jeudi 15 septembre 2011

15 Sep

Sécurité du Président:

Le RNDDH se prononce contre la mise à l’écart de la PNH

15/09/2011 14:23:00 Auteur(e) La Redaction

imageLe directeur exécutif du Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH), M. Pierre Espérance, dénonce la présence d’individus lourdement armés assurant la sécurité rapprochée de hauts dignitaires de l’Etat et qui ne font pas partie de l’unique force publique reconnue, en l’occurrence la Police Nationale d’Haïti (PNH).

Dans une interview accordée mercredi à Radio Kiskeya, le responsable de l’organisme des droits humains se dit préoccupé par une telle anomalie. Il rappelle la situation qui avait prévalu sous Aristide (2001-2004) quand la police avait été politisée et des corps paramilitaires constitués. Il relève que le comble avait alors été atteint quand le Président Aristide avait fait appel à une firme internationale de sécurité, au mépris de la force publique nationale devant remplir une telle fonction.

« C’est à l’intérieur de la PNH que doit être constituée une unité chargée de la sécurité rapprochée des hauts dignitaires », insiste M. Espérance. Il justifie sa position par le fait que, tout en créant des frustrations au sein de la PNH, la présence d’individus armés plonge dans l’embarras l’Inspection générale de la police qui ne peut en aucune manière sanctionner les éventuelles infractions commises par ces derniers.

En ce qui concerne la sécurité présidentielle, le responsable du RNDDH déclare ne voir aucun inconvénient au fait que puissent s’en occuper les trois unités spécialisées USGPN, USP et CAT Team du Palais National (siège de la Présidence).

« Tout devrait être entrepris afin de ne pas affaiblir la principale force publique nationale », insiste M. Espérance. Il met l’accent sur la nécessité de renforcer les efforts déployés depuis 2006 en vue de la professionnalisation de l’institution policière.

Le directeur exécutif du RNDDH a enfin souhaité que les lois régissant le processus de réintégration au sein de la PNH soient strictement respectées, en référence à des informations selon lesquelles des démarches en ce sens seraient en cours en faveur de plusieurs ex-policiers proches des autorités issues des dernières élections. [jmd/Radio Kiskeya]

 

Mario Andrésol va enquêter sur des révélations du RNDDH

Le Nouvelliste – 15/09/2011 07:44:00 Auteur(e) La Redaction

imageNos décisions sont respectueuses des lois et des règlements de la Police nationale d’Haïti. Le directeur général de la PNH, Mario Andrésol, a fait ces déclarations ce mardi sur les ondes de Radio Magik 9 en réponse aux révélations du directeur exécutif du RNDDH, Pierre Espérance, qui, vingt quatre heures auparavant sur la même station de radio, avait dénoncé d’anciens policiers qui souhaitent réintégrer l’institution en dehors des règlements. Ces anciens agents sont âgés de plus de trente cinq ans ou ont laissé l’institution il y a plus de cinq ans, selon Pierre Espérance, qui a précisé que les lois régissant le fonctionnement de la PNH interdisent la réintégration de cette catégorie d’ex-policiers .
« Les règlements internes de la PNH prévoient les procédures de réintégration de ses anciens cadres. Et nous faisons tout pour les respecter. En tant qu’organisme de défense des droits de l’homme, le RNDDH peut bien avoir ses sources. », s’est contenté de dire Mario Andrésol, qui n’a pas voulu confirmer ni infirmer les informations avancées par le directeur exécutif du RNDDH.
Pierre Espérance avait aussi dénoncé la présence d’hommes armés garantissant la sécurité du chef de l’Etat, qui ne feraient partie ni de la PNH ni d’aucune compagnie de securité privée locale ou étrangère. « Nous allons discuter avec les autorités concernées pour vérifier la véracité de ces informations », a promis Mario Andrésol avant de préciser qu’il existe parmi les agents de la sécurité du président de la République des policiers en civil. Ce sont les agents de l’USP qui sont beaucoup plus rapprochés du chef de l’Etat. Quant aux agents de l’USGPN et du Cat Team, ils sont spécialisés dans la sécurisation des périmètres et dans les embuscades, à en croire Mario Andrésol.
L’affaire Fritz Jean, un dossier classé

Nous n’allons pas revenir sur cette affaire qui est un dossier classé, a dit Mario Andrésol très en colère. Le responsable de l’institution policière rejette l’idée qu’il pourrait y avoir conflit entre lui et l’ancien inspecteur général en chef de la PNH. « Il ne peut pas y avoir conflit ni tension dans une institution hiérarchisée comme la PNH. Dans ce genre d’institution, on ne fait qu’exécuter des ordres. Quand elles ne sont pas exécutées, les contrevenants sont sanctionnés. Dans le cas de Fritz Jean, c’était la révocation » , a indiqué le haut gradé de la police nationale, qui compare à un « amalgame » la démission de Fritz Jean qui a été déjà limogé.
Mario Andrésol flagelle le comportement de l’ancien inspecteur général en chef de la PNH dans l’affaire de l’ex- commissaire de Pétion-Ville, Vanel Lacroix, incarcéré au pénitencier national depuis plus d’une semaine. « L’inspecteur n’a pas été autorisé à divulguer le rapport d’enquête dans l’affaire Serge Démosthène impliquant l’ancien commissaire de Pétion-Ville et cinq autres policiers », a fait savoir le D.G., qualifiant de rébellion et d’insubordination l’acte de Fritz Jean.
Dans sa lettre de démission, l’ancien inspecteur général avait critiqué Mario Andrésol qu’il dit avoir voulu saper ses efforts. Il avait aussi condamné le D.G. qui avait pris la décision de transférer Jude Altidor, le seul inspecteur qu’il avait à son service. « L’inspection générale relève de la Direction générale. J’ai le droit de transférer qui je veux » , a fait remarquer le patron de la PNH, qui croit que Fritz Jean aurait mieux fait de lui demander de laisser Jude Altidor à son service au lieu d’aller le dénoncer dans la presse.
La PNH fait le maximum avec le minimum
« La police nationale est en train de faire face à de nombreuses difficultés. Elles sont liées à un manque de ressources humaines, matérielles et financières. Mais on essaie de donner le meilleur de nous-mêmes », assure Mario Andrésol, qui croit que des mesures doivent être adoptées en vue de permettre à l’institution de remplir pleinement sa mission par rapport à tout éventuel retrait des forces des Nations unies en Haïti, tel que souhaité par de nombreux secteurs dans le pays.
Danio Marius Source: Le Nouvelliste

 

Haïti-Republique Dominicaine :

Rencontre prévue entre Martelly et Troncoso

P-au-P, 15 sept. 2011 [AlterPresse] — Une rencontre est prévue le 19 septembre prochain entre le président haïtien Michel Joseph Martelly et le ministre des relations extérieures de la République Dominicaine, Carlos Morales Tronconso, apprend AlterPresse.

La rencontre aura lieu dans un hôtel de New York et entre dans le cadre de l’Assemblée générale des Nations Unies, selon le site d’information dominicain Espacinsular, citant Carlos Troncoso.

Des ministres des différents pays donateurs d’Haïti y prendront également part.

L’Assemblée générale des Nations Unies a ouvert le 13 septembre sa 66e session de travail. Du 21 au 27 septembre, les chefs d’Etat et de gouvernement s’adresseront à l’Assemblée lors du débat général. [kft gp apr 15/09/2011 12 :53]

 

La preuve de la résidence haïtienne de M. Conille est au centre du débat sur la ratification

De nombreux législateurs affirment qu’ils accorderont un vote favorable au Premier Ministre désigné si son dossier est conforme aux prescrits de l’article 157 de la constitution. Cette expression est utilisée par la plus grande majorité des élus. Pourtant leurs avis sont partagés. Certains sont plutôt favorables et d’autres opposés à la ratification de Gary Conille, connu pour être le chef de cabinet de l’Envoyé spécial de l’ONU, Bill Clinton.
Le président du sénat, Roudolph Joazile a peut être révélé le sentiment de nombreux législateurs. Il estime que les parlementaires tiendront compte de l’avis des experts en relations internationales pour décider de l’éligibilité ou non de M. Conille.
Le débat se porte essentiellement sur la preuve de la résidence haïtienne de l’ex haut fonctionnaire de l’ONU. Les experts feront référence à plusieurs accords et conventions internationales, dont la convention de vienne sur les relations diplomatiques et la convention de l’ONU sur les privilèges et immunités, pour conforter leurs argumentaires.
L’éminent professeur de droit public, l’ancien ambassadeur Denis Régis, assure que la résidence haïtienne de M. Conille peut être prouvée en raison de ses attaches. Contrairement à d’autres spécialistes il soutient que le Niger a été un lieu d’affectation pour ce haut fonctionnaire de l’ONU.
Dans le même temps M. Regis soutient que les fonctionnaires de l’ONU sont munis d’un laissez-passer délivré par l’organisation qui ne peut délivrer des passeports.
Des parlementaires de l’Inité qui avaient rejeté les deux Premiers Ministres désignés ainsi que les députés membres de la majorité fonctionnelle, réputés proches du chef d’Etat, entendent respecter les prescrits de l’article 157. Le lecture de cet article à la lumière des conventions internationales risque d’être différente d’un élu à l’autre.

LLM / radio Métropole Haïti

 

Un nouveau groupe veut prendre les commandes de la chambre basse

imageLa nouvelle majorité fonctionnelle constituée de plus d’une cinquantaine de députés issus des différents blocs, vient de mettre sur pied un comité provisoire en vue de travailler sur un ensemble de thématiques, dont le processus de ratification du premier ministre désigné, la réouverture des classes prévue pour le mois prochain.
Ce comité-directoire composé d’une douzaine de parlementaires, parmi lesquels le député Fritz Cherry, le député Danton Leger, l’élu d’Aquin, Fritz Gerald Bourjolly, le député Abel Descolines de Mirebalais/Boucan Carré, critique énergiquement les membres de l’actuel bureau de la chambre basse qui trainent des pieds sur un certain nombre de dossier dont le traitement serait crucial pour la population.
« Cette nouvelle majorité entend apporter une réponse formelleet célère aux grandes questions d’intérêt public telles, le phénomène de l’insécurité, la relance de la production nationale, et permettre au pays de recouvrer sa souveraineté », a lâché le député Abel Descolines.
En ce qui à trait au candidat à la primature, M. Garry Conille, l’élu de Mirebalais/Boucan Carré a affirmé qu’ils n’ont pas encore de position arrêtée, ajoutant toutefois qu’ils sont préoccupés par la mise en place d’un gouvernement au plus vite.
Cette nouvelle majorité de 59 députés qui avait donné une démonstration de sa force le jour du vote de fermeture de la deuxième session ordinaire, en infirmant le quorum dans un premier temps, réunit des membres du PDP, du RPC ainsi que des dissidents du GPR.

GA/ Radio Métropole Haïti

 

Le dossier de ratification prêt pour la fin de semaine ?

15/09/2011 11:24:07

Haïti - Politique : Le dossier de ratification prêt pour la fin de semaine ?Selon le Secrétaire-rapporteur, Abel Descolines de la Commission Spéciale chargée de l’examen des pièces du Premier Ministre désigné, le Dr. Garry Conille, « La Commission maintient sa promesse jusqu’à présent, à savoir remettre le rapport final de son travail au bureau à la fin de cette semaine »
La commission travaille sans relâche depuis lundi afin de respecter sa promesse, a rappelé le Secrétaire-rapporteur, précisant que la Commission n’avait pas jusqu’à présent, rencontrée de difficultés avec les pièces du Dr. Conille. Toutefois, Abel Descoline a fait savoir, qu’un retard dans la rédaction finale du rapport est toujours possible en raison d’un changement sur la méthodologie, décidée par la Commission. En effet, plutôt que constituer des sous-groupes de Députés chargés de la vérification de l’authenticité des pièces du candidat, le Commission à décidé de demander par écrit aux responsables des institutions concernées, de confirmer leurs signatures… Mercredi plusieurs de ces confirmations étaient toujours attendues. De plus, les membres de la Commission entendent recueillir les avis de plusieurs experts sur la question de la résidence du Dr. Conille.
Concernant la date du vote de ratification du Premier Ministre désigné, le Député Descolines a précisé que ce n’était pas la Commission de fixer cette date « c’est au Président de la Chambre basse qu’il revient de fixer une date pour la séance de ratification après avoir reçu le rapport de la Commission. »
Au Sénat, le Président Rodolphe Joazile annonce la formation la Commission spéciale chargée de l’analyse des pièces déposées pour mardi prochain prochain, «SI» la Commission de la Chambre basse respecte ses délais et ratifie le Premier Ministre désigné.
«… Nous avons entendus beaucoup de membres de la Commission de la Chambre basse qui ont dit, que d’ici la fin de la semaine, ils vont remettre leur rapport. S’il présente leur rapport à l’assemblée c’est qu’ils vont voter […] je ne sais pas quel jour il ont choisi pour la ratification, ils peuvent le faire vendredi, samedi ou même lundi […] s’il le font en fin de semaine, mardi prochain nous nous saisirons du dossier […] nous aurons une rencontre pour choisir les Sénateurs qui seront dans la Commission, et ce même mardi, nous tiendrons une séance pour remettre à cette Commission le dossier du Dr. Conille […]
…à mon avis cela va prendre moins de temps au niveau du Sénat parce qu’il y a déjà un travail préliminaire de fait […] admettons que le Commission de la chambre des députés dit qu’elle a été à l’immigration et qu’on lui a donné un document […] et que ce document nous ai transféré, nous allons seulement vérifié son authenticité, car nous faisons confiance à nos collègues Députés […] cela va nous permettre de diminuer le temps que nous auront à travailler sur le dossier.
Nous avons toujours dit que le Dr. Conille n’avait pas vécu dans le pays depuis un certain temps, nous n’avons pas les données en main pour dire depuis combien de temps, si tel est le cas, nous devons examiner le dossier à la lumière de la Constitution haïtienne, la Constitution est claire, elle dit qu’il fait avoir 5 ans de résidence dans le pays.
La deuxième chose, il faut que nous l’étudions aussi à la lumière des traités, conventions et accords qu’Haïti a signé et ratifié […] et du droit international, dans la mesure où le statut des employés de l’ONU est plus ou moins particulier. Maintenant, si ce n’est pas conforme à la Constitution ok, mais si Haïti étant membre fondateur de l’ONU, et qu’il y a une façon [?], les experts vont approcher la question. Dépendemment de la façon dont ils vont approcher la question, les Sénateurs vont décider en fonction de leurs avis. »
HL/ HaïtiLibre

 

Ratification : La présidence est serein et optimiste

Jeudi, 15 Septembre 2011 15:12

JuraLucienQuatre mois après la prise de fonction du président Michel Martelly, la présidence est calme et optimiste a fait part mercredi de son calme et son optimisme par rapport au processus de ratification du choix de Gary Conille comme premier. C’est ce qu’a déclaré Lucien Jura, porte-parole de la présidence lors d’un point d’une rencontre avec la presse mercredi au Palais National.

Lucien Jura a fait état d’une atmosphère très cordiale entre l’Exécutif le Parlement dans le cadre de la ratification du choix d’une troisième personnalité pour diriger le prochain gouvernement tout en se félicitant des pas franchis.

« Les discussions se poursuivent. Comme vous le savez, des pas ont été franchis avec le dépôt des pièces du premier ministre désigné par devant la Chambre des Députés. Une commission a été formée (…) au niveau de la présidence, nous sommes sereins, calme et optimiste en ce qui a trait à la mise sur pied d’un gouvernement », a déclaré Lucien Jura qui a salué la volonté de parlementaires à œuvrer en ce sens.

Le changement prôné par le président Martelly ne peut être possible sans qu’un gouvernement ne s’installe au pays, a ajouté Lucien Jura qui a dit espérer que d’ici à ce week-end, les députés donnent feu vert au docteur Gary Conille pour accéder à la primature.

Le président Michel Martelly n’a aucun intérêt à faire passer du temps, a répondu par ailleurs le porte-parole de la présidence à une question d’un journaliste portant sur la position selon laquelle le chef de l’Etat n’aurait pas encore l’intention de diriger avec un premier ministre.

Pour Joseph Lucien Jura, si deux candidatures à la primature ont déjà été rejetées, c’est tout simplement parce que le parlement est une instance hautement politique. Il croit que les besoins urgents de la population, les problèmes liés à l’environnement, à l’agriculture, entre autres, imposent la mise en place d’un gouvernement légitime.

Lucien Jura est intervenu également sur le dossier de la Minustah dont le départ est exigé à travers le pays. Selon lui, le président de la République est attentif à  l’appel au retrait des forces onusiennes. Mais, a-t-il expliqué, cela doit se faire progressivement en attendant la mise sur pied d’une force substitutive.

Au sujet des manifestations organisées pour exiger le départ des soldats étrangers, le porte-parole de la présidence a rappelé la nécessité qu’elles se tiennent dans le cadre de la loi.

 

Mission de haut niveau de l’ONU pour enquêter sur le viol d’un Haitien de 18 ans par des casques bleus uruguayens

P-au-P., 15 sept. 2011 [AlterPresse] — Le secrétaire général de lONU, Ban Ki-moon, a envoyé en Haiti trois hauts responsables des Nations Unies afin de rencontrer le commandement de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) à propos du viol d’un Haitien de 18 ans par 3 casques bleus uruguayens.

L’ ;équipe est menée par le Sous-Secrétaire général des Nations Unies à l’appui aux missions, Anthony Banbury, et comprend également le Conseiller militaire de Ban Ki-moon, le général Babacar Gaye, et la Conseillère du Secrétaire général en matière de police, Ann-Marie Older, indique le porte-parole du Secrétaire général, Martin Nesirky.

L’équipe dont la mission est de renforcer la politique de « tolérance zéro » qui doit prévaloir au sein de l’ONU rencontrera aussi les autorités haïtiennes, ajoute la même source.

Le 27 août 2011, la MINUSTAH a été saisie d’allégations de violations graves du Code de conduite des Nations Unies par plusieurs membres de son personnel.

Le Commandant de la Force a instruit la police militaire de recueillir toutes informations concernant l’identité des victimes, témoins et suspects. Il a également ordonné au Commandant du contingent uruguayen de conduire une enquête préliminaire sur l’incident.

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour Haïti, Mariano Fernandez, a pour sa part ordonné le confinement des soldats accusés d’être impliqués dans cet incident pour s’assurer qu’ils ne puissent exercer aucune influence sur le déroulement de l’enquête.

Dans une lettre ouverte rendue publique mercredi, M. Fernandez s’est dit « profondément choqué et attristé d’avoir appris (…) que des soldats de la MINUSTAH auraient eu un comportement abusif et dégradant envers un jeune Haïtien ».

« Aux Nations Unies, il s’agit de ’Tolérance Zéro’ en ce qui concerne tout manquement de son personnel à ses obligations de respecter les standards de conduite attendus d’un fonctionnaire international. Le respect absolu de la dignité et de la souveraineté du peuple et du pays hôtes, de ses traditions et de sa culture figure parmi ces obligations », a-t-il indiqué.

Il a assuré que l’ONU effectue « le suivi avec le pays d’origine des suspects pour s’assurer, le cas échéant, qu’ils soient traduits en justice et que les sanctions appropriées soient appliquées.

Les Nations Unies ont également une stratégie d’appui aux victimes d’exploitation et abus sexuels et nous comptons la mettre en pratique ».

Les abus commis par les soldats uruguayens ont terni l’image de la MINUSTAH, reconnait Fernandez. Mais les actes de quelques uns ne devraient pas ternir aussi celle de milliers de personnels, militaires, policiers et civils qui servent la MINUSTAH et Haïti de façon irréprochable depuis 2004 », conclut-il. [gp apr 15/09/2011 00 :45]

 

Un important chef de gang arrêté à Cabaret

Jeudi, 15 Septembre 2011 14:56

La police de Cabaret, supporté par des agents de l’Unité Départementale de Maintien d’Ordre (UDMO), a procédé mercredi à l’arrestation du nommé Wagner St-Hilaire, présumé chef de gang présenté comme dangereux.

Selon des sources policières régionales, Wagner St-Hilaire était évadé du pénitencier national à Port-au-Prince à la faveur du tremblement de terre du 10 Janvier 2010. Depuis, il dirige un important gang qui se spécialise dans le vol, le viol et le kidnapping.

« Ses hommes ont pris l’habitude de piller les camions du transport en commun, dévaliser les passagers dont certains sont entrainé dans les bois pour subir de viols collectifs », a expliqué un agent du commissariat de Cabaret.

Gardé en détention provisoire dans le commissariat de Cabaret jusqu’à ce jeudi, Wagner St-Hilaire allait être transférer à la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ).

C’est le deuxième présumé chef de gang que la police a interpellé en moins d’une semaine. Vendredi, William Baptiste, lui aussi évadé de prison au passage du tremblement de terre, a été épinglé à Dame-Marie, dans la Grand-Anse (Sud-ouest d’Haïti) à l’occasion de la présence du président Michel Martelly dans la région.

 

Le directoire de l’OPL donne son mot d’ordre à ses parlementaires

Les dirigeants de l’OPL, ont demandé aux députés et sénateurs de cette formation politique d’accorder uun vote favorable au premier ministre désigné, Garry Conille, si ses pièces sont conformes aux exigences faites par la constitution en son article 157.
« Cette première étape étant technique, nous sommes déjà prêts à voter en faveur de Garry Conille si et seulement si son dossier répond aux exigences constitutionnelles », a affirmé le sénateur Melius Hyppolite précisant que le directoire de son organisation politique(OPL) demeure accroché à la loi-mère.
Par ailleurs, le premier ministre désigné s’était entretenu mardi dernier avec les responsables de l’ALTERNATIVE, plateforme dont l’OPL est membre, autour de sa vision pour le pays, les stratégies qu’il entend mettre en place s’il devient chef de gouvernement, a rapporté le sénateur Melius Hyppolite. Avouant qu’il n’avait pris part à cette rencontre, le deuxième secrétaire du sénat explique toutefois que cet entretien a permis aux têtes de pont de l’ALTERNATIVE d’évaluer la capacité politique du prétendant à la primature. Contrairement aux autres formations politiques qui négocient le partage du pouvoir avec l’exécutif, l’Organisation du Peuple en Lutte ne réclame rien d’autres que le respect intégral de la constitution, selon le nouveau coordonateur général du parti, le professeur Sauveur Pierre Etienne.
GA/Radio Métropole Haïti

 

Quinze citoyens parlent des cent premiers jours de Martelly

Un ouvrage au vitriol de 256 pages, sous la direction de Fred Brutus, qui présente les points de vue de quinze personnalités haïtiennes triées sur le volet, pour évoquer les cent jours de présidence de Michel Martelly. Il s’agit de: Monferrier Dorval, Pierre Raymond Dumas, Edouard Francisque, Paul R. Latortue, Youri Latortue, Georges Michel, Evans Paul, Gotson Pierrre, Jocelerme Privert, Yvens Rumbold, Ronald Saint-Jean, Daniel Supplice, Lyonel Trouillot et Daly Valet. Chaque texte livre un point de vue, une analyse et met en perspective les raisons qui n’ont pas permis d’asseoir un gouvernement dans le pays.
La presse locale, l’équipe de communication du président Martelly et même l’homme de la rue ont chacun, à leur manière, abondamment commenté les trois mois au pouvoir du chef de l’Etat. Mais l’ouvrage produit par Fred Brutus est un véritable diagnostic diligenté par un panel de citoyens rompus à la politique, au journalisme, à l’écriture, à l’économie, à l’histoire, et j’en passe. Des analyses assez pointues font un décryptage psychologique, sociologique et même romanesque assez poussé du président de la République. D’aucuns en font des éloges comme Edouard Francisque, Daniel Supplice ou encore le journaliste et historien Georges Michel. Ce dernier souffle le chaud et le froid, alors que l’économiste et professeur d’université Paul R. Latortue propose des pistes qui pourraient permettre à Haïti de se démarquer de son niveau de développement actuel. Il prône le compromis pour éviter la casse.
A propos de Georges Michel, ce dernier se défend d’avoir vu, avant tous les autres, briller l’étoile Martelly depuis les années 90, du fait de l’immense popularité dont jouissait déjà l’artiste à l’époque. «Martelly a accédé, avec sa musique, à un niveau d’autonomie qui lui a permis de convaincre les populations de l’authenticité et de la sincérité de son engagement», souligne-t-il. L’historien fait une présentation élogieuse du style Martelly, de son impressionnante filiation, ses liens avec son cousin Richard Morse. La première dame est tout autant auréolée. Si pour Georges Michel Martelly est la chance à saisir, il ne fait pas moins part de ses inquiétudes en parlant d’une « petite clique qui entoure et monopolise le président, considéré comme son bien personnel, sa propriété privée. »
L’écrivain Lyonel Trouillot note que succéder à René Préval relève de la gageure : « Il faut recoller les morceaux éparpillés de l’Etat, travailler avec des parlementaires qui rappellent les sept mercenaires avant leur histoire d’amour avec un village mexicain, convaincre les ONG, la communauté internationale qu’il faudra désormais compter avec une politique publique ».
« Vouloir sans pouvoir est la perception qui transpire chez cet homme qui semble animé de bonne volonté, dans l’ambiance de cette profonde crise de société ayant facilité son accession à la présidence du pays », écrit Evans Paul.
Le journaliste et homme de plume Pierre Raymond Dumas dresse un portrait sans fard du président Martelly et estime « qu’il lui faut désormais beaucoup plus d’énergie et de discipline, de clairvoyance, de sensibilité et de générosité pour diriger, pour « nager » dans cet océan de crises nationales et internationales récurrentes, pour que son rêve ne se transforme pas en fin de compte en cauchemar ».
Le livre de Fred Brutus participe d’une démarche originale, l’auteur ayant sollicité les impressions d’un groupe de citoyens de divers horizons pour parler des trois mois de présidence du premier mandataire haïtien. Le choix des personnes est discutable, car il se trouve qu’une majorité d’intervenants n’avait pas forcément voté pour le candidat Martelly et aurait donc sauté sur cette occasion pour vider leurs a priori.
Le point de vue des femmes haïtiennes n’a pas été sollicité non plus. Cette stigmatisation sexiste ne s’explique pas dans une société où la parité de genre est un défi permanent.
Des changements notables peuvent-ils avoir lieu en 100 jours, même au cas où il y aurait eu un Premier ministre et un gouvernement fonctionnels ? Cependant, les propos véhiculés dans le livre de Fred Brutus devraient permettre à l’équipe au pouvoir de prendre le pouls de certaines opinions et de rectifier le tir.
Belmondo Ndengué

 

Les titres de l’actualité sur Vision 2000

mercredi 14 septembre 2011 à 21:09

Une manifestation,  pour exiger le départ de la Minustah, organisée par des étudiants de l’Université d’Etat d’Haïti, réprimée dans le sang par la Police nationale ce mercredi au Champs de Mars. Bilan : Plusieurs manifestants blessés  et deux journalistes  sauvagement battus par des agents de la PNH . Il s’agit de David François de Canal 11 et de Sœurette  Johanne de Scoop FM (une chaine de télévision et une station de radio).

Plusieurs centaines de membres des Ex- Forces armées d’Haïti ont gagné les rues ce mercredi. L’objectif était de demander au président Michel Joseph Martelly d’honorer sa promesse de remobiliser les FADH.

Arrestation ce mercredi à Cabaret du dangereux chef de gang Vagner Saint-Hilaire. 3 armes à feu ont été saisies en la résidence du repris de justice, spécialisé dans le vol  de véhicule et le viol, selon le responsable du commissariat de Cabaret (Nord d’Haïti), l’inspecteur Joachim Antoine.

Un nouveau chef à la tête du Parquet de Port-au-Prince. Il s’agit de Maître Félix Léger qui était jusque là substitut du commissaire du gouvernement, avons-nous appris. Maître Léger remplace à ce poste Me. Sonel Jean François, limogé, d’il y a deux semaines.

Le nouveau directeur régional du programme alimentaire mondial pour l’Amérique  latine  et les Caraïbes s’inquiète du niveau de l’insécurité alimentaire en Haïti. Plus d’un an et demi après le tremblement de terre, la faim demeure un problème pour beaucoup d’Haïtiens estime Gemmo Lodesami qui vient d’effectuer une visite de 3 jours au pays.

 

Haïti/Une constitution en veilleuse au profit des « questions importantes » ?

mercredi 14 septembre 2011 à 19:34

La position de la majorité fonctionnelle à la Chambre basse semble ne pas dépendre uniquement de la conformité du dossier du premier ministre désigné avec les prescrits constitutionnels.

Les députés membres de ce Groupe entendent faire part de leurs préoccupations au président de la République sur des questions importantes, fait savoir l’un d’entre eux, Fritz Gérald Bourjolly.

L’élu d’Aquin (Sud d’Haïti) explique, par exemple, que les représentants des circonscriptions réunis au sein du G-58 (le nouveau groupe majoritaire à la Chambre basse) voudraient être consultés autour de la nomination des Vice-délégués et des Commissions municipales.

 

La police disperse une violente manifestation appelant au départ de la MINUSTAH

Le ciel du Champ de Mars était noir de fumée et les activités paralysées dans ce secteur de la capitale mercredi quand des agents de la CIMO ont lancé des gaz lacrymogènes contre des étudiants qui les affrontaient à coups de pierres

Publié le mercredi 14 septembre 2011

Le Champ de Mars (place centrale de Port-au-Prince) a vécu mercredi une journée extrêmement mouvementée en raison de heurts violents ayant opposé des agents de l’unité anti-émeute de la Police Nationale (CIMO) à des manifestants, notamment des étudiants, qui réclamaient le départ de la mission onusienne (MINUSTAH) qualifiée de « force d’occupation ».

Les forces de l’ordre ont fait usage massivement de gaz lacrymogènes pour disperser les protestataires retranchés pour la plupart dans l’enceinte de la faculté d’ethnologie.

Ces émanations toxiques allaient incommoder certains des manifestants, des déplacés internes vivant sous les tentes et même des malades de l’hôpital de l’Université d’Etat d’Haïti (HUEH) qui n’ont pas caché leur mécontentement devant l’attitude de la police. Les protestataires ont riposté en caillassant les véhicules de police autour desquels les agents de la CIMO avaient pris position pour lancer des bombes lacrymogènes et tenter de reprendre le contrôle de la situation.

Parallèlement aux jets de pierres à répétition, des barricades de pneus enflammés ont été érigées sur les artères situées dans le périmètre de la faculté d’ethnologie où les activités étaient paralysées et la circulation rendue impossible durant une bonne partie de la journée.

Reprochant à la PNH de chercher à étouffer l’expression de revendications légitimes, les étudiants, soutenus par des représentants d’autres secteurs de la population, ont juré de maintenir intact l’élan de la mobilisation jusqu’au retrait total des troupes de la MINUSTAH dont la présence sur le territoire national serait porteuse de tous les malheurs. A titre d’exemple, ils ont rappelé le crime sexuel dont a été victime, en juillet dernier, un jeune compatriote sauvagement sodomisé par quatre casques bleus uruguayens basés à Port-Salut (sud).

Sur ce point justement, les protestataires s’en sont pris au Président Michel Martelly accusé d’avoir géré avec beaucoup de légèreté une affaire aussi grave en se contentant d’émettre une simple condamnation de principe.

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban ki-moon, a sollicité du Conseil de sécurité le renouvelement pour une année supplémentaire du mandat des casques bleus qui arrive à terme le mois prochain. spp/Radio Kiskeya

 

Haïti – Reconstruction :

L’Espagne juge l’absence d’un gouvernement préjudiciable

14/09/2011 15:48:07

Haïti - Reconstruction : L’Espagne juge l’absence d’un gouvernement préjudiciableL’Ambassadeur d’Espagne en Haïti, Manuel Hernández Ruigómez, a rencontré mardi le Président Martelly, au Palais Nationale pour discuter de questions bilatérales entre les deux pays.
Au sortir de cette réunion, l’Ambassadeur a déclaré que le manque de Premier Ministre avait une grande influence sur le pays et que l’Espagne, tout comme la Communauté Internationale avait besoin d’un gouvernement, d’un interlocuteur avec lequel ils pourront prendre des décisions au sujet de la reconstruction d’Haïti.
Le diplomate à souligné qu’actuellement le Président ne disposait que de son cabinet ce qui limitait grandement les prises de décisions importantes. Il a également souligné que depuis l’accession au pouvoir de Président Martelly, la Commission Intérimaire pour la Reconstruction d’Haïti (CIRH) n’avait eu qu’une seule réunion au lieu de trois. Rappelant que la CIRH, sert à canaliser les sommes que la communauté internationale s’est engagée à fournir à Haïti dans les prochaines années, l’Ambassadeur considère en l’absence d’un gouvernement, que la situation est dans une impasse, ce qui est préjudiciable pour Haïti.
BF/ HaïtiLibre

 

Un groupe pro Martelly revendique des postes de délégués

mercredi 14 septembre 2011

P-au-P, 14 sept. 2011 [AlterPresse] — Plusieurs dizaines de personnes qui déclarent appartenir à la « Base de Michel Joseph Martelly » (BMJM), un regroupement populaire supportant le président, ont gagné les rues ce mercredi 14 septembre, constate AlterPresse.

La manifestation a provoqué un intense embouteillage dans la matinée au niveau de Delmas (Nord de la capitale), alors qu’elle prévoyait de se rendre devant le palais national. Deux autres manifestations ont convergé vers le même espace.

Selon les manifestants de la BMJM, leur mouvement vise à réclamer un meilleur « partage du pouvoir » en ce qui a trait au choix des dix délégués départementaux.

Le coordonnateur national de la BMJM, Sauveur Gué, dit souhaiter la prise en compte des différentes bases ayant soutenu la candidature de Michel Martelly à la présidence, dans le choix de ces délégués.

Selon les manifestants le pouvoir que détient actuellement Martelly profite uniquement aux personnes bien nanties.

Brandissant des banderoles portant des slogans tels : « Prezidan Martelly BMJM ap mache avè w » (Président Martelly nous sommes à vos côtés), les manifestants ont renouvelé leur support au chef de l’Etat.

Manifester demeure cependant un ultime moyen pour raviver le souci de Martelly à respecter les promesses qu’il a faites, soutiennent-ils. Selon un manifestant, le président aurait promis à la BMJM 150 mille emplois.

La manifestation a poursuivi sa route à Delmas sous bonne escorte policière.

Au Champs de Mars où elle devait aboutir, une autre manifestation a causé une vague de tension. La place publique qui accueille des sans abris depuis le séisme du 12 janvier était noyée sous la fumée des gaz lacrymogènes lancés par les forces de l’ordre. [jep kft gp apr 14/09/2011 14 :30]

 

Haïti – Éducation :

Michaëlle Jean parle d’Haïti devant l’OEA

14/09/2011 14:07:31

Haïti - Éducation : Michaëlle Jean parle d’Haïti devant l’OEALe Conseil permanent de l’Organisation des États Américains (OEA) réuni hier en session extraordinaire, à reçu l’Envoyée spéciale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) pour Haïti, Michaëlle Jean.

L’Envoyée spéciale de l’UNESCO a salué les efforts de l’OEA pour aider Haïti à devenir un pays plus sûr et plus stable « il n’y a aucune autre organisation mieux adaptée pour mener à bien cette tâche » exhortant l’institution hémisphérique à jouer un rôle de catalyseur « Les relations entre tous les peuples d’Amérique doivent être renforcées et consolidées par des arrangements dynamiques de coopération. » et a appelé les pays membres de l’organisation hémisphérique à « construire des ponts, à activer des instances de coopération et à faciliter l’investissement dans les Amériques pou r la reconstruction d’Haïti » 


Dans son discours, Michaëlle Jean, a mentionné l’engagement de l’UNESCO dans la mise en œuvre du Pacte national pour l’éducation, initié par le Président Michel Martelly qui cherche à « mettre en place un système d’éducation, accessible, universel et de qualité. » 


Mme Jean à également parlé de « l’immense richesse de la culture haïtienne et de sa capacité de cohésion sociale dans son développement », qui, selon elle, « sont les véritables moteurs de la reconstruction d’Haïti ». À cet égard, elle a souligné que l’OEA « doit maintenir son engagement à construire, renforcer les capacités et être à côté d’Haïti en ce moment de grand besoin. »


Se référant à la récente commémoration du dixième anniversaire de la Charte, le représentant de l’agence de l’ONU a énumérés plusieurs éléments contenus dans le document et appelé à reconsidérer le sens des mots qu’il contient. « Parfois, nous devons nous rappeler la puissance de la signification des mots que nous utilisons chaque jour pour atteindre la substance. Je pense donc que nous avons une mission sacrée de croire en ces mots avec leur intention originale. »


Félicitant la présence de la représentante de l’UNESCO, Albert R. Ramdin, le Secrétaire Général de l’OEA a salué les « pensées inspirantes et les idées » présentées à l’ensemble du Conseil et a déclaré que « l’OEA a tenu Haïti comme l’une de ses priorités depuis sa fondation » insistant que cela allait continuer aussi longtemps que nécessaire « Notre approche ne se concentre pas seulement sur les problèmes et les défis, mais aussi sur la richesse et la créativité qui existe en Haïti » citant plusieurs initiatives que l’OEA a entrepris pour soutenir la reconstruction d’Haïti, notamment celles liées au renforcement de la démocratie, de la gouvernance et des projets d’État civils et de Cadastre.


Pour sa part, l’Ambassadeur Duly Brutus, Représentant permanent d’Haïti auprès de l’OEA, a salué le travail de Michaëlle Jean, principalement dans le domaine de l’éducation et reconnu que ses discours avaient contribué à ce que les pays des Amériques, se sentent plus proche de Haïti »


À la fin de la session, le Président du Conseil permanent et les Représentant permanents, ont souligné dans leurs interventions, les mots de la représentante des Nations Unies et lancé un grand appel à l’action et à la mobilisation en faveur d’Haïti.
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3774-haiti-politique-10eme-anniversaire-de-la-charte-democratique-interamericaine.html
S/ HaïtiLibre

 

Le Directeur Régional du PAM préoccupé par la sécurité alimentaire en Haïti

14 septembre 2011

À la fin d’une visite de 3 jours en Haïti, Gemmo Lodesani,  le nouveau Directeur Régional du Programme Alimentaire Mondial pour l’Amérique latine et les Caraïbes, a exprimé son inquiétude face au niveau d’insécurité alimentaire dans le pays.

« Beaucoup de travail a été accompli depuis le séisme, a-t-il déclaré, mais il y a encore 4,5 millions d’Haïtiens qui n’ont pas accès régulièrement à des quantités suffisantes d’aliments nutritifs. »

La plus récente enquête d’évaluation de la sécurité alimentaire, dirigée par la Coordination Nationale de la Sécurité Alimentaire et appuyée par le PAM, la FAO et d’autres partenaires, est en train d’être finalisée. Les résultats préliminaires indiquent que plus d’une année et demi après le séisme, la faim demeure un problème pour beaucoup d’Haïtiens.

Les prix des denrées alimentaires sont à la hausse dans le pays, ce qui ajoute un fardeau additionnel pour les familles qui tentent de se remettre des conséquences du tremblement de terre.

Cette visite en Haïti était le premier voyage officiel entrepris par Lodesani, qui est en poste au Panama. « Je suis venu pour réitérer l’engagement du PAM à soutenir le gouvernement haïtien avec des programmes de cantines scolaires, de nutrition et d’emplois temporaires», a-t-il affirmé.

Durant son séjour, le Directeur Régional du PAM a rencontré des représentants du gouvernement, des Nations Unies ainsi que des bâilleurs de fonds. Il a aussi visité un camp de Port-au-Prince où des milliers de personnes déplacées par le séisme vivent toujours sous des tentes. Il a pu voir comment le PAM travaille avec des organisations locales, dans ce cas-ci la Fondation pour le Développement et l’Encadrement de la Famille haïtienne, pour combattre la malnutrition. Au milieu du camp, des centaines de femmes enceintes ou allaitantes et d’enfants de moins de 5 ans malnutris reçoivent gratuitement de la nourriture fortifiée et des services médicaux.
« C’est important pour le PAM de continuer à appuyer des projets comme celui-ci, a déclaré Gemmo Lodesani. Ces services ont un impact positif et améliorent la santé à long terme de ces enfants».

Les opérations du Programme Alimentaire Mondial sont réalisées en collaboration étroite avec le gouvernement et en accord avec les priorités établies pour la reconstruction d’Haïti. Pour être en mesure de continuer ses programmes au niveau planifié jusqu’à la fin de l’année scolaire en juin 2012, l’agence a besoin de 50 millions $US additionnels. Le PAM est reconnaissant de la générosité de ses donateurs et compte sur leur soutien pour continuer à aider les Haïtiens à reconstruire leurs vies après le séisme dévastateur de 2010.

Le PAM est la plus grande agence humanitaire au monde. Chaque année, le PAM nourrit plus de 90 millions de personnes dans plus de 70 pays.

Le PAM met maintenant à disposition des flux RSS pour permettre aux journalistes de se tenir au courant des dernières dépêches, vidéos et photos au fur et à mesure que celles-ci sont publiées sur WFP.org.

Pour plus de détails, veuillez consulter : http://fr.wfp.org/news/feed

Pour plus d’informations, veuillez contacter (adresse e-mail : prénom.nom@wfp.org):
Stephanie Tremblay, WFP/Port-au-Prince, Tel. +509 3648 7738
Alejandro Lopez-Chicheri, WFP/New York, Tel. +646 556 6910

 

Haïti – Social :

António Guterres plaide pour l’enregistrement des naissances

14/09/2011 12:46:39

Haïti - Social : António Guterres plaide pour l’enregistrement des naissancesAntónio Guterres, le Haut Commissaire pour les Réfugiés (HCR), a effectué la semaine dernière une visite en Haïti. M. Guterres s’est entretenu avec le Premier Ministre sortant Jean-Max Bellerive, des membres du cabinet du Président Michel Martelly, le Représentant spécial du Secrétaire Général des Nations Unies en Haïti et Chef de la Minustah, Mariano Fernández Amunátegui et le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations Unies et Coordonnateur humanitaire, Nigel Fisher.
« Je suis venu pour discuter avec le gouvernement d’une question essentielle pour nous dans l’appui aux Haïtiens, surtout à l’étranger et particulièrement en République dominicaine : l’énorme besoin d’un système d’enregistrement des naissances et d’État-civil qui puisse aider à protéger les intérêts et les droits des Haïtiens dans leur pays et à l’extérieur », a indiqué M. Guterres.
Le HCR, dans le cadre d’un groupe inter agence de travail qu’il préside, et auquel participent également des organisations haïtiennes, travaille « à diagnostiquer l’état-civil en Haïti et trouver des recommandations à adresser au Gouvernement haïtien pour moderniser le registre civil, réduisant du même coup les dysfonctionnements du système tout en plaidant sur la nécessité pour le pays d’accéder aux Conventions internationales qui protègent les apatrides », explique Innocent Sangara, Administrateur de Protection au sein de l’agence.
En Haïti, seulement 25% des naissances sont enregistrés et de nombreux citoyens ont perdu leurs documents d’identification suite au séisme de janvier 2010. Dans le camp de Maïs Gâté 1, « entre 600 et 700 personnes, sur les quelque 1,500 qui y vivent, ont égaré leurs pièces d’identité lors du séisme ou suite aux sinistres causés par les intempéries » a fait savoir le coordonnateur du Comité de Secours de Maïs Gâté 1 (COSEM), Jean Prospère Destin. Et pour les déplacés vivant dans les camps, il est particulièrement difficile de s’en procurer de nouveaux. En outre, la plupart des migrants haïtiens sont en butte à d’énormes difficultés liées à leurs documents d’identification.
HL/ HaïtiLibre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :