mardi 26 juillet 2011

26 Juil

Haïti – Politique :

Pas de nouveau Gouvernement cette semaine

26/07/2011 09:39:49

Haïti - Politique : Pas de nouveau Gouvernement cette semaineAlors que les pièces du dossier de candidature du Premier Ministre désigné font l’objet d’une enquête de conformité et d’authenticité, les « négociations » se poursuivent cette semaine… mais les Parlementaires qui contestent la candidature de Me Gousse semblent sourd à l’appel d’un compromis et campent sur leur position.
Rodolphe Joazile, le Président du Sénat, en réponse aux rumeurs persistantes d’un éventuel désistement du Premier Ministre désigné [démenties dimanche par le Chef de l’État
http://www.haitilibre.com/article-3443-haiti-politique-le-president-martelly-en-visite-dans-le-grand-nord.html ] a tenu a préciser qu’il n’avait pas reçu de lettre de l’intéressé « …non jusqu’à présent je n’ai pas reçu de lettre de ce type, le dossier suit son cours […] La Commission travaille tant au service de l’immigration, au ministère des affaires étrangères, qu’au niveau de la direction générale des impôts. Aujourd’hui [lundi] la Commission est à la recherche d’information à l’extérieur, elle va comparer le dossier qu’elle a entre ses mains et les archives de l’État […] Je pense que si la Commission complète ce travail aujourd’hui ou demain si Dieu le veut, mercredi elle fera l’analyse du dossier et préparera un projet de rapport pour qu’il soit présenter jeudi devant l’Assemblée. Je trouve qu’il est extrêmement difficile d’avoir un Gouvernement cette semaine. […] il faut que le dossier sorte du Sénat pour aller dans la Chambre des Députés, et lorsqu’il sortira de la Chambre des Députés […] il [le Premier Ministre] devra venir faire sa déclaration de politique générale… avoir un nouveau gouvernement cette semaine… je trouve que c’est presque impossible… » ramenant à la dure réalité du calendrier, le Président Martelly qui avait déclaré vendredi dernier qu’il pourrait y avoir un nouveau Gouvernement d’ici le weekend prochain… http://www.haitilibre.com/article-3431-haiti-politique-un-gouvernement-la-semaine-prochaine.html
Les membres du groupe majoritaire ont réaffirmé leur position initiale de rejet de Me Gousse, après s’être entretenu la semaine dernière avec le Chef de l’Etat http://www.haitilibre.com/article-3415-haiti-politique-bernard-gousse-le-flou-l-incertitude-persiste.html Le Sénateur Lucas Saint Vil du Groupe des parlementaires du renouveau (GPR) estime que le premier Ministre Désigné fait perdre du temps au pays, en s’accrochant à une position vouée à l’échec « Le Groupe des 16 avait bien fait comprendre au Président Martelly qu’il devrait désigner, dans le plus bref délai, un nouveau premier ministre à la place de Me Gousse ».
Himmler Rébu, le principal dirigeant du Grand Rassemblement pour l’Evolution d’Haïti (GREH) tient des propos beaucoup plus radicaux, comme à son habitude « …M. Gousse ne passera pas au Gouvernement, il n’y a aucune possibilité qu’il passe […] Nous sommes à l’intérieur d’une guerre, d’une vrai guerre d’homme idéologique, que même les Sénateurs, ni même le Président de la République, pas même ses conseiller n’ont conscience de la vraie nature de ce problème […] Nous ne sommes plus dans une affaire de parlementaire qui sont pour ou contre, on est dans une affaire d’ordre idéologique et ces Sénateurs, parce qu’ils ont prit une position publique qui va dans un certain sens idéologique, n’ont plus aucun pouvoir de faire marche arrière… »
Un groupe de Députés français « Groupe d’amitié France-Haiti » qui a achevé une mission de 6 jours la semaine dernière a exhorté les Parlementaires au compromis « Nous souhaitons vraiment de tout cœur que les élites haïtiennes, notamment les élites politiques fassent les compromis nécessaires pour qu’il y ait un interlocuteur face à la communauté internationale »
De son côté, l’Association des Industries d’Haïti (AIDH) critique à la fois le président Martelly et les parlementaires sur le dossier du Premier Ministre désigné
http://www.haitilibre.com/article-3446-haiti-economie-lettre-ouverte-de-l-association-des-industries-d-haiti.html  Allus Reginald, l’un des responsable de l’AIDH appelle les responsables à laisser de côté leurs intérêts personnels au profit de ceux de la population dont ils sont censés être les représentants.
HL/ HaïtiLibre

 

Haïti: la BID va verser 90 millions de dollars pour l’industrie

WASHINGTON – La Banque interaméricaine de développement (BID) a annoncé mardi le versement de 90 millions de dollars pour la construction en Haïti d’un parc industriel et la modernisation du réseau énergétique du pays le plus pauvre des Amériques.
Une enveloppe de 55 millions de dollars sera consacrée à la construction du Parc industriel de la région nord, entre Cap Haïtien et Ouanaminthe, qui devrait fournir du travail à 50.000 personnes, a indiqué la Banque dans un communiqué.
L’aménagement qui doit commencer dans les prochains mois, devrait être finalisé début 2012.
Les 35 millions de dollars restants vont être investis dans un plan gouvernemental pour la modernisation du réseau électrique.
Selon la Banque, 70% des Haïtiens n’ont pas l’électricité et le pays fournit moins d’un tiers de sa demande.
Après le séisme de janvier 2010 qui a fait plus de 200.000 morts et détruit une grande partie des infrastructures du pays, la BID a annulé la dette d’Haïti et donné, en comptant cette nouvelle aide, 340 millions de dollars pour la reconstruction.
(©AFP / 26 juillet 2011 20h35)

 

Haïti – Reconstruction :

35 millions de dollars pour le secteur électrique

26/07/2011 14:13:08

Haïti - Reconstruction : 35 millions de dollars pour le secteur électriqueLa Banque Interaméricaine de Développement (BID) a approuvé une subvention de 35 millions de dollars US pour soutenir les efforts d’Haïti dans la modernisation de son secteur énergétique et l’amélioration de la gestion financière et opérationnelle de la compagnie énergétique du pays, Electricité d’Haïti (EDH).
La nouvelle subvention est la première des trois opérations basées sur des réformes que la BID prévoit de faire sur 3 ans afin d´aider Haïti à développer un système d’électricité fiable et durable. A l’heure actuelle, environ 70% de la population n’a pas accès à l’électricité. Dans les zones couvertes il existe une moyenne de 10 heures de service par jour. Cette desserte est néanmoins très fréquemment interrompue par des pannes. La capacité de production disponible s’élève à moins d’un tiers de la demande totale estimée, soit environ 500 mégawatts.
En coordination avec d’autres donateurs internationaux, la BID a fourni Haïti en aides pour la réparation des infrastructures d’électricité touchées par le séisme de 2010. La Banque appuie également la réhabilitation de la centrale hydroélectrique de Péligre et l’utilisation de l’énergie solaire. La BID accompagne à même titre les efforts de l’EDH pour réduire les pertes techniques et commerciales à travers la modernisation des équipements et en augmentant l’efficacité de facturation et de recouvrement.
Les subventions basées sur des réformes assistent le gouvernement haïtien dans la réalisation d’un vaste programme de réformes visant à élargir l’accès à l’énergie pour les ménages urbains et ruraux, réduire la dépendance du pays envers les combustibles fossiles pour la production d’énergie, améliorer la fiabilité des services d’électricité et transformer EDH en une entité viable. Un autre objectif reste d’encourager chaque fois plus de ménages à passer du charbon au gaz puisque ce premier est le combustible de cuisson les plus couramment utilisé en Haïti
Ces réformes, combinées avec des investissements publics et privés, permettront au pays d’instaurer un cadre réglementaire et institutionnel solide capable de promouvoir l’expansion de son secteur énergétique. Le gouvernement haïtien a déjà pris des mesures pour améliorer la viabilité financière, commerciale et opérationnelle de l´EDH à travers des réformes de gestion.
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-2468-haiti-electricite-modernisation-du-secteur-de-l-energie.html
HL/ HaïtiLibre / BID

 

Attaque contre le Président :

Un employé du Parlement serait détenu et son fusil M1 confisqué

Publié le mardi 26 juillet 2011

Au lendemain de la grave attaque à coups de pierres et de bouteilles perpétrée contre le cortège présidentiel, 29 personnes étaient encore en garde à vue lundi au Cap-Haïtien (274 km au nord de Port-au-Prince), parmi elles un employé présumé du Parlement qui aurait été épinglé sur le théâtre des incidents en possession d’un fusil M1.

Sorti indemne de cette agression survenue dimanche dans le quartier populaire de Shada, réputé pro-Lavalas, le Président Michel Martelly a mis fin lundi à sa première visite officielle dans le nord.

Alors que la police continuait d’interroger les suspects dans la deuxième ville du pays, le bloc des parlementaires du nord et du nord-est a mis en garde contre une « chasse aux sorcières » tout en présentant ses plus vives sympathies au chef de l’Etat.

Si la Présidence a, dans un communiqué, tenté de minimiser l’incident, en revanche, des proches de Martelly, à l’image du Sénateur du sud-est, Edwin Zenny, parlent d’un attentat qui aurait été commandité à hauteur de 600.000 dollars.

Le parlementaire et son collègue du nord, Moïse Jean-Charles, farouche adversaire du nouveau dirigeant haïtien, se sont lancés dans une guerre verbale -au contenu politique et social potentiellement explosif- portée sur le terrain de la lutte des classes et de couleur ainsi que de l’opposition idéologique viscérale entre néo-duvaliéristes et Lavalas.

Interrogé par Radio Kiskeya, l’ancien colonel Himmler Rébu, leader du Grand rassemblement pour l’évolution d’Haïti (GREH), a qualifié de « grave défaillance du système de sécurité présidentielle » les jets de pierre et de bouteille que le cortège de M. Martelly a essuyés au Cap-Haïtien.

Pire, dit l’expert militaire, le chef de l’Etat, un ancien chanteur au caractère impétueux surnommé « Sweet Micky », s’est pratiquement donné en spectacle en résistant à ses gardes du corps qui tentaient de l’évacuer afin de le protéger contre la chute des projectiles. spp/Radio Kiskeya

 

Le Tueur du Député placé en garde à vue

26/07/2011 02:50:00 Auteur(e) La Redaction

image 

Député Polyte

Le tueur du député Polyte est placé en garde-à-vue depuis le lundi 25 juillet après avoir, accidentellement dit-on, abattu le représentant à la chambre basse de Pestel/Beaumont. Plusieurs voix s’élèvent pour réclamer l’ouverture d’une enquête.

Robert Souffrant est le nom de l’auteur du meurtre du député de Pestel/Beaumont  Dionald Polyte. Depuis lundi, il est en garde à vue au commissariat des Cayes avec l’autre garde du corps du député décédé. Les deux hommes doivent être entendus par la Direction centrale de la police judiciaire.

D’après le témoignage d’Andrenel Marseille, le cousin du défunt, les deux agents de sécurité ont tiré deux balles en l’air. Une troisième allait atteindre le député pestelois au dos alors que celui-ci prenait place dans sa voiture avec ses deux gardes du corps. Le coup serait parti par hasard.

Plusieurs personnalités ont réagi après le meurtre de l’élu de la plateforme INITE. Le Président de la chambre des députés Sorel Jacinthe a annoncé une conférence des présidents en vue de monter une commission pour faire la lumière sur cette affaire.

M. Jacinthe a aussi fait savoir qu’il va essayer de rentrer en contact avec la famille de la victime. Le drapeau du parlement est en berne depuis lundi matin après la nouvelle de la mort du député.

Rodolphe Joazile, le Président du Grand corps se dit affligé par la mort de Dionald Polyte. M Joazile demande que la justice fasse son travail tout en promettant que  le parlement va s’engager à élucider ce meurtre.

Le député Ronald Lareche a abondé dans le même sens en sollicitant une investigation pour mieux connaitre les circonstances de la mort de M. Polyte pour savoir s’il s’agit réellement d’un accident, ou d’homicide volontaire.

De son côté, le président Martelly a demandé lui aussi l’ouverture d’une enquête afin de déterminer les circonstances dans lesquelles le parlementaire a été tué.

Depuis quelques temps, l’on peut constater que des parlementaires se font accompagner de jeunes gardes du corps, parfois des membres de leur famille, qui semblent peu habiles au maniement des armes.

Wilner Jean Louis et HPN

 

Les autorités législatives réclament une enquête sur l’assassinat d’un député

imageLe président du sénat, Roudolph Joazile et le président de la chambre des députés, Sorel Jacinthe, expriment leur tristesse après l’assassinat du député de Pestel/ Beaumont, Dionald Polyte.
Cet technicien en animation communautaire avait pu s’imposer lors des dernières élections face au député sortant Ronald Etienne.
M. Polyte, aurait été tué par un tir accidentel de l’un de ses gardes du corps. L’incident est survenu samedi dans le marché de Duchity que le parlementaire envisageait de transformer en un commissariat rapporte un témoin.
Le président de la chambre basse révèle que Polyte était un ami de longue date. Ils avaient ensemble abandonné la fusion des Sociaux démocrates pour rejoindre le regroupement Inité.
M. Jacinthe met l’accent sur la nécessité de diligenter une enquête pour faire la lumière sur les circonstances de ce crime. Il faut savoir s’il s’agissait d’un tir accidentel ou d’un acte prémédité, insiste t-il.
Selon les premières informations recueillies 8 personnes se trouvaient a bord du véhicule au moment de l’incident. Le parlementaire a été atteint d’un projectile provenant de l’arme de Robert Soufrant, son agent de sécurité, se trouvant sur un siège a l’arrière du véhicule.
Transporté dans un centre hospitalier, M. Polyte a rendu l’âme quelques minutes plus tard. M. Soufrant et les 7 autres personnes se trouvant a bord du véhicule ont été auditionnés par les agents de l’ordre au commissariat de Camp Perin.

LLM / radio Métropole Haïti

 

Des parlementaires du Nord et du Nord’est condamnent l’incident du Cap

26/07/2011 02:55:00 Auteur(e) La Redaction

image 

Dr. Kelly Bastien

Les parlementaires du nord et du nord’est ont condamné lundi l’incident survenu dimanche à l’entrée de la ville où des inconnus avaient lancé des pierres contre le président Martelly.

“Le bloc des parlementaires du nord et du nord’est exprime ses sympathies au président Michel Martelly et à la première dame”, lit-on dans une note.

“Nous condamnons fermement cet acte qui ne fait pas honneur au pays. C’est un signe d’intolérance et d’irrespect pour la plus haute autorité du pays”, poursuit la note.

Les parlementaires de ce groupe ont demandé à la police d’ouvrir une enquête sur cet incident, mais a invité les autorités à ne pas poursuivre aveuglément les populations dans les quartiers populaires.

HPN

 

Haïti – Santé :

La grève illimitée à l’HUEH met en danger la vie des patients

26/07/2011 10:43:37

Haïti - Santé : La grève illimitée à l’HUEH met en danger la vie des patients Le personnel médical de l’Hôpital Universitaire d’Etat d’Haïti (HUEH) est en grève illimitée, depuis le 6 juillet. Le syndicat dénonce la mauvaise gestion du Centre hospitalier, une urgence dysfonctionnelle, réclame des arriérés de salaires, de meilleures conditions de travail et le départ de la direction de l’hôpital.
Le syndicat, qui reste ferme sur ses positions explique «…nous n’avons pas de problème personnel avec qui que ce soit, nous avons des problèmes sur la façon dont l’administration gère l’hôpital, elle le prend comme un bien privé, nous disons que ça ne peut pas rester comme un bien privé, c’est un bien de l’État, lorsque nous sommes malade c’est ici que nous venons, c’est ça que nous revendiquons aujourd’hui… »
La Direction de l’HUEH, affirme ne pas disposer d’un budget suffisant pour répondre aux demandes des grévistes qu’elle accuse d’avoir déversé des immondices et des déchets médicaux dans l’enceinte même de l’établissement de santé « …je ne comprends pas très bien comment du personnel qui travaille dans une institution de santé, peut utiliser des déchets et même des déchet médicaux, comme moyen de revendication. Un arrêt de travail ou une grève c’est une chose qui est constitutionnelle, mais il y a des moyens pour le faire, parce qu’utiliser des déchets qui sont virulents c’est mettre en péril la santé des patients et du personnel […] un foyer d’épidémie peut ainsi être créé… » a fait savoir le Dr Alix Lassègue, Directeur Exécutif de l’HUEH. « …Au niveau du ministère nous allons prendre les dispositions, non seulement pour rétablir la salubrité de l’hôpital mais contre ces actes inadmissibles… » a déclaré le Ministre Alex Larsen.
Rose Belot Bernard du syndicat du personnel infirmier et Félix Lévy Milot, du syndicat des travailleurs de la santé, exigent des changements importants à la tête de l’institution dont le départ du Dr Alix Lassègue [qui n’entend pas démissionner] et celui de Marlène Thompson, l’Administratrice de l’hôpital qui n’entend pas céder à ces exigences «… je ne suis pas décidé de partir parce que c’est un ministère qui m’a donné une lettre de nomination, c’est un ministère de tutelle qui m’a employé. Des employés qui viennent devant moi, peuvent avoir une raison derrière pour dire que je dois partir, quelle est leurs raisons? ils n’en ont jamais, je suis bien étonné d’apprendre maintenant, que je suis une mal élevée… »
Entre-temps, l’insalubrité se répand dans l’hôpital. Des parents [les plus chanceux], sont obligés d’administrer eux-mêmes les soins au membre de leur famille, mais pour d’autres, la vie de certains de leur proche hospitalisé est en danger, en raison d’infections avancée et d’absence de soins…
HL/ HaïtiLibre

 

Haïti – Politique :

Un CEP quasi déserté, prépare les prochaines élections…

26/07/2011 12:27:07

Haïti - Politique : Un CEP quasi déserté, prépare les prochaines élections...Pierre-Louis Opont, le Directeur Général du Conseil Électoral Provisoire (CEP) « travaille sans chômer » avec Me Laurette Croyance, membre du conseil en collaboration avec une Commission de juristes sur la proposition d’une nouvelle loi électorale qui sera présentée au Parlement prochainement, en vue des prochaines élections qui devraient se tenir, en principe cet automne.
Le Directeur Général a fait savoir que M. Gaillot Dorsinvil, le Président du CEP, Jean Thélève Pierre Toussaint le Vice Président (Désigné par la  Fédération des CASEC/ASEC), M. Ribel Pierre, membre du conseil, (Désigné par Conseil National du Centre Démocratique, CONACED) et Me Laurette Croyance, membre du conseil (Désignée par l’Église Épiscopale) sont présent en Haïti « les autres conseillers ne sont pas en Haïti pour des raisons de santé… » a précisé Pierre-Louis Opont.
Parmi les membres présents en Haïti, seule Me Laurette Croyance est au bureau tous les jours pour compléter la nouvelle loi électorale avec le Directeur Général «…aujourd’hui nous sommes en phase de préparation des nouvelle élections qui sont sensées avoir lieu d’ici la fin de l’année. Nous n’avons pas de contrôle sur la date, parce que la loi électorale, veut que ce soit le Président de la République qui convoque le peuple pour aller voter. Donc, nous n’avons pas de date, mais nous savons qu’il doit y avoir des élections pour renouveler un tiers du Sénat, remplacer les magistrats et ensuite pour les élections des collectivités territoriales c’est pourquoi le CEP les prépare, elles sont censées se passer d’ici la fin de l’année ou quand les autorités compétentes l’auront décidé… » a précisé Pierre-Louis Opont.
Concernant l’absence de Gaillot Dorsinvil, le Directeur Général du CEP a tenté d’expliquer son absence pour des raisons de différents judiciaires avec le Commissaire du Gouvernement, expliquant que le Président du CEP « n’est pas venu à son bureau [depuis 2 jours], qu’il n’est pas là aujourd’hui mais qu’il sera peut-être là cet après-midi, ou demain… »
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3342-haiti-elections-elections-senatoriales-partielles-a-l-automne.html
http://www.haitilibre.com/article-3258-haiti-politique-dorsinvil-affirme-etre-une-personne-de-parole.html
http://www.haitilibre.com/article-3426-haiti-justice-operation-de-police-au-cep-ils-n-etaient-pas-la.html
S/ HaïtiLibre

 

Haïti – Social :

Sophia Martelly dans le Département du Nord

25/07/2011 14:10:06

Haïti - Social : Sophia Martelly dans le Département du NordLa Première Dame de la République d’Haïti, Mme Sophia Martelly a effectué dimanche 24 juillet 2011, une tournée dans le département du Nord, notamment à Quartier Morin, à Plaine du Nord et à Milot, en vue de s’entretenir avec les habitants et de rencontrer quelques associations de femmes qui œuvrent dans le social.
La Première Dame a visité à Quartier Morin, dans la localité de Carrefour La mort, l’Hôpital de la Convention Baptiste, un centre hospitalier comprenant entre autres un Centre de Traitement du Choléra (CTC) et un centre de réhabilitation des personnes ayant un déficit physique. Elle s’est aussi entretenue avec le directeur départemental du Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP – Nord) et des cadres de la Convention Baptiste d’Haïti sur les besoins de la communauté en soins de santé.
Sophia Martelly, comme elle l’avait promis, accompagnée de la Députée Etienne Marie Jossie [circonscription de Milot/Plaine du Nord] a rendu visite à ces populations. À la salle paroissiale Immaculée Conception, elle a écouté les doléances des citoyens qui se sont en outre plaints d’être mis à l’écart de la politique haïtienne. Ils se disent, par contre, satisfaits de cette visite qui est une grande première dans l’histoire de la ville.
La Première Dame en a profité pour visiter le nouveau bâtiment du Lycée Oswald Durand de Plaine du Nord. Consciente des exigences de la zone en matière d’infrastructures scolaires, la Première Dame promet de travailler aux côtés du Chef de l’Etat en vue de satisfaire les besoins des habitants en infrastructures scolaires.
En fin d’après-midi, elle s’est rendue au Service d’incendie du Cap-Haitien. Elle s’est informée du fonctionnement de l’institution. Mme Martelly poursuit sa tournée dans le Nord du pays et prévoit d’autres rencontres de travail lundi 25 juillet.
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3443-haiti-politique-le-president-martelly-en-visite-dans-le-grand-nord.html
HL/ HaïtiLibre

 

C’était une tentative d’assassinat, déclare le président Martelly

26/07/2011

Le président Martelly assimile les jets de pierres et de bouteilles dont il a été l’objet dans le quartier de Shada, au Cap-Haïtien le dimanche 24 juillet, à une tentative d’assassinat.
Il a déclaré lundi soir au micro du correspondant de Radio Galaxie aux Gonaïves (Artibonite) qu’une vidéo a montré un homme avec un fusil M-1 parmi les assaillants.
Himmler Rébu, ancien colonel des Forces armées d’Haïti, pense que c’est une question à prendre très au sérieux, parce qu’il s’agit de la sécurité d’un président. Il déplore que ce dernier ait refusé de suivre les instructions de ses agents de sécurité qui lui demandaient de monter en voiture.
Le responsable du bureau de communications de la présidence, Hérold Israël, avait qualifié «d’incident mineur» ce qui s’est passé dans la deuxième ville du pays.
WPC/LM

 

Le sénateur Moise Jean Charles accuse le président de malversation

25/07/2011

 Intervenant à la rubrique ”invité du jour” sur Signal FM, le sénateur du Nord, Moise Jean Charles accuse le président Martelly de mal gérer les fonds du pays.
Des promesses chimériques et gaspillage d’argent, voilà ce qui caractérise les premiers mois de présidence de Michel Martelly, d’après le sénateur du nord, qui accuse le président d’utiliser la force pour déloger les déplacés du séisme. D’un autre coté, il affirme que beaucoup de parents ne savent à quel saint se vouer en attendant la concrétisation des promesses du président pour pouvoir envoyer leurs enfants à l’école en Septembre prochain.
Le Sénateur accuse le Président de gabegie. Il dénonce celui-ci pour avoir dépenser $US 1500 par heure pour son avion privé. « Un jour compte 24 heures, si le président séjourne à l’étranger pendant cinq jours, cela ferait 180 000 dollars américains », selon l’Elu du Nord. « De plus, il voyage toujours avec, au moins, 35 personnes dans sa délégation. 35 personnes a héberger, nourrir, … tout cela coûte une fortune à l’Etat », a-t-il ajouté.
Le Sénateur rappelle au président qu’il avait promis, au cours de sa campagne, une gestion saine des avoirs de l’Etat en mettant à la disposition de chaque ministre une Terios au lieu de Prados. Le sénateur Jean Charles dit constater que la pratique est toute autre : 6 blindées pour 2.5 millions de dollars américains, et 60 Prados pour les amis et la famille du président ont été commandées par celui-ci, a révélé le sénateur Moises Jean-Charles, qui invite monsieur Martelly à se ressaisir.

James Dufresne
gerdjineclaire@yahoo.fr

 

Martelly averti

25/07/2011

A l’issue d’une rencontre marathon à l’hôtel Karibe la semaine dernière, exécutif et législatif s’étaient entendus pour annoncer à la population la constitution, avant la fin de ce mois, d’un nouveau cabinet ministériel. L’annonce a été faite par le président de la République, Michel Martelly et le coordonateur de Inite, Joseph Lambert.
Certains parlementaires ont affirmé que le prochain nom que soumettra le Président pourra avoir la bénédiction du parlement, il suffit que le président fasse retrait de la candidature de Maitre Bernard Gousse.
Le sénateur du Nord, Moise Jean-Charles dit souhaiter que le président choisisse quelqu’un qui fait l’unanimité au sein de la societe. ”Il faut une discussion préalable avant un autre choix, selon le sénateur du Nord.
Certains craignent une opération ”bouyi vide” semblable à celle qui avait mis à la primature Jean Max Bellerive quelques 72 heures après la destitution de Michelle D. Pierre-Louis. ”Dans d’autres circonstances, la fin du mois ne verra pas l’installation du nouveau Premier Ministre” fait remarquer le sénateur de Lavni, Desras Simon Dieuseul.

James Dufresne / gerdjineclaire@yahoo.fr

 

FNE: le plus grand danger du mandat de Martelly

23/07/2011

Comme un torchon qui brûle silencieusement, le Fonds national pour l’éducation (FNE) existe aujourd’hui et fait murmurer les Haïtiens d’ici, mais surtout d’ailleurs. Nos compatriotes de l’extérieur ont été touchés dans leurs deux plus grands points d’attachement à leur famille en Haïti : leurs appels et leurs transferts.
Entre-temps, de 500 000, le nombre d’enfants que le président de la République rêvait de scolariser dès la nouvelle rentrée est passé à 100 000. Aussi la gestion de ce fonds, jusqu’ici placé en dehors du budget gouvernemental, augmente-t-elle l’anxiété et les suspicions des débiteurs indirects de « cette contribution » : la diaspora. À la fin de son mandat, Michel Martelly promet de permettre à 1, 5 million d’enfants haïtiens de prendre le chemin de l’école et d’y recevoir un plat chaud tous les jours. C’est l’objectif final poursuivi par son Fonds national pour l’éducation, lancé le 26 mai et mis en application à partir du 15 juin 2011.
Ce fonds est géré par un conseil de 15 membres, assisté par le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque de la République d’Haïti (BRH). Avec un prélèvement de 0, 05 centimes sur tous les appels internationaux vers Haïti et de 1, 50 $ sur tous les transferts d’argent, ce fonds doit recueillir 144 millions de dollars américains, au bout des cinq ans de mandat du président Martelly.
Le chef de l’État et son entourage ont beau dire qu’il ne s’agit pas « d’une taxe » mais plutôt « d’une contribution », des parlementaires ainsi que d’autres secteurs de la société haïtienne continuent de réclamer une loi régissant cette nouvelle imposition. Michel Martelly a même tenté d’expliquer que c’est une formule « intelligente » qui a été utilisée pour ne pas taxer les ressortissants haïtiens, vu que « l’argent ne sortira pas directement du client mais des opérateurs ».
S’il est vrai que les compagnies téléphoniques sont les seules liées par le circulaire ayant annoncé ce « surplus tarifaire », ce sont les clients qui le paient et le supportent. Aucune diminution n’a été appliquée sur les profits des compagnies, le versement périodique de ce fonds réclamé par l’État n’est que le cumul des réductions (de minutes ou de montants reçus) supportées « directement » par les clients.
Les opérateurs de téléphonie mobile ont agréé l’idée de Michel Martelly qui les a rencontrés avant même son investiture. Seule la Natcom, qui pénètre à peine ce marché que certains croyaient saturé, a soulevé des objections quant à la fixation d’un « prix plancher » pour toutes les compagnies. Le remplaçant de la Téléco a fait valoir que ce serait un accroc au principe de la libre concurrence, vu que cela l’empêcherait de réduire ses prix par rapport à ses concurrents qui contrôlent déjà le marché.
Le projet d’éducation pour tous sera lancé d’abord dans le grand Sud avant de s’étendre au grand Nord, à l’Ouest et au Plateau central. Mais comment sélectionner les enfants les plus défavorisés qui doivent bénéficier du programme ? Cette question a maintes fois été posée et le Président s’est toujours contenté d’expliquer que la liste des enfants du Sud qui iront gratuitement à l’école en septembre prochain est déjà en préparation. Une équipe spéciale est chargée de la sélection.
Deux cent trente mille enfants du grand Sud n’ont pas encore fréquenté une salle de classe, selon une enquête commanditée par la présidence. Ainsi, même en réalisant son objectif de financer l’étude primaire pour 100 000 petits Haïtiens dans le Sud, le président Martelly atteindra moins que la moitié de la population concernée par son projet, ne serait-ce que dans un seul département.
La fourniture de matériel scolaire, la construction de nouveaux bâtiments scolaires, la formation des maîtres, la dynamisation du programme de cantine scolaire sont autant d’éléments qui doivent constituer le grand « package » de l’éducation gratuite pour tous. Dans le Sud, moins de deux mois avant la rentrée des classes, ces préparatifs sont encore peu visibles.
Entre-temps, aucun mouvement de protestation n’est enclenché au sein de la diaspora haïtienne, malgré les nombreuses insatisfactions exprimées. La réduction des minutes d’appels sur les cartes téléphoniques soulève bien des murmures, et une mauvaise gestion du FNE fera déborder un vase déjà rempli. Plusieurs de ceux qui acceptent ou critiquent à voix basse cette nouvelle imposition disent seulement espérer que des enfants iront effectivement à l’école et que ce projet annoncé tous azimuts ne sera pas qu’un feu de paille.
Parler de la diaspora haïtienne aujourd’hui, c’est parler de près de quatre millions de compatriotes qui, pour la plupart, attendent encore vainement une double nationalité qui leur a été promise par le président lui-même. Avec ses transferts d’argent, cette diaspora contribue pour près de 25 % au produit intérieur brut (PIB) et constitue pour plusieurs ménages en Haïti la première, voire l’unique source de revenus.
Après les scandales à répétition engendrés par des fonds divers, notamment le fonds Petrocaribe (197 millions, 163 millions), le FNE n’a droit ni à l’erreur ni à l’échec. Cette fois, ce ne sont pas les pays donateurs qui demanderont des comptes, mais le peuple souverain. D’ici ou d’ailleurs.

Eddy Laguerre / edgu85@yahoo.fr

 

EDITO

Haïti: Le peuple en renfort

Depuis quelques semaines, chaque week-end, le président Michel Martelly chausse ses bottes de mille lieues, bat villes et bourgades, refait campagne. Sanglé dans ses jeans délavés, chic dans sa chemise rose fraîchement repassé, armée de sa gouaille et de ses petits pas de danse, Tet Kale charme entre promesses fortes et menaces soft.
L’enjeu n’est plus de remporter les élections. C’est fait, Martelly est président depuis le 14 mai 2011. Ce n’est pas non plus de charmer les esprits. Ceux qui sont acquis à sa cause sont fidèles et resteront attachés à leur investissement émotionnel des années. Le but que poursuit le président est de capter des appuis, s’armer en prévision de sa bataille contre le Parlement.
Car Martelly a décidé de se battre. De ne pas négocier en position de faiblesse avec les députés et sénateurs qui entravent sa route. Son boulevard vers l’exercice du pouvoir.
On a comme l’impression que le marathon de la semaine dernière avec le groupe des 16 sénateurs anti-Gousse, l’empressement de trouver une entente avant le lever du soleil, vendredi dernier, n’avait que pour but de permettre au président d’arriver à la réunion de la CIRH de vendredi avec un semblant d’accord. Une parade pour plaire à la communauté internationale. L’entente cordiale au bout de la nuit était une nouvelle à consommation instantanée.
Sinon comment comprendre que Gousse revienne avec autant de force dans la course, lui qui paraissait hors circuit. Sa sortie négociée comme une sortie de crise était donc une échappatoire. Un trompe-l’oeil.
En fait, Martelly semble préférer ne rien avoir s’il ne peut pas tout contrôler. Alors le temps qui passe ne lui coûte pas. L’excuse est déjà trouvée : s’il ne gouverne pas c’est la faute aux élus, aux hommes du Parlement.
Les parlementaires sont tout aussi obstinés dans leur entêtement à ne pas céder, obnubilés par leur droit de gouverner par ministres, directeurs généraux, délégués et autres chefs interposés. Nommés par leur soin, grâce à leurs gracieux appuis. S’ils ne peuvent pas tout avoir que personne n’ait plus qu’eux, semble être leur mot d’ordre.
La tournée présidentielle dans le Nord et le retour par la route ce lundi avec des arrêts meeting dans les principales villes de l’Artibonite augure d’une posture de bras de fer.
Les déclarations incendiaires de nombreux sénateurs du groupe des 16 dans les medias électroniques vont aussi dans le sens d’un gonfle bibit avan yon troke kòn.
Rien de bon pour le pays. Rien de bon pour les jours qui viennent. Tous les élus mettent leur mandat en jeu. Quelle façon originale de faire de la politique ! D’escarmouches en embuscades, savent-ils, nos élus, qu’un jour ils tireront trop fort sur la corde de notre patience?
Frantz Duval
duval@lenouvelliste.com

 

Haïti – Économie :

Semaine du Tourisme, agenda du Président Martelly

25/07/2011 13:40:55

Haïti - Économie : Semaine du Tourisme, agenda du Président MartellyLe Président Michel Martelly est en tournée nationale dans le cadre de la semaine consacrée au développement touristique. Commencé dimanche au Cap-Haïtien, cette tournée le conduira successivement à Milot, Côte des Arcadins, Pétionville, Jacmel, les Cayes, Camp Perrin et Port Salut. À l’agenda du Chef de l’État plusieurs rencontres avec de nombreux opérateurs touristiques a qui, il exposera sa vision en terme de développement des régions sont prévus.
Agenda Présidentiel :
Semaine du développement touristique 25 au 30 juillet 2011
Lundi 25 Juillet : CAP HAITIEN et MILOT
9h00 am à 10h00 am
Rencontre avec les opérateurs touristiques et certaines autorités locales. Présentation de la vision à court terme : « Le développement de la région Nord comme destination touristique. »
10h30 am : Départ vers Milot
11h00am : Arrivée à Milot , cocktail dans les jardins du Palais Sans Souci. – Propos du Président de la République.
1h00 pm : Départ de Milot.
Mardi 26 Juillet : CÔTE DES ARCADINS/ PETION-VILLE
5h00 à 7h00 pm
Les opérateurs de la Côte des Arcadins reçoivent le Président lors d’un Cocktail – Présentation de la vision à court terme : « Le développement de la région de la Côte des Arcadins comme destination touristique. »
Mercredi 27 Juillet : PÉTION VILLE
6h00 pm à 8h00 pm Au Complexe La Promenade, Pétion- Ville lancement de la nouvelle édition de la revue touristique : « Magic Haïti », une initiative du quotidien « Le Nouvelliste » et de l’Association du Tourisme d’Haïti (ATH) qui a comme objectif de faire la promotion des différentes régions touristiques du pays auprès des visiteurs se trouvant déjà en Haïti (Expatriés, travailleurs de l’humanitaire, diaspora, Diplomates, investisseurs etc…)
Jeudi 28 Juillet, Région Sud : JACMEL
8h00 am : Départ vers Jacmel – Visite de l’aéroport.
9h00 am : Visite du débarcadère touristique au port de Jacmel – Visite à pied des deux rues à potentiel touristique « rues du commerce »
10h00 am : Table ronde avec les opérateurs touristiques. Présentation de la vision à court terme : « Le développement de Jacmel et ses environs comme destination touristique. »
11h30 am : Cocktail
1h00 pm : Départ de Jacmel.
Samedi 30 Juillet, Région Sud : LES CAYES / CAMP PERRIN/ PORT-SALUT
8h00 am : Départ vers Les Cayes
9h00 am : Rencontre avec les opérateurs locaux à Camp Perrin
Présentation de la vision à court terme : « Le développement de la région Sud comme destination touristique » : Les Cayes /Camp Perrin /Port Salut /Ile la Vache
10h30 am : Départ vers Port Salut
11h00 am : Inauguration du centre touristique « HOT SPOT » à Port Salut avec : Sport – Bar – Salle de jeux pour enfants – Discothèque en plein air – Restaurant etc.
1h00 pm : Départ des Cayes.
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3443-haiti-politique-le-president-martelly-en-visite-dans-le-grand-nord.html
S/ HaïtiLibre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :