jeudi 25 août 2011

25 Août

Haïti – Télécommunication :

Digicel refuserait l’interconnexion à la Natcom

25/08/2011 10:06:19

Haïti - Télécommunication : Digicel refuserait l’interconnexion à la NatcomLa Commission sénatoriale des travaux publics, transports et communications, présidée par le Sénateur Jean William Jeanty (Nippes) a auditionnée hier, les responsables de la compagnie Natcom [anciennement Téléco], dont l’État haïtien est actionnaire [40%], au sujet de l’impossibilité pour les abonnés de la compagnie haïtiano-vietnamienne de communiquer avec ceux de la Digicel.
Le Président de la Commission à expliqué «… il y a quatre compagnies de téléphone dans le pays, aujourd’hui il y a un problème, il y a une des compagnies [Natcom] dont l’État haïtien est actionnaire, qui a fini de faire toutes ses installations techniques, qui a besoin maintenant de lancer officiellement ses services à partir du 7 septembre, mais malheureusement elle n’est pas encore interconnecté avec les autres compagnies, […] nous sommes conscient que lorsqu’elle sera sur le marché il y aura une amélioration dans le service et les coûts, dans ce sens, nous avons invité la Natcom pour nous expliquer dans quelle état elle est et quelles difficultés empêche que l’interconnexion soit faite…»
Pour Thanh N’Guyen Duc, le Directeur Général de la Natcom, ce sont les responsables de la Digicel qui refusent de rendre opérationnel l’interconnexion, bien que des négociations ont été lancées depuis un an.
Le Sénateur Jean William Jeanty a précisé suite à cette audition «… ils nous ont donné toutes les informations et détails dont nous avions besoin, maintenant nous allons rencontrer toutes les personnes concernées pour leur faire prendre leur responsabilité dans ce dossier […] c’est le Conatel [Conseil National des Télécommunication] qui est le régulateur et qui est supposé prendre toutes les initiatives pour faciliter l’interconnexion, qui est une obligation. Donc c’est au Conatel d’écouter tout le monde, de regarder les chiffres et de dire exactement ce qui doit être fait dans l’intérêt de tous.
Nous allons rencontrer le Conatel pour qu’ils nous disent exactement pourquoi cette opération n’a pas encore été faite […] ils [Natcom] nous ont mentionné également des actes de sabotage qui sont fait partout à travers le pays. Nous allons analyser ces informations et rencontrer toutes les personnes concernées afin que nous comprenions pourquoi elle subit ces actes de sabotage […] il y a des fonds de l’État dans cette compagnie, finalement c’est l’État haïtien qui perds des rentrées d’argent et se sont également, nous les consommateurs qui ne bénéficions pas d’un service de qualité. »
On pourrait se demander, si Digicel malgré sa position dominante en Haïti, ne craindrait pas l’arrivée d’un compétiteur comme la Natcom, dont la réputation de bas prix dans d’autres pays, ont fait son succès.
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-2036-haiti-telecommunication-premiere-transmission-internationale-reussie.html
http://www.haitilibre.com/article-473-haiti-telecommunication-300-millions-de-dollars-d-investissement.html
http://www.haitilibre.com/article-1525-haiti-social-manifestation-d-ex-employes-de-la-teleco.html
BF/ HaïtiLibre

 

Haïti – Irene :

Dernier bilan, importants dégâts, tous les détails

25/08/2011 09:18:31

Haïti - Irene : Dernier bilan, importants dégâts, tous les détailsLa situation commence à s’améliorer. Irene s’éloigne des côtes Nord d’Haïti, mais de fortes averses continueront de s’abattre sur certaines régions du pays. La mobilisation est maintenue au niveau des Coordinations départementales de la Protection Civile, notamment dans le Grand Nord où les eaux ont emporté beaucoup de têtes de bétail.
Dans le département du Nord-Ouest et du Nord-est, plus de 100 maisons ont subi des dommages. Un millier de personnes ont été placées dans des abris provisoires. Des tronçons de routes sont coupés dans divers zones alors que plusieurs rivières sont en crue. Les équipes du Ministère des Travaux publics, Transports et Communications (TPTC) sont au travail à travers le pays.
Dégâts enregistrés :
Département du Nord :
– Des champs ont été dévastés au niveau de Plaisance;
– Le tronçon de route Plaisance – Pilate est endommagé;
– Les Trois-Rivières (versant septentrional de la chaine de Plaisance) sont en crue à Plaisance et ont dévasté des champs sous culture.
Département du Nord-Ouest:
– Deux personnes ont péri, emportées par les eaux d’un ravin, à Mahotière, 7ème section communale de Port-de-Paix;
– Anse-à-Foleur, deux personnes ont été blessées, suite à l’effondrement d’un mur d’une maison, sous l’effet des vagues. Elles ont été évacuées à l’hôpital La Pointe, à Saint-Louis du Nord;
– Plusieurs maisons ont été endommagées par un glissement de terrain à Desgranges, 3e section communale;
– Des maisons sont affectées par la montée des vagues à Saint-Louis du Nord;
– À Anse-à-Foleur, 52 maisons ont été affectées par la montée de la mer;
– À la 4e section La montagne, à Jean Rabel, les toitures de 14 maisons ont été emportées par le vent.
– Sur l’Île de la Tortue et à Bassin-Bleu, de forts vents ont soufflé et provoqué des chutes d’arbres. La route est coupée à Bassin-Bleu;
Département du Nord-Est :
– Des glissements de terrain ont été signalés à Mont-Organisé et Vallières, où les routes sont coupées;
– La commune de Mont Organisé a enregistré des pertes de cultures à la suite de forts vents qui ont soufflé dans la nuit du 22 août 2011;
– La route reliant Gens-de-Nantes et Mont-Organisé est bloquée à cause d’un glissement de terrain;
– On signale plusieurs cas de pertes de bétail;
– À Capotille, 20 maisons sont endommagées (toitures emportées par le vent). D’énormes pertes dans les cultures sont également enregistrées;
– À Mombin-Crochu, les forts vents ont entraîné des pertes de cultures. Deux rivières sont en crue;
– À Ouanaminthe, quatre rivières sont en crue (Massacre, rivière Canarie, Djassa). Des jardins sont dévastés;
– À Ferrier, 85 familles sont en abri;
– À Vallières, la route est coupée et la rivière en crue.
Département des Nippes :
– À Petite Rivière de Nippes, le mur d’une école, située sur la côte, a été endommagé par les vagues dans la nuit du 23 août ;
– Sur les hauteurs de Vassal, les vents de la nuit du 23 août ont dévasté des bananeraies;
– À Paillant, les fortes pluies, accompagnées de rafales, ont affecté les plantations de haricots en fleur et renversé des bananiers à Salagnac ;
– À Miragoâne, une recrudescence des cas de choléra a été signalé principalement à Berquin.
Département de l’Ouest :
– 31 maisons sont inondées à Petit-Goâve ;
– Un début d’inondation a été constaté à Cité Soleil ;
– Dans la commune de la Croix-des-Bouquets, des inondations ont été enregistrée à Corail 5, 6
Le TPTC a effectué de nombreuses interventions dans les zones affectées :

Dans le département du Nord, les techniciens des TPTC ont réparé le tronçon reliant Plaisance à Pilate. Cette route a été endommagée à la suite des averses qui se sont abattues sur la région. Dans le Nord-ouest, à Saint Louis du Nord, le MTPTC a effectué des travaux d’assainissement au niveau de la ville.

Dans le Nord-Est, la route de Ouanaminthe et Mont-Organisé est coupée suite à un glissement de terrain. Une équipe dépêchée par la Direction départementale des TPTC pour rétablir la circulation, n’a pas pu atteindre la zone à cause d’une rivière qui était en crue. A Ferrier, un cours d’eau, traversant Maribaroux, a inondé la zone. Un camion a été mis à la disposition de la population pour les aider à évacuer. La ville de Fort Liberté a été également inondée. Le MTPTC a entamé des travaux d’assainissement pour libérer les chaussées des ordures qui ont envahi la ville.

Dans l’Artibonite, la route reliant Ennery à Saint-Michel est coupée en trois endroits différents. Le MTPTC est en train de construire un passage pour permettre aux piétons et motards de vaquer à leurs occupations en attendant les réparations. Les travaux sur la route de Grande Saline se poursuivent. A Gros- Morne, le MTPTC se prépare à intervenir au niveau de Morne La crête.

À Port-au-Prince, des travaux d’assainissement sont réalisés dans les principaux canaux de région métropolitaine. D’autres sont initiés également dans d’autres communes avoisinantes.

Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3652-haiti-irene-le-point-sur-la-situation-au-pays-1.html
HL/ HaïtiLibre

 

Haïti-Amérique du Sud :

L’UNASUR confirme son engagement

P-au-P, 25 août 2011 [AlterPresse] — L’Union des nations sud-américaines (Unasur) confirme son engagement envers Haïti, en ce qui concerne notamment la sécurité alimentaire, les domaines institutionnels et le logement.

Le Conseil des ministres des affaires étrangères du bloc réuni en session extraordinaire à Buenos Aires a ratifié une résolution générale relative à l’ensemble de ces questions le mercredi 24 août, rapporte la presse latino-américaine.

Le Conseil en a profité pour rappeler aux Etats membres de remplir leurs engagements à contribuer au Fonds de solidarité de l’Unasur pour Haïti, établi en février 2010.

Par ailleurs, les ministres des Affaires étrangères de l’UNASUR ont décidé de proroger le mandat du Secrétariat technique de l’Unasur-Haïti et celui de son titulaire, l’Ambassadeur Rodolfo Mattarollo, jusqu’au 31 août 2012. [emb kft gp apr 25/08/2011 11 :30]

 

Haïti – Éducation :

Le report de la rentrée scolaire fait polémique…

25/08/2011 12:13:11

Haïti - Éducation : Le report de la rentrée scolaire fait polémique...La décision du Ministère de l’Éducation (à la demande du Président Martelly), de reporter la rentrée scolaire au 3 octobre, continue de soulever l’inquiétude de certains observateurs, notamment des parlementaires, des représentants de la société civile et du secteur éducatif.
Rosny Desroches, Représentant de l’Initiative de la Société Civile (ISC), y voit une « grave erreur ». Pour lui ce report constitue « un inconvénient considérable sur le calendrier scolaire, déjà en retard par rapport au nombre de jours prévu…» soulignant que cette décision aura des conséquences négatives sur le budget des directeurs d’école et des enseignants qui planifient leurs dépenses en fonction de la période scolaire.
Pour le Sénateur Jean Hector Anacacis, cette décision est avant tout politique et aura des conséquences graves sur le mandat du Chef de l’État qui semble, pris au piège de ses promesses électorales…
Quant au Député de Borgne/Port-Margot, Jude Charles Faustin, il qualifie de «fantaisiste » la décision du Chef de l’État. « Il n’y a pas de nouveau budget et dans ces conditions, ce report ne va pas changer grand chose à la situation. »

Des syndicats d’enseignants, estiment que ce report ne changera rien aux difficultés économiques des parents, désignant le « pouvoir d’achat » comme principale cause de la situation. Ils affirment, qu’un mois de plus, ne permettra pas aux parents de trouver les moyens qu’ils n’avaient pas un mois avant.
La Sénatrice Edmonde Supplice Beauzile (Centre) s’interroge sur cette décision «… si le Président Martelly parle de subventions ciblées, parce que là, il parle uniquement de 146,000 enfants, il nous faut le savoir […] l’objectif du millénaire [dont l’État haïtien est partie prenante] est que tous les enfants haïtien, en dehors du système, intègre le système en 2015, ça c’est une priorité qui date de plus de 10 ans [..] Donc si c’est une préoccupation de l’État, puisque nous sommes dans la continuité de l’État, nous pouvons ne pas être d’accord dans la manière de faire, mais nous pouvons l’être dans la stratégie utilisée.
Mais […] est-ce que le Ministère de l’éducation nationale est capable de nous dire s’il s’agit d’enfants dans la rue, d’enfants en milieu rural, quelles tranches d’âge et nous expliquer où on va les placer? Avec quels enseignants? Quel programme? Quelle stratégie va être employée? Pour moi, c’est toute une préoccupation, ce report devrait non seulement nous apporter des réponses en terme d’actions positives mais nous permettre de nous prononcer sur ces interrogations. Je crois que cela devrait permettre de soulager d’abord les familles haïtiennes défavorisées… autant de questions qui restent, pour le moment, sans réponses.
Je vois qu’il y a d’autres groupes du secteur qui opinent sur ce report, moi je crois qu’il y avait une nécessité de faire ce report, mais si aucune réponse n’est donnée à ces préoccupations, une telle décision aura été vaine […] Peut-être que le Président Martelly ne savait pas ce que cela représentait en terme budgétaire que d’envoyer des enfants gratuitement à l’école […] pour moi c’est comme un défi, tout Chef d’État devrait avoir ceci comme défi : comment faire de l’éducation le moteur du développement durable […] Maintenant il [le Président] a la velléité de faire respecter ce que dit déjà la Constitution, ce n’est pas nouveau… »
Françoise Gruloos Ackermans, la Représentante du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (Unicef), salue les mesures adoptées par l’équipe présidentielle pour envoyer un maximum d’enfants a l’école cette année de manière a garantir le respect des droits des enfants dans le pays. Elle ne pense pas que le report de la date de rentrée scolaire soit dramatique soulignant que « cela peut donner aux partenaires la possibilité de mieux accompagner les autorités » rappelant que l’UNICEF distribuera cette année 750,000 sacs d’école.
De nombreuses familles se disent satisfaites de la décision du Président de reporter au 3 octobre la rentrée scolaire, affirmant que cela va leur permettre d’être mieux préparé.
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3560-haiti-education-une-rentree-scolaire-qui-s-annonce-difficile.html
http://www.haitilibre.com/article-3641-haiti-education-le-president-martelly-confirme-la-rentree-scolaire-pour-le-3-octobre.html
http://www.haitilibre.com/article-3331-haiti-education-une-ecole-gratuite-oui-mais-comment.html
http://www.haitilibre.com/article-3620-haiti-education-la-rentree-scolaire-reportee-mi-octobre.html
http://www.haitilibre.com/article-3611-haiti-education-ecoles-gratuites-le-president-affiche-son-optimisme.html
HL/ HaïtiLibre

 

Choléra en Haïti :

L’étude du génome confirme la provenance népalaise du virus

National Geographic France / 25 août 2011

Une équipe internationale prouve que les casques bleus népalais ont introduit le virus du choléra en Haïti. À leur insu.

haiti-eau-potable-choleraAujourd’hui preuve est faite : les casques bleus népalais ont, par inadvertance, introduit le choléra en Haïti. Une épidémie qui, depuis octobre 2010, a fait plus de 6000 morts. Des chercheurs ont comparé les génomes (ADN) des bactéries du choléra récoltées en Haïti à celles trouvées au Népal en 2010. Époque à laquelle les forces d’intervention népalaises quittaient leur pays. Les conclusions, publiées le 23 août dans le journal en ligne mBio, sont sans appel : les deux génomes sont identiques.

La communauté scientifique soupçonnait déjà l’existence d’un lien entre les deux épidémies. Mais peu de chercheurs eurent l’occasion de le confirmer, faute de pouvoir se rendre sur le terrain. L’épidémiologue français Renaud Piarroux se trouve, lui, sur place. Il découvre, peu après le début de l’épidémie, des preuves accusant les casques bleus népalais. De précédentes analyses génétiques, réalisées dans des campements népalais rudimentaires et insalubres installés en Haïti, dans la région d’Artibonite, suggéraient déjà que le virus provenait d’Asie du Sud-est.

Afin de mettre un terme aux doutes, les chercheurs du National Public Health Laboratory de Kathmandu ont donné à Franck Aaerestrup et ses collègues du National Food Institute of the Technical University of Denmark, des échantillons de bactéries collectés entre le 30 juillet et le 1er novembre 2010 sur 24 patients népalais, répartis dans cinq districts du pays. L’équipe danoise s’associa ensuite avec le microbiologiste Paul Keim du Translational Genomics Research Institute.

Keim et ses collègues ont analysé l’ensemble des séquençages ADN des vingt-quatre patients népalais. Puis, ils les ont comparé avec dix génomes de bactéries du choléra, dont trois de patients Haïtiens. Les résultats de cette étude moléculaire poussée démontre clairement la similitude entre les séquences ADN des échantillons népalais et Haïtiens.

« Je suis impressionné par l’effort des chercheurs au Népal, qui ont aidé à démêler ce phénomène, explique Renaud Piarroux. C’était courageux de leur part, car je ne crois pas que cela réjouisse beaucoup les népalais ». Mais les conclusions de l’étude doivent encore converger vers une application concrète. Selon Renaud Piarroux, elles devraient pousser l’ONU à reconnaître ses torts et l’inciter à réparer les dégâts causés en Haïti.

Marie Dias-Alves /Source : Science, mBio
Photo : DFID/UK Department for International Development, Flickr

 

La MINUSTAH dément formellement être responsable du déversement de déchets à Hinche ou ailleurs sur le territoire haïtien

jeudi 25 août 2011

Communiqué de la MINUSTAH

La Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haiti (MINUSTAH) dément formellement être responsable du déversement de déchets à Hinche ou ailleurs sur le territoire haïtien.

En moins d’un mois, deux articles signés par le même auteur et parus dans le même organe de presse, respectivement en date du 9 août 2011 – accusant la MINUSTAH d’avoir jeté des matières fécales près de la rivière Guayamouc en date du 6 août 2011 -, et en date du 23 août 2011 – accusant cette fois-ci la MINUSTAH d’avoir déversé tôt dans la matinée du 21 août 2011, des matières fécales sur une ligne de canalisation d’environ 15 mètres -. « Ces déchets humains atteignent par cette canalisation la rivière Ahibon qui se jette dans la rivière de Thomonde, affluent du fleuve Artibonite », ajoute l’article.

La MINUSTAH tient à rappeler que le camp de Hinche est équipé depuis le 15 juin 2011, d’une usine de traitement et de destruction des eaux usées et des déchets qui se trouve à l’intérieur du camp. Les eaux usées et déchets sont déversés dans cette usine trois fois par semaine, les lundis, mercredis et vendredis. En aucune circonstance ces eaux usées ou autres déchets ne sont transportés à l’extérieur du camp. L’existence de cette usine de traitement des eaux usées et des déchets peut être aisément constatée sur place.

Par ailleurs, selon les registres journaliers relatifs aux mouvements des véhicules, aucun véhicule n’est sorti du camp aux dates et aux heures mentionnées dans les deux articles.

Port-au-Prince, le 25 août 2011

 

Haïti – Politique :

Michel Martelly prend tout son temps…

25/08/2011 13:13:57

Haïti - Politique : Michel Martelly prend tout son temps...3 semaines après le deuxième rejet du Premier Ministre désigné par le Chef de l’État, Me Bernard Gousse, le Président Martelly prend tout son temps avant de fournir le nom du prochain candidat à la Primature. Plusieurs observateurs et acteurs politiques, se demandent si le Président Martelly a une limite de temps pour faire connaître sa décision, d’autres, si la Constitution a prévue cette situation
«… Malheureusement non, la Constitution ne prévoit aucun délai », affirme le Sénateur de l’Artibonite, François Anik joseph (Alternative) « je dis bien malheureusement, parce que pour moi, je pense que dans le remaniement constitutionnel […] nous aurions du penser à fixer un certain délai dans lequel le Président doit mettre en place un Gouvernement. Passé ce délai, le Parlement, co-dépositaire de la souveraineté nationale, aurait une décision à prendre. Malheureusement nous n’avons pas cette provision constitutionnelle actuellement, il n’y a pas de délai imparti au Président… »</>
Pour le Député Guerda B. Benjamin (Savanette/Quartier Baptiste – Ansanm nou fò) « il est important que la Présidence et le Parlement marchent côte à côte, qu’ils collaborent […] mais je peux dire que le problème est dû à une faille dans la Constitution, parce que normalement, si le Président savait que s’il n’avait pas désigné un Premier Ministre dans un temps limite, le Parlement avait le droit de faire quelque chose ou lui donner un ultimatum, il aurait pris ses précautions et déjà désigné un Premier Ministre » Le Député de Savanette crois que le Président Martelly devrait sortir de l’inconscience pour devenir responsable et se rappeler que le peuple a voté pour lui…
Quant à la Sénatrice Edmonde Supplice Beauzile (Centre) elle rappelle que « la Constitution, comme dans n’importe quel pays, ne peut pas entrer dans les détails. Il y a des Constitutions qui contiennent seulement une dizaine d’articles, qui donnent les grands choix de l’État et les grandes lignes pour fixer comment les règles du jeux seront établies pour gérer un pays. On ne peut pas faire un amendement constitutionnel avec ses émotions…»
S/ HaïtiLibre

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :