vendredi 16 septembre 2011

16 Sep

Le Dr Garry Conille ratifié 89-0 par la Chambre des Députés

16/09/2011 17:27:36

Haïti - Politique : Le Dr Garry Conille ratifié 89-0Convoqués en Assemblée par Sorel Jacinthe, le Président du Bureau de la Chambre basse, les 89 députés présents, ont écouté Abel Descolines, Secrétaire rapporteur de la Commission Spéciale sur l’analyse des pièces du Candidat à la Primature, faire la présentation du travail de la Commission et ses recommandations.
…la Commission parlementaire spéciale a constatée que le dossier du Premier Ministre désigné, Dr. Garry Conille a soulevé des polémique doctrinales de toutes sortes, une analyse minutieuse de l’ensemble des pièces a été faite, tant à la lumière des prescrits constitutionnels qu’à celle des conventions internationales ratifiées par Haïti. Elle a pu présenter à l’Assemblée des députés non seulement des notes doctrinales sur la notion de résidence, mais encore des textes de loi obligatoire en vue de corroborer son argumentaire.
Elle ne s’est pas contenté d’analyser les pièces du dossier par une simple analyse des informations qu’elle fourni, mais également par une vérification de leurs Authenticités.
En conséquence, la Commission parlementaire spéciale, a le privilège de recommander à l’Assemblée de la chambre des députées d’accorder un vote favorable à la ratification du choix du premier Ministre désigné, le Dr. Garry Conille… »
Après une courte séance de moins d’une heure, l’ensemble de la Chambre basse à voté à l’unanimité la ratification du Dr. Garry Conille comme Premier Ministre.
Résultat du vote : 89 pour, 0 abstention, 0 contre

Du jamais vu, mais comme l’on dit au pays, en Haïti tout est possible, même l’impossible !
Le processus de ratification se poursuivra donc mardi prochain par l’analyse du dossier du Premier Ministre désigné par la commission du Sénat qui devrait être formé sous peu.
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3814-haiti-politique-le-president-martelly-a-rencontre-le-g16.html
http://www.haitilibre.com/article-3818-haiti-politique-le-premier-ministre-pourrait-etre-ratifie-par-les-deputes-aujourd-hui.html
http://www.haitilibre.com/article-3809-haiti-politique-tendance-favorable-au-dr-conille-mais-encore-beaucoup-d-incertitudes.html
http://www.haitilibre.com/article-3805-haiti-politique-pour-kelly-bastien-le-senateur-lambert-ne-parle-pas-au-nom-du-g16.html
http://www.haitilibre.com/article-3796-haiti-politique-nouvelles-declarations-autour-de-la-candidature-du-dr-garry-conille.html
http://www.haitilibre.com/article-3771-haiti-politique-nouvelles-declarations-autour-de-la-candidature-du-dr-conille.html
http://www.haitilibre.com/article-3756-haiti-politique-residence-ou-non-du-dr-conille-mirlande-manigat-explique.html
http://www.haitilibre.com/article-3754-haiti-politique-debats-passionnes-autour-de-la-candidature-de-garry-conille.html
HL/ HaïtiLibre

 

Le Président Martelly va s’exprimer à l’ONU

16/09/2011 10:22:18

Haïti - Politique : Le Président Martelly va s’exprimer à l’ONULe Président Michel Martelly doit quitter Haïti, dimanche 18 septembre, à la tête d’une importante délégation (1) pour les États-Unis afin de participer au débats généraux (21 au 27 septembre) de la 66ème Assemblée Générale de l’ONU, qui s’est ouverte à New York le 13 septembre dernier. Un débat sur Haïti est prévu ce vendredi matin au Conseil de sécurité.
À l’ordre du jour de cette 66ème session ordinaire : le Financement de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti et la situation de la démocratie et des droits de l’homme en Haïti. Le Président Martelly interviendra à la tribune de l’ONU pour présenter la situation d’Haïti aux autres pays membres.
Carlos Morales Troncoso, le Ministre des Affaires étrangères, a fait savoir qu’il rencontrera lundi le Chef d’État Haïtien, lors d’une réunion avec les pays donateurs « Nous allons assister à un déjeuner-rencontre lundi prochain, qui sera l’hôte du président Martelly, et où ont été invités les Ministres des Affaires étrangères des pays donateurs d’Haïti. »
(1) Délégation Officielle Voyage à l’Assemblée Générale des Nations Unis :
S.E.M. Michel Joseph Martelly, Président de la République d’Haïti
S.E.M. Sophia Martelly, Première Dame de la République d’Haïti
M. Garry Conille, Premier Ministre désigné
M. Daniel Supplice, Conseiller en Affaires Étrangères
M. Thierry Mayard Paul, Directeur du Cabinet
M. Laurent Lamothe, Conseiller Spécial
M. Wilson Laleau, Conseiller en économie
M. Michel-Olivier Martelly, Conseiller à la Jeunesse et aux Sports
Mme. Beatrice Turnier, Conseillère Exécutive a.i de la CIRH
Mme. Magalie Racine, Conseillère de la Première Dame
Membre de la Délégation déjà à New-York :
M. Patrick Rouzier, Conseiller en reconstruction
M. Stanley Lucas, Conseiller en Relation Internationales
M. Damian Merlo, Conseiller
Dr. Narcy Larco, Membre de la Délégation
Dr. Philippe Larco, Membre de la Délégation
M. Antonio Sola, Conseiller
Support Staff :
Hérold Israël, Directeur des Communications
Gensley St-Preux, Directeur de Production
Gamal Augustin, Vidéographe officiel du Président
Immacula Caze, Intendante du Président
Antonio Bruno, Photographe Officiel du Président
Garry Andre, Sécurité de la Première Dame
Vladimir Jean-Louis, Sécurité
Jacques Belzy, Sécurité
Mohamed Algouhi, Sécurité
HL/ HaïtiLibre

 

Me Félix Léger nouveau Commissaire du Gouvernement

16/09/2011 13:43:21

Haïti - Justice : Me Félix Léger nouveau Commissaire du GouvernementSuite à la révocation, le premier septembre 2011, de Me Sonel Jean François, le Parquet de Port-au-Prince fonctionnait sans Commissaire du Gouvernement. Ce vide vient d’être comblé par la nomination de Me Félix Léger à ce poste. Me Léger occupait depuis  2006 la fonction de substitut du Gouvernement au Parquet de Port-au-Prince. Il aura la charge de nombreux dossier sensible entre autres : l’affaire Vanel Lacroix, l’assassinat de Guyteau Toussaint ainsi que le dossier du policier abattu à la BRH…
Rappelons que Me Sonel Jean-François, avait reçu une lettre de révocation, signée de la main du Premier Ministre sortant Jean-Max Bellerive, qui accusait le Commissaire d’avoir convoqué le Ministre de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales (MICT) pour corruption présumée… Une prérogative qui relève de la Chambre des Députés et qui constitue une violation des dispositions de l’article 186, alinéa 2, de la Constitution…
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3719-haiti-justice-sonel-jean-francois-mis-a-la-porte.html
BF/ HaïtiLibre

 

Martelly fait campagne pour son Premier Ministre désigné

Le président haïtien Michel Martelly s’est entretenu au cours des dernières 72 heures avec les leaders des groupes majoritaires dans les deux chambres.
Depuis le rejet de la candidature de Bernard Gousse, le chef d’Etat avait interrompu ses séances de travail avec le groupe majoritaire au Sénat. Mercredi c’est une fois de plus en la résidence du Premier Ministre démissionnaire que les négociations ont repris. 3 membres du groupe des 16 étaient absents à cette rencontre. Le chef d’Etat a sollicité un vote favorable au Premier Ministre désigné, Gary Conille, rapportent des élus ayant pris part a la rencontre.
Cependant les sénateurs du groupe des 16 ont décidé de changer de stratégie. Ils n’entendent plus annoncer leur vote avant la séance de ratification. Le chef de file du G 16, Joseph Lambert, a ainsi adopté une position plus modérée en mettant l’accent sur la nécessité d’analyser les pièces de M. Conille afin de se faire une idée. En début de semaine M. Lambert avait donné l’assurance que le dossier était conforme puisqu’il l’avait consulté.
Le sénateur Dera Dieuseul, confirme la nouvelle stratégie du G-16 en précisant qu’il s’agit d’un mot d’ordre. Cependant des élus assurent que la majorité des membres du G-16 sont plutôt favorables à la ratification de M. Conille.
Par ailleurs, le président Martelly a eu une séance de travail avec les leaders de la majorité fonctionnelle à la chambre basse. La députée Ogline Pierre confirme cette rencontre autour de la ratification du choix de M. Conille.
Plusieurs parlementaires, membres de cette majorité se déclarent prêts à ratifier le choix du Premier Ministre désigné si son dossier répond aux critères constitutionnels.
LLM / radio Métropole Haïti

 

Élections en novembre ? Liste des Sénateurs concernés

16/09/2011 09:48:38

Haïti - Politique : Élections en novembre ? Liste des Sénateurs concernésLucien Jura, le Porte-parole de la Présidence, a fait savoir que les prochaines élections en vue de renouveler 1/3 du Sénat et la totalité des conseils municipaux devrait se tenir en novembre. Concernant l’organisation de ces élections par l’actuel Conseil Électoral Provisoire CEP), le Porte Parole a fait mention d’un atelier de travail sur le sujet, au sein de la présidence et assuré qu’il en fera connaître les résultats, sans fixer de date.
N’excluant pas l’impossibilité de respecter cette échéance électorale, Lucien Jura a précisé que des dispositions seraient alors prises pour la tenue de ces joutes dans les plus brefs délais.
Liste des Sénateurs élus en 2006 dont le mandat s’achève en 2012
Youri Latortue (Artibonite) – AAA
Edmonde Supplice Beauzile (Centre) – FUSION (ALTERNATIVE)
Michel Clérié (Grande Anse) – FUSION (ALTERNATIVE)
Nènel Cassy (Nippes) – LESPWA (INITE)
Kély C. Bastien (Nord) – LESPWA (INITE)
Jean Rodolph Joazile (Nord-Est) – FUSION (ALTERNATIVE)
Evallière Beauplan (Nord-Ouest) – PONT
Anacacis Jean Hector (Ouest) – LESPWA (INITE)
Yvon Buissereth (Sud) – LAVALAS
Joseph Lambert (Sud-Est) – LESPWA (INITE)
S/ HL/ HaïtiLibre

 

Deux policiers tués à Carrefour

16/09/2011 11:32:00 Auteur(e) La Redaction

Deux policiers ont été abattus ce jeudi dans la commune de carrefour (Banlieu sud de Port-au-Prince). La police nationale n’a pas encore fourni des détails autour de ces meurtres.
Un policier a été tué en début de semaine dans la même commune.
EL / LM

 

Gary Conille n’a pas de carte d’identification nationale

16/09/2011

Selon le secrétaire-rapporteur de la commission chargée d’analyser les pièces du Premier ministre désigné, Garry Conille ne détient pas de carte d’identification nationale, mais n’en est pas responsable puisqu’il en a fait la demande la semaine dernière à l’Office national d’identification (ONI).
La Chambre des députés tient actuellement la séance de ratification.
EL / LM

 

La commission recommande un vote favorable pour Conille

16/09/2011

Le rapport de la commission chargée d’analyser les pièces de Garry Conille recommande à la chambre des députés à accorder un vote favorable au Premier ministre désigné. Tous les membres de la commission ont signé ce rapport.
Suivent les noms des différents membres de ladite commission, les députés : Levaillant Louis-Jeune, Benoit Laguerre, Abel Descolines, Ruffine Labbé, Jean René Lochard, Vickens Derilus, Oscar Jean Ronald, Lamarre Baptiste, Gustave Andre Louis.
EL / LM

 

Hommage à l’occasion des cent ans de la mort d’Anténor Firmin

vendredi 16 septembre 2011

P-au-P, 16 sept. 2011 [AlterPresse] — Une cérémonie de commémoration sera organisée le 19 septembre prochain au Cap Haïtien à l’occasion du centième anniversaire de la mort d’Anténor Firmin, homme politique haïtien emblématique et auteur de l’essai retentissant intitulé « De l’égalité des races humaines ».

La cérémonie sera marquée par une messe de souvenir à la Cathédrale du Cap Haïtien ainsi qu’une période de recueillement sur la tombe d’Anténor Firmin.

Par la suite le buste de Firmin, réalisé par l’artiste Ludovic Booz, sera dévoilé. Suivront une sonnerie aux morts et une offrande florale.

Par ailleurs, le directeur de l’Institut National pour la Sauvegarde du Patrimoine(ISPAN), Daniel Elie, présentera à l’occasion de ce centième anniversaire, le projet de restauration de la maison d’Anténor Firmin.

Joseph Anténor Firmin né en 1850 au Cap Haïtien est mort en 1911. [kft gp apr 16/09/2011 12 :15]

 

Le gouvernement américain annonce la poursuite de son soutien à l’agriculture en Haiti

vendredi 16 septembre 2011

P-au-P, 16 sept. 2011 [AlterPresse] — L’administrateur général de l’Agence américaine pour le développement international (Usaid) Raj Shah a effectué ce 15 septembre une courte visite en Haïti.

Au cours de cette visite il a réaffirmé le soutien du gouvernement américain à l’agriculture haïtienne.

« Nous allons continuer à supporter les agriculteurs haïtiens pour les années à venir… en vue d’aider Haïti à avoir un secteur agricole vibrant et de s’assurer que les enfants haïtiens aient une nutrition adéquate et une meilleure santé », a déclaré Raj Shah.

Par ailleurs, il a dénoncé le fait que, selon lui, les différents organismes internationaux partenaires d’Haïti en matière de développement, n’ont toujours pas établi un partenariat profond avec les haïtiens ainsi que les institutions du pays.

Il a pour cela promis que le gouvernement étasunien va raffermir les partenariats avec les secteurs de l’agriculture, de la santé et de l’énergie en vue de renforcer des institutions haïtiennes.

Selon l’ambassadeur américain en Haïti Kenneth Merten ceci constitue un soutien à « la vision du président Martelly d’augmenter la production agricole ».

Joanas Gué, le ministre de l’agriculture sortant, présent aux côtés de Raj Shah, a ajouté pour sa part que « le secteur agricole a beaucoup d’opportunité et de potentialités ». Gué a invité « à une convergence des effets pour une meilleure expression de ces potentialités ».

Raj Shah lors de sa très brève visite, s’est rendu dans un Centre Rural de Développement Durable (Crdd) situé dans la localité de bas Boën à la Plaine du Cul-de-sac (12 kms au Nord de Port-au-Prince).

Ce Centre occupe 5 hectares de terre (appartenant à l’État haïtien) et constitue un espace d’expérimentation et de formation pour les planteurs. Il possède un laboratoire agricole et une serre d’agriculture verticale et protégée (avec des plantes grimpantes).

La construction du centre a duré près d’un an (juin 2010 à mai 2011) et participe dans la réalisation du programme agricole phare de l’Usaid baptisé WINNER (Watershed Initiative for National Environmental Resources).

WINNER a déjà permis à 700 paysans de recevoir une formation sur les techniques d’agriculture, la gestion de l’environnement et des petites exploitations ainsi que la planification familiale, selon les responsables.

Pour réaliser ses projets l’Usaid dispose de 4 à 5 mille hectares de terre dans la Plaine du Cul-de-sac. [rh kft apr 16/09/2011 11 : 45]

 

Ban Ki-moon déclare «le temps d’un retrait progressif est venu»

16/09/2011 15:07:49

Haïti - Politique : Ban Ki-moon déclare «le temps d'un retrait progressif est venu»Hier, le Secrétaire Général de l’ONU Ban Ki-moon a estimé que le temps d’un « retrait progressif » de la mission de l’ONU en Haïti (Minustah) était venu « Je pense que le temps est venu d’un retrait progressif de la Minustah et que son rôle doit être assuré par les Haïtiens, mais cela doit être discuté entre l’ONU et le Gouvernement haïtien. »
Lors du débat sur Haïti, qui a eu lieu ce vendredi matin, au Conseil de sécurité à New-York, le Représentant spécial du Secrétaire Général de l’ONU pour Haïti, Mariano Fernández, a indiqué que
«… la situation en Haïti est toujours fragile, et certains revers pourraient générer une nouvelle crise. La stabilité future d’Haïti et sa prospérité dépendent de la volonté politique de ses dirigeants et de ses citoyens comme de l’appui du Conseil de sécurité et de la Communauté Internationale à ses côtés…
[…] La situation actuelle nous permet d’envisager une réduction des effectifs. Celle-ci devra être accompagnée par une réponse adéquate […] au processus politique, à la consolidation de l’autorité publique, au renforcement des capacités de l’Etat et à la création d’institutions d’un État de droit….
[…] La transition politique récente qu’a vécue Haïti n’a pas été sans difficultés. »
soulignant le signal positif de la candidature de Garry Conille, fonctionnaire pendant des années à l’ONU, comme candidat au poste de Premier Ministre.
Le représentant du Guatemala, Gert Rosenthal a déclaré « Il ne faut pas que la Minustah abandonne Haïti prématurément, il faut s’assurer que les Nations Unies ne seront pas obligées de revenir dans ce pays au cours de la prochaine décennie » insistant sur le fait que la stabilité politique d’Haïti devait constituer un des objectifs de la Communauté Internationale. Il s’est en outre inquiété de l’impasse politique actuelle entre le Président et le Parlement et de leur incapacité à s’entendre sur la nomination d’un Premier Ministre.  Il a dit que cette situation risquait de saper les progrès politiques et d’aggraver l’état de la sécurité en Haïti.
Le représentant d’Haïti M. Jean Wesly Cazeau, s’est félicité de la rapidité de réaction du Secrétaire Général face aux actes qui font peser des suspicions sur certains éléments de la Minustah. Il a salué le travail de la Mission dans le domaine de la police face à une question sécuritaire qui n’est pas encore totalement jugulée. Il a conclu en soulignant qu’un retrait brutal de la Mission serait contre productif et créerait un vide incalculable surtout que les conditions propices à l’investissement massif et au développement durable ne sont pas encore totalement réunies.
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3816-haiti-politique-le-president-martelly-va-s-exprimer-a-l-onu.html
HL/ HaïtiLibre

 

Haïti: la Minustah partira quand une force de défense nationale sera prête

La Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah), impliquée dans une polémique concernant l’affaire du viol d’un jeune Haïtien par des Casques bleus, restera dans le pays « en attendant qu’une force nationale puisse prendre la relève », a indiqué le président haïtien Michel Martelly, à la presse.
Le départ de la Minustah, présente en Haïti depuis 2004, « doit être réalisé et réalisable à partir du moment où nous avons notre propre force qui peut jouer le rôle de la Minustah », a plaidé mardi M. Martelly.
Les Forces Armées d’Haïti ont été démobilisées au milieu des années 90.
Des étudiants haïtiens projettent de manifester mercredi à Port-au-Prince pour réclamer le départ de la Minustah, au moment où la mission est au centre d’un scandale après la diffusion sur internet d’images montrant des Casques bleus uruguayens en train de violer un jeune Haïtien de 18 ans.
Les fautifs ont été placés en isolement avant d’être rapatriés.
« Nous ne pouvons pas considérer l’attitude de ces soldats et dire que toute la Minustah est condamnable, mais nous réclamons justice pour les Haïtiens », a déclaré Michel Martelly.
« La Minustah travaille pour le peuple d’Haïti et pour Haïti, nous avons besoin de l’ordre, de la paix afin d’avancer dans le développement économique », a soutenu M. Martelly.
Des pays sud-américains représentés au sein de la Minustah ont évoqué la semaine dernière à Montevideo la révision à la baisse des effectifs de la force.
La réduction des forces pourrait intervenir dès le renouvellement du mandat de la Minustah, qui prend fin le 15 octobre, avait-on indiqué lors d’une réunion des ministres de la Défense de ces pays.
« Nous attendons la ratification du nouveau Premier ministre (par les parlementaires) pour commencer à travailler sur la force de défense nationale et préparer conjointement avec l’ONU un plan de retrait de la Minustah », a conclu M. Martelly.
Déployée depuis juin 2004 et commandée par le Brésil, la Minustah compte 18 contributeurs en effectifs, dont une majorité de pays latino-américains.
Après le séisme du 12 janvier 2010, les effectifs de la Minustah étaient passés de 9 000 à 12 250.
Depuis, plusieurs épidémiologistes ont accusé les Casques bleus népalais présents en Haïti d’avoir importé la souche de choléra responsable de l’épidémie qui a fait plus de 5 500 morts dans le pays.

 

Professionnaliser la PNH ou créer une nouvelle force de sécurité ?

Haïti doit aujourd’hui choisir entre transformer la Police nationale d’Haïti (PNH) en une institution professionnelle ou investir dans la formation d’une nouvelle force de sécurité.

Les débats sur la création d’une nouvelle force publique pour épauler la Police nationale d’Haïti refont surface suite au cas de viol de quatre soldats uruguayens de la Minustah sur le jeune Johny Jean à Port-Salut. Cette question est aussi abordée dans un récent rapport de l’International Crisis Group intitulé : « Keeping Haiti Safe : Reform Police ».
Rappelant que la question de la création de la nouvelle force publique de sécurité figurait parmi les promesses de campagne du président Michel Martelly, « International Crisis Group » se demande si Haïti peut se permettre actuellement de créer une nouvelle armée. « Haïti n’a ni les fonds ni les ressources pour construire une nouvelle force armée à partir de zéro », jugent certains analystes cités dans le rapport publié en début du mois de septembre.
Pour l’International Crisis Group, la priorité du président Michel Martelly devrait être l’achèvement de la réforme de la PNH stoppée pour des raisons diverses. Un avis partagé par des Haïtiens. Tout projet du président de la République de mettre sur pied une nouvelle force de sécurité peut, selon le rapport, jeter des doutes sur sa volonté à réformer l’institution policière.
La création de la nouvelle force de sécurité est non seulement souhaitée par le président Michel Martely, mais aussi par des parlementaires. D’ailleurs, à la Chambre des députés, les principaux groupes politiques conditionnent leur vote à Garry Conille à son engagement de créer une nouvelle force de sécurité. Le Premier ministre désigné devrait parallèlement s’engager à travailler au retrait progressif des soldats de la Minustah dans le pays. Les militaires démobilisés se mêlent aussi de la partie. Ils ont manifesté mercredi à Port-au-Prince pour exiger la reconstitution de l’armée, démobilisée en 1994, à la suite du retour d’exil de l’ancien président Jean-Bertrand Aristide.
Où est en-t-on avec la réforme de la PNH ?
Le plan de réforme 2006-2011 de la Police nationale d’Haïti a été adopté en 2006 par le gouvernement haïtien et approuvé par le Conseil de sécurité de l’ONU dans sa résolution 1702 (2006). Le bilan du processus est aujourd’hui mitigé. « La PNH est beaucoup plus forte et plus respectée aujourd’hui, mais il y a encore un long chemin à parcourir pour transformer l’institution en une force entièrement professionnelle », a indiqué le rapport de l’International Crisis Group.
« Le tremblement de terre du 12 janvier 2010 a un peu freiné le processus de réforme de l’institution policière », a récemment indiqué le secrétaire général de l’ONU dans un rapport sur Haïti.
Depuis le séisme, a poursuivi le rapport de Crisis Group, la réforme de la PNH a tenté de se concentrer sur l’amélioration des capacités de la PNH pour sécuriser les frontières terrestres et maritimes contre les crimes organisés, la drogue notamment, le trafic d’armes et la traite des humains. Certains progrès, a par ailleurs précisé le rapport, ont été réalisés dans le domaine des infrastructures et de la sécurisation des frontières. Grâce à une aide financière et technique du Canada et de l’Organisation internationale pour la migration (OIM), une quinzaine de postes de police ont été construits ou rénovés aux quatre points de passage frontaliers autorisés et dans les autres points dans le Nord-Est et ailleurs.
L’International Crisis Group a encouragé les autorités haïtiennes à poursuivre la réforme de la PNH à travers le renforcement de l’éthique et de la discipline au sein de l’institution. « Tout d’abord, les fichiers doivent être ouverts pour compléter l’enquête sur tout le personnel et puis continuer le processus d’examen », lit-on dans le rapport.
Le plan de réforme de la PNH devrait, selon l’ONG américaine, prendre en compte la création d’une vraie académie pour assurer la formation continue dans les domaines nécessaires ainsi que des cours systématiques de perfectionnement dans des domaines tels que le droit et les droits humains. Ledit plan doit aussi prendre en compte un plan de carrière qui englobe des systèmes équitables de recrutement et de promotion, de salaire, de prime, et de retraite.
Jean Pharès Jérôme

 

Un ancien coordonnateur de la campagne de Martelly nommé délégué du Nord

Correspondance- Wedlyne Jacques

Cap-Haitien, 15 sept. 2011 [AlterPresse] — Yvon Altéon, est le nouveau délégué départemental du Nord et remplace à ce poste l’ancien délégué Ardouin Zéphirin qui a passé plus d’un an à occuper cette fonction durant la présidence de René Préval.

Yvon Altéon a été le coordonateur de la campagne du président Martelly dans le Nord. Il a étudié la cinématographie et est producteur de film. Il est aussi le propriétaire de la Télé Diaspora à Boston aux États-Unis d’Amérique.

La cérémonie d’installation s’est déroulée le 12 septembre 2011 au tribunal de première instance du Cap Haïtien, où Yvon Altéon s’est présenté au commissaire du gouvernement ainsi qu’aux différents membres de l’appareil judiciaire dans le département du Nord.

Par la suite, le nouveau délégué a fait une allocution au local de la délégation, devant les différents fonctionnaires et représentants de l’administration publique, autorités locales, et autres membres de la société civile.

En tant que nouveau représentant de l’exécutif dans le Nord, Altéon a promis de tout mettre en œuvre afin de combattre l’insécurité.

Il s’est également engagé à améliorer les conditions de vie de la communauté, en assurant la concrétisation de la vision de l’exécutif, incarné par le président Michel Martelly.

Dans le même temps il s’est prononcé en faveur de la réconciliation et l’union entre les fils et les filles du département, rongés selon lui par la discorde depuis quelques temps. Il les a invités à se joindre à lui en vue de réhabiliter le Nord, zone considérablement fragilisée en dépit de ses potentialités.

Tous les yeux sont rivés sur Yvon Altéon, en attente de résultats, alors qu’il sera aux prises avec de multiples défis. Des défis d’ordre institutionnel tout d’abord, en raison de la défaillance des institutions publiques.

Des défis d’ordre opérationnel ensuite, qui concernent la coordination des réponses en cas de catastrophes naturelles. Le nord est très vulnérable aux aléas sismiques et cycloniques, mais il n’y a aucun coordonateur technique pour la gestion des risques et désastres au sein de la délégation de ce département.

Par ailleurs, les attributions de Yvon Atéon sont limitées par rapport aux promesses qu’il a faites lors de son installation.

La nomination d’un délégué et d’un vice délégué dans chaque département géographique du pays est prévue par la constitution de 1987 en son article 85. Cet article indique que leur rôle est d’assurer la coordination et le contrôle des services publics et qu’ils ne doivent exercer aucune fonction de police répressive.

Toutefois, avant son installation comme délégué, Yvon Altéon a promis, sur une chaine de télévision locale, d’empêcher toute manifestation intempestive visant à déstabiliser le pouvoir. [wj kft gp apr 15/09/2011 08 :45]

 

Le secteur populaire haïtien sceptique quant au choix de Garry Conille

P-au-P, 15 sept.2011 [AlterPresse] — Des organisations appartenant au secteur populaire haïtien expriment leur réserve sur la désignation comme premier ministre de Garry Conille par la présidence haïtienne, selon des informations recueillies par AlterPresse.

L’organisation « Batay Ouvriye » (Lutte Ouvrière) estime que le choix de Garry Conille par Michel Martelly « ne représente pas vraiment quelque chose de positif pour les masses populaires ».

D’après Yanick Etienne porte parole de Batay Ouvriye, « un premier ministre de Martelly ne va jamais repondre aux attentes du secteur populaire (haïtien) ». Il sera « issu directement du camp des dominants, c’est un choix qui va plaire aux classes dominantes et aux forces impérialistes », ajoute t-il.

« Les choix sont faits en fonction des bailleurs de fonds, les impérialistes et les classes dominantes haïtiennes », précise la porte parole de l’organisation « Batay Ouvriye ».

À la place du changement tant prôné par le chef de l’État haïtien, ce, depuis sa campagne électorale, « Batay Ouvriye » « ne voit que de la continuité ».

À travers ce choix, « Batay Ouvriye » présume que ce sont les mêmes mesures d’orientation économiques qui vont se concrétiser. « Le choix de Conille consiste en un changement de personne », avance l’organisation.

« Ce sont les mêmes orientations qu’on avait vues avant : création de zones franches, main d’œuvre à bon marché, exploitation à outrance, la négligence des droits des travailleurs (…) les mêmes politiques économiques », affirme Yanick Étienne.

Une position partagée par le Mouvement Démocratique Populaire (Modep) qui déclare voir en Conille « quelqu’un qui a passé un bon temps à l’extérieur du pays » et qui revient « remplir la mission des impérialistes ».

Guy Numa membre de la coordination du Modep soutient que « le choix de Garry Cornille est un choix imposé par l’international ».

Cette situation est dénoncée par le docteur Junot Félix du parti politique Action Pour Construire une Haïti Organisée (AKAO). « On a une tendance en Haïti à faire chercher les gens de l’extérieur, des gens habitués aux organismes internationaux comme si Haïti devrait toujours être à la solde de cette fameuse communauté internationale. C’est comme si nous, on doit toujours quémander », déclare le médecin.

Le docteur Félix pense que la solution aux problèmes du pays doit venir « de dirigeants ayant une vision très claire, un programme très clair » ; des dirigeants capables de conduire les « négociations » en faveur du pays face à la communauté internationale.

Âgé de 45 ans Garry Conille a été officiellement désigné ce 5 septembre par Michel Martelly pour devenir le premier ministre de son gouvernement.

Conille est un conseiller de l’ex président américain William Jefferson Clinton et occupait le poste de coordonateur humanitaire au Niger pour les Nations-Unies (depuis juin 2011), quand il a été choisi pour devenir le chef du gouvernement de Martelly. [rh kft gp apr 15/09/2011 09:37]

 

Haïti-Sous-traitance :

Un nouveau syndicat dénonce la violation des droits des travailleurs

vendredi 16 septembre 2011

P-au-P, 16 sept. 2011 [AlterPresse] — Le porte parole du Syndicat des Ouvriers du Textile et de l’Habillement (sigle créole SOTA : Sendika Ouvriye Tekstil ak Abiman), Jhonny Joseph, dénonce les mauvais traitements subis par les ouvriers et ouvrières dans les usines.

Joseph s’est exprimé ainsi lors du lancement du SOTA le jeudi 15 septembre 2011. Le SOTA s’attribue la mission de lutter pour la défense des droits des ouvriers et ouvrières haïtiens au niveau du secteur de la sous-traitance.

Jhonny Joseph dit constater des violations des droits des ouvriers et ouvrières haïtiens sans que les autorités, notamment de la justice, n’interviennent.

Il condamne les heures supplémentaires de travail imposées par les patrons, qui selon lui, constituent un surplus de travail non payé. La journée de travail est de 8 heures, mais parfois les travailleurs et travailleuses sont contraints de rester à l’usine entre deux heures et quatre heures supplémentaires.

Les ouvriers et ouvrières n’ont pas non plus accès aux sanitaires et ne sont pas couverts par les assurances, constate Joseph.

Il déplore en outre le fait que les ouvriers ne peuvent pas vivre de leur salaire.

Selon Jhonny Joseph, la mise sur pied du SOTA n’est pas facile compte tenu de l’hostilité des patrons vis-à-vis des syndicats.

« Les patrons établissent un système de peur qui empêche aux ouvriers de faire partie des syndicats », fait-il savoir.

Les patrons répriment tout initiative de protestation des ouvriers et ouvrières pour la défense de leurs droits, signale t-il.

Le SOTA lance un appel à tous les ouvriers et ouvrières pour qu’ils se joignent à sa lutte.

Le nouveau syndicat, se dit prêt à apporter les revendications de la masse ouvrière auprès des patrons, des instances étatiques, des organisations nationales et internationales pour défendre les intérêts de tous les ouvriers et ouvrières.

Le SOTA entend travailler pour le respect des droits des ouvriers et ouvrières en menant des actions concrètes et des négociations à tous les niveaux pour atteindre ce but.

Plusieurs représentants d’organisations ont pris pat au lancement de l’organisation SOTA notamment Victor Baez, secrétaire général de la confédération syndicale de l’Amérique, et Camille Charlmers, secrétaire exécutif de la Plateforme haïtienne de plaidoyer pour un développement alternatif (PAPDA). [emb kft gp apr 16/09/2011 08 :00]

 

Le Président Martelly a rencontré le G16…

16/09/2011 09:18:44

Haïti - Politique : Le Président Martelly a rencontré le G16...Mercredi soir, dans la résidence privé du Premier Ministre démissionnaire Jean-Max Bellerive, le Président Martelly a rencontré 13 Sénateurs du Groupe des 16. Le Chef de l’État a demandé aux Sénateurs d’appuyer par leurs votes, le Premier Ministre désigné et discuté de l’urgence de s’attaquer aux grands dossiers sociaux.
Le Sénateur Simon Dieuseul Deras (Centre – LAVNI) a fait savoir à la suite de cette réunion
« […] le Président a profité de l’occasion pour nous demander le support du G16 pour le Premier Ministre qu’il a désigné dans le cadre de nos attributions et dans les limites de ce que dit la loi. Le Président nous a dit qu’il aimerait que nous supportions son Premier Ministre « Tét Kalé » pour lui. Nous avons répondu au Président, que lorsque que la Chambre des députés aura fini avec leur processus, lorsqu’il arrivera de notre côté, nous allons supporter son Premier Ministre mais c’est « Ye Kalé » c’est pas « Tét Kalé ».
…je ne suis pas seulement le Sénateur du Plateau Central, je suis un Sénateur de la République […] il faut que les négociations ne penchent pas seulement vers un camp. Il faut que je sache, si le Premier Ministre va aider tout le monde, ça c’est un engagement et une garantie que nous avons besoin d’avoir […] nous avons insisté pour demander qu’il y ait un partage des responsabilités… car il n’y a aucun pays au monde où une Assemblée politique, une Chambres des Députés ou du Sénat […] n’a pas de représentants à l’intérieur du gouvernement. Il n’y a pas de doute à ce niveau […] nous ne nous sommes pas encore entendu sur ça, il faut s’entendre sur ce point, c’est obligé…»

Le Sénateur Joseph Lambert a expliqué au Chef de l’État, que lui et ses collègues du G16 ne constitue pas un instrument de blocage… annonçant qu’une position définitive sera adoptée après analyse du dossier du candidat à la Primature.
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3809-haiti-politique-tendance-favorable-au-dr-conille-mais-encore-beaucoup-d-incertitudes.html
http://www.haitilibre.com/article-3805-haiti-politique-pour-kelly-bastien-le-senateur-lambert-ne-parle-pas-au-nom-du-g16.html
http://www.haitilibre.com/article-3796-haiti-politique-nouvelles-declarations-autour-de-la-candidature-du-dr-garry-conille.html
http://www.haitilibre.com/article-3771-haiti-politique-nouvelles-declarations-autour-de-la-candidature-du-dr-conille.html
http://www.haitilibre.com/article-3756-haiti-politique-residence-ou-non-du-dr-conille-mirlande-manigat-explique.html
http://www.haitilibre.com/article-3754-haiti-politique-debats-passionnes-autour-de-la-candidature-de-garry-conille.html
HL/ HaïtiLibre

 

Haïti-Politique :

Martelly nage dans l’inconstitutionnalité ?

vendredi 16 septembre 2011

P-au-P, 15 sept. 2011 [AlterPresse] — Le président Michel Martelly ne peut nommer les délégués ni les vice-délégués en l’absence d’un nouveau gouvernement, selon le juriste Monferrier Dorval.

Dorval qui a participé au livre les Cent premiers jours de Matelly, soutient dans son texte « Peut-on parler des cent premiers jours du président Martelly sans un nouveau gouvernement ? », qu’il faut attendre un chef de gouvernement aux côtés du président pour tirer des bilans.

Toutefois le juriste souligne les multiples limites du pouvoir de Martelly, qui ne peut, entre autres, nommer les directeurs généraux, les délégués ni les vice-délégués.

C’est pourtant ce que le président a fait récemment en nommant par arrêté en conseil des ministres (les ministres du gouvernement sortant) dix nouveaux délégués départementaux, parmi eux un ancien coordonnateur de sa campagne.

L’arrêté sur cette décision porte la signature du premier ministre Jean Max Bellerive et du ministre de l’intérieur, Paul Antoine Bien Aimé.

Or selon Monferrier Dorval, « étant démissionnaires, ils ne peuvent pas contresigner les actes du nouveau président de la République ».

Le chef de l’Etat ne peut pas soumettre directement de projet de loi au Parlement, ni prendre d’arrêté à portée générale, encore moins proposer de loi de finances rectificative, indique Dorval.

Dorval cite plusieurs articles de la Constitution de 1987 fixant les limites d’un président qui gouverne en l’absence de premier ministre, notamment l’article 142.

Michel Martelly « ne peut juridiquement et pleinement exercer ses fonctions qu’à l’investiture d’un nouveau gouvernement », souligne t-il.

Quatre mois après son investiture Michel Martelly n’a pas trouvé une entente avec les parlementaires pour installer son gouvernement.

Pour la troisième fois en trois mois, un candidat choisi par le president pour devenir premier ministre, Garry Connille, attend le verdict du Parlement. Les deux premiers choix, Daniel Rouzier et Bernard Gousse ont été rejetés. [kft apr 16/09/2011 14 :10]

 

Haïti – Reconstruction :

2,25 millions de dollars pour le relogement de 500 familles

16/09/2011 16:03:15

Haïti - Reconstruction : 2,25 millions de dollars pour le relogement de 500 familles« J/P Haitian Relief » l’organisation humanitaire de l’acteur Sean Penn vient de recevoir une subvention de 2,25 millions de dollars de l’Association internationale de développement (IDA), un organe de la Banque Mondiale pour un vaste programme de relogement de 500 familles. Ce financement fait partie d’un fonds de reconstruction de logements, financés par la Banque Mondiale et le Fonds de Reconstruction d’Haïti (FRH) d’un montant total de 95 millions de dollars.
« J/P Haitian Relief Organization » a annoncé jeudi, qu’elle allait diriger un consortium de sept organisations internationales pour mettre en œuvre le programme « Helping People Home », qui vise a subventionner des loyers, construire de nouveaux logements permanents, réparer les maisons existantes et mettre en place des kiosques à eau fonctionnant à l’énergie solaire.
« Nous pensons que cette subvention constitue une étape importante dans la reconstruction d’Haïti », a déclaré Penn « Ensemble, nous allons persister, jusqu’à ce que les centaines de milliers de personnes encore déplacées, aient une maison sûre. »
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-2355-haiti-humanitaire-sean-penn-se-montre-tres-critique.html
http://www.haitilibre.com/article-1371-haiti-reconstruction-la-fondation-clinton-fait-don-de-500-000-dollars-a-sean-penn.html
HL/ HaïtiLibre

 

Bill Clinton, le nouveau pro-consul d’Haïti

Par Joël Léon / Le 16 septembre 2011

« Qui n’aime pas sa patrie, n’aime rien et personne ne le doit aimer »

Louis Joseph Janvier

Aubelin Jolicoeur, ancien journaliste de l’hebdomadaire « Petit samedi soir », s’était fait la réputation d’un faiseur agressif de gouvernement en Haïti. Le cas le plus fulgurant fut celui de Marc Bazin. Ce dernier n’était pas bien perçu dans certains cercles militaires comme chef de gouvernement, précisément par le major putchiste et criminel, Michel François, l’ancien homme fort du régime militaire. Il faudrait l’intervention sine die d’Aubelin Jolicoeur pour porter les réfractaires à accepter Marc Bazin comme premier ministre.
Si le coup d’état de 1991 a eu lieu sous l’administration de George Bush père, mais la gestion du coup fut pourtant assuré par l’administration de Bill Clinton, fraîchement établie à la maison blanche. Tout au long de sa campagne présidentielle de 1992, l’ancien gouverneur d’Arkansas avait clairement promis de retourner la démocratie en Haïti, symbolisée par le président Jean B. Aristide. Ce qui fut fait le 15 octobre 1994. Mais avec plus de 20.000 troupes militaires pour un pays qui ne comptait plus de 6000 soldats mal équipés et nourris. Depuis lors, le nom de Clinton ne cesse de se répéter en tout ce qui concerne la république d’Haïti. D’après une source digne de foi, l’ancien ambassadeur d’Haïti a Washington, l’ultraconservateur Raymond Joseph, aurait confié a des amis, bien avant des élections frauduleuses de novembre 2010 et 2011, que c’étaient les Clinton qui allaient parachuter quelqu’un au pouvoir en Haïti. Lui, Ray Joseph, qui paradait à Washington depuis plus de 25 ans, savait de quoi il parlait. Il s’était laissé aller pour déclarer que sa candidature présidentielle dépendrait de l’appréciation du couple Clinton qui, en passant ne lui a jamais été favorable.

A Washington, des qu’on parle d’Haïti on se refere aux Clinton, particulièrement le mari. Le couple considère le cas haïtien comme une affaire privée et est très émotionnel a ce sujet. Cette perception est renforcée avec l’administration d’Obama qui a Hillary Clinton comme secrétaire d’état. A l’époque où Bill Clinton visita Haïti pour la première fois en 1978, il ne savait pas qu’il allait être propulsé au rôle de proconsul qu’il joue aujourd’hui.

En juin 2009, le secrétaire général des nations unies, Mr Ban Ki-moon, nomma Bill Clinton comme son représentant spécial en Haïti. Le 12 janvier 2010, un tremblement de terre destructeur frappait le pays. Immédiatement après, le président américain, Barak Obama, faisait appel aux deux anciens présidents Clinton et Bush pour recueillir des fonds en faveur d’Haïti sous le nom de « Clinton Bush Haïti fund ». Le même Ban Ki-moon, a encore fait appel au service de Clinton pour mettre sur pied une organisation pour la reconstruction d’Haïti, connue sur le nom de CICR. Cette commission a été créée au mois d’avril 2010 avec pour « mission la planification coordonnée, efficace et efficiente et la mise en œuvre des priorités, plans et projets d’appui à la reconstruction d’Haïti et le développement dans le sillage du 12 janvier 2010 tremblement de terre ».

Lors de l’inauguration de Michel Martelly comme président de la république d’Haïti, le président américain, Barak Obama, a dépêché Bill Clinton pour le représenter au cours de la cérémonie d’investiture. Quelque temps après, soit le 21 juillet dernier, Martelly décerna a Clinton la distinction de chevalier de l’ordre national, honneur et mérite…la plus grande décoration du pays.

Revenons brièvement sur les élections présidentielles haïtiennes du 30 novembre 2010 et du 20 mars 2011. Les résultats définitifs du premier tour furent proclamés très tard, soit le 3 février 2010. Rappelons que les premiers résultats donnèrent Mme Myrlande Manigat en première position avec 31%, Jude Célestin en 2eme avec 22%, Martelly en 3eme avec 21%…L’international cria aux fraudes massives. L’organisation des états américains, OEA, intervenait pour examiner les résultats du CEP. Les dits experts éliminèrent une bonne partie des bulletins de vote, ce qui modifia les résultats et catapulta Martelly au second tour en face de Mme Manigat. C’était une grande première dans l’histoire des élections en Haïti. Un grand paradoxe allait avoir lieu, en effet Myrlande Manigat réalisait 336.878 voix au premier tour contre 234.617 voix accordés a Martelly, deuxième au classement. Au second tour on a vu une augmentation vertigineuse de voix en faveur de Martelly, soit 716.986, contre la candidate du RDNP qui finissait très loin derrière avec seulement un peu moins de voix qu’au premier tour, soit 336.747. Comme par magie, Martelly avait vu ses voix augmenter de manière exponentielle au second tour, pendant que celles de Manigat diminuaient légèrement. Ce qui est pratiquement impossible.

D’après des sources combinées, le même secteur qui a modifie le résultats du 1er tour fut celui-la même qui est intervenu pour porter Martelly au pouvoir haut la main, c’est-à-dire Bill Clinton et sa femme secrétaire d’état, Hillary. Les penseurs avisés savaient que Clinton n’allait pas arrêter en si bon chemin. Apres le rejet successivement de 2 premiers ministres désignés, l’ancien président est encore intervenu pour imposer Mr Gary Conille comme futur premier ministre. Qui est Gary Conille ?

En filigrane, nous savons qu’il est le fils du duvaliériste convaincu, Serge Conille ; celui-ci fut ministre sous la dynastie des Duvalier. Ce qu’on a omis de mentionner, c’est que Gary Conille, étudiant à la faculté de médecine de Port-au-Prince en 1987, fut le porte-parole du « groupe 66 ». Un groupuscule d’étudiants, composé exclusivement de fils et filles de duvaliéristes et militaires, qui faisait de la dissidence contre la FENEH, fédération nationale des étudiants haïtiens, qui fut l’organe légitime des étudiants haïtiens. Le « groupe 66 » supportait le doyen de la faculté de médecine, un certain Gérard Charlier, pour qu’il reste en poste pendant que l’écrasante majorité exigeait son départ. A cette époque, la FENEH était dirigée par un groupe impressionnant de jeunes étudiants, tels que : Charles Emil Herard, Kenny Bastien, Ti marcel, L Jean-Pierre. Rosanne Auguste, Michael de Landsheer…Le paradoxe de cette affaire, c’est que, Charles Emil Herard, Charly, était l’un des personnages a avoir accompagné Gary Conille au parlement pour déposer ses pièces comme premier ministre désigne. Kenny Bastien, entre-temps sénateur de la république, s’est exposé comme un inconditionnel partisan de Gary Conille, son adversaire d’antan de 1987.

Donc, l’homme de Clinton, Gary Conille, s’était toujours identifié comme un élément anty populaire conformément à sa descendance idéologique duvaliériste. S’il est vrai, comme l’a souligné le professeur Camille Charlmess sur l’orientation néolibérale de l’économie haïtienne sous la férule de Mr Conille. Il faut ajouter aussi, le passé anty populaire du protégé de Bill Clinton en direction de la primature, et la menace qui pèse sur les masses populaires vivant dans les bidonvilles du pays, en particulier ceux de Port-au-Prince. Parce qu’il est universellement connu leur attachement a l’ancien président Jean B. Aristide, que le président Martelly a juré de foutre en prison, même pour 2 jours.

Bill Clinton se refait une vie politique en Haïti, après deux mandats consécutifs dans son pays. Une fois terminé le coup de Martelly à la présidence, maintenant il parachute Gary Conille à la primature, son ancien chef de cabinet à la CICR. Ses actions le placent dans la peau d’un proconsul Romain, aujourd’hui américain. Voila l’homme qui prétend aider Haïti. Sans vergogne, il soustrait au peuple haïtien son droit de choisir ses propres dirigeants. Tout ceci est la conseqence directe de l’occupation du territoire national, dont Bill Clinton est un ardent défenseur.

Dans «  Les détracteurs de la race noire et de la république d’Haïti », livre de Louis Joseph Janvier, V. Schoelcher a écrit, et je cite : « Défendre son pays par la plume comme par l’épée est toujours un devoir, en même temps un honneur ». Aujourd’hui, il est un impératif pour tous de résister à l’occupation du pays par tous les moyens. « Il n’y a pas d’occupation étrangère éclairée ». De février 2004 a nos jours, on n’a récolté que l’humiliation, le cholera qui a déjà fait 5000 morts et des centaines milliers de victimes, des élections truquées ayant conduit au pouvoir des haillons d’hommes pour perpétuer la misère et l’exploitation du peuple. Sans fléchir, il faut faire échec au plan antinational du proconsul Bill Clinton.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :