vendredi 14 octobre 2011 (1)

14 Oct

Haïti-Parlement-Ratification

Conille passe avec succès son grand oral au Sénat

16 voix pour, quatre contre et cinq abstentions, au terme d’une séance de ratification interminable ayant permis au Premier ministre d’obtenir le feu vert des Sénateurs avant de soumettre, en principe ce vendredi, sa politique générale à l’approbation de la Chambre basse, ultime étape du processus ; forte présence des proches de Michel Martelly dans cette équipe gouvernementale de 18 membres

Publié le vendredi 14 octobre 2011

Le Premier ministre Garry Conille défend sa déclaration de politique generale au Sénat

Le Premier ministre Garry Conille défend sa déclaration de politique generale au Sénat

Le Sénat a approuvé vendredi aux premières heures la déclaration de politique générale du Premier ministre Garry Conille par 16 voix pour, quatre contre et cinq abstentions, à l’issue d’une séance marathon de onze heures marquée par des critiques et de sérieuses réserves sur les orientations stratégiques du nouveau gouvernement dont les portefeuilles-clés ont été confiés à des proches du chef de l’Etat.

Dans les grandes lignes de son programme axé sur les priorités de Michel Martelly, l’éducation, l’environnement, l’emploi, l’énergie et l’Etat de droit, le Dr Conille a promis d’améliorer les conditions économiques et sociales de la population à travers la création d’un million d’emplois directs, d’1,5 million indirects et une croissance de 9% en rythme annuel, au cours des cinq prochaines années.

Il est également prévu le passage du budget national de 106 à 120 milliards de gourdes et le controle d’une inflation galopante.

Affirmant qu’il tiendra compte du « cahier des charges des élus », le Premier ministre -qui était tout récemment encore chef de cabinet de l’ex-dirigeant américain Bill Clinton dans ses fonctions de co-président de la Commission intérimaire pour la reconstruction d’Haïti- s’est engagé à améliorer le cadre de fonctionnement de la CIRH dont le mandat expire ce samedi et qui a fait l’objet de nouvelles controverses lors de la séance.

Si l’énoncé de politique générale de 86 pages de Conille s’est révélé un diagnostic dans l’ensemble satisfaisant de la situation, en revanche, il n’a pratiquement indiqué aucune piste de solution devant l’ampleur des problèmes identifiés.

Composé de trois représentants du groupe des seize, majoritaire au Sénat, d’un ministre issu du parti Ayiti Ann Aksyon du Sénateur Youri Latortue, allié du pouvoir, de cadres de la fonction publique et de trois femmes, le premier cabinet ministériel de l’ère Martelly est, en réalité, dominé par des têtes bien connues du premier cercle présidentiel.

Ainsi, Me Thierry Mayard Paul est passé du role de chef de cabinet de son ami Président à celui de titulaire d’un super ministère nouvellement créé, le ministère de l’intérieur, des collectivités territoriales et de la défense nationale. Il aura notamment sous sa tutelle les mairies, l’armée, nouvellement rétablie en principe le mois prochain, et le service national de renseignement.

Autres influents collaborateurs de M. Martelly à intégrer le gouvernement, l’homme d’affaires Laurent Lamothe, nouveau chef de la diplomatie haïtienne, et l’ancien directeur général du ministère de la justice et commmissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Me Josué Pierre-Louis, titulaire du portefeuille de la justice et de la séccurité publique.

Pour sa part, Daniel Supplice, cité en vain comme Premierministrable puis comme ministre des affaires étrangères, il restera dans l’entourage immédiat du chef de l’Etat avec sa fonction de ministre à la présidence chargé des haïtiens vivant à l’étranger.

Après ce vote obtenu sur le fil au Sénat, Garry Conille, 45 ans et plus jeune Premier ministre de l’histoire du pays, doit encore franchir l’ultime étape du processus de ratification, vendredi à la Chambre des Députés, avant de s’installer au pouvoir et de faire face à de multiples défis, les uns plus redoutables que les autres. spp/Radio Kiskeya

Le gouvernement Conille devant le Sénat

Les membres du cabinet ministériel

Les membres du cabinet ministériel

Les membres du cabinet ministériel au Sénat

Les membres du cabinet ministériel au Sénat

Le Premier ministre Garry Conille présentait devant le sénat de la République sa déclaration de politique générale jusqu’au moment où nous mettions sous presse, jeudi 13 octobre, vers minuit.
Accompagné des 17 ministres qui vont composer son gouvernement et de quelques conseillers, le médecin qui se mue en homme politique depuis quelques semaines a lu pendant des heures de larges extraits du document présentant sa vision pour son mandat.
Dans un style très consensuel et marqué par des réponses "toast master", le Premier ministre a ensuite répondu aux critiques et suggestions des honorables sénateurs qui ont défilé à la queue leu leu sur la tribune de la chambre haute.
Évitant toute confrontation, le chef de gouvernement qui cumulera comme son prédécesseur Jean Max Bellerive le portefeuille de la Planification et de la Coopération externe va, s’il passe l’examen devant les deux branches du Parlement, prendre la tête du premier gouvernement du président Michel Martelly, cinq mois après que celui-ci eut prêté serment le 14 mai 2011.
La veille, mercredi soir, une réunion entre le président Martelly et des députés avait dégénérée et des insultes avaient fusées entre les élus et le chef de l’exécutif faisant craindre à un report de la série des séances devant le parlement.
Toute la journée de jeudi des informations contradictoires avaient circulé sur les chances de Garry Conille de se présenter devant le sénat. Des changements de dernière minute sont intervenus dans la liste des ministres en vue de satisfaire les revendications des forces parlementaires et la procédure de présentation de la politique générale a pu débuter dans l’après-midi.
Avant que le gouvernement ne se présente devant les sénateurs, le président de la République a pris la première photo officielle de ce gouvernement au palais national.
"La composition de ce gouvernement est, selon le chef de l’Etat, une étape cruciale pour accélérer le processus de reconstruction.
«Cette nouvelle équipe pourra faire beaucoup avec très peu, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas beaucoup de moyens en main mais ils vont fournir beaucoup de résultats. C’est ça qui est bon pour Haïti et c’est ça qui me rend confiant. Nous avons beaucoup de projets prêts, nous avons beaucoup de pays amis qui veulent aider mais un gouvernement est une chose que tout le monde demandait pour avoir un vis-à-vis. Cela veut dire que si vous voulez intervenir dans les affaires liées à l’agriculture, vous ne voulez pas avoir à faire avec le président mais avec le ministère responsable de l’Agriculture. Si quelqu’un veut intervenir dans le domaine de l’éducation il aura en interlocuteur le ministre de l’Education. C’est pour cela que j’ai besoin de tous les bras du gouvernement aujourd’hui pour que l’on puisse commencer à avancer», a déclaré le président Michel Martelly.
Voici la composition officielle du nouveau cabinet ministériel composé de quatorze hommes et de trois femmes :
Dr. Garry Conille, Premier ministre et ministre de la Planification et de la Coopération externe;
Me Thierry Mayard Paul, ministre de l’Intérieur, des Collectivités territoriales et de la Défense nationale;
André Lemercier Georges, ministre de l’Economie et des Finances;
Laurent Lamothe, ministre des Affaires étrangères et des Cultes;
Me Josué Pierre-Louis, ministre de la Justice, de la Sécurité publique et de la Police;
Réginald Paul, ministre de l’Education nationale et de la Formation professionnelle
Agronome Joseph Ronald Toussaint, ministre de l’Environnement
François Richel Lafaille, ministre des Affaires sociales et du Travail
Choiseul Henriquez, ministre de la Culture et de la Communication
Jacques Rousseau, ministre des Travaux publics, Transports, Communications et de l’Energie
Florence Duperval Guillaume, ministre de la Santé publique et de la Population (MSPP)
Agronome Hébert Docteur, ministre de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural (MARNDR)
René Jean Roosvelt, ministre de la Jeunesse, des Sports et de l’Action civique (MJSAC)
Daniel Supplice, ministre à la Présidence chargé des Haïtiens vivant à l’étranger
Yanick Mézil, ministre à la Condition féminine et aux Droits de la femme
Stéphanie Balmir Villedrouin, ministre du Tourisme
Ralph Ricardo Théano, ministre délégué auprès du Premier ministre chargé des relations avec le Parlement.
Frantz Duval
avec RFI

Haïti – Politique :

Composition du cabinet ministériel du Gouvernement Martelly-Conille

13/10/2011 18:11:02

Haïti - Politique : Composition du cabinet ministériel du Gouvernement Martelly-Conille

Malgré la confusion et les reports successifs, depuis le début de la semaine, le nouveau Premier Ministre, Garry Conille procède en ce moment à la lecture de l’énoncé de la politique Générale du Gouvernement devant les Sénateurs, réunit en séance.
La composition du cabinet ministériel du gouvernement Martelly-Conille, est composé de 18 ministères. Le Premier Ministre confirme les rumeurs qui ont circulé cette semaine, à savoir qu’il conserve le Ministère de la Planification et de la coopération externe. Le Dr Garry Conille cumulera donc, le poste de Premier Ministre à celui de Ministre.
Sur les 18 ministres ,15 sont des hommes et 3 sont des femmes (16.7%) il s’agit de Yanick Mézil (Ministre à la Condition Féminine et aux Droits des Femmes), de Stéphanie Balmir Villedrouin (Ministre du Tourisme) et de Florence Duperval Guillaume (proche de la Première Dame) Ministre de la Santé Publique et de la Population.
Selon nos informations, la composition du cabinet Ministériel du Gouvernement Martelly-Conille soumise aux parlementaires, comprends les personnalités suivantes :
Ministre des Affaires Sociales et du Travail – François Richel Lafaille (choix du G16)
Ministre de l’Agriculture des ressources naturelles et du Développement Rural – Agr. Hébert Docteur
Ministre des Affaires Étrangères et des Cultes – Laurent Lamothe
Ministre délégué auprès du Premier Ministre chargé des relations avec le Parlement – Ralph Ricardo Théano – (équipe de Martelly)
Ministre du Commerce et de l’Industrie – Pr. Wilson Lalau (équipe de Martelly)
Ministre à la Condition Féminine et aux Droits des Femmes – Yanick Mézil
Ministre de la Culture et de la Communication – M. Choiseul Henriquez (choix d’INITE)
Ministre de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle – Réginald Paul
Ministre de l’Environnement – Joseph Ronald Toussaint (choix d’INITE)
Ministre des l’Économie et des Finances – André Lemercier Georges
Ministre à la Présidence chargé des Haïtiens vivant à l’étranger – Daniel Suplice
Ministre de l’Intérieur, des Collectivités Territoriales et de la Défense Nationale – Thierry Mayard-Paul (Chef du Cabinet du Président de la République)
Ministre de la Jeunesse, des Sports et de l’Action Civique – René Jean Roosevelt (Choix de AAA)
Ministre de la Justice et de la Sécurité Publique – Me. Josué Pierre-Louis (équipe de Martelly)
Ministre de la Santé Publique et de la Population – Florence Duperval Guillaume (proche de la Première Dame)
Ministre du Tourisme – Stéphanie Balmir Villedrouin
Ministre des Travaux Public, Transports, Énergie et Communications – Ing. Jacques Rousseau
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-4007-haiti-politique-texte-de-l-enonce-de-politique-generale-du-gouvernement-partie-i.html
http://www.haitilibre.com/article-4008-haiti-politique-texte-de-l-enonce-de-politique-generale-du-gouvernement-partie-ii.html
http://www.haitilibre.com/article-4009-haiti-politique-texte-de-l-enonce-de-politique-generale-du-gouvernement-partie-iii.html
http://www.haitilibre.com/article-4010-haiti-politique-texte-de-l-enonce-de-politique-generale-du-gouvernement-partie-iv.html
HL/ HaïtiLibre

Haïti-Conille-Ratification :

Confusion au Sénat

P-au-P, 13 oct. 2011 [AlterPresse] — Théâtre. Le bureau du Sénat a invité, mercredi soir vers 21 heures (heure locale), les sénateurs – par sms sur leurs portables – à prendre part à la séance de ratififcation de politique générale de Garry Conille, ce jeudi 13 à 11 heures a.m.

« J’ai recu personnellement hier soir l’invitation par sms de la part du président du Sénat Jean Rodolphe Joazile avec qui j’ai travaillé tard dans la nuit à ce sujet », précise, sur des radios de la capitale, le sénateur Steven Irvenson Benoit.

Les sénateurs auraient recu depuis 48 heures le document relatif à la politique générale du premier ministre Garry Conille. L’une des conditions indispensables pour l’organisation de la séance.

Les sénateurs Déras Simon Dieusel et Edmonde Beauzile ont confirmé avoir recu, par courrier électronique, le document de déclaration de politique générale du premier ministre Garry Conille mercredi.

Par ailleurs, affirme le sénateur Benoit, citant le président du Sénat, le premier ministre Conille a déjà déposé depuis mercredi la liste du cabinet ministériel, exigée par les sénateurs afin de pouvoir orienter leur vote.

Le président du Sénat, Jean Rodolphe Joazile, avait indiqué à des journalistes en début de semaine : « si le premier ministre envoie le document ce mercredi au Sénat, la séance pourrait être fixé à jeudi, le cas échéant, nous l’attendons. » « Rien n’est certain », avait-il insisté.

Incohérence… En fin de journée, mercredi, le vice-président du Sénat, Jean Hector Anacacis, dans une interview à AlterPresse, a indiqué pourtant : « Jusqu’à cette heure [15 heures 50] le bureau n’a pas reçu le document relatif à la déclaration de politique générale du premier ministre. »

Le sénateur Anacacis a laissé croire que la séance n’aura pas lieu ce 13 octobre étant donné que le Sénat n’avait pas ce document en sa possession.

« Deux sénateurs : Edwin Joseph Zénny et Michel Clérié partent à l’étranger ce jeudi 13 pour revenir la semaine prochaine. De plus, une délégation de sénateurs quitte le pays ce vendredi 14 dans le cadre d’un voyage officiel », a argumenté le sénateur Anacacis.

Par ailleurs, la séance ne peut se dérouler en principe sans que la conférence des présidents (du Sénat) n’ait statué sur le document de politique générale. La conférence n’a pas été réalisée cette semaine.

La séance aura-t-elle lieu sans cette conférence, c’est-a-dire en dehors des règlements intérieurs du Parlement ?

Le bureau de la Chambre basse, a, pour sa part, fixé pour vendredi la séance de validation ou non de l’énoncé de politique générale du premier ministre Garry Conille, apprend AlterPresse.

Tant au Sénat qu’à la Chambre des députés, il y a toujours des grognes, faute de conclusions satisfaisantes au terme des négociations entre l’Exécutif et les groupes majoritaires (16 au Sénat et 58 à la Chambre basse).

Toujours dans le but de trouver une issue favorable avant la séance de validation, une rencontre tenue mercredi soir au Palais national entre le président Martelly, le premier ministre Conille et des membres du groupe 58 de la Chambres des députés a terminé en queue de poisson, apprend-on. [sfd apr 13/10/2011 09:00]

La ratification d’un premier ministre est très complexe en Haïti selon un diplomate

clip_image001Les procédures haïtiennes en matière de ratification de premier ministre sont très compliquées par rapport à celles des autres pays. C’est ce qu’affirmé l’ambassadeur français accrédité en Haïti, Didier Lebret.
Intervenant sur les ondes de radio Métropole le diplomate a a indiqué que dans son pays, la procédure devant aboutir à la ratification d’un chef de gouvernement est une simple formalité.
« Le parlement n’a pas à examiner le dossier des premiers ministres de même que la formation du cabinet ministériel relève des prérogatives du président français », a déclaré Didier Lebret.
Selon monsieur Lebret ,pour occuper un poste de premier ministre en France, il faut être de nationalité française, disposer du droit de vote, , faire preuve de dignité morale et avoir satisfait aux obligations du recrutement militaire.
Notons que la France qui était jusqu’en 1958 une démocratie purement parlementaire a connu par le passé des problèmes semblables à certains pays comme Haïti ou la Belgique. Cela se soldait par des négociations sans fin pour constituer des cabinets éphémère.

EJ/Radio Métropole Haïti

Haïti: Martelly déterminé à rétablir l’armée

Michel Martelly a déclaré devant des journalistes à... (Photo: Swoan Parker, Reuters)

Michel Martelly a déclaré devant des journalistes à Port-au-Prince qu’il rétablirait l’armée même si son projet ne rallie pas les soutiens.

Photo: Swoan Parker, Reuters

Associated Press
Port-au-Prince, Haïti

Le président d’Haïti s’est dit déterminé, jeudi, à aller de l’avant avec son projet controversé de reconstituer l’armée du pays.

Michel Martelly a déclaré devant des journalistes à Port-au-Prince qu’il rétablirait l’armée même si son projet ne rallie pas les soutiens.

Il a indiqué que la future armée haïtienne serait une force moderne destinée aux secours en cas de catastrophe naturelle et à la protection des frontières maritimes et terrestres.

Le projet du président de rétablir l’armée a été rendu public il y a deux semaines, après que l’Associated Press eut obtenu un document qui expliquait les objectifs de la future force.

Le projet est controversé. L’armée haïtienne a mené plusieurs coups d’État et perpétré de nombreuses violations des droits de la personne avant d’être démantelée en 1995

Le ministre Ronald Baudin fait ses adieux à la fonction publique

clip_image002Au cours d’un dîner offert en son honneur, le lundi 10 octobre 2011 à Karibe Convention Center, le ministre de l’Economie et des Finances, Ronald Baudin, a annoncé qu’il se retire de la fonction publique, après une longue et fructueuse carrière de trente (30) années. Le ministère de l’Economie et des Finances a réuni, pour l’occasion, les fonctionnaires et cadres du bureau central et des organismes déconcentrés, du secteur bancaire, ainsi que les représentants des institutions financières internationales.
Une cérémonie empreinte de profonde émotion, de sobriété et de simplicité, pour rendre un hommage particulier à ce grand serviteur de l’Etat, doté d’un sens aigu du service, qui s’est distingué par ses convictions personnelles et les qualités qui lui sont reconnues. Le directeur général du MEF, Erold Etienne, en souhaitant la bienvenue aux distingués invités, s’est fait le porte-parole de l’ensemble du personnel afin de remercier le ministre et lui exprimer sa gratitude pour l’action liée à l’ensemble de sa carrière. C’était le moment également pour M. Etienne de dresser un bilan du parcours étoffé et de la relation établie avec Ronald Baudin, marquée par trente ans de bons et loyaux services rendus à la nation. De 1981, fraîchement sorti de l’INAGHEI et de l’ENAF d’où il a fait le saut au MEF jusqu’à ce jour, entrecoupé d’une éclipse de deux (2) ans et demi, entre 2006 et 2009, au secrétariat général de la Primature.
Un fonctionnaire modèle
Le directeur général a salué, au passage, les exploits et défis accomplis par Ronald Baudin qui a su franchir, de façon honorable et avec succès, toutes les étapes au sein du MEF, du simple, mais ô combien délicat rôle d’Inspecteur fiscal au plus haut niveau de la hiérarchie, notamment la déconcentration du ministère. Au défi de créer des directions départementales, avec l’intégration du maximum de services, M. Baudin a su imposer la rigueur et la ténacité et, ce que nous avons depuis, est plus que louable au niveau des régions les plus importantes de ce pays.
Autre défi important relevé, la mise sur pied et l’essor du Corps des Comptables publics, véritables gardiens des fonds et des biens publics, avec pour mission d’assurer une meilleure gestion du budget dans les villes de province, mais aussi d’éviter les longs retards dans les procédures administratives et financières au niveau des directions départementales. Désormais, les propositions de dépenses sont acheminées aux comptables publics sans passer par l’administration centrale. Ils interviennent, certes, dans la gestion des impôts, les affaires douanières, l’économie et les finances publiques, tout en étant également redevables des fautes qu’ils auront commises dans l’exercice de leur métier.
Le sens également de la constance et de l’opiniâtreté
De son côté, Paul Valmy Eugène, directeur général adjoint de la DGI, a fait remonter du passé des moments forts, des luttes, des sentiments, pour rappeler à l’assistance la haute contribution de ce serviteur loyal, qui a su donner une nouvelle impulsion à la réforme fiscale et redoubler d’ardeur dans les efforts d’élargissement de l’assiette fiscale afin de permettre à l’Etat de disposer de fonds pour investir dans les infrastructures et améliorer le cadre institutionnel pour attirer les investissements.
Comme nous le savons tous, l’année 2010 fut celle de la décapitation de nombreuses administrations essentielles pour le fonctionnement de l’Etat et de la forte réduction du tissu économique. Jusqu’au12 janvier, notre pays commençait à jouir des fruits des efforts consentis depuis plusieurs années en vue d’assainir les finances publiques, renforcer le cadre macroéconomique, et améliorer la gouvernance. Des recettes en constante augmentation, notre produit intérieur brut affichant un taux de croissance positif pendant quatre années consécutives, malgré la crise financière internationale de 2008… Le pays s’était ainsi engagé de manière irréversible sur la voie de la modernité en s’attaquant à un certain nombre de défis, comme l’éducation pour tous, l’allègement du quotidien des plus défavorisés, l’amélioration du climat des affaires, la création des emplois et la réduction de la pauvreté. Puis, survint le 12 janvier…
Et, à la stupéfaction de tous, a rappelé M. Valmy, le ministère de l’Economie et des Finances, sous le leadership de Ronald Baudin, a consacré ses premières actions après le séisme à la reprise des activités des entreprises non détruites, au rétablissement du système de paiement, à négocier avec les autorités dominicaines un couloir de transit prioritaire étant donné la perte de capacité de nos ports et aéroports, à accompagner la Banque de la République d’Haïti dans la remise en fonctionnement du système bancaire et la constitution d’un fonds de garantie partielle pour favoriser la reprise et l’augmentation du crédit, pour ne citer que ces mesures. Parallèlement, des efforts ont été consentis afin de contenir les anticipations négatives des agents économiques en limitant notamment le niveau du financement monétaire du déficit budgétaire. Ce qui permet qu’aujourd’hui les conditions sont aménagées pour que les investisseurs locaux et étrangers puissent venir faire de bonnes affaires en Haïti.
Une véritable capacité d’écoute
Intervenant à son tour, Amos Durosier, directeur général de l’Unité de lutte contre la corruption, également ancien professeur de M. Baudin à l’INAHEI, a retenu de lui l’image de cet étudiant appliqué, méthodique et rigoureux, devenu par la suite ce chef d’orchestre ayant engagé le MEF sur la voie de la modernisation avec un ensemble de réformes majeures, profondément opérationnelles et s’appuyant sur une meilleure prise en compte de l’Agent public aussi bien dans sa formation que dans la gestion de sa carrière.
En témoignent les multiples efforts entrepris en vue de faire de l’ENAF (Ecole nationale d’Administration financière), le cadre par excellence de formation des cadres de l’Etat, de sorte qu’en toutes circonstances, ils se sentent toujours interpellés par la grandeur de leur mission.
La sympathie et l’estime de la coopération internationale
Enfin, dans la lignée des témoignages, l’envoyé spécial de la Banque mondiale en Haïti, Alexandre Abrantes, n’a pas manqué de faire ressortir la haute portée et l’importance des engagements pris par le ministre Baudin, au nom du gouvernement haïtien, pour que les projets financés dans le cadre de la coopération internationale, particulièrement par la Banque mondiale, aient de meilleurs résultats et plus d’impacts au bénéfice de la population, particulièrement les communautés les plus vulnérables. Il s’est dit impressionné des progrès enregistrés sous l’administration de M. Baudin, non seulement par la discipline dans la gouvernance, mais également dans l’assainissement du cadre macroéconomique.
La chance à la croissance
Pour boucler la boucle, le ministre Baudin n’a pu cacher son émotion en prenant la parole afin de remercier toutes celles et tous ceux qui, tout au long de sa carrière, l’ont aidé dans l’accomplissement de ses fonctions. Il a reconnu que les résultats obtenus sont l’aboutissement d’un travail collectif, avec un clin d’oeil envers ses collaborateurs du service public et les partenaires internationaux.
Au moment où il choisit de s’éloigner des affaires publiques, M. Baudin laisse un ministère en reconstruction. Une reconstruction, par-dessus tout, institutionnelle, par les dispositions qui sont prises pour renforcer les fonctions économiques qui ont trop longtemps été éclipsées par les fonctions financières, ainsi que le dispositif qui est en train d’être mis en place pour assurer la coordination effective du secteur économique.
A travers tout le pays, des chantiers pour la plupart majeurs continuent à se développer, ce qui augure de bonnes années de croissance, avec l’espoir que cette dynamique porteuse d’investissements multiples du secteur privé va créer des richesses, générer des emplois, améliorer les conditions de vie de la population haïtienne et réduire progressivement la dépendance du pays à l’égard de l’aide internationale.
Il part avec le sentiment du devoir accompli, légitimement fier de son action au sein du MEF, – un cadre macroéconomique stable, une inflation maitrisée, des recettes fiscales satisfaisantes, des réserves nettes de change en nette augmentation…- et confiant dans la capacité du ministère à poursuivre son oeuvre suivant la marque qu’il lui a imprimée.
Son professionnalisme, son ouverture d’esprit, son grand respect pour les règlements et principes établis, et bien évidemment, sa jovialité quotidienne, demeureront une source d’inspiration pour tous.
Ronald Baudin anticipe l’avenir avec sérénité. Il projette maintenant de se consacrer à ses activités personnelles, et surtout de passer beaucoup plus de temps avec sa famille. Nous lui souhaitons sincèrement de pouvoir davantage profiter du « temps de la vie », tout en restant toujours fidèle aux valeurs qui fondent son engagement.
Fritz Gérald Calixte

Haïti – Social :

La Première Dame d’Haïti, Sophia Martelly, au Brésil

13/10/2011 12:43:48

Haïti - Social : La Première Dame d'Haïti, Sophia Martelly, au BrésilMme Sophia Martelly, Première Dame d’Haïti, a laissé le pays, mercredi 12 Octobre 2011, à destination du Brésil pour s’enquérir du programme « Bolsa Famillia », mise en place au Brésil depuis 2003 et qui a permis à ce pays de faire face aux problèmes de sécurité alimentaire en faveur d’une grande partie de sa population.
Cette visite de travail de trois jours s’inscrit dans la genèse du Programme « Aba Grangou », initié par la Présidence pour faire face aux problèmes de sous-alimentation des populations défavorisées en Haïti. Mme Martelly sera accompagnée, entre autres, de l’expert du Programme Alimentaire Mondial, Raphy Favre.
La Première Dame rencontrera des Ministres et des Secrétaires d’Etat, ainsi que d’autres acteurs impliqués dans le domaine, en vue d’identifier et de comprendre les mécanismes de gestion de ce programme.
Pas moins de 4,5 millions d’Haïtiens, [45,2% des ménages] vivent dans l’insécurité alimentaire modérée sur tout le territoire national. Selon certaines études, 800 000 d’entre eux sont en situation critique, tandis que 200 000 autres se trouvent dans une situation de famine de niveau très élevé.
Le couple Présidentiel, qui s’était déjà engagé dans ce domaine bien avant l’élection du Président Martelly, s’engage à nouveau à apporter, à court, à moyen et à long terme, des réponses concrètes à la situation d’insécurité alimentaire qui sévit dans le pays en vue d’aboutir à une alimentation suffisante et équilibrée pour tous.

HL/ HaïtiLibre

La présidence ordonne la reprise des travaux

La Direction nationale de l’eau potable et de l’assainissement (Dinepa) et l’ambassade d’Espagne sont libres de reprendre les travaux de construction de la station d’épuration des eaux usées et d’excrétas dans la zone de Titanyen. Le président de la République, Michel Martelly, a tranché en leur faveur dans le cadre du conflit terrien les opposant à des particuliers.
« Considérant la nécessité pour l’Etat de procéder à la construction d’une station moderne de traitement des eaux usées dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince ; considérant la nécessité pour l’Etat de disposer d’un espace pour implanter ladite station ; qu’il y a lieu de déclarer d’utilité publique une propriété localisée au nord de la ville de Port-au-Prince », lit-on dans les considérations d’un arrêté publié dans le journal officiel Le Moniteur en date du 6 octobre 2011. Les limites du terrain sont spécifiées dans l’article 1er de l’arrêté portant la signature du président Michel Martelly et celle du Premier ministre démissionnaire Jean-Max Bellerive.
Financés à hauteur de deux millions de dollars américains par le gouvernement espagnol, les travaux de construction de la station d’épuration – à 80% achevés – ont été stoppés en décembre dernier, suite à la contestation de plusieurs particuliers se présentant chacun comme le propriétaire du terrain. « Cette décision du président Michel Martelly est une victoire pour la population haïtienne », a commenté Carmen Rodriguez de l’Agence espagnole de Coopération internationale pour le Développement (AECID). Elle a par ailleurs rappelé que cette décision a été adoptée à la demande de la coopération espagnole en Haïti.
Plusieurs articles publiés par Le Nouvelliste sur le sujet avaient montré que la Dinepa et l’ambassade d’Espagne n’avaient eu l’autorisation écrite d’aucune des institutions gérant les domaines de l’Etat pour débuter les travaux. La mairie de Croix-des-Bouquets, la Direction générale des impôts s’en étaient lavé les mains. Les démarches de l’ambassade d’Espagne à Port-au-Prince, appuyées par d’autres entités de la communauté internationale auprès de l’administration Préval/Bellerive pour faciliter le démarrage des travaux étaient restées lettre morte. Dans une correspondance en date du 18 février 2011, des représentants des Nations Unies, de la banque mondiale, de la BID, de l’ACDI, de l’Union européenne, de l’USAID, de l’AECID et de l’Agence française de développement avaient invité le Premier ministre Jean-Max Bellerive à intervenir dans le dossier. Mais rien n’avait été fait.
N’était le conflit terrien, la station d’épuration de Titanyen serait inauguré en février dernier. La Dinepa et l’ambassade d’Espagne à Port-au-Prince se réjouissent de la décision de la présidence d’autoriser la reprise des travaux. « On est en train de réfléchir sur ce qu’on va faire », a indiqué l’Ing. Edwige Petit, responsable du volet assainissement à la Dinepa. Après de longs mois d’arrêt, Mme Carmen Rodriguez estime qu’une évaluation des travaux doit être réalisée. Peut-être, dit-elle, qu’il sera nécessaire de débloquer des fonds additionnels.
Avec l’arrêté du 6 octobre 2011, l’obstacle à la poursuite des travaux de construction de la station d’épuration de Titanyen est levé. Les propriétaires fonciers et les détenteurs de bail dans l’aire susmentionnée, selon l’article du texte, ont un délai de 15 jours, à compter de la date de sa publication, pour déposer, pour les suites nécessaires, à la DGI, leurs titres de propriété et tous documents justifiant leurs droits d’occupation.
Jean Pharès Jérôme

Haïti-Séisme :

L’ONU se félicite du déblaiement de 40% des décombres par les Haïtiens

P-au-P, 13 oct. 2011 [AlterPresse] — L’Organisation des Nations-Unies (ONU) et ses partenaires se félicitent du déblaiement de plus de 40% des 10 millions de m3 de gravats laissés en Haïti par le terrible tremblement de terre du 12 janvier 2010, par les Haïtiens eux-mêmes.

La catastrophe avait laissé des tonnes de débris équivalentes à 4 mille piscines olympiques, dont une grande partie de la démolition et du déblayage a été faite à la main, selon l’ONU.

« Ces décombres ont été dégagés au cours d’une des plus vastes opérations de déblayage jamais entreprise par les Nations-Unies et leurs partenaires placées sous la coordination du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) », lit-on dans une note des Nations Unies, parvenue à AlterPresse.

L’ONU ajoute que 10% de gravats supplémentaires ont été évacués par des entreprises privées et les propriétaires de maisons.

La tâche est colossale, estime Jessica Faieta, une responsable du PNUD en Haïti, citée dans la note.

« Cela fait 20 mois qu’avec le gouvernement haïtien, les organisations de la société civile, la communauté internationale, et en particulier les membres des communautés, nous travaillons sans nous arrêter à ce nettoyage épique », ajoute Faieta qui met l’accent sous l’importance de l’implication des communautés dans ce travail.

Pour sa part, le Coordonnateur de l’action humanitaire des Nations-Unies en Haïti, Nigel Fisher, souligne que « ces initiatives sont essentielles pour la reconstruction d’Haïti ».

L’ONU déclare aider en outre le gouvernement à finaliser une stratégie nationale de gestion des décombres en vue de la mise en place des outils et des normes pour l’enlèvement et le recyclage.

Le séisme dévastateur du 12 janvier 2010, a jeté entre autres près de 1.5 million de personnes dans les rues, et tué plus de 200 milles personnes. [mm kft gp apr 13/10/2011 12 :50]

Haïti – Reconstruction :

Fin de la visite de la Ministre canadienne Beverley Oda

13/10/2011 14:15:10

Haïti - Reconstruction : Fin de la visite de la Ministre canadienne Beverley Oda

L’honorable Beverley J. Oda, Ministre de la coopération internationale du Canada, était en visite en Haïti cette semaine où elle a rencontré lundi, le Président Michel Martelly pour discuter des priorités nationales et des principaux défis, avant de visiter ce même jour, l’Hôpital Isaïe Jeanty, situé à Chancerelles, un hôpital où l’Agence canadienne de développement international (ACDI) contribue à une initiative visant à fournir des services de santé gratuits aux femmes enceintes à faible revenu.
« Il s’agit d’un voyage très important compte tenu de l’appui que les Canadiens ont manifesté à l’égard des Haïtiens touchés par le séisme. Le gouvernement du Canada reconnaît que le processus de reconstruction prendra plusieurs années, et il est résolu à aider ses amis haïtiens durant ce processus » a déclaré la ministre Oda.
Le Canada s’est engagé à verser 400 millions de dollars sur deux ans pour soutenir le Plan d’action pour le relèvement et le développement national d’Haïti et les priorités du gouvernement haïtien. Ce montant s’ajoute aux 150 millions de dollars qu’a fournis le Canada sous forme d’aide humanitaire immédiatement après le 12 janvier 2010.
Au cours de son séjour qui s’achève ce jeudi, la Ministre Oda a mesuré les progrès qui ont été faits et s’est familiarisé davantage avec les nouveaux plans de reconstruction du gouvernement haïtien pour s’assurer que l’aide du Canada, soit efficace et qu’elle génère des résultats concrets.

À Léogâne Beverley J. Oda a visité un projet d’assainissement de l’eau, financée par l’ACDI et mis en œuvre par Oxfam Québec. La Ministre a été en mesure d’obtenir personnellement une appréciation de l’importance de ces structures pour les élèves de l’école Mission Amour d’Haiti.
Elle a également visité en compagnie de M. Conrad Sauvé, secrétaire général et chef de la direction de la Société canadienne de la Croix-Rouge, une initiative financée par l’ACDI portant sur la construction de maisons semi-permanentes et d’abris temporaires. Durant sa visite, la ministre Oda a pu constater les conditions de vie des femmes et des jeunes filles résidant dans des abris temporaires à Léogâne.
Beverley J. Oda, s’est entretenu avec le nouveau Premier Ministre, le Dr. Garry Conille sur les priorités et les principaux enjeux en Haïti. Elle a également été sur les sites de plusieurs projets financés par l’ACDI et rencontré d’importantes organisations non gouvernementales canadiennes, dans le but de comprendre comment les partenaires de l’ACDI obtiennent des résultats dans le pays.
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3980-haiti-reconstruction-la-ministre-oda-en-haiti-pour-discuter-reconstruction.html
HL/ HaïtiLibre

Haïti: l’Organisation de la Francophonie promet d’aider à la reconstruction

PORT-AU-PRINCE, 13 oct 2011 (AFP) – 13.10.2011 19:35

Le secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) Abdou Diouf a promis jeudi le soutien de l’organisation à la reconstruction de Haïti, frappé en 2010 par un violent séisme, lors d’une visite officielle dans le pays.

Le secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) Abdou Diouf a promis jeudi le soutien de l’organisation à la reconstruction de Haïti, frappé en 2010 par un violent séisme, lors d’une visite officielle dans le pays.

"La francophonie a un grand souci, c’est que cette refondation (reconstruction) doit se faire selon la volonté et la vision du président, du gouvernement et du peuple haïtiens, le rôle de la communauté internationale est d’aider, d’accompagner dans la voie que Haïti aura choisie", a-t-il plaidé.

"Nous avons défini les créneaux dans lesquels nous pouvons accompagner Haïti: c’est l’état de droit, la démocratie, les droits de l’homme et la justice", a déclaré M. Diouf lors d’un point de presse au palais présidentiel haïtien où il venait d’avoir une séance de travail avec des collaborateurs du président Michel Martelly.

Le secrétaire général de l’OIF a plaidé en faveur du respect de "l’identité haïtienne" dans la reconstruction du pays. Il s’agit, a-t-il ajouté, de "respecter l’identité créolophone et francophone d’Haïti".

Dans ce sens, il a promis de renforcer le soutien de l’OIF aux programmes d’éducation primaires, universitaires et professionnels.

"Haïti joue un rôle central au niveau de la Caraïbe et si nous voulons développer notre coopération avec cette zone, c’est sur Haïti que nous devons nos appuyer", a-t-il déclaré.

Le secrétaire général de l’OIF a en ce sens soutenu une demande du président Martelly de faire du français l’une des langues de travail du Caricom, le marché commun de la Caraïbe.

© 2011 AFP

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :