mardi 30 août 2011

30 Août

Gary Conille, Premier Ministre pressenti, serait au centre des négociations

MARTELLY, CLINTON ET GARY CONILLELe chef d’Etat haïtien Michel Martelly multiplie les rencontres avec des acteurs politiques dans le cadre des négociations avant la désignation d’un nouveau Premier Ministre. Outre sa rencontre avec les présidents des deux branches du Parlement, M. Martelly s’est entretenu hier également avec d’autres leaders de groupes politiques au Parlement.
Le président du Sénat Roudolph Joazile avait mis l’accent hier sur l’impérieuse nécessité de conclure un pacte de gouvernabilité devant être mis en œuvre par le Premier Ministre. Selon le sénateur Joazile il faut tenir compte des problèmes structurels qui pourraient annuler l’action du gouvernement.
Cependant plusieurs législateurs confirment que Gary Conille pourrait être le prochain Premier Ministre désigné avant même la conclusion d’un accord. Les rencontres entre le chef d’Etat et les parlementaires ne concernent donc pas uniquement le pacte de gouvernabilité mais aussi le profil du Premier Ministre. Des sénateurs de la majorité et ceux du groupe minoritaire ont déjà été informés de manière informelle du choix de chef d’Etat.
Gary Conille, qui occupe depuis 2 mois le poste de Coordonnateur résident du Système des Nations Unies et Représentant résident du PNUD Niger est un médecin formé aux Etats-Unis.
Chef de cabinet de Bill Clinton, Envoyé spécial de l’ONU en Haïti, M. Conille avait pris une part active à la conférence des bailleurs de New York après le violent séisme du 12 janvier 2010.
LLM / radio Métropole Haïti

 

Le chef d’Etat est sur le point de designer un Premier Ministre

imageLe chef d’Etat haïtien, Michel Martelly, s’est entretenu hier soir avec les présidents du sénat, Roudolph Joazile et de la chambre des députés, Sorel Jacinthe, dans le cadre des consultations préalables à la désignation d’un Premier Ministre. Il s’agissait de consultations formelles telles que prévues par la constitution.
Le sénateur Joazile assure que le président n’a cité aucun nom mais s’est contenté de présenter le profil de son prochain Premier Ministre. Il nous a dit que c’est une personnalité relativement jeune qui ne polarisera pas la société, a rapporté le président du Sénat.
Au cours de la rencontre le président Martelly a assuré qu’il s’agit d’une personne dynamique ayant la capacité de concrétiser ses promesses électorales. Il également indiqué que le prochain Premier Ministre désigné dispose de compétence pour aider les élus à concrétiser le processus d’autonomie des collectivités territoriales.
Le président Martelly veut aller vite en besogne une nouvelle rencontre est prévue cet après midi avec les présidents des deux chambres. Le nom du Premier Ministre devrait être communiqué officiellement au cours de cette rencontre, confirme le sénateur Joazile.
LLM / radio Métropole Haïti

 

Vers un accord pour désigner le prochain Premier ministre

Une short liste circule et chacun y va de ses petites confirmations sur l’identité de celui qui serait en pôle position pour être désigné Premier ministre : Dr Gary Conille. Chef de cabinet de Bill Clinton, co-président de la CIRH et représentant spécial du secrétaire général des Nations-Unies, l’homme, dans le milieu de la quarantaine, est méconnu de la classe politique. Avec lui, Jean Max Bellerive est aussi dans les esprits.

Le président de la République Michel Joseph Martelly multiplie les rencontres avec des parlementaires de tous bords en vue de constituer une majorité pour doter le pays d’un nouveau gouvernement. « Oui, le président, dans un souci de débloquer la situation, a décidé de continuer les rencontres avec les parlementaires en vue d’arriver à se mettre d’accord sur le prochain Premier ministre », a confié au journal Me Thiery Mayard Paul, chef de cabinet du président Martelly, dans la soirée du lundi 29 août 2011. La désignation du prochain Premier ministre est une affaire de jours, a ajouté Me Thiery Mayard Paul.
Le journal a appris de sources combinées que le président Michel Joseph Martelly a eu des consultations avec les présidents du sénat Rodolphe Joazil et de la chambre des députés Saurel Jacinthe. « Aucune décision n’a été arrêtée pour le moment », a confié sous le couvert de l’anonymat un sénateur du Groupe des 16 qui, au passage, a confirmé la tenue d’une seconde réunion entre le président Martelly et le sénateur Joseph Lambert après celle de vendredi. « Il y a de fortes probabilités que le choix du chef de l’Etat s’arrête sur le docteur Gary Conille », a-t-il ajouté.
Sous le couvert de l’anonymat, un sénateur du groupe minoritaire ayant aussi appelé à la signature d’un pacte de gouvernabilité en vue de créer une majorité fonctionnelle pour aider le chef de l’Etat à gouverner, a confirmé que le président serait en passe de désigner le docteur Gary Conille. « Par élégance, je suppose que le président Martelly annoncera son choix et l’entente obtenue avec le groupe des 16 à la minorité avant toute annonce officielle », a ajouté ce sénateur.
« J’espère que l’on s’est donné le temps qu’il faut pour s’assurer que Dr Gary Conille, s’il est officiellement désigné, corresponde aux critères exigés par la constitution », a poursuivi le sénateur, optimiste et pressé d’en finir avec cette crise de gouvernance qui handicape l’administration publique depuis plus de trois mois.
Le mardi 02 août 2011, 16 sénateurs avaient rejeté, au terme d’une séance marathon, le choix du premier ministre désigné. Ce rejet avait donné lieu à une vilaine polémique entre Me Bernard Gousse et ce groupe de 16 sénateurs.
Avant Me Gousse, l’homme d’affaire Daniel Gérard Rouzier avait été rejeté par la chambre des députés. Après deux échecs, le chef de l’Etat s’était promis de donner du temps au temps afin de trouver le consensus nécessaire en vue d’obtenir la majorité pour faire ratifier son Premier ministre. Il serait sur la bonne voie, selon des sources combinées,si de nouvelles et innatendues embûches ne se dressent sur sa route.
La carte Bellerive
Pendant tous le week-end et lundi en milieu de journée, le maintien du Premier ministre sortant était évoqué. La carte Bellerive est-elle jouable ? Le très influent sénateur Joseph Lambert le croit. Bellerive « serait ratifié sans tracas », a confié Lambert, porte-parole du GPR, groupe majoritaire au sénat, tombeur de Me Bernard H. Gousse. « Cela ne signifie pas que le Parlement donnerait un blanc seing à M. Bellerive en abdiquant son pouvoir de contrôle », a nuancé Joseph Lambert, samedi 27 août sur les ondes de Magik 9, moins de vingt-quatre heures après une rencontre qu’il a qualifié de « fructueuse » avec le président Michel Joseph Martelly au palais national.
Le très remuant sénateur Youri Latortue, sans langue de bois, a estimé que « le moment n’est pas à cette reconduction (…) Il faut du sang neuf », selon Latortue, l’un des fers de lance de la minorité au grand corps et un des instigateurs d’un « pacte de gouvernabilité » en vue de créer une « majorité fonctionnelle ». Le Premier ministre sortant, Jean- Max Bellerive, poursuit Youri Latortue, souffre d’un déficit important : « il ne peut pas rassembler tous les groupes ». « Il faut une pomme de concorde et non de discorde », a-t-il ajouté, le ton grave, en mettant en garde contre la tentation de passer en force avec une « majorité fragile ».
« C’est le président qui a les prérogatives de choisir son Premier ministre. En ce sens, nous nous gardons d’émettre une quelconque opinion. Cependant, le président Martelly renierait ses positions de principe antérieures », a estimé l’ex-sénateur Edgard Leblanc Fils, membre du directoire de la plateforme politique Alternative.
« L’idée fondamentale pour passer ce cap difficile pour le pays est la recherche d’un compromis et d’un consensus. Au cas où il est possible de dégager une majorité fonctionnelle capable de garantir la stabilité du gouvernement, un pacte de gouvernabilité entre les secteurs politiques de la majorité, de l’opposition, de l’Exécutif (présidence/primature) sous l’observation vigilante des secteurs organisés de la société civile inscrirait le pays dans la normalité constitutionnelle», a souligné Edgard Leblanc Fils.
« Compte tenu de la configuration des forces dans les chambres, la constitution d’une majorité pourrait être très difficile », a indiqué Leblanc avant d’ajouter que « l’Alternative est favorable à un gouvernement d’unité nationale où les responsabilités seront partagées par les différents secteurs ».
Jean-Max Bellerive, par le passé, avait toujours fait part de son désir de servir son pays à n’importe quel poste. Ministre de la planification durant cinq ans et Premier ministre après le renvoi de Michèle Duvivier Pierre-Louis, M. Bellerive est présenté comme un technicien par certains et comme un politique inodore et incolore; un liquide prend la forme du vase qui le contient.
Cousin du président Michel Joseph Martelly, il incarne une certaine continuité. « Confirmer Bellerive à son poste serait un choix politique risqué pour le chef de l’Etat. Cependant, tout est possible en Haïti où les politiques sont capables de grands revirements », selon un observateur sous le couvert de l’anonymat, qui cite comme exemple la décoration de Clinton par le président Martelly devenu plus souple par rapport à la CIRH qu’il avait critiqué pendant la campagne présidentielle à cause de son inefficacité.
Entre-temps, de l’eau a coulé sous les ponts et de la glace a été versée dans les verres de vin pour sceller ce qui semble être en passe de devenir un accord entre le chef de l’Etat et le GPR…
Roberson Alphonse
ralphonse@lenouvelliste.com

 

Martelly renforce et diversifie son équipe

Le président Michel Martelly a procédé à des recrutements de choix pour renforcer et diversifier la représentativité au sein de son cabinet, a appris Le Nouvelliste.
« Oui, de nouvelles têtes ont été appelées dans le cercle des conseillers du président de la République, Michel Joseph Martelly, particulièrement dans les domaines de la communication et de l’assistance technique au niveau politique et organisationnelle », selon une déclaration faite au journal par le chef de cabinet du président, Thierry Mayard Paul, qui n’a pas voulu citer de noms.
cependant, Le Nouvelliste a su ce lundi de sources combinées que Mario Dupuis, Dischler Marcelin et Lucien Jurat ont rejoint l’équipe présidentielle.
« J’ai pris mes fonctions ce lundi. J’ai rejoint l’équipe du président Martelly au niveau de la communication », a déclaré Mario Dupuis joint au téléphone lundi soir.
L’ancien secrétaire d’Etat à la Communication sous le deuxième mandat de Jean Bertrand Aristide retourne sur des terres qu’il connaît bien.
Comme un bonheur n’arrive jamais seul, ce lundi, sur les ondes de Scoop FM, Guy Philippe, ancien patron de la rébellion contre Jean Bertrand Aristide, a, pour la première fois, confirmé des faits que le secrétaire d’Etat à la Communication avait dénoncés entre 2001 et 2004.
Parmi les révélations de l’ancien commissaire Philippe, l’attaque par ses hommes du palais national le 17 décembre 2001 et d’autres faits d’armes que la presse, à l’époque, avait assimilé à des montages du pouvoir lavalassien.
Autre recrue de luxe, l’animateur de « Débats publics » une émission très prisée sur la chaîne 11, Dischler Marcelin, a, lui aussi, intégré l’écurie présidentielle.
« Je fais partie de l’équipe pour participer à son renforcement », a indiqué au journal M. Marcelin.
Dans le cas de Lucien Jurat, présentateur vedette, jusqu’à date de Signal FM, c’est Scoop FM qui a donné la nouvelle. Le journaliste devait être dans les prochaines heures désigné au poste de porte-parole du président Michel Martelly.
Grand connaisseur du monde de la presse, cet avocat et journaliste courtois, élégant et méthodique, ancien présentateur de Info 5 sur Télémax, a toutes les qualités pour remplir avec tact sa nouvelle fonction.
« C’est en cours, il ne reste qu’un détail administratif pour que la nomination de Jurat soit effective », a révélé au Nouvelliste une source proche de la présidence.
Si nombreux sont ceux qui se réjouissent que la présidence se dote d’un porte-parole pour diminuer les relations directes entre le président Martelly et ses divers interlocuteurs, le départ de Jurat aurait provoqué des remous à Signal FM.
D’autres recrutements seraient en cours pour diversifier le cabinet et consolider la liste des conseillers du président après une série de critiques unanimes qui reprochent au chef de l’Etat de ne s’entourer que de ses amis les plus proches et de rester imperméable aux conseils qui sont contraires à la pensée unique qui a valeur d’évangile dans son entourage.
Interrogé sur les rumeurs qui l’annoncent sélectionner par Martelly, Evens Paul a précisé pour le Nouvelliste que » ce n’est pas le cas jusqu’à maintenant. J’ai parlé au président Martelly sur d’autres sujets, mais il ne m’a pas demande d’être son conseiller. »
En outre, le leader de l’Alternative a fait savoir que si ce poste lui est proposé, il aura des conditions avant de l’accepter.  » Je le ferai pendant un temps limité », a-t-il dit, soulignant aussi que sa motivation première pour un tel poste ne serait pas liée à l’argent.
Frantz Duval
duval@lenouvelliste.com

 

Haïti – Insécurité :

Libération de l’américain enlevé vendredi

30/08/2011 08:45:59

Haïti - Insécurité : Toujours sans nouvelle de l’américain enlevé vendredi (MAJ)Mise à jour : Nous venons d’apprendre que Frank Jean-Baptiste a été libéré cet après-midi par la Police Nationale d’Haïti (PNH).
Le Commissaire François Dossous, Responsable de la Cellule Contre Enlèvement en Haïti, a confirmé officiellement, hier lundi, l’enlèvement de Frank Jean-Baptiste, citoyen américain vendredi dernier.
Frank Jean-Baptiste, marié à la Directrice d’une prestigieuse école privée (Union School) pour les enfants de diplomates et de riches haïtiens, a été enlevé à son domicile, par des hommes qui se sont présentés comme des employés d’un service de livraison de colis.
Le Commissaire Dossous, a déclaré que les autorités travaillaient actuellement pour obtenir la libération de Frank Jean-Baptiste, sans fournir d’autres détails pour des raisons de sécurité.
La Police Nationale d’Haïti a lancé depuis vendredi une vaste opération de recherche dans les quartiers de Pétion-ville et renforcée, conjointement avec les casques bleus, les postes de contrôle à Port-au-Prince où deux autres personnes dont une petite fille de 6 ans ont été également victime d’enlèvement ces derniers jours.
L’Ambassade Américaine demande à tous les citoyens Américains qui travaillent en Haïti à demeurer très vigilant.
S/ HaïtiLibre

 

Haïti – Reconstruction :

1,4 millions de dollars pour des projets de reconstruction innovants

30/08/2011 12:24:39

Haïti - Reconstruction : 1,4 millions de dollars pour des projets de reconstruction innovantsDans ses efforts continus pour soutenir Haïti, le fonds Clinton-Bush Haiti a annoncé aujourd’hui 1,4 millions de dollars dans de nouveaux engagements pour trois nouveaux projets : un programme de logements basée sur la franchise, un programme de formation professionnelle et une initiative d’énergie durable.
Dans le cadre de cette annonce, 1,08 million de dollars en subventions traditionnelles et recouvrable, seront remis à GaMa Entreprises, SA, une société haïtienne qui va utiliser l’argent pour mettre en œuvre une solution de logement basée sur la franchise. Cette nouvelle entreprise prévoit profiter de l’occasion sans précédent dans le secteur de la construction, en répondant aux besoins critiques en Haïti en matière de logements. Sous la marque KayTek (maison technologies), l’entreprise va fabriquer des kits de logements à ossature d’acier dans une usine à Port-au-Prince. KayTek offrira une sélection de plans prêts à l’emploi et sur mesure pour les maisons dans une gamme de marchés, ainsi qu’une solution «one-stop» de matériaux pour que les acheteurs puisse personnaliser leurs maisons. Le programme permettra de former des ingénieurs et des entrepreneurs généraux, qui à leur tour pourront former les commerçants en général. Grâce à cette formation technique dans la construction de maison en acier et de l’entreprenariat, les personnes sélectionnées en tant que franchisés seront prêts à démarrer et gérer leurs propres entreprises de construction de logements en Haïti.
« Ensemble, GaMa Entreprises, SA et le fonds Clinton Bush Haiti supportent la reconstruction à long terme par la promotion de l’emploi, en cultivant l’entrepreneuriat et le renforcement des capacités dans la construction « Simultanément, nous répondons aux besoins de plus de 800,000 individus toujours à la recherche de logements permanents », souligne Mathias Pierre Président de GaMa [nommé « Entrepreneur de l’Année » par Digicel en 2010 et « Pionnier de la prospérité » de la Caraïbes en 2009.
Le fonds Clinton Bush Haiti a également annoncé son engagement à accorder jusqu’à 225,000 dollars pour équiper les salles de classe temporaires à l’Ecole professionnelle Salésiens dévastée par le séisme, qui bénéficieront à 620 jeunes à risque, qui seront formés et certifiés dans les métiers de la construction. L’école Salésiens, est l’école de formation professionnelle et la plus ancienne en Haïti parmi les rares à détenir un statut accrédité et une solide réputation dans le marché du travail. Cette subvention donne aux étudiants, l’équipement dont ils ont besoin pour reprendre leurs études, compléter leur certification et accéder à des emplois dans le secteur vital de la reconstruction.
La troisième annonce du fonds, adresse l’absence en Haïti d’énergie durable, une entrave aux possibilités économiques et à la réussite scolaire. Le fonds Clinton Bush Haiti, fournira 150,000 dollars en financement de démarrage pour Arc Finance, une organisation mondiale à but non lucratif dont la mission est de renforcer les revenus et les actifs des personnes pauvres grâce à la promotion et l’accès au financement pour l’énergie, l’eau potable et les autres besoins de base.
Ce nouveau programme, entrepris en partenariat avec le Fonds Multilatéral d’Investissement, un membre du groupe de la Banque Interaméricaine de Développement (BID), permettra aux membres de la diaspora haïtienne, qui vivent aux États-Unis, d’acheter directement et à faible coût des produits économes en énergie, tels que des cuisinières et des lampes, pour envoyer en Haïti. La compagnie haïtienne de livraison de biens, FoodExpress, livrera ensuite les produits. Ce programme innovant de transfert, rendra les sources d’électricité durables plus largement disponible partout en Haïti, réduira les coûts de l’énergie et la pollution causée par l’utilisation du charbon de bois, du diesel, du kérosène et du bois tant dans dans les zones urbaines que rurales.
HL/ HaïtiLibre

 

 Latortue prône la mise en place d’un système national de sécurité

imageLe président de la commission sénatoriale justice et sécurité, Youri Latortue, préconise l’adoption de dispositions en vue de trouver une solution structurelle au problème de l’insécurité.
L’ancien officier des Forces Armées d’Haïti (FADH) recommande la professionnalisation de la police, la mise en place d’une nouvelle force de sécurité et d’un système général d’intelligence. Il estime que l’action combinée de ces 3 entités garantira une réaction immédiate en cas d’acte de violence et dissuadera les criminels.
Rappelant que la structure de sécurité est très faible en Haïti, le chef de file de AAA soutient que cette faible structure est pratiquement inexistante en période de transition politique.
En dépit de leur bonne volonté l’effectif réduit des policiers privés de matériels adéquats ne peut répondre convenablement aux agressions des criminels prévient le parlementaire. Ajouté aux insuffisances de la PNH, l’absence de leadership favorise une reprise des activités des bandits.
Dans le même temps le président de la commission sécurité critique les autorités policières qui n’ont pas modifié le déploiement dans la région métropolitaine depuis 6 mois. Il rappelle qu’un redéploiement doit être réalisé chaque trimestre.
Le parlementaire note également qu’il y a une recrudescence de l’insécurité à mesure qu’on s’approche de la fin du mandat de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (Minustah). Interrogé sur le rôle de la Minustah le sénateur Latortue a fait remarquer que les règles d’engagement limitent l’action de cette mission.
En raison de ces contraintes le sénateur Latortue croit que le retrait de la Minustah et la mise en place d’une nouvelle force publique est un élément clé dans les efforts consolidation du climat sécuritaire.
LLM / radio Métropole Haïti

 

Haïti/Post-Séisme :

Des individus non identifiés promettent d’incendier un camp de personnes déplacées

P-au-P, 30 août 2011 [AlterPresse] —- Les personnes déplacées d’un camp, établi à la place de Jérémie à Carrefour-Feuilles (banlieue au sud-est de la capitale), se disent inquiètes pour leur sécurité après les menaces, brandies par des individus non identifiés, de mettre le feu ce 30 août dans ce camp, apprend l’agence en ligne AlterPresse.

Le 30 août 2011 est l’ultimatum fixé par ces individus qui se dissimulent derrière des tracts pour demander aux familles sinistrées de partir, selon les témoignages de Walter Dérival, membre du comité du camp de cette place.

Si les résidentes et résidents du camp à la Place Jérémie ne partent pas, ils recevront des jets de pierres et de bouteilles, et le camp sera incendié, indique l’un des tracts que AlterPresse a réussi à obtenir.

Les auteurs de ces tracts parlent de « la seconde phase » de leur « mouvement ».

Les familles sinistrées de ce camp, érigé au lendemain du séisme du 12 Janvier 2010, signalent avoir déjà été victimes d’attaques nocturnes, ponctuées par des jets de pierres et de bouteilles.

En dépit des démarches entreprises auprès des autorités policières, rien n’a été fait pour sécuriser le camp, affirme Dérival.

« Le camp n’est plus électrifié, comme c’était le cas auparavant. Il n’y a plus de sécurité dans le camp », indique Dérival.

Plusieurs résidentes et résidents ont déjà pris la fuite devant les menaces, ajoute t-il.

D’autres affirmant n’avoir nulle part où aller sont restés.

Pierre Jean Bonnet, père de trois enfants, évoque, lui aussi, la dégradation des conditions de sécurité à la place Jérémie.

« Pour leur protection, ma femme et mes enfants ont été obligés de quitter le camp provisoirement, afin de ne pas être victimes lors des actes de violence nocturnes », fait-il savoir.

« La vie est difficile dans le camp [à la place Jérémie] ces temps-ci, à cause des menaces de violence qui pèsent sur les occupantes et occupants », rapporte une mère de trois enfants, Clerna Talan, qui demande à l’État de venir à son aide.

La population dans les camps a chuté de 61% depuis 2010, selon les organisations humanitaires.

Un peu plus d’un million au lendemain de la catastrophe, les locataires des camps atteignent 594 800, selon le dernier décompte de l’organisation internationale pour les migrations (Oim).

Les expulsions forcées demeurent l’une des principales causes de cette réduction. [emb kft rc apr 30/08/2011 9:41]

 

L’Artibonite de nouveau sous tension

Un mort hier dans des affrontements avec la police nationale

P-au-P, 30 août 2011 [AlterPresse] — St Marc, Pont Sondé, L’Estère, villes du département géographique de l’Artibonite (au nord de la capitale) se retrouvent bloquées, ce mardi 30 août 2011, pour la deuxième journée consécutive, le transport en commun étant totalement paralysé, selon les informations obtenues par l’agence en ligne AlterPresse.

Un mouvement de revendications pour le rétablissement du service d’électricité publique dans le Bas-Artibonite dure depuis plusieurs jours.

Dans leurs tentatives pour arriver à débloquer la route au niveau de Pont-Sondé, des agents de l’unité départementale de maintien de l’ordre (Udmo) ont été accueillis par des jets de pierres et de bouteilles.

Un policier national blessé a été transporté à l’hôpital le plus proche.

Lundi 29 août 2011, une personne a été tuée par balle, à L’Estère, lors d’affrontements entre la police nationale et des manifestants. Ces derniers avaient érigé des barricades sur la route nationale numéro un.

La police nationale est intervenue pour calmer le mouvement de protestations, ponctué par des jets de pierres.

Au cours des affrontements, un jeune homme, Charles Ceneres a succombé à des tirs, indique le correspondant d’AlterPresse dans ce département géographique en Haïti.

La population mécontente, qui a alors envahi le sous-commissariat de L’Estère, en a saccagé les locaux.

Des détenus ont profité du mouvement de revendications pour prendre la fuite, mais aucun chiffre n’est encore disponible sur le nombre d’évadés, précise le correspondant d’AlterPresse.

Le calme n’est toujours pas revenu. [kft sfd rc apr 30/08/2011 11:22]

 

Emeutes meurtrières à l’Estère pour l’électricité

Un mort et plusieurs blessés par balle, le commissariat de police saccagé, bilan de cette folle journée qui a également paralysé la circulation dans l’Artibonite ; les Sénateurs de la région, François Anick Joseph et Youri Latortue, exigent des mesures correctives immédiates et se montrent solidaires des protestataires plongés depuis plusieurs mois dans le black-out

Publié le lundi 29 août 2011

Une personne a été tuée, plusieurs autres blessées par balle et le commissariat de L’Estère saccagé lundi, lors d’une journée très tendue dans cette commune de l’Artibonite (nord) où la population a violemment manifesté contre un black-out de longue durée et affronté les forces de l’ordre.

Saint René Charles, un marchand de borlette de 41 ans qui vaquait à ses occupations, a été abattu par un agent de l’Unité départementale et de maintien d’ordre (UDMO), selon différents témoignages recueillis sur place et confirmés par l’un des Sénateurs de l’Artibonite, François Anick Joseph.

Une fillette a été également touchée à la tête.

Piqués au vif par l’intervention musclée de la PNH et de la Mission de stabilisation de l’ONU (MINUSTAH), les manifestants leur ont lancé des pierres avant de saccager le commissariat de police de l’Estère.

Un premier commissariat avait déjà été incendié, la semaine dernière, dans la même région, au cours d’un autre mouvement de protestation à Desdunes.

Née d’un sévère rationnement du courant électrique depuis l’arrivée au pouvoir, en mai dernier, du Président Michel Martelly, la mobilisation de lundi s’est étendue à la commune voisine du Pont-Sondé et a paralysé pendant toute la journée la circulation sur la nationale #1.

Accusant les Gonaïves d’être à l’origine du black-out à l’Estère, des riverains ont menacé de bloquer tous les autobus voyageant en provenance ou à destination de la métropole du Haut-Artibonite et d’agresser physiquement tous les passagers.

Solidaires des revendications de leurs mandants, les Sénateurs François Anick Joseph et Youri Latortue exigent l’adoption de mesures rapides visant à redonner l’électricité aux communautés lésées. Le premier fait état de vaines démarches entreprises jusqu’ici auprès des autorités concernées tandis que le second réclame des changements au sein de la direction départementale de l’Electricité d’Haïti qui serait, en raison de son incompétence, responsable de ces graves incidents.

La veuve de Saint René Charles, Marie-Rose Louis-Jeune a, quant à elle, dénoncé l’intervention brutale des policiers ayant entraîné le décès de son mari qui la laisse avec trois orphelins sur les bras. spp/Radio Kiskeya

 

Sauveur Pierre Etienne, nouveau leader de l’OPL

imageRevenu récemment d’un long séjour à l’étranger, le successeur d’Edgard Leblanc promet de travailler au relèvement d’Haïti et à la consolidation du parti de feu Gérard Pierre-Charles, idéologue de la gauche et opposant historique au duvaliérisme

Publié le lundi 29 août 2011

Le professeur Sauveur Pierre Etienne, rentré récemment en Haïti à l’issue d’un long séjour au Canada, a été désigné dimanche au poste de coordonnateur général de l’Organisation du peuple en lutte (OPL), lors du quatrième congrès national du parti qui s’est tenu aux Cayes (sud).

Le nouveau dirigeant succède à l’ancien Sénateur Edgard Leblanc Fils.

Dans une interview à Radio Kiskeya, M. Etienne s’est engagé à renforcer les structures du parti et à contribuer, aux côtés d’autres formations politiques, à des changements profonds en Haïti dans la perspective d’une reconquête de la souveraineté nationale et d’une réduction de la dépendance économique vis-à-vis de l’étranger.

Farouche adversaire de René Préval, le sociologue -nettement plus tendre envers son successeur Michel Martelly- a accusé l’ex-Président d’avoir tenté d’anéantir l’OPL de feu Gérard Pierre-Charles.

Dans ses nouvelles fonctions de coordonnateur général du parti, Sauveur Pierre Etienne est à la tête d’un bureau politique composé notamment des Sénateurs Andrys Riché et François Anick Joseph, des Députés Accluche Louis-Jeune et Eloune Doréus et de l’ancien Premier ministre Rosny Smarth (1996-1998). spp/Radio Kiskeya

 

Michel Forst arrive en Haïti pour une nouvelle mission

Publié le lundi 29 août 2011

L’expert indépendant des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme en Haïti, le français Michel Forst, est arrivé lundi à Port-au-Prince pour une nouvelle mission destinée à faire le suivi des recommandations établies dans son dernier rapport au Conseil des droits de l’homme et à évaluer la situation des femmes, enfants, handicapés et déplacés internes, un an et demi après le séisme du 12 janvier.

M. Forst, qui doit au cours de son séjour s’entretenir avec les autorités et les représentants de divers secteurs, présentera ses observations préliminaires à la veille de son départ prévu le 3 septembre (samedi prochain). spp/Radio Kiskeya

 

Les recettes douanières à la Hausse en Haïti ces derniers mois

imageLe directeur général de l’administration des douanes Jean Jacques Valentin, annonce une hausse substantielle des recettes douanières au cours du mois de Juillet.
Intervenant a la rubrique le point de Radio et Télé Métropoles Jean Jacques Valentin, a indiqué que plus de deux milliards de gourdes ont été collectées durant cette période et la douane serait sur le point d’aller au-delà de ces chiffres, pour le mois en cours.
Intervenant à la rubrique le point de Métropole Jean Jacques Valentin a reconnu que les recettes pouvaient être beaucoup plus significatives, si tous les ports étaient contrôlés.
D’un autre cote monsieur Valentin a admis que les recettes collectées à Port au prince sont beaucoup supérieures à celles collectées en province.
le responsable des douanes a plaidé en faveur d’une réduction du nombre de ports ouverts au commerce extérieur dans le pays.
Monsieur Valentin a fait remarquer qu’en plus de leur inutilité, ces différents ports ouverts un peu partout dans le pays favorisent la contrebande et contribuer à diminuer considérablement les recettes de l’état.

EJ/Radio Métropole Haïti

 

Haïti-État de droit :

La Pohdh invite la présidence à passer au concret

Martelly ne saurait donner « amnistie » à Jean-Claude Duvalier

lundi 29 août 2011

Un gouvernement, qui gracie des criminels, commet de l’impunité et « sape la notion d’égalité »…

P-au-P, 26 août 2011[AlterPresse] — La plateforme des organisations haïtiennes de droits humains (Pohdh) appelle la présidence à poser des actes concrets pour freiner l’impunité et instaurer l’État de droit, au cours d’une conférence-débat à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

Le président haïtien Joseph Michel Martelly avait fait, de l’établissement d’un État de droit, un des principaux axes de sa campagne électorale, à coté de l’accès gratuit à l’éducation pour les enfants non-scolarisés, la création d’emploi et l’environnement.

La promesse de faire régner l’État de droit en Haïti, faite par Michel Martelly, ne semble être qu’« un slogan », qui manque, par conséquent, de « contenu », indique le secrétaire exécutif de la Pohdh, Antonal Mortimé.

La présidence en Haïti doit « poser des actions concrètes » estime le secrétariat exécutif de la plateforme des organisations haïtiennes des droits humains

« L’absence d’un gouvernement ne doit pas empêcher la présidence d’appliquer la loi », croit Mortimé, qui appelle la présidence à ne pas consolider l’impunité dans le pays.

Ces déclarations ont été faites en marge d’une conférence-débat à l’occasion des « vendredis de la plateforme’’, un rendez-vous mensuel de la Pohdh.

Amnistie pour Duvalier ?

Dans un entretien accordé à un média canadien, Martelly avait déclaré qu’il envisageait d’accorder amnistie aux anciens chefs d’État haïtiens, accusés d’avoir causé du tort à la nation haïtienne.

Parmi ces chefs d’État, figure Jean Claude Duvalier, sous le coup de plusieurs plaintes pour crimes contre l’humanité en Haïti.

« On ne s’empressera pas de prendre des décisions, mais la tendance veut que je penche du côté de l’amnistie et de la clémence (…) », avait déclaré Martelly.

Mais, « Martelly n’a pas la compétence pour amnistier (Jean-Claude Duvalier ) concernant ces crimes (disparitions , meurtres) », rappelle Antonal Mortimé.

On ne peut amnistier que pour des « raisons politiques », non pas en cas de crimes contre l’humanité, explique t-il.

Un gouvernement, qui gracie des criminels, commet de l’impunité et « sape la notion d’égalité », avertit la plateforme des organisations haïtiennes de droits humains.

De retour en Haïti le 16 janvier 2011, après 25 ans d’exil en France, l’ancien dictateur Jean-Claude Duvalier fait l’objet de diverses plaintes.

Des victimes de son régime, de 1971 à 1986, ont déposé des plaintes contre lui devant la justice haïtienne.

Mis sous résidence surveillée, l’ancien dictateur circule, malgré tout, comme bon lui semble.

Ses avocats avancent que la notion de crimes contre l’humanité est frappée de prescription. Cela signifie que, passé un temps, toutes démarches en justice pénale ou civile seraient jugées refusables contre un présumé criminel.

Ce temps s’étend sur 10 ans, selon le code d’instruction criminelle (haïtien), souligne Joseph Céus, doctorant en droit à l’Université Laval (Canada).

Cependant, « la prescription n’existe pas en matière de droit international ». ajoute Céus.

En effet, le concept de crimes contre l’humanité, retenus contre Jean-Claude Duvalier (dit Baby doc), est du domaine « du droit international », précise Céus.

« La prescription ne prévaut pas, quand il y a empêchement », déclare t-il, faisant référence à l’absence (physique) de Duvalier du pays pendant 25 ans.

« Le gouvernement haïtien doit accepter l’aide de l’organisation des Nations-Unies (Onu) pour un procès équitable contre Duvalier », conclut Mortimé, qui évoque l’appui technique promis par l’Onu au début du mois de février 2011 dans le cadre de cette affaire. [rh kft rc apr 29/08/2011 10:30]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :