mercredi 28 septembre 2011 (2)

28 Sep

Joseph Lambert convoite le porte feuille de l’environnement

imageLe chef de file du groupe majoritaire au Sénat, Joseph Lambert, souhaite occuper le porte feuille de l’environnement dans le prochain gouvernement. Si on m’offre le ministère de l’environnement et si mes collègues du groupe des 16 l’approuvent je suis disposé à apporter ma contribution pour relever les défis dans le secteur de l’environnement précise le sénateur Lambert.
Il a jeté son dévolu sur le ministère de l’environnement en raison de l’inaccessibilité du ministère de l’intérieur notamment. Dans le cadre des négociations visant un partage des responsabilités les sénateurs Joseph Lambert et Carlos Lebon ont eu une séance de travail hier avec le chef d’Etat, Michel Martelly.
Le sénateur Lambert n’a pas voulu fournir plus de détails sur les postes ministériels accordés au groupe majoritaire en vue de faciliter la ratification du Premier Ministre désigné, Gary Conille. Il assure que des représentants du groupe feront partie de la prochaine équipe gouvernementale.
La Première rencontre entre M. Conille et les membres du groupe des 16 aura lieu demain jeudi.
Le partage des responsabilités sera à l’ordre du jour de cette réunion cruciale avant la séance de ratification. M. Conille devra convaincre certains sénateurs dissidents du G 16 qui refusent d’envisager un vote favorable lors de la prochaine séance de ratification.
Joseph Lambert n’a pas voulu préciser le nombre de voix discordantes estimant qu’on ne peut parler à ce stade de dissidence. Les sénateurs opposés à toute politique néolibéral sont manifestement hostile à M. Conille, insiste le chef de file de l’Inité qui promet de tout mettre en œuvre en vue de trouver un consensus au sein du groupe.

LLM / radio Métropole Haïti

 

Haïti – Politique :

Rupture politique entre Steven Benoit et le Président Martelly

28/09/2011 10:08:12

Haïti - Politique : Rupture politique entre Steven Benoit et le Président MartellyLe Sénateur Steven Benoit, considéré jusqu’à présent comme un ami personnel du Président Martelly, a désavoué et dénoncé publiquement hier, lors d’un point de presse « …des dérives [du Président] qui vont de la violation de la Constitution à des décisions unilatérales et suspectes » qui se sont produites ces 4 derniers mois.

Steven Benoit, a cité en exemple : la décision du Président de publier les résultats des élections partielles pour deux circonscriptions alors que le CEP n’avait pas donné les résultats pour ces circonscriptions, la non-publication de la constitution amendée depuis plus de trois mois, l’intention du Chef de l’État de former un Conseil électoral Provisoire pour une durée de 2 ans alors que la Constitution amendée prévoit un CEP permanent, le dysfonctionnement de la Cour de cassation où des juges attendent toujours d’être nommés, l’intention du Président de demander une reconduction de la Commission Intérimaire pour la Reconstruction d’Haïti (CIRH) alors qu’il avait fait campagne contre la CIRH lors des élections, la nomination irrégulière de Directeurs généraux et délégués départementaux, la présentation exclusivement à la communauté internationale du plan de constitution d’une nouvelle force de défense nationale, la constitution du fonds pour l’éducation en dehors des normes légales….
« 
L’ami du Président », visiblement déçu passe avec véhémence dans l’opposition, et ses déclarations confirme la rupture politique avec le Chef de l’État « Oui, je suis dans l’opposition parce que le pays fonctionne très mal. La situation est trop grave, je me vois contraint de sortir de mon silence ».
«… dimanche à mon grand étonnement le Président a déclaré que c’est lui qui est le Conseil Électoral finalement, il y a trois mois lorsqu’ils ont publié les résultats des élections des députés il y avait quatre députés qui sont resté dehors, mais après trois mois au lieu que le Président prenne des dispositions pour faire de nouvelles élections pour ces quatre circonscriptions […] nous constatons qu’une entente qui a été trouvée… Pendant quatre mois, personne ne s’est occupé de ces quatre circonscriptions et subitement le Président connait qui a gagné, il décidé qu’il va publier les résultats pour deux, et qu’il va laisser les deux autres dehors […] je pense que c’est une faute grave. Ce n’est pas le Président de la République qui est membre du CEP, ce n’est pas le Président qui doit décider pour la population pour ces quatre circonscriptions qui est supposé être députés […]
le Président a fait campagne contre la CIRH, toute le monde, ou la plupart de nous, étaient d’accord que la CIRH est un véritable « gagòt ». Le Président a dit que 4 milliards de dollars avaient été gaspillés, maintenant le Président fait l’éloge de la CIRH et se prépare pour demander une reconduction tacite de cette Commission, alors que nous savons que la CIRH sort d’un loi d’urgence de 18 mois […] après 18 mois, on ne peut pas dire le le peuple est toujours dans l’urgence, et après après 18 mois et 4 milliards de dollars, le peuple est toujours sous les tentes! Donc aujourd’hui, il faut que quelqu’un me dise quelle est la raison de la reconduction de la CIRH […]
…le Sénat de la République a passé une résolution
http://www.haitilibre.com/article-3865-haiti-securite-retrait-de-la-minustah-resolution-au-senat.html qui demande le départ de la Minustah, un départ progressif […] le Président part pour parler à l’ONU […] et les Sénateurs et les Députés, qui sont co-détenteur de la souveraineté nationale ne savent même pas ce que le Président va dire au nom du peuple haïtien! Nous avons fait notre devoir, nous avons donné des messages clairs, le peuple à travers nous, a dit qu’il ne voulait plus de la Minustah […]  il est temps que ces personnes partent, pour que nous ayons nos propres militaires…»
http://www.haitilibre.com/article-3898-haiti-securite-tous-les-details-sur-le-projet-de-la-nouvelle-force-nationale.html
Concernant le Fonds pour l’éducation, Steven Benoit déplore et se questionne «…Tout les pays l’a dit, tout les consulats et les experts l’on dit pour avoir une chose comme ça, il faut qu’il y est une loi, parce que la Constitution est claire : il y a deux entités qui ramassent l’argent pour le pays la Direction Générale des Impôts (DGI) et l’Administration Générale des Douanes (AGD).
Le Président ne veut pas entendre et voir, il a déclaré que c’est lui qui va gérer ce fonds avec un groupe de personnes […] aujourd’hui nous ne savons pas combien d’argent a été prélevé sur les transferts d’argent et les appels téléphoniques et nous avons entendu que ce fonds va payer l’école.. Là encore ce sont des anomalies, c’est une violation flagrante de la Constitution et la BRH doit venir donner des explications, la Cour des Comptes doit donner des explications, comment ces personnes ont permis au Président de faire ces dérives, alors que j’ai entendu que ces fonds sont dans un compte à la BRH […]
Je dis au Président, attention, les Sénateurs ont été élus de la même façon que vous, il y en a qui ont été élus avant, et lorsque que vous partirez il y en a qui seront toujours au pouvoir, donc il faut faire attention […] »

HL/ HaïtiLibre

 

Résidence, CIN, impôts, l’avocat du Dr Conille explique

28/09/2011 12:09:54

Haïti - Politique : Résidence, CIN, impôts, l’avocat du Dr Conille expliqueAlors que plusieurs Sénateurs mettent en doute l’authenticité de certaines pièces du Premier Ministre désigné, le Dr. Garry Conille et veulent s’assurer en personne, que ce sont bien les institutions en questions, qui ont délivré certains documents, Me Kedler Augustin, avocat du Dr. Garry Conille s’est expliqué sur les pièces responsables de l’inquiétude de ces Sénateurs.
Question de résidence :
«…la question de résidence est à mon avis épuisée, il y a plus de doute que Garry Conille est un fonctionnaire public, d’ailleurs nous avons non-seulement prouvé cela par des textes, mais nous avons publié une photo où M. Garry Conille remettait ses lettres de créances au Chef de Gouvernement du Niger […] Les diplomates bénéficie du principe de l’extra-territorialité, ce principe dit clairement que la personne garde encore sa résidence en Haïti. »
Absence de la Carte d’identification Nationale :
«…Il faut quand même se référer à la Constitution, au niveau de l’article 11 qui fait obligation aux citoyens d’avoir leur Carte d’Identification Nationale. Je signale aussi, qu’il y a l’article 3 qui fait obligation à l’État de délivrer la Carte d’Identification Nationale. Il y a donc deux obligations : l’obligation faites aux citoyens de retirer leur carte, mais aussi une obligation faite à l’État de délivrer cette carte. Dans l’accomplissent de cette première obligation prévue par l’article 11, est-ce que Garry Conille avait fait la demande de sa carte d’identification nationale ? Je ne peux pas répondre, il y a un certificat délivré par l’ONI qui justifie que le citoyen avait fait la demande de sa carte d’identification nationale, la réalité, ce qu’elle est, c’est que jusqu’à présent nous ne constatons pas cette carte dans le dossier »
Déclaration définitive d’impôts :
«… Un fonctionnaire public, en droit international, bénéficie de ce qu’on appel de l’exonération d’impôt. M. Garry Conille, a versé dans le dossier des pièces, par prudence, car il ne voulait pas être pris à partie, pensant que les les gens n’allaient pas comprendre les règles de droit international, il l’a fait, mais il n’était pas obligé parce que je crois qu’il a déjà payé près de 992,000 gourdes. C’est une exonération prévue par les conventions […] un citoyen qui bénéficie du statut de fonctionnaire international ne doit pas payer [d’impôt dans son pays], il n’y a pas un risque de manque d’imposition, mais un risque de double imposition, le fonctionnaire risquant [sans cette loi] d’être imposé, à la fois dans le pays d’accueil et dans le pays où il vit…»
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3892-haiti-politique-la-commission-du-senat-reporte-le-depot-du-dossier-du-dr-conille.html
S/ HaïtiLibre

 

Vers la finalisation du rapport de la commission spéciale

mercredi 28 septembre 2011 à 07:18

imagesCACHZT05La commission sénatoriale spéciale pourrait présenter son rapport à l’Assemblée des Sénateurs avant la fin de cette semaine.

C’est le sénateur du Centre (Ouest d’Haïti), président de la Commission qui en a fait l’annonce, soulignant que le premier ministre désigné aurait fourni des explications sur les documents à l’origine de la controverse à savoir les certificats de résidence et la carte d’identification nationale.

“Nous n’avons aucun intérêt à laisser passer le temps, a déclaré Dieuseul Simon Desras, indiquant que la commission fait son travail comme cela se doit et non pour faire plaisir à certaines personnes”, conclut-il.

 

Le Président Martelly en réunion de travail avec le Club de Madrid

28/09/2011 13:12:07

Haïti - Politique : Le Président Martelly en réunion de travail avec le Club de MadridLe Président Michel Martelly accompagné de plusieurs Sénateurs a eu mardi 27 Septembre 2011, une réunion de travail avec une délégation du Club de Madrid composée de : Joe Clark, ex. Premier Ministre du Canada, Cassam Utem, ex. Président de la République de Maurice, Maria Elena Aguero, Secrétaire Général adjointe du Club, Juan Gabriel Valdés, Ancien Responsable Onusien, Nacho Espinosa, ex. Officier de Programme, Club de Madrid et Sandra Dorzin, Experte locale du Club de Madrid.
Le but essentiel de cette cinquième mission en Haïti, selon Juan Gabriel Valdès, est d’appuyer le Président et de partager avec lui leur expérience en tant qu’hommes d’Etat. M. Cassam Utem de l’Ile Maurice a ajouté que le Club de Madrid veut se mettre à la disposition du Président Martelly en lui apportant tout le soutien possible à partir de leur expérience personnelle.
Rodolphe Joazile qui participait à cette réunion à fait savoir
«…le Club de Madrid est un club qui est composé d’anciens Premier Ministres et Présidents […] nous avons une longue tradition de travail avec eux et aujourd’hui ils voulaient s’assoir avec nous, pour partager leur expérience avec nous et vice versa, tant sur le fonctionnement du Sénat que sur les rapports entre le Sénat et l’Exécutif, entre le Sénat et le judiciaire et les autres acteurs de la société civile.
Nous avons échanger nos idées […] nous avons parler de notre vécu, de nos frustrations et comment nous fonctionnons. […] le Sénateur Kély Bastien a présenté le cadre général du fonctionnement du Sénat […] la Sénatrice Edmonde Beauzile a présenté le vécu et le quotidien des parlementaires, Députés et Sénateurs, les Sénateurs François Anik Joseph et Jocelerme Privert ont fait également des interventions. C’était l’occasion pour tous ces sénateurs d’expliquer aux membres du Club de Madrid , à la délégation comment le sénat fonctionne, le rapport du sénat avec les autres branche du pouvoir, législatif, judiciaire, exécutif et la société civile… […]
…je leur ai rappelé que le Sénat avait voté une résolution
http://www.haitilibre.com/article-3865-haiti-securite-retrait-de-la-minustah-resolution-au-senat.html qui demande que les troupes de la Minustah quitte Haïti, au plus tard le 15 octobre 2012. Bien qu’ils ne soient pas la Communauté l’international proprement dit, […] nous leur avons demandé, qu’ils plaident pour nous [cette question] au sein de leur gouvernement. »

En savoir plus sur le Club de Madrid :
Le Club de Madrid est une organisation indépendante dédiée au renforcement des valeurs et leadership démocratiques aux quatre coins du monde. Elle fait appel à l’expérience unique de ses membres – 80 anciens Chefs d’Etat et Gouvernement de plus de 56 pays – qui mobilisent leur temps, expérience et connaissances pour mener à bien leur mission. Le Club de Madrid constitue le plus grand forum d’anciens Présidents et Premiers Ministres au monde, offrant aux dirigeants actuels une source inégalée de connaissances et expérience politiques.
S/ HaïtiLibre

 

Le club de Madrid appelé à aider les Haitiens avec le retrait des casques bleus

28/09/2011 12:35:00 Auteur(e) La Redaction

image

Le dossier du retrait  des casques bleus de l’ONU (Organisation des Nations Unies) d’Haiti était ce mardi au centre d’une rencontre entre le Sénat et des représentants du Club de Madrid arrivés la veille en Haiti pour une visite de 4 jours.
Le président du grand coprs, Jean Rodolphe Joazile, a fait savoir que ses collègues ont demandé aux membres de la délégation de les aider a obtenir le départ de la Minustah en octobre 2012 et cela a-t-dit, a travers des plaidoyers auprès de leurs gouvernements respectifs.
Il a redit que ce départ doit être préparé, progressif, ordonné et définitif. « Nous les avons infomés qu’une résolution a récemment été votée en ce sens au Sénat », a indiqué M Joazile.
Le president du grand corps a également indiqué que le dossier du choléra que les  casqus bleus sont accusés d’avoir introduit en haïti  suivant plusieurs études réalisées par des experts internationaux, ont été evoqués de même que la question des abus sexuels et des violences
Pour tout cela, a-t-il dit, il faut que le pays soit réparé. Cependant, cette réparation ne doit pas être forcément financière, a fait remarquer le parlementaire,  ajoutant que les Nations Unies ont pour devoir d’aider le pays a combattre l’épidémie.
Jean Rodolphe Joazile a souligné  que cette rencontre avait également pour objectif de faire le point autour du fonctionnement du grand corps et  ses rapports avec les autres pouvoirs et les institutions de la société civile.
L’un des membres de la délégation, Cassam Uteen, ex-président de l’Ile Maurice, a dit prendre note des demandes formulées par des parlementaire relatives à l’améliorations ds performances du Senat et affirme que le suivi sera fait.
M. Uteen a  affirmé que cette visite s’inscrit justement  dans le cadre des démarches visant à contribuer au renforcement de la démocratie en Haïti.

AHP

 

Haïti – Reconstruction :

Pour Rafael Correa «l’espoir s’appelle Haïti»

28/09/2011 10:45:39

Haïti - Reconstruction : Pour Rafael Correa «l’espoir s’appelle Haïti»Le Président de l’Équateur, Rafael Correa, est arrivée mardi midi à Port-au-Prince, accompagné du Chancelier Ricardo Patiño et du Ministre de la défense Javier Ponce. Lors d’une conférence de presse à l’aéroport Toussaint Louverture au côté de son homologue, le Président Michel Martelly, le Chef de l’État équatorien a déclaré que c’était un plaisir pour son pays de contribuer à la Reconstruction d’Haïti « Haïti fait parti de la grande patrie, c’est notre sœur, c’est un peuple durement frappé mais jamais vaincu voilà tout. Nous confirmons notre affection et notre entière solidarité. Nous ne pouvons pas faire tout ce que dont Haïti à besoin, mais le peu que nous pouvons collaborer, nous voulons le faire de manière efficace et sérieuse […] l’Amérique, le monde entier, doit beaucoup à Haïti et je crois que l’espoir s’appelle Haïti. »
Le Président Martelly a adressé ses remerciements au gouvernement équatorien pour sa contribution à la reconstruction d’Haïti. Il a particulièrement salué les travaux d’infrastructures réalisés par la Compagnie des Ingénieurs Militaires de l’Equateur dans la commune de Petite Rivière dans l’Artibonite [entretien des routes, construction de logements (camps Lambert) et d’écoles en béton armé, construction d’un pont de 30 mètres sur la rivière Ester, murs de gabions sur les canaux d’irrigation, drainage etc…] Ces travaux, coordonnés par l’Equateur dans le cadre de l’UNASUR, ont coûté plus de 13 millions de dollars, selon l’Acte de remise des œuvres et des biens approuvés par les deux Présidents [incluant des dons d’équipements : camions-bennes, camions citerne, niveleuses, excavatrices, chargeuses…
«… l’importance pour nous aujourd’hui, c’est de voir dans quel mesure l’on peut continuer à travailler avec ce contingent et avec l’Équateur au travers cette coopération […] Dans le cas de ces projets de solidarité, apportés par nos frères Équatorien, par le Président lui-même, on voit les résultats, et aujourd’hui, je vais demander au Président Correa, d’étudier la possibilité de continuer à nous accompagner. Nous sommes aujourd’hui à un carrefour important. On a la chance d’avoir au timon des affaires, un leadership qui priorise les intérêts d’Haïti, du peuple haïtien, donc, je crois qu’en le mettant côte à côte avec nos partenaires et amis, qui veulent aussi bien que nous, du bien pour notre population, le pays ne peut qu’aller de l’avant. Au nom du peuple haïtien, au nom du peuple de l’Artibonite, au nom de la République, Monsieur le Président Rafael Correa, je vous dis merci…»
A bord d’un hélicoptère, les deux hommes se sont ensuite rendus dans l’Artibonite afin d’inaugurer les travaux réalisés par les militaires équatoriens.
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3902-haiti-reconstruction-martelly-et-correa-en-visite-dans-l-artibonite.html
S/ HaïtiLibre

 

Haïti – Reconstruction :

Martelly et Correa en visite dans l’Artibonite

28/09/2011 13:01:52

Haïti - Reconstruction : Martelly et Correa en visite dans l'ArtiboniteMichel Martelly, le Président de la République d’Haïti, a participé hier mardi à la cérémonie d’adieu du contingent d’Ingénieurs-militaires équatoriens, installé depuis le séisme du 12 janvier 2010 dans la commune de Petite Rivière de l’Artibonite, dans le cadre de la mission d’Appui Equatorienne à la Reconstruction d’Haïti.
Après la signature des accords de dons constitués en des relevés géographiques de certaines régions, des interventions médicales, des matériels techniques utilisés dans les travaux d’infrastructures routières, des matériels médicaux et., le Chef de l’État, a en outre, inauguré un Pont sur l’Estère, une structure de 30 mètres de long, d’une valeur de plus 893,282 dollars américains. L’aide de cette unité équatorienne dans la région représente une assistance humanitaire considérable pour la population.
En présence de Rafael Correa Delgado, le Président équatorien, du Haut Commandement de la Police Nationale d’Haïti, de M. Rodolfo Mattarollo, l’Ambassadeur représentant du Secrétariat technique de l’UNASUR-Haïti et de quelques parlementaires, dont le Sénateur Youri Latortue, le Président Martelly a tenu à remercier la compagnie de génie militaire équatorienne pour ses différents travaux d’infrastructures routières et urbaines dont la réhabilitation de plus de 50kms de routes dans la région, la construction de ponts et de tronçons de route et le nettoyage de canaux d’écoulement de plus de 111,700 m3 d’eau. Un ensemble de travaux qui totalisent treize millions sept mille trois cent quarante-quatre (13,007,344) dollars américains.

Intervenant au Camp des militaires équatoriens, M. Martelly et M. Correa ont reconnu que les deux pays sont condamnés à s’entraider. Le Chef de l’État équatorien a rappelé les grands moments de l’histoire de l’Équateur dans sa lutte pour l’indépendance et la courtoisie des Haïtiens qui ont combattu à leurs côtés. « Notre pays est un petit pays comme le vôtre et a des problèmes similaires. Mais, les équatoriens ont beaucoup de fraternité et comprennent très bien la souffrance des Haïtiens. Ce que les militaires ingénieurs équatoriens ont accompli est peu, mais ils l’ont fait de tout cœur » a-t-il conclu.
En fin d’après-midi, le Président Martelly a offert un cocktail en l’honneur du Président Correa et ses collaborateurs. Le Président Correa est le premier Chef d’Etat en fonction à visiter Haïti depuis l’investiture du Président Martelly.
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3900-haiti-reconstruction-pour-rafael-correa-l-espoir-s-appelle-haiti.html
HL/ HaïtiLibre

 

Haïti : Sit-in de la SOFA contre la pénalisation de l’avortement

P-au-P, 28 sept. 2011 [AlterPresse] — L’organisation Solidarité des Femmes Haïtiennes (sigle créole SOFA) organise ce mercredi 28 septembre un sit-in pour réclamer la dépénalisation de l’avortement, apprend AlterPresse.

Le sit-in sera organisé devant les bureaux du Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP) et coïncide avec la journée mondiale pour la dépénalisation de l’avortement.

La SOFA lutte depuis plusieurs années pour l’amendement de l’article 262 du Code pénal en vigueur qui considère l’avortement comme un crime.

En Haïti, il n’existe pas de données fiables sur la quantité d’avortements opérés. Cependant les chiffres sur la mortalité maternelle révèlent que sur chaque 100 000 naissances, 630 mères décèdent, dont 103 des suites d’un avortement clandestin. [kft gp apr 28/09/2011 9 :40]

 

Martelly veut effectivement créer une nouvelle force publique

imageLe porte-parole de la présidence Lucien Jura confirme que le président Martelly multiplie actuellement des consultations dans la perspective de la création d’une nouvelle force publique.
Intervenant à la rubrique le point de Radio Télé Métropole, Monsieur Jura a indiqué que la provenance des fonds en vue de la mise sur pied de cette force est également au centre de ces discussions.
Lucien Jura indique en outre que la question du retrait de la Minustah est fortement évoquée au niveau de la présidence ces derniers jours.
Il a tenu ses propos en réaction à une information relayée par Associeted Press selon laquelle le président de la république souhaiterait mettre sur pied une armée de 3.500 hommes.
Interrogé sur les récentes déclarations faites par le sénateur Steveen Benoit faisant croire que le président Martelly a déjà commis plusieurs dérives depuis son arrivée au Pouvoir, le porte-parole n’avait pas souhaité commenté les propos du parlementaire.
Il a tout simplement fait remarquer que la position du sénateur Benoit témoigne tout simplement de la bonne santé de la démocratie en Haïti.

EJ/Radio Métropole Haïti

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :