lundi 27 juin 2011

27 Juin

Haïti – Politique :

Fin de la visite de Martelly aux USA

27/06/2011 08:51:51

Haïti - Politique : Fin de la visite de Martelly aux USA
Le Président Michel Martelly, vient de terminer un weekend de travail en faveur du Fonds National pour l’Education et de l’implication effective de la diaspora haïtienne dans le développement du pays. Ce voyage, qui entre dans le cadre du « Diaspora Weekend Appreciation » faisant partie du plan d’action de la Présidence pour les 100 premiers jours, l’a conduit à Miami et à NY les 25 et 26 juin 2011.
À Miami, le Président de la République a rencontré des hommes d’affaires, des leaders communautaires ainsi que des élus locaux dont le Maire de Miami, Thomas Regalado, qui lui a remis les clés de la ville.
Le Président a profité de ces rencontres, pour continuer à promouvoir le mouvement de changement et de renouveau du pays et signifier à ses interlocuteurs qu’une nouvelle ère se dessine pour Haïti. Il a invité les compatriotes haïtiens à devenir, désormais, les premiers touristes et les ambassadeurs de cette nouvelle Haïti. Il a, entre autre, renouvelé son soutien à la démarche de la diaspora qui exigent la double citoyenneté pour mieux s’impliquer dans les affaires du pays.
Le pays est désormais « ouvert à l’investissement », c’est l’un des plus retentissants messages livrés par le Chef de l’État qui invite les haïtiens de partout, à divorcer d’avec la pratique qui consiste à dire du mal de son propre pays pour se donner bonne conscience. Il les invite, à offrir au monde tout ce qu’Haïti a de merveilleux, toutes ses potentialités touristiques et économiques.
Le Président a exhorté les compatriotes de l’étranger à continuer à supporter le financement du Fonds National pour l’Éducation qui lui permettra d’ouvrir des portes d’écoles à plus de 500,000 enfants dans un premier temps et garantir l’accès à plus de 2,000,000 qui en ont besoin, avant la fin de son mandat. Le Chef de l’État promet de s’assurer du bon usage de chaque centime appartenant à ce fonds.
A New York, le Président a été reçu par les membres de la Fédération de la Diaspora pour un lunch d’affaires et de levée de fonds. Il s’est donc rendu, ensuite, à la Fondation Sam Dalembert pour un diner, également de levée de fonds, en l’honneur d’Haïti et en faveur du projet d’éducation du Président de la République.
Dans ces deux cas, et dans bien d’autres évènements ayant marqué ce séjour aux Etats-Unis, l’implication de ces compatriotes dans le renouveau d’Haïti et leur support au Fonds National pour l’Education du Président Martelly ont été au centre des échanges.

Discours de Martelly devant la diaspora à New York
http://www.haitilibre.com/article-3252-haiti-politique-discours-de-martelly-devant-la-diaspora-a-new-york.html
Quelques propos du Président Martelly en Floride
http://www.haitilibre.com/article-3249-haiti-politique-quelques-propos-du-president-martelly-en-floride.html
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3240-haiti-politique-le-president-martelly-en-voyage-officiel-en-floride.html
http://www.haitilibre.com/article-3242-haiti-politique-le-president-martelly-en-voyage-officiel-a-new-york.html
HL/ HaïtiLibre

 

Haiti-Politique :

Martelly affirme vouloir dialoguer avec le parlement

Miami, 27 juin 2011 [AlterPresse] — Le président Michel Martelly affirme vouloir dialoguer avec le parlement pour parvenir à la mise en place de de son prochain gouvernement.

Martelly pourrait ainsi reconsidérer son approche avec le parlement, dans le cadre de la désignation du prochain premier ministre, selon des déclarations qu’il a faites le week-end écoulé durant un déplacement à Miami.

Le chef de l’État estime important d’avancer dans le « dialogue avec le parlement » pour dégager une majorité capable de ratifier son choix.

Le président s’exprimait le samedi 25 juin devant un groupe de journalistes, à Emmanuel Sanon Soccer Park, dans le quartier de little Haiti, où il a tenu une rencontre avec la communauté haïtienne en Floride.

Martelly était accompagné des membres de son cabinet privé et du maire de la ville de Miami, Tomas Regalado.

Le dialogue a déjà commencé avec les dirigeants du parlement en vue de la mise en place d’un gouvernement fonctionnel pour concrétiser ses promesses électorales, souligne le président.

Reconnaissant que le changement qu’il prône ne sera pas facile à réaliser, Martelly déclare qu’il veut avancer pour le bien-être de la population.

« Nous ne pourrons peut-être pas changer en cinq ans les pratiques érigées en système depuis 25 ans, mais nous avons la volonté d’amorcer un processus que nous souhaitons irréversible », dit-il.

Il y a 25 ans, s’est produite une insurrection populaire en Haiti, qui a abouti à la chute de la dictature sanguinaire des Duvalier et, depuis, le pays est entré dans une phase de transition qui perdure encore.

D’autre part, Martelly a confié que l’un de ses conseillers politiques, Daniel Suplice, devrait devenir son prochain ministre des affaires étrangères.

Durant son séjour à Miami, Michel Martelly a participe a un diner avec un groupe d’hommes d’affaires, des officiels élus dont le Congresswoman Fredrica Wilson et des leaders de la communauté haïtienne dans le cadre de ce qu’il appelle « jour de la diaspora ».

Cette activité, qui s’est déroulée à Florida International University, a été une initiative de levée de fonds (100 dollars par personne) en vue de financer le programme d’éducation gratuite prôné par le nouveau président.

Cette rencontre tenue sous le thème « Haiti means Business », visait à mobiliser la diaspora sur la nécessité de contribuer au changement du pays.

Le président Martelly dit compter fermement sur l’aide de la diaspora pour opérer des changements dans le pays. « Soyez les premiers touristes, contribuez à changer l’image de notre pays et venez investir », lance Martelly.

« Le fonds pour l’éducation est géré par la Banque Centrale, et nous serons en mesure d’envoyer 100 mille enfants gratuitement a l’école d’ici le mois de septembre », se félicite le chef de l’état.

Il donne la garantie que les prélèvements effectués sur les appels téléphoniques (5 cents) et les transferts d’argents ($ 1.50) vers Haïti seront bien gérés au bénéfice de l’éducation des enfants du pays.

Une controverse demeure encore en Haïti sur les mécanismes de formalisation et de gestion de ce fonds, qui selon des parlementaires devrait, entre autres, être basé sur une loi approuvée par le parlement. [pe gp apr 27/06/2011 08 :00]

 

Insécurité:

Un mort et deux policiers blessés à Carrefour

27/06/2011 12:41:00 Auteur(e) La Redaction

imageUn employé de la mairie de Carrefour a été tué et deux policiers blessés par balle samedi lors d’un hold-up au cours duquel six bandits, dont certains portant l’uniforme de la police, ont tenté sans succès de dévaliser une maison de transfert dans le quartier de Thor (Carrefour, banlieue sud-ouest de Port-au-Prince).

Selon le commissaire de police de Carrefour, Jean Alex Pierre-Louis, interrogé par Radio Kiskeya, la victime non identifiée et affectée au service de la voirie a été mortellement touchée alors que les braqueurs venaient de neutraliser le propriétaire de Isaac Transfert d’Argent qui ouvrait à peine son entreprise.

Une intervention rapide de la police a entraîné des échanges de tirs qui ont fait deux blessés dans les rangs des forces de l’ordre. Cependant, leurs jours ne sont pas en danger.

Le commissaire Pierre-Louis informe d’autre part que deux des bandits, Frico Charles et Fanel Altéus, un résident du bidonville dénommé Village de Dieu, ont été appréhendés.

Les malfrats n’ont pas eu le temps de faire main basse sur l’argent stocké dans la maison de transfert. Mais, les quatre fuyards activement recherchés sont repartis avec les deux téléphones du responsable de l’entreprise.

Une nette recrudescence du grand banditisme est observée depuis quelques semaines à Port-au-Prince où le déploiement des agents de l’ordre n’est pas toujours visible. spp/Radio Kiskeya

 

DID, FADQDI et l’IICA s’associent au gouvernement haïtien pour structurer le secteur agricole en Haïti avec l’appui financier de l’ACDI

LÉVIS, QC, le 27 juin 2011 /CNW Telbec/ – Développement international Desjardins (DID), Financière agricole du Québec – Développement international (FADQDI) et l’Institut interaméricain de coopération pour l’agriculture (IICA) joindront leurs efforts au cours des sept prochaines années afin de mener à bien un ambitieux projet visant la structuration du secteur agricole en Haïti.

Ce projet, initié par le gouvernement haïtien, bénéficie d’un appui financier de 19 M$ de l’Agence canadienne de développement international (ACDI). Il permettra de jeter les bases d’un système de financement agricole et d’assurance récolte dans ce pays durement éprouvé au cours des dernières années. Le gouvernement haïtien apportera une contribution financière de 1,2 M$ afin d’alimenter le fonds d’assurance récolte.

Compte tenu de l’ampleur du projet, celui-ci sera divisé en deux phases. La première, d’une durée approximative de trois ans, aura essentiellement pour but de développer, de tester et de documenter les composantes du système de financement et d’assurance ainsi que de former les acteurs clés. La deuxième phase visera principalement à élargir la portée des produits financiers offerts et à mettre en place un cadre réglementaire propice au développement à long terme du secteur.

« En offrant aux Haïtiens des instruments financiers accessibles et adaptés à leur réalité, le projet qui s’amorce leur permettra de mieux contrôler la ressource agricole, d’en tirer un meilleur revenu et ainsi d’améliorer significativement leurs conditions de vie », a déclaré Mme Anne Gaboury, présidente-directrice générale de DID.

De son côté, M. Jacques Brind’Amour, président du conseil d’administration de FADQDI, confirme qu’ « en développant de façon durable l’offre de services financiers en Haïti, le projet aura nécessairement un impact sur la capacité du pays à augmenter la proportion des besoins alimentaires couverts par les producteurs locaux et ainsi, à combattre l’insécurité alimentaire ».

Des interventions complémentaires, pour un impact durable

Développement international Desjardins agira à titre de chef de file du groupement et sera en charge d’assurer la coordination des interventions. L’organisation a également le mandat de professionnaliser les activités de crédit agricole au sein des institutions financières locales participantes. Pour ce faire, DID mettra à profit sa vaste expérience en financement agricole. Celle-ci se traduit entre autres par une gamme complète d’outils et de méthodologies éprouvés dont fait partie Crédit+, un outil innovateur d’évaluation du risque de crédit. Présent en Haïti depuis 1995, DID y appuie La Fédération des caisses populaires haïtiennes Le Levier à laquelle se rattachent une cinquantaine de caisses fortement ancrées dans la communauté. Le Levier est aujourd’hui un acteur socio-économique de premier plan au pays et sera appelé à jouer un rôle significatif dans la mise en œuvre du projet.

Financière agricole du Québec – Développement international aura la responsabilité de créer un fonds de fiducie destiné à appuyer le financement des productions ciblées et à garantir partiellement les portefeuilles de prêts agricoles admissibles des institutions financières participantes. Elle concevra également un premier programme d’assurance récolte adapté à la réalité locale, sélectionnera et formera le personnel local chargé d’appliquer le mécanisme retenu dans chacune des régions désignées afin d’en assurer la pérennité et développera le matériel d’information, d’éducation et de vulgarisation à l’intention des producteurs et des acteurs concernés.

L’Institut interaméricain de coopération pour l’agriculture appuiera le ministère haïtien de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural (MARNDR) dans la promotion et la dissémination de nouvelles technologies et innovations dans ce secteur, assurera la formation des agro-entrepreneurs et appuiera le gouvernement haïtien, par le biais du MARNDR, dans la révision de son cadre légal ainsi que dans l’adoption de nouvelles lois qui favoriseront le développement du système de crédit agricole et d’assurance récolte et qui permettront une meilleure gestion des terres agricoles en Haïti.

En structurant ainsi l’ensemble du secteur agricole et agroalimentaire haïtien, ces interventions conjointes auront pour impact d’améliorer l’accès au crédit agricole, d’aider les exploitants agricoles à mieux gérer les risques reliés à leurs productions, de stimuler l’entrepreneuriat, la création d’emplois et l’adoption de pratiques de production performantes et, à terme, de combattre l’insécurité alimentaire par une meilleure capacité de production locale. À ce chapitre, rappelons que 60 % des aliments consommés en Haïti sont importés. Dans le cas du riz, ce chiffre s’élève à 80 %.

Des défis imposants, des ressources pour y faire face

Les défis auxquels font face les trois organisations ainsi que leurs partenaires locaux sont nombreux : une agriculture locale historiquement peu rentable, des désastres naturels qui sévissent sur une base régulière, une économie encore fragilisée par le séisme de janvier 2010. Dans cette perspective, l’excellente connaissance qu’ont d’Haïti les membres du consortium, leur expertise confirmée dans leurs secteurs d’intervention respectifs, leur volonté de collaboration ainsi que leur approche misant sur le renforcement des capacités locales et l’autonomisation des acteurs haïtiens peuvent être considérées comme autant de facteurs porteurs de succès. L’étalement du projet sur deux phases se veut également un moyen de réduire les risques qui lui sont associés, tout comme le rôle central que jouera le gouvernement haïtien afin d’assurer la concertation de tous les acteurs impliqués.

À propos de DID
Développement international Desjardins (DID) est une composante du Mouvement Desjardins qui appuie, depuis plus de 40 ans, la création, le développement et le renforcement d’institutions financières dans une trentaine de pays d’Afrique, d’Amérique latine, des Caraïbes, d’Asie et d’Europe centrale et de l’Est. Spécialisé en appui technique et en investissement dans le domaine de la finance de proximité, DID s’appuie sur la richesse et la diversité de l’expérience acquise au fil de ses collaborations avec de nombreux partenaires ainsi que sur les quelque 110 ans d’expérience du Mouvement Desjardins, le premier groupe financier coopératif du Canada. Pour en savoir plus, consultez le site
www.did.qc.ca.

À propos de FADQDI
Financière agricole du Québec – Développement international (FADQDI) est une entreprise sans but lucratif affiliée à La Financière agricole du Québec, dont la mission est de partager le savoir-faire développé en agriculture et en agroalimentaire par La Financière agricole, ses filiales et ses partenaires.  Regroupant des compétences en assurances agricoles, en financement, en développement de systèmes, en géomatique et dans la réalisation d’études sur les coûts de production, ce savoir-faire est offert aux gouvernements étrangers, aux institutions internationales et aux entreprises publiques ou privées. Plusieurs projets sont actuellement en cours en Afrique, Asie et Amérique latine. Les solutions proposées se distinguent par leur caractère innovateur, leur efficacité et leur adaptabilité. Pour des informations complémentaires, visitez le site
www.fadqdi.qc.ca.

À propos de l’IICA
L’Institut interaméricain de coopération pour l’agriculture (IICA) est une agence spécialisée faisant partie du système interaméricain dont la mission consiste à appuyer les efforts de ses États Membres dans le développement de leur secteur agricole et du bien-être de leur population rurale. Dans la réalisation de sa mission, l’IICA travaille dans six champs d’action prioritaires : contribuer au repositionnement de l’agriculture et du monde rural et à l’adoption d’un nouveau cadre institutionnel ; promouvoir le commerce et la compétitivité de l’industrie agricole et agroalimentaire ; promouvoir la protection sanitaire et l’innocuité des aliments ; promouvoir la gestion durable des ressources naturelles et de l’environnement ; promouvoir la dissémination de nouvelles technologies et encourager l’innovation afin de favoriser la modernisation de l’agriculture et le développement rural. L’IICA possède une expertise et une expérience considérables de la situation qui prévaut en Haïti puisque travaillant sur le terrain depuis 1972 avec les intervenants du secteur agricole et agroalimentaire et avec les représentants du MARNDR.

 

99% de l’aide post séisme versée aux ONG, indique Bill Clinton

26/06/2011 15:38:00 Auteur(e) La Redaction

image

Dans un nouveau rapport publié jeudi sur l’aide en Haïti, Bill Clinton estime que les flux financiers de l’aide internationale doivent davantage passer par l’Etat afin d’accélérer la reconstruction, renforcer les institutions, créer des emplois et améliorer les services publics.

Selon le rapport, environ 99% de l’aide d’urgence post-séisme à été décaissé au profit des agences humanitaires bilatérales ou multilatérales, la Croix-Rouge, et des fournisseurs de services non étatiques, y compris des ONG et des contractants privés.

Pour les experts du rapport, davantage de ces fonds devraient transiter par l’Etat afin que les Haïtiens soient en mesure de disposer de ces fonds.

« Le fait que 99% du financement de secours contourne les institutions publiques haïtiennes rend par exemple le leadership du gouvernement d’autant plus difficile », a déclaré l’Envoyé spécial adjoint pour Haïti, Paul Farmer, en introduction du rapport.

Intitulé « L’aide-t-elle changé ? Acheminement de l’aide en Haïti avant et après le séisme », le rapport a pour objectif de comprendre comment l’aide a été acheminée en Haïti avant et après le tremblement de terre.

Le Bureau de l’Envoyé spécial plaide pour le renforcement « des secteurs publics et privés, créant ainsi plus d’opportunités pour les citoyens haïtiens, en commençant par changer les modalités et les bénéficiaires de l’aide ». HPN

 

Haïti – Politique :

Quelques propos du Président Martelly en Floride

26/06/2011 11:52:56

Haïti - Politique : Quelques propos du Président Martelly en FlorideAu brunch, organisé hier samedi, par le Consulat Général d’Haïti à Miami, au Kovens Conference Center de la « Florida International University North Campus » le Président Martelly à été accueilli par une ovation debout d’élus locaux, de chefs d’entreprises et de membres de la diaspora.
Dans son allocation, le Président Martelly a repris le même message que lors de ses précédents voyages en Floride, insistant sur la nécessité du retour de la Diaspora pour aider Haïti « Retournez au pays et aidez Haïti » ajoutant, « Tout le monde ici a un rôle important » devant plus de 150 invités.
Malgré quelques difficultés, « Haïti est ouverte aux affaires » a déclaré le Chef de l’État. Citant en exemple les investissements à Jacmel dans le domaine touristique, Michel Martelly n’a pas hésité à qualifier la ville « d’un des joyaux du monde…»
Au cours de son intervention, le Président Martelly a demandé à plusieurs reprises au public, d’avoir confiance en lui et en son administration.
Bien que les personnes présentes, lui était majoritairement acquises, le Président a répondu à certaines critiques de la diaspora entre autres : sur le report de la réforme constitutionnelle qui permettait aux Haïtiens d’avoir la double nationalité. Se voulant rassurant, le Président Martelly a déclaré « Je défendrai la double nationalité parce que c’est bon pour Haïti ». D’autres ont contesté sa décision d’imposer une taxe sur les transfert d’argent pour financer le Fonds National pour l’Éducation (FNE), destiné à permettre à plus de 500,000 enfants haïtien, d’accéder à l’école gratuite. « Aucun enfant haïtien ne doit être oublié » a répondu Martelly, « nous allons donner une éducation à tout nos enfants » ajoutant « Il y a obligation de rendre des comptes dans mon gouvernement, et je promets de mettre en œuvre un processus de vérification pour s’assurer que les revenus provenant de cette initiative pour l’éducation gratuite, ne sera pas détourné. »
Alors que Reita Bourget, membre de l’Alliance haïtienne d’Atlanta, visiblement conquise a déclaré qu’elle était disposée à lui donner une chance, Joe Celestin, l’ancien maire de North Miami, s’est montré plus réservé « Il a encore beaucoup à faire pour rassembler le pays […] nous devons attendre et voir si cela peut arriver. »
Ce dimanche, Michel Martelly est à New York.
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3242-haiti-politique-le-president-martelly-en-voyage-officiel-a-new-york.html
http://www.haitilibre.com/article-3240-haiti-politique-le-president-martelly-en-voyage-officiel-en-floride.html
http://www.haitilibre.com/article-3169-haiti-education-irina-bokova-salue-l-initiative-de-michel-martelly-pour-la-creation-du-fne.html
BF/ HaïtiLibre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :