vendredi 26 août 2011

26 Août

Haïti – Politique :

L’Ambassadeur américain se réunit avec le G16

26/08/2011 09:05:53

imageLe Sénateur Jean Hector Anacacis, vice-Président du Sénat et allié fidèle du G16, confirme qu’une réunion s’est tenue mercredi soir, à Morne Calvaire (à l’Est de la capitale) entre des membres du G16 et des diplomates américains conduit par Kenneth Merten, l’Ambassadeur américain en Haïti.
Bien qu’absent à cette rencontre, le Sénateur Anacasis affirme qu’il n’y a pas eu ni pression ni recommandation des américains « Les États-Unis sont incontournables partout, pas seulement en Haïti, les Sénateurs ne sauraient refuser de rencontrer l’ambassadeur américain… » Ce qui n’a pas empêché le vice-Président du Sénat de reconnaître dans le même temps, avoir convaincu certains Sénateurs de ne pas participer à cette réunion, propos confirmé par l’absence de 10 membres du G16 à cette réunion… Anacacis à fait savoir que les parlementaires avaient exprimé à cette réunion, leur volonté d’aider à débloquer la situation pourvu que le Chef de l’État « partage ses responsabilités… ».
Jeudi, le deuxième Sénateur du Sud-Est, Wencesclass Lambert, a souligné que les diplomates américains voulaient seulement exprimer les préoccupations de l’administration Obama, autour de l’impasse politique et explorer les moyens d’en sortir. Les membres du G16 ont fait connaître leur position, sur l’issue à trouver à la crise politique actuelle en mettant l’accent sur la nécessité « d’un compromis » capable de permettre la formation d’un nouveau gouvernement.
Wencesclass Lambert a rappelé que le G16 n’entendait pas s’opposer au nouveau Gouvernement et qu’il était prêt à à ratifier un nouveau Premier Ministre désigné en autant que « les conditions soient réunies….» Rappelant au Président Martelly de respecter les limites de ses attributions.
Il a prévenu que le groupe majoritaire, ne se laissera pas faire et que le Parlement ne laissera jamais le Chef de l’État, décider tout, tout seul « Jamais nous ne le laisserons nommer tout seul, les 44 Chefs de missions diplomatiques d’Haiti à l’étranger et jamais il ne nommera tout seul les 36 directeurs généraux et les 18 portefeuilles ministériels… »
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3658-haiti-politique-rumeurs-declarations-dementis-autour-du-premier-ministre.html
HL/ HaïtiLibre

 

Haïti – Politique :

Édouard Paultre du CONHANE a rencontré le Président Martelly

26/08/2011 09:51:48

Haïti - Politique : Édouard Paultre du CONHANE a rencontré le Président MartellyÉdouard Paultre, Responsable du Conseil Haïtien des Acteurs Non Etatiques (CONHANE) a rencontré mercredi les membres du Cabinet présidentiel et le Président Michel Martelly.
«… le Président a jugé nécessaire de nous rencontrer […] sur l’urgence qu’il y a de doter le pays d’un gouvernement et de résoudre le problème de l’amendement de la Constitution […] il y a des élections pour renouveler un tiers du sénat qui doivent se tenir d’ici la fin de l’année, […] pour faire ces élections, nous avons besoin d’un Conseil Électoral Permanent, ce Conseil est prévu dans les amendements constitutionnelles, donc il faut vraiment qu’il [le Président] fasse un Conseil Électoral Permanent, qu’il nomme le Conseil supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ), qu’il complète la cour de cassation afin de donner une stabilité pour former le gouvernement et une stabilité au pays.
Aujourd’hui, ce qui nous préoccupe fortement, c’est qu’il y a une vague d’insécurité à travers le pays, qu’il y a des tendances à l’anarchie un peu partout […] aujourd’hui, nous souhaitons qu’il prenne des décisions rapidement pour doter le pays d’un gouvernement, parce que s’il est vrai que M. Martelly est élu, il n’a pas encore le levier du pouvoir entre les main, il n’a pas encore un gouvernement à sa disposition.
Nous avons fait cette première consultation avec la Présidence, et devant nous, le Président Martelly a passé des instructions à son cabinet pour aller dans un tel sens […] Nous voulons croire, que peut-être dans une semaine, nous arriverons à comprendre toute la dynamique, pour doter la pays des institutions qu’il mérite.
Prochainement, nous allons rencontrer le bureau du Sénat et de la Chambre des députés, une façon pour nous de faire avancer le dossier, parce qu’actuellement, selon nous, il est essentiel que les décideurs mettent les intérêts généraux au-dessus de tous les intérêts de partis, personnels et de groupes… »
HL/ HaïtiLibre

 

Haïti-Impunité :

17 ans après, les assassins du père Jean Marie Vincent courent toujours

P-au-P, 26 aout 2011 [AlterPresse] — La Commission Episcopale Nationale Justice et Paix (JILAP) s’élève contre l’impunité qui entoure depuis 17 ans l’assassinat du père Jean Marie Vincent, le 28 août 1994.

« Tous ceux qui le connaissaient, reconnaissaient son courage et sa détermination. Il défendait la vie des pauvres et des victimes contre toutes les forces de mort », rappelle Jilap, soulignant que les assassins du père Jean Marie Vincent courent toujours.

JILAP signale aussi l’assassinat du père Ti Jean Pierre Louis, assassiné le 3 août 1998. Ses assassins n’ont jamais été retrouvés ni traduits devant la justice.

« L’impunité et la violence affectent des gens de toute catégorie, des gens de rang social et d’orientation politique différents parce que l’intolérance au sein de la société est très élevée. S’il fallait nommer tous ceux qui sont morts et qui attendent d’obtenir justice la liste serait longue », indique la Commission épiscopale.

Jilap salue à l’ occasion de ce 28 août, la mémoire de toutes les victimes de violence et d’assassinat. [kft apr 26/008/2011 13 :00]

 

Haïti – Education :

La présidence aurait permis que des écoles s’ouvrent progressivement en Septembre

Vendredi, 26 Août 2011 15:51

Les écoles qui sont prêtes à ouvrir leurs portes vont pouvoir le faire progressivement à partir du 12 Septembre 2011. C’est ce qu’aurait décidé la présidence haïtienne à l’issue d’une rencontre avec le consortium des écoles privées.

Selon Marc Antony Alix, la présidence qui avait décidé de reporter la rentrée au 3 Octobre en concertation avec le Ministère de l’Education, a fait part d’une rencontre courtoise avec l’équipe du Président. Celle-ci aurait reconnu avoir négligé certains paramètres dans la prise de cette décision.

Selon M. Alix, ce report pénaliserait les parents, les directions d’écoles et les enseignants et professeurs qui étaient prêts pour la rentrée du 5 Septembre.

Le responsable de COSPE a plaidé par ailleurs pour que des mesures d’accompagnement soient prises pour compenser le retard accusée par les écoles dont la rentrée aura lieu en Octobre.

Le président Michel Martelly, pour pouvoir mettre en place son programme d’éducation gratuite, avait envisagé le report de la rentrée.

 

Haïti – Éducation :

Scolarité gratuite pour près de 250,000 enfants !26/08/2011 12:11:27

Haïti - Éducation : Scolarité gratuite pour près de 250,000 enfants !Jeudi, le Président Michel Martelly qui était à Mirebalais pour la fête traditionnelle de la Saint-Louis a annoncé qu’à la prochaine rentrée scolaire, près de 250,000 élèves auront accès à l’école gratuite !
Le Chef de l’État a expliqué que l’État haïtien, allait prendre en charge 100,000 élèves supplémentaires, qui sont déjà dans le système éducatif et que ceux-ci, auront accès gratuitement, à 200 établissements scolaire de Port-au-Prince.
Ce qui porte à 246,000 le nombre total d’élèves qui bénéficieront d’une scolarité gratuite à compter du 5 octobre prochain.
Le Président Martelly a fait savoir que parallèlement à ses priorités, le choléra et l’éducation, les négociations en vu de dégager un consensus au Sénat pour la désignation prochaine d’un Premier Ministre, se poursuivent, affirmant que les groupes, majoritaire et minoritaire, au Sénat s’étaient rencontré sur ce sujet, à son initiative.
HL/ HaïtiLibre

 

Digicel ne bloque pas l’interconnexion, selon Boute

Après le passage mardi au Sénat de la République du directeur de la Natcom, Than Nguyen, et suite à sa déclaration faisant savoir que « C’est la Digicel qui refuse de se connecter avec la Natcom », Le Nouvelliste a recueilli une autre version de cette affaire auprès du P.D.G. de la Digicel, Maarten Boute. Pour Boute, « la Digicel ne bloque pas l’interconnexion avec la Natcom ». Avec cet entretien, de nouveaux éléments sont versés au dossier de la bataille pour la suprématie dans le secteur des télécoms en Haïti.

Maarten Boute, PDG de la Digicel

Le Nouvelliste : La Natcom a émis des allégations à l’endroit de la Digicel. Selon la dernière-née des compagnies de télécommunication, la Digicel bloque le contrat d’interconnexion entre les deux entreprises. Qu’en est-il de la situation pour la Digicel ?
Maarten Boute : Tout d’abord, le public en général doit savoir que la Digicel ne bloque pas l’interconnexion avec la Natcom.
Les deux parties ont travaillé de bonne foi sur ce sujet dont la complexité a seulement augmenté en raison des récentes activités de bypass dans le secteur.
Pour faciliter la compréhension du sujet, il est utile de donner quelques détails sur ce qui se passe. Il y a deux aspects dans un accord d’interconnexion entre deux opérateurs: un aspect technique et un aspect commercial.
Le Nouvelliste : Présentez-nous les deux aspects
Maarten Boute: Sur le plan technique d’abord:
Les travaux techniques d’interconnexion progressent bien et les techniciens des deux entreprises travaillent ensemble quotidiennement pour tenter de finaliser cette tâche complexe. La taille et la complexité du réseau de Digicel ainsi que la différence dans les technologies utilisées par les deux entreprises compliquent la situation.
Une interconnexion et une planification inadéquates pourraient provoquer de graves dommages au réseau de la Digicel et par extension à ses clients.
Ensuite, 80% des problèmes sont maintenant résolus, mais malheureusement, les travaux ont dû être arrêtés le 5 août lorsque la Digicel a remarqué qu’un gros volume de trafic de bypass provenait du lien d’interconnexion avec la Natcom.
Digicel a averti formellement la NATCOM de la situation à la même date. Cet incident a entraîné l’arrêt forcé du processus, pour donner aux équipes concernées le temps d’effectuer les enquêtes nécessaires et résoudre ce problème majeur.
A la suite de cet incident, la Digicel a été forcée d’acquérir et de mettre en place des équipements supplémentaires coûteux et sophistiqués pour contrôler la liaison d’interconnexion avec la NATCOM afin d’éviter le bypass dans le futur. Ce matériel a été commandé et devrait arriver en Haïti dans les prochaines semaines.
Parallèlement, notre équipe technique continue d’être à la disposition des ingénieurs de la NATCOM pour continuer les tests.
En outre, la Digicel doit également travailler avec son fournisseur, Ericsson, pour garantir que ce processus complexe soit correctement mis en oeuvre; le problème va au-delà des questions techniques liant la Digicel et la Natcom pour s’étendre à des parties tierces, ceci pour assurer une interconnexion réussie.
Sur le plan commercial:
La Digicel négocie en toute bonne foi avec la NATCOM, mais comme dans toute négociation commerciale, il y a certains désaccords sur lesquels il reste à s’entendre.
Il faut aussi rappeler que le récent changement de P.D.G. du côté de la NATCOM peut également expliquer le ralentissement du processus de son côté.
Nous avons eu une réunion très encourageante, qui s’est tenue sur la demande de la Digicel, avec les responsables de la NATCOM, vendredi dernier à l’hôtel Karibe Convention Center. Lors de cette réunion, les responsables des deux entreprises, avec leurs experts respectifs, ont défini un plan d’action sur la façon d’accélérer le processus et ont convenu de plusieurs démarches décisives. La Digicel a soumis toutes les informations demandées le mercredi 24 août et attend maintenant une réponse de la NATCOM.
A signaler également que la Digicel a reçu une invitation de la Commission permanente des Travaux publics, Transports et Communications du Sénat de la République, à laquelle elle a répondu formellement en remerciant le Sénat de son intérêt et pour l’assurer de sa bonne disposition.

 

Haïti – Télécommunication :

Voilà coopère avec la Natcom

26/08/2011 10:20:23

Haïti - Télécommunication : Voilà coopère avec la NatcomAprès l’audition des responsables de la compagnie Natcom, mercredi dernier, la Commission sénatoriale des travaux publics, transports et communications, présidée par le Sénateur Jean William Jeanty (Nippes) a auditionnée hier, Robin Padberg, Directeur Général de la compagnie Voilà qui a déclaré :
«… nous avons une loi en vigueur, une loi des télécommunication qui date de 1977, mais messieurs, cette loi ne prévoyait même pas les téléphones mobiles, le 3G, l’internet à haut débit, la fibre optique… Donc nous avons un besoin à présent, de nous mettre à jour, de nous actualiser et de commencer à voir comment nous allons justement réguler les différentes activités.
Oui nous avons parlé de la Natcom, mais nous avons parlé des autres opérateurs également. À chaque fois que nous allons introduire une nouvelle technologie, il peut y avoir un nouvel acteur qui rentre sur le marché. Nous n’avons aucun problème avec l’arrivée de la Natcom, nous lui souhaitons la bienvenue sur le marché et nous avons déjà un contrat d’interconnexion avec cette compagnie depuis très longue date […] nous avons commencé à voir et à tester et maintenant toutes les choses avec la Natcom sont en forme.
En tant qu’opérateur, nous avons une obligation d’interconnexion avec les autres opérateurs, pour nous, c’est une chose de base, standard et nous faisons face à nos obligations.
Maintenant, pour faire des suppositions ou porter des jugements sur les autres opérateur, ce n’est pas mon rôle, ce sont des questions que vous devez poser à la Digicel… »
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3661-haiti-telecommunication-digicel-refuserait-l-interconnexion-a-la-natcom.html
BF/ HaïtiLibre

 

Les camps d’hébergement se vident au fil des mois

Les responsables de l’Organisation Internationale pour la Migration (OIM) constatent une diminution sensible du nombre de personnes résidant dans les sites d’hébergement créés spontanément après le violent séisme du 12 janvier.
La porte parole de l’OIM en Haïti, Emmanuelle Derice, fait état d’une diminution de 61 % de la population dans les camps entre juillet 2010 et juillet 2011. Selon des statistiques publiées par l’OIM il n’y aurait que 594 000 personnes dans les camps d’hébergement notamment dans la région métropolitaine de Port-au-Prince.
La relocalisation des sinistrés est l’une des priorités des autorités haïtiennes et des responsables d’organisations humanitaires. Cependant des divergences de vue sont apparues sur la méthode à adopter pour libérer les places publiques servant de camps. Récemment des ONG avaient crié au scandale après des fermetures de deux camps d’hébergement à Port-au-Prince et Delmas.
Alors que des ONG dénoncent des violations des droits humains, certaines autorités locales estiment que ces ONG sous couvert d’action humanitaire exploitent financièrement la misère des couches vulnérables de la population.
La diminution de la population dans les camps résulterait à la fois d’un départ volontaire et d’une pression des autorités locales. L’abandon des sites d’hébergement s’est notamment accéléré au début de cette année. Entre Mars et juillet 2011 la population dans les camps a diminué de 7 %, révèle Mme Derice.
Les fortes averses enregistrées durant le début de la saison cyclonique ont contraint nombre de personnes à abandonner les camps. Seuls les plus vulnérables résident toujours dans les camps puisque la situation s’est détériorée notamment avec la recrudescence des actes de violence. Plusieurs criminels utilisent les sites comme repaires, expliquent des autorités locales et policières.

LLM / radio Métropole Haïti

 

Haïti – Social :

Un projet exemplaire de réinsertion des mineurs en détention

26/08/2011 11:11:41

Haïti - Social : Un projet exemplaire de réinsertion des mineurs en détention« Ce projet est exemplaire, car il a permis de donner un espoir d’avenir à des centaines de mineurs en détention tout en mettant en valeur les conditions inacceptables dans lesquelles vivent ces mineurs ainsi que les conséquences dramatiques de la détention préventive prolongée » a déclaré Paul Webber, Chargé d’Affaires de la délégation de l’Union Européenne en Haïti lors de la cérémonie de clôture du projet de réinsertion des mineurs en détention qui s’est déroulé au Centre de Réinsertion des Mineurs en Conflit avec la Loi (CERMICOl) de Delmas (Haïti).
La fondation haïtienne Progrès et Développement (ProDev), qui œuvre dans l’éducation, s’est attelée à travailler au profit des enfants en conflit avec la loi depuis sa création. De 2006 à 2009, elle a mis sur pied l’école Emmaüs au centre de Delmas 33, au sein de laquelle les enfants ont pu suivre les cours classiques et passer avec succès les examens officiels de 6è année fondamentale.
L’objectif de ce programme était d’aider une centaine de mineurs détenus aux centres de Delmas et de Pétion ville d’un point de vue psychosocial et éducationnel et les doter d’outils élémentaires, pouvant les amener à posséder les bases d’un métier pour lequel ils pourraient être leur propre employeur, se basant sur le fait que sortir de détention est loin d’être un atout pour se trouver un emploi.
– Deux modules ont été mis à la disposition des garçons (au départ relocalisés au Centre de carrefour, n’offrant pas beaucoup d’espace de formation): l’initiation à l’informatique où ils ont appris à naviguer sur internet, à utiliser l’environnement Windows, les logiciels bureautiques de base tels Word et Excel; et les Jeux d’Echecs visant à leur enseigner des méthodes de réflexion poussée et approfondie.
– Les filles de leur côté ont pris part aux activités des modules d’Initiation à l’informatique, de coupe/couture (initiation à la confection de patron, de corsage, de jupe etc.) et de cuisine/pâtisserie (notions de mesures, de températures et méthodes de cuisson).
La situation de promiscuité, la détention prolongée et les séquelles du passé de ces enfants en conflit avec la loi ont suscité le souci de les appuyer sur le plan psychosocial. Ainsi au cours de ce programme, ils se sont appropriés des principes de base de savoir-vivre et civisme et ont également appris à développer leur intelligence émotionnelle et à analyser les influences tant positives que négatives qui ont affecté leurs vies jusqu’ici. Ils ont pu prendre conscience de la nécessité d’être responsable de leur personne, de leurs pensées, de leurs émotions et de leurs comportements.
Au cours de la mise en œuvre de ce projet, la réalité de la situation de la détention préventive prolongée au sein de laquelle se trouvent la majorité des mineurs en détention s’est faite plus claire pour les responsables du projet. En effet, les lacunes du système judiciaire ont pour conséquence que ces mineurs passent en moyenne deux à trois ans avant d’être jugés ; c’est donc une enfance, une adolescence qui est en partie brisée par ces failles du système. Cette prise de conscience pourrait aboutir sur un projet réunissant plusieurs institutions et visant à désengorger les cellules et réduire de façon durable la détention préventive.
HL/ HaïtiLibre

 

Haïti et son rôle dans l’histoire de la Libye

Tribune libre

par Imhotep Lesage

Mondialisation.ca, Le 26 aout 2011 / Le blog d’Allain Jules – 2011-08-22

Depuis près de 6 mois la Lybie est victime d’incessants bombardements de la part de l’OTAN. Les médias dominants nous répètent ad-nauseum que l’actuel conflit se déroule tout naturellement dans la foulée des précédentes révoltes nord-africaines. Ces médias omettent de mentionner l’effondrement du système économique mondial et les différents réalignements géopolitiques qui tendent à inciter les derniers soubresauts de rapacité des anciennes puissances coloniales. C’est dans ce contexte que la France, le Royaume-Uni et les États-Unis ont décidé de s’appuyer sur des anciens proches de Kadhafi et Al-Qaeda pour tenter de partitionner et piller les richesses de la Lybie. L’histoire peut nous apprendre beaucoup sur la Lybie. Une lecture historique peut nous éclairer sur les motivations réelles des puissances occidentales, en analysant le rôle joué par le sénateur haïtien Émile St-Lot qui s’opposa à la partition de la Lybie.

Le sénateur Émile St-Lot compléta des études d’agronomie et de droit. Il vécut sa jeunesse durant l’occupation américaine d’Haïti qui dura de 1915 à 1937. Il y est témoin comme bon nombre d’Haïtiens du racisme et des exactions des troupes États-uniennes. Ces expériences feront de lui un ardent défenseur de la justice et de l’indépendance des nations. Il jouera un rôle central en 1945 en tant qu’ambassadeur d’Haïti aux Nations Unies. Le proche collaborateur de René Cassin participa à la préparation, l’élaboration et à la signature de la déclaration universelle des droits de l’homme à Paris. Il y représenta avec brio son pays au conseil de sécurité où il fut chargé de voter ou non l’indépendance des pays.

Dès sa création Haïti supporta toujours la liberté des peuples opprimés, la première république nègre n’hésita pas à supporter par les armes Miranda et Bolivar. Haïti joua un rôle similaire dans un cadre diplomatique à la société des nations (SDN) en condamnant fermement l’attaque de l’Italie fasciste contre l’Abyssinie (Éthiopie) et ce malgré les positions racistes des grandes puissances favorables à l’agresseur. Durant ce conflit, Haïti argumenta l’application de sanctions contre l’agresseur fasciste et le respect du pacte de la société des nations. Face à l’intransigeance française qui défendait l’indéfendable (le plan de partition Laval-Hoare), un délégué haïtien Alfred Nemours lança des paroles prophétiques: que vous soyez grand ou petit, fort ou faible, éloigné ou proche, noir ou blanc, craignez d’être un jour l’Éthiopie de quelqu’un.

Suite à la deuxième guerre mondiale, lors de la conférence de Potsdam, les puissances alliées conviennent de régler ultérieurement le cas des possessions italiennes. C’est dans ce cadre qu’est présente le plan Bevin-Sforza en 1949 aux Nations Unies, le sénateur Émile St-Lot s’y opposa pour plusieurs raisons:

– Il fait disparaître L’Érythrée en la partageant entre le Soudan et l’Éthiopie impériale

– La Somalie y est placé sous l’administration de l’ancien colonisateur italien pour une période indéterminée.

– La Lybie est dépecée en trois parties, la Cyrénaïque, Fezzan et la Tripolitaine, contre les vœux de la majorité des Libyens. Les territoires administratifs sous tutelle seront respectivement attribués à l’Italie, la France et aux Britanniques. Il est prévu dans le plan que la Lybie y obtiendrait son indépendance après 10 ans d’administration étrangère. L’ambassadeur haïtien n’est pas dupe et voit dans cette proposition un plan de prédation colonial. Les déclarations du secrétaire d’état américain John Foster Dulles sur l’Érythrée ne laissent planer aucun doute sur les visés des principaux protagonistes. Pour Dulles, le rattachement de l’Érythrée à l’Éthiopie est nécessaire pour protéger les intérêts états-uniens dans la mer rouge.

Le 17 mai 1949 à la grande consternation des puissances occidentales le sénateur Émile St-Lot vote NON à l’approbation de cette résolution, contre l’avis du président haïtien Estimé. Son vote bloque l’application du plan Bevin-Sforza et empêche la partition de la Libye. Cet évènement majeur de l’histoire paraît aujourd’hui invraisemblable car la désormais faible Haïti et ses leaders corrompus ne peuvent même pas dire NON aux forces d’occupation de l’ONU qui déversent fréquemment de la merde au choléra dans les rivières haïtiennes. Connaissant les positions du Sénateur St-Lot qui participa au 1er congrès des écrivains noirs en 1956 au côté d’hommes tel que Franz Fanon; de l’au-delà celui-ci dut être conforté par le développement fulgurant de la Libye après le renversement du roi Idriss. Doté du plus haut niveau de vie de l’Afrique, la Libye du Colonel Kadhafi partagea son abondance avec le continent noir en lui permettant d’obtenir son premier satellite RASCOM-1, en aidant l’ANC de Nelson Mandela durant les moments les plus sombres de l’Apartheid Sud-Africain, en développant des projets d’agriculture visant à augmenter l’indépendance alimentaire de l’Afrique et en finançant copieusement l’union africaine.

La Libye sous l’égide de Kadhafi est loin d’être parfaite, mais elle donne aujourd’hui une fois de plus par ses actions une grande leçon à tous les peuples opprimés du sud. Elle résiste depuis plus de 5 mois aux bombardements sauvages et au blocus arbitraire de la plus puissante alliance militaire de l’histoire. Le succès de cette résistance libyenne (plus de 2000 tribus) dans le contexte de la désintégration du système financier international démontre aux peuples démoralisés tels qu’Haïti que la résistance est possible et nécessaire. Clairement, les bourreaux d’hier n’ont plus les moyens de leurs ambitions!

En 1957, après que l’ambassadeur haïtien eu fini de délivrer son discours en faveur de l’indépendance lycienne, un confrère ambassadeur lui fit remarquer que: « le temps était sombre! » En sage gnostique Haïtien, Émile St-Lot lui répondit que: « l’esprit brille ». Malgré les difficultés futures pour Haïti, la Libye et le monde, le temps est sombre mais l’esprit brille.

Vous pouvez joindre Imhotep Lesage à l’adresse courriel : Imhotep_Lesage@hotmail.com

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :