samedi 2 juillet 2011

2 Juil

Martelly revient pour les négociations

President Martelly s’est adressé à l’assemblée de la Caricom et a eu des entretiens avec les autres chefs de délégation présents à ce sommet

Alors que le 32e sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la CARICOM doit prendre fin le 4 juillet, le président Michel Martelly après avoir ouvert cette réunion internationale, a décidé de rentrer au pays vendredi soir dans le but de faire avancer les négociations avec les parlementaires pour la ratification facile de son Premier ministre.
« Actuellement la Commission travail d’arrache-pied avec les parlementaires sur la désignation du Premier ministre», a-t-il dit dans une courte déclaration pour expliquer son retour au pays.
Certains parlementaires ont déjà commencé à critiquer les nombreux voyages du président alors qu’il est en pleine négociation.
« Le Sommet doit durer quatre jours, a poursuivi le chef de l’État. Demain (samedi) les discussions se porteront sur Haïti, mais malheureusement je ne pourrai pas y prendre part. J’ai laissé un ambassadeur qui va y participer.»
Michel Martelly, outre son discours inaugural, a eu quand même le temps de discuter avec Percival Paterson, ancien Premier ministre de la Jamaïque et représentant de la CARICOM au sein de la Commission intérimaire pour la reconstruction d’Haïti (CIRH).
Les deux hommes d’Etat ont discuté sur le fameux Programme d’éducation gratuite du président Martelly. « Le développement durable passe par l’éducation et la formation», a-t-il soutenu. Ils ont également discuté sur les fonds pour la reconstruction du pays, la banque de la Caraïbe, les possibilités de construire en Haïti une université de la Caraïbe, entre autres.
Avant de prendre l’avion jeudi dernier pour participer au sommet des chefs d’Etat de la CARICOM, le président de la République a soumis aux parlementaires trois noms sur lesquels il a jeté son dévolu pour devenir son Premier ministre. Entre Jean-Max Bellerive, Bernard Gousse et Jean-Henry Céant, l’un d’entre eux pourrait être désigné par Michel Martelly. Le nom du prochain Premier ministre désigné devrait être connu ce week-end, avait promis le président.
Par ailleurs, dans son intervention a ce 32e sommet de la Caricom, le président Martelly a plaidé pour une libre circulation véritable entre les pays de la région. Il a egalement pris l’engagement de promouvoir le développement du Marché Commun de la Communauté des Caraïbes (CSME) et de favoriser la libre circulation des biens, du capital, de la main-d’oeuvre et des services.
« Nous allons faire tout notre possible pour activer ce processus et que l’économie haïtienne intègre à court terme celle des autres États du CARICOM, spécialement dans des domaines comme l’agriculture, l’industrie et les services. Haïti est impatiente d’offrir aux investisseurs du CARICOM un environnement stable, pour participer à son développement et à sa croissance économique. Je vais donner des instructions formelles, pour que les négociations soient reprises avec la Banque de Développement des Caraïbes dans ce sens » a-t-il déclaré.
En outre, le Chef de l’État a formulé le voeu de voir les 15 pays membres du CARICOM utiliser le français dans leur fonctionnement.
Robenson Geffrard / Le Nouvelliste

 

Haïti – Politique :

Jean Max Bellerive s’explique sur le fonds PetroCaribe

02/07/2011 10:57:42

Haïti - Politique : Jean Max Bellerive s’explique sur le fonds PetroCaribeAprès sa comparution, hier vendredi, devant la Commission sénatoriale « Justice et corruption » où il devait répondre, entre autres, de la gestion des fonds de PetroCaribe, le Premier Ministre démissionnaire, Jean Max Bellerive a déclaré :
« …ils m’ont parlé de 163 millions qui sont décaissé… je leur ai expliqué que ce n’est pas ça. Je leur ai expliqué combien d’argent il y avait dans chaque PetroCaribe, j’en ai fait 3, pas juste un seul et ce n’est pas juste 163 millions, c’est près de 393 millions qui sont sur 3 PetroCaribes qui ont été votés […] mais ce n’est pas parce que vous avez voté, que vous avez l’argent pour le mettre dans votre poche. Il y a des projets qui nécessitent des études, des appels d’offres etc… il y a de l’argent qui est là, de l’argent qui est engagé, il y a de l’argent qui est prêt à être engagé et de l’argent qui est déjà dépensé. Ce sont tout ces rapports que nous avons donné [à la Commission], quelle route a été faite, quel pont a été construit, quel central électrique a été montée…
L’argent de PetroCaribe c’est comme l’argent de l’USAID ou de l’Union Européenne. c’est de l »argent, que le Vénézuela nous a donné, je vois qu’ils [les membres de la Commission] en font une grosse affaire, parce que c’est PetroCaribe… je ne sais pas si c’est avec le Président Chavez, qu’ils ont des problèmes… Nous avons les mêmes obligations de gestion que les autres fonds de la coopération, car il rentre dans le Budget National (1). J’ai les mêmes rapports à donner à la cour des comptes et au Parlement. La Commission a parlé d’un certain contrat de 8 pages, je leur ai montré la grosseur du contrat qui a été signé, je leur ai donné tous les chiffres, les vrais chiffres, les états de compte de PetroCaribe que le bureau de monétisation gère, donc nous avons essayer de démontré que je suis transparent dans tout ce que j’ai fais. La Commission a tous les documents et nous leur avons dit, que s’ils avaient d’autres questions, nous sommes prêt à revenir. »
La question qui se pose, suite à ces déclarations, c’est pourquoi aujourd’hui, il semble soudain « si simple » de fournir des réponses et tous les détails [d’après les propos de Jean Max Bellerive] sur l’utilisation de ces fonds, alors que pendant des années, les parlementaires, devant l’absence de transparence, n’ont pas cessé de demander des explications sans jamais obtenir de réponses claires ou des documents… laissant place à toutes les spéculations et accusations…
(1) Les propos de Jean Max Bellerive, peuvent laisser croire que le fonds PetroCaribe, a toujours été dans le budget national, ce qui n’est pas exacte. Il est bon de rappeler, que le fonds PetroCaribe, est entré au Budget National, pour la première fois, dans le budget 2010-2011.
http://www.haitilibre.com/article-1915-haiti-economie-le-budget-d-haiti-2010-2011-passe-la-barre-des-100-milliards-de-gourdes.html
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-1039-haiti-rumeurs-de-palais-le-gouvernement-voudrait-utiliser-100-millions-du-fonds-petro-caribe.html
http://www.haitilibre.com/article-1095-haiti-politique-yves-christalin-refuse-d-avaliser-l-utilisation-du-fonds-petrocarib.html
HL/ HaïtiLibre

 

Me Harrycidas Auguste limogé

02/07/2011 05:51:00 Auteur(e) La Redaction

image 

Me Harrycidas Auguste

Me Sonel Jean-François a été promu vendredi après-midi commissaire du gouvernement de Port-au-Prince par intérim en remplacement de Me Harrycidas Auguste, éclaboussé dans le scandale de la mort du prévenu Serge Démosthène suite à des brutalités policières, a appris Radio Kiskeya auprès du nouveau responsable.

« Je suis maintenant à la tête du parquet de la capitale », a lâché laconiquement off the record Me Jean-François qui était jusqu’ici l’un des substituts du commissaire.

Son prédécesseur a été démis de ses fonctions dans les minutes ayant suivi une conférence de presse au cours de laquelle il avait tenté de se disculper et qualifié de rumeurs des informations persistantes qui faisaient état de sa mise en disponibilité en vue de l’avancement de l’enquête ouverte sur l’affaire Démosthène.

Le dossier de l’enquête sur l’assassinat du président du conseil d’administration de la Banque nationale de crédit (BNC), Guiteau Toussaint, dans lequel serait impliqué le prévenu décédé, a été transféré au cabinet d’instruction.

Selon Harrycidas Auguste, pour le moment, un seul suspect, Fequel Plaisimond, est détenu.

Dénoncé par les organisations des droits humains, l’interrogatoire brutal qui s’était déroulé au commissariat de Pétion-Ville avant d’entraîner la mort, le 15 juin dernier, de Serge Démosthène, a conduit à la mise en isolement du commissaire Vanel Lacroix et de cinq agents de la PNH.

La révocation du chef du parquet de la capitale constitue la première décision importante du ministère de la justice depuis le retrait définitif mardi de son titulaire, Paul Denis, et son remplacement provisoire par le Premier ministre démissionnaire, Jean-Max Bellerive, et le chargé de mission, Josué Pierre-Louis, pressenti pour ce portefeuille. spp/Radio Kiskeya

 

L’Angleterre accentue sa présence en Haïti

Le Nouvelliste / 01-07-11

Président Martelly a rencontré l

Président Martelly a rencontré l’Ambassadeur britanique en Haiti, Steven Fisher ce mercredi 29 juin, au Palais. Au centre des discussions: le projet de reconstruction du Centre Ville

L’ambassadeur du Royaume-Uni, de Grande Bretagne et d’Irlande du Nord, Steven M. Fisher a été reçu en audience par le président Michel Martelly en début de semaine au palais national.
Deux semaine auparavant, le 16 juin, l’ambassadeur Fisher avait offert à l’Etat haïtien un facsimilé de la déclaration de l’Indépendance.
Dans ses propos de circonstance à l’occasion de la réception en l’honneur de l’anniversaire officiel de la Reine Elizabeth II, devant ses invités réunis à l’Hôtel Montana, l’ambassadeur avait déclaré « Nous commémorons également la continuité des relations entre la Grande-Bretagne et Haïti – relations qui ont commencé en 1804, quand le général Jean-Jacques Dessalines a remis personnellement une copie de la déclaration de la nouvelle République au représentant de la Couronne Britannique en Haïti. Cette copie est toujours conservée dans les archives nationales britanniques. Il semblerait que le document original, rédigé dans la nuit du 31 décembre 1803 au 1er janvier 1804, aurait disparu. Pour cette raison, nous avons réalisé ce facsimilé que nous allons offrir à l’Etat haïtien, en signe d’amitié et de respect mutuel entre nos deux nations. »
Selon l’ambassadeur Fisher, « le Peuple britannique a une fascination pour Haïti. Après le séisme, sa générosité envers les victimes a été sans précédent. Et maintenant, les organisations non gouvernementales et le secteur privé Britannique veulent y participer. Et bien sûr nous sommes des bailleurs importants en étant membres de l’Union Européenne – le plus important donateur multilatéral du pays. »
pour conclure sa prise de parole, le représentant de la Reine Elisabeth II s’était félicité des progrès de la reconstruction.
« Quand mon gouvernement me demande si des progrès sont constatés dans les travaux de reconstruction du pays, je réponds maintenant que oui, que les choses commencent à bouger – à preuve la rénovation du Marché en Fer par la firme anglaise McAslan & Associates ; le projet de construction de maisons qu’ont visité les présidents Martelly et Clinton ; le projet de construction des maisons transitionnelles de l’UNOPS… »
L’Angleterre a repris des relations fortes avec Haïti depuis le séisme du 12 janvier 2010.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :