jeudi 23 juin 2011

23 Juin

L’édito

Nouvelle étape, nouvelles exigences

Pour sa deuxième intervention publique sur l’échec de Daniel Gérard Rouzier dans sa course à la Primature, Michel Martelly a su garder son calme en annonçant une nouvelle consultation avec les présidents des deux Chambres pour choisir un autre Premier ministre, conformément à la Constitution. S’exprimant sur la Télévision nationale d’Haïti vingt-quatre heures après le verdict de la Chambre des députés, le président de la République a réitéré son attachement à M. Rouzier en vantant les qualités de citoyen honnête et intègre de ce dernier.
Par-delà cet exercice démocratique qui rentre dans les prérogatives des parlementaires, Martelly n’a pu s’empêcher d’afficher son inquiétude face aux promesses formulées lors de sa campagne électorale et qui tardent à devenir réalité. La lutte efficace contre le choléra, la recherche des voies et moyens nécessaires à la planification de la rentrée scolaire avec des centaines de milliers d’enfants non scolarisés ne peuvent être opérationnelles sans l’installation d’un gouvernement capable d’imprégner la vision de l’équipe conduite par le président Michel Martelly, qui croit dur comme fer que l’heure du changement véritable pour Haïti est arrivée.
Les menaces à peine voilées des uns et des autres n’ont pas été suffisantes pour porter les députés du Groupe des parlementaires pour le renouveau (GPR), fidèles à la plateforme INITE, à voter contre leur gré. Pas de manifestation de rue, ni aucun acte répréhensible à Port-au-Prince et dans les villes de province, suite au verdict de la Chambre des députés sur le dossier du Premier ministre désigné, Daniel Gérard Rouzier. Ce constat visible aux yeux de l’homme de la rue, voire de l’observateur avisé, a poussé le chef de l’Etat, dans son court message à la nation, à féliciter la population pour avoir accueilli avec sérénité le vote de la Chambre basse.
Il reste maintenant à Martelly de prouver sa capacité d’homme d’Etat en choisissant un nouveau Premier ministre avec l’assentiment du parti majoritaire au Parlement. La cohabitation de l’équipe de Martelly avec les hommes de INITE, pour le temps que dure ce contrôle dans les deux Assemblées législatives, sera l’expression d’une volonté réelle de changement de culture politique qui fait défaut dans la gestion des affaires de l’Etat conséquemment au respect des mécanismes de fonctionnement de ce régime mi-parlementaire mi-présidentiel imposé par la Constitution de 1987.
Combien de temps durera la domination du GPR dans les deux Chambres, si Martelly peut saisir le sens et la nature des rapports de force au sein du Parlement ?

Lemoine Bonneau / bonneau@lenouvelliste.com

 

     “Le pays ne peut plus attendre” déclare Martelly

23/06/2011 17:03:00 Auteur(e) La Redaction

image

[AlterPresse] — Le président Michel Martelly, appelle les parlementaires à « être conscients que le pays ne peut plus attendre et que les gens sont fatigués », au lendemain du rejet par la chambre des députés du choix de l’entrepreneur Daniel Rouzier comme premier ministre.

Dans un discours préenregistré, diffusé dans la soirée du 22 juin, Martelly demande au parlement de faire de son mieux pour résoudre les problèmes du peuple haïtien, car « Haiti doit passer avant les intérêts personnels ».

Il exprime sa déception et estime que le rejet de Rouzier « ralentit toutes les possibilités de matérialiser » ses promesses électorales.

Martelly se dit prêt à recommencer le processus en consultation avec les présidents du sénat et de la chambre des députés, mais affirme qu’il ignore le temps que prendra le parlement avant de ratifier le premier ministre qu’il choisira.

Cependant, indique-t-il, cette situation ne l’empêchera pas d’adopter certaines décisions relatives aux grands problèmes qui affectent Haïti, dont celui de l’épidémie de choléra et celui des centaines de milliers de déplacés qui vivent encore sous des tentes.

Il dit avoir en ce sens convoqué le premier ministre sortant, Jean Max Bellerive, afin d’évaluer les ressources disponibles pour faire fonctionner l’administration publique et apporter des solutions aux problèmes de la population.

« Il est grand temps que ma vision et mon programme soient appliqués (…) et que le pays soit débloqué », martèle-t-il.

Quelques heures avant l’allocution de Martelly, des secteurs politiques minoritaires au parlement ont invité le chef de l’État à accélérer le processus de nomination d’un nouveau premier ministre et à travailler dans le même temps à dégager une majorité parlementaire capable de soutenir son choix.

L’ex maire Evans Paul, dirigeant de l’Alternative (principale force d’opposition à l’ancienne administration de René Préval), estime que le rejet de Rouzier est « la conséquence d’un manque de dialogue politique et d’une méconnaissance du système démocratique par monsieur Martelly ».

« Martelly et Rouzier devaient faire de leur mieux pour convaincre les députés », déclare-t-il à AlterPresse.

L’ex sénateur Edgar Leblanc, également membre du directoire de l’Alternative rappelle, dans des déclarations à AlterPresse, qu’« un premier ministre est toujours issu de la majorité ».

Martelly a certes remporté l’élection présidentielle, mais son parti ne dispose que de trois députés à la chambre basse, dominé par les forces de l’Inité, formation dirigée par René Préval.

Leblanc souligne que dès le début, la stratégie de Martelly a été de faire un « appel direct au peuple » afin d’exercer des « pressions » sur les parlementaires, alors que c’est à l’exécutif de « construire une majorité parlementaire » pour assurer la ratification du premier ministre et se donner les capacités de gouverner.

L’Alternative n’écarte pas des négociations avec Martelly pour participer à la construction de cette majorité. « Nous sommes ouverts et prêts à discuter » afin d’établir « un pacte politique », déclare Leblanc.

D’autres secteurs de la société haïtienne, consultés par AlterPresse, estiment également qu’il faut faire vite. Selon la Plateforme des Organisations Haïtiennes de Défense des Droits Humains (Pohdh), « la présidence ne doit pas tarder à désigner un nouveau premier ministre », car « il y a urgence de doter le pays d’un gouvernement qui puisse répondre aux besoins sociaux de la population notamment dans le domaine de la sante et de l’éducation ».

Plus d’un mois s’est déjà écoulé depuis qu’un nouveau gouvernement est attendu, suite à la prise de fonction du président Martelly le 14 mai. [rh gp apr 23/06/2011 10 :00]

 

Haïti – Politique :

  Message à la Nation du Président Martelly

23/06/2011 08:31:08

Haïti - Politique : Message à la Nation du Président MartellySuite au rejet mardi, du Premier Ministre désigné, Daniel Gérard Rouzier, par la Chambre des Députés http://www.haitilibre.com/article-3217-haiti-flash-politique-le-premier-ministre-designe-rejete-maj-17-14.html , dans un message à la Nation, le Président Michel Martelly a fait savoir hier soir, qu’il allait prendre les décisions qui s’imposent, afin de permettre aux bureaux de l’État de fonctionner comme il se doit, pour commencer à apporter des solutions aux problèmes de la population…
« Peuple haïtien,
Comme la constitution du pays le demande, j’avais choisi Pierre Daniel Gérard Rouzier pour qu’il devienne mon Premier Ministre. Comme vous avez entendu la nouvelle, la Chambre des Députés avec le pouvoir de la Constitution, a prit la décision de le mettre de coté. Beaucoup de gens ont été surpris de voir quelles raisons ils ont donné, pour ne pas avoir voté pour lui. Je regrette la décision que les Députés ont prit, c’est une décision qui empêcher le pays d’avoir les services d’un citoyen honnête, qui voulait travailler pour le peuple, pour son pays et qui est droit dans sa vie. Cette décision ralentie toutes les possibilités qui permettent de faire de mes promesses des réalités. Maintenant, je suis obligé de constater ce qui est arrivé et je dois recommencer à m’assoir pour discuter, avec le Président du Sénat et de la Chambre des Députés pour choisir un autre Premier Ministre. Il faut que je vous dise, nous ne savons pas combien de temps encore, le Parlement va prendre, avant de ratifier un autre Premier Ministre […] Pendant ce temps, je ne peux pas accepter que la bataille contre le choléra s’arrête, que la bataille contre les détritus dans la rue s’arrête, que la bataille pour mettre le pays sur les rails s’arrête, que la bataille contre les problèmes des gens sous les tentes s’arrête, que mon programme d’école gratuite pour les enfants s’arrête, parce que mon Gouvernement ne peut pas s’installer, pour commencer à travailler pour la population.
Il faut que tout de suite, je prenne quelques décisions et je vais les prendre. J’ai convoquer le Premier Ministre sortant, M. Jean Max Bellerive, pour regarder les moyens qui existent, […] pour permettre au Gouvernement et aux bureaux de l’État de fonctionner comme il se doit, pour commencer à apporter des solutions pour résoudre les problèmes de la population. Il est l’heure, il est temps pour que ma vision, et mon programme commence à s’étendre, il est l’heure, il est temps que le pays soit débloqué.
Je continue à croire, que le Parlement va faire ce qu’il doit faire, pour résoudre les problèmes du peuple haïtien comme il se doit. J’en profite pour complimenter tout le peuple, pour ce bel exercice de démocratie, lorsque vous avez décidé de ne pas prendre la rue et que vous avez laisser les parlementaires travailler dans la Paix. De la même façon, je souhaite que les parlementaires prennent conscience que la pays ne peut plus attendre et que le peuple est fatiguer et souffre. Un fois encore, je le redis, […] il faut qu’Haïti passe avant tous les intérêts personnels. Je demande au peuple haïtien qui souffre, qui attend, qui a l’espoir dans une vie meilleure, de continuer à avoir confiance […] le changement va arriver et Haïti va changer quand même Tet Kalé. »
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3211-haiti-politique-la-verite-sur-le-contenu-du-rapport-de-la-commission.html
http://www.haitilibre.com/article-3217-haiti-flash-politique-le-premier-ministre-designe-rejete-maj-17-14.html
http://www.haitilibre.com/article-3218-haiti-politique-reactions-de-martelly-au-rejet-du-premier-ministre-designe.html
http://www.haitilibre.com/article-3219-haiti-politique-reactions-de-daniel-gerard-rouzier.html
http://www.haitilibre.com/article-3220-haiti-politique-les-fausses-et-vraies-raisons-du-rejet-de-daniel-gerard-rouzier.html
HL/ HaïtiLibre

 

Bellerive devra appliquer la politique du président Martelly

Le chef de l’Etat haïtien, Michel Martelly, demande au Premier Ministre sortant Jean Max Bellerive d’appliquer son programme. Craignant que le Parlement, dominé par le parti Inité ne perde trop de temps pour ratifier son prochain Premier Ministre, M. Martelly a indiqué que le chef du gouvernement ne devra plus liquider les affaires courantes.
M. Bellerive aura la charge de lancer des initiatives dans des projets urgents tels la lutte contre le cholera, la relocalisation des sans abris et la mise en branle du Fonds National d’Education.
Martelly, impatient de se mettre au travail pour la population réitère sa détermination à provoquer le changement. Cette stratégie du président Martelly est innovante. C’est la première fois qu’un chef de gouvernement applique le programme de deux présidents élus distincts.
M. Martelly n’a pas fixé un délai pour l’application de cette formule. Il promet toutefois de choisir une nouvelle personnalité en consultation avec les présidents des deux chambres. On ignore si les ministres démissionnaires resteront en poste ou si le chef de la Primature aura la latitude de choisir de nouveaux ministres.
En tant que Premier Ministre actif mais démissionnaire Jean Max Bellerive ne pourra pas être interpellé par les parlementaires.

LLM / radio Métropole Haïti

 

Emouvantes funérailles de Guyto Toussaint

23/06/2011 10:29:00 Auteur(e) La Redaction

image 

Les funérailles du président du conseil d’administration de la Banque nationale de crédit, Guiteau Toussaint, assassiné de façon odieuse, ont été chantées dans une atmosphère émouvante mercredi en présence d’une assistance imposante à l’église Saint-Pierre de Pétion-Ville (banlieue est de Port-au-Prince).

Aux côtés de la famille éplorée, le Président Michel Martelly, accompagné de son épouse, le Premier ministre sortant, Jean-Max Bellerive, et les membres de son gouvernement ainsi que les représentants du secteur bancaire ont pris part à la cérémonie au cours de laquelle le disparu a été décoré, à titre posthume, de l’ordre national Honneur et Mérite.

Dans son homélie de circonstance, le célébrant principal, Mgr Guire Poulard, archevêque métropolitain de Port-au-Prince, a jugé que sur la base du témoignage de son existence de chrétien catholique, “même mort, Guiteau Toussaint n’a pas cessé de vivre”.

Dans le même registre que le prélat, Mgr André Pierre a décrit la victime comme quelqu’un qui était d’une grande modestie et “l’ami de tout le monde”.

Les membres du conseil d’administration et le personnel de la BNC, des Sénateurs et Députés, des dirigeants de la classe politique et de la société civile, le haut commandement de la Police Nationale incluant le directeur général, Mario Andrésol, des membres du corps diplomatique, dont l’ambassadeur de France, Didier Le Bret, se sont également associés à cet ultime hommage au banquier unanimement salué comme un grand serviteur de l’Etat.

Après les funérailles auxquelles beaucoup ont assisté le visage larmoyant, la dépouille de Guiteau Toussaint a été transportée aux Etats-Unis pour y être inhumée à Boston où vit la famille du défunt, en particulier sa mère de 92 ans, et ses quatre enfants, trois garçons et une fille.

Agé de 57 ans, le patron de la banque commerciale d’Etat, qui occupe le troisième rang dans le système bancaire, avait été tué le 12 juin dernier d’une balle au visage par des inconnus qui s’étaient introduits dans sa résidence privée à Vivy Mitchell (Pétion-ville, banlieue est).

Une dizaine de mandats d’amener ont été décernés par le parquet de la capitale et plusieurs suspects interpellés dans le cadre de l’enquête ouverte sur ce crime qui a révolté la conscience nationale.

En signe de protestation, toutes les banques commerciales, d’épargne et de logement du pays sont restées fermées mercredi. spp/Radio Kiskeya

 

 

Gaillot Dorsinvil revient en grande pompe

image

Alors que les informations laissaient croire qu’il avait pris la fuite suite aux graves accusations de corruption dont il faisait l’objet, le président du CEP, Gaillot Dorsinvil a annoncé en grande pompe son retour à la tête de l’institution électorale. Gaillot Dorsinvil se dit victime d’une persécution politique et indique qu’il n’a jamais pris la fuite.
« Je suis quelqu’un responsable. Le terme prendre la fuite n’est pas approprié pour parler de moi. Cela faisait longtemps que je n’avais pas pris de vacance et ma santé n’était pas stable. Vu qu’après les résultats des élections il n’y avait pas trop d’activité, j’avais décidé de prendre un peu de repos sur les recommandations de mon médecin. Je suis là et je vais faire ce qui mérite d’être fait au sein du CEP », a expliqué Gaillot Dorsinvil à la presse.
Selon le président du CEP, il n’y a aucun mandat d’amené émis contre lui. « Il était bruit d’une interdiction de départ, mes avocats vont voir de quoi il en retourne », a-t-il dit.
M. Dorsinvil veut qu’on ne parle plus de lui comme quelqu’un qui a pris la fuite. « J’ai parlé à beaucoup de personnes. Elles savent que je suis là », a-t-il avancé.
Sans donner de précisions, le président du CEP se dit victime de persécution politique pour avoir publié les résultats du 4 avril qui ont consacré Michel Martelly comme le 56e président du pays.
La proclamation, lundi dernier, par le Conseil électoral provisoire (CEP), des résultats définitifs du second tour des élections législatives déroulées le 29 mai 2011 dans les circonscriptions de Fond-Verrettes/ Ganthier, La Vallée de Jacmel et Verrettes, vient mettre un terme au long processus électoral.
Robenson Geffrard

 

Martelly et la réalité politique

23/06/2011 11:14:00 Auteur(e) La Redaction

image

Nombreux sont ceux qui pensent que le président de la République n’avait pas assez fait pour assurer la ratification du choix de Daniel Gérard Rouzier, son Premier ministre désigné. Pour le sénateur Jean-Hector Anacacis, Michel Martelly n’a pas d’autre choix que de négocier avec les parlementaires. L’ambassadeur de France à Port-au-Prince, Didier Le Bret, voit dans ce rejet le jeu de la démocratie, tout en appelant les concernés à tirer leçon de cet exercice. Même position pour Edgard Leblanc Fils, responsable de l’Alternative.

Avec le rejet de Daniel Gérard Rouzier, Michel Martelly a essuyé son premier échec et doit tirer la leçon de ce qui s’est passé, de l’avis de plus d’un. Pour l’ambassadeur de France à Port-au-Prince, ce vote de la Chambre des députés fait partie du jeu de la démocratie. Didier Le Bret estime que le chef de l’Etat devrait désigner un autre chef de gouvernement. Selon lui, des leçons doivent étre tirées de cet exercice.
De son côté, le vice-président du Sénat croit que M. Martelly n’a d’autre choix que de négocier avec la majorité de l’INITE au Parlement, s’il veut arriver à mettre sur pied son gouvernement. « M. Martelly doit comprendre qu’il n’est pas dans une compétition de groupes musicaux. Il s’agit de la politique; il doit y avoir des compromis et de l’entente », a martelé le sénateur Jean-Hector Anacacis sur les ondes de Radio Magik 9 ce mercredi.
« Ce vote ne me surprend pas. Je l’avais dit. Car, la façon dont le président Martelly gérait l’affaire, cela était prévisible. Le choix de Daniel Gérard Rouzier n’avait pas fait l’unanimité dans l’équipe du président. Il y avait des désaccords sur sa désignation », a-t-il expliqué. Pour le parlementaire, la politique est un jeu de compromis. Il faut aller à la recherche de la majorité lorsqu’on ne l’a pas au Parlement.
« Dans les prochains six mois, M. Martelly est condamné à fonctionner avec la majorité de l’INITE », a-t-il dit.
Selon Anacacis, M. Rouzier a décidé de négocier avec la minorité au Parlement aux dépens de la majorité de INITE. C’est ce qui a conduit à sa perte. Sa plus grande erreur, c’est de s’attaquer à la Commission intérimaire pour la reconstruction d’Haïti (CIRH). « Bill Clinton est incontournable », disait-il à qui veut l’entendre.
« Daniel Gérard Rouzier est victime de sa méconnaissance de la réalité du pays. Il est pris au piège. Michel Martelly ne l’a jamais voulu comme son chef de gouvernement. Sinon, il n’aurait pas laissé le pays le jour même où la Chambre des députés devait se prononcer sur son cas. Sa visite médicale à Miami aurait pu attendre. Il n’était pas son vrai choix », selon les réflexions du sénateur.

Par ailleurs, l’intervention dans la presse du chef de cabinet de M. Martelly, Thierry Mayard Paul, disant que l’Exécutif ne va rien négocier du tout et que la négociation est un terme impropre, n’a pas joué en faveur du Premier ministre désigné. Au contraire, il a contribué à endurcir la position des députés, selon Anacacis.
« Le président Martelly ne doit pas dire à la population qu’il est bloqué par le Parlement. Comme lui, les parlementaires ont été élus par le peuple. Ils ont une responsabilité partagée », a fait savoir le vice-président du Sénat.
Pour l’ancien sénateur Edgard Leblanc Fils, responsable de la plateforme politique Alternative, le vote de la Chambre des députés prouve un très faible appui à Daniel Gérard Rouzier. Lui aussi croit que les interventions de Thierry Mayard Paul n’ont pas du tout facilité les choses à Daniel Gérard Rouzier.
« Le président doit tirer des leçons de ce vote pour ne pas essuyer un autre échec de ce genre », a-t-il avancé, tout en appelant les différentes parties en litige à prioriser le chemin du dialogue et de la négociation.
Pour sa part, la mission de l’ONU en Haiti encourage vivement les pouvoirs constitués de l’Etat à tout mettre en oeuvre afin de doter le pays, sans plus tarder, d’un gouvernement qui, de concert avec le Parlement, les acteurs de la classe politique, la société civile et les partenaires internationaux, pourra lancer les grands axes de la stratégie présidentielle pour l’éducation, l’emploi, l’Etat de droit, et l’environnement.
« Chaque jour qui passe repousse davantage l’ancrage de la nouvelle dynamique politique constructive réclamée par les citoyens par la voie des urnes. Il ne fait aucun doute que tous les Haïtiens sont unis dans leur volonté de voir les grands chantiers à venir, y compris ceux relatifs à l’amélioration de leurs conditions de vie, avancer le plus rapidement possible », lit-on dans un communiqué de la MINUSTAH en date du 22 juin 2011.
En consultation avec les présidents des deux branches du Parlement- tous deux membres de l’INITE- le président Martelly doit désigner un autre Premier ministre, puisque Daniel Gérard Rouzier a été lamentablement rejeté par la Chambre des députés avec 19 voix pour, 42 contre et 3 abstensions.
Après cet échec, l’homme d’affaires Daniel Gérard Rouzier a fait savoir à l’AFP qu’il va reprendre ses activités antérieures. « J’étais prêt à servir mon pays, mais je réalise que je ne réponds pas au profil politique que certains recherchaient. Alors je continuerai à faire ce que je faisais auparavant », a avancé le PDG de la Sun Auto et de E-Power.

Robenson Geffrard / rgeffrard@lenouvelliste.com Courtoisie Le Nouvelliste

 

L’ambassadeur de France souhaite la nomination d’un nouveau Premier Ministre

L’ambassadeur de France à Port-au-Prince, Didier le Bret, espère que les autorités haïtiennes pourront former un gouvernement dans le meilleur délai. Ce qu’on peut souhaiter pour le pays c’est que le président puisse se mettre au travail rapidement dans l’intérêt des citoyens, a insisté le diplomate français.
Au nombre des priorités auxquelles le gouvernement devra faire face, M. Le Bret cite la lutte contre l’épidémie de cholera et la reconstruction des villes détruites par le séisme.
Interrogé sur la poursuite de la coopération franco-haïtienne, M. Le Bret a assuré que les programmes n’ont pas été interrompus. En ce qui a trait au rejet de la candidature de Daniel Rouzier, le diplomate français a fait valoir qu’il s’agit du résultat d’un processus conforme au fonctionnement des institutions. C’est une décision souveraine du Parlement juge le diplomate français rappelant que leaders de l’exécutif et du législatif ont été élus lors du dernier scrutin.
L’ambassadeur de France plaide pour un consensus entre le chef de l’Etat et les leaders du Parlement en vue de ratifier un Premier Ministre. Il considère la ratification du Premier Ministre comme une étape indispensable pour que le gouvernement puisse relancer véritablement les activités. Perdre un mois supplémentaire ne sera pas profitable pour le pays, conclut M. Le Bret.

LLM / radio Métropole Haïti

 

Rouzier reprend ses activités

23/06/2011 11:19:00 Auteur(e) La Redaction

image

L’entrepreneur Daniel Rouzier a annoncé la reprise de ses activités après le vote de la chambre basse mardi rejetant sa candidature au poste de Premier ministre.

L’homme d’affaires Daniel-Gérard Rouzier, PDG de la Sun Auto et de E-Power, a fait savoir à l’AFP qu’il reprend ses activités dès ce mercredi.

“J’étais prêt à servir mon pays mais je réalise que je ne réponds pas au profil politique que certains recherchaient. Alors je continuerai à faire ce que je faisais auparavant”, a indiqué M. Rouzier.

Par ailleurs, le businessman annonce la publication de ses déclarations d’impôts de 18 millions de gourds pour toutes ses entreprises.

“Il ne faut pas qu’on abime ma réputation”, conclut-il.

Certains avaient avancé que l’entrepreneur ne paierait que 25 000 gourdes d’impôts sur 50 millions de gourdes collectés chaque année.

HPN

 

Lesly Manigat se porte bien après une chute

22/06/2011

L’ancien président Lesly François Manigat, 80 ans, a été brièvement hospitalisé après avoir fait chez lui une chute, selon ce que nous avons appris auprès de sa famille.
Il est rentré chez lui ce mercredi 22 juin, après avoir passé quelques heures dans un centre hospitalier de la capitale. Le professeur ressentait de fortes douleurs au fémur mais les radiographies n’ont révélé aucune fracture.
WPC/LM

 

Le PDG de Digicel, décoré par le Président Martelly

23/06/2011 09:46:14

Haïti - Social : Le PDG de Digicel, décoré par le Président MartellyLe Président Michel Martelly, a décoré mardi au Palais National, le Président Directeur Général de la compagnie Digicel, Denis O’Brian, pour sa dynamique implication dans le social et sa contribution dans le développement des télécommunications dans le pays.
Dans son allocution de circonstance, le Chef de l’État a déclaré : « Cette distinction témoigne de mon appréciation personnelle et de celle de la Nation pour ce que vous et votre compagnie avez réalisés en Haïti. Non seulement la Digicel est devenu un partenaire incontournable de notre secteur des télécommunications, mais elle s’est lancée dans des investissements sociaux sans précédents dans le pays; l’art, l’enseignement ou le sport, ont bénéficié des attentions de votre équipe dans les différents Départements du pays.
Lorsque le séisme de janvier 2010 a secoué non seulement la terre, mais l’ensemble des familles haïtiennes, votre compagnie s’est révélée être un modèle de solidarité pour ses clients et également pour l’ensemble des citoyens affectés […] Nous n’oublierons jamais, que grâce à la Digicel, un des joyaux de l’architecture de Port-au-Prince : « le Marché Hyppolite » communément appelé – marché en fer -, a pu être restauré. Nous n’oublierons pas non plus, la mise sur pied d’un programme de réhabilitation de 50 écoles affectée par le séisme.

C’est l’ensemble de vos démarches et celles de votre compagnie, que nous entendons saluer par la décoration qui vous ai décernée. Décoration dont la citation, je cite : pour sa dynamique collaboration à la promotion de l’investissement en Haïti et son apport solidaire au développement des télécommunication dans le pays exprime éloquemment, les sentiments du peuple Haïtien à l’endroit de votre personne.
Monsieur le Président de la Digicel, je vous remercie pour tous ce que vous nous avez apporté et je vous engage à continuer sur cette lancée de solidarité agissante qui vous honore. »
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3176-haiti-education-inauguration-de-l-ecole-mixte-presbyterale-sacre-coeur-de-pont-sonde.html
ttp://www.haitilibre.com/article-2662-haiti-education-digicel-a-deja-livre-11-ecoles-20-autres-sont-en-construction.html
http://www.haitilibre.com/article-2246-haiti-education-la-fondation-digicel-inaugure-une-nouvelle-ecole.html
http://www.haitilibre.com/article-1871-haiti-patrimoine-marche-hyppolite-a-35-jours-de-sa-reouverture.html
S/ HaïtiLibre

 

Le président haïtien veut interdire les adoptions individuelles

PORT-AU-PRINCE – Le président d’Haïti Michel Martelly a annoncé jeudi qu’il allait prendre un arrêté pour organiser les demandes d’adoption à travers des organismes agréés et interdire ainsi, de facto, les adoptions individuelles.
Des représentants de dix pays adoptants, dont la France, premier pays d’accueil d’enfants haïtiens en 2010, étaient réunis jeudi à Port-au-Prince pour faire le point sur l’adoption en Haïti un an et demi après le séisme qui a ravagé ce pays et laissé de nombreux orphelins.
Lors de cette réunion, dont le but est d’envisager la reprise des adoptions gelées, Michel Martelly s’est engagé à mener à terme au cours de son mandat de cinq ans le processus de ratification par Haïti de la Convention de la Haye sur les adoptions qui empêche les adoptions dites privées ou individuelles.
Dans l’attente du vote de cette loi, dans des délais que je souhaite aussi rapprochés que possible, j’entends prendre un arrêté présidentiel rendant obligatoire le passage des demandes d’adoption devant des organismes agréés, comme le prévoit la Convention de La Haye, a déclaré M. Martelly.
Cette mesure très attendue, selon M. Martelly, devrait empêcher de facto les procédures d’adoption individuelle.
(©AFP / 23 juin 2011 20h31)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :