jeudi 21 juillet 2011

21 Juil

Haïti – Social :

Wyclef Jean devient Grand Officier de l’Ordre National Honneur et Mérite

21/07/2011 10:47:01

Haïti - Social : Wyclef Jean devient Grand Officier de l'Ordre National Honneur et MériteHier mercredi, la star mondial du hip-hop et Ambassadeur de Bonne volonté, Wyclef Jean a été décoré, lors d’une cérémonie au palais national, au grade de Grand Officier de l’Ordre National Honneur et Mérite par le Président de la République, Michel Martelly.
« J’ai grande joie à honorer solennellement un fils de cette terre qui a assumé avec force, conviction et humanisme, sa qualité d’Haïtien » a déclaré le chef de l’État, spécifiant que la décoration est accordé à M. Jean « en signe de haute considération nationale pour son dévouement à la promotion d’Haïti à travers le monde », félicitant par la même occasion Wyclef Jean pour les des actes concrets de solidarité sociale qu’il a entreprit.

« Tout le pays se souvient de la mobilisation des artistes américains que vous avez organisée pour apporter un message d’espoir à la population après le 12 janvier 2010 [ref. We Are the World 25 for Haiti] » a ajouté le Président de la République, « malgré toute la gloire que que vous avez reçu à travers le monde, vous continuez à porter Haïti dans votre cœur et à aider le peuple haïtien […] vous êtes parmi les Haïtiens qui nous rendent la fierté […] la citation justifiant la décoration que vous recevez en signe de haute considération nationale pour son dévouement à la promotion d’Haïti à travers le monde donne à comprendre combien est apprécié l’attention constante et jamais démenti que vous manifester à l’endroit de la communauté nationale, et je suis sûr que cette attention ira en se renforçant, parce que, pour se sortir des problèmes qui l’assaillent, Haïti a besoin de l’apport sans réserve de ses fils, un grand merci au nom du peuple haïtien tout entier » a ajouté le Président.
PI/ HaïtiLibre

 

EDITO

Haïti: Il faut commencer à gouverner

Se présentera, ne se présentera pas. Personne ne sait quelle sera la décision du Premier ministre désigné. En principe, ce jeudi, Bernard Gousse doit enfin soumettre ses pièces au sénat de la République pour que débute le processus de sa ratification. Sauf si sa demande de report à la huitaine concernait des jours francs, des jours ouvrables ou des jours plus longs que les nôtres. Sauf s’il admet que cela ne vaut plus la peine.
Ce mercredi, deux réunions importantes ont été tenues et un acteur de premier plan est sorti de son silence: Yvon Neptune, ancien Premier ministre et l’une des victimes du ministère de Gousse.
Le stoïque ancien Premier ministre de Jean Bertrand Aristide, qui avait passé des mois en prison après avoir facilité la transition entre Aristide et le gouvernement Alexandre-Latortue, a été arrêté alors que Bernard Gousse était ministre de la Justice.
Son cas avait ému des secteurs de la communauté internationale plus que ses anciens amis lavalas qui l’avaient laissé tomber. Gousse résista plus que de raison au lieu de libérer Neptune. Cette affaire entachera ses relations avec plusieurs de ses supports jusqu’à son départ du gouvernement Alexandre-Latortue.
Dans le cas de Neptune comme dans celui de Privert, la norme veut que tout ancien ministre relève de la Haute cour de Justice et ne soit pas poursuivi comme le commun des mortels pour des faits survenus dans le cadre de leur fonction. L’acharnement à garder Neptune et Privert en prison ne fut pas à l’honneur de leurs accusateurs et enfin – et c’est ce que rappelle Neptune dans sa première déclaration publique depuis le début de l’affaire Gousse – la Cour interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) a condamné Haïti, donc les exécuteurs de la mauvaise politique de l’époque, Bernard Gousse en premier pour ne pas le nommer.
Pour revenir sur les rencontres du jour, celle entre le groupe des sénateurs anti-Gousse et le Forum du secteur privé fut, rapporte-on, constructive, mais elle n’a pas permis de trouver des appuis en faveur du Premier ministre désigné.
La rencontre entre le président Michel Martelly et les anti-Gousse fut plus décisive, mais le flou persiste sur les résultats qui en sont sortis. Certains disent que les deux parties sont revenues à des positions moins tranchées ce qui signifierait que Gousse ne serait plus l’option prioritaire de Martelly et le groupe des seize moins obnubilé par sa croisade anti-Gousse.
Mais allez savoir ce qui s’est réellement dit ce mercredi entre zotobre et zotorite de tous calibres.
Deux choses sont sures: Gousse a dû laisser la réunion avant son terme, sans doute pour donner toute latitude au président de négocier et Martelly se trouve dans une impasse: il ne peut pas se permettre d’arriver vendredi à la réunion de la CIRH sans annoncer au moins un accord sur la formation de son premier gouvernement.
Pour que Martelly, qui n’a aucun appui décisif au parlement, gagne sans peine, Gousse devra faire une entrée sans triomphalisme ou partir sur la pointe des pieds, car Martelly ne peut pas essuyer un deuxième échec de suite.
Avec Gousse ou sans, Martelly doit commencer à gouverner.
Ces derniers jours, plusieurs ambassadeurs accrédités en Haïti poussent des cris d’impatience et la population, qui n’a plus de favori en course dans la Copa America, est d’humeur maussade. Dimanche d’ailleurs la compétition prend fin.
Un autre match va alors commencer…

Frantz Duval / duval@lenouvelliste.com

 

Pour la gouverne de ceux que la vérité intéresse

Dans le débat en cours concernant le Premier ministre désigné, Bernard Gousse, je me suis abstenu d’intervenir,
malgré plusieurs invitations de différents médias. Pour info, la Cour inter-américaine des Droits de l’Homme(CIDH) a condamné l’Etat haïtien pour onze(11) violations des droits de la personne, et lui a exigé les actions suivantes:
1) Publier les clauses essentielles de l’arrêt dans le journal de la République ou un journal national à grand tirage.
2) Signifier aux parties concernées l’Arrêt de la cour d’appel des Gonaïves se déclarant incompétente
3) Sortir Yvon Néptune(YN) de l’insécurité juridique
4) Verser à Y.N. un dédommagement financier
5) Rendre les prisons conformes aux normes internationales
Le ministre des Affaires étrangères d’alors, Monsieur Rénald Clérismé, avait, par voie de presse, informé la Nation haïtienne de la décision de la Cour et déclaré que l’État Haïtien allait s’y conformer. En plus du ministère des Affaires étrangères, La présidence, la Primature et le Parlement ont l’Arrêt en leur possession (Consulter Brian Concannon à ce sujet à brian@IJDH.org Tél/617-652-0876 / 541-263-0029*cell).
A ma connaissance:
a) L’État haïtien n’a jamais, à date, publié l’arrêt de la CIDH
b) L’arrêt de la cour d’appel des Gonaïves a été signifié(en catimini) plus d’un an après la sortie de l’arrêt de la CIDH (Consulter Brian Concannon)
c) Vu qu’aucune des parties n’en a fait pourvoi en cassation, le dossier est donc clos(Consulter Brian Concannon)
d) Aucun dédommagement n’a été, à date, versé à Y.N.
e) Les prisons d’Haïti, que je sache, sont dans les mêmes conditions depuis la sortie de l’arrêt de la CIDH
Yvon Néptune

Le Nouvelliste

 

Haïti – Culture :

Azor aura droit à des funérailles nationales

21/07/2011 13:03:49

Haïti - Culture : Azor aura droit à des funérailles nationalesLénord Fortuné « Azor », chanteur et tambourineur du groupe Racine Mapou de Azor, qui a rendu l’âme à l’âge de 46 ans (19 juin 1965 – 16 juillet 2011), à l’hôpital Bernard Mevs, aura droit à des funérailles nationales.
Un péristyle et des estrades seront érigé devant le Musée du Panthéon National, ce lieu servira de temple pour donner le dernier adieu à celui qui avait le tambour dans l’âme et la musique dans les entrailles. La cérémonie devrait avoir lieu ce samedi 23 juillet de 7 à 11 heures du matin.
Le vendredi 22 juillet, aura lieu une veillée artistique en l’honneur d’Azor sur le Champ de Mars, de 6 heures à minuits, une trentaine d’artistes seront présents.
Samedi, le corps d’Azor arrivera sur le Champ de Mars sur un carrosse tiré par des chevaux. Le Président de la République, Michel Martelly décorera à titre posthume celui qui savait faire résonner les tambours. Rasin Mapou donnera un spectacle en l’honneur d’Azor avant que la dépouille ne soit conduite au crématorium de Pax Villa pour y être incinérée…
Plus de détails à venir…
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3393-haiti-culture-azor-n-est-plus.html
http://www.haitilibre.com/article-3398-haiti-culture-hommage-de-martelly-a-azor.html
HL/ HaïtiLibre

 

Haïti – Politique :

Martelly va rencontrer José Miguel Insulza aujourd’hui

21/07/2011 12:01:01

Haïti - Politique : Martelly va rencontrer José Miguel Insulza aujourd'huiLe Secrétaire général de l’Organisation des États américains (OEA), José Miguel Insulza, effectue une visite de deux jours en Haïti, où il rencontrera le président Michel Martelly et prendra part à la réunion de la Commission Intérimaire pour la Reconstruction d’Haïti (CIRH).
Le secrétaire général Insulza sera reçu par le président Martelly aujourd’hui au Palais présidentiel, leur première rencontre officielle depuis que le leader haïtien a pris ses fonctions.
Le chef de l’organisation hémisphérique aura également des entretiens avec Jean-Max Bellerive, Premier ministre sortant d’Haïti, et avec Mariano Fernández, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en Haïti et chef de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah).
Le secrétaire général de l’OEA assistera demain à la réunion de la Commission Intérimaire pour la Reconstruction d’Haïti, présidé par Bill Clinton, et s’entretiendra également avec l’ancien Président des États-Unis. Par ailleurs, il fera aussi une tournée à travers les quartiers de Port-au-Prince où la Fondation Pan Américaine de Développement (FUPAD) contribue aux efforts de rétablissement.
HL/ HaitiLibre

 

Visite en Haïti du Ministre argentin des Affaires étrangères

RTVCaraïibes – 21/07/2011 11:19:00 Auteur(e) La Redaction

image

Le Ministre des Affaires Etrangères, Commerce International et Culte de la République Argentine, Hector Marcos Timerman, est en visite de travail en Haïti. Ce mercredi 20 juillet 2011, il a été reçu, à Port-au-Prince, par le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en Haïti, Mariano Fernández Amunátegui, en présence du Président du Sénat haïtien, Rodolphe Joazile, et de celui de la Chambre des députés, Sorel Jacinthe.

Pour  le ministre Timerman, il était  question  d’« évaluer les besoins du pays et voir comment l’Argentine peut l’aider tant au niveau bilatéral qu’à travers la MINUSTAH». Ce dernier  a rappelé que l’Argentine « est fortement impliquée aux côtés du peuple haïtien dans la reconstruction du pays ».

A son programme, outre ses rencontres avec les autorités du pays,  figurent notamment  une visite au contingent argentin de la MINUSTAH, une visite à  l’hôpital argentin de la Mission et au  programme  « Pro Huerta » mis en œuvre dans  le cadre de la coopération entre les deux pays. Il s’agit d’un programme d’« autoproduction d’aliments frais qui vise à améliorer la sécurité alimentaire des populations se trouvant en situation de vulnérabilité ».

Ainsi, après le séisme du 12 janvier 2010, le gouvernement argentin a fait don à Haïti de 35 tonnes de semences de mais et d’haricot, de 600 jeux d’outils et 5000 manuels de formation. Cette cargaison de semences a été acheminée dans le pays via des bateaux de l’armée uruguayenne. Et, grâce au soutien logistique de la MINUSTAH et du Programme Alimentaire Mondial (PAM), elles ont été distribuées à 17.000 familles dans 6 départements (Artibonite, Centre, Nord, Nord-Est, Ouest et le Sud-Est).

L’Argentine, à travers la MINUSTAH, participe au processus de stabilisation d’Haïti. Elle dispose d’un effectif de 721 Casques bleus, dont un bataillon d’infanterie de 597 soldats déployés aux Gonaïves et à Saint-Marc, d’une force aérienne de 46 membres et d’un personnel médical de 67 membres. 11 officiers supérieurs font aussi partie de l’Etat-major de la MINUSTAH.

Dans le cadre de leurs activités de sécurité, les Casques bleus argentins organisent des patrouilles à pied ou motorisées, de jour comme de nuit, établissent des points de contrôle et effectuent des opérations conjointes avec la Police des Nations Unies, les Unités de Police Constituée (FPU) et la Police nationale d’Haïti (PNH). Ils organisent également des activités humanitaires au bénéfice de la population.

Rédaction : Faustin Caille / Edition : Uwolowulakana Ikavi

 

Le groupe des 16 rencontre le secteur des affaires

Jean Tatoune aux Gonaives appelle à des manifestations pour forcer la main aux parlementaires

21/07/2011 11:25:00 Auteur(e) La Redaction

image

Le groupe des 16 sénateurs signataires de la prise de position contre la ratification du premier ministre désigné a rencontré ce mercredi au Karibe Convention Center à Port-au-Prince, des représentants du Forum économique du secteur privé, un jour avant la nouvelle date choisie par Me Bernard Gousse pour le dépôt de ses pièces au sénat.
L’ancien ministre de la justice accusé de violation des droits de l’homme, a dejà reporté par 2 fois l’acomplissement de cette formalité constitutionnelle.
Le troisième sénateur du Nord, Kély Bastien a fait savoir  que la  rencontre de mercredi a permis aux membres du Bloc majoritaire dont il fait partie, de clarifier leur position exprimée contre le premier ministre désigné et de montrer clairement qu’ils restent soudés.
Un seul des 16 n’a pas participé à la rencontre . Il s’agit du deuxième sénateur du Nord, Moïse Jean Charles considéré comme l’un des parlementaires les plus opposés au choix du président Joseph Michel Martelly.
M Charles a toutefois donné mandat au sénateur son collègue  Bastien de le représenter, a fait savoir ce dernier.
« Les membrs du Forum ne se sont pas présentés en defenseurs de M Gousse mais affirmaient être là plutôt pour entendre nos préoccupations et de notre coté nous leur avons fait part des nôtres afin  de définir les prioritésdevant  permettre a chaque institution de jouer son rôle dans le respect de l’autre », a déclaré l’ancien président de l’assemblée nationale qui a exprimé le souhait que ces rencontres se fassent de façon systématique et pas seulement en temps de crise.
Parmi les préoccupations exprimées par les parlementaires, M. Bastien a fait etat d’un spot  diffusé sur les ondes de certaines stations de radio de la capitale menaçant les parlementaires que la patience du peuple a ses limites.
« Ce sont  des menaces directes », a-t-il soutenu. D’autres sénateurs ont aussi évoqué des menaces de mort dont ils affirment être  l’objet à travers des appels teléphoniques.
Parallèlement, aux Gonaïves (nord), le repris de justice Jean Pierre dit Jean Tatoune a menacé mardi d’appeler à des manifestations de rue, pour tenter de forcer  les sénateurs de  ratifier le premier ministre désigné.
 » Je n’avertirai pas 2 fois les sénateurs », a lancé Jean Tatoune qui dit pouvoir étendre son mouvement à l’ensemble du pays.
Jean Tatoune, ancien activiste qui avait pris, en 1985 aux Gonaïves, la tête des manifeatations contre le president Jean-Claude Duvalier, était devenu  par la suite un délinquant qui est même arrivé à participer à un massacre à Raboteau (Gonaïves) en 1992, pour lequel il fut condamné.
Mais l’homme a pu s’échaper de prison  à la faveur du départ forcé du président Aristide en février 2004.

AHP

 

Haïti – Politique :

Bernard Gousse, le flou, l’incertitude persiste…

21/07/2011 07:12:00

Haïti - Politique : Bernard Gousse, le flou, l'incertitude persiste...Bernard Gousse, le Premier Ministre désigné, devrait déposer son dossier de candidature ce jeudi au bureau du Sénat pour être examiné par une commission formée les Sénateurs : Lucas François Sainvil, Nènel Cassy, Yvon Buissereth, Wencesclass Lambert, Edwin Zenny, Francisco Dalacruz, Jean-Baptiste Bien-Aimé, Jean William Jeanty (Président de la Commission) et Jean Willy Jean-Baptiste).
Le 14 juillet Me Gousse devait déjà déposer son dossier mais avait demandé un report à huitaine car il avait besoin d’un « peu de temps, pour mieux constituer son dossier ».
Hier a eu lieu une rencontre de plus de 6 heures au Karibe Convention Center, entre 15 sénateurs du groupe des 16, le Sénateur Moïse Jean-Charles (Nord) étant absent, qui se sont déclarés publiquement opposés à la candidature de Me Gousse, et le Président Martelly.
Avant d’entrer en salle, le Sénateur Evalière Beauplan a déclaré « Je suis là pour négocier l’après Gousse ». Pour le Sénateur Jean-Baptiste Bien Aimé « il n’est pas question pour le groupe des seize de changer d’avis. Nous demeurons fidèle à notre position jusqu’à la séance de ratification. Les seize signataires de la pétition vont tous voter contre Bernard Gousse », le Sénateur Dera Simon Dieusseul affirme qu’« il n’y a eu aucune défection au sein du groupe des seize », tandis que pour Kelly Bastien « cette rencontre sera l’occasion de définir un cadre globale de gouvernabilité pour le pays. »
Peu après le début de la rencontre M. Martelly a appelé Me Gousse a participé à la réunion, vers la moitié de cette dernière Me Gousse a quitter la salle, il paraissait déçu et n’a fait aucun commentaires à la presse, un silence qui peut être interprété [?]
À la fin de la réunion les 15 Sénateurs et le Président Martelly ont fait un point de presse, durant lequel le Président de la République a qualifié cette rencontre d’historique, car il y a eu un un amollissement des position des deux coté, un changement de ton, de plus il a annoncé que dans les 24 prochaine heures la nation connaitra la décision qui sera prise, ce qui sera fait à propos du dossier de ratification du Premier Ministre désigné, Me Bernard Gousse, qualifiant la décision qui a était prise de courageuse sans la dévoilé à la presse.
Les 15 sénateurs présents ont également fait part de leur détermination à travailler avec le chef de l’Etat, tandis que les Chef de l’État semble se montrer plus conciliant et plus tolérant. Mais travailler avec le Chef de l’État ne veut pas nécessairement dire ratifier Me Gousse.
Le flou, l’incertitude persiste après cette réunion, Me Bernard Gousse déposera t-il ses pièces aujourd’hui ? Si ses pièces sont conformes à la constitution, les sénateur vont t-ils voter pour lui ? Est ce que le groupe des 16 a changé d’idée ?
Parallèlement au Cap Haïtien une centaine de manifestants pro-Gousse, ont exprimé leur soutien au Premier Ministre désigné, tout en accusant les parlementaires d’être une source de blocage pour le pays.
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3409-haiti-politique-apres-l-affrontement-martelly-cherche-un-ultime-compromis.html
http://www.haitilibre.com/article-3358-haiti-politique-depot-aujourd-hui-du-dossier-de-bernard-gousse.html
http://www.haitilibre.com/article-3344-haiti-politique-reponse-du-president-martelly-aux-senateurs-contestataires.html
http://www.haitilibre.com/article-3340-haiti-politique-rejet-du-premier-ministre-designe-par-anticipation.html
http://www.haitilibre.com/article-3322-haiti-politique-rien-n-est-joue-pour-le-premier-ministre-designe-bernard-gousse.html
HL/ HaïtiLibre

 

Martelly nomme 6 nouveaux représentants à la CIRH

Le président haïtien, Michel Martelly, envisage de solliciter du Parlement une prorogation du mandat de la Commission Intérimaire pour la Reconstruction d’Haïti (CIRH). La nomination de 6 nouveaux représentants de l’exécutif au sein du Conseil d’administration de la CIRH témoigne de la volonté du chef d’Etat de maintenir cette structure.
Les nouveaux membres de la CIRH, Karl jean Louis, Laurent Lamothe, Patrick Rouzier, Klauws Eberwein, Harold Charles et Serge Coles jr participeront ce jeudi à leur première réunion de travail.
Le président Martelly lui même participera pour la première fois a une réunion de la CIRH sous la présidence de Bill Clinton et Jean Max Bellerive.
Le renouvellement pour une année supplémentaire du mandat de la CIRH pourrait entrainer une prorogation de l’Etat d’urgence. Le vote de cette loi avait en mai 2010 provoqué la colère des sénateurs minoritaires qui y voyaient une aliénation des pouvoirs du Parlement. Les sénateurs William Jeanty et Youri Latortue ont toujours mis l’accent sur la nécessité de sauvegarder les prérogatives de contrôle de l’action du gouvernement accordées aux deux chambres.
La démarche de reconduction du mandat de la CIRH intervient deux semaines après la convocation de Jean Max Bellerive, co-président de la CIRH, par deux commissions sénatoriales. M. Bellerive avait soumis des documents aux parlementaires prouvant les décaissements de fonds et la réalisation de plusieurs projets dans le contexte de la reconstruction.
Au cours de l’audition M. Bellerive avait mis l’accent sur la nécessité de réformer la CIRH afin d’améliorer son efficacité. Il avait toutefois mis en garde contre une disparition de cette structure qui équivaudrait à un rejet de la coopération internationale.
LLM / radio Métropole Haïti

 

Haiti – Reconstruction :

7ème réunion de la CIRH

21/07/2011 09:25:56

Haiti - Reconstruction : 7ème réunion de la CIRHCe jeudi 21 juillet 2011, et demain 22 juillet, se tiendra la 7ème réunion du Conseil de la Commission Intérimaire pour la reconstruction d’Haïti (CIRH). Vers 11 heure du matin aura lieu l’ouverture Officielle de l’Exposition des Prototypes de Maisons et du site technologique Environnement Vert à Zoranger, en présence, entre autres, de l’ancien Président Bill Clinton et coprésident de la CIRH et du Président Martelly.
En après-midi les membres de la CIRH assisteront à différentes présentation thématique, diaporama des 16 quartiers et vidéo logement, présentation et vidéos sur les débris…
Toujours dans l’après midi le plan d’éducation du Président Martelly sera présenté au Président Clinton. Le support personnel de la Fondation Clinton et les démarches que l’ancien Président va entreprendre pour supporter le projet, seront annoncés.
Parallèlement, à 15 heures le Président Martelly va décorer le Président Clinton au Palais national.
Demain vendredi aura lieu l’introduction et la présentation des nouveaux membres du Conseil d’Administration, puis le Président Martelly interviendra pour présenter les visions et priorités présidentielles et le rôle de la CIRH. Ensuite le Ministère de la Planification et de la Coopération Externe fera un état des lieux de la collaboration CIRH/Gouvernement, qui sera suivi par un présentation de l’appel à projets et appel à financement par le directeur des projets. Juste avant la pause de la mi-journée aura lieu la présentation de l’analyse des projets approuvés par la CIRH (rapport du BPLC) par le Bureau de Performance et de Lutte contre la Corruption, puis sera présenté le projet de retour aux quartiers et de reconstruction de logements.
Selon un responsable du gouvernement, Michel Martelly demandera à la CIRH de prolonger son mandat d’un an, il devrait en faire la demande demain vendredi. Le mandat de la Commission Intérimaire pour la reconstruction d’Haïti arrive à échéance en octobre.
Le Président de la République aurait nommé Karl Jean Louis, Laurent Lamothe, Patrick Rouzier, Klauws Eberwein, Harold Charles et Serge Coles Jr. comme nouveau membres de la CIRH, l’information reste encore à confirmer, ce qui est sur c’est que demain vendredi nous connaitrons avec certitude le nom des personnalités choisi par le Chef de l’État.
HL/ HaïtiLibre

 

Camille Chalmers opine sur « Kay Pam »

21/07/2011 06:50:00 Auteur(e) La Redaction

image

Camille Chalmers

Le secrétaire genéral de la  Plateforme Haïtienne de Plaidoyer pour un Développement Alternatif (PAPDA) Camille Chalmers, a fait savoir mercredi que le programme Kay PAM tel que conçu par le gouvernement haïtien, s’il se situe dans le cadre du besoin de reloger les familles haïtiennes affectées par le séisme du 12 janvier 2010, comporte toutefois de sérieuses lacunes.
Ce programme national  de prêts au logement à un taux de 8% remboursable sur 30 ans, qui a été lancé mercredi en présence du président Joseph Michel Martelly, et  destiné aux agents de la fonction publique et aux employés  du secteur privé, dsiposerait présentement  d’un fonds de 4 milliards de gourdes.
M. Chalmers a fait savoir que le projet reste toutefois muet sur un ensemble d’interrogations dont la rationnalisation de l’espace et l’aménagement du territoire.
 » Aucune proposition n’est faite  sur la répartition des différentes zones administrativs, commerciales et residentielles, a relevé l’économiste qui se demande egalement ce qui est prévu par exemple pour  les habitants des bidonvilles et les petits commerçants, le financement n’étant accesible qu’à des personnes disposant d’un emploi stable.
Le secrétaire général de la  PAPDA reconnait toutefois le bien-fondé du credit au logement, car le tremblement de terre de janvier 2010 ajouté à l’exode rural, a aggravé la problématique du logement à Port-au-Prince.
C’est à  l’Etat qu’il importe de dégager d’autres espace pour « viabiliser » le programme proposé par la banque nationale de crédit avec le soutien d’une autre banque d’Etat, la banque populaire haïtienne (BPH).
Lors du lancement du programme, le gouverneur de la banque centrale,Charles Castel,  avait invité les banques privées à  rejoindre le projet.
Ce proghramme , avait-il encore indiqué, va conribuer au développement structuré des milieux urbains haitiens.
AHP

 

Haïti – Santé :

«L’ambulance aidera à sauver des vies» dixit Wyclef

21/07/2011 08:14:33

Haïti - Santé : «l'ambulance aidera à sauver des vies» dixit WyclefCe mardi, la star mondial, Wyclef Jean a remis, au nom de Yéle Haïti, une ambulance aux responsable de l’hôpital Saint-Nicolas, à Saint-Marc. Le chanteur a indiqué que « l’ambulance a été donnée par le Chicago Fire Department… » et qu’elle « aidera à sauver des vies » ajoutant « j’étais ici en octobre en compagnie du sénateur Youri Latortue quand l’épidémie de choléra s’est déclarée, et le personnel médical m’avait fait part du problème d’ambulance. »
Pour Youri Latortue, Sénateur de l’Artibonite « c’est une promesse tenue! »
Yfto Mayette, la directrice de l’hôpital a déclarée pour sa part « c’est un rêve qui devient aujourd’hui une réalité » ajoutant que « cette ambulance va nous permettre de secourir les patients […] si le cas d’un patient dépasse notre niveau, l’ambulance nous permettra de le transporter vers un autre hôpital…»
Maintenant l’hôpital Saint-Nicolas dispose de deux ambulances.
HL/ HaïtiLibre

 

Haiti – Politique :

Exclusif – Edwin Zenny donne tout les détails sur les 10,000 US

21/07/2011 13:26:09

Haiti - Politique : Exclusif - Edwin Zenny donne tout les détails sur les 10,000 USLe premier sénateur du Sud-est Edwin Zenny, dans une interview exclusive accordée à Haïtilibre a apporté des précisions concernant ses dernières déclarations faites lors du passage du président Joseph Michel Martelly dans la métropole du Sud-est jeudi 14 juillet dernier. Le sénateur Edwin Zenny indiqué qu’un sénateur de la république coûte à l’état haïtien plus de dix mille dollars américains par mois. Un montant qui est repartie comme suit, 121 mille gourdes pour les frais mensuel du sénateur, dont son salaire net est réduit à 84.000 gourdes après le prélèvement des taxes, 125.000 gourdes de frais mensuel du coordonnateur du bureau du parlementaire, 30.000 gourdes pour le paiement de deux agents de sécurité, 90.000 gourdes pour le salaire de deux consultants, 20.000 gourdes frais de carburant le mois, 10.000 gourdes de crédit de téléphone, 35.000 dollars pour l’achat d’un véhicule et 40.000 gourdes tout le mois pour l’organisation des fêtes patronales dans les communes y compris les sections communales du département d’origine du sénateur et de certains autres privilèges.
Le premier sénateur élu du département du Sud-est, Edwin Zenny après toutes ses affirmations dit n’a pas compris le comportement de son collègue Wenceslas Lambert qui voulait donner une autre couleur politique de ses déclarations, alors qu’il n’avait pas cité aucun sénateur jouissant de ces privilèges au grand corps.
Le sénateur Edwin a déclaré qu’il ne minimise jamais les déclarations du deuxième sénateur de la région du sud-est dans la Pesse Jacmelienne qualifiant sa révélation sur le salaire d’un parlementaire de déclarations de guerre et du même coup Wenceslas Lambert lui a déclaré la guerre publiquement dans la métropole du sud-est. Le sénateur Edwin Zenny a indiqué qu’il n’a pas peur à faire la guerre avec Wenceslas Lambert, parce qu’il est un guerrier et il peut la faire avec son honnêteté et son intégrité. M. Edwin Zenny a précisé il est prêt pour cette guerre jusqu’à l’utilisation de ses dernières minutions.
Par ailleurs, le sénateur Edwin Zenny tient à attirer l’attention de la communauté internationale, l’Ambassade des États Unies, l’Ambassade de France, l’État haïtien et la population haïtienne de sa sécurité ainsi que sa famille suite aux propos du sénateur Wenceslas contre lui. « In God we trust » soutient Edwin Zenny, cela ne m’empêche pas de renforcer mon équipe de sécurité.
Le premier sénateur du département du Sud-est réitère sa volonté de travailler dans l’intérêt de la population qui lui a voté. Ce dernier promet à la nation de la transparence durant ses six ans de son mandat, particulièrement dans le budget national.
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3399-haiti-politique-le-salaire-d-un-senateur-est-de-10-000-us-par-mois.html
HL/ Claudy Bélizaire
Interview exclusive – Tous droits réservés HaïtiLibre / Claudy Bélizaire

 

Haïti, formée sur un grumeau du Gondwana !

Par Jean-Emmanuel Rattinacannou, Futura-Sciences / 21-07-11

Grâce à des analyses chimiques de pointe, des chercheurs de l’université de Floride ont découvert que des roches très anciennes sont présentes sous l’île d’Hispaniola. Sorte de grumeau résiduel du supercontinent Gondwana, elles auraient été transportées sur près de 1.500 kilomètres, au fil des mouvements tectoniques de la plaque Caraïbe.

Les géologues pensaient jusqu’à présent qu’Hispaniola, l’île qui abrite la République dominicaine et Haïti, était relativement jeune du point de vue géologique. Environ 150 millions d’années. Mais des analyses conduites par des chercheurs de l’université de Floride chamboulent ce scénario.

La composition chimique des roches permet de connaître leur origine. L’étude détaillée des concentrations en éléments rares comme le strontium ou le néodyme et des rapports entre isotopes d’éléments comme le plomb fournissent aux chercheurs une sorte de carte d’identité de la roche. Ils peuvent ainsi découvrir la source de la lave ou du magma dont elles sont issues, et reconstituer les déplacements tectoniques subis par le terrain qu’elles forment.

Une double surprise

L’équipe du professeur Michael Perfit s’est penchée sur des laves qui ont rapidement révélé avoir été émises lors d’une éruption il y a 1 million d’années. Premier étonnement, car le dernier volcanisme connu sur l’île datait jusqu’à présent de 40 millions d’années. Mais la découverte principale restait à venir. Après analyse sur un spectromètre de masse à source plasma (ICP-MS), les géochimistes ont trouvé des bizarreries dans la composition des échantillons.

image
Les laves issues des
volcans offrent aux géologues la possibilité d’analyser des matériaux venus des profondeurs. © favynet, Wikipédia CC

Sur tout le reste de l’île et plus largement dans tout l’arc antillais, on trouve des types de laves de zone de subduction : de la croûte océanique basaltique, vieille et dense, plonge sous un autre morceau de lithosphère, océanique ou continentale, entraînant des déformations et du volcanisme. Or ici, les courbes ont révélé des concentrations en éléments-traces bien différentes. Elles sont étonnamment similaires à ce que l’on peut rencontrer dans le cas d’un volcanisme se produisant au cœur d’un continent. Et les roches du manteau supérieur, sources de ces laves, semblent avoir au moins 1 milliard d’années.

Un incroyable voyage

Pour résoudre l’énigme, il a fallu aller chercher une solution à plus de 1.500 kilomètres de là. Au niveau de l’Amérique centrale et du nord de l’Amérique du Sud, il existe des roches de ce type. Ce sont les terranes grenvilliennes, fragments de continents très anciens témoins d’âges lointains de l’histoire de la planète où les terres émergées n’avaient pas du tout la même disposition.

Il semble donc qu’Hispaniola soit, au moins en partie, posée sur un reste de croûte continentale très ancienne, faisant partie intégrante du supercontinent Gondwana qui existait il y a des centaines de millions d’années. Au moment de son éclatement en plusieurs blocs, dont l’Amérique du Sud et l’Afrique, puis de l’extension vers l’est de la plaque Caraïbe, un grumeau de cette vieille lithosphère continentale aurait été emporté. Transporté dans le manteau supérieur comme un bois flottant entre deux eaux, il aurait survécu sans se dissoudre à un trajet de plus de 1.500 kilomètres jusqu’à sa position actuelle. Les géologues pensent que ce genre de fragment constituerait une sorte de noyau autour duquel des îles, voire des continents, pourraient se former et grandir.

 

Haïti – Économie :

Jean Philippe Vixamar succède à Guiteau Toussaint

20/07/2011 14:23:13

Haïti - Économie : Jean Philippe Vixamar succède à Guiteau ToussaintLe Président de la Commission des finances du Sénat, le Sénateur Jocelerme Privert à fait savoir que le Président Michel Martelly avait procédé hier mardi, à la reconduction du Conseil d’Administration de la Banque Nationale de Crédit (BNC) et à la nomination du vice-Président Jean Philippe Vixamar comme Président pour succéder à Guiteau Toussaint assassiné le 12 juin dernier.
Les personnes concernées, par cette reconduction et nomination, seront auditionnées prochainement par la Commission des finances, a fait savoir le Sénateur Privert.
HL/ HaïtiLibre

 

Une grève politique au nom de l’intérêt collectif

L’Hôpital général est en grève depuis lundi. Les employés de tous les services n’entendent pas reprendre le travail tant qu’ils n’auraient pas obtenu la tête de la directrice administrative du centre hospitalier de l’Etat. Entre-temps, les salles sont vidées de leurs patients. Les plus déshérités y meurent, en attendant la levée de cet arrêt de travail indéterminé qui ne pue que la politique.

Charline Gélas au chevet de son père Jélhomme Gélas, souffrant de diabète aigu

(Photo: Mercidieu Moranvil)

Maxime Pierre, brulé et resté sans soin depuis lundi à l’HUEH

(Photo: Mercidieu Moranvil)

Marlaine Thompson, la directrice administrative de l’HUEH

(Photo: Mercidieu Moranvil)

Alix Lassègue, directeur général de l’HUEH

(Photo: Mercidieu Moranvil)

 

Depuis la fin des examens officiels de neuvième année, en juin, Charline Gélas, 13 ans, est jour et nuit au chevet son père Jélhomme Gélas, souffrant de diabète aigu et admis à l’Hôpital de l’Université d’Etat d’Haïti (HUEH) à la fin du mois de décembre 2010. L’adolescente n’avait aucune difficulté à assister son père jusqu’à ce que sa misère se précise avec une grève déclenchée lundi au sein du plus grand centre hospitalier du pays. « Depuis lundi, mon père ne reçoit aucun soin médical, déclare, au bord des larmes, la jeune fille. Il souffre sans espoir et nous n’avons plus rien ni nourriture ni argent pour les médicaments. »
Mardi, Charline a vu la maladie de son père se compliquer. Le diabète qui a entraîné de graves dermatoses au niveau du pied de Jélhomme, 70 ans, a finalement eu raison de son pied droit. La jeune Charline a dû voir le pied de son père tomber. « Je l’ai ramassé avec des morceaux de papier et l’ai jeté dans une poubelle sur la cour, se lamente l’adolescente, qui estime ne pas être en mesure de rentrer chez elle, à Fort-Mercredi, Carrefour-Feuilles, sans l’assentiment de l’administration de l’hôpital. Si on rentre chez nous, nous risquons de le voir rester mourir sans être réadmis à l’hôpital. »
« Si j’avais de l’argent, je continuerais à suivre les anciennes prescriptions des médecins en grève », rêve Charline Gélas, visiblement énervée par les incessants appels à l’aide prononcés par son père.
Ils se parlent entre eux au fond du couloir au relent de pisse, les compagnons d’infortune qui restent avec leurs malades à l’HUEH. Ils ont le même motif d’y rester : pas d’argent et si leurs malades sortent de l’hôpital, ils n’y seront pas réadmis.
Julienne Daniel fait partie du lot. Jeune et belle, elle s’improvise auxiliaire et aide des voisins dans leur adversité. « Je passe la journée à l’hôpital et ma soeur vient la nuit », dit-elle. Son beau-frère, Daniel Jean-Baptiste, admis à l’hôpital depuis le 5 juin, souffre de diabète aussi et présente des complications.
Le Programme de performance et la grève syndicale
Des membres du personnel médical et infirmier se baladent sur la cour où traînent des tonnes de déchets. Ils fréquentent la salle d’urgence comme à l’ordinaire. Mais avec des yeux bandés. Ils attendent la fin de la grève pour reprendre service. Une grève qui n’aura pas de fin, disent-ils, si Marlaine Thompson reste à l’hôpital général.
« La direction générale est absente, explique Catherine Sander, membre du Syndicat du personnel infirmier (SPI) de l’HUEH. De l’eau aux gros matériels, tout passe par cette ancienne responsable de la morgue, qui s’érige aujourd’hui en super patronne de l’hôpital. »
Mme Sander fait état de nombreuses rencontres infructueuses entre les syndicats et les responsables de l’HUEH. « La super patronne montre toujours de la bonne foi, mais tout est motivé par ses intérêts, qui, finalement, soulèvent notre conscience professionnelle », s’énerve-t-elle, expliquant qu’un programme de performance financé par la Croix rouge américaine à travers l’organisation Zanmi Lasante a dû être rompu sous la recommandation de Mme Thompson. « Elle dit nous avoir eu à l’oeil pour lui avoir manqué d’égard », s’offusque Catherine Sander.
Ce programme initié à l’hôpital suite à la catastrophe du 12 janvier 2010, qui a laissé dans la tourmente les personnels et qui a provoqué la chute de trois de ses bâtiments, était prévu pour huit mois, de juillet 2010 à février 2011. Destiné à venir en aide aux employés, tous services confondus, il attribuait une subvention égale au salaire de ces derniers moyennant la signature d’un contrat et un supplément de travail d’une ou deux heures.
Un mémorandum qui offusque
« Vous voulez me parler ?, lance une dame aux deux journalistes du Nouvelliste, qui viennent de pénétrer à la direction administrative. Je suis Marlaine Thompson, la directrice administrative de l’HUEH. Depuis le 15 juillet 2009, nous sommes là avec une équipe installée avec un projet de réforme de l’hôpital. »
Dans ce petit bureau placé au premier étage du bâtiment administratif de l’HUEH, Mme Thompson travaille aux côtés de ses plus proches collaborateurs. Calme et accueillante, elle entretient les journalistes, remue les documents qu’elle soumet à ses co-locuteurs, décroche son téléphone qui n’arrête de sonner et anime son bureau.
« Le fonctionnement de l’hôpital est un exercice difficile, il faut être toujours sur la balle depuis l’enregistrement des malades jusqu’au fonctionnement des personnels », fait remarquer la fonctionnaire, qui explique que tout a commencé à partir d’une décision des responsables d’établir le circuit que doit suivre les patients pour les examens de radiologie et de sonographie.
Un mémorandum a été publié à cet effet le 6 mai renforcé d’une forme qui devait accompagner les examens de laboratoire. Depuis, des membres des personnels médical et infirmier montent le ton et ne veulent pas entendre raison. « Nous avons voulu en finir avec des pratiques qui orientaient les patients vers des laboratoires privés », déclare Mme Thompson. Elle précise que ces exercices mafieux qui se pratiquaient au sein de l’hôpital contournaient les décisions de l’administration qui instituaient la gratuité des premières 48 heures des patients et de l’exonération des enfants et des femmes enceintes.
L’arbre qui cache la forêt
L’hôpital général qui fonctionne avec un budget annuel de 222 999 298, 62 gourdes englouties en partie par la rémunération de ses employés – 69 862 100, 04, se voit toujours dans des difficultés énormes pour fonctionner, explique pour sa part, le directeur général de l’HUEH, Alix Lassègue. En dépit de tout, l’HUEH, depuis l’arrivée de son équipe à la direction de l’hôpital, quelque chose a changé. L’environnement était devenu salubre et les tensions ont baissé, se félicite le Dr Lassègue, jusqu’à ce que ce tournant politique change l’univers de ce centre hospitalier.
Le Dr Lassègue impute à deux mobiles ce mouvement : la situation politique et la fidélisation des services entamée par son administration. « Il y a toujours ces genres de tractations dans ces genres de contexte politique, explique-t-il. Certaines gens qui étaient écartées de l’hôpital pensent pouvoir y revenir pour réimplanter leur ancien système. »
M. Lassègue pense aussi que ces personnes veulent semer la pagaille afin de profiter de l’argent de la reconstruction de l’HUEH. « Les gens ne savent pas que l’argent de la reconstruction ne passera jamais par l’administration de l’hôpital mais sera géré par les bailleurs eux-mêmes », précise-t-il.
Les responsables de l’hôpital général regrettent que les dirigeants syndicaux ne veuillent pas entendre raison en dépit des multiples rencontres effectuées avec eux. Il croit que ces tintamarres vont se taire pour que les services de l’HUEH reprennent au nom de l’intérêt collectif qu’ils disent défendre. Entre-temps, une dizaine de malades se meurent dans l’enceinte de l’hôpital d’Etat et des centaines d’autres attendent que le plus grand centre hospitalier du pays soit rouvert afin de recevoir les soins médicaux pour leurs maladies. En témoigne le cas de Judeline Lapaix, étudiante en sciences infirmières à UNITECH, atteinte d’un malaise en pleine classe, emmenée en vain à cet hôpital par cinq de ses camarades et ignorée sur la cour.
« C’aurait pu être une belle expérience pour des futures infirmières d’entrer en groupe à l’hôpital d’Etat, mais ce n’était qu’un flop pour nous, s’énerve l’une se ses camarades. Car la vie ne veut rien dire pour ces travailleurs de santé. »

Lima Soirélus / lsoirelus@lenouvelliste.com

 

Haïti – Culture :

5ème édition d’Haïti en Folie

20/07/2011 14:04:02

Haïti - Culture : 5ème édition d’Haïti en Folie« Haïti en Folie est aujourd’hui le plus important festival pluridisciplinaire, en dehors d’Haïti, totalement dédié à la culture haïtienne. Cet évènement d’envergure, qui attire plusieurs milliers de visiteurs et de touristes chaque année, est entièrement supporté par le public et le secteur privé. Merci de continuer à supporter le Festival et ses artistes en vous procurant divers produits dérivés, CDs des artistes, œuvres artisanales et autres…
Quel bonheur d’accueillir une fois de plus, et sur demande générale, la version haïtienne de la légendaire pièce d’Eve Ensler, « Pawòl Chouchoun » : 80% français et 20% créole – qui sera jouée par 5 actrices venues d’Haïti sous la direction de Florence Jean-Louis Dupuis.
Haïti en Folie, le meilleur de la culture haïtienne en un week-end à Montréal. Il y en a pour tous les goûts : Théâtre, Danse folklorique, Hip-hop, Rap, Vaudou, Reggae, Gastronomie, Littérature… Les billets sont déjà disponibles! Venez souffler avec nous les 5 bougies d’Haïti en Folie ! » déclare Fabienne Colas, la Présidente du Festival Haïti en Folie.
Vendredi 22 juillet 2011 au Parc Lafontaine (Théâtre de Verdure) à Montréal, BIC (Haïti) + Wesli, le meilleur de la relève haïtienne à travers un groupe venu d’Haïti et deux artistes montréalais qui ont le rythme dans la peau. Les 2 groupes vont rendre le rap, le hip-hop et le reggae avec une saveur purement haïtienne. Entrée Libre.
À 21:00 au Parc Lafontaine à Montréal Sortie 67, un film de Jephté Bastien sera projeté. Une vie de crime semblait inévitable pour Jecko. Métis québécois d’origine haïtienne, il est témoin à l’âge de huit ans du meurtre de sa mère commis par son père, un événement tragique qui le marquera à jamais. Avec Henri Pardo, Benz Antoine, Danny Blanco Hall, Natasha Noel. Entrée Libre.
Samedi 23 juillet 2011 à 18:30 au Parc Lafontaine (Théâtre de Verdure) à Montréal, soirée racine et folklore avec la troupe de danse Ekspresyon et Sara Rénélik, soirée 100% folklore, racine et vaudou haïtiens en danse et en musique mais surtout, en couleurs et en transe ! Spectacle ensorcelante à donner des frissons. À 21:00, le film La dérive douce d’un enfant de Petit Goâve, un film de Pedro Ruiz sera projeté. Pour souligner les 25 ans de son premier roman « Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer », un documentaire retrace le parcours de Dany Laferrière, voyage intime de l’un des écrivains les plus originaux des dernières décennies. Entrée Libre.
Dimanche 24 juillet 2011 au Centre Léonardo Da Vinci (8350 Lacordaire, Montréal) deux représentations, à 18:00 et 20:30, de « Pawòl Chouchoun » (version haïtienne), cette pièce donne une voix aux fantaisies et aux peurs les plus profondes des femmes. L’auteure, Eve Ensler célèbre la sexualité féminine dans toute sa complexité et son mystère. Une pièce amusante, remplie de compassion et de sagesse, cette version donne la scène à 5 actrices d’Haïti [Cynthia Jean Louis, Fabienne Colimon, Ange-Belie Andou, Huguette Saint-Fleur et Florence Jean-louis Dupuy]. Admission 35$ à l’avance.
Pour plus d’informations :
http://www.haitienfolie.com
HL/ HaïtiLibre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :