mardi 17 mai 2011

17 Mai

Haïti – Éducation : Michel Martelly inaugure un projet modèle d’école
17/05/2011 08:30:00

Haïti - Éducation : Michel Martelly inaugure un projet modèle d’écoleLe Président Michel Martelly, accompagné de la Première Dame et de deux de ses conseillers, Laurent Lamothe et Michèle Oriol, a participé hier, pour sa première journée de travail comme Président, à l’inauguration du Projet modèle de l’École Nouvelle Zoranje, au Village Renaissance Orangers, dans la commune de Croix-des-Bouquets.
Financé par Jonathan Jackson, ce projet est l’œuvre de la Fondation américaine « Happy Hearts », fondée en 2005 et dont la mission consiste à améliorer la vie des enfants grâce à des programmes éducatifs durables.
L’initiateur du projet, Daniel Kedar, a tenu particulièrement à saluer la présence du Chef de l’État à cette cérémonie, une attitude qui « témoigne de la volonté du Président Martelly de faire de l’éducation, l’un des axes principaux de son quinquennat » Précisant que cette école « est complètement gratuite, de la maternelle à la cinquième année » M. Kedar se félicite que son projet rejoigne les aspirations sans cesse exprimées par le Chef de l’État d’offrir gratuitement l’éducation à la population.
Pour sa part, le mannequin tchèque Petra Nemcova, co-fondatrice et Présidente de l’ONG « Happy Hearts » a fait part de sa volonté de multiplier cette initiative dans d’autres régions du pays. Elle en a profité pour annoncer, que cette nouvelle école fraichement inaugurée sera remise à l’Etat. « Depuis mon arrivée au pays, pour la première fois, j’ai vu la joie dans les yeux des gens et c’est grâce à toi monsieur le Président. » Soulignant l’opportunité que cette école offrira à ces enfants pour l’avenir.
Michel Martelly a exprimé son admiration face à l’ingéniosité du projet et a remercié tous ceux et celles qui ont contribué à sa réalisation. Se félicitant, d’avoir pu prendre part personnellement à l’évènement, le Président Martelly croit, qu’il n’y a que le rêve qui puisse aboutir à la réalité. « Lorsque les enfants sont délaissés, c’est l’avenir du pays qui est délaissé. Prendre en main ces enfants, c’est prendre en main l’avenir du pays. » Rappelant que l’éducation obligatoire et gratuite demeure sa priorité, il promet de s’inspirer de cette expérience en la reproduisant à l’échelle nationale au profit des enfants d’Haiti.

Remerciant les ONGs et les fondations de leur support, le Président Martelly a assuré que l’État assumera ses responsabilités durant son passage aux timons des affaires publiques.
HL/ HaïtiLibre

 

Propos de Michaëlle Jean à l’investiture de Michel Martelly
17/05/2011 09:37:31

Haïti - Politique : Propos de Michaëlle Jean à l'investiture de Michel MartellyInvitée samedi aux cérémonies d’investiture du Président élu Michel Martelly, Michaëlle Jean, l’Envoyée spéciale de l’UNESCO pour Haïti, a partagé plusieurs de ses réflexions :
«
…je vois que toutes les délégations internationales qui sont présentes aujourd’hui, sont déterminées […] c’est sûr que le processus électoral a ralenti tous les efforts, maintenant, je crois que nous sommes dans la bataille […] il y a beaucoup de défis, mais nous pouvons les relever. J’ai confiance, la logique d’assistanat doit s’arrêter, la seule chose que cette logique produit, c’est la dépendance et nous avons fini par intérioriser cette dépendance.
Je crois maintenant, que la logique que nous devons prendre, c’est une logique d’investissement, d’investissement dans la capacité des personnes, dans les institutions, dans l’économie et je suis d’accord pour dire qu’Haïti n’est pas seulement un lot de misère, c’est également un lot de potentialité, un pays plein de potentiel. […]
Il [le Président Martelly] a déjà dit, que l’éducation est une chose primordiale, c’est sûr que le défi est énorme, car envoyer tous les enfants à l’école gratuitement et rapidement, cela va prendre beaucoup d’efforts. Ce n’est pas seulement une question de bâtir des écoles, ce sont aussi les programmes pour faire en sorte que cela soit une éducation de qualité accessible pour tous les enfants du pays d’Haïti, ça c’est important.
Je ne crois pas qu’Haïti pourra le faire tous seul, normalement il y a des institutions comme l’UNESCO qui sont là pour répondre également […] Cela fais deux mois que je fais une croisade pour Haïti, je suis allée un peu partout pour rappeler à la communauté internationale d’honorer leurs engagements. »

Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-2957-haiti-investiture-moments-importants-du-discours-de-michel-martelly.html
HL/ HaïtiLibre

 

Mardi, 17 mai 2011 05:41

Le Parquet enquête sur la panne électrique lors de l’investiture

Le commissaire du gouvernement près le tribunal civil de Port-au-Prince, Auguste Aricydas, a interrogé les présidents des deux chambres dans le cadre de l’enquête sur les causes de la panne d’électricité enregistrée lors de la prestation de serment du président Michel Martelly.
La panne avait entraîné une perturbation de la cérémonie. C’est dans l’obscurité que le président Michel Martelly a prononcé le serment constitutionnel par devant les législateurs et en présence de plusieurs chefs de gouvernement étrangers.
Le chef du Parquet n’a pas voulu fournir des détails sur les informations recueillies auprès du président du sénat, Roudolph Joazile (Inité) et du président de la chambre des députés, Sorel Jacinthe (Inité).
Répondant aux questions des journalistes peu après l’entretien avec le commissaire du gouvernement, les présidents des deux chambres ont nié toute responsabilité de l’administration du Parlement dans l’incident.
Le député Jacinthe révèle que le hangar préparé en l’occasion ainsi que les meubles et l’alimentation en énergie étaient à la charge d’une firme d’ingénieurs et architectes sous contrat avec la commission de transition. Cette commission n’avait pas sollicité l’appui du Parlement qui dispose d’un système énergétique comptant deux générateurs.
Le président de la chambre basse souhaite la poursuite de l’enquête afin d’identifier les coupables de cet incident qui a terni d’avantage l’image d’Haïti. Il se dit favorable à l’enquête qui permettra d’empêcher la  » répétition de telle faute, imprévision ou négligence préjudiciables au renom des techniciens haïtiens et au prestige des élites dirigeantes du pays ».
Le chef du Parquet est bien décidé à poursuivre l’enquête d’autant que plusieurs personnalités privilégient la thèse du sabotage. Le chef de la Minustah, Edmond Mulet, est du nombre de ceux qui confirment cette thèse. Il soutient que le câble du générateur électrique a été sectionné par une arme blanche.
C’est lamentable et triste de voir qu’il y a des gens qui voulaient empêcher une passation de pouvoir positive, a insisté M. Mulet. Faisant valoir qu’il s’agit d’une action préméditée le chef de la Minustah souhaite que les autorités diligentent une enquête sur cet incident.
LLM / radio Métropole Haïti

 

Haïti: « Martelly aura énormément de mal à gouverner »

Par Julien Sartre, l’Express.fr, publié le 17/05/2011 à 12:40

 Haïti: "Martelly aura énormément de mal à gouverner"

Le chanteur populaire Michel Martelly a prêté serment, le 14 mai, comme 56e président d’Haïti et promis de « changer » le pays qui peine à se remettre des conséquences du séisme de janvier 2010.

REUTERS/Swoan Parker

Instabilité politique, dépendance à l’aide internationale, insécurité: les défis que devra relever le nouveau président d’Haïti sont à la hauteur de la liesse qu’a entraîné son élection. L’analyse d’André Bogentson, doctorant en démographie à Paris X.

Après sa prestation de serment, samedi 14 mai, quelle sera la première difficulté de Michel Martelly ?

Il lui faudra tout d’abord imposer le Premier ministre qu’il a choisi: Daniel Rouzier. Selon la Constitution, si un président n’a pas la majorité à la Chambre des députés il doit faire valider le choix du chef du gouvernement par cette dernière. Le Sénat a aussi voix au chapitre. Or, Martelli n’a que trois députés élus et donc aucune base politique pour négocier. Ce sera un marchandage difficile.  

Pourquoi a-t-il perdu les législatives ?

Je ne suis même pas sûr qu’on puisse dire qu’il les ait perdues: il n’a même pas de parti. Le nouveau président s’est contenté de faire surgir une sorte de structure politique ex nihilo, Réponse Paysanne, pour être candidat à la présidentielle. Mais c’est tout. A contrario, les deux Chambres sont dominées par Inité, le parti du président sortant, René Préval. Cela ne risque pas de faciliter la tâche à Martelly, qui aura énormément de mal à gouverner, à appliquer son programme.  

Un programme ambitieux, avec des attentes fortes de la population…

Les Haïtiens ont élu cet ancien chanteur extrêmement populaire sur les promesses qu’il a faites de rendre l’école gratuite, de construire beaucoup de logements… Pour cela il veut taxer les communications téléphoniques vers l’extérieur, et les transferts d’argent. Aucun de ses prédécesseurs n’a réussi à le faire, et pourtant, ils bénéficiaient du soutien d’une formation politique.  

On le soupçonne également de liens avec Duvalier, l’ancien dictateur

Oui, beaucoup de ses partisans sont duvalieristes, et il y a même dans ses rangs d’anciens fonctionnaires de Baby Doc. Lui-même n’a jamais pris de position claire sur le processus judiciaire en cours contre cet ancien dictateur. Voilà un faisceau de signes qui laisse à penser qu’il est proche de Duvalier, revenu récemment en Haïti.  

Dans son action et son gouvernement quel sera le poids de l’aide internationale ?

Depuis cinquante ans l’aide internationale est cruciale pour le fonctionnement d’Haïti. Cela ne changera pas avec lui, même s’il faudrait en réduire le poids dans l’économie. Actuellement, 65% du budget national vient de cette manne. Cela fait partie intégrante du fonctionnement de l’administration, et c’est une plaie. Il y a l’insécurité, les kidnappings, le mal-logement, mais l’aide internationale et son poids démesuré sont un des fléaux qu’il lui faudra traiter au plus vite…  

 

Michel Martelly reçoit les présidents des deux Chambres

Si la Présidence se borne à parler d’une « rencontre de courtoisie » avec Rodolphe Joazile et Saurel Jacinthe, en revanche, Me Thierry Mayard Paul, chef de cabinet du nouveau Président, confirme les informations faisant état de la future nomination au poste de Premier ministre de l’homme d’affaires Daniel Rouzier, sans doute à l’origine de ce premier pas vers des consultations formelles entre l’Exécutif et le Parlement

lundi 16 mai 2011

Le Président Michel Martelly a eu lundi, deux jours après son investiture, une « rencontre de courtoisie » avec les présidents du Sénat, Rodolphe Joazile, et de la Chambre des Députés, Saurel Jacinthe, un tête-à-tête qui risque d’être le point de départ de consultations en vue de la désignation du nouveau Premier ministre alors qu’un proche collaborateur du chef de l’Etat confirme la candidature de Daniel Gérard Rouzier.

Le chef de cabinet de Martelly, Me Thierry Mayard Paul, a en effet indiqué à l’Associated Press que le Président avait porté son choix sur M. Rouzier en raison de son « passé d’entrepreneur accompli ».

Conseiller du nouveau dirigeant haïtien, qu’il connaît depuis longtemps, l’homme d’affaires est le PDG du concessionnaire de véhicules Sun Auto et de E-Power, un groupe aux capitaux privés opérant sur le marché de l’électricité.

Médiatisé lors de la cérémonie d’investiture de samedi dernier, Daniel Rouzier, économiste de profession et très proche de l’église catholique, est également le consul honoraire de la Jamaïque à Port-au-Prince.

« La rencontre (entre M. Martelly et les parlementaires) s’est déroulée dans une atmosphère de fraternité et de convivialité », informe un communiqué du bureau de communication de la Présidence qui précise qu’avec MM. Joazile et Jacinthe « des sujets brûlants de l’actualité ont été abordés » sans cependant révéler leur nature.

« Le Président a profité de cette occasion pour féliciter les parlementaires de leur esprit d’ouverture et de leur détermination à collaborer », indique le communiqué qui, tout en soulignant que les discussions n’ont débouché sur « aucune conclusion », annonce de prochaines rencontres.

Les deux Chambres du Parlement où le parti sous la bannière duquel Michel Martelly a été élu, Repons Peyizan, ne compte que trois représentants, doivent approuver une éventuelle nomination de Rouzier au poste de Premier ministre pour qu’il puisse procéder à la formation de son gouvernement.

Dans le cadre du processus de reconstruction post-séisme, le Premier ministre doit également co-présider avec l’ancien numéro un américain et Envoyé spécial de l’ONU, Bill Clinton, la très controversée Commission intérimaire pour la reconstruction d’Haïti (CIRH) créée au lendemain de la catastrophe du 12 janvier ayant causé 300.000 morts et durement touché les infrastructures et l’économie du pays.

Lors du dernier conseil des ministres qu’avait dirigé l’ancien Président René Préva,l 48 heures avant son départ, son Premier ministre, Jean-Max Bellerive, et l’ensemble des membres du cabinet ministériel avaient présenté leur démission.

Toutefois, le gouvernement démissionnaire continuera à liquider les affaires courantes jusqu’à l’arrivée de la prochaine équipe dirigeante. spp/Radio Kiskeya

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :