lundi 25 juillet 2011

25 Juil

Miami Herald: la politique entrave la reconstruction d’Haiti

Michel Martelly doit s’efforcer de collaborer avec le Parlement pour établir un gouvernement fonctionel afin de faciliter la relance du pays et éviter une perte de confiance des partenaires étrangers. C’est ce qu’a affirmé le journal américain The Miami Herald, dans un éditorial daté du 24 juillet 2011 et intitulé “La politique entrave la relance d’Haiti”

Le Matin – 25/07/2011

Michel Martelly doit s’efforcer de collaborer avec le Parlement pour établir un gouvernement fonctionel afin de faciliter la relance du pays et éviter une perte de confiance des partenaires étrangers. C’est ce qu’a affirmé le journal américain The Miami Herald, dans un éditorial daté du 24 juillet 2011 et intitulé “La politique entrave la relance d’Haiti.”
Comme le signale le Miami Herald, la communauté internationale devient impatiente avec la “politique mesquine” qui “paralyse le gouvernement et suspends le procès de la reconstruction.” “Plus de deux mois après son accès au pouvoir, le début lent et décevant de Martelly constitue une grande inquiétude pour les donateurs étrangers, qui laissent entendre que l’impasse dans laquelle se trouve le gouvernement est maintenant un obstacle dans la relance d’Haiti,” écrit le journal, se référant à un communiqué issu par la communauté internationale vendredi. Ce communiqué, signé par plusieurs partenaires étrangers d’Haiti, affirme qu’il est “nécéssaire” pour les élus d’Haiti de “mettre de côté leurs différences et collaborer dans la reconstruction du pays.” À moins qu’ils ne fassent ceci, avise le journal, les partenaires étrangers ne pourront pas aider Haiti.
Le journal s’est montré très critique envers l’échec de Martelly à s’entrenir avec le Parlement pour trouver un premier ministre, ce qu’il “aurait du faire depuis le début au lieu de perdre du temps précieux à essayer de faire le Parlement approuver quelqu’un simplement parcequ’il le dit.” Martelly avait initialement choisi Daniel Rouzier pour assumer le rôle de premier ministre; le Parlement l’a rejeté à cause de doutes sur sa nationalité. Martelly a ensuite choisi Bernard Gousse, un “ancien ministre de la justice avec une réputation contreversée”, écrit le journal, dont 16 membres du sénat ont immédiatement opposés. Suite à ceci, Martelly “a grogné que ce rejet entrainerait un retard de six mois pour créer un gouvernement.”
“Ceci est innacceptable,” affirme l’éditorial. “De plus, c’est inutile.” “Il y a plusieurs candidats qui ont l’experience recquise et des qualifications politiques acceptables pour être confirmés et pour assumer le rôle de gérer les activités quotidiennes du gouvernement. Ils ne sont peut être pas des membres de la faction politique de Mr. Martelly, mais ceci ne devrait pas avoir d’importance. L’essentiel est de trouver quelqu’un qui puisse faire le travail.”
L’échec dans l’établissement d’un nouveau gouvernement est le plus critique, selon le Miami Herald, dans le domaine des logements. Haiti n’a toujours pas de stratégie pour transférer à peu près 600,000 sans-abris dans des logements permanents. “Mr. Martelly a mené sa campagne sur la promesse d’unir le pays. Si il n’y arrive pas rapidement, la suspicion qu’il n’est pas à la hauteur du travail ne va faire qu’augmenter.”
NCB/LM

 

Le Président Martelly, en visite dans le Grand Nord

25/07/2011 09:03:43

Haïti - Politique : Le Président Martelly, en visite dans le Grand NordDimanche, le Président Michel Martelly s’est rendu dans le Grand Nord, dans le cadre du lancement de la semaine consacrée au développement touristique. Il a été accueilli à l’aéroport du Cap-Haïtien par une foule imposante, avant de se diriger à pied vers la Place d’Armes sous les ovations et les applaudissements d’une foule partisane.
À l’entrée de la ville, des inconnus ont perturbé l’ambiance festive, en lançant quelques pierres et des bouteilles de verre en direction du cortège présidentiel « Il n’y a eu qu’un incident mineur où des individus mal intentionnés ont envoyé des bouteilles sur la foule qui marchait à pieds aux côtés du Président […] Il n’y a eu aucun blessé » a commenté le Chef de l’État. La Police National d’Haïti (PNH) confirme avoir procédé à plusieurs interpellations d’individus suspects à la suite à cet incident.
Tout en réitérant ses promesses de campagne, le Président Martelly a annoncé des travaux de réhabilitation de la route Gonaïves/Cap-Haïtien. Il a tenu également à préciser, qu’il ne peut y avoir véritablement de pôle de développement dans le Nord, sans un aéroport aux normes internationales. À ce sujet, le Président à fait savoir que des démarches étaient en cours, concernant la prolongation de la piste de l’aéroport du Cap-Haïtien, afin de répondre à ces normes internationales. Outre des actions concrètes à poser afin de relancer le tourisme, le Président entend aussi exécuter des projets relatifs à l’éducation, à l’électricité, au logement et à la création d’emplois. C’est en ce sens qu’il annonce la création de 35,000 emplois à partir de l’inauguration du Parc industriel de Caracol en mars 2012 et la construction de 5,000 maisons décentes dans les environs.
Lors de son discours, le Président Martelly, a abordé la crise politique actuelle « il est important que les parlementaires ratifie le Premier Ministre pour débloquer le pays. Chaque jour qui passe c’est le peuple qui perd […] je demande aux parlementaires de ratifier le Premier Ministre pour que je puisse avancer. Parce que chaque jour qui passe, Haïti rate beaucoup d’opportunité… » Le Chef de l’État a profité des circonstances pour démentir formellement des rumeurs, relayées dans certains médias haïtiens, qui faisaient échos à un éventuel désistement planifié de son Premier Ministre désigné, Bernard Gousse.
Pour le Président Martelly, l’urgence de l’heure est d’offrir une meilleure image d’Haïti à travers le monde et de travailler afin de trouver un mieux-être pour le peuple haïtien. Il invite donc tous les secteurs à s’impliquer activement afin d’aboutir aux résultats escomptés au cours de son quinquennat. D’autres visites sont prévues cette semaine qui visent la relance de cet important secteur de l’économie nationale.
Parallèlement, la Premier Dame, Sophia Martelly a été accueillie par des femmes leaders à la délégation du Nord au Cap Haïtien. Elle s’est aussi rendu au Presbytère de Milot, pour une rencontre avec les Milotiens et, a visité l’Hôpital de la Convention Baptiste.
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3168-haiti-economie-le-parc-industriel-du-nord-prend-forme.html
HL/ HaïtiLibre

 

Haïti – Reconstruction :

La CIRH à l’heure Martelly

25/07/2011 11:02:55

Haïti - Reconstruction : La CIRH à l’heure MartellyLa septième réunion de travail du Conseil d’administration de la Commission Intérimaire pour la Reconstruction d’Haïti (CIRH) qui s’est tenue vendredi dernier, s’inscrivait sous le signe du changement et des nouvelles orientations souhaitées par le Chef de l’Etat afin d’améliorer la performance de la Commission.
L’une des priorités du Président Martelly, est d’actualiser le « Plan d’Action pour le Relèvement et le Développement d’Haïti » adopté lors de la réunion des bailleurs de fonds à New-York en mars 2010. Cette actualisation fait l’objet d’un document en cours d’élaboration intitulé « Les Grands Chantiers pour le Relèvement et le Développement d’Haïti »
Ce document doit non seulement tirer les leçons de l’expérience de la CIRH depuis sa mise en place, mais aussi prendre en compte les priorités définies par les nouvelles autorités dont la relocalisation de plus de 600,000 personnes qui vivent toujours sous des tentes « Tous les efforts et moyens disponibles devront être déployés à cette fin » a souligné le Chef de l’État. Il recommande également une attention particulière à la reconstruction et à l’aménagement des écoles et autres établissements d’enseignements, notamment au niveau primaire.
Autre changement annoncé, l’allègement des procédures d’exécution des projets retenus, afin d’« obtenir au plus vite des résultats tangibles à grande échelle, susceptibles d’améliorer visiblement les conditions de vie de la population ». Le Président Martelly prévoit aussi de renforcer les structures techniques de la Commission. Dans cette perspective, une Directrice Exécutive a été nommée et six nouveaux membres représentant la Présidence [Patrick Rouzier, Laurent Lamothe, Klauws Eberwein, Serge Coles Jr, Karl Jean-Louis [Directeur exécutif de l’observatoire citoyen de l’action des pouvoirs publics (OCAPP)] et Harold Charles] remplacent, au sein de la Commission, ceux nommés par l’ex-Président René Préval. Un groupe de travail a par ailleurs été créé qui dans un délai de 60 jours, doit soumettre des propositions visant à dynamiser la Commission.
Selon le Chef de l’État, il est important de mettre en place, au sein de la Commission, des mécanismes pour accélérer la réalisation des projets prioritaires « en toute transparence et avec une efficacité accrue ». Il souhaite une meilleure coordination avec les ONG et la prise en compte de leurs activités afin d’« éviter les doubles emplois » ainsi que l’amélioration des services de communication de la CIRH pour une meilleure compréhension par le public de son fonctionnement et de ses réalisations.
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3434-haiti-reconstruction-le-relogement-une-priorite-pour-martelly-la-cirh-et-le-frh.html
http://www.haitilibre.com/article-3436-haiti-reconstruction-martelly-demande-le-renouvellement-de-la-cirh.html
BF/ HaïtiLibre

Décès du Député Dionald Polyte (INITE)

25/07/2011 12:31:05

Haïti - Sécurité : Le Député Dionald Polyte (INITE) ne siègera plus au ParlementLe Député Dionald Polyte (INITE, circonscription Pestl / Beaumont) a succombé, ce lundi, suite à un tir accidentel d’un agent chargé de sa sécurité [selon les premières informations disponibles et sous réserve des conclusions de l’enquête à venir.]
Transporté d’urgence dans un Centre de Santé de Camp Perrin, le Député de 41 ans a rendu l’âme, quelques temps après son admission.
Selon un témoignage le garde du corps du Député n’était pas un policier et manquait d’expérience en protection de personnalité.
Le Député Dionald Polyte, était Membre de la Commission de l’Intérieur et des Collectivités territoriales, de Décentralisation et de Développement frontalier et Membre de la Commission de l’Agriculture et de l’Environnement.
HL/ HaïtiLIbre

 

Haïti – Santé :

Début de la Première phase de réhabilitation de l’HUEH

25/07/2011 09:46:28

Haïti - Santé : Début de la Première phase de réhabilitation de l'HUEHSuite au protocole d’accord signé en septembre 2010 portant sur la réhabilitation de l’Hôpital Universitaire d’Etat d’Haïti (HUEH), http://www.haitilibre.com/article-1230-haiti-reconstruction-50-millions-pour-l-hopital-universitaire-d-etat-d-haiti.html fortement endommagé par le séisme du 12 janvier 2010, la première phase des travaux va enfin débutée. Avec une capacité de 500 lits, l’HUEH est le plus important hôpital du pays. Son fonctionnement est une nécessité pour la capitale haïtienne. La France et les États-Unis co-financeront ce projet [d’une durée de 4 à 5 ans] au coût de 53 millions de dollars dont 3,2 millions de dollars du Gouvernement haïtien.
Alix Lassègue, le Directeur Exécutif de l’HUEH a déclaré « nous allons démolir tous les immeubles qui ont été très endommagés et que nous ne pouvons plus utiliser. Par exemple, l’immeuble de pédiatrie, le laboratoire, une partie du service de médecine interne, des châteaux d’eau, une partie de la clinique externe. Dans les deux mois qui viennent tous ces immeubles vont être démoli.
Le nouvel hôpital ne sera pas pavillonnaire comme actuellement, ce sera une structure de deux étages [aux normes anti-sismiques] dans laquelle il y aura tout les services de base et les services spécialisés. Dans ce nouveau concept d’hôpital, il y aura beaucoup de service ambulatoire, par exemple vous venez le matin et vous repartez l’après-midi. Cela implique qu’il y ai un plateau technique, radiographie, laboratoire, scanner RMI, endoscopie seront disponibles, de façon à ce que la médecine ambulatoire soit un point essentiel. »
L’ambition des partenaires haïtiens est que cette réalisation constitue une référence en matière de formation, par la qualité de sa gestion et des soins qui y seront dispensés. Cette coopération franco-américaine en faveur de la réhabilitation de l’HUEH traduit l’esprit de solidarité qui prévaut autour de la reconstruction d’Haïti.
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-1162-haiti-sante-construction-d-un-hopital-de-15-millions-de-dollars.html
http://www.haitilibre.com/article-1094-haiti-espagne-accord-de-3-8-millions-d-euros-pour-un-nouvel-hopital.html
http://www.haitilibre.com/article-60-haiti-sante-une-douzaine-d-hopitaux-prives-en-difficulte.html
S/ HaïtiLibre

 

Haïti – Économie :

Lettre ouverte de l’Association des Industries d’Haïti

25/07/2011 11:19:00

Haïti - Économie : Lettre ouverte de l’Association des Industries d’HaïtiL’Association des Industries d’Haïti (ADIH) exprime, dans une lettre ouverte adressée au Gouvernement, ses inquiétudes face à la situation de blocage politique dans laquelle se trouve plongé notre pays.
« […] plus de 60 jours après l’installation du nouveau Président, nos dirigeants ne sont pas encore parvenus à s’entendre sur le choix d’un Premier Ministre. Ce long retard, dans le processus de ratification du nouveau Chef de Gouvernement, engendre une situation de confusion et affecte le fonctionnement même de l’État.
Depuis quelques semaines, les industries nationales font face à la montée grandissante de la contrebande, en particulier le long de la frontière. Parallèlement, des dysfonctionnements de toutes sortes au niveau de la douane entravent les activités portuaires et retardent la livraison des marchandises, causant des pertes élevées aux importateurs. Certaines entreprises industrielles peuvent à peine fonctionner. La recrudescence des actes de banditisme, particulièrement au Centre-ville, jette la population dans le désarroi.
Cette situation constitue un obstacle majeur à la reprise des activités économiques tant souhaitée ainsi qu’à l’investissement si nécessaire pour la création d’emplois. Même la relance envisagée à travers le processus de reconstruction se trouve en péril, car certains fonds de la Communauté Internationale risquent d’être réaffectés en raison de la crise économique grandissante à l’échelle mondiale.
Convaincus que la création massive d’emplois est une priorité, nous nous tenons prêts à formuler des propositions concrètes au Gouvernement pour l’aider à atteindre ses objectifs de croissance économique. A notre avis, la mise en place d’une équipe gouvernementale ayant à sa tête un dirigeant compétent et répondant à des critères de moralité et d’intégrité reconnus par tous, sera un signal clair, que notre pays veut aller de l’avant.
Nous exhortons donc le Président de la République, les membres du Parlement, et tous les secteurs concernés, à tout mettre en œuvre pour parvenir à un accord en vue de doter le pays d’un gouvernement dans le meilleur délai, et d’éviter à la Nation, de sombrer à nouveau dans l’instabilité. »
Le Conseil d’Administration (ADIH)
En savoir Plus sur l’ADIH :
L’ADIH est une association à but non-lucratif regroupant les industries manufacturières en Haïti. Sa mission est la valorisation et le développement du secteur industriel en Haïti, sur des bases compétitives au plan mondial. Fondée en 1980, l’Association des Industries d’Haïti (ADIH) est l’une des associations patronales les plus dynamiques. Elle compte aujourd’hui près d’une centaine de membres dans tous les secteurs de production de biens et services. L’ADIH est reconnue d’utilité publique. Elle est administrée par un Conseil d’Administration, et gérée par une Direction Exécutive. Le suivi des dossiers est réparti entre plusieurs comités.
HL/ HaïtiLibre

 

Haïti : la justice face à la détention illégale et la détention préventive prolongée

Lundi, 25 Juillet 2011 16:14

balancejusticePlus de 40 prisonniers, dont 11 femmes ont recouvré la liberté vendredi au pénitencier national,  dans le cadre du programme baptisé « Pas un jour de plus ». Ce nouveau contingent de prisonniers porte à 85 le nombre de prisonniers qui ont été libérés depuis le début de l’opération il y a une semaine. Certains des détenus libérés avaient été incarcérés pour vol  à main armées, association de Malfaiteurs et autres, a expliqué la doyenne du tribunal de première instance de Port-au-Prince Jocelyne Casimir qui était présente au pénitencier national.

« Le parquet de Port-au-Prince travaille d’arrachepied pour résoudre le problème de détention préventive prolongée et la détention illégale qui entravent le système judiciaire haïtien », a promis le commissaire Sonel Jean-François.

Le magistrat a expliqué que les opérations de mise en liberté des détenus qui ont déjà purgé leur peine se poursuivront. Selon le chef du parquet, des mesures sont en cours pour envoyer devant leur juge les prisonniers qui ne le sont pas encore.

La détention préventive Prolongée et la détention illégale ont toujours été des handicaps pour le système judiciaire haïtien. Des organisations des droits humains haïtiens et internationaux n’ont pas cessé d’attirer l’attention sur cette surpopulation carcérale et sur les conditions infrahumaines de détention en Haïti.

Jeudi, une dizaine de femmes prisonnières ayant déjà purgé leur peine avaient été libérée sur ordre du Tribunal de Première Instance de Port-au-Prince.

Cet ordre de libération, exécuté toujours en présence de la protectrice du citoyen et des substituts du parquet de Port-au-Prince, est inscrit dans le même cadre, celui de la lutte contre la détention préventive prolongée dans le pays.

 

Haïti-Post-séisme :

La surpopulation se renforce à Port-au-Prince

Enquête

P-au-P, 25 juil. 2011 [AlterPresse] — L’aide humanitaire concentrée à Port-au-Prince suite au séisme dévastateur du 12 janvier 2010 et les initiatives centralisées à la capitale dans le cadre de la reconstruction amènent à une concentration plus élevée de la population dans cette ville, confirment des experts.

« C’est clair que la zone métropolitaine a atteint sa saturation », affirme le statisticien-démographe, Jacques Hendry Rousseau. Le secteur qui regroupe les communes de Port-au-Prince, Delmas, Carrefour, Pétion Ville, Tabarre et Cité Soleil, croit au rythme annuel de 4,5% l’an, souligne t-il.

« La concentration devient très importante et c’est une évidence rien qu’à la lumière de la présence physique dans les rues de Port-au-Prince. Et… on se rend compte que les quartiers populeux fourmillent d’individus », observe t-il.

Plus de 18 mois après la catastrophes qui a fait plusieurs centaines de milliers de morts et emporté 120% du PIB, les tendances migratoires ont abouti à un scenario qui laisse présager le pire, alors que les habitudes de construction n’ont pas évolué.

L’incroyable revient au galop

« Avant le séisme la densité dans l’aire métropolitaine était de 12 000 habitants par kilomètre carré et ceci a été (…) étroitement lié à la sévérité des dégâts du séisme », rappelle l’expert.

Au lendemain de la catastrophe si 600 mille personnes ont quitté l’aire métropolitaine principalement pour les villes de provinces, plus de la moitié était revenue 6 mois plus tard, attirée par l’aide humanitaire, notamment le Cash for Work. Mais à côté de cela, les perspectives de reconstruction ont joué un grand rôle.

Dans « Aide alimentaire, Environnement et migration en Haïti, après le 12 janvier », une étude publiée en mai 2011, Hancy Pierre rappelle que la migration a toujours existé en Haïti mais ne suscite l’attention qu’en période de crise. Selon lui la question de la migration est avant tout liée aux soucis économiques, très marqués dans les provinces.

« De nouvelles villes secondaires viennent jouer les fonctions commerciales et culturelles, en l’occurrence Pétion Ville et Tabarre, en raison du phénomène d’excroissance de la capitale. Port-au-Prince…est considéré comme un lieu de prestige. Ainsi le discours sur les opportunités de reconstruction d’Haïti a des effets significatifs sur le projet des ruraux de migrer vers Port-au-Prince », indique Hancy Pierre.

En réalité, à l’intérieur de la capitale et ses périphéries, la population a aussi énormément bougé. A Tabarre, 4 personnes sur 10 habitaient une autre commune de la zone métropolitaine avant le séisme, selon une enquête réalisée par le Fonds des Nations Unies pour la Population(UNFPA) . Une commune comme Pétion Ville a accueilli 14% des déplacés du secteur.

« Ce qui est important de souligner c’est que cette concentration urbaine s’accompagne de l’émergence de certaines poches de pauvreté dans les quartiers défavorisées à la périphérie urbaine », affirme Rousseau, soulignant que cette population croît « en dehors de l’habitat ».

Renforcement du chaos

Alors que les expulsions forcées et autres mauvaises conditions de vie ont notamment fait fuir des résidents de camps, certains sont revenus à la faveur des promesses de logements gratuits.

« Jusqu’à présent, on ne nous a rien dit. Ils ont dit qu’ils allaient donner de l’argent et des tentes, mais ils ne l’ont pas fait », raconte Myrlene Osias qui occupe un abri de fortune dans un camp à Carrefour Feuilles.

La maison qu’elle louait à Savane Pistache, toujours à Carrefour Feuilles, a été détruite lors du séisme, indique t-elle. Depuis quelques mois elle est venue s’installer dans un camp qui se vidait de certains de ses occupants, croyant qu’elle recevrait de l’aide pour se bâtir une maison.

« Ce n’est pas un endroit pour vivre, reconnait-elle. Les gens balancent les déchets n’ importe où. L’odeur est insupportable. Là bas, pas loin, il y a une latrine qui déborde et il n’y a personne pour la vider… On ne peut pas élever des enfants dans ces conditions. Ils grandissent et deviennent des délinquants… Je n’aime pas cette vie ».

En général les camps sont érigés au sein même ou non loin des quartiers d’origine. Mais l’exemple le plus inquiétant est celui de Canaan , une zone squattérisée au Nord de Port-au-Prince, et qui du jour au lendemain est devenu le plus gros bidonville du pays.

« Canaan n’est pas reconnu comme un camp de personnes déplacées par le Gouvernement d’Haïti. La terre a été déclarée ‘d’intérêt public’ par un décret présidentiel promulgué le 22 mars 2010 et le statut de ses résidents doit encore être clarifié », affirme le Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires de l’ONU (OCHA) dans son bulletin février-mars 2011.

Faute d’emploi, la plupart des 60 mille personnes habitant le site sont arrivés après le séisme et « beaucoup ont commencé à cultiver les terres autour de leur abri ou sur des zones inhabitées, afin de nourrir leur famille ».

La capitale est non seulement en train de s’étendre de manière incontrôlée mais aussi d’accentuer sa vulnérabilité notamment sur le plan environnemental. Les constructions anarchiques dans les hauteurs et le long du littoral rendent la capitale très vulnérable en période pluvieuse. Ceci a été démontré en juin dernier lorsque la ville a subi de sévères inondations au passage d’une onde tropicale.

Le pire à venir ?

« Avec la bidonvilisation, l’eau de pluie tombe sur du béton, des tôles des maisons et n’a même pas le temps de s’infiltrer dans le sol. L’eau dévale ainsi sur la ville. Or nous avons également construit au coeur de son exutoire », explique le ministre sortant de l’environnement, Jean Marie Claude Germain, évoquant les Cité de Dieu, Cité de L’eternel, bidonvilles situées le long du littoral.

« Et le phénomène actuel c’est que la capitale est prise en sandwich entre l’exutoire bouché et les constructions anarchiques en montagne. Et si on veut que la capitale demeure au même endroit, il faut des solutions drastiques, et même des délocalisations de personnes »

A coté des risques climatiques, les risques sismiques sont encore très forts, notamment pour la région métropolitaine. Selon les recherches, la faille Enriquillo qui traverse la capitale dans pratiquement toute sa longueur n’a pas encore libéré l’énergie qu’elle accumule depuis plus de deux siècles.

Cette situation soulève une fois de plus la nécessité de penser la reconstruction en tenant compte des grands problèmes du pays où des gravats laissés par le séisme restent encore à enlever, alors que les promesses faites à New York, soit 10 milliards de dollars, sont délivrées à la petite semaine.

Selon Jacques Hendry Rousseau l’aménagement du territoire est plus que jamais une « priorité ».

Le président de la République Michel Martelly, a dévoilé la semaine dernière son plan de logement basé sur 3 axes. Il s’agit de développer de nouveaux quartiers à l’intérieur et en dehors de la zone métropolitaine, restructurer et urbaniser les quartiers existant et densifier ceux qui sont déjà urbanisés en construisant en hauteur.

Cependant, si le président a signalé que ces axes seront intégrés « dans un cadre global d’aménagement du territoire », jusqu’ici les projets présentés, notamment « Kay pa m » , ne sont pas destinés aux pauvres et la question de l’aménagement du territoire n’est toujours pas concrétisée dans un plan.

« La reconstruction ne devra pas profiter qu’à Port-au-Prince. La reconstruction signifiera également de nouveaux pôles de développement, des opportunités économiques certaines, et un code de construction définitif », fait savoir Martelly, promettant qu’une fois son gouvernement formé ce code définitif pourra être présenté et appliqué.

Plus de deux mois depuis son investiture, le président n’est pas arrivé à un accord avec le législatif pour mettre en place son gouvernement. Les différends politiques entourant le processus de validation du nouveau candidat à la primature, Bernard Gousse, semblent indiquer que le statu quo perdurera encore et la reconstruction gardera du plomb dans l’aile. [kft gp apr 25/07/2011 08:00]

 

Martelly ira en Argentine le 12 août

24/07/2011 08:21:04

Haïti - Politique : Martelly ira en Argentine le 12 aoûtSuite à la visite en Haïti du Ministre argentin des Affaires étrangères, Hector Timerman, ce dernier a déclaré « J’ai réitéré au Président de la République d’Haïti, Joseph Michel Martelly, l’engagement de l’Argentine, qui se manifeste concrètement dans la contribution qu’apporte notre pays en matière de coopération dans l’agriculture à travers le programme Pro-Huerta et d’autres initiatives de coopération en cours dans l’éducation, le logement, le renforcement des capacités…»
« Pour sa part, le président Martelly m’a remercié pour la réaction rapide de l’Argentine à l’occasion du 12 Janvier 2010, et en particulier pour le travail effectué à l’hôpital militaire de campagne argentin dans le soin des victimes, il a également souligné le caractère solidaire de la coopération de l’Argentine et son intérêt à l’approfondir lors de sa visite en Argentine le 12 août » a ajouté le Ministre argentin des Affaires étrangères.
Après le 12 janvier 2010, le gouvernement argentin a fait don à Haïti de 35 tonnes de semences de maïs et d’haricot, de 600 jeux d’outils et 5000 manuels de formation. Ces semences ont été distribuées à 17.000 familles dans 6 départements (Artibonite, Centre, Nord, Nord-Est, Ouest et le Sud-Est).
HL/ HaïtiLibre

 

Haïti, le pays où il y a le moins de prisonniers !

24/07/2011 12:46:15

Haïti - Prisons : Haïti, le pays où il y a le moins de prisonniers !Haïti est le pays des Caraïbes où il y a le moins de prisonniers, c’est ce que nous apprend la neuvième étude intitulé « Liste mondiale de la population des prisons » portant sur 218 pays et territoire indépendants, publiée ce jeudi 21 Juillet par le Centre International d’Etudes Pénitentiaires, un partenaire de l’Université d’Essex.
Selon cette étude à la date du 31 décembre 2010 la population carcérale en Haïti était de 5,331, soit 55 prisonniers par 100,000 habitants, le taux le plus bas des caraïbes ! Notre voisin, la République Dominicaine affiche tant qu’à elle 21,050 détenus soit 213 par 100,000. La palme au niveau de la région caribéen est détenue par les îles vierges (US) avec 539 par 100,000. Tandis qu’au États-Unis d’Amérique se chiffre s’élève à 743 personnes par 100,000 habitants, soit un total de 2,292,133 personnes enfermées !
Toujours selon cette même étude, en Haïti, 67.7% de la population carcérale est en détention provisoire/prévenus [souvent depuis des années], 8.6% sont des femmes, 3.9% sont des mineurs [souvent ils sont détenus avec des adultes]. Il est aussi indiqué qu’il y a 18 prisons dans le pays et qu’en juin 2010 trois prisons étaient inopérants suite au 12 janvier 2010 et que la capacité du système carcéral est de 2,448 (à la date de mars 2009).
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3316-haiti-prison-le-titanic-pret-a-accueillir-700-passagers.html
http://www.haitilibre.com/article-2703-haiti-justice-detention-une-faible-amelioration.html
http://www.haitilibre.com/article-1669-haiti-justice-aberrations-du-systeme-judiciaire-haitien.html
http://www.haitilibre.com/article-1558-haiti-prisons-au-pays-des-grandes-evasions.html
http://www.haitilibre.com/article-1150-haiti-justice-mauvais-fonctionnement-du-systeme-judiciaire.html
http://www.haitilibre.com/article-1112-haiti-prisons-penitencier-national-0-5-m2-par-detenu.html
http://www.haitilibre.com/article-507-haiti-prisons-detention-des-femmes-cruelle-et-inhumaine-d-apres-l-onu.html
http://www.haitilibre.com/article-287-haiti-justice-detentions-preventives-tres-abusives.html
http://www.haitilibre.com/article-160-haiti-prisons-les-detenus-ne-sont-pas-consideres-comme-des-humains.html
HL/ HaïtiLibre

 

Haïti – Économie :

Micro-assurance pour le micro-crédit

24/07/2011 10:53:33

Haïti - Économie : Micro-assurance pour le micro-créditLa Caribbean Development Bank (CDB) est en train d’établir un fonds fiduciaire multi-donateur, pour appuyer la mise en place d’une micro-assurance, qui vise à fournir une assurance pour protéger le micro-crédit des emprunteurs en Haïti, contre les pertes résultant d’évènements naturels majeurs.
CDB agira à titre de fiduciaire et d’administrateur du fonds, Micro Insurance Catastrophe Risk Organisation Fund (MiCRO). Le Gouvernement du Royaume-Uni fera une contribution initiale de plus d’1.5 millions de dollars au fonds, et il est prévu, que d’autres donateurs contribueront à court et à moyen terme à ce fonds.
En Haïti, les institutions de micro-finance ont prospéré en offrant des prêts principalement aux travailleurs indépendants. Le séisme de janvier 2010 a eu un impact dévastateur sur les micro-entrepreneurs, qui ont connu des pertes d’actifs, de fournisseurs et de marchés. Le secteur de la micro-finance, qui soutien et stimule ces entreprises, a également subi des pertes considérables.
MiCRO, sera réassurée par Swiss Re, l’un des plus grands réassureurs et les plus diversifiés au monde et devrait contribuer entre autres, accroître la viabilité et la durabilité du secteur de la micro-finance en Haïti suite à des événements naturels majeur.
L’objectif de la Caribbean Development Bank  (CDB) est de contribuer à la croissance harmonieuse et au développement économique des pays membres de la Caraïbes et, de promouvoir la coopération économique entre eux, portant une attention spéciale et urgente aux besoins des membres les moins développés de la région.
La CDB finance des projets spécifiques aux niveaux national, sous-régional ou des programmes de développement régionaux dans des domaines comme l’agriculture, l’élevage, la pêche, la sylviculture, la commercialisation, la fabrication, l’exploitation minière, le raffinage, le tourisme, les services d’exportation, le transport, le logement, l’éducation, l’eau, les égouts et l’infrastructure et les services liés au développement de ces secteurs de l’économie, la gestion des déchets, la protection de l’environnement et la réduction de la pauvreté. La République d’Haïti est le membre le plus récent de la Caribbean Development Bank , il l’a rejoint le 19 Janvier 2007.
HL/ HaïtiLibre

 

Emouvantes funérailles nationales pour Azor

Comme prévu, il a été distingué à titre posthume de l’Ordre national honneur et mérite, au grade de chevalier

Publié le samedi 23 juillet 2011

Les funérailles nationales du grand chanteur et tambourineur haïtien Lénord Fortuné dit Azor décédé le samedi 16 juillet dernier à Port-au-Prince, ont été célébrées samedi matin au Champ-de-mars selon un rituel vodou, en présence du chef de l’Etat, de représentants du parlement, du gouvernement, de plusieurs artistes, des membres du groupe musical « Rasin Mapou », des parents du défunt et de plusieurs centaines de fans de l’artiste.

La dépouille, arrivée sur les lieux à bord d’un carrosse tiré par un cheval, était exposée au milieu d’un péristyle vodou érigé en vue du déroulement de la partie spirituelle de la cérémonie présidée par le chef suprême du vodou haïtien, l’Ati national Max Beauvoir.

Avant cette phase de la cérémonie, le président Michel Joseph Martelly, a personnellement remis aux parents du défunt le certificat de la distinction « honneur et mérite, au grade de chevalier » qui lui a été décernée à titre posthume.

Des témoignages sur l’homme et l’artiste ont été produits à la tribune successivement par le producteur Fred Paul, l’ex-ambassadeur d’Haïti au Japon, Marcel Duret, qui a secondé l’artiste au cours de ses 10 prestations au pays du soleil levant) ; le chanteur et compositeur Boulo Valcourt ; la ministre de la culture et de la communication par intérim, Jocelyne Féthière Colimon et le frère ainé du défunt, François Fortuné dit « Ti Nonm » qui lui succède pratiquement à la direction du groupe musical.

La création d’un musée du tambour portant le nom de Azor, la création à travers le pays d’écoles d’apprentissage du tambour, le soutien à « Rasin Mapou » pour que le groupe survive et l’octroi d’une pension qui bénéficierait aux enfants du défunt figurent parmi les principales propositions faites par les intervenants.

Au nombre des artistes qui ont assisté à la cérémonie, citons, entre autres : Kessy du groupe Koudjay ; Frédo (Kanpèch) ; Richard Morse (RAM et membre du Cabinet de la présidence) ; le chanteur-vedette du groupe « Rasin » REV ; Ti Pay ; le lead-vocal et compositeur de Boukan Ginen, Eddy François.

La cérémonie a été clôturée par une brève prestation de « Rasin Mapou » avec la participation très remarquée de Jacques Maurice Fortère dit Wawa de « Rasin Kanga » au sein duquel Azor avait révélé son extraordinaire talent artistique avant de fonder sa propre formation musicale.

Pendant tout le déroulement du rituel, l’émotion était vive tant dans le public que sur les podiums aménagés en la circonstance au Champ-de-mars où des foules entières étaient électrisées, lors des défilés carnavalesques, par la performance de Azor et de son groupe. [jmd/Radio Kiskeya]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :