mercredi 12 octobre 2011 (2)

12 Oct

Le président Martelly rencontre l’ex président Aristide

Mercredi, 12 Octobre 2011 10:19 LJO/hpn

Le président Michel Martelly est actuellement à Tabarre où il s’entretient avec l’ancien président Jean Bertrand Aristide revenu au pays en mars 2011, après 7 ans d’exil en Afrique du sud, a appris Haïti Press Network.

La rencontre, une première entre les deux hommes, se tient à huis-clos. La presse n’a pas été invitée à suivre cette série d’entrevues entamée depuis mardi par le chef de l’Etat avec les anciens présidents.
Plus tard dans la journée de mercredi, le président Martelly ira visiter l’ex-président à vie Jean Claude Duvalier, dans les hauteurs de Pétion-ville.

 

Garry Conille, pas avant la semaine prochaine à la Chambre basse

12/10/2011 10:13:56

Haïti - Politique : Garry Conille, pas avant la semaine prochaine à la Chambre basseHier le Regroupement des Parlementaires pour le Changement, appelé communément G58, la nouvelle majorité fonctionnelle de la Chambre basse, qui a remplacé le Groupe des Parlementaires pour le Renouveau (GPR), s’est réuni dans le cadre du processus d’approbation de la Politique Générale du nouveau Premier Ministre, le Dr. Garry Conille. Le Député Abel Descolines (LAVNI) membre de cette nouvelle majorité a expliqué
«…la rencontre que nous avons eu, est une rencontre qui rentre dans le cadre du processus d’approbation de la politique générale du Premier Ministre Garry Conille et aussi pour que le groupe fasse un tour d’horizon sur la conjoncture. Nous avons pas encore fait de vote préliminaire […] la majorité des députés du G58, souhaitent vivement qu’il y ait une rencontre qui réunisse le Président de la République et son Premier Ministre avant le processus de présentation de l’énoncé de Politique Générale à la Chambre des députés. Pour le moment, nous n’avons pas une date [pour la séance de présentation], cependant au niveau du Bureau de la Chambre des Députés il est question que la lettre soit envoyé au Premier Ministre d’ici à la fin de la semaine, très probablement c’est une séance qui peut être faite la semaine prochaine.
Probablement, lundi ou mardi, suivant l’évolution qu’il y a dans les pourparlers, dans les échanges entre les députés et les autorités au niveau du pouvoir Exécutif […] il est important que cette rencontre soit faite pour obtenir des clarification et pour avoir des informations claires et précises autour de la composition du cabinet ministériel […] Le groupe G58, a des revendications qu’il souhaite exprimer de façon institutionnel, de façon formelle au Président de la République et à son Premier Ministre. Nous souhaitons que cette rencontre soit faite incessamment, d’ici là, nous aurons à délibérer sur la position que nous allons adopter lors de cette séance de l’énoncé de la déclaration de Politique Générale du Premier Ministre […] nous sommes disposé à avancer cependant nous exigeons que de façon institutionnelle, qu’il y ait des explications qui soient données à des parlementaires qui sont appelés à prendre de grosses décisions en faveur de la population qu’ils représentent. Ils veulent décider en connaissance de cause et ne souhaite pas faire connaissance de qui va être ministre, Secrétaire d’État, lors de la séance de l’énoncé de politique générale. »

De son côté, le Député Jean Tholbert Alexis, Chef de file du GPR à fait savoir « le Président de l’Assemblée Nationale devait écrire aux autorités canadienne pour pouvoir clarifier, si le nouveau Premier Ministre n’est pas de nationalité canadienne, nous attendons cette réponse et aussi nous attendons la copie de l’énoncé de Politique Générale du Premier Ministre […] nous exigeons cette copie au moins quarante-huit heures à l’avance. »
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3498-haiti-politique-le-president-martelly-detient-la-majorite-a-la-chambre-basse.html
http://www.haitilibre.com/article-3798-haiti-politique-le-gpr-perd-sa-majorite-au-profit-du-rpc.html
HL/ HaïtiLibre

 

impasse politique entre le PM et les parlementaires

Mercredi, 12 Octobre 2011 00:01 HPN

Le Premier ministre ratifié Garry Conille a rencontré mardi dans un hôtel de la capitale les parlementaires du groupe majoritaire à la chambre, mais cette rencontre n’aurait « pas permis de faire avancer les choses », a déclaré à Haiti Press Network un député qui ne souhaitait pas citer son nom.


« Nous avons rencontré le Premier ministre pour discuter qvec lui de lq composition du cabinet ministériel et de la politique générale, mais nous sommes sortis les mains vides », a déclaré le député.

Aucune date n’a pu être arrêtée pour la présentation de l’énoncé de politique de M. Conille.

« Nous avons réclamé le document 72 heures avant de programmer une séance, nous sommes sortis de la rencontre sans le document, donc il n’y aura pas d’assemblée », a ajouté le parlementaire.

La liste des membres du cabinet ministériel n’a pas non plus été communiquée aux députés présents lors de cette rencontre.

Les négociations entre le Premier ministre ratifié et les parlementaires semblent se heurter, une fois de plus, à la question des porte-feuilles ministériels à accorder aux groupes parlementaires.

« La liste des ministres change à tout moment », a indiqué un sénateur interrogé sur le profil du cabinet qui devait compter des ministres proposés par le groupe majoritaire au sénat.

 

L’épidémie de choléra gagne du terrain à Fonds-Verrettes

imageLa population de Fonds-Verrettes, commune frontalière du département de l’Ouest d’Haïti, fait face à un sérieux problème de choléra. Du début du mois de septembre au 10 octobre 2011, plus de 50 décès ont été enregistrés alors que plus de 530 personnes ont déjà été infectées. Ces chiffres ont été communiqués au GARR par le comité local des Droits Humains du Réseau Frontalier Jeannot Succès (KDMF).
« Il ne se passe un jour sans qu’on enregistre des cas d’infections et de morts dans la commune de Fonds-Verrettes.», déplore Jean Lestin L. Ménès, coordonnateur du KDMF.
Gros cheval et Orianie sont les communautés les plus touchées par l’épidémie. Le bilan se chiffre à 15 morts et 50 personnes infectées à Gros cheval tandis qu’à Orianie, 26 personnes ont succombé à la maladie et 325 autres en souffrent.
Cependant, au Centre ville et dans les autres localités de Fonds-Verrettes, le choléra est aussi présent : 15 cas d’infection et 5 morts ont été signalés au centre ville, 64 cas d’infection à Bois Négresse, 30 cas d’infection à Palmiste Tampé, 7 cas d’infection et 3 morts à Terre froide, 39 cas d’infection et 3 morts à Nan Coma, 1 mort à Troima et 1 cas d’infection à Boucan Chatte.
«Le choléra gagne du terrain dans la commune alors que les conditions sanitaires à Fonds-Verrettes restent très précaires.», souligne le représentant du KDMF. Il existe un seul centre de santé pour une population estimée à plus de 50000 habitants. Il y a aussi une insuffisance de latrines dans la commune. Ajouté à cela, l’eau potable reste un produit de luxe pour la population qui, à ses risques et périls, utilise pour le breuvage et la cuisson, l’eau des marais ou l’eau de pluie conservée dans des citernes.
La capacité d’accueil des deux CTC disponibles dans la commune, l’un à Orianie et l’autre au centre ville, est très limitée et il faut parcourir une longue distance, soit environ 55 Km pour atteindre un centre de traitement à Fonds-Parisien.
L’éloignement des structures sanitaires n’est pas sans conséquence sur le budget des familles. « En temps normal, le coût du trajet jusqu’à Fonds-Parisien variait entre 400 et 600 gourdes, alors qu’il atteint maintenant 2000 et jusqu’à 2500 gourdes pour le transport des malades du choléra.», renseigne le KDMF.
Face à la propagation du choléra qui tend à faire des victimes au quotidien dans les rangs de la population déjà privée de maints services de base, le Comité des Droits Humains de Fonds-Verrettes lance un appel pressant aux autorités concernées, en particulier, le Ministère de la Santé Publique et de la Population, pour renforcer les CTC existants et offrir une aide soutenue en vue de combattre ce fléau à Fonds-Verrettes.

EJ/Radio Métropole Haïti

 

 

Haïti : les visages de la reconstruction – découvrez le projet « Retour Quartier » de l’ONG Solidarités International

Source : Keek
Par Riddick le 12 octobre 2011

Haïti : les visages de la reconstruction - découvrez le projet  Retour Quartier  de l ONG Solidarités International

Un an et demi après le séisme en Haïti, il reste encore beaucoup à faire. La reconstruction est une opération complexe et plus de 700 000 Haïtiens habitent toujours dans des camps de fortune.

C’est dans ce contexte que Solidarités International, en partenariat avec l’Union Européenne, met en place le projet innovant « Retour Quartier », que nous vous proposons de découvrir à travers un reportage, avec des témoignages de personnes qui en bénéficient. N’hésitez pas à le faire connaître autour de vous.

www.solidarites.org

 

Tête-à- tête entre Michel Martelly et Prosper Avril

Vision 2000 / mardi 11 octobre 2011 à 23:48

logo_ulbimage_thumb1

Le président de la République, Michel Joseph Martelly, a rencontré ce mardi   le Général  et ancien président d’Haïti,  Prosper Avril en  la résidence privée de ce dernier.

Ce tête-à-tête entre ces deux hommes s’inscrit dans le cadre d’une série de rencontres  prévues entre Michel Martelly et les ex-chefs d’Etat haïtiens vivant dans le pays.

Cette rencontre a été l’occasion pour l’ancien président d’Haiti de conseiller à l’actuel chef d’Etat de réconcilier les fils et les filles du pays et d’œuvrer au développement  réel du pays.

Quant au président  Martelly, il en a profité pour inviter l’ancien homme fort de 1988-1990 de rejoindre son équipe afin  de l’aider à matérialiser l’entente entre  tous les haïtiens.

Né le 12 décembre 1937  à Thomazeau (Est d’Haïti), Prosper Avril, fut membre du Conseil National de Gouvernement, CNG, la junte civilo-militaire Constituée après  la chute de Jean Claude Duvalier en 1986.

Il a passé la plus grande partie de sa carrière militaire au Palais national, où il s’occupait de l’approvisionnement en équipements et armements et conseillers du président Jean-Claude Duvalier.

Il a présidé  le pays du 17 septembre 1988 suite à un coup d’État contre le général Henry Namphy, jusqu’au 10 mars 1990 où il était obligé de partir  en exil sous la pression des opposants politiques appuyés par les gouvernements français et américain.

Revenu au pays en 1993, il mena une existence discrète jusqu’à son arrestation en 2001, peu de temps après l’élection de Jean Bertrand Aristide à la présidence, pour conspiration contre l’Etat. Il resta en prison pendant trois ans, en dépit de décisions judiciaires rendues en sa faveur. Il a été libéré quand le président Aristide a été obligé  lui  aussi de quitter le pays le 29 février 2004.

Prosper Avril est aujourd’hui écrivain. Parmi ses œuvres, on peut citer : Haiti 1995-2000 : Le Livre Noir de l’Insécurité et L’Armée d’Haiti : Bourreau ou Victime?

 

Garry Conille fixé sur son sort jeudi

Jeudi est la date retenue pour la séance de ratification de la déclaration de la politique générale du Premier ministre Garry Conille au Sénat. Jusqu’à ce mardi, le cabinet ministériel n’était pas encore au complet et les contentieux n’étaient pas vidés avec les parlementaires qui continuent de conditionner leur vote. Le G-16 arrive quand même à décrocher trois postes ministériels, selon une source officielle.
Une date est enfin confirmée. Le sort de Garry Conille sera fixé au Sénat jeudi. C’est le président du Grand Corps qui en a fait l’annonce mardi. Selon le sénateur Rodolphe Joazile, le Premier ministre avait voulu faire sa déclaration de politique générale ce mercredi. Mais, pour permettre aux pères conscrits de prendre connaissance de l’énoncé avant même la séance, la date a été repoussée de 24 heures. Question pour eux d’avoir une copie du document.
Changement de stratégie
La séance sur la ratification de la déclaration de la politique générale du Premier ministre Garry Conille devait avoir lieu dans un premier temps à la Chambre des députés. Tout compte fait, l’intéressé a préféré se présenter d’abord au Sénat. Rien d’anormal, a rassuré le sénateur Rodolphe Joazile. « Les deux Chambres du Parlement sont indépendantes…Par élégance politique, nous avions souhaité que le Premier ministre passe d’abord devant la Chambre des députés. Mais, hier (lundi) j’ai reçu une lettre du concerné disant qu’il se présentera au Grand Corps mercredi… », a expliqué le président de l’Assemblée nationale.
Une rencontre tenue lundi entre le président de la République, Michel Martelly, et le groupe majoritaire au Sénat n’a pas permis la formation du cabinet ministériel. Les relations sont très tendues entre la présidence et le G-16 qui ne devait obtenir qu’un seul poste ministériel sur les cinq promis par le palais national avant la ratification du choix de Garry Conille.
La présidence, selon une source officielle ayant requis l’anonymat, est sur le point d’accepter de confier le ministère à la Jeunesse, aux Sports et au Service civique, celui de l’Environnement et celui des Affaires sociales au G-16. « Ce sont des ministères non- stratégiques », a commenté un membre du groupe, qui s’attendait aussi à avoir le portefeuille de l’Agriculture et celui de la Santé publique.
Cependant, selon le leader du G-16, le sénateur Joseph Lambert, aucun membre du Groupe des 16 ne fera partie directement du gouvernement de Conille. Etant à la fin de leur mandat, il était question que des sénateurs comme Kely C. Bastien, Joseph Lambert, Evallière Beauplan, entre autres, occupent eux-mêmes, des postes ministériels.
M. Lambert a fait savoir que les rencontres se poursuivent entre le G-16 et Garry Conille sur des points qui devraient faire partie de l’énoncé, tels : la production nationale, l’industrie de transformation, l’agriculture et la pêche, le microcrédit; la diplomatie orientée vers la recherche de débouchés pour le pays ; l’éducation – dotée d’un personnel fonctionnel, bien formé et adapté aux nouvelles réalités, la santé – pour laquelle il prône un service de proximité pour lutter contre le choléra, le monde rural et l’environnement, entre autres.
Rien pour l’Alternative
Dans ce partage de responsabilités et de postes ministériels, l’Alternative est, visiblement, mise en quarantaine. Les élus de la plateforme politique au Sénat sont sur le point de s’abstenir à nouveau au moment du vote de la déclaration de la politique générale du Premier ministre. Selon le sénateur Francisco Delacruz, son organisation politique a été carrément écartée des négociations. Cette position pourrait être adoptée également par les députés de l’organisation qui ont voté Garry Conille.
Evidemment, le Premier ministre ne doit pas compter sur le vote du sénateur Jean William Jeanty qui continue de croire que le Premier ministre a été imposé par l’international et que l’avoir comme chef de gouvernement, c’est une honte pour tout le pays.
A la Chambre basse, le groupe GPR n’est pas impliqué directement dans les négociations avec la présidence en vue de la formation du gouvernement. Cependant, la plupart des parlementaires de ce bloc politique exigent la présence de l’actuel ministre de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural, Joanas Gué, dans le prochain gouvernement.
« On laisse le soin aux sénateurs de mener les négociations », a indiqué le député Jean Tholbert Alexis, président du GPR. Les députés membres du groupe, a-t-il ajouté, veulent simplement disposer de la déclaration de la politique générale du Premier ministre, 48 heures avant la séance et éventuellement la preuve de la nationalité haïtienne de Garry Conille.
Le porte-parole du bloc majoritaire à la Chambre basse, le député Abel Descolines, a indiqué que, pour le Groupe-58, les conditions ne sont pas réunies pour la tenue d’une séance sur la ratification de la déclaration de politique générale de Garry Conille. « Nous n’exigeons pas un partage de responsabilités ni des postes, mais nous voulons avoir un droit de regard sur les ministres et sur la nomination des vice délégués départementaux et des conseils municipaux », a expliqué l’élu de la circonscription de Mirebalais.
Suite aux évolutions des dernières négociations avec le G-16, tout porte à croire que l’énoncé de la politique générale de Garry Conille aura, maintenant, un vote favorable au Sénat. Toutefois, il est un fait certain que le Premier ministre n’aura pas une trop grande marge de manoeuvre puisque la quasi-totalité des ministres de son cabinet sont pour lui des inconnus.
Robenson Geffrard
et Jean Pharès Jérôme

 

Ansanm nou fô au bord de l’implosion

Le torchon brûle entre les dirigeants de la plateforme Ansanm nou fô. Depuis plus d’un moins, le président de cette structure, Dismy César, n’assiste pas aux réunions. C’est l’intéressé, lui-même qui l’a annoncé ce mardi matin sur les ondes d’une station de la capitale. La nouvelle a fait depuis le début de cette journée le buzz de la presse.

Le Matin – 11/10/2011

ANSANM-NOU-FO_thumbLe torchon brûle entre les dirigeants de la plateforme Ansanm nou fô. Depuis plus d’un moins, le président de cette structure, Dismy César, n’assiste pas aux réunions. C’est l’intéressé, lui-même qui l’a annoncé ce mardi matin sur les ondes d’une station de la capitale. La nouvelle a fait depuis le début de cette journée le buzz de la presse.
L’une des causes principales de cette dissidence est la nouvelle position des élus de cette plateforme et de certains dirigeants. Mario Dupuy, membre du directoire de cette structure politique est depuis plus d’un mois le conseiller en communication du président Martelly. L’ancien secrétaire d’état sous le gouvernement du président Aristide a été sollicité de la part de Michel Martelly pour l’accompagner au Palais national, depuis son élection en mars dernier. L’offre a été faite au cours d’une réunion avec les dirigeants de Ansanm nou fô.
D’autre part, certains députés (une dizaine) de cette plateforme ont retrouvé le camp Martelly au sein du groupe des 58. Cela a été une pierre d’achoppement et l’un des points sur lesquels les dirigeants ne se sont pas mis d’accord.
De la part de Dismy César, aucun pacte n’a été à la base de ces alliances jugées pour le moins de contre nature. L’ancien conseiller politique de Jean-Bertrand Aristide qualifie d’opportunisme la position de ces camarades de combats. Il dit prendre ses distances à cause d’un problème de conviction et le respect de parole donnée entre les divers membres.
Par ailleurs, un autre membre du directoire de la plateforme Ansanm nou fô et ex-conseiller de Jean-Bertrand Aristide, Jose Ulysse, qualifie de vagabondage la position de Dismy César qui a choisi de péter les plombs au grand public. Alors qu’il ne s’est pas présenté dans les locaux du parti depuis plus d’un mois, là où il peut poser les grands problèmes, il a préféré de nous fuir et de les poser ailleurs, a fulminé M. Ulysse. Très remonté, ce dernier a appelé son ami de longue date à revoir sa position.
Depuis l’accession de Michel Martelly, on assiste à une certaine alliance entre divers secteurs politiques (duvaliéristes, lavalassiens, etc.). Des alliances très mal vues certaines fois par les analystes politiques. Le choix de Mario Dupuy de rejoindre Michel Martelly a été la grande surprise. Alors que sa plateforme qui constituait une force au sein du parlement, elle est aujourd’hui flanchée et peut être sombrée dans un état abracadabrant.

Joseph Chanoine Charles

 

Rosemond Pradel critique la méthode utilisée par Martelly pour obtenir la ratification de Conille

image_thumbL’ancien conseiller électoral Rosemond Pradel dénonce la méthodologie employée par la présidence pour négocier avec les parlementaires, dans le cadre de la ratification de Garry Conille.
Intervenant à la rubrique le point de Radio et Télé Métropole, Monsieur Pradel, a fait savoir que la présidence devait passer par la voie la plus sure qui l’aidera à obtenir la ratification de son premier ministre.
Dans les négociations les protagonistes devraient tenir compte de toutes les forces présentes dans les deux chambres soutient l’ingénieur Rosemond Pradel .
Il affirme que les négociations entre les acteurs doivent se poursuive jusqu’à la séance de ratification de la politique générale du premier ministre.
« Gary Conille est appelé à travailler avec les parlementaires pour éviter un vote de non confiance » a indiqué Rosemond Pradel membre de la fusion des socio-démocrates.
Il a fait remarquer que si le parlement accorde un vote de censure est infligé au premier ministre ratifié, la procédure va devoir recommencer. Donc le président sera obligé de designer un nouveau chef de gouvernement.
EJ/Radio Métropole Haïti

 

Haïti – Politique :

«Fanm yo la» demande le respect du quota de 30% de femmes

11/10/2011 13:50:01

Haïti - Politique : «Fanm yo la» demande le respect du quota de 30% de femmesL’organisation féministe « Fanm yo la », demande au nouveau Premier Ministre Garry Conille et au Président Michel Martelly, de tenir compte du quota minimum de 30% dans la formation du nouveau Cabinet ministériel, tel que voté dans l’amendement de la constitution de 1987.
Madame Lisa François de cette organisation, déplore que « seulement deux postes de Direction Générale ont été accordées aux femmes » lors des récentes nominations de Délégués départementaux et de Directeurs Généraux effectués par le Chef de l’État.
La Députée Ogline Pierre, membre du G58 [nouvelle majorité à la Chambre basse] n’hésite pas à conditionner son vote au degré de respect par l’Exécutif, du quota de 30% de femmes dans la composition du prochain gouvernement « je demande au Premier Ministre et au Président de la République d’intégrer les femmes dans le gouvernement qui va venir, parce qu’il faut que le quota soit respecté, même s’il ne peut pas être respecté à 100%, il faut que nous ayons des hommes et des femmes, parce que la chose publique est une affaire de femmes et d’hommes. »
Une revendication qui a peu de chance d’être pleinement satisfaite, car non contraignante, compte-tenu que la Constitution amendée n’a toujours pas été publiée dans le journal officiel « Le Moniteur » et qu’en l’absence, l’article 17.1 modifié, qui fait mention d’un quota minimum de 30% de femmes dans la vie nationale, n’a pour le moment, aucune existence constitutionnelle légale. Rappelons pour mémoire que l’article 17.1 dans la Constitution amendée stipule :
Il est ajouté un article 17.1 qui se lit comme suit :
Le principe du quota d’au moins trente pour cent (30%) de femmes est reconnu à tous les niveaux de la vie nationale, notamment dans les services publics.
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-2911-haiti-constitution-c-est-une-victoire-pour-les-femmes.html
http://www.haitilibre.com/article-3455-haiti-politique-les-femmes-sous-representees-au-parlement.html
http://www.haitilibre.com/article-3376-haiti-politique-sophia-martelly-rencontre-les-femmes-deputees.html
http://www.haitilibre.com/article-2889-haiti-constitution-texte-integral-de-la-declaration-d-amendement-de-la-constitution-de-1987.html
S/ HaïtiLibre

 

Martely veut maintenant nommer des maires

Après les délégués départementaux, le président de la République Michel Martelly veut maintenant placer des Conseils municipaux. Les maires élus depuis 2006 sont aujourd’hui à la fin de leur mandat et les prochaines élections ne sont pas pour demain, dans ce pays qui tarde encore à avoir un nouveau gouvernement. Certains noms sont déja connus parmi ceux-là que le président Martelly envisage de transformer en maires.

Le Matin – 11/10/2011

Après les délégués départementaux, le président de la République Michel Martelly veut maintenant placer des Conseils municipaux. Les maires élus depuis 2006 sont aujourd’hui à la fin de leur mandat et les prochaines élections ne sont pas pour demain, dans ce pays qui tarde encore à avoir un nouveau gouvernement. Certains noms sont déja connus parmi ceux-là que le président Martelly envisage de transformer en maires.
Dans la deuxième ville du pays, le Cap-haïtien un nouveau cartel municipal a failli être instalé ce mardi 11 octobre 2011. Un report de dernière heure s’en est suivi, mais l’on sait déja que le prochain Conseil sera dirigé par un éducateur très connu dans la cité christophienne: M. Wilbrode Béon. Aidé de M. Roosevelt François et de Jean Guy Chèrenfant, le nouveau maire devra prendre les rênes d’une commune dirigée récemment par un zélé lavalassien Michel Saint Croix. Ce maire qui s’est fait remarquer par sa rigueur et ses interventions spectaculaires dans les rues et les marchés de la ville, a gardé un profil bas durant ces derniers jours, même avant que le chef de l’État ne s’évertue à le remplacer.
Dans plusieurs autres villes du pays, des personnalités sont pressenties pour intégrer ces conseils municpaux qui ne seront pas issus des urnes. Des députés avouent avoir discuté avec le président autour du choix des maires et des délégués de ville. “Si la nommination des délégués départementaux concernaient surtout les sénateurs, nous autres députés, nous avons clairement dit au président qu’il doit composer avec nous dans le choix des maires et des délégués de ville”, nous a confié un député membre du groupe des 58 à la Chambre basse.
Les nominations faites jusqu’ici par le président de la République toujours sans un gouvernement fraichement investi ont déjà soulevé des mécontentements au sein de la société haïtienne. Plusieurs juristes questionnent la légalité de ces nominations faites pour la plupart sans l’aval d’un conseil des ministres comme l’exige la Constitution.
Avec la nomination de ces nombreux conseils municipaux à travers les différentes communes de la République, Martelly s’offre un nouvel outil de négociation notamment avec les députés. On retiendra aussi que tout manque d’ouverture du président dans le choix de ces nouveaux maires peut avoir des conséquences sur l’adhésion circonstancielle des parlementaires envers la présidence.
Ces nominations disent aussi que les élections pour les collectivités territoriales et pour un tiers du Sénat vont attendre encore quelque temps…

Eddy Laguerre
edgu85@yahoo.fr

 

La République dominicaine mène une campagne agressive contre Sonia Pierre

Mardi, 11 Octobre 2011 19:10 FA/HPN

La photo de la militante des droits Humains Sonia Pierre a été placardée dans le métro de Santo-Domingo comme une « ennemie » de la république voisine. Elle abuserait de l’hospitalité de nos voisins qui vont jusqu’à la rejeter comme une Dominicaine à part entière, informe le GARR.

Suite aux déclarations de la Secrétaire d’Etat américaine, Hilary Clinton autour de la situation des immigrants haïtiens en République Dominicaine, une vaste campagne d’intimidation s’est déclenchée contre Sonia Pierre, militante des droits humains qui défend les droits des immigrants haïtiens et ceux de leurs descendants en République Dominicaine.

Des secteurs puissants du monde politique, religieux, des affaires et de la société civile dominicaine sont montés au créneau pour qualifier Sonia Pierre de tous les noms, insulter ceux et celles qui défendent les immigrants haïtiens et démentir du même coup toute information faisant état des violations des droits des ressortissants haïtiens et de leurs descendants dans ce pays.

Certains sont allés jusqu’à qualifier Sonia de cancer pour la République Dominicaine, de traitresse et même de terroriste. Cette campagne d’intimidation survient suite à des actions de plaidoyer menées par plusieurs organisations travaillant avec les descendants des haïtiens en République Dominicaine autour du processus de dénationalisation dont sont victimes des centaines de dominicains et dominicaines d’origine haïtienne.

Dans une pétition adressée à la Commission Interaméricaine de Droits Humains (CIDH), une douzaine d’organisations dominicaines, américaines et européennes, parmi elles l’organisation de Sonia Pierre (MUDHA), ont sollicité et obtenu de la CIDH pour le 24 Octobre prochain une audience publique afin de mieux expliquer ce problème. Le gouvernement dominicain est invité à prendre part à cette audience.

Plusieurs secteurs dominicains mécontents de cette initiative qui fait pourtant partie des actions prévues dans le système international de droits humains auquel se dit adhéré l’Etat dominicain, ont pointé du doigt Sonia Pierre en déclenchant contre elle une cinglante campagne médiatique. Elle est citée par le cabinet d’avocat d’un parti politique anti-haitien à se présenter par-devant un juge pour venir s’expliquer sur une récente déclaration qu’elle a faite et dans laquelle elle a donné des informations sur des centaines de cas documentés de dénationalisation de personnes d’origine haïtienne.

A noter que depuis l’entrée en vigueur de la nouvelle Constitution dominicaine en janvier 2010, consacrant en même temps le jus soli et le jus sanguini (droit du sol et droit du sang) en matière de nationalité, de nombreux dominicains et dominicaines d’origine haïtienne se sont vus refuser le renouvellement de leurs documents d’identité tels que passeport, cedula (carte d’identité) et actes de naissance.

 

Abdou Diouf invité en Haïti par le Président Martelly

11/10/2011 14:36:55

Haïti - Éducation : Abdou Diouf invité en Haïti par le Président MartellySuite à la tenue du XIIIème Sommet de la Francophonie à Montreux, en octobre 2010, où les chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) ont adopté la résolution faisant d’Haïti la priorité de la solidarité francophone, Abdou Diouf, Secrétaire général de la Francophonie, se rendra en Haïti les 13 et 14 octobre 2011, à l’invitation du Président de la République Michel Martelly. « La Francophonie toute entière demeure solidement engagée à accompagner Haïti au niveau de la consolidation de la démocratie, ainsi que de la mise en œuvre des actions ciblées en matière d’éducation, d’enseignement supérieur et de refonte institutionnelle, en collaboration avec le nouveau gouvernement et les partenaires internationaux », a déclaré Abdou Diouf.
La coopération multilatérale francophone en faveur d’Haïti demeure la grande priorité de la Francophonie institutionnelle, présente depuis 20 ans en Haïti. L’Organisation internationale de la Francophonie, l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF) et l’ensemble de ses opérateurs spécialisés que sont l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), TV5 Monde, l’Association internationale des maires francophones (AIMF) et l’Université Senghor ont apporté leur concours au relèvement du pays.
HL/ HaïtiLibre

 

Haïti/Presse-Injures

L’AJH n’entend pas abdiquer

Posté le mardi 11 octobre 2011

L’Association des journalistes haïtiens (AJH), choquée par les injures proférées par le président Michel Joseph Martelly à l’endroit du journaliste Germain Etienne de Scoop FM le lundi 3 octobre, est aujourd’hui scandalisée d’entendre la réaction  du chef de l’État, persistant dans son attitude irrespectueuse, irrévérencieuse et grossière à l’égard de la corporation des journalistes, membre du corps social.

“Je n’ai pas aimé la façon dont j’ai été abordé; j’ai répondu, et c’est fini”, a en effet répondu le président Michel Joseph Martelly, invité à s’exprimer sur ce nouveau dérapage verbal, lors d’une conférence de presse au Palais national, le 6 octobre.

L’Association des journalistes haïtiens croit qu’il est important de rappeler à l’attention du président qu’il est un serviteur et par conséquent, doit respect au plus petit des Haïtiens, conformément à la Déclaration universelle des droits de l’homme.

L’Association rappelle au chef de l’État qu’il est le gardien de la Constitution et l’un des garants du bon fonctionnement des différentes institutions de la société.

L’Association des journalistes haïtiens veut une fois de plus attirer l’attention sur certains événements mettant face à face la presse des partisans du président Michel  Joseph Martelly et  parfois le chef de l’État lui-même :

Aux Cayes, le 8 décembre 2010, des individus, au nom de Michel Joseph Martelly ont saccagé les locaux de Radio Lebon FM et menacé des journalistes après la publication des résultats préliminaires des législatives et présidentielle ;

À Port-au-Prince, le  9 mars 2011, le candidat Michel Joseph Martelly, a  proféré des agressions verbales contre le journaliste Gotson Pierre lors d’un débat dans le cadre du deuxième tour de la présidentielle et des législatives ;

Aux Gonaïves,  22 mai 2011, des agents de l’Unité départementale de maintien d’ordre (UDMO), ont bousculé et brisé des matériels de travail des journalistes qui couvraient la visite du président Michel Joseph Martelly, suite à l’incendie du marché public des Gonaïves ;

À Port-au-Prince, le 27 juillet 2011, le président Michel Joseph Martelly, lors du lancement de la revue touristique, Magic Haïti, a rendu la presse responsable de la projection de la mauvaise image d’Haïti vers l’extérieur et a demandé à la presse de se taire. Il a même menacé d’user de la force contre tous ceux qui disent mal du pays, dont la presse ;

À Jacmel, le 28 juillet 2011, des agents de sécurité du président Michel Joseph Martelly ont bousculé des journalistes et les ont expulsés de la salle de conférence lors d’une visite qu’il effectuait  dans cette ville.

L’Association des journalistes haïtiens n’abdiquera pas face à ses responsabilités et sera toujours prompte à dénoncer et dans le futur à utiliser tous les recours pacifiques nécessaires dans la bataille pour le respect de la liberté de presse, la liberté d’expression et le droit à l’information.

Jacques Desrosiers / Secrétaire général / 3727-8539

 

Jean William Jeanty contre un éventuel retour des Forces Armées d’Haïti dans le contexte actuel

mardi 11 octobre 2011 à 16:18

images (34)Le deuxième sénateur des Nippes (Sud d’Haïti) appelle toutes les forces vives du pays à se mobiliser contre le projet relatif à la création d’une force de défense nationale.

Le retour de l’armée n’est pas une priorité pour Haïti aujourd’hui, pense Jean William Jeanty.

« Michel Martelly ne doit pas décider unilatéralement quant à la remobilisation de  l’Armée d’Haïti. Cela doit être le fruit d’un large consensus », conseille le sénateur Jeanty.

Cette décision doit aussi  s’inscrire dans le cadre d’un projet de développement global,  indique le parlementaire qui plaide de préférence en faveur du renforcement de la PNH.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :