vendredi 05 août 2011

5 Août

Haïti-droits de l’homme :

Mort d’un militant

Par Europe1.fr avec AFP / Publié le 5 août 2011 à 22h47

imageLe militant haïtien des droits de l’homme Jean-Claude Bajeux, ancien opposant du régime Duvalier, est décédé vendredi à Port-au-Prince à l’âge de 79 ans, ont annoncé des membres de sa famille.M. Bajeux, qui avait été exilé sous le règne de Papa Doc (François Duvalier) a vécu à l’étranger pendant plus de 20 ans à partir de 1963 avant de retourner dans son pays à la chute de Baby Doc (Jean-Claude Duvalier) en 1986.

 

Haïti – Politique :

Réactions du Président Martelly suite au rejet de Me Gousse

05/08/2011 12:15:41

Haïti - Politique : Réactions du Président Martelly suite au rejet de Me GousseLe Président Michel Martelly a fait part de ses réactions devant la presse, suite au rejet mardi dernier, par le Sénat du Premier Ministre qu’il avait désigné, Me Bernard Gousse.
»…C’est un droit qu’ils ont [les Sénateurs]…L’autre réaction que j’ai, c’est qu’est ce qu’ils veulent faire avec le pays ? Quelles sont leurs intentions, avec les enfants qui vont aller à l’école ? Avec les autres travaux que nous avons à faire dans le pays ? Ce sont des questions que nous nous posons. Mais l’essentiel, c’est que cela reste un droit qu’ils ont […]
Lorsque j’aurais un nom [du prochain Premier Ministre] je vous le ferais savoir. Nous allons trouver un nom, il y a 10 millions d’haïtiens, je ne crois pas avoir un problème de nom ! La dernière fois, j’avais soumis 10 noms, ce sont ces messieurs [les Sénateurs] qui ont choisi et après cela, ils ont dit que ce n’est pas eux qui l’ont choisi… Je crois que je vais prouver que c’est eux qui l’on choisi. Maintenant, ce n’est pas une question de nom, c’est une question de savoir ce qu’ils veulent faire, quelles sont leurs dernières intentions, pour que nous puissions comprendre… comme ça, nous pourrons avancer […]
Le 14 mai, j’ai été investi, le 16 mai j’ai désigné M. Rouzier et il est tombé vers le 12-13 juin, le 16 juin j’ai désigné M. Gousse. En ce qui me concerne, je suis prêt à travailler […] et je continue à travailler sur les projets que je peux faire… sans Premier Ministre… »
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3505-haiti-politique-gousse-ko-16-0.html
http://www.haitilibre.com/article-3509-haiti-politique-lettre-de-me-bernard-gousse-suite-a-son-rejet-par-le-senat.html
http://www.haitilibre.com/article-3513-haiti-politique-me-bernard-gousse-dement-avoir-voulu-se-desister.html
S/ HaïtiLibre

 

Haïti – Météo :

Le point sur la situation en Haïti ce vendredi, premier bilan

05/08/2011 10:45:58

Haïti - Météo : Le point sur la situation en Haïti ce vendredi, premier bilanL’ex-tempête tropicale Emily a épargné Port-au-Prince mais plusieurs régions du pays ont été durement touchées et subit de nombreux dommages…
L’Agence Américaine Océanique et Atmosphérique (NOAA) indique que les restes de l’ex tempête tropicale Emily qui est devenu un centre de basse pression (dépression tropicale) produisent des pluies désorganisées et des orages du Nord-Est de la Jamaïque jusqu’à l’Est de Cuba, sur Haïti, la République Dominicaine, dans le Sud-est des Bahamas et dans l’Atlantique sur quelques centaines de kilomètres.
La NOAA estime qu’il n’y a aucun signe d’une circulation fermées à cette heure qui pourrait être favorable à un re-développement en tempête aujourd’hui. Cependant, l’Agence précise que les conditions devraient devenir plus favorables pour un re-développement samedi. La probabilité pour ce système climatique redevienne à nouveau une tempête tropical dans les 48 prochaines heures est de 60%. Ce système climatique se déplace actuellement sur une trajectoire Nord-Ouest à près de 15 mi/h.
Ronald Sémelfort, Directeur du Centre National de Météorologie d’Haïti (CNM) a indiqué qu’en dépit de cette amélioration des conditions climatiques, des dégâts sont encore possibles en Haïti considérant les risques d’inondations subites et de glissements de terrain dangereux, pour ces raisons les autorités haïtiennes maintiennent le niveau d’alerte rouge.
Gary Shaye, Directeur de l’ONG « Save the Children » en Haïti, a souligné que enfants sont particulièrement vulnérables aux glissements de terrain et a exhorté les parents à ne pas quitter leurs enfants des yeux et à trouver des endroits sûrs pendant toute la durée de vigilance rouge.
Au Champ de Mars, de nombreux réfugiés ont déclaré avoir perdu leurs tentes lors des rafales de vents et demande une intervention rapide des autorités pour leur venir en aide.
Paul Antoine Bien-Aimé, le Ministre haïtien de l’Intérieur et des Collectivités territoriales a déclaré que « Les équipes de la protection civile qui sont dans tous le pays travaillent avec les autorités pour continuer à aider les personnes qui sont dans les zones inondées. »
Max Obed Désir, le Porte-parole du gouvernement a indiqué que la vallée de l’Artibonite, dans le centre d’Haïti, et touchée par les inondations. Selon lui, plusieurs dizaines d’habitations sont menacées par la montée des eaux du fleuve, mais la plupart des résidents refusent de quitter leur domicile parce qu’ils veulent protéger leurs biens.
Le Député Gracia Delva a fait savoir que deux sections de la commune de Marchand Dessalines ont été inondées.
Marie Alta Jean-Baptiste, Responsable de la Protection Civile à informé que des opérations d’évacuations de population ont eu lieu dans les zones à risques à Tabarre et Thomazeau, autour de la capitale, à Léogâne et dans le département des Nippes. Elle appelle la population à rester vigilante et l’invite à appliquer les conseils des autorités afin de limiter les dégâts en cas d’éventuelles inondations.
Le Député Joseph Joël Louis, rapporte que dans le Plateau Central les importantes chutes de pluie qui se sont abattues, ont provoqué un glissement de terrain… du bétail a été emporté et des plantations détruites.
Jacques Gabriel, le Ministre des travaux publics, transports et communications informe que toutes ressources humaines et matérielles du ministère sont a la disposition de la Direction de la Protection Civile et des différents bureaux départementaux afin de secourir la population.
Jackson Hilaire, le représentant de la direction générale de la police souligne que la Police Nationale d’Haïti (PNH) est plus que jamais mobilisée auprès de la population des zones a risques.
Paul Antoine Bien-Aimé, a indiqué que tous les vols intérieurs et les bateaux devraient pouvoir reprendre [en principe] leurs activités à partir de ce vendredi.
Aucune perte en vie humaine n’a été signalé jusqu’à présent, et le bilan des dégâts matériels reste à établir dans les prochains jours.
Ce vendredi, dans certaines régions d’Haïti, de fortes précipitations continuent à tomber.
HL/ HaïtiLibre

 

Réjection de Maitre Bernard Gousse: Réaction d’ Evalière Beauplan

05/08/2011 10:23:00 Auteur(e) La Redaction

image

Le questeur du Senat Evalliere Beauplan s’est rejoui jeudi que le Groupe des 16 senateurs majoritaires au Grand Corps ait pu évité au pays ce qu’il appelle « La Tempête Gousse ».
Le choix par le president Joseph Michel Martelly de Me Bernard Honorat Gousse pour devenir son premier ministre a été rejeté mardi soir
Tout en faisant allusion a la tempête qui semble avoir epargne Haïti, le parlementaire réagissait aux propos tenus par l’ancien premier ministre designé a l’endroit de ceux qu’il considère comme des adversaires politiques.
L’ancien ministre de la justice tres controversé du regime interimaire de 2004/2006 a  ainsi fait une décantation entre ceux qu’il considère comme « les forces saines de la population (qui) se sont exprimées en faveur du bien, de la vie, de l‘éducation, contre ceux qu’il nomme « le mal absolu incarné dans une barbarie s’étant abattue éhontément sur les bébés, les femmes âgées, les petites marchandes et les ouvriers. »
Pour Evaliere Beauplan, Me Gousse n’a pas changé mais a montré une fois de plus son vrai visage: l’homme qui s’est rendu coupable de nombreuses violations de droits humains, qui a poursuivi, arrêté en pleine nuit d’honnêtes citoyens pour les jeter dans des cellules de prison. C’est, ajoute-t-il, un petit bourgois qui n’a pas pas su garder la tete haute face a l’echec.
Ironiquement, Evalliere Beauplan a fait savoir que Me Gousse n’a  pas réalisé que même les parlementaires qui le defandaient ne l’ont pas voté.
En effet, pour tenter de discrediter le vote majoritaire défavorable, les sénateurs pro-gousse  s’etaient refusés a se prononcer ni pour lui ni faire abstention.
Pour le senateur Bauplan, le peuple a besoin d’un premier ministre qui le respecte. La facon dont Me Gousse a enté de traiter les parlementires prouve comment il agirait face a la population s’il avait pu accéder a la Primature. Fort heureusement le pire  a été evité, s’est rejoui l’élu du Nord-Ouest.
Il a aussi révélé que Me Gousse avait engagé des emissaires pour essayer de  soudoyer les membres du G16,  en leur offrant a chacun des montants allant jusqu’a 200.000 dolars Us.

AHP

 

Haïti – Technologie :

Modernisation du système de registre civil

05/08/2011 15:52:38

Haïti - Technologie : Modernisation du système de registre civilLe Président Michel Martelly, a salué les efforts entrepris par l’Organisation des États américains (OEA) et l’Agence Canadienne de Développement International (ACDI) pour la modernisation du système de registre civil en Haïti lors de l’inauguration du laboratoire de numérisation des documents des Archives Nationales d’Haïti.
En présence des fonctionnaires de l’OEA, de l’ACDI et de l’Office Nationale d’Identification (ONI) il a exprimé sa grande satisfaction du travail effectué par l’équipe de l’OEA dans le cadre du Projet de modernisation et d’intégration du registre civil, qui renforce les systèmes de registre civil en Haïti depuis 2005.
« Comment pensez-vous que l’État puisse créer des programmes pour son peuple sans qu’il n’y ait idée du nombre de personnes qui vivent dans le pays ? À ce niveau, je dois vous féliciter pour le travail que vous faites. Si nous avons un programme en éducation, il faut savoir combien d’enfants il y a. Pour un programme de cantines, il faut que l’on sache combien d’enfants doivent être nourris », a déclaré le Président Martelly, ajoutant « Je vois que l’OEA, l’ACDI et l’ONI vous mettez vos têtes ensembles pour mettre en place le programme d’identification nationale. Une fois de plus, je vous remercie, vous faites un bon travail. »
En collaboration avec l’ONI et avec le support financier de l’ACDI, l’OEA fournit un support technique pour numériser les actes historiques de registre civil d’Haïti et pour développer une base de données électroniques. Celle-ci contient maintenant plus de 14 millions d’actes et l’information de près de 5 millions d’adultes détenteurs d’une Carte d’Identification Nationale (CIN) sécurisée.
Une base de données de registre civil sert de fondation pour un système de registre civil moderne qui permet la décentralisation des services, une sécurité accrue des processus d’enregistrement et une meilleure qualité des services fournis aux citoyens.
Le Président Martelly a en outre souligné l’importance du droit à l’identité en tant que pilier fondamental de la gouvernance démocratique et a appelé l’OEA à accélérer ses efforts en cours pour l’inscription des mineurs.
Le projet de l’OEA, en collaboration avec le Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique, met en œuvre deux projets pilotes dans les communes de Cité Soleil et Delmas pour moderniser les bureaux de registre civil et installer des systèmes d’enregistrement des naissances dans les hôpitaux. Cette méthodologie sera ensuite reproduite dans toutes les communes et tous les hôpitaux du pays.
HL/ HaïtiLibre

 

Steven Benoît offre ses bons offices pour les prochaines négociations

imageLe sénateur Steven Benoît (A) affirme avoir proposé de jouer le rôle de facilitateur lors des prochaines négociations politiques dans le cadre du processus de désignation d’un nouveau Premier Ministre. Le sénateur Benoît, membre du groupe minoritaire, assure que le chef de l’Etat a accueilli favorablement son offre.
Les prochaines négociations doivent être réalisées avec les élus mais également avec les leaders politiques a fait valoir M. Benoît. Selon le parlementaire le président Martelly doit s’assurer du vote de la majorité des élus dans les deux chambres avant de designer un nouveau Premier Ministre.
Des négociations doivent être réalisées avec le chef de file de l’Inité, Joseph Lambert; le dirigeant de Ansanm Nou Fò, Mario Dupuy; le chef de file de Lavni, Yves Christallin ainsi que les chefs de file de l’Alternative précise M. Benoît. Les dirigeants de l’Inité revendiquent toujours une majorité à la chambre basse et au sénat alors que l’Alternative, Ansanm Nou Fò et Lavni ont constitué des groupes minoritaires.
Le sénateur Benoît se propose de vérifier minutieusement la liste des parlementaires qui seraient disposés à ratifier le choix du Premier Ministre. Interrogé sur l’obstacle que constitue le groupe des 16, M. Benoît estime que ce groupe a constitué une entente conjoncturelle entre des sénateurs de tendances diverses. De plus il rappelle qu’ils s’étaient engagés à ratifier une autre personnalité désignée par le chef d’Etat.

LLM / radio Métropole Haïti

 

Haïti/élection

Quand des conseillers sont en cavale…

La chasse aux conseillers électoraux est lancée. La police, dit-on, continue sans relâche a recherché les membres du CEP qui refusent de se présenter devant le commissaire du gouvernement. Feuilleton à la sauce « hollywoodienne », action de justice, la population se perd dans cette affaire qui déjà a trop duré. Toutefois, le temps presse. Le renouvellement du tiers du sénat et les élections pour les collectivités territoriales ne sauraient attendre encore plus.

04/08/2011

Le conseiller électoral, Ribel Pierre

Gaillot Dorsinvil est dans le viseur du commissaire du gouvernement, Sonel Jean François. Zèle démesuré. Démarche légale. Manœuvre politique pour mettre définitivement hors jeu l’homme par qui tous les scandales électoraux sont venus. Autant de spéculation autour de cette affaire qui passionne l’opinion publique. Le commissaire n’en démorde pas, les conseillers doivent comparaitre à tout pris. En tout cas, après avoir refusé de répondre à plusieurs invitations du chef du parquet, comme une aiguille dans une motte de foin, le président du CEP et ses deux pairs, Ribel Pierre et Léonel Raphael se sont, parait-il, évanouis dans la nature.
Un mandat d’amener a été émis contre Gaillot Dorsinvil et ses deux compères qui ont été accusés d’association de malfaiteur, concussion et autres. La chasse est lancée. La police les recherche, dit-on, activement. Leurs avocats Osner Févry et Rénol Georges crient au scandale et déclarent que le commissaire du gouvernement est incompétent pour entendre leurs clients. Cependant, au-delà de cette bataille juridique et médiatique, ce qui captive l’attention c’est l’incapacité de la justice à retrouver des conseillers qui ont des domiciles fixes et qui ont encore en leurs possessions des matériels de l’Etat, ainsi que des policiers pour assurer leur sécurité.
L’incontournable communauté internationale
En effet, depuis plusieurs semaines la police s’active à retrouver les accusés. En vain. Assiste-on encore à un autre feuilleton au sommet de l’Etat ? En tout cas, c’est un scénario invraisemblable que des personnalités notoires puissent se révéler introuvables alors qu’officiellement, ils n’ont pas laissé le territoire national. Toutefois, cette incapacité des forces de l’ordre à traquer efficacement les conseillers en cavales, semble être plus un acte politique qu’une incompétence, estime certains observateurs.
Suivant des correspondances échangées entre de hauts responsables de la communauté internationale, au début du mois de mai et dont Le Matin avait obtenu copie, il était convenu que le président du CEP serait protégé s’il avait appliqué dans son intégralité les recommandations formulées par la commission de vérification OEA/Caricom, pour la résolution de la crise électorale qui sévissait alors. « Nous lui fournirons un cadre favorable et sans aucune forme de pression en vue de décider dans les meilleurs délais », avaient-il dit alors. Rapidement, le président de l’organisme électoral avait réagit et proposé d’ériger un Bureau de contentieux électoral national (BCEN) spécial pour faire un « rejugé » des cas litigieux
Gaillot Dorsinvil avait également choisi son camp. Je suis toujours du côté des Etats-Unis, avait-il dit. Avec la prépondérance de la communauté internationale dans les affaires du pays, d’aucun s’interroge déjà sur l’aboutissement ou non des actions du chef du parquet. En effet, il parait inconcevable que les forces de l’ordre n’arrive toujours pas à traquer Gaillot Dorsinvil et ses pairs afin d’exécuter convenablement le mandat. Il y aurait anguille sous roche estime certains. D’autant que pour résoudre la crise électorale, M. Dorsinvil avait demandé aux acteurs internationaux qu’il puisse être en situation de circuler librement et sans pressions politiques et de justice jusqu’au bout de sa mission.
En tout cas, les élections sont prévues pour le mois de novembre afin de renouveler le tiers du sénat. Avec ces mesures judiciaires prises à l’encontre des conseillers et la défection déjà enregistrée de plusieurs membres de l’appareil électoral, l’horizon démocratique s’assombri. Conséquemment, l’espoir de la population d’accéder à de meilleures conditions de vie s’évanouit.

Lionel Edouard
doulion29@yahoo.fr

 

Un « Taisez-vous ! » qui fait couler encre et salive

Michel Martelly parle. Encore et toujours. Rien ne semble pouvoir l’en empêcher. Pas même ses conseillers. Mais le Président lance un fameux et – désormais – historique « taisez-vous ! » à un secteur qu’il identifie comme les ennemis d’Haïti, ceux-là qui disent du mal de « son » pays.

04/08/2011

La journaliste Liliane Pierre-Paul. (Photo: JJ Augustin).

Dans la même phrase où il a fait référence à ces « anti-changements », il s’en est pris à la presse qui, à ses yeux, contribue à vendre une mauvaise image d’Haïti à l’étranger. Et depuis que le chef de l’État a tenu ces propos désobligeants à l’égard du quatrième pouvoir, celui-ci n’a pas cessé d’en parler.
« Ce n’est pas Martelly qui nous dira de nous taire, et il ne pourra non plus nous contraindre de le faire », rétorque énergiquement la journaliste Liliane Pierre Paul. La directrice de Radio Kiskeya, qui dit détenir la bande sonore où le Président faisait « ces remontrances » à la presse, croit que le Président s’adressait à d’autres secteurs, mais aussi à la presse en lançant son tranchant « taisez-vous ! ». Madame Pierre-Paul avec qui nous avons conversé au téléphone s’est dit choquée par « cette nouvelle sortie fracassante » de Michel Martelly, sortie qu’elle assimile à un retour aux temps où l’ancien chanteur se laissait aller à des propos très peu catholiques sur ses chars de carnaval.
Sur ce point, on dirait que Michel Martelly avait prévu que ces critiques rebondiraient avec ses nouvelles attaques frontales dirigées contre la presse. Au moment de lâcher son « taisez-vous », il a pris le soin de rappeler que même au micro de son groupe musical « Sweet Micky », il veillait à ne ni calomnier son pays ni son président. Faut-il donc croire que jamais dans ses bals « Sweet Micky » n’a eu à parler, avec les propos qu’on lui connaît, d’un président, Jean-Bertrand Aristide, par exemple ? Cependant ces déclarations du chef de l’État, seulement trois mois après son investiture, sont différemment interprétées au sein de la presse. Certains journalistes considèrent que l’invitation au silence ne concerne pas la presse. Ils estiment que le Président s’adressait, sans les citer, à ceux qui, pour préserver leurs intérêts politiques ou économiques, surfent sur la misère du pays.
En Haïti, la liberté d’expression ainsi que celle de la presse ont été acquises au prix de luttes opiniâtres et parfois mortelles. Selon Liliane Pierre-Paul, que le « taisez-vous ! » soit adressé à d’autres secteurs ou directement à la presse ne change rien. « Dans le premier cas, c’est la liberté d’expression qui se voit assassinée, et dans le second c’est la liberté de la presse qui est menacée. Or, ces deux libertés vont de paire », insiste-t-elle.
Même après les nombreuses réactions qu’ont provoquées ses déclarations, le Président les a réitérées tandis qu’il participait à une cérémonie qui ouvrait ce qu’il appelle « la semaine de la technologie ». « Je le redirais encore si j’avais à le dire ! Ceux qui dénigrent mon pays doivent se taire. Je suis haïtien et, de plus, le premier citoyen du pays. J’ai le droit de me battre pour mon pays. »

Eddy Laguerre

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :