mardi 2 août 2011

3 Août

Haïti – Politique :

Démissions en série au sein du GPR

02/08/2011 09:43:37

Haïti - Politique : Démissions en série au sein du GPRLe Député Emmanuel Fritz Gerald Bourjolly (Aquin – INITE), Secrétaire rapporteur du Groupe des Parlementaires pour le Renouveau (GPR) démissionne du Bloc. Une défection suivie de plusieurs autres parlementaires. Suite à cette défection, le Député d’Aquin à affirmé « je peux vous dire que le GPR n’est plus un bloc majoritaire… »
« …nous avons décidé pour pouvoir soutenir les intérêts du pays comme il se doit, de donner notre démission du groupe GPR […] Personnellement je suis l’un des Députés qui prend position pour soutenir les projets du Président Michel Joseph Martelly et également le Premier Ministre désigné Me Bernard Honorat Gousse. Il y a beaucoup de personne dans le GPR qui veulent soutenir les projets du Président, ce n’est pas seulement moi […] vous allez voir beaucoup de démissions d’autres Députés qui sont dans le bloc […] aujourd’hui je peux vous dire, que le GPR n’est plus un bloc majoritaire […] C’est une annonce formelle, dans la mesure où des lettres de démissions ont été adressées respectivement au Président de la Chambre des Députés, Sorel Jacinthe et également à Jean Tholbert Alexis, qui joue le rôle de Président du bloc GPR […] aujourd’hui même, je viens de remettre les lettres aux Secrétariats du Président et à celui de la Chambre des Députés… »
Pendant que le GPR se fragilise suite aux défections de plusieurs de ses membres de la députation, la Commission sénatoriale chargée de vérifier les pièces du Premier Ministre désigné, Me Bernard Gousse promet de déposer son rapport ce mardi au bureau de la Chambre haute. Une chambre dont l’opposition a la candidature de Me Gousse ne semble pas montrer de signes apparent de faiblesse.
S’il n’y a pas de défections du côté du G16 ou de changements d’attitude, la ratification de Me Gousse est vouée à l’échec. La majorité acquise lundi, par Le Chef de l’État à la Chambre basse ne sera pas suffisante puisque la Constitution exige, un vote majoritaire des deux chambres pour la ratification du Premier Ministre désigné.
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3498-haiti-politique-le-president-martelly-detient-la-majorite-a-la-chambre-basse.html
S/ HaïtiLibre

 

Haiti-Technologie :

Martelly prône l’utilisation des TIC pour le développement du pays

mardi 2 août 2011

P-au-P, 2 aout 2011[AlterPresse] — Le président haïtien Michel Martelly prône l’utilisation des technologies de l’information et de la communication dans le processus de développement socio-économique du pays, en lançant une semaine de la technologie le 1er aout au palais national.

Le président Martelly affirme qu’« aucun développement économique en Haiti ne peut se concevoir (…) sans exploiter les nouvelles opportunités qu’offrent particulièrement les TIC ».

Selon Michel Martelly, une agriculture nationale forte, un tourisme fleurissant et l’établissement d’entreprises de sous-traitance diversifiées et compétitives doivent se penser au regard des « infrastructures de communication et des réseaux d’information modernes fiables et abordables ».

« La rupture d’avec l’ancien système, passe nécessairement par une exploitation accrue des outils technologiques », estime – t-il.

À l’occasion, un groupe de réflexion sur les TIC, baptisé « Groupe Technologique du président Martelly » a procédé à la présentation d’un module nommé la Plateforme Intégrée d’Administration Électronique du gouvernement haïtien.

Cette plateforme numérique vise, en autre, la modernisation de l’administration publique, l’amélioration des services publics et la constitution d’une base de données d’identification de tous les citoyens.

C’est la troisième semaine lancée par la présidence après les semaines de la reconstruction et du tourisme. [rh apr 2/08/2011 10 :30]

 

Haïti – Justice :

«Oui nous pouvons les poursuivre…»

02/08/2011 14:07:35

Haïti - Justice : «Oui nous pouvons les poursuivre...»L’imbroglio politico-juridique, qui dure depuis plusieurs semaines, entre Sonel Jean François, le Commissaire du Gouvernement et certains membres du Conseil Électoral Provisoire (CEP), objet de plaintes et d’allégations de fraudes et de corruption, ressemble à une partie de « tennis de table. » Chaque intervention du Commissaire est immédiatement contrée par les avocats des membres du CEP concernés, qui sans cesse répète le même argument, à savoir qu’en vertu [de l’interprétation] de l’article 195 de la Constitution, « le Parquet n’a pas juridiction pour convoquer ou poursuivre un membre du CEP. »
Afin de clarifier la situation, Sonel Jean François explique, qu’en vertu de l’interprétation de ce même article 195 et également de l’article 230 de la loi électorale, les décisions et actions prises par le Parquet à l’encontre des membres du CEP, sont fondées en droit.
« …une des choses qui nous intéresse, c’est de combattre la corruption à tous les niveaux, c’est ce qui a fait que nous n’avons pas hésité, lorsqu’il y a eu plainte pour corruption pour donner une suite et mettre l’action publique en mouvement, contre des Conseillers électoraux […]
Il y a des gens qui disent que nous ne sommes pas compétent pour poursuivre des membres du Conseil Électoral Provisoire… Sachez qu’avant de faire une poursuite, […] nous avons regarder notre Constitution, notre Code pénal et également la loi électorale avant de dire que nous pouvions les poursuivre, l’article 230 de la loi électoral dit :
« Les membres du Conseil Electoral Permanent ainsi que ceux des BED et des BEC ne peuvent faire l’objet d’aucune mesure de contrainte par corps dans l’exercice de leur fonction sauf en cas de flagrant délit pour crime emportant une peine afflictive et infamante ou pour fraude grave comme il est dit à l’article 195 de la Constitution »
Lorsque vous lisez ce texte, vous voyez qu’il y a deux instances. Premièrement, il y a la Haute Cour de Justice qui peut les poursuivre lorsqu’il y a faute grave. Mais, quelle instance peut prononcer des peines afflictives et infamantes? Bien sûr ce n’est pas la Haute Cour de Justice. La Haute Cour de Justice, peut se prononcer sur la destitution, mais l’instance qui peut prononcer des peines afflictive et infamante, c’est le tribunal de droit commun. Donc, comme vous pouvez le comprendre, en cas de flagrance, même les membres du Conseil Électoral Permanent sont justiciables du tribunal du droit commun et nous disons OUI il y a flagrant délit dans une série d’infractions […] OUI nous pouvons les poursuivre, car nous avons les provisions légales pour ça… »
Souhaitons, pour la justice, pour la population haïtienne, pour l’État de Droit, que cette interprétation de la loi, résistera à l’inévitable contre-argumentation des avocats des conseillers visés par les actions judiciaires du Commissaire du Gouvernement. Il est plus que temps de mettre fin à cette Saga politico-judiciaire et de statuer sur ces allégations, afin de savoir une fois pour toute, qui est innocent et qui est coupable.
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3426-haiti-justice-operation-de-police-au-cep-ils-n-etaient-pas-la.html
http://www.haitilibre.com/article-3388-haiti-justice-mandats-d-amener-contre-dorsinvil-et-2-conseillers-du-cep.html
http://www.haitilibre.com/article-3382-haiti-justice-cep-parquet-de-port-au-prince-5-0.html
http://www.haitilibre.com/article-3369-haiti-justice-le-commissaire-du-gouvernement-convoque-5-membres-du-cep.html
HL/ HaïtiLibre

 

Haïti-Culture :

Les actes des premières assises de la culture attendus pour le mois d’aout

lundi 1er août 2011

P-au-P, 1er aout 2011[AlterPresse] — La résolution finale des premières assises de la culture, tenues du 28 au 30 juillet en périphérie de Port-au-Prince, sera prête au cours de ce mois d’aout, informe à AlterPresse Ronald Paul, responsable d’une des instances organisatrices.

« Les actes seront disponibles sur l’Internet au cours du mois d’aout (…) une version imprimée du document sera également disponible (…) », explique à AlterPresse, Ronald Paul, chef adjoint du programme d’Appui au Renforcement de la Culture et de l’Art et pour le Développement Économique et social (Arcades) de l’Union Européenne.

Selon les explications de Ronald Paul, cette résolution sera constituée de l’ensemble des propositions faites au cours des différentes tables de concertations qui ont été organisées pendant ces 3 jours de réflexion.

Entre les recommandations émises, figurent celle relative à l’élaboration d’une loi organique pour le ministère de la culture.

Il est question également de la création d’un répertoire artistique pour les professionnels de la culture et de l’intégration de la formation artistique dans le cursus des études scolaires fondamentales.

Le financement croisé du secteur, c’est-à-dire de l’État, du privé et des municipalités, la mise en place d’une politique fiscale spécifique pour la culture, la création d’un fond de solidarité pour soutenir les artistes et les créateurs en situation financière difficile, sont d’autres idées soutenues par les experts nationaux dans le cadre des échanges.

En outre, l’utilisation du numérique, soit du téléphone portable, de la carte de crédit, de la signature électronique et de la mise en place d’un portail culturel (sur l’Internet) par le ministère de la culture font partie des recommandations des participants à ces assises.

Les organisateurs déplorent l’absence des anciens ministres de la culture même quand 80% des invités ont répondu à l’appel. [rh gp apr 01/08/2011 23 :00]

 

Haïti – Reconstruction :

Conclusion du dernier rapport de l’ECOSOC

01/08/2011 13:27:25

Haïti - Reconstruction : Conclusion du dernier rapport de l’ECOSOCLe Groupe consultatif ad hoc sur Haïti du Conseil Économique et Social (ECOSOC) des Nations Unies a fait état dans son rapport présenté jeudi des conclusions d’une visite de quatre jours en Haïti en juin dernier.
Le rapport constate « l’amélioration de la situation sur le terrain par rapport à la visite faite un an auparavant à la même époque. Les progrès enregistrés dans les activités de déblaiement et de reconstruction dans la ville de Port-au-Prince et ses communes environnantes sont manifestes et témoignent d’une mobilisation de la société haïtienne et de l’utilité de l’aide apportée par la communauté internationale. » Le rapport souligne également les bons résultats dans les efforts de réinstallations de personnes déplacées et de lutte contre le choléra.
« La coordination de l’aide est un défi majeur auquel le groupe accorde une importance particulière depuis plusieurs années. Une coordination devenue urgente devant le nombre grandissant d’acteurs impliqués dans l’effort d’aide à Haïti et les ressources alloués au processus de reconstruction » indique le rapport. Presque tous les interlocuteurs du groupe, estiment que le manque de coordination risque de conduire à des duplications et de réduire l’efficacité de l’intervention.
Nigel Fisher, le Représentant spécial adjoint du Secrétaire Général en Haïti, a déclaré au Groupe consultatif, que la mise en œuvre des priorités du Gouvernement ont été « gravement retardés » à cause de l’impasse causé par la lutte entre le Président Michel Martelly et le Parlement sur la nomination du nouveau Premier Ministre.
« L’incapacité des acteurs politiques à trouver une solution rapide à l’impasse a des conséquences néfastes sur l’assistance internationale, sur les perspectives de développement d’Haïti et plus grave, sur la population d’Haïti », a déclaré Keith Morill, l’Ambassadeur du Canada qui dirige le groupe.
Le groupe consultatif recommande le maintien d’une présence forte de l’ONU sur le terrain, que les acteurs présents devraient mettre en commun leurs efforts et mettre l’accent sur le renforcement des capacités locales y compris dans les provinces dans un effort de décentralisation.
Enfin, le groupe recommande que le Gouvernement d’Haïti, améliore la productivité agricole, la création d’emplois à la fois dans le secteur public et privé par la coopération entre les acteurs sociaux, le Gouvernement et les entreprises.
HL/ HaïtiLIbre

 

Haïti – Politique :

Le CEP met en disponibilité tous les employés et partenaires des BEC

01/08/2011 12:46:59

Haïti - Politique : Le CEP met en disponibilité tous les employés et partenaires des BECPierre-Louis Opont, le Directeur Général du Conseil Electoral Provisoire (CEP) informe le public en général, les partenaires impliqués dans le processus électoral et les employés des Bureaux Electoraux Communaux (BEC) en particulier, que la totalité du salaire dû à ces derniers est disponible et qu’ils peuvent le réclamer dans leurs Bureaux Électoraux Départementaux (BED) respectifs.
Il fait savoir aux intéressés, que pour des raisons budgétaires, le Conseil est obligé de mettre en disponibilité tous les membres des BEC, en attentant la reprise des activités électorales et le nouvel exercice fiscal.
Précisant que les chèques de salaire ne seront livrés, aux personnes concernées, qu’après la remise du matériel en leur possession, du relevé d’inventaire du mobilier et des équipements laissés au local du BEC, ainsi que le rapport relatif à l’utilisation des fonds qui ont été mis à leur disposition.
Dernière minute : Dimanche, Pierre Louis Opont a été empêché de prendre l’avion alors qu’il souhaitait se rendre aux États-Unis pour visiter sa famille. Cette décision fait suite à une mesure d’interdiction de quitter le territoire émise fin mai contre les membres du CEP
http://www.haitilibre.com/article-3017-haiti-justice-les-membres-du-cep-interdits-de-quitter-le-territoire.html . Le Directeur du CEP, s’est dit surpris de cette décision, affirmant avoir informé les autorités de ce déplacement, plusieurs semaines à l’avance, un voyage qui s’inscrivait dans le cadre de son congé annuel.
S/ HaïtiLibre

 

Haïti – Social :

Le Maire de Port-au-Prince lance l’opération «Trottoirs libres»

01/08/2011 11:22:28

Haïti - Social : Le Maire de Port-au-Prince lance l’opération «Trottoirs libres»Lors d’une conférence de presse, vendredi dernier, Jean Yves Jason, le Maire  de Port-au-Prince a annoncé que « de concert avec la nouvelle présidence [….] nous avons lancé l’opération « Trottoirs libres ». Il faut que les trottoirs soient dégagés. Il faut qu’on puisse circuler, les trottoirs ne sont pas faits pour les marchands… » À cette fin, une opération de sensibilisation sera réalisée auprès des petits commerçants, du 29 juillet au 5 août, essentiellement aux abords du stade Sylvio Cator [pour le moment].
« Ces marchands devront partir » a fait savoir le Maire, qui a lancé un appel aux citoyens, aux élus locaux et à la Société Civile à se ressaisir « parce que l’autre Port-au-Prince que nous souhaitons, nous devons la construire ensemble. »
D’autre part, le Maire a fait savoir que la mairie de Port-au-Prince entendait poursuivre les opérations de déménagement, en particulier les personnes habitant dans les 6 camps, dits prioritaires [classés rouge] et qu’il comptait coordonner davantage ses actions avec la présidence et les différents acteurs humanitaires. Sur ce dernier point, Jean Yves Jason, a annoncé qu’une rencontre était prévu demain mardi, avec les différentes organisations humanitaires concernées.
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3412-haiti-social-le-deplacement-des-familles-aux-abords-du-stade-sylvio-cator-est-termine.html
http://www.haitilibre.com/article-3434-haiti-reconstruction-le-relogement-une-priorite-pour-martelly-la-cirh-et-le-frh.html
http://www.haitilibre.com/article-3363-haiti-reconstruction-l-etat-doit-faire-preuve-de-leadership-pour-relocaliser-630-000-personnes.html
HL/ HaïtiLibre

 

Haïti – Politique :

Jean Max Bellerive, convoqué par la «Commission justice et sécurité»

01/08/2011 09:56:18

Haïti - Politique : Jean Max Bellerive, convoqué par la «Commission justice et sécurité»Jean Max Bellerive, Ministre de la Justice et de la Sécurité publique par intérim, est convoqué ce mardi par la « Commission justice et sécurité » de la chambre des députés.
Une convocation relative à l’enquête ouverte suite au décès du Député Dionald Polyte et aux mandats d’amener émis par Me Sonel Jean-François, le Commissaire du Gouvernement à l’endroit de Gaillot Dorsinvil (le Président du CEP), Ribel Pierre et Léonel Raphaël, membres du Conseil Électoral Provisoire (CEP).
L’ex-Premier Ministre démissionnaire, devrait être accompagné pour cette audition, par les Commissaires du Gouvernement de Port-au-Prince, des Cayes et de Mirebalais.
Vendredi dernier, Reynold Georges, l’avocat des 3 conseillers du CEP au centre d’un conflit avec le Commissaire du Gouvernement, s’est rendu au Parquet pour défendre ses clients. L’avocat en a profité pour lancer une mise en garde à Mario Andrésol, le Chef de la Police Nationale d’Haïti (PNH) et à Gotson Orélus, le Chef de la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) de ne pas exécuter le mandat d’amener pour malversations et associations de malfaiteurs émis à l’encontre des 3 membres du CEP.
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3388-haiti-justice-mandats-d-amener-contre-dorsinvil-et-2-conseillers-du-cep.html
http://www.haitilibre.com/article-3426-haiti-justice-operation-de-police-au-cep-ils-n-etaient-pas-la.html
BF/ HaïtiLibre

 

Haïti – Économie :

Suggestions des opérateurs touristiques dominicains

31/07/2011 11:26:05

Haïti - Économie : Suggestions des opérateurs touristiques dominicainsDans le cadre de la semaine du tourisme, initié par le Président Michel Martelly, une délégation dominicaine de tour opérateur : Denise Reyes Estrella (de D.S. Voyages), le tour opérateur français Henry Verne (de Bahía Tour) en République dominicaine, et Jean Michael Cau (Voyages Cervantes), ont exposé au Cap-Haïtien, devant le Président Martelly, des fonctionnaires du Ministère du Tourisme et des entrepreneurs locaux de l’industrie touristique, les conditions nécessaires pour augmenter le nombre de visites touristiques dominicaines en Haïti. Au cours d’un atelier, Reyes Estrella a présentée un document intitulé « Comment commencer à développer le tourisme en Haïti et son potentiel. »
Les professionnels du tourisme dominicain, ont précisé que l’objectif d’augmenter le nombre de touristes Dominicains en Haïti, nécessite un certain nombre de conditions préalables dont entre autres : la simplification des formalités migratoires qui prennent trop de temps actuellement et l’élimination de l’exigence d’un visa pour les dominicains pris en charges par des agents de voyages et des tours-opérateurs qui peuvent démontrer et garantir que les personnes font un voyage d’agrément pour visiter Haïti. Actuellement un visa simple pour voyager en Haïti (valide deux mois) coûte 85 dollars américains ce qui décourage de nombreux touristes dominicains et les voyages en famille.
Parmi les points abordés pour le développement du tourisme dominicain et d’autres nationalités vers Haïti, Estrella Reyes a souligné l’importance de la préservation adéquate des sites historiques, l’implication de la population dans l’accueil touristique, la professionnalisation des services et l’application des normes internationales au niveau des hôtels. Elle suggère également la création et la promotion d’itinéraires touristiques et insiste sur la nécessité de garantir la sécurité des voyageurs, surtout au Nord du pays, ajoutant qu’alors, il y aura toujours des touristes qui voudront passer la nuit ou quelques jours sur la Côte le Nord, pour découvrir la culture, l’histoire et les monuments en Haïti.
Pour leurs part, Jean Michel Cau et Henry Verne, ont insisté pour que les communautés haïtiennes s’impliquent et facilitent le processus de développement touristique en Haïti.
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3472-haiti-economie-tourisme-a-jacmel-le-president-manifeste-un-peu-d-impatience.html
http://www.haitilibre.com/article-3470-haiti-economie-22-millions-de-touristes-visitent-la-caraibe-300-000-en-haiti.html
http://www.haitilibre.com/article-3449-haiti-economie-semaine-du-tourisme-agenda-du-president-martelly.html
HL/ HaïtiLibre

 

Le président Michel Martelly a déclaré ses biens à la justice

Plus d’un mois après le délai légal

Publié le vendredi 29 juillet 2011

Le chef de l’Etat, Michel Joseph Martelly, a finalement effectué mercredi dernier sa déclaration de patrimoine au Greffe du Tribunal civil de Port-au-Prince.

La loi lui faisait pourtant obligation de remplir cette formalité, ainsi que d’autres élus et fonctionnaires, un mois après leur entrée en fonction. Ils doivent s’y soumettre dans le même délai à leur cessation de service.

L’ancien président René Préval et son épouse ont effectué leur déclaration de patrimoine au début du mois de juin.

De nombreux autres fonctionnaires de diverses autres catégories de membres de la fonction publique assujettis à la même obligation, ne s’y sont jamais soumis, se sont plaints à maintes reprises les responsables d’organismes publics et privés impliqués dans la lutte contre la corruption, telles l’Unité de Lutte Contre la Corruption (ULCC) et la Fondation Héritage pour Haïti, branche de Transparency International. [jmd/Radio Kiskeya]

 

28 juillet 1915-28 juillet 2011 :

96ème anniversaire de la 1ère occupation d’Haïti par les Etats-Unis/Sit-in contre la présence étrangère en Haïti

Publié le vendredi 29 juillet 2011

Un sit-in s’est tenu à l’occasion contre la présence étrangère en Haïti à l’initiative d’un groupe d’organisations du secteur des mouvements sociaux devant le siège, à Bois Verna, du Ministère des Affaires étrangères.

Au nombre de ces organisations : Batay Ouvriye, le Mouvement Démocratique Populaire (MODEP), « Tèt Kole Oganizasyon Popilè », la Plate forme des organisations haïtiennes de défense des droits humains (POHDH), la Plateforme des Employés Victimes des Entreprises Publiques (PEVEP).

Les drapeaux de certains pays membres des Nations Unies ont été brûlés. Les manifestants ont dénoncé l’introduction du choléra en Haïti par des agents des Nations Unies et réclamé justice et réparation pour les milliers de victimes.

Ils ont enfin appelé le gouvernement à ne pas solliciter le renouvellement du mandat de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH) en octobre prochain. [jmd/Radio Kiskeya]

 

Guy Phillippe déclare une campagne contre sa personne et nie

29/07/2011 12:06:00 Auteur(e) La Redaction

image 

Guy Phillippe

L’ancien commissaire de police et chef du Front de Reconstruction Nationale (FRN), Guy Philippe, s’est inscrit jeudi en faux contre les accusations portées contre lui dans le décès par balle lundi dernier dans le Sud du député de Beaumont/Pestel, Dionald Polyte (INITE).

M. Philippe révèle que l’agent de sécurité qui a tué selon lui accidentellement le député, est un évadé de prison sans expérience dans le maniement des armes. Il ajoute que ce dernier, ainsi que d’autres individus à la moralité douteuse, avaient été engagés par Polyte lors de la campagne électorale pour semer la terreur dans la circonscription.

Le dirigeant du FRN pointe par ailleurs du doigt le président de la Chambre des députés, Sorel Jacinthe, qu’il accuse de vouloir ternir son image dans l’affaire Polyte du fait qu’il s’est déjà constitué son rival pour les sénatoriales partielles de novembre 2011 dans la Grand’ Anse (Sud-Ouest).

La veuve de Polyte, Eva Dutreuil, et d’autres proches du défunt, n’ont pas hésité à pointer du doigt Guy Philippe et ses partisans dans la mort du parlementaire. Ils rappellent les multiples menaces issues du camp de ce dernier contre Polyte avant et après les élections. [jmd/Radio Kiskeya]

 

Haïti – Économie :

Tourisme à Jacmel, le Président manifeste un peu «d’impatience»…

29/07/2011 09:46:57

Haïti - Économie : Tourisme à Jacmel, le Président manifeste un peu «d’impatience»... En visite à Jacmel dans la cadre de sa tournée de promotion touristique en Haïti, le Président Martelly, au cours d’une table ronde sous le thème « Le développement de Jacmel et ses environs comme destination touristique » a exprimé la volonté du Gouvernement Haïtien de soutenir les efforts de développement et manifesté une certaine impatience sur l’avancement du projet de la Société Immobilière d’Agriculture, de Commerce et de Tourisme (SIMACT). (1)
«…aujourd’hui en tant que Président de la République, je suis là, pour faire du tourisme, un secteur porteur. Il est vrai qu’on parlera de Jacmel particulièrement aujourd’hui, et je vous dirai que notre cher pays a un grand potentiel […] Le projet de SIMACT a trop duré, parce qu’il a deux ou trois ans, le maire d’alors, Edo Zenny, avait fait visiter le site et je croyais qu’on avait plus avancé depuis, mais malheureusement on a pas beaucoup avancé. Peut-être que par le passé, on a pas eu le support de l’État haïtien… Aujourd’hui, je ne vous apporte pas toutes les solutions à vos problèmes, d’ailleurs je crois que vous avez identifié vous même les problèmes est aussi les solutions, alors je veux vous dire que mon équipe «tourisme» saura vous accompagner et je serai là, avec cette équipe, pour débloquer tout ce qui aura à être débloqué et utiliser tout mon pouvoir pour vous encadrer, protéger vos investissements, apporter ce que vous n’avez pas encore et faire ensemble avec vous, certaines études de possibilité de partenariat, comme nous en avons parlé ce matin pour le projet SIMACT. Il est important de supporter ce secteur… »
Max Chauvet Président de l’Association touristique d’Haïti dans une intervention radiophonique a tenu à souligner qu’Haïti était un pays vierge au point de vue touristique « nous avons un très grand déficit de chambres d’hôtel […] Souvent on ne trouve pas de chambre d’hôtel parce que nous avons en Haïti, depuis le séisme, « un tourisme humanitaire » [qui occupe les hôtels]. Mais quand on compare nos 1,500 – 2,000 chambres disponible actuellement en Haïti aux 65,000 chambres de la République Dominicaine, aux 50,000 chambres de Cuba ou aux 30,000 chambres de la Jamaïque vous voyez que les opportunités sont immenses… »
Le Chef de l’État achèvera sa tournée demain dans la Région Sud (Les Cayes, Camp perrin, Port-Salut) où il rencontrera à 9h00 am les opérateurs locaux pour présenter la vision à court terme « du développement de la région Sud comme destination touristique » [Les Cayes /Camp Perrin /Port Salut /Ile la Vache] à 11h00 am le Président Martelly procèdera à l’inauguration du centre touristique « HOT SPOT » à Port Salut avec : Sport – Bar – Salle de jeux pour enfants – Discothèque en plein air – Restaurant etc.
(1) – En savoir plus sur la SIMACT et ses projets :
Fondée en 1996 par un groupe de professionnels haïtiens, la Société Immobilière d’Agriculture, de Commerce et de Tourisme (SIMACT) est une entreprise basée à New York. Ce groupe de professionels œuvre sur les possibilités de développement immobilier en Haïti. En juin 2010 le Dr Lesly Kernisant, médecin d’origine haïtienne qui préside la SIMACT, un groupe de 51 actionnaires de New York, a présenté un ambitieux projet immobilier « J’ai été en mesure de convaincre mes collègues, nous allons retirer notre argent de Wall Street et l’investir en Haïti », a déclaré le Dr Kernisant. Déjà propriétaire du Lamandou Cap, le plus luxueux hôtel en bord de mer à Jacmel, le groupe SIMACT prévoit la construction d’un nouveau complexe résidentiel et hôtelier sur un terrain de bord de mer de 24 acres à l’extérieur de Jacmel au coût de 25 millions de dollars. Appelé Belle Rive, ce complexe comprendra un hôtel de luxe [« Ascend Collection »] de 120 chambres et 94 condominiums, une marina privée, un Spa de santé et un cinéma [coût estimé 50 millions de dollars américain]. La SIMACT envisage de lancer à la fin de l’année les travaux de construction de hôtel « Ascend Collection » . Cet hôtel sera le deuxième du genre dans les Caraïbes après le «Le Consulat hôtel» de San Juan (Puerto Rico) ouvert fin 2008.
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-2197-haiti-tourisme-deux-nouveaux-hotels-a-jacmel.html
http://www.haitilibre.com/article-364-haiti-jacmel-projets-d-investissements-dans-le-domaine-du-tourisme.html
http://www.haitilibre.com/article-3443-haiti-politique-le-president-martelly-en-visite-dans-le-grand-nord.html
http://www.haitilibre.com/article-3449-haiti-economie-semaine-du-tourisme-agenda-du-president-martelly.html
http://www.haitilibre.com/article-3470-haiti-economie-22-millions-de-touristes-visitent-la-caraibe-300-000-en-haiti.html
HL/ HaïtiLibre

 

L’alternative dénonce les avocats de l’opération Bagdad

Le regroupement Alternative pour le progrès et la démocratie, composé de la Fusion des sociaux démocrates, de l’OPL et du KID, dénonce certaines personnes qui se comportent en véritable avocat de l’opération Bagdad. Sans les citer nommément les dirigeants de l’Alternative ont fait allusion à des membres du groupe de 16 sénateurs majoritaires.
Les sénateurs majoritaires, proches de la mouvance lavalas, affichent leur aversion à l’égard du Premier Ministre désigné, Bernard Gousse, qui avait été ministre de la justice en 2004. Certains d’entre eux dont le sénateur Evalière Beauplan, avait soutenu que l’opération Bagdad était une invention des autorités de l’époque pour justifier des persécutions contre les militants lavalas.
L’un des membres du directoire de l’Alternative, Victor Benoît, prend le contre-pied des déclarations du sénateur Beauplan. Il rappelle qu’une véritable  » opération de banditisme politique a été déclenchée après le 29 février 2004, transformant le centre ville de Port-au-Prince en territoire interdit et certains quartiers populaires en zones de non-droit ».
De nombreux actes criminels ont été perpétrés au cours de cette période, fait remarquer M. Benoît qui cite parmi d’autres l’assassinat du journaliste Jacques Roches, du militant politique Robert Adrien et de la jeune Natacha Kerbie Dessources.  » La nation doit prendre acte que des individus, au nombre desquels des personnalités qui devraient se comporter comme des sages, se font les avocats de l’opération Bagdad qui a tant fait souffrir les familles haïtiennes et terni l’image de la patrie », insiste M. Benoît.
S’adressant aux défendeurs de l’opération Bagdad, le chef de file de l’Alternative assure que le pays n’est pas prêt d’oublier la longue liste de nuits cauchemardesques et de crimes odieux enregistrés durant cette période.
LLM / radio Métropole Haïti

 

Haïti – Politique :

Rencontre de haut niveau à l’ONU avec des jeunes haïtiens

29/07/2011 12:09:11

Haïti - Politique : Rencontre de haut niveau à l’ONU avec des jeunes haïtiensL’Ambassadeur Albert Ramdin, Secrétaire Général adjoint de l’Organisation des États américains (OEA), a rencontré cette semaine un groupe de jeunes Haïtiens au siège des Nations Unies à New York ainsi que des participants d’autres parties du monde au vours d’une réunion de Haut niveau de l’Agence.
L’Ambassadeur qui a beaucoup travaillé sur de multiples questions sur Haïti, a établi un partenariat avec le Mouvement mondial pour les enfants (World Vision, Plan International et l’UNICEF) et KPMG pour permettre à 9 jeunes haïtiens de diverses régions d’Haïti, de venir discuter à New York « du rôle des jeunes dans l’avenir d’Haïti. »
Selon Albert Ramdin « dans un pays où plus de 43 % de la population a moins de 18, les jeunes devraient participer activement à la détermination de la direction du pays. Ce sont eux qui déterminent si le pays est en mesure de réaliser leur plein potentiel. » Il a également appelé les groupes du secteur privé dans les régions, à envisager de nouvelles initiatives de développement des affaires et de l’éducation, pour les jeunes en Haïti. « Nous devons créer des occasions et un climat dans lequel ces jeunes croient en leur propre potentiel et capacités. »
Jean Alphonse Ederson, l’un des jeunes haïtiens qui participait à l’événement de l’ONU, a parlé de la nécessité d’une inclusion significative, de la même manière que la communauté internationale travaille de concert avec le gouvernement d’Haïti dans les efforts de reconstruction « Nous voulons être entendus et pas seulement vu. C’est notre pays, nous voulons avoir l’occasion de faire avancer les choses » a déclaré Alphonse, qui a suggéré la formation d’un parlement des jeunes actifs. Un autre jeune haïtien a fait remarquer, que l’accès à l’éducation, à la formation et l’emploi étaient encore très limitée.
Daniel Supplice, le Représentant spécial du Gouvernement d’Haïti, présent aux discussions tenues par l’OEA et les jeunes lors de la réunion de l’ONU, a déclaré que son Gouvernement était déterminé à travailler avec la Communauté Internationale pour s’assurer que les jeunes haïtiens trouvent plus de possibilités « La stabilité d’Haïti sur le long terme dépend de vous » a conclus le Représentant spécial en s’adressant aux jeunes haïtiens.
PI/ HaïtiLibre

 

Haiti-Reconstruction :

La situation demeure « extrêmement complexe », selon l’ECOSOC

P-au-P, 29 juil. 2011[AlterPresse] — Le Groupe consultatif ad hoc sur Haiti du Conseil Économique et Social des Nations Unies (ECOSOC) constate une situation « extrêmement complexe » dans le pays, un an et demi après le séisme du 12 janvier 2010, et recommande à l’État de prendre le leadership des activités d’assistance et de développement.

Dans un rapport publié récemment, l’ECOSOC estime que les améliorations apportées sont « insuffisantes eu égard aux besoins du pays pour garantir sa stabilité politique et son développement économique et social ».

Dans cette perspective, le groupe recommande, entre autres, au gouvernement haïtien « de faire tous les efforts nécessaires pour diriger la coordination de l’appui fourni par les donateurs (…) pour mieux utiliser l’assistance ».

Il encourage également les autorités politiques à adopter des dispositions « pour pouvoir entreprendre à plus grande échelle des activités devant déboucher sur la mise en œuvre de projets à plus longue échéance dans les secteurs clefs » du développement.

Les recommandations de l’ECOSOC concernent aussi l’affermissement de l’État de droit, la productivité agricole et l’autonomisation des agriculteurs, la protection des femmes en particulier les femmes rurales et la mise en œuvre d’une politique nationale de création d’emplois.

De même, l’organisme attire l’attention sur la nécessité d’une réforme foncière et l’établissement d’un système d’enregistrement des titres de propriété.

Quant aux donateurs et la communauté internationale, le groupe consultatif les encourage à aider à la réorganisation des institutions étatiques.

Les membres du groupe invitent ces secteurs à fournir « un appui approprié au gouvernement pour l’aider à maintenir l’équilibre macroéconomique ».

Par ailleurs, ils recommandent aux partenaires de l’État haïtien, d’appuyer le Fonds national pour l’éducation (FNE) lancé par le président Michel Martelly, en vue du développement du secteur de l’éducation.

Le rapport du groupe consultatif arrive un mois après une visite d’évaluation effectuée en Haiti. [rh gp apr 29/07/2011 12 :30]

 

Haïti – Culture :

«Notre culture est notre force»

29/07/2011 14:34:19

Haïti - Culture : «Notre culture est notre force»Les Assises Nationales de la Culture se sont ouvertes hier à Port-au-Prince à l’initiative du Ministère de la Culture et de la Communication (MCC) sous le thème « Notre culture est notre force » [kilti nou se fòs nou]. Trois journées de réflexions qui réunissent les différents acteurs du secteur de la culture en Haïti, en vue de discuter autour du Programme National de Développement Culturel du MCC [qui sera financé au travers de la Commission Intérimaire pour la Reconstruction d’Haïti (CIRH)].
Ecrivains, musiciens, peintes, journalistes, réalisateurs… ont répondu à l’invitation du ministère de la culture, aidé par l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) et de l’Union européenne. En tout, une soixantaine de délégués sont venus des villes de provinces, d’autres de l’étranger, pour discuter des réalités sensibles de l’activité artistique haïtienne et de la nécessité d’une politique culturelle menée par l’Etat autour d’une idée centrale : réguler efficacement les actions et la vision de l’Etat en matière culturelle et encourager les collectivités territoriales à participer à la mise en application de ces politiques.
« C’est une façon de mettre tous les acteurs du secteur autour d’une même table, afin d’établir un plan directeur pour le secteur […] Il est temps d’élaborer un plan pour une gestion rationnelle de la richesse que représente la culture Haïtienne » croit Jocelyne Colimon Fethière, Ministre de la culture [par intérim], qui a invité le Gouvernement à s’impliquer davantage afin d’aider à une meilleure structuration du milieu culturel.
Trois jours qui vont porter entre autres, sur la formation, l’encadrement légal et réglementaire et le rôle que les nouvelles technologies peuvent jouer pour permettre à chaque secteur d’atteindre ses objectifs. Toutes ces discussions doivent contribuer à l’élaboration d’un projet d’aménagement culturel d’Haïti, qui tiendra compte de la situation actuelle et qui témoignera de la volonté du peuple haïtien de s’approprier son destin culturel. Des assises qui répondent à la nécessité pour les professions culturelles de s’organiser pour mettre en oeuvre les programmes proposés.
Colimon Fethière, souhaite que « des résolutions soient prises au terme de ces assises, afin de faciliter « l’établissement d’une politique culturelle qui doit refléter les attentes et les aspirations de chacun, pour être intégrée à la construction d’un avenir meilleur pour Haïti et son peuple. »
Chantal Moreno, chef de l’antenne régionale de l’OIF estime pour sa part, qu’au delà de la reconstruction des infrastructures, « il faut une refondation sociale dont la culture est le vecteur principal », en ce sens, ces assises nationales devraient permettre à la culture de bien jouer son rôle.
HL/ HaïtiLibre

 

Un ancien employé de la Téléco menace de se suicider

29/07/2011

Jakson Saintelus âgé de 48 ans, ex employé de la compagnie de téléphonie publique (Téléco), est depuis ce matin perché sur un pylône dans le quartier de Delmas 41. Il menacerait de se suicider si ces ex employeurs ne lui paient pas ses arriérés de salaire et ses frais de dédommagement pour préjudices posées à cause du changement de nom de la compagnie qui est maintenant devenue la Nationale communication (NATCOM).
Désespéré, Saintelus, soutenu par des membres du syndicat du feu TELECO, explique avoir dormi dans la zone pour préparer son action. « Je suis prêt à rester des heures où je suis, jusqu’à ce que ma femme me confirme que le transfert de l’argent a été fait sur mon compte » menace-t-il.
Père de trois enfants, Jackson Saintelus a déclaré qu’à la veille de l’ouverture des classes, qu’il ne sait trop à quel saint se vouer pour s’acquitter de la dette contractée face aux directeurs des écoles de ses enfants lors de l’année scolaire écoulée. De plus M. Saintelus explique ne plus avoir les moyens de survivre et d’envoyer ses enfant à l’école.
WPC/LM

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :