesse et de l’humilité
23/04/2011 09:28:26

Haïti - Élections : La vraie victoire demande de la sagesse et de l'humilitéLe parti, « Regwoupman Sitwayen Pou Espwa (RESPÈ) » note que le 20 avril 2011 marque la fin d’un processus électoral fortement guidé par les instances internationales dont les résultats ont été officialisés par le Conseil Electoral Provisoire. Cet état de fait est désormais consacré.
Déclaration de principe du parti RESPÉ :
« La question n’est pas de savoir, si oui ou non, nous sommes d’accord. Il s’agit de gérer notre attachement indéfectible à des principes cardinaux auxquels nous tenons encore, notre respect d’une éthique stricte et puriste et la nécessité de sauver pour notre pays ce qui reste encore de fierté et de respect. Le 20 Avril, nous oppose désormais à une réalité qui invite le parti RESPÈ et tous les Haïtiens soucieux de l’avenir de notre pays à choisir entre la corde raide, notre position de départ, et l’entente fraternelle en vue d’une Haïti meilleure.
En s’adressant aujourd’hui à la jeunesse et à tout le peuple haïtien, fatigués d’une transition et d’une souffrance interminables dans leur cœur et dans leur chair, le parti RESPÈ salue la marche de l’Histoire et prend acte. On ne juge pas les hommes et les femmes acculés à faire des choix difficiles au moment de leur désespoir, on les accompagne et c’est cela que le parti RESPÈ a choisi de faire. C’est ainsi que nous pouvons réparer les erreurs de l’Histoire et éviter de sombrer dans des luttes stériles qui nous enlèvent encore davantage de notre fierté et de notre respect.
A ceux qui sont proclamés vainqueurs, le parti RESPÈ rappelle que la vraie victoire demande de la sagesse et de l’humilité. Elle n’est point celle remportée avec émotions dans les urnes et dont parfois on se repend. Notre victoire est celle que nous devons remporter sur la misère humiliante des hommes et des femmes qui croupissent dans la crasse et l’humiliation sous les tentes depuis le 12 janvier 2010. Nous parlons de la victoire que doivent remporter nos agriculteurs et nos industriels en relançant la production nationale. Nous voulons d’une victoire faite de la création de centaines de milliers d’emplois permanents pour des hommes et des femmes qui veulent travailler de leurs mains pour gagner avec fierté et dignité leur pain quotidien et construire eux-mêmes leurs logements pour le respect de leurs familles.
Le parti RESPÈ espère avec vous une victoire sur la corruption à tous les niveaux et des investissements rationnels pour chaque gourde de l’Etat au bénéfice des classes défavorisées avides de soulagement de leur misère. Nous voulons tous une victoire sur l’insécurité ! Nous voulons d’une victoire pour la protection de la femme et de l’enfant contre toute forme d’exploitation, d’abus et de violence. Nous voulons d’une grande victoire pour nos jeunes étudiants, avides de savoir, qui rêvent encore d’un Campus Universitaire par région du pays. Le parti RESPÈ veut une victoire où le Drapeau national flotte seul sur notre territoire gardé par une Police Nationale et une Armée Haïtienne dans la fierté et le respect.
A tous les responsables et membres de partis politiques de toutes tendances, aux étudiants, aux syndicalistes, aux ouvriers, aux patrons, aux planteurs, aux petits marchands, aux chômeurs, aux chauffeurs de taxis, aux paysans et aux citadins, aux vaillants frères et sœurs de la diaspora, aux gagnants et aux perdants et à toute la jeunesse haïtienne en général, nous offrons le rameau d’olivier et la grande entente fraternelle pour la reconstruction de notre pays. Le moment est venu de nous remettre debout pour repartir et éviter que la décennie 2004-2014 ne commence et ne se termine comme celle de 1994 à 2004, passant d’occupations étrangères en occupations étrangères sans rien apporter de positif pour un peuple qui a changé l’histoire des libertés et des droits de l’homme dans le monde.
En pleine tempête, on ne peut rester opposé au capitaine du bateau en marche alors que nous sommes à bord. L’important est de veiller à sauver ce qui nous reste et d’arriver tous à bon port sains et saufs.
Patriotiquement vôtre. »

Charles Henri Baker, Président du Parti RESPÉ
HL/ HaïtiLibre

 

Haïti-Elections

Huit (8) sénateurs en fonction, un (1) sénateur élu au 1er tour et trois (3) sénateurs élus non contestés dénoncent la manipulation des résultats des Législatives par le CEP et le président René Préval

Ils réclament la formation d’une commission d’enquête haïtienne, l’interdiction de départ des membres et du directeur général du CEP et la non-publication des résultats contestés dans le journal officiel de la République

RadioKiskeya / samedi 23 avril 2011

Au nom de la République d’Haïti,

Face à la grossière manipulation de l’expression de la souveraineté populaire organisée par les membres du CEP avec à sa tête le président Gaillot Dorsinvil, nous, Sénateurs de la République d’Haïti, condamnons fermement le détournement de la volonté du peuple exprimée dans le vote du 20 Mars. Devant ces manœuvres politiciennes orchestrées par les antinationaux de l’INITE au service d’intérêts partisans nous nous engageons à défendre l’intérêt général de la Nation.

Le président Préval essaie par tous les moyens de conserver le contrôle des affaires de l’Etat en réintroduisant dans le parlement l’ensemble des parlementaires qui se sont opposés à la loi sur l’augmentation du salaire minimum, qui ont voté la loi d’urgence et la prolongation de son mandat. Il aura ainsi à sa solde des éléments sans aucune légitimité sinon celle d’être des subordonnés dociles et sans qualité qu’il pourra toujours mobiliser à ses propres fins et au service d’une oligarchie méprisant l’exigence de justice sociale.

Ce viol systématique de la loi électorale détruit le fragile processus démocratique et dénie au peuple le droit de choisir ses représentants. En tant que Sénateurs de la République, nous avons sorti une note de protestation le jeudi 21 Avril et nous avons appris avec satisfaction que des organismes de droits humains dont le RNDDH et le Président élu, Monsieur Joseph Michel Martelly ont aussi appelé le CEP à respecter le vote populaire :

1) Nous saluons ces protestations et exigeons que les résultats de cette manipulation ne soient pas portés au journal officiel.

2) Nous appuyons aussi bien la requête du RNDDH que l’exigence du Président nouvellement élu d’une commission d’enquête indépendante constituée d’haïtiens.

3) Les responsables ne peuvent rester impunis ; de ce fait nous exigeons une interdiction de quitter le territoire national pour l’ensemble des membres du CEP, ainsi que pour son Directeur Général, jusqu’à ce que la lumière soit faite.

4) Nous demandons à la population de bien saisir l’ampleur et l’enjeu de cette trahison menée par un Président en fin de mandat entouré de sa clique. L’exigence de changement et de justice sociale nécessite une vigilance devant ces manœuvres antidémocratiques et demande le respect de la volonté exprimée dans le scrutin du 20 Mars 2011. Nous lui demandons de garder la mobilisation pour le respect de son vote et nous lui assurons de notre engagement à l’accompagner pour les problèmes cruciaux du pays.

Fait à Port-au-Prince le 22 avril 2011 :

Suivent les signatures des Sénateurs et de la Sénatrice :

Maxime Roumer (Grand’Anse)

Edmonde Beauzile (Centre)

Nenel Cassy (Nippes)

Jean Willy Jean Baptiste (Artibonite)

Youri Latortue (Artibonite)

Andris Riché (Grand’Anse)

Jean William Jeanty (Nippes) Steeven Benoit (Ouest)

Mélius Hyppolite (Nord-Ouest)

Anick Francois Joseph (Artibonite)

Polycarpe Wesner (Nord)

Evallière Beauplan (Nord-Ouest)

 

Haïs dans leur pays, les « déportés » d’Haïti rêvent toujours des Etats-Unis

Angola Press – 23/04/11 12:36

Port-Au-Prince – Ils avaient quitté Haïti enfants, partis pour une vie meilleure à Boston, New York et Miami. Condamnés par la justice américaine, ils sont renvoyés dans les rues de Port-au-Prince après avoir purgé une partie de leur peine. Haïs par leurs compatriotes, étrangers dans leur propre pays, les « déportés » ne rêvent que d’une chose: retourner chez l’oncle Sam, a appris l’AFP.

    Washington avait suspendu l’expulsion des Haïtiens ayant un casier judiciaire dans la foulée du séisme de janvier 2010 qui a fait au moins 230.000 morts et détruit une grande partie de Port-au-Prince.

    Jusqu’alors, quelque 700 citoyens originaires du pays le plus pauvre des Amériques étaient renvoyés chez eux chaque année car considérés comme une menace pour les Etats-Unis.

    Mais mi-janvier, l’administration de Barack Obama a discrètement repris ces expulsions. 27 « déportés », comme ils sont surnommés dans l’île, ont été raccompagnés le 20 janvier, suivis de 19 autres le 15 avril dernier.

    Ceci, au grand dam des ONG et des organisations internationales qui dénoncent une entorse aux droits de l’homme, de même qu’un fardeau supplémentaire imposé à un pays qui cherche à se relever du séisme, à endiguer une épidémie de choléra et à stopper pour de bon la violence.

    « Voir revenir des criminels notoires, qui ne sont ni menuisiers ni mécaniciens mais des bandits, et qui en revenant au pays voudront continuer avec les mêmes activités, cela constitue certainement un problème pour nous », déplore à l’AFP le chef de la mission de l’ONU en Haïti, Edmond Mulet.

    Quand on demande à la direction centrale de la police judiciaire haïtienne (DCPJ) si ces expulsés rejoignent les gangs violents, mutisme complet: « Je ne sais pas, je l’ignore », répète l’officier responsable du dossier.

    Son bureau sombre est assailli par les proches des 19 arrivés le 15 avril, venus se porter garants de leur fils, neveu ou cousin. Un dossier avec noms, âges et délits est posé sur la table encombrée. Les crimes sont énumérés: « viol », « abus sexuel », « attaque à main armée », « homicide ».

 

Publicités

2 Réponses to “samedi 23 avril 2011”

  1. martin murielle maryse 26 avril 2011 à 2:05 #

    Je ne sais pas comment retrouver un article paru dans les JO.
    D’après qu’il est paru samedi 23 Avril 2011
    Cela concerne le restaurant Le Bistrot à La Jemaye 24410 (bâtiment du Conseil Général) repris en gérance par Mr Lafraie Gérald et Mr Delage Xavier
    Pouvez vous m’aider
    Merci d’avance

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :