vendredi 24 juin 2011

24 Juin

Haiti – Séisme :

Nouvelle réplique ce matin

24/06/2011 10:03:14

Haiti - Séisme : Nouvelle réplique ce matin (MISE A JOUR 11h23)

Ce matin peu après 9 heures (9h06), une secousse sismique a été ressentie dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince, elle a été ressenti au niveau de Pélerin, de Pétion-Ville, de Frères, du Champs-de-Mars…. Dans certain quartier les habitants ont été pris de panique et sont sorti de chez eux.
La magnitude et la localisation de cette réplique n’est pas connu à l’heure actuelle et n’a toujours pas été rapportée par l’U.S. Geological Survey (USGS), tandis qu’elle apparait au niveau des sismographes du Collège Catts Pressoir et du Lycée Alexandre Dumas (Lycée français).
Brigitte Gimenez, proviseur du Lycée français confirme avoir eu une conversation téléphonique avec le sismologue français Eric Calais, et que ce dernier lui a dit que « la secousse avait été de magnitude 3,7 ».
Tant qu’à lui le directeur de l’Institut de sismologie de l’Université Autonome de Santo Domingo (UASD), Eugenio Polanco, a déclaré que le séisme s’est produit « très près de Port-au-Prince, » bien qu’un « peu à l’ouest » de la capitale haïtienne, et à environ 25 km profondeur.
Des blessés auraient été reportés au niveau de la faculté de médecine, information non-confirmée pour le moment.
Pour le moment la protection civile n’a rapportée aucun dommage ni victimes.
Plus d’informations à venir.
HL/ HaïtiLibre

 

Une secousse provoque la panique à la capitale et fait quelques blessés

P-au-P, 24 juin [AlterPresse] — Une faible secousse sismique a été ressentie ce 24 juin à Port-au-Prince et a fait quelques blessés à cause de la panique provoquée au sein de la population de plusieurs quartiers de la capitale, apprend AlterPresse.

Le tremblement de terre s’est produit vers 09 : 06 (heure locale) et a créé une forte émotion au niveau de plusieurs franges de la population.

Au moins 5 étudiants de l’Institut national de gestion et des hautes études internationales (INAGHEI) ont été blessés au moment où il tentaient d’abandonner l’édifice, rapporte un témoin à AlterPresse.

Les 5 étudiants blessés, dont une fille, ont été rapidement transportés à l’hôpital, selon la même source. La fille se serait fracturé un bras, après avoir chuté en tentant de courir.

« Ce n’est pas de la même manière que le 12 janvier dernier, mais elle (la terre) a tremblé », commente un habitant de la zone de Portail Léogane (centre de P-au-Prince).

A proximité de cet endroit, les patients du Centre Gheskio au bicentenaire (côte ouest de la capitale) ont également été pris de panique. « Les génératrices ont arrêté de fonctionner et les gens se sont mis à courir », explique une patiente à AlterPresse.

Une femme serait blessée, selon les informations communiquées à AlterPresse.

Contacté par l’agence, l’ingénieur géologue Claude Prépetit, conseiller technique au bureau des mines et de l’énergie, a indiqué que le phénomène est de faible intensité et n’est pas enregistré par le réseau mondial.

Le calme est rapidement revenu à la capitale et les gens ont recommencé à vaquer normalement à leurs occupations coutumières. [rh gp apr 24 /06/2011 11 :00]

 

La nouvelle mission du Premier Ministre Bellerive

imageLe Premier Ministre démissionnaire, Joseph Jean Max Bellerive, a été investi par le chef de l’Etat d’une nouvelle mission alors qu’il s’apprêtait a rendre le tablier. En bon serviteur de l’Etat, M. Bellerive devra redynamiser les ministères quelques habitués depuis deux mois à liquider les affaires courantes.
C’est une nécessité, dit-il en commentant la décision du président Martelly moins de 24 heures après le rejet de la candidature de Daniel Rouzier. Bellerive ministre de la planification au cours des 5 ans de mandat de M. Préval revient au devant de la scène. Il révèle que le président Martelly n’a pas voulu reporter le lancement des activités de son gouvernement en dépit du vote sanction de la chambre basse.
Pour accomplir sa mission Jean Max Bellerive fait remarquer qu’il faudra ternir compte de la réalité budgétaire afin de concentrer les actions sur des priorités du chef de l’Etat. La première rencontre du nouveau conseil de gouvernement est prévue ce vendredi. M. Bellerive promet de soumettre au chef de l’Etat un plan d’action au début de la semaine prochaine.
Si le président Martelly est impatient à réaliser ses activités M. Bellerive est déterminé à l’aider. Il admet toutefois qu’il pourrait y avoir des difficultés avec le Parlement si on veut changer des membres du gouvernement. Commentant la stratégie novatrice du président Martelly, le Premier Ministre a fait valoir qu’il ne s’agit pas de contourner le processus parlementaire mais de trouver les moyens pour accomplir sa mission.
Même s’il est un proche de M. Martelly, le Premier Ministre ne veut pas analyser pour l’instant l’éventualité d’une nomination.
LLM / radio Métropole Haïti

 

Martelly prêt à présenter un autre candidat

24/06/2011 10:07:00 Auteur(e) La Redaction

image 

Député Gracia Delva, Président Martelly, Sénateur Latortue (Courtoisie Service de Presse de la Présidence)

Le Président Michel Martelly s’est déclaré jeudi prêt à désigner bientôt, sans renoncer à sa philosophie politique, un nouveau candidat au poste de Premier ministre avouant, sans le révéler, qu’il avait déjà « un nom en tête », en marge de la foire annuelle Livres en folie au cours de laquelle il a eu des retrouvailles très chaleureuses avec le célèbre écrivain Frankétienne.

Arrivé au pouvoir à la mi-mai, le chef de l’Etat a enregistré mardi son premier échec politique en voyant la Chambre des Députés rejeter le choix qu’il avait porté sur Daniel Rouzier, un important chef d’entreprise opérant sur le marché de l’automobile et de l’électricité.

« Je reste accroché à mes principes. Je ne vais pas y renoncer à cause de l’échec de M. Rouzier », a fait valoir Martelly qui attribue la décision prise à l’encontre de l’ex-Premier ministre désigné à l’approche politique des parlementaires dont trois seulement appartiennent à la formation sous la bannière de laquelle il a été élu, Repons Peyizan .

Il a toutefois reconnu la nécessité de créer une majorité au Parlement et de rechercher un consensus avec les forces politiques qui y sont représentées afin de s’assurer que le nouveau candidat à la Primature bénéficiera d’un « vote favorable ».

Le Président dit attendre, comme préalable à la relance du processus de formation d’un autre gouvernement, une correspondance du président de la Chambre basse, Sorel Jacinthe, lui notifiant officiellement le rejet du choix de Daniel Rouzier.

Accompagné de l’ambassadeur de France, Didier Le Bret, du Député de Marchand-Dessalines, Gracia Delva, et du maire de Carrefour, Yvon Jérôme -ces deux derniers issus comme lui du monde musical- Michel Martelly dont le nom de scène était « Sweet Micky » s’est rappelé au bon souvenir de ses fans en fredonnant quelques notes, lors de la 17e édition de Livres en folie, objet d’un immense succès populaire au Parc historique de la Canne à Sucre.

Premier chef de l’Etat à assister à l’événement, M. Martelly, qui en était également à sa toute première participation personnelle, a salué le travail des organisateurs et des créateurs ainsi que l’engouement du public. Il a eu une marque d’attention particulière pour l’écrivain haïtiano-américaine Edwige Danticat, invitée d’honneur de l’édition 2011, et pour Frankétienne, l’un des patriarches de la littérature haïtienne contemporaine.

Reconnaissant entretenir une grande amitié avec Michel Martelly -qui lui un proposé en vain un poste de responsabilité au sommet de l’Etat- l’écrivain septuagénaire a exhorté l’actuel dirigeant à faire d’Haïti la « république des artistes », la seule voie, selon lui, capable de redonner au pays sa place dans le concert des nations.

Pour Frankétienne, avec un budget minimaliste, l’Etat peut, en très peu de temps, provoquer un foisonnement d’activités créatrices en érigeant dans les quartiers et sections communales des « tonnelles de la culture ».

Ces lieux constitueraient aussi un espace d’exercice démocratique où les citoyens se réuniraient, ce qui serait pour le régime de Martelly un rempart contre toute tentative de déstabilisation, conclut l’auteur de « Pèlen Têt » et de L’oiseau schizophone.

Les organisateurs de Livres en folie se sont félicités du succès, encore une fois, retentissant de la foire marquée par la vente de milliers d’ouvrages allant de la création littéraire à des essais politiques en passant par des travaux scientifiques. spp/Radio Kiskeya

 

Vanel Lacroix, sur la sellette

24/06/2011

Le commissaire de Pétion-Ville, Vanel Lacroix, dément les accusations portées contre lui dans l’affaire Serge Démosthène et accuse à son tour certaines organisations et organes de presse de partisannerie. Selon le commissaire, ces institutions accordent plus d’importance aux bandits qu’aux citoyens de bien, notamment les policiers qui s’efforcent de travailler dans le sens des intérêts de la population.
Serge Démosthène, selon les mots de Vanel Lacroix qui répondait aux questions de Vénel Casséus et de Roberde Céliné, de Radio Caraïbes, serait impliqué dans l’assassinat de Guyteau Toussaint. Accusé de superflic par nombre d’organisation de défense de droits humains, M. Lacroix serait également impliqué dans la perquisition de la maison du propriétaire de Radio et télé zénith qui se trouve être hors de sa juridiction.
Cependant l’avocat de M. Démosthène, Me Hugue Sylvain, prend le contre pied des déclarations du commissaire Lacroix et annonce que justice sera rendue. Ce dernier estime que son client est mort des suites de séances de bastonnade répétées que lui a infligé le commissaire de police. Actuellement, Vanel Lacroix fait face à des mesures conservatoires prises à son encontre par l’inspection générale de la PNH, pour son implication présumée dans la mort de M. Démosthène.

Lionel Edouard

 

Haïti – Formation :

Martelly et l’importance des filières techniques

24/06/2011 08:40:19

Haïti - Formation : Martelly et l’importance des filières techniquesLe Président Michel Martelly, a procédé hier, à l’inauguration d’un atelier de construction bois et d’un atelier d’électricité au Centre Polyvalent de Formation Professionnelle à Carrefour. La cérémonie s’est déroulée en présence de l’Ambassadeur de France, M. Didier Le Bret, du Maire de la commune de Carrefour, Yvon Jérôme, des recteurs de l’Académie de Guadeloupe et de l’Université Quisqueya, et du Député de Marchand-Dessalines, M. Gracia Delva.
Ce projet est le fruit de la coopération entre les secteurs privés et publics de la République française et Haïti à travers l’ONG « Aide et Action », les Ministères haïtien et français de l’Education Nationale, la Fondation Schneider Electric/France et l’Université Quisqueya.
En se présentant personnellement à cet évènement, le Président Martelly a souhaité renouveler l’importance qu’il accorde à la filière technique qui doit occuper une place fondamentale dans le contexte actuel où il est question de reconstruire les infrastructures physiques du pays.
« La reconstruction s’impose comme l’une de nos priorités majeures. Il est donc impératif que nous nous attachions à former des ouvriers et cadres de bon niveau dans le secteur du bâtiment. Car il faut empêcher que le non-respect des normes dû à un manque de professionnalisme, contribue à nous endeuiller davantage, comme cela s’est produit le 12 janvier 2010. », a fait savoir le Chef de l’Etat. Il encourage les jeunes à apprendre un métier technique afin de contribuer à leur épanouissement personnel et à la reconstruction de leur pays.

Le Président a promis d’encadrer et de promouvoir, toutes les initiatives qui permettent aux jeunes de se doter d’une profession et s’est engagé à prendre les mesures qui s’imposent pour multiplier pareilles expériences à travers le pays.
HL/ HaïtiLibre

 

Haïti – Économie :

«Reconstruire Haïti à l’ère Martelly»

24/06/2011 09:41:21

Haïti - Économie : «Reconstruire Haïti à l’ère Martelly»Au cours d’une audience publique, devant la Commission des relations extérieures du Sénat américain, à Washington DC, Georges Barau Sassine, Président de l’Association des Industries d’Haïti (ADIH) a exposé, hier jeudi, dans le cadre du panel « Reconstruire Haïti à l’ère Martelly » la situation et le développement du secteur du textile en Haïti.
«… le programme HOPE (1) [Haiti Hemispheric Opportunity through Partnership Encouragement] est un succès incontestable. Cependant, nous ne faisons que commencer à capitaliser sur son potentiel. Grâce à HOPE, le secteur du textile est florissant et approche de sa capacité maximale, étant donné la capacité industrielle actuelle en Haïti. Nous pourrions produire davantage et créer davantage d’emplois, mais notre plus grand obstacle est maintenant un manque d’espace industrielle pour les usines.
Chaque jour, je reçois des appels d’investisseurs potentiels étrangers, qui veulent commencer la production de vêtements en Haïti. Malheureusement, je dois leur dire que le secteur est à pleine capacité, et que nous n’avons tout simplement pas d’espace de fabrication supplémentaire à offrir pour le moment. Je l’avoue, c’est un vrai problème, si ce problème persiste pendant trop longtemps, alors les acheteurs commenceront à mettre Haïti  plus bas sur leur liste d’endroit potentiel.
C’est pourquoi, CTMO-HOPE a poursuivi une double approche de la revitalisation du secteur de la fabrication de vêtements : augmenter les avantages commerciaux sous HOPE et simultanément, accroître la capacité d’Haïti à utiliser les avantages. En ma qualité de directeur exécutif du CTMO (Commission présidentielle Tripatite de Mise en Oeuvre) -HOPE, j’ai été intimement impliqué dans les efforts pour accroître la capacité du secteur de la fabrication en Haïti par le biais d’une stratégie internationale coordonnée avec les États-Unis et les grandes institutions internationales comme la Banque Interaméricaine de Développement (BID) et de la Banque Mondiale-IFC.  L’objectif de nos efforts combinés est la construction de deux nouveaux parcs industriels majeurs en Haïti, l’un dans le Nord du pays, dans la région de Cap-Hatien, qui sera conduite dans le cadre de développement d’une stratégie intégrée pour le Nord et un second parc industriel en dehors de Port-au-Prince. Chaque parc sera capable de plus que doubler, la capacité de fabrication existante en Haïti, et supporter 25,000 à 50,000 emplois.
La construction d’un parc industriel est une énorme entreprise. Il commence avec la faisabilité financière et les études d’impact environnemental, puis requiert une coordination du financement de la construction, les engagements de bail des locataires, le développement d’infrastructure pour l’électricité et l’eau, le logement des travailleurs et de la formation et le développement des infrastructures portuaires et de transit.
Le Département d’Etat américain, à travers le Coordonnateur spécial d’Haïti, Mme Cheryl Mills, a fourni un soutien inestimable en travaillant avec tous les intervenants pour donner suite à leurs engagements au cours du processus. Je tiens aussi à exprimer ma sincère gratitude à d’autres agences du Gouvernement américain et au Congrès américain pour l’énorme soutien fourni à Haïti ces dernières années.
Parc Industriel du Nord :
En janvier dernier, le Gouvernement d’Haïti, la BID, la plus grande entreprise coréenne de vêtements, Sae-A et le Gouvernement américain, ont signé un protocole d’entente pour lancer la construction du premier nouveau parc industriel dans le nord. Nous sommes optimistes que le projet sera achevée et opérationnel, dès le deuxième trimestre 2012. Nous avons déjà des engagements d’autres grands fabricants de vêtements étrangers pour commencer à opérer dans le parc après son achèvement.
La BID finance la structure principale du parc, y compris les hangars d’usine, les routes et autres moyens logistiques et aménagements. La participation du Gouvernement américain dans le parc industriel Nord comprendra des projets dans les infrastructures énergétiques et de logements, ainsi que l’expansion des capacités portuaires. En outre, nous nous attendons que ce développement du parc industriel et l’infrastructure associée, catalysent aussi les développements dans d’autres secteurs, tels que le tourisme et l’agriculture.
Parc Industriel de Ganthier (à l’extérieur de Port-au-Prince) :
Nous travaillons également avec le Gouvernement américain sur un second projet de développement de parc industriel, qui serait situé en dehors de Port-au-Prince. La Société financière internationale, qui fait partie de la Banque Mondiale (BM), a accepté de financer la les études de faisabilité et d’impact pour le développement du parc industriel de Ganthier.
Le Gouvernement américain s’est engagé à fournir les mêmes types de support aux infrastructures pour le parc industriel de Ganthier, que ceux fournis pour le parc du Nord, tels que l’alimentation électrique et des logements pour les travailleurs. En attendant, nous travaillons avec le support de la BID à agrandir le parc industriel existant dans la région de Port-au-Prince, SONAPI, avec l’ajout de cinq hangars d’usine qui pourrait être utilisé pour créer probablement un minimum de 2,500 emplois supplémentaires.
Les efforts de marketing :
Une partie du mandat du CTMO-HOPE est de s’assurer que les acheteurs de vêtements étrangers, soient conscients des avantages commerciaux offerts par le programme HOPE. Au cours des quatre dernières années, nous avons accueilli plusieurs événements, tenu des conférences téléphoniques, et avons été impliqués dans d’autres forums pour présenter et promouvoir les nombreux avantages de faire des affaires en Haïti.
La BM appuie nos efforts en finançant les mission commerciales à l’étranger de la CTMO-HOPE. Mon équipe et moi même, avons jusqu’à présent fait plusieurs voyages, notamment en Corée et au Brésil, où nous nous sommes réunis à la fois avec le gouvernement et les représentants du secteur privé pour discuter des synergies potentielles et des possibilités d’utiliser le programme HOPE. Les voyages ont donné lieu à des engagements d’investissements directs étrangers dans le secteur du vêtement en Haïti qui auront lieu à l’achèvement des parcs industriels.
« Haiti Apparel Center » (HAC) :
Le Gouvernement d’Haïti a entrepris des efforts pour établir un centre de formation de fabrication de vêtements et a fourni le bâtiment principal de formation. Le HAC, situé dans le parc industriel SONAPI à Port-au-Prince, forme des Haïtiens à devenir des opérateurs et des gestionnaires dans le secteur à forte croissance de la fabrication de vêtements. Grâce à une subvention de l’USAID, le HAC a déjà diplômé 2,000 stagiaires, et environ 60 % de ces diplômés ont été embauchés par les usines existantes. Ma compréhension, c’est que l’USAID continuera à soutenir ce programme.
Le succès de l’AHC de Port-au-Prince démontre la nécessité d’une opération similaire dans le Nord d’Haïti. La capacité imminente des nouveaux parcs industriels, exigera la formation de milliers de travailleurs haïtiens supplémentaires.
Zones économiques spéciales :
Haïti est également en train de travailler avec la Société de financement international (SFI) en vue d’élaborer un modèle pour les zones spéciales de développement économique dans le pays qui faciliteront l’investissement privé. L’objectif de ces zones est de rationaliser le processus de démarrage d’une entreprise. Initialement, nous envisageons de cinq à six zones qui comprendront les industries comme le tourisme et l’industrie légère.
Conformité sociale :
Le programme commercial de la HOPE a été novateur car il inclus, à la demande du CTMO-HOPE, un mécanisme pour s’assurer que les droits des travailleurs seront protégés dans le secteur manufacturier du vêtement, mis en œuvre sous HOPE. L’Organisation internationale du Travail gère un programme « Better Works » (Meilleur Travaux) dans le secteur de l’habillement en Haïti, qui surveille les normes relatives aux droits des travailleur dans les usines, aide à remédier aux problèmes et publie des rapports publics sur le dossier de la conformité de toutes les usines en Haïti.
Haïti est le premier pays de l’hémisphère à avoir un programme « Better Works » parce que nous sommes bien conscients, que le respect, est une question importante pour les acheteurs majeurs américains et nous sommes déterminés à bâtir un secteur du vêtement de classe mondiale et non pas simplement, sur la base du travail bon marché, mais aussi sur la base de grande qualité et de conformité sociale de classe mondiale.
Le programme « Better Works » est bien accepté par les usines haïtiennes et les acheteurs américains préoccupés par le respect sociale et la protection de la marque. Ce mois-ci « Better Works » a organisé un forum des acheteurs en Haïti qui a été bien suivie par l’industrie. »
(1) La loi HELP (Haiti Economic Lift Program) prolonge jusqu’à 2020, la Loi HOPE I et II votée en 2008]
HL/ HaïtiLibre

 

Haïti – Agriculture :

Reconstruire le secteur agricole

24/06/2011 12:06:25

Haïti - Agriculture : Reconstruire le secteur agricoleLors d’une séance d’information cette semaine, au département d’État américain, M. Victor Villalobos, Directeur Général de l’Institut Interaméricain de Coopération pour l’Agriculture (IICA), David C. Hatch, Représentant de l’IICA aux Etats-Unis, et le Dr Alfredo Mena, Représentant de l’IICA en Haïti, ont donné un aperçu annuel des activités de l’institut, pour contribuer à la reconstruction du secteur agricole du Haïti. La réunion d’information a servi dans le cadre de la stratégie globale de l’IICA, à souligner l’importance du développement de l’agriculture dans les pays d’Amérique latine et les Caraïbes, notamment en Haïti.
« Assurer la coopération technique a été le cœur du travail de l’IICA depuis plus de 70 ans » a déclaré M. Victor Villalobos « Les défis d’aujourd’hui dans le développement de l’agriculture, appellent à une augmentation des investissements, l’innovation et la gestion des risques […] Les gouvernements doivent trouver des moyens pour promouvoir le développement durable, afin d’aider à sortir les populations rurales de la pauvreté. L’IICA réitère son plein engagement à soutenir ses pays membres dans cette tâche essentielle. »
Pendant la session, Alfredo Mena, Représentant de l’IICA en Haïti, a mis en évidence, certains défis auxquels fait face le secteur « Aider à renforcer le Ministère de l’Agriculture pour mettre en œuvre une politique et des plans est primordiale […] Sans cette composante, il sera plus difficile de mettre en place des systèmes qui permettent d’accroître l’investissement, qui finira par créer des emplois pour les populations rurales et nourrir Haïti, tout en protégeant ses ressources naturelles et son environnement. »
Mena a également cité des exemples de coopération latérale, des projets actuellement en négociation et a fourni les points saillants de la Stratégie 2010-2014 pour le Pays d’Haïti. Il a réitéré les priorités des activités de l’IICA « Assurer la sécurité alimentaire demeure une priorité […] Nous avons juste commencé la 4 ème année du projet Pro-Huerta, un programme d’agriculture familiale, qui a bénéficié à plus de 15,000 familles à ce jour […]les bénéficiaires comprennent également de nombreuses autres familles qui ont reçu des fonds de Pro-Huerta de l’Espagne et du Fonds International de Développement Agricole (FIDA) » ajoutant que « Le Bureau de l’IICA en Haïti, travaille en coordination avec le Ministère de l’Agriculture, des Ressources Naturelles et du Développement Rural (MARNDR) et a mis en œuvre, 17 projets prioritaires avec la communauté des donateurs… »
La Stratégie d’Haïti, est une feuille de route pour aider le Ministère de l’agriculture dans la reconstruction du secteur agricole en Haïti et a pour but, d’accroître la production nationale pour soutenir la sécurité alimentaire; appuyer les programmes de santé animale et végétale; développer le reboisement, promouvoir l’agro-industrie et le secteur privé; fournir une assistance technique au Ministère de l’Agriculture; notamment avec le nouveau Gouvernement; préserver les ressources naturelles et renforcer la coopération entre les organisations engagés et le Gouvernement. « La Stratégie d’Haïti constitue un guide important sur la façon dont l’IICA peut mieux aider les besoins au niveau du pays, pour construire une agriculture durable. » a conclu Victor Villalobos.
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-2287-haiti-argentine-l-auto-suffisance-alimentaire-bientot-une-realite-en-haiti.html
PI/ HaïtiLibre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :