vendredi 10 juin 2011

10 Juin

Haïti – Choléra :

Le MSPP ne dit pas toute la vérité à la population…
10/06/2011 11:52:17

Haïti - Choléra : Le MSPP ne dit pas toute la vérité à la population...Le Directeur Général du Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP), déclare que les cas de choléra sont en diminution dans la région métropolitaine grâce aux dispositions prises par le Ministère…
De son côté Roland Van Hauwermeiren, Directeur d’Oxfam en Haïti faisait savoir que « Le bilan de l’épidémie de choléra à Carrefour est bien pire que celui enregistré en Novembre 2010. A cette époque, il y avait un maximum de 900 cas signalés de choléra par semaine. Maintenant, les organisations de santé enregistrent plus de 300 nouveaux cas chaque jour…»
Monsieur Thimothée a indiqué, que le nombre de CTC dont dispose le ministère est amplement suffisant, et qu’en ouvrir plus pourrait semer la peur au sein de la population…
Pour sa part Roland Van Hauwermeiren d’Oxfam Haïti, qui vient en aide dans Carrefour à plus de 140,000 personnes, a déclaré « Cette zone est très sensible au choléra, car elle n’a même pas d’installations sanitaires les plus élémentaires et il y a très peu d’accès à l’eau potable […] Toutefois, le nombre de décès est beaucoup plus faible qu’en novembre 2010, les gens sont en mesure d’obtenir plus rapidement de l’aide et sont maintenant conscients de la façon dont ils peuvent attraper le choléra et ce qu’il faut faire lorsque les symptômes du choléra se manifestent […] Pourtant, même si les gens sont conscients de cela, il est très difficile pour eux de suivre ces recommandations sans les services d’assainissement de base… L’arrivée des fortes pluies la semaine dernière a également contribué à la propagation des bactéries dans les sources d’eau locales. »
Ce n’est malheureusement pas a première fois que le MSPP diffuse des informations qui ne correspondent pas à la réalité ou manipule les chiffres de ses bilans, HaïtiLibre a dénoncé a de nombreuses reprises cette déplorable pratique depuis le début de l’épidémie. La population est en droit de connaître la vérité et nous ne pouvons qu’espérer, que sous la nouvelle administration Martelly ces pratiques vont enfin changer et que nos compatriotes connaîtrons véritablement l’ampleur de l’épidémie qui les touche afin d’y faire face d’une façon responsable.
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3085-haiti-sante-la-situation-est-grave-a-carrefour-300-cas-par-jour.html
http://www.haitilibre.com/article-1972-haiti-epidemie-le-mspp-cache-la-verite-a-la-population.html
aitilibre.com/article-2215-haiti-epidemie-on-veut-nous-faire-croire-que-l-epidemie-de-cholera-se-stabilise.html
http://www.haitilibre.com/article-2011-haiti-epidemie-134-678-personnes-infectees-2-901-morts.html
HL/ HaïtiLibre

 

Haïti – Éducation :

Construction ou réhabilitation de plus de 80 établissements scolaires
10/06/2011 12:49:36

Haïti - Éducation : Construction ou réhabilitation de plus de 80 établissements scolairesUn programme pour restructurer des établissements scolaires en Haïti a été lancé hier par le Fonds d’Assistance Economique et Sociale avec le support financier de la Banque Interaméricaine de Développement (BID).
Harry Adam, Directeur Général du Fonds d’Assistance Économique et Sociale (FAES), a indiqué que ce programme, d’une durée de 2 ans, concerne la construction ou la réhabilitation de plus de 80 établissement scolaire dont près de 25% sont situés dans les Départements les plus touchés par le séisme de 2010. Le Directeur du FAES a fait savoir que ce programme d’Appui à la Restructuration du secteur de l’Education en Haïti, comporte 4 volets : la reconstruction des bâtiments scolaires détruits, la distribution de kits scolaires, la  formation de ressources humaines qualifiées et le renforcement du système éducatif haïtien au cours de ces 5 prochaines années. Environ 200 millions de gourdes (40 Gdes = ± 1 dollars américain) ont été déjà déboursé par le Gouvernement haïtien pour la reconstruction de certaines écoles endommagées. Il a précisé que ces établissements scolaires seront aux normes anti-sismique et entièrement équipés, entre autres : de bibliothèques, de salles informatique et de terrain de sports.
De son côté, Sophie Mc Onell, Représentante de la BID a indiqué que son institution avait déjà versé 50 millions de dollars dans le cadre de l’engagement au programme « d’Appui a la Reconstruction du Secteur de l’Education en Haïti » qui prévoit une aide de 50 millions de dollars chaque année pendant 10 ans.
HL/ HaïtiLibre

 

Haïti – Reconstruction :

Projet de construction de 2,000 maisons
10/06/2011 15:04:48

Haïti - Reconstruction : Projet de construction de 2,000 maisonsEdouardo Almeida, le Représentant en Haïti, de la Banque Interaméricaine de Développement (BID) a annoncé que son institution, allait lancer prochainement, un projet de construction de 2,000 maisons au coût de 30 millions de dollars.
1,000 maisons seront construites en deux phases [600 et 400] aux Orangers à proximité de Cité Soleil, et 1,000 autres, le seront dans le Nord sur un site qui n’est pas encore définitivement décidé. Toutefois, les négociations en cours, laissent présumer que le site pourrait se trouver à Caracol dans le Nord-Est, en raison du développement du pôle de développement du nouveau Parc dans la région qui nécessitera une augmentation significative du nombre de logements dans la région afin de répondre aux besoins de la nouvelle main d’œuvre.
Le brésilien Edouardo Almeida, estime que le projet du parc industriel du Nord, devrait générer au moins 130,000 nouveaux emplois dans les 5 premières années d’opération [40,000 dans le textile, 40,000 dans les services liés au fonctionnement du parc, 40,000 emplois indirects dans l’agriculture et autant dans l’industrie touristique].
Almeida a réaffirmé l’engagement de la BID pour les dix prochaines années, à savoir, l’investissement de 200 millions de dollars dans les secteurs de l’agriculture, de l’éducation, du secteur privé haïtien, de l’énergie, du transport et de l’eau potable. Plus de 300 millions de dollars ont déjà été déboursé par la BID, pour les exercices 2009 et 2010, une somme qui fait partie du plan de développement du pôle industriel [estimé a plus d’1 milliards de dollars au total], plan qui va contribuer à la déconcentration de la capitale, Port-au-Prince et à la relance économique d’Haïti.
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-2302-haiti-economie-le-projet-coreen-du-parc-industriel-du-nord.html
http://www.haitilibre.com/article-2179-haiti-economie-parc-industriel-du-nord-tous-les-details.html
http://www.haitilibre.com/article-2086-haiti-economie-parc-industriel-244-millions-d-investissement.html
http://www.haitilibre.com/article-1338-haiti-economie-les-parcs-industriels-leviers-de-la-relance-economique.html
http://www.haitilibre.com/article-1232-haiti-economie-investissements-entre-10-et-25-millions-dans-le-textile.html
http://www.haitilibre.com/article-576-haiti-economie-la-coree-parle-business-avec-haiti.html
HL/ HaïtiLibre

 

L’administration générale des douanes proteste contre la violente irruption d’un groupe de soldats brésiliens de la MINUSTAH à la salle d’arrivée de l’Aéroport international de Port-au-Prince

L’AGD déplore « le silence des uns et des autres face à l’inacceptable »

vendredi 10 juin 2011

L’Administration générale des douanes (AGD) a énergiquement protesté dans un communiqué remis vendredi à Radio KISKEYA contre le grave incident survenu le dimanche 5 juin à l’Aéroport international de Port-au-Prince quand des casques bleus de l’ONU en provenance des Etats-Unis, se sont violemment opposés au contrôle de leurs bagages par des agents douaniers.

L’AGD qualifie de « scandaleuse l’intervention dans un espace considéré comme stérile par les conventions internationales, de militaires étrangers qui, en violation de toutes les règles en vigueur en la matière, les armes à la main et à coups de gaz lacrymogènes, se sont opposés au contrôle douanier, pour favoriser une dizaine des leurs dont un certain Da Costa Daniel Rau identifié par son passeport ».

Présentant ses sympathies aux douaniers de la Salle d’arrivée de l’Aéroport international Toussaint Louverture, aux passagers et aux autres personnes présents lors de l’incident, l’AGD souhaite que « plus jamais ne se perpètrent de tels actes de nature à déstabiliser l’institution douanière chargée de l’application de la Loi ».

L’AGD félicite les agents douaniers pour « leur sang-froid qui a permis d’éviter l’irréparable et pour leur engagement à demeurer en première ligne dans la défense de la société et dans la gestion des risques liés aux frontières, conscients des menaces diverses qui hantent tous les Etats, malgré le silence des uns et des autres face à l’inacceptable ».

Les versions disponibles concernant l’incident laissent croire que les « voyageurs » impliqués dans l’incident, arrivés des Etats Unis par le vol 907 de Inselair, étaient des membres du contingent brésilien de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH). Ils transportaient des bagages dont certains comportaient des articles taxables. Face à la ferme détermination des agents douaniers d’exercer un contrôle, ils ont alors fait appel à leurs collègues militaires qui se trouvaient dans la périphérie. L’intervention de ces derniers a mis le feu aux poudres, d’autres employés de l’Aéroport s’étant mêlés de la partie. Des objets de toutes sortes ont alors été lancés en leur direction. En réaction, ils ont braqué leurs armes et lancé des gaz lacrymogènes.

Dans le cadre de sa conférence de presse hebdomadaire, la MINUSTAH, par l’organe de son porte-parole adjoint Vincenzo Pugliese, a annoncé jeudi l’ouverture d’une enquête sur l’incident. Il a renouvelé l’engagement de la mission de respecter scrupuleusement ses termes de référence. [jmd/Radio Kiskeya]

 
Haïti-Basketball :
Samuel Dalembert promet un complexe sportif à Haiti

vendredi 10 juin 2011

P-au-P, 10 juin 2011 [AlterPresse] — Le basketteur américain d’origine haïtienne, Samuel Dalembert, promet de construire un complexe sportif en Haïti, selon des révélations faites lors d’une conférence de presse ce vendredi.

Le joueur évoluant dans la NBA (ligue américaine de basketball) au sein de l’équipe des Sacramento Kings, indique avoir entamé des discussions sur le sujet avec le président de la République, Michel Martelly.

Selon Dalembert, des sites ont déjà été envisagés par le gouvernement, notamment Cité Soleil, le plus grand bidonville au nord de la capitale. Le basketteur assurera lui-même le financement, qui reste à définir, à travers sa fondation.

« Ce sera un centre où les jeunes pourront se rendre en week-end pour s’amuser et étudier. Ils auront la possibilité de continuer d’aller à l’école et faire leurs devoirs là-bas », explique Samuel Dalembert, qui précise que « ce sera quelque chose du genre YMCA ».

Le géant haïtien (qui mesure 2 m 11) effectue actuellement une visite en Haïti en compagnie de l’ancienne joueuse américaine de basket, Nykesha Sales, et de Chris Cluny, représentant de la NBA.

Cette visite entre dans le cadre de la semaine de l’enfance. Il s’agit d’une initiative de l’ambassade des Etats-Unis et de l’Organisation des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF).

Les joueurs sont des « Envoyés du sport » et resteront en Haïti jusqu’au 14 juin. Ils animeront des ateliers avec des jeunes du Cap Haïtien (nord) et coacheront une équipe de basket composée d’amputés, entre autres activités.

« C’est le début d’une opportunité…c’est un nouveau départ pour tout [en Haïti] et je suis enthousiaste et heureux de participer à réaliser ce rêve…d’organiser des programmes pour sortir les enfants de la rue », affirme Samuel Dalembert.

Nykesha Sales et Christopher Cluny se disent « excités » par leur première visite dans le pays.

« Je suis très honorée de travailler avec quelqu’un (Dalembert) si passionné par son pays et qui veut apporter le basketball ici. Il y a tellement de choses que ce sport peut faire pour les enfants et même les adultes », souligne Nykesha Sales.

Jill Van Den Brule de l’UNICEF souligne, pour sa part, le rôle du sport dans l’appui psychosocial, et rappelle que 58% de la population haïtienne a moins de 24 ans.

Regarder ces sportifs « fait rêver les jeunes », soutient-elle, estimant « qu’il est important d’avoir des modèles » comme eux.

La basket demeure un sport peu populaire en Haïti en comparaison au football. Les matches de la NBA bénéficient toutefois d’une importante audience à la télévision, surtout durant la période actuelle des play-offs. [kft gp apr 10/06/2011 14:40]

 

Haiti-R. Dominicaine :
La remontée du lac Azuei, un nouveau souci écologique à la frontière haïtiano-dominicaine

P-au-P., 10 juin 2011 [AlterPresse] — Le lac Azuei, qui se trouve à l’un des points frontaliers (Malpasse / Malpaso, à une quarantaine de kilomètres à l’est de la capitale Port-au-Prince) entre Haïti et la République Dominicaine, continue à s’étendre sur la terre ferme, au flanc des montagnes appartenant aux deux pays, constate l’agence en ligne AlterPresse.

La circulation automobile et piétonnière est très affectée, il faut disposer de véhicules tout terrain pour pouvoir traverser les eaux du lac Azuei qui tendent à ronger inexorablement les flancs des mornes.

Plusieurs habitations sont inondées à Thomazeau (à l’ouest du lac Azuei). Des sources d’eau potable sont immergées dans le village dénommé “Fonds Bayard”, près de Fonds Parisien et non loin de Malpasse.

Le commerce binational s’en ressent également. Les bureaux administratifs (douane, immigration) des deux côtés de la frontière sont inondés.

Les travaux, consistant en la pose de remblais sur la chaussée en vue d’absorber les eaux en extension, ne sont que des palliatifs, tant les débordements du lacs deviennent de plus en plus importants.

Les risques sont aussi grands pour les habitants de Fonds Parisien (communauté haïtienne la plus proche de la frontière) que pour celles et ceux résidant à Jimani (communauté dominicaine à proximité de la frontière), où les eaux ont commencé à envahir des plantations.

Les usagers de la frontière Malpasse/Malpaso, à côté de laquelle se trouve le lac Azuei, préconisent des interventions institutionnelles des deux Etats pour prévenir des conséquences irrémédiables : il faudrait établir un pont sur le lac, envisager les possibilités d’aménager une autre voie empruntant la zone de Fonds Verrettes pour aboutir à Puerto Escondido (sur les hauteurs de Limon, en République Dominicaine) ou étudier la faisabilité ou non de la construction d’un tunnel sous le lac.

Quelle que soit la solution retenue, les deux Etats devront rechercher des solutions communes et des financements appropriés. [rc gp apr 10/06/2009 10 :00]

 

Haïti – Politique :

Déclaration erronée du Président de la Chambre basse
10/06/2011 09:10:09

Haïti - Politique : Déclaration erronée du Président de la Chambre basse Concernant les pièces requises pour la ratification du Premier Ministre désigné, Daniel-Gérard Rouzier, notamment l’absence d’un quitus fiscal concernant la deuxième maison de Mr. Rouzier, Saurel Jacinthe, le Président de la Chambre des députés avait déclaré devant les médias « au niveau de sa deuxième maison, elle s’est effondrée, donc c’est un terrain qu’il a et il n’est pas capable de fournir cette pièce [quitus d’impôt locatif], nous comprenons ça et nous sommes d’accord avec lui ».
Sur la foi des déclarations du Président de la chambre basse, nous avions rapporté : « Concernant l’absence du quitus fiscal, attestant du paiement des impôts locatifs de sa deuxième maison, Mr Rouzier a expliqué qu’il n’avait pas fourni ce document, compte tenu que cette maison s’était effondrée lors du séisme de janvier 2010 et que c’était seulement un terrain qu’il possédait. »
http://www.haitilibre.com/article-3127-haiti-politique-le-dossier-du-premier-ministre-designe-est-complet.html
Dans un communiqué, le bureau du Premier Ministre désigné, Daniel-Gérard Rouzier, celui-ci tient à apporter une clarification pour le public, en général et la presse, en particulier « Contrairement à certaines allégations, l’ex-résidence des époux Daniel-Gérard Rouzier, sise à l’impasse Devilmé à Bois Moquette, n’a pas été détruite lors du séisme du 12 Janvier 2010. Elle a été vendue il y a 6 ans suite au kidnapping de Madame Rouzier et à son départ subséquent du pays avec ses enfants et depuis Monsieur Rouzier réside dans la maison familiale des Rouzier au Morne Brun [ce qui explique l’absence du quitus fiscal manquant.] […] Le séisme du 12 janvier a par contre partiellement détruit l’édifice de la Shasa sise au Centre Ville et partie intégrante du patrimoine du Groupe SunAuto dont Monsieur Rouzier était Président. »
Il semble que le Président de la Chambre des députés a, soit confondu les deux biens immobiliers ou qu’il ne maîtrise pas son dossier… dans les deux cas ce n’est guère rassurant de constater, la confusion qui semble régner au niveau de certains parlementaires dans ce processus de ratification de la plus haute importance…
Hier jeudi, le Premier Ministre désigné, aurait remis, d’après Jean William Jeanty, le Président de la Commission [du Sénat] chargée d’analyser le dossier de Daniel-Gérard Rouzier, les photocopies de ses deux passeports.
HL/ HaïtiLibre

 

Le sénat veut accélérer le processus de ratification du Premier Ministre

imageLes membres de la commission sénatoriale spéciale chargée d’analyser le dossier du Premier Ministre désigné envisagent de prendre connaissance des documents en même temps que leurs collègues de la chambre basse.
Hier M. Daniel Rouzier avait soumis au bureau du grand corps les copies des documents remis aux responsables de la chambre basse. Les membres de la commission sénatoriale ont réalisé une première analyse des documents, informe le président de la commission, William Jeanty, assurant que ceux-ci sont corrects.
Contrairement au président de la chambre basse le sénateur Jeanty fait remarquer que la constitution ne précise pas le nombre de documents devant être soumis. L’interprétation de l’article 157 permet d’exiger des pièces pour prouver la nationalité, un casier judiciaire vierge et d’autres critères, explique t-il. Il affirme que des copies d’anciens passeports de M. Rouzier sont disponibles.
Le sénateur Jeanty n’envisage pas de réclamer d’autres documents puisqu’il indique que des documents non nécessaires ont été soumis. M. Rouzier a inclus dans son dossier les lettres de démission de plusieurs entreprises qui pourraient constituer un conflit d’intérêt avec sa fonction de Premier Ministre.
Le sénateur Melius Hypolithe, membre de la commission révèle que le secrétaire général adjoint du sénat a reçu la mission de vérifier les originaux des documents de M. Rouzier.
Cette démarche vise à accélérer le processus en vue de boucler la première étape de la ratification dans le meilleur délai. Plusieurs membres de la commission dont, Melius Hypolithe et William Jeanty attirent l’attention sur la nécessité de former un gouvernement dans le meilleur délai. Il y a urgence notamment pour faire face a la saison cyclonique et a l’épidémie de choléra, insiste le sénateur Hypolithe.
LLM / radio Métropole Haïti

 

Haïti – Incident aéroport :

Le Sénateur Edwin Zenny solidaire des douaniers
10/06/2011 09:50:23

Haïti - Incident aéroport : Le Sénateur Edwin Zenny solidaire des douaniersSuite à l’incident dimanche dernier, à l’aéroport international Toussaint Louverture où des agents douaniers avaient été empêchés de faire leur travail de vérification de bagages d’un groupe de militaires brésiliens, http://www.haitilibre.com/article-3109-haiti-insecurite-incident-a-l-aeroport-international-toussaint-louverture.html , Edwin Zenny, le Sénateur du Sud-Est, s’est déclaré solidaire des agents douaniers dans ce grave incident. Il affirme que ce genre d’incident démontre l’irrespect des soldats onusiens vis-à-vis du pays et appelle le chef de l’État à se prononcer dans ce dossier.
Interrogé sur cette affaire, jeudi, Vincenzo Pugliese, Porte-parole adjoint de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (Minustah), au cours du point de presse hebdomadaire, a déclaré « La Minustah prend très au sérieux ces allégations. La Mission a été saisie de cet incident qui s’est produit le dimanche 5 juin à l’aéroport Toussaint Louverture, […] Elle a aussitôt ouvert une enquête pour établir les circonstances précises et a également informé le Chef de l’État haïtien ainsi que le ministère des Affaires étrangères et les tient régulièrement au courant de l’évolution de ce dossier. Dès que cette enquête sera terminée, les résultats seront communiqués aux autorités haïtiennes dans les meilleurs délais » ajoutant « […] Je tiens à préciser que conformément à l’accord entre le Gouvernement haïtien et les Nations Unies, concernant le Statut de l’Opération des Nations Unies en Haïti (SOFA), la Minustah et son personnel respectent toutes les lois et règlements du pays. Le Représentant Spécial prend toutes les dispositions voulues pour assurer le respect de ces obligations. »
S/ HaïtiLibre

 

Les sénateurs veulent sanctionner les auteurs des manipulations de l’amendement

La sénatrice Edmonde Supplice Beauzile (Alternative) est la présidente de la commission d’enquête sur les causes de la publication d’un faux amendement de la constitution. La participation de Mme Beauzile avait été contestée par certains sénateurs puisqu’elle avait à plusieurs reprises dénoncé des irrégularités dans la procédure d’amendement.
Cette commission n’évaluera pas l’opportunité de l’amendement fait remarquer la dirigeante de la Fusion soulignant que l’enquête sera axée sur la procédure après le vote de l’amendement.
Il faudra vérifier le parcours du document du Parlement à la Présidence et ensuite aux Presses Nationales, renchérit le sénateur Andrice Riché.
Les pères conscrits ont convenu de former une nouvelle commission, constate le sénateur Steven Benoît (Alternative) déplorant qu’il a été cette fois ci écarté de la commission. Une fois de plus, il explique que le document signé par les membres de la commission le 12 mai est différent de celui publié dans le journal Officiel.
Mme Beauzile annonce que les membres de la commission devront définir une méthodologie de travail au cours du week end. Les audiences de la commission débuteront le lundi 13 juin, assure Mme Beauzile plaidant pour une gestion efficace de la chose publique.  » La finalité de la commission est de rappeler aux élus et fonctionnaires qu’ils doivent avoir un comportement digne dans l’accomplissement de leur tache », insiste la sénatrice assurant qu’il y a un prix à payer pour les fautifs.
Elle met l’accent sur la nécessité pour que les législateurs s’entourent de techniciens compétents avant de légiférer. L’objectif de l’enquête est de faciliter la mise en place de balises pour que ces erreurs ne se reproduisent plus au Parlement, conclut Mme Beauzile.
LLM / radio Métropole Haïti

 

Le dossier de Rouzier passé au crible dans les deux Chambres

10/06/2011 11:07:00 Auteur(e) La Redaction

image

Des éléments manquants apparemment mineurs pourraient coûter sa ratification à Daniel Rouzier, a averti Wencesclass Lambert, l’un des membres de la commission sénatoriale chargée de l’examen des pièces déposées

Deux commissions spéciales sont en train d’analyser le dossier du Premier ministre désigné, Daniel Rouzier, à la Chambre des Députés et au Sénat où les pièces requises ont été dans leur quasi-totalité déposées.

Après la visite de routine rendue la veille au bureau des deux Chambres, le candidat a tenté jeudi de fournir les derniers documents qui lui étaient réclamés à cette étape en principe purement technique du processus de ratification.

A la Chambre haute, le président de la commission chargée d’analyser le dossier du Premier ministre désigné, Jean William Jeanty, cite parmi les documents reçus les photocopies de deux passeports de M. Rouzier, son certificat de résidence et ses titres de propriété.

Tout en soulignant le caractère technique de cette première manche de la ratification, le Sénateur des Nippes (sud-ouest) rappelle que le Parlement reste et demeure un « espace politique », par conséquent, un lieu de compromis.

M. Jeanty estime néanmoins que Daniel Rouzier devrait obtenir le feu vert du Sénat si ses pièces sont conformes aux exigences constitutionnelles.

Désormais favorable à la ratification du chef de gouvernement désigné, le Sénateur Wencesclass Lambert, du bloc majoritaire GPR, a tout de même tenu à souligner à l’attention de l’homme d’affaires qu’il n’a pas soumis l’original de son passeport ni son certificat de nationalité haïtienne.

Le parlementaire promet que la commission spéciale dont il fait partie analysera avec équité le dossier du candidat. Mais, ce dernier est prévenu, si ses pièces sont incomplètes il sera recommandé à l’assemblée des Sénateurs de rejeter purement et simplement son choix.

De son côté, un troisième membre de la commission, le Sénateur Mélius Hyppolite, issu de l’Alternative, insiste sur la nécessité de doter le pays rapidement d’un nouveau gouvernement. Et comme pour accélérer cette recherche de solution politique, les Sénateurs ont commencé dès ce jeudi à plancher sur le dossier de Daniel Rouzier parallèlement à leurs collègues de la Chambre basse.

Evoquant la nouvelle flambée du choléra et les intempéries meurtrières de ces derniers jours, le Sénateur Hyppolite précise que si l’entrepreneur obtient un vote favorable à la Chambre basse, la commission sénatoriale présentera à son tour son rapport au pas de charge. spp/Radio Kiskeya

 

Saint-Surin François Manigat par Leslie François Manigat

10/06/2011 11:14:00 Auteur(e) La Redaction

image

C’est presque un truisme que d’admettre l’impartialité comme étant la plus grande vertu de l’historien. C’est un idéal jamais atteint tout à fait. Il y a les pièges de la passion, de l’affectivité, de ses systèmes de valeurs. On n’échappe pas toujours à la subjectivité et l’on ne peut être à la fois juge et parti.
Partout, le professeur émérite Leslie Manigat, au-delà du devoir filial et familial, avec toutes les compétences et les lumières requises, a pris le risque de laisser à la postérité cette longue monographie à la fois biographie, portait psychologique et analyse de la dimension et de la trajectoire historiques de son grand-père : Saint-Surin François Manigat.
Personne ne l’ayant fait avant lui malgré les velléités de quelques aînés rassemblant la documentation, l’historien Leslie F. Manigat s’est donc porté volontaire pour sauver l’image de cet homme illustre de l’oubli et du silence involontaires ou intéressés.
Avec toute la sérénité d’un professionnel doublé d’un homme politique désabusé par les expériences et l’âge, l’historien jette un regard lucide, franc, calme et honnête sur ce personnage hors du commun de la seconde moitié du XIXe siècle haïtien, cette figure de proue de notre histoire.
Saint-Surin François Manigat, de souche capoise, est né le 6 mars 1847, d’une famille de grands propriétaires terriens, de négociants opulents et d’éducateurs réputés. Son éducation primaire commence en partie dans ville natale; puis boursier de la France (1859-1871), il y séjour pendant douze ans pour ses études complètes, fréquentant le lycée Hoche Versailles, le collège Monge à Paris, sous le second empire de Napoléon III… « …le bachelier ès lettres classiques est reçu lauréat à l’oral du grand Amphithéâtre de la Sorbonne (27 août 1869)…»
Une vocation de militaire saint-cyrien est contrariée par la guerre prusso-française de 1870, la défaite de Sedan, l’occupation prussienne, les évènements de  »La commune », la maladie. Il décide de retourner au pays natal à la fin des rigueurs de l’hiver 1871.
Retourné au pays natal, aux frais du gouvernement, il s’illustre d’abord dans l’enseignement public et privé ; il se marie avec une de ses anciennes élèves, Marie Magny.
Sa fortune politique commence par un titre de député de la plaine du Nord. A 35 ans, il est ministre  »omnis homo » de Salomon : il est le tout-puissant ministre de l’intérieur et détient également les portefeuilles de l’Agriculture et de l’Instruction publique. Il est l’homme de confiance et l’enfant gâté du président Lysius Félicité Salomon.
Sous le règne de ce dernier, le conflit entre le Partis libéral et le Parti national, atteint son paroxysme. Le président utilise ses talents militaires, particulièrement lors du siège de Jacmel en 1883, et à Miragoâme dans la même année. Victoire totale des  »nationaux », à la grande satisfaction de Salomon chez qui l’estime grandit pour son ministre.
Jalousies. Envies. Intrigues de palais. Défiance pour le président. Exils en France. Retourns. Disgrâces.
Ce personnage conflictuel et ambitieux, prétendant à la magistrature suprême après la chute et la mort de son bienfaiteur, ne tarde pas à se brouiller avec son cousin Florvil Hyppolite à qui il se dit supérieur et à être dans son collimateur. Complot. Exil. Kingston. Paris. Mort prématurée à 53 ans en 1900 dans la capital parisienne.
Cette destinée, de la naissance au décès, et les différents aspects et rôles de cette personnalité, nous sont racontés par la plume brillante de l’historien et écrivain selon les «méthodes évolutive et agrégative, dont la combinaison réconcilie histoire et structure».
A lire absolument ! Une bien passionnante brochure historique

 

Haïti-Amérique Latine : L’urgence d’une représentation diplomatique et consulaire haïtienne en Équateur

vendredi 10 juin 2011

Interview – Par Wooldy Edson Louidor

Quito, 10 juin 2011 [AlterPresse] — Les Haïtiens vivant en Équateur sont confrontés à d’énormes difficultés en l’absence d’une représentation diplomatique ou consulaire d’Haiti dans ce pays d’Amérique Latine où bon nombre de membres de la communauté haïtienne font face à des problèmes d’irrégularité de leur statut migratoire et des difficultés accrues d’intégration dans la société d’accueil .

Le sceau du Consulat haïtien est exigé pour toutes les démarches

« Pour toutes les démarches que vous réalisez ici en Équateur, les institutions vous exigent le sceau du Consulat haïtien accrédité dans le pays en vue de la légalisation ou la certification des documents requis », explique dans une interview Natacha D’Meza, secrétaire de l’Association des Haïtiens Réfugiés et Résidents en Équateur (Ahrre).

Le sceau du Consulat haïtien est exigé pour la légalisation des certificats de fin d’études secondaires (Baccalauréat I et II) pour les étudiants qui veulent entrer à l’université. Ce sceau est également requis pour la légalisation des certificats de célibataire ou d’acte de divorce pour ceux et celles qui veulent se marier.

Le problème se complique davantage en cas de perte ou de vol de passeport. Les Haïtiens n’ont aucune institution de représentation dûment accréditée dans le pays où ils peuvent se rendre pour présenter leur déclaration de perte ou vol de documents, voire se procurer une attestation.

Et ils sont de plus en plus nombreux les Haïtiens qui se font voler leurs passeports, explique D’Meza, parce que leurs maisons sont cambriolées lorsqu’ils s’absentent pour aller travailler. La grande majorité des immigrés haïtiens à Quito vivent dans des quartiers périphériques en marge de la capitale équatorienne et sans accès aux services de base, encore moins à la sécurité.

D’autres Haïtiens, qui choisissent de toujours emporter partout avec eux leurs passeports comme un bien précieux, les perdent dans la rue ou sur leurs lieux de travail, poursuit la professeure d’espagnol pour les Haïtiens nouvellement arrivés dans le pays, désireux d’apprendre la langue de Cervantes dans l’espoir de s’intégrer dans la société équatorienne.

Quito, sans consulat honoraire haïtien depuis après le séisme

Après le tremblement de terre du 12 janvier 2010, l’administration de l’ex président René Préval a décidé de fermer le Consulat honoraire haïtien à Quito, en dépit de la recommandation faite fin 2010 par le Service Jésuite aux Réfugiés (SJR) au Gouvernement haïtien pour qu’ « il établisse des mécanismes de protection consulaire des citoyens haïtiens en Équateur » par l’ « ouverture d’un Consulat dans la ville de Quito » (Haití : una presencia invisible en Quito. Reporte de situación de haitianos en Quito, SJRM Ecuador, Octubre 2009).

« L’ambassade haïtienne au Venezuela qui représente également Haïti en Équateur ne porte pas assistance aux Haïtiens vivant ici (en Équateur) », dénonce la dirigeante de l’Ahrre, « sous prétexte que nous ne vivons pas au Venezuela et que nous n’avons pas droit à l’assistance consulaire et aux services fournis par cette Ambassade ».

Donc, les demandes de renouvellement de passeports et de légalisation des documents faites par des Haïtiens vivant en Équateur sont purement et simplement rejetées par l’ambassade haïtienne au Venezuela, poursuit-elle.

« La dernière fois qu’on a vu un représentant de l’ambassade haïtienne du Venezuela ici à Quito, c’était suite au tremblement de terre ; depuis, ils n’y sont jamais revenus en dépit des promesses qu’ils nous avaient faites à maintes reprises de retourner en Équateur », s’indigne-t-elle.

Augmentation du nombre d’Haïtiens en Équateur

En outre, une représentation diplomatique et consulaire haïtienne en Équateur s’avère de plus en plus urgente et nécessaire, vu l’arrivée d’un nombre croissant d’Haïtiens dans ce pays sud-américain après le tremblement de terre du 12 janvier 2010.

« La situation économique, les problèmes politiques et le tremblement de terre du 12 janvier 2010 constituent les principaux motifs qui ont forcé beaucoup d’Haïtiens à fuir leur pays pour chercher refuge en Équateur », explique D’Meza.

En fait pour l’année 2009 la Migration Équatorienne a enregistré 1.258 entrées d’Haïtiens dans le pays contre 562 sorties des citoyens de la même nationalité.

Pour 2010, les autorités équatoriennes ont informé avoir enregistré 1.176 sorties d’Haïtiens contre 1.687 entrées. Seulement pour le premier trimestre de l’année 2011, le nombre d’entrées a augmenté de manière exponentielle : 1112 (presque la même quantité en trois mois que pour toute l’année 2009) contre 888 sorties.

La migration haïtienne en Équateur s’accroit considérablement, en dépit du fait que bon nombre de migrants haïtiens utilisent ce pays comme transit pour aller au Brésil, en Guyane Française et vers le Chili ou le Venezuela, à la faveur de réseaux de traite et de trafic à la fois complexes et très solides.

Des Haïtiens détenus sur les frontières colombienne, équatorienne et péruvienne

Plusieurs de ces Haïtiens qui entreprennent ces voyages irréguliers en quête de meilleures conditions de vie et de travail sont détenus par les autorités frontalières, que ce soit en Colombie, au Pérou et même en Équateur.

« Ces Haïtiens détenus ont besoin d’assistance et de protection consulaire de leur pays parce qu’ils ne parlent pas l’espagnol et sont souvent abandonnés par les trafiquants, après avoir donné à ceux-ci de fortes sommes d’argent », explique la dirigeante de l’Ahrre.

Plusieurs d’entre eux sont souvent victimes d’extorsions, de mauvais traitements et de toutes sortes d’abus dans ces frontières, lieux très souvent très éloignés.

Des Haïtiens victimes de discrimination en équateur

« Nous, Haïtiens et Haïtiennes qui résidons en Équateur, sommes aussi victimes de discrimination par le fait d’être réfugiés, afro descendants, parce que nous ne parlons pas l’espagnol, parce qu’on nous connait sur la base de ce que disent les médias, non pas en vertu de ce que nous sommes vraiment, de ce que nous faisons », regrette D’Meza. Dans l’article intitulé « ¿Existe seguridad en el Ecuador ? », publié le premier juin dernier par l’agence en ligne Diario Digital, l’auteur Carlos Estarellas Velásquez a critiqué la complicité présumée de l’actuel gouvernement équatorien qui « a permis que des délinquants colombiens, péruviens, haïtiens, cubains, entre autres, entrent dans le pays pour mettre en péril notre sécurité en commettant des délits qui n’existaient pas avant (en Equateur) é tels que les crimes commandités, le kidnapping express ou les vols réalisés en droguant la victime … »

La protection des Haïtiens et de leur image en Équateur s’avère également nécessaire contre ces formes de discrimination et de stigmatisation véhiculées dans certains médias de ce pays et qui tendent à se reproduire dans la société équatorienne. [wel gp apr 10/06/2011 09 :00]

 

Des stars mondiales dans nos murs : Lilian Thuram, Carl Lewis et bien d’autres

Premier à entamer en Haïti une nouvelle série de missions humanitaires avant l’ex-roi de l’athlétisme et des basketteurs de la NBA, le champion du monde français incite les enfants à s’instruire et les haïtiens à s’unir

jeudi 9 juin 2011

Haïti commençait jeudi à recevoir la visite de gloires passées et actuelles du sport mondial dont la première, Lilian Thuram, dans le cadre d’efforts humanitaires divers entrepris au plan institutionnel ou individuel depuis le séisme dévastateur de janvier 2010.

Champion du monde en 1998 avec la France de Zinedine Zidane, le charismatique ex-défenseur international originaire de la Guadeloupe est venu se rendre compte de la situation des enfants haïtiens à titre d’ambassadeur de bonne volonté de l’UNICEF.

Thuram encourage les haïtiens à se tourner vers l’avenir et à s’unir avec leur nouveau Président, Michel Martelly qui, estime-t-il, est déterminé à faciliter l’accès de tous les enfants à l’éducation.

L’ancien Bleu, qui en est à son deuxième séjour au pays après une première visite en octobre dernier, s’est également félicité du travail accompli par l’UNICEF dans les camps abritant des enfants avec leurs familles sinistrées. « L’éducation scolaire doit être votre boussole pour réussir dans la vie », a lancé à l’endroit d’un groupe d’enfants démunis l’ancien joueur de football en évoquant le passé glorieux d’Haïti et la mémoire de l’un de ses héros nationaux, Toussaint Louverture.

Accompagnée de la représentante de l’UNICEF, Françoise Grulos Ackermans, Lilian Thuram, qui a visité plusieurs campements de réfugiés dont celui de l’université St-Gérard, à Carrefour-Feuilles (sud-est de la capitale), s’est présenté comme un « haïtien ». Sur le même ton plaisant, il s’est demandé s’il n’avait pas de la famille ici.

Autre légende du sport versée dans l’humanitaire et qui doit arriver à Port-au-Prince, l’américain Carl Lewis.

Ambassadeur de bonne volonté de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’ancien roi du sprint et auteur de multiples records sur les pistes d’athlétisme du monde entier effectue à compter de ce vendredi une tournée en République Dominicaine et en Haïti (10 au 13 juin).

« En Haïti, un des pays les plus déboisés du monde (il ne reste plus que 2% de la couverture forestière d’origine), Carl Lewis visitera un projet de bassin versant visant à stabiliser le sol et à reboiser les montagnes près de l’épicentre du tremblement de terre qui a dévasté Haïti en 2010 », indique la FAO dans un communiqué rendu public à Rome.

Attendu dans la capitale haïtienne dimanche, « King Carl » aura au cours de sa visite de 24 heures un entretien avec le Président Michel Martelly.

Enfin, une délégation de basketteurs professionnels évoluant dans la NBA est attendue vendredi à Port-au-Prince. Elle aura à sa tête le pivot candien d’origine haïtienne Samuel Dalembert des Philadelphia 76ers, l’une des franchises de la ligue nord-américaine de basket-ball

Depuis le séisme ayant fait environ 250.000 morts, l’année dernière, Haïti a vu défiler de nombreuses vedettes internationales du showbiz et du sport. spp/Radio Kiskeya

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :