vendredi 30 septembre 2011 (2)

30 Sep

Le Président Martelly invite au dialogue ses prédécesseurs Manigat, Aristide, Duvalier, etc …

30/09/2011 11:25:00 Auteur(e) La Redaction

image

Le Président Michel Martelly a annoncé jeudi qu’il allait, dans le cadre de la promotion du dialogue et de la réconciliation nationale, rendre visite, dans les jours à venir, à tous les anciens dirigeants haïtiens encore vivants.

Reconnaissant lui-même qu’aucun contact n’était encore établi avec les intéressés en vue de leur faire part de son projet, le locataire du Palais National a déclaré en direct sur Télé Ginen (une chaîne privée de Port-au-Prince) qu’il souhaitait rencontrer successivement, dans deux semaines, les ex-Présidents Leslie Manigat (fév-juin 1988), Prosper Avril (1988-1990), Jean-Bertrand Aristide (1991-1996 et 2001-2004), Jean-Claude Duvalier (1971-1986), René Préval (1996-2001 et 2006-2011) et Boniface Alexandre (2004-2006).

Le chef de l’Etat, qui précise avoir déjà parlé, dans d’autres circonstances, à l’ancienne Présidente provisoire, Ertha Pascal Trouillot (1990-1991), a également exprimé l’intention de s’entretenir avec Me Gérard Gourgue, grande figure nationale et ancien membre du Conseil national de gouvernement (CNG), au lendemain de la chute de la dictature des Duvalier en 1986.

A l’ordre du jour, figurent également des réunions avec les chefs de parti.

Parlant du tête-à-tête projeté avec M. Leslie Manigat, le sourire aux lèvres, Martelly a souligné qu’il y inviterait aussi sa rivale malheureuse aux dernières élections et épouse du professeur, Mirlande Hyppolite Manigat.

Ces différentes rencontres sont toutefois sujettes à des modifications en fonction de la réaction des personnalités susmentionnées.

Michel Martelly qui, dans ses multiples déclarations, s’est présenté comme un « bandit », a expliqué qu’il avait dû récemment user de son autorité et de toute la fermeté nécessaire pour contraindre des habitants de la localité de Laffiteau (nord de la capitale) à trouver un terrain d’entente avec la direction de l’entreprise mixte Cimenterie nationale (CINA), suite à un conflit concernant la distribution du courant électrique.

Sans citer son nom, le Président de la république a égratigné à plusieurs reprises le premier Sénateur de l’ouest, Steven Benoît, passé avec fracas, cette semaine, à l’opposition en dénonçant les dérives autoritaires et anticonstitutionnelles de Martelly. Très condescendant, il a minimisé le bilan de son ancien ami et allié qui, soutient-il, en tout et pour tout, n’a à son actif -peut-être par accident- que la loi sur le salaire minimum.

De confession catholique, M. Martelly a aussi évoqué sa visite dans la journée à l’église St-Michel à Fontamara (banlieue sud de Port-au-Prince) pour la fête paroissiale. A son initiative personnelle, un comité ayant à sa tête l’ancien Premier ministre désigné Daniel Rouzier a été créé afin de recueillir des fonds pour la reconstruction de l’église touchée le 12 janvier.

Rendant une visite de courtoisie à Radio-Télé Ginen à l’occasion de l’inauguration de son nouveau bâtiment, un an et demi après avoir été victime du séisme, le chef de l’Etat a longuement plaisanté avec les Sénateurs Kély Bastien, Mélius Hyppolite et Yvon Buissereth autour d’un match pour la paix devant opposer la Présidence au Parlement, au stade Sylvio Cator.

« Je vais leur infliger un cinglant 5-0 », a répété Michel Martelly qui chaussera ses crampons ce vendredi. spp/Radio Kiskeya

 

La commission du sénat a remis son rapport

30/09/2011

La commission du sénat chargée d’étudier les dossiers de Garry Conille, Premier ministre désigné, a remis son rapport le jeudi 29 septembre. Quatre des membres de cette commission sur huit ne l’ont pas signé.
La commission recommanderait à l’assemblée des sénateurs d’accorder un vote favorable au Premier ministre désigné lors de la séance de ratification qui se tiendra la semaine prochaine.
WPC/LM

 

Le G16, toujours divisé après la rencontre avec le Dr. Conille

30/09/2011 09:58:25

Le Groupe des 16 Sénateurs majoritaires au Sénat (G16), a eu jeudi une réunion de plusieurs heures au siège de la plateforme INITE [Canapé Vert], avec le Premier Ministre désigné, le Dr. Garry Conille. Il était question essentiellement pour le G16, d’obtenir des concessions politiques, dans le cadre du partage des responsabilités, en échange d’un vote favorable de ratification.
En sortant de cette réunion, le Dr. Garry Conille, s’est dit très satisfait, se refusant à commenter la réunion, il a invité les journalistes à interroger les Sénateurs affirmant pour sa part que «…c’était une excellente rencontre, je suis très content des discussions, et j’en suis sortis vraiment vraiment satisfait […] nous avons discuté de beaucoup de points […] je suis toujours très confiant dès le départ… »
Le Sénateur Evalière Beauplan [membre du G16] conditionne un vote favorable à un partage de responsabilité. Conscient que les ministères régaliens sont hors d’atteinte, le Sénateur à précisé que les négociations ne se limitaient pas au postes ministériels, mais incluaient également des directions générales, les postes de secrétaire d’État, de chargés d’affaires, d’ambassadeurs et de postes dans des missions diplomatiques d’Haïti, affirmant que le G16 pourrait aisément obtenir le ministère de l’agriculture dans le nouveau gouvernement.
Malgré cette longue réunion, des membres du groupe, ne semblent toujours pas convaincus des explications du Premier Ministre désigné et il n’a pas été possible d’unifier la position des Sénateurs du G16 en faveur du candidat. Le Sénateur Beauplan estime néanmoins, que 60% des membres du Groupe majoritaire se prononceront en faveur de la ratification de M Conille. Annonçant après la réunion, que le groupe allait se réunir afin de trouver un compromis et éviter la division. Selon nos dernières informations, jeudi soir, le groupe n’avait toujours pas pu parvenir à une position commune.
Le Sénateur Moise Jean Charles (INITE) membre de la Commission en charge de vérifier les pièce du Premier Ministre désigné, a déclaré que le vote du Sénat sera éminemment politique « …le Dr. Conille ne bénéficiera pas d’un vote technique au niveau du Sénat de la République, ce sera plutôt un vote politique car les pièces ne répondent pas à l’article 157 de la constitution de 1987 […] une rencontre vient d’avoir lieu, il y a eu des discussions, et je lui ai dis clairement que je ne sais pas encore, si je vais voter pour lui… […] j’ai fais une visite à l’ONI et à la mairie de Pétion-ville, Garry Conille ne remplit pas toutes les conditions […] j’ai trouvé que M. Garry Conille n’avait jamais voté, il s’est empressé de venir faire une demande de carte d’identification parce qu’il avait été désigné comme Premier Ministre, il n’est même pas enregistré dans le système, c’est ça que j’ai vu, et je l’ai dit… […] Garry Conille ne répond pas à toutes les conditions pour devenir Premier Ministre, cependant, comme ce sera une Assemblée politique, vous pouvez avoir un vote politique favorable ou défavorable… » Selon le Sénateur Moïse, plus optimiste que le Sénateur Beauplan 75% des élus du G-16 seraient en faveur du candidat à la Primature et que le G16 étalerait au grand jour ses contradictions.
Contrairement à ce qu’avait affirmé la veille, le Sénateur Dieuseul Simon Desras, Président de la Commission chargé de l’analyse des pièces, qui affirmait que le travail de la Commission était terminé, que le dossier serait déposé jeudi après midi, qu’il ne contenait pas de recommandations pour ou contre la ratification du Premier Ministre et que tous les membres de la Commission avaient signé ce rapport, il semble que la réalité de ce jeudi soit différente. La commission aurait du mal à soumettre son rapport en raison de contestations émises contre des recommandations favorables au Dr Conille. Certains membres de la commission refuseraient même de signer le [nouveau ?] rapport dans la version proposée…
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3906-haiti-politique-reunion-speciale-entre-le-g16-et-le-dr-garry-conille.html
HL/ HaïtiLibre

 

Le président Martelly confirme officiellement disposer d’un plan de rétablissement de l’armée

« Constitutionnellement, l’armée n’a jamais cessé d’exister, mais je vais tout de même présenter mon plan au parlement », a-t-il déclaré

Publié le vendredi 30 septembre 2011

Le président Michel Joseph Martelly a officiellement confirmé jeudi disposer d’un projet finalisé de constitution d’une nouvelle force publique qu’il compte incessamment présenter au parlement.

Intervenant à Radio Télé « Ginen » à l’occasion de l’inauguration des nouveaux locaux de la station en lieu et place de ceux détruits lors du séisme du 12 janvier, M. Martelly a réagi aux critiques selon lesquelles il a entrepris de rétablir l’armée sans avoir impliqué le parlement dans le processus mis en branle à cette fin. « L’armée n’a pas cessé d’exister, comme l’atteste la Constitution », a déclaré le chef de l’Etat se félicitant du fait que son initiative d’en envisager la remise sur pied n’a eu pour effet bénéfique que de relancer le débat autour de la question au parlement. « Mais je vais présenter le projet aux parlementaires », a-t-il ajouté.

Justifiant davantage la nécessité de la constitution d’une force à caractère militaire, M. Martelly a expliqué que ce n’est pas au moment du départ de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH) qu’il faudra y penser. « C’est pourquoi je m’oppose de toutes mes forces au retrait de la MINUSTAH quant à présent », a-t-il soutenu sans donner plus de précisions sur les dispositions arrêtées en vue de la constitution de ladite force.

Il place l’initiative dans le cadre de la création d’emplois. « De nombreux jeunes attendent d’intégrer la nouvelle force », a-t-il déclaré.

Des haut-gradés de l’armée dissoute ont été récemment appelés en consultation par le chef de l’Etat, a-t-on appris de sources généralement bien informées.

Un projet révélé par des agences de presse étrangères fait état du recrutement de 500 soldats dès octobre, de la formation d’un état major militaire en novembre en vue de la constitution d’une force militaire d’environ 3.500 hommes. Le plan, d’un montant total de 95 millions de dollars, prévoit l’indemnisation des membres de l’armée dissoute en 1994. Un processus initié par le gouvernement Alexandre-Latortue (2004-2006).

Interrogé autour d’un tel projet, le porte-parole de la présidence, Lucien Jura, a déclaré jeudi sur les ondes de radio Kiskeya qu’il ne s’agit pas d’un document officiel. Il a toutefois admis que le chef de l’Etat dispose d’un projet conforme à ses promesses de campagne concernant le rétablissement de l’armée qu’il rendra public avant peu. [jmd/Radio Kiskeya]

 

Haïti – Armée :

La nouvelle force d’ici au 18 Novembre 2011

Signal FM / Jeudi, 29 Septembre 2011 19:46

L’arrêté présidentiel consacrant le retour des Forces Armées d’Haïti sortira en Octobre prochain. Il annulera du coup celui du 6 Janvier 1995 consacrant la caducité des FAD’H.

La période du 18 Novembre 2011 au 18 Janvier 2012 sera consacrée au recrutement de la première promotion de la nouvelle de Force de Sécurité Nationale. Mais avant, un état-major intérimaire doit être constitué. Il est aussi prévu la reconstitution des carrières militaires, l’indemnisation des membres des anciennes forces armées, la liste des mises à retraite, l’évaluation du personnel militaire apte au service actif et l’identification de quartiers généraux à travers le pays.

Au cours du mois d’Octobre jusqu’au 18 Novembre, le personnel militaire remobilisé, environ 150 officiers et 500 soldats, sera recyclé. C’est à cette période que démarreront les opérations de recrutement des premiers 500 soldats. Une cérémonie symbolique de commémoration du 18 Novembre est prévue, vraisemblablement avec la participation du personnel de la nouvelle force.

L’agence HPN présente le reste du calendrier de constitution de la nouvelle force de défense nationale ainsi :

« Du 18 novembre 2011 à janvier 2012 : finalisation du recrutement de la première promotion, et processus d’implantation des bases militaires de l’armée de terre, des bases navales et pistes d’atterrissage

De février 2012 à juin 2012 : Démarrage de la formation de la première promotion, et continuation des opérations de recrutement  et du processus d’implantation des bases militaires.

De juin 2012 à juillet 2012 : graduation première promotion, et désengagement de la Minustah dans le Nord-ouest et Prise en charge par les Nouvelles Forces Armées.

De juillet 2012 à juillet 2013 : Recrutement et formation, Finalisation processus d’implantation des bases militaires, et désengagement progressif de la Minustah ».

 

Le Secrétaire Général de la Convention Baptiste en Haïti, a été enlevé

30/09/2011 11:55:40

Haïti - Social : Le Secrétaire Général de la Convention Baptiste en Haïti, a été enlevéL’incident est survenu à Cap-Haïtien, la deuxième ville d’Haïti où sont situés les bureaux de la Convention Baptiste. Plusieurs individus armés ont fait irruption hier jeudi 29 septembre au environ de 2h00 a.m dans la résidence d’Emmanuel Pierre, le Secrétaire général de la Convention baptiste d’Haïti, et on obligé le leader baptiste à les suivre par la force.
Les ravisseurs exigent une rançon pour sa libération, a déclaré à la Baptist World Alliance (BWA), Gedeon Eugène, le Président de la Convention, qui affirme être en négociation avec les ravisseurs pour la libération rapide et sûre du leader religieux.
Neville Callam, Secrétaire Général du la BWA a assurée les baptistes haïtien, de la prière des baptistes du monde entier, pour le retour de Pierre auprès de sa famille et de ses amis.
HL/ HaïtiLibre

 

La crise humanitaire n’est pas terminée 18 mois après le séisme

30/09/2011 11:55:00 Auteur(e) La Redaction

image

La « crise humanitaire en Haïti n’est pas terminée et la situation reste vulnérable dans les camps de déplacés » 18 mois après le violent séisme qui a frappé le pays, a estimé jeudi la secrétaire générale adjointe de l’ONU pour les affaires humanitaires, Valérie Amos.
Mme Amos, qui a conduit une mission d’évaluation de la situation de deux jours en Haïti, a noté que le pays avait toujours des besoins urgents de logements, de nourriture, d’eau et d’assainissement dans les camps de déplacés. « 4.5 millions d’Haïtiens font face à une situation d’insécurité alimentaire, tandis que 600 000 personnes vivent toujours dans les camps dont
certains sont menacés d’éviction forcée », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse au local de la Mission de l’ONU en Haïti.

 

Youri Latortue favorable à l’armée mais déplore la stratégie utilisée

30/09/2011 11:38:00 Auteur(e) La Redaction

image

Le sénateur de l’Artibonite, Youri Latortue, qui se dit favorable au retour de l’armée haïtienne, déplore cependant la stratégie utilisée par le président Michel Martelly dans le cadre des démarches visant à mettre sur pied une nouvelle force armée en Haïti.

L’Exécutif vient de rendre public un document intitulé : « Politique de défense et de sécurité nationale-Les grands axes ». Ce document révèle que le président Michel Joseph Martelly, constitue une nouvelle force armée dans le pays. La première série de recrutement est d’ailleurs prévue pour ce mois d’octobre.
Le sénateur Youri Latortue qui se prononce en faveur de la constitution d’une nouvelle force armée sur le territoire national, déplore toutefois la manière de faire du président Michel Martelly.
Selon le parlementaire, le chef de l’État ne devait pas soumettre le document relatif à la mise sur pied de cette nouvelle force armée à la communauté internationale avant même d’avoir consulté les différents secteurs-clés de la vie nationale.
« Le document n’a malheureusement pas fait l’objet de discussions au Parlement. Logiquement, la société civile, le secteur des affaires, les forces politiques du pays, devraient en prendre connaissance avant d’être soumis à la communauté internationale. Où est passée la souveraineté nationale ? », s’interroge le parlementaire.
M. Latortue est d’avis que la mise sur pied d’une nouvelle force armée dans le pays doit se faire aujourd’hui sur la base d’une approche consensuelle. Question, a-t-il soutenu, de donner plus de légitimité à cette force sur le terrain.
Par ailleurs, se voulant réaliste, l’ancien premier lieutenant des ex-Forces armées d’Haïti (FAd’H), propose une force armée contenant 3 mille hommes pour assurer notamment la sécurité au niveau des frontières. Il croit que notre budget ne peut aller au-delà de 3000 soldats pour l’instant.
« Nous fonctionnons avec un budget généralement très limité qui ne peut supporter une armée de grande taille », a-t-il conclu.
Alix Laroche
allalematin@yahoo.fr hpn

 

Sur le Projet de reconstitution de l’Armée d’Haïti

Le Matin – 30/09/2011

Je viens de prendre connaissance d’un dossier sur le projet de reconstitution de l’Armée d’Haïti. Il laisse au moins espérer que les choses commenceront bientôt à bouger, dans le cadre de l’action du nouveau gouvernement.
Le texte en question était précédé de commentaires reflétant la vision étroite d’analystes qui s’opposent à ce projet sur la base des crimes du duvaliérisme et du mauvais comportement d’un certain nombre de militaires dans l’histoire de notre pays. Faisant table rase de crises comparables ou pires surmontées par beaucoup d’autres pays, ils continuent de regarder ce phénomène à travers leur lucarne et de servir au public haïtien leur vision étroite des faits déplorables que personne ne conteste, mais qu’ils utilisent comme l’arbre qui cache la forêt. C’est ainsi qu’ils assimilent l’armée aux macoutes en oubliant que, toute proportion gardée, notre institution militaire a été l’une des plus grandes victimes du régime duvaliériste, avant de recevoir le coup de grâce du gouvernement Aristide, selon la même logique du bouc émissaire. La grande question à laquelle ils évitent de répondre est pourquoi Duvalier a pu faire tant de tort pendant si longtemps, et quel aurait été le sort d’Haïti si un secteur important de la population ne l’avait longtemps appuyé. Il y aurait aussi lieu de se demander comment, après la chute de Duvalier puis la démobilisation de l’Armée, le pays n’a pas connu une ère de démocratisation et de progrès.
Pour ma part, je souscris à l’idée de reconstituer l’armée dans un programme axé sur ce qu’elle peut apporter de constructif, en supposant la mise en place préalable de mesures adéquates contre la répétition des erreurs passées. Je souhaiterais toutefois que le plan de rétablissement mît davantage l’accent sur la participation de l’institution militaire aux travaux de développement. L’union du militaire et du civil dans la reconstruction du pays ne pourrait qu’entraîner une soudure salutaire qui nous permettrait d’avancer par nos propres moyens et de relever nos défis dans un contexte international où nous jouons aujourd’hui le rôle de parents pauvres. Le paragraphe sur la philosophie du projet de rétablissement de l’Armée évoque « la nécessité de renouer le lien biologique qui, jadis, unissait le peuple à son Armée » en rappelant que « l’Armée a forgé cette Nation ».

Teddy Thomas
teddythomas@msn.com
Le 29 septembre 2011

 

Grève à partir du 4 octobre dans des écoles municipales

30/09/2011 11:32:00 Auteur(e) La Redaction

image

Les enseignants des écoles municipales de Port-au-Prince menacent d’observer une grève à partir du 4 octobre prochain, soit un jour après la date de la réouverture officielle des classes.

Ces enseignants réclament pour eux ainsi que pour 800 employés de la mairie de la capitale le paiement de 5 mois d’arriérés de salaire.

« Nous autres enseignants, nous sommes pour une école véritable, sans parti pris, dans laquelle… tout le personnel éducatif est motivé dans le travail noble qu’il a choisi de faire », indiquent ces enseignants lors d’un point de presse.

« Mais comment arriver à se motiver quand 800 employés de la mairie de Port-au-Prince qui sont pères et mères de famille ont 5 mois d’arriérés de salaire en souffrance », s’interrogent-ils.

En plus de la grève, les enseignants menacent de tenir des sit-in devant la Banque de la République d’Haïti (BRH), responsable, selon eux, du non paiement de ces salaires.

Ils continuent en même temps de réclamer la réhabilitation des écoles municipales durement affectées par le séisme du 12 janvier 2010. [kft gp apr 29/09/2011 10 :30]

 

Ouverture officielle de la première Bibliothèque Numérique de l’UEH

30/09/2011 12:39:30

Haïti - Technologie : Ouverture officielle de la première Bibliothèque Numérique de l’UEH Ce vendredi, à 17h aura lieu l’ouverture officielle de la première Bibliothèque Numérique de l’Université d’État d’Haïti (UEH), cette espace sera un véritable laboratoire informatique qui donnera aux 15.000 étudiants, chercheurs et professeurs de l’UEH l’accès à des millions de ressources électroniques (livres, périodiques, presse en ligne.).
« La création de cette structure universitaire permet d’apporter une réponse rapide et concrète au manque d’infrastructures documentaires suite au 12 janvier […] C’est une étape très importante pour les étudiants, les chercheurs et les professeurs de l’Université d’Haïti (UEH) », a déclaré Patrick Weil, le directeur de l’organisation BSF.
Pour Vernet Henry, recteur de l’UEH cette bibliothèque représente « une opportunité énorme » indiquant également qu’un système est à l’étude pour permettre aux professeurs et étudiants de d’autres facultés d’avoir accès à la bibliothèque numérique « à partir de leur propre faculté ».
« Avec la bibliothèque numérique, il s’agit pour nous tout à la fois d’innover et d’améliorer le service tout en fournissant un signe clair que, malgré les problèmes de budget, l’UEH est déterminée à offrir un service de qualité dans tous ses départements. Cette dernière option doit d’ores et déjà devenir notre mot d’ordre » a déclaré Fritz Deshommes, Vice-Recteur à la Recherche de l’Université d’Etat d’Haïti.
Ce projet fruit d’une collaboration de Bibliothèques Sans Frontières et l’Université d’Etat d’Haïti (UEH) avec le soutien financier de la Fondation Louis D. / Institut de France constitue une réponse opérationnelle face au manque de ressources documentaires rencontrées par la communauté universitaire de l’UEH.
Ce nouveau bâtiment est construit en plein cœur du centre-ville, sur le site de la Faculté des Sciences, il proposera aux étudiants, chercheurs et professeurs 60 postes informatiques, tous équipés d’une connexion internet haut débit. De plus, grâce à l’implication de l’Université des Antilles et de la Guyane et à l’appui de plus de 20 éditeurs et portails partenaires qui ouvrent des accès gratuits à leurs bases de données, ce sont des millions de ressources en ligne (ouvrages virtuels, outils collaboratifs en ligne, revues et périodiques universitaires) qui sont mis à la disposition de la communauté universitaire de l’UEH.
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3854-haiti-technologie-une-bibliotheque-numerique-pour-15000-etudiants-de-l-ueh.html
HL/ HaïtiLibre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :