mercredi 19 octobre 2011 (2)

19 Oct

Discours du Président Michel Martelly à l’occasion de l’Investiture du Premier Ministre, Garry Conille

19/10/2011 12:13:06

Haïti - Politique : Discours du Président Michel Martelly à l'occasion de l'Investiture du Premier Ministre, Garry ConilleHier mardi le Président de la République Michel Martelly a investi officiellement dans ses fonctions, le nouveau Premier Ministre Garry Conille. La cérémonie s’est déroulée au Palais National en présence de différentes personnalités du Corps Diplomatique, du Parlement, du Gouvernement sortant, d’amis et de membres de la famille du nouveau Premier Ministre.
Le Chef de l’Etat a fait part au nouveau gouvernement de l’impatience du peuple haïtien qui croupit dans la misère, sous les tentes. Aussi, Michel Martelly a invité la nouvelle équipe gouvernementale à se mettre rapidement au travail. Il l’exhorte à rester ouverte à tous les acteurs désireux de contribuer à la lutte pour le changement véritable. C’est avec beaucoup de satisfaction que le Président Martelly a procédé à cette investiture qui lance le signal du démarrage véritable du grand chantier de la reconstruction nationale.
Discours du Président Michel Martelly à l’occasion de l’Investiture du Premier Ministre, Garry Conille
« Nous voici au terme heureux d’un processus long, laborieux, instructif et exaltant. Ce processus fût en effet long et laborieux, depuis mon arrivée au pouvoir, il y a cinq mois, je me suis engagé dans des démarches visant à doter le pays d’un Premier Ministre comme le veut la Constitution. Respectueux des démarches, qui découle de l’ordre Républicain, j’ai persévéré dans l’action entreprise malgré obstacles et trébuchement. J’ai la satisfaction de voir mes interventions aboutir et ce résultats me conforte dans l’idée que, de façon mature, nous abordons résolument notre entreprise démocratique.
Ce processus fût en effet instructif en ce sens, que des personnalités venu d’horizons idéologique et politique divers, se sont affiné dans l’art constructif des concessions raisonnées et intelligentes. La prise en compte de l’intérêt supérieur de la Nation, sur laquelle s’est axée les rencontres d’exploration, visant à l’entente nécessaire pour amener à l’expression d’une volonté commune, de travailler au bien-être de la collectivité nationale.
Ce processus fût en effet exaltant, en ce sens, que se sont dégagés des capacités de l’haïtien, de construire ce bien-vivre ensemble, grâce auquel toutes les couches sociales du pays conjugueront leur efforts, pour maitriser et dépasser les problèmes auxquels nous faisons face actuellement.
Je me permet une petite parenthèse, j’aime la périphrase « bien vivre ensemble » que j’ai relevé entre autre, dans l’exposé de Politique Générale du Premier Ministre Garry Conille, j’y trouve un tel appel à la synergie, à la fois chaleureux, pragmatique des compétences et des énergies, que j’y vois un concept de cohésion sociale à retenir et à creuser. Bien vivre ensemble, pour un mieux vivre national, projette en un raccourci saisissant, ma vision politique qui entend intégrer, sans exclusion, le potentiel de tous les fils de cette terre en vu de lancer et de mener à bien, l’œuvre grandiose et incontournable, du redressement haïtien, je ferme la parenthèse et revient à mon propos initial.
Le fait que maintenant, le deuxième volet de l’Exécutif soit constitué, ouvre une nouvelle page dans la gestion de l’État. Cependant, avant que je n’en lise les première lignes, je prend plaisir à saluer le Premier Ministre et le Gouvernent sortant. Pendant cinq mois, des femmes et des hommes de premier plan, habitués à la décision et à l’action et qui se sont bâti un rayonnement, un prestige social, bien longtemps avant d’avoir occupé le poste ministériel qu’ils quittent aujourd’hui, se sont pliés à l’inconfortable situation, d’expédier les affaires courantes. J’ai conscience des frustrations qu’a engendré une telle situation, cependant, ces frustrations n’ont pas empêché, que le traitement des dossiers fût maintenu au niveau de professionnalisme requis. Je retiens particulièrement et je signale avec force, que leur collaboration ne me fût jamais marchandé. Ce comportement témoigne de leur patriotisme et de leur dévouement à la chose publique, qu’ils en soient remercié.
Monsieur le Premier Ministre, Mesdames, Messieurs les Ministres,
Vous accédez à vos fonctions dans une conjoncture particulière, le vote historique du 15 mars 2011, m’a élevé à la première magistrature de l’État. Au cours d’une campagne électorale mémorable, j’ai proposé une autre approche des politiques publiques, je me suis fait le héros et le champion d’un vision différente de la marche des affaires nationales, et le peuple haïtien, a majoritairement et massivement souscrit au message de changement dont je suis porteur.
Vous l’avez si bien compris Monsieur le Premier Ministre et vous avez si bien mesurer l’impérieuse urgence de concrétiser dans les faits, ce changement réclamé, qui es t devenu comme leitmotive, l’expression « Pep la pa ka tan’n anko » dans votre exposé de Politique Générale devant le Parlement. L’attente impatiente de toute une population en proie à des contraintes de toutes sortes, qui font pression, désespérante, décourageante sur sont vécu quotidien, doit être comblé, elle ne le sera, que si vous insuffler à vos collaborateurs, à tout l’appareil gouvernemental, ce supplément d’âme, qui mobilise les capacités de tous et de chacun et incite à aller au delà du devoir.
Un jour, un grand de l’histoire a affirmé pour montrer la dynamique qu’il imprimait à l’action étatique « possible cela ce fait, impossible cela ce fera ». Vous avez à obtenir que l’impossible soit fait tant que vous n’aurez que des priorités à gérer. Priorités au niveau de l’éducation, car il est inconcevable qu’en ce 21è siècle des pans important de la communauté n’est pas accès à l’instruction, dans ce domaine, j’ai montré que des initiatives innovantes peuvent engendrer des solutions heureuses. Sans grands moyens, gêné par des handicapes majeurs, j’ai réussi à intégrer gratuitement dans le circuit scolaire 142,000 enfants de 6 à 12 ans, et j’ai procuré à un ensemble de 772,000 écoliers des avantages substantiels en matière d’éducation.
Priorités au niveau de l’emploi, des données fiables font ressortir que 65% de nos bras n’ont pas à s’occuper, l’oisiveté à laquelle ils sont condamnés, fait de notre société, un terreau fertile pour toutes les désespérances déstabilisantes, pour toutes les déviances dégradantes. Une jeunesse ardente qui ne demande que de s’investir dans l’action positive et à se mettre au travail. Des moyens pour y parvenir doivent être rapidement dégagés.
Priorités au niveau de l’environnement, la malheureuse réduction à 3%, de notre couverture végétale et certains parlement même de 1.44%, transforme notre pays en une terre à désastres. La moindre petite intempérie s’inscrit en terme d’insupportable inondations ravageuses, de mort, de récoltes détruites. La dégradation de notre espace physique renforce la tendance au surpeuplement des cités, avec toutes les conséquences négatives au point de vu sanitaire et esthétique que cela comporte.
Priorités au niveau de l’État de droit, la pratique des affaires et des autres aspects de la vie, ne crédibilise pas beaucoup les institutions chargées de faire entendre le mot du droit. Le déficit en confiance qui en résulte, n’est pas pour inciter à l’investissement générateur d’emplois. Dans la perspective de la relance et de la dynamisation de notre économie, des actions opportunes doivent être menées, pour que ce secteur réponde de façon efficace, aux exigences de la conjoncture et aux grands défis du moment.
On ne finirait pas d’égrainer le chapelet des priorités en souffrances, on peut citer à l’envie ; la reconstruction, l’énergie et je sais, que vous avez conscience, Monsieur le Premier Ministre, Mesdames, Messieurs les Ministres, de vous être engagés dans une rude tâche. Vous êtes condamnés à la performance quotidienne, la Nation a assez d’attendre et n’acceptera pas d’être une nouvelle fois déçue.
Je vous formule mes vœux de bonne et fructueuse besogne et je suis persuadé que vous aurez à cœur, de vous tenir à la hauteur des espoirs et espérances, que la communauté nationale place en vous.
Merci »
Dernier discours de Jean-Max Bellerive
http://www.haitilibre.com/article-4050-haiti-politique-dernier-discours-de-jean-max-bellerive.html
Discours d’Investiture du Premier Ministre, Garry Conille
http://www.haitilibre.com/article-4051-haiti-politique-discours-d-investiture-du-premier-ministre-garry-conille.html
HL/ HaïtiLibre

 

Discours d’Investiture du Premier Ministre, Garry Conille

19/10/2011 07:39:50

Haïti - Politique : Discours d'Investiture du Premier Ministre, Garry ConilleHier mardi le Président de la République Michel Martelly a investi officiellement dans ses fonctions, le nouveau Premier Ministre Garry Conille. La cérémonie s’est déroulée au Palais National en présence de différentes personnalités du Corps Diplomatique, du Parlement, du Gouvernement sortant, d’amis et de membres de la famille du nouveau Premier Ministre. Le nouveau locataire de la Villa d’Accueil a rendu hommage au Chef de l’Etat pour son support et son accompagnement durant tout le processus de sa ratification. Il a également félicité les Parlementaires pour ce geste historique. Il a également renouveler l’assurance de son engagement, lui garantissant sa ferme détermination et de sa totale disponibilité à s’acquérir de sa tâche.
Discours du Premier Ministre Garry Conille à l’occasion de son investiture
« Cela fait déjà quatre longs mois que la Nation entière attend le soulagement et l’espérance que l’investiture d’un nouveau gouvernement venant compléter l’élection d’un nouveau Président devait lui apporter. La cérémonie du jour marque la fin de cette longue attente, j’éprouve donc une immense satisfaction à mettre toutes mes forces de patriote intégral au service de mon pays, entre les angoisses rétrospectives des aléas de la ratification et les exquises appréhensions du premier pas à franchir sur le chemin de la gouvernance politique. Il m’est donné de mesurer l’ampleur des défis et des enjeux, de même que l’immensité des responsabilités qui pèsent sur la nouvelle équipe que j’ai le privilège de diriger.
En cette heure solennelle d’intenses émotions et de dépassement, je tiens à rendre un hommage au Chef de l’État, son Excellence Michel Joseph Martelly. Après m’avoir fait l’honneur de me désigner comme Premier Ministre, il a démontré sans équivoque, sa clairvoyance et sa détermination dans la ligne droite de son choix et de son soutien. Je salut également le sens hautement patriotique des parlementaires, ils ont transcendé les clivages et les sensibilités politiques ainsi que les intérêts partisans, pour m’accorder leur confiance sur des questions vitales qui tiennent tant à cœur à la Nation souffrante et impatiente.
Je tiens aussi à remercier le Premier Ministre sortant, Jean-Max Bellerive. Je l’avoue, Jean-Max, me laisse une succession difficile à assumer et à gérer, si je ne prends pas tout de suite le partie d’élever la barre au dessus des communes mesures. Traversant avec un panache exceptionnel, l’éprouvante solitude de la Primature, il a dominé le jeu politicien et la rumeur des factions, pour marquer son empreinte, celle d’un homme d’État serein et sensible, voué au service d’autrui et à la République. C’est avec le sentiment du devoir magistralement accompli, au bénéfice des populations haïtiennes, surtout dans les lendemains douloureux de la catastrophe du 12 janvier, qu’il rentre aujourd’hui sous la tente pour un repos bien mérité, mais qui ne peut-être que provisoire, car la République de la refondation nationale, ne pourra pas se passer des talents et des éminentes qualités de cœur et d’esprit que ce grand serviteur cache sous sa profonde humilité.
Mesdames, Messieurs,
Le moment est venu pour moi d’assumer mes fonctions à la tête du nouveau gouvernement chargé de conduire la politique de la Nation sous le leadership du Président de la République. Je voudrais en cet instant présent, lui renouveler l’assurance de mon engagement à l’accompagner dans sa campagne mobilisatrice et sa quête inlassable de bien-être durable, placé sous le signe du changement au seuil d’un nouveau cri et d’un nouveau départ. Dans ce contexte, je prends aujourd’hui les rennes d’un gouvernement du renouveau et de la renaissance haïtienne, composé de femmes et d’hommes profondément imbu des contraintes et des impératifs de l’heure. Je voudrais profiter de l’occasion pour leur présenter mes félicitations et leur dire toute ma fierté, d’être assisté d’une équipe de citoyens et de citoyennes de compétences et d’expérience, prête à s’acquitter de leurs devoirs dans l’intérêt bien compris, de la population haïtienne en quête permanente et légitime de bien-être matériel, social, économique et spirituel.
Ensemble, nous allons mettre en œuvre la politique gouvernemental dans la recherche constante des solutions les plus appropriées à la problématique haïtienne, multiples, multiformes et multidimensionnelle. Les objectifs et les stratégies sont bien connus, ils ont été clairement exprimés aux comices des urnes, le 20 mars 2011. Ils ont été largement et longuement explicités, les 13 et 14 octobre dans l’énoncé de Politique Générale présenté et consacré au Parlement haïtien en c’est séance de haute facture civique et dialectique. En ce compte, je renforcerais l’appareil gouvernemental, pour une application intelligente et soutenue des politiques publiques, qui garantissent à tous, le droit à de meilleures conditions de vie. Dans la pleine conscience des incontournables obligations de performance et de résultats immédiats, le Gouvernement s’investit délibérément dans la mise en œuvre de priorités dictées par le Chef de l’État et qui constituent les fondamentaux stratégiques du relèvement national.
Nous sommes déterminé à mobiliser toutes les énergies nationales dans une croisade patriotique du bien-vivre ensemble soutenu par les piliers de l’éducation, de l’emploi, de l’État de droit et l’environnement régénéré.
Mesdames, Messieurs les Ministres et Secrétaires d’État,
Par l’entremise du parlement nous avons signé un contrat collectif avec le peuple haïtien pour matérialisé la politique de changement prôné par le Président de la République, ce paradigme du changement, irriguera toutes les artères de l’action gouvernementale, il inspirera et illustrera nos postures et tous les actes que nous serons appelés à poser à la tête du gouvernement. Je vous demande donc, Mesdames, Messieurs les Ministres et Secrétaires d’État, de participer vaillamment à cet effort commun pour promouvoir et alimenter cette culture du changement dans les sphères d’activités relevant de vos compétences respectives. haitilibre.com
Le même effort est sollicité de tous les Directeurs Généraux de l’administration publique, comme de tout les fonctionnaires et employés de l’État chargés de prolonger jusqu’à dans les plus étroites proximités des populations, les bénéfices attendus de la politique gouvernementale. Cela implique, le maintient d’un équilibre intelligent entre les exigences de la bonne gouvernance et la satisfaction des besoins sociaux de base, cela implique aussi, l’obligation d’un choix courageux entre la préparation méthodique de l’avenir et la gestion d’un présent truffé de frustrations et d’insatisfactions trop longtemps entretenues. Les lourdes responsabilités que nous partageons au sein du gouvernement, recommandent à chacun de nous, dans un esprit de service publique, une mutation profonde et positive d’attitude et de mentalité dans la gestion de la chose publique, dans nos rapports interpersonnels, dans nos relations avec nos collaborateurs, avec les administrés et avec la population. À ce propos, je réitère l’engagement de mon gouvernement de rester ouvert à tous les secteurs réellement intéressés à la cause du redressement national. Je citerais entre autre, le secteur privé, les partis politiques, la jeunesse, l’université, les associations de la société civile, les organisations de base et j’en passe.
Il incombe au gouvernement d’assurer le relai de leurs juste aspirations et de leurs revendications bien souvent légitime, je veillerais en conséquence, au respect d’égal accès des citoyennes et des citoyens aux services publiques, aux marchés publiques et aux emplois publiques. la République du changement, prôné par le Chef de l’État et une République de l’égalité qui crée l’incitation à la participation démocratique, c’est une République inclusive où la seule sélection s’opère par le travaille, par l’effort et par le mérite sans aucune autres considération fondées les sexes, la couleur, sur la naissance ou sur l’idéologie.
Mesdames, Messieurs,
Les attentes de la population sont nombreuses, nous avons l’impérieux devoir d’y apporter des réponses concrètes et conformes à l’intérêt général. Aussi, par delà les déclarations d’intentions servant de fils conducteur à nos démarches, le Gouvernement doit-il immédiatement passer à l’action dans la poursuite accélérée des objectifs identifiés et ciblés. Chacun de nous mesure déjà la haute portée patriotique de la mission à lui confier et de l’ampleur de la besogne à abattre. À cet égard, mon souci majeur consistera à sauvegarder constamment l’harmonisation et la cohésion gouvernementale et surtout, l’unité d’action, élément indispensable à la coordination et au succès de l’action gouvernementale. Étant bien entendu, que ce succès est aussi conditionné par la collaboration intelligente de tous les secteurs vitaux de la société haïtienne.
Je ne terminerais pas sans rappeler à nos amis de la communauté internationale ici présent, tout l’intérêt que le Gouvernement attache à la coopération bilatérale et multilatérale dans le cadre de l’aide publique au développement. je voudrais d’or et déjà, les remercier pour leur appui et leur encadrement dans l’œuvre de reconstruction nationale à laquelle va prioritairement s’atteler le Gouvernement de la République.haitilibre.com
Le dernier mot de mon allocution, sera une note d’espoir à l’adresse de la Nation haïtienne qui soupire depuis trop longtemps dans les ténèbres de l’ignorance et de la pauvreté, je lui demande de garder la foi en l’avenir, car la nuit la plus longue et la plus noire, n’empêche pas le soleil de se lever. je lui redis avec force et conviction, qu’il n’est point nécessaire à un pays d’être étendu et nombreux, pour être catalogué dans la liste des grands. Il lui suffit d’être habité par un peuple fier et valeureux, qui soit conduit par un chef avisé et dynamique, qui sache lui poser de grandes ambitions. Pour ma part, je veux lui garantir de ma ferme détermination et de ma totale disponibilité à m’acquérir de ma tâche pour son plus grand bien et d’appuyer sans faille le Président de la République, dans sa quête de bien-être collectif et dans sa grandiose entreprise de refondation nationale.
Je vous remercie »
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-4050-haiti-politique-dernier-discours-de-jean-max-bellerive.html
http://www.haitilibre.com/article-4017-haiti-politique-composition-du-cabinet-ministeriel-du-gouvernement-martelly-conille.html
http://www.haitilibre.com/article-4055-haiti-politique-discours-du-president-michel-martelly-a-l-occasion-de-l-investiture-du-premier-ministre-garry-conille.html
HL/ HaïtiLibre

 

Dernier discours de Jean-Max Bellerive

19/10/2011 06:47:24

Haïti - Politique : Dernier discours de Jean-Max BelleriveHier mardi au palais nationale à l’occasion de la cérémonie d’installation nouveau Premier Ministre, le Dr. Garry Conille, le Premier Ministre sortant Jean-Max Bellerive a fait son dernier discours en tant que Premier Ministre avant de céder sa place à M. Conille.
Avec une voix empreinte d’émotion il a déclaré «…Ministres et Secrétaires d’État qui ont acceptés de m’accompagner et qui se sont dépensé sans compter pour faire face aux tâches les plus ingrates, ces remerciements s’adressent aussi aux grands commis de l’État et par delà à tout le personnel de la fonction publique et des entreprises et organismes para-étatique, tant qu’il est vrai que chacun quelque soit sa place dans l’appareil administratif, si petite soit-elle en apparence a joué sa partition dans cette grande chaîne de solidarité nationale qui nous a été donné de tisser au cours de cette période tragique entre toutes, qui nous a définitivement marquée et dont nous porterons encore longtemps les cicatrices.
Je m’en voudrais en outre de ne pas citer dans ce bouquet de reconnaissances mes collaborateurs immédiats de la primature, le Directeur de Cabinet, le Secrétaire Général et ma Secrétaire Exécutive qui ont partagé avec moi le poids de cette lourde gestion.
Durant les longs, interminables débat qui ont permis d’obtenir le vote de confiance en faveur de la déclaration de politique générale Monsieur le Premier Ministre, dans le deux chambres, je vous ai entendu dire que vous souhaitez ardemment continuer le dialogue avec le corps législatif, je vous y encourage et je m’en voudrais en quittant mes fonctions actuelles de ne pas prendre le temps de remercier les parlementaires qui en me rappelant en permanence les réalités de nos concitoyens sur l’ensemble du territoire, ont permis de donner des réponses plus concrètes et donc certainement de mieux remplir ma mission.
Mon salue s’adresse enfin à nos partenaires de coopération aussi bien ceux dit du nord que ceux du sud dont le concours a été cruciale en ces moments douloureux, je leur dit encore une fois un merci spécial pour tout ce qu’ils ont aidé à réaliser, tout en les invitant à continuer leur recherche d’une plus grande efficacité des mécanismes de décaissement de l’assistance externe pour mieux répondre aux besoins pressants de la population.
Monsieur le Premier Ministre, cher Garry vous arriver à la tête du gouvernement à un moment clé de la vie nationale, en sommes en des moments des plus exigeants, les attentes sont nombreuses et les défis non moins importants. Il vous appartiendra de traduire en actes les engagements électoraux du président de la République et de prendre également en compte dans l’élaboration des politiques publiques les préoccupations des parlementaires co-dépositaire de la souveraineté nationale.
Pour vous avoir côtoyé et vous avoir vu à l’œuvre je sais que vous avez l’étoffe et la volonté pour relever ce pari difficile. Dans la mesure où vous pourriez le juger utile je resterais toujours disponible pour vous apporter tout mon concours.
Je vous souhaite donc Monsieur le Premier Ministre du succès et bon travail dans vos nouvelles fonctions.
Je vous remercie »
Discours d’Investiture du Premier Ministre, Garry Conille
http://www.haitilibre.com/article-4051-haiti-politique-discours-d-investiture-du-premier-ministre-garry-conille.html
Discours du Président Michel Martelly à l’occasion de l’Investiture du Premier Ministre, Garry Conille
http://www.haitilibre.com/article-4055-haiti-politique-discours-du-president-michel-martelly-a-l-occasion-de-l-investiture-du-premier-ministre-garry-conille.html
HL/ HaïtiLibre

 

L’ambassade américaine salue l’investiture de la nouvelle équipe gouvernementale

imageL’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique en Haïti félicite les 16 membres du nouveau cabinet ministériel, qui ont prêté serment le mardi 18 octobre 11 lors d’une cérémonie spéciale organisée au Palais National.
« L’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique félicite les 16 hommes et femmes qui ont prêté serment hier en tant que ministres du gouvernement du Premier ministre Garry Conille et nous leur adressons nos meilleurs vœux de succès. » peut –on lire dans un communiqué de l’ambassade.
Les ministres font face à de nombreux défis qui nécessiteront une grande coopération pour atteindre le niveau de confiance que le peuple haïtien a placé en eux. Les Etats-Unis sont prêts à travailler en partenariat avec le nouveau gouvernement en vue de répondre aux défis urgents du processus de reconstruction.
« Les Etats-Unis restent engagés à supporter le peuple et le gouvernement haïtiens sur le long terme dans la construction d’un avenir plus stable, plus prospère et plus démocratique » conclut le communiqué.
EJ/Radio Métropole Haïti

 

La France est prête à coopérer avec le nouveau gouvernement

imageL’ambassadeur de France à Port-au-Prince, Didier Le Bret, salue l’investiture du gouvernement Conille et réitère le soutien de son pays aux autorités haïtiennes.
Le diplomate français, qui avait déploré les 4 longs mois de stagnation des principaux projets de la coopération, se réjouit que les partenaires d’Haïti pourront avoir un interlocuteur légitime. Désormais Haïti est prêt à accueillir des investisseurs dit-il soulignant que l’entrée en fonction du gouvernement est avant tout une bonne nouvelle pour le peuple haïtien.
M. Le Bret affirme que la transition a été sobre et démocratique ce qui est de nature à augmenter la confiance des investisseurs et des partenaires internationaux.
Il note des progrès dans la vie politique haïtienne avec des passations de pouvoir dans un climat de sérénité et d’apaisement. Le diplomate français met l’accent sur le respect mutuel dont ont fait montre les hommes d’Etat haïtien. M. Conille a salué le travail accompli par son prédécesseur, insiste M. Le Bret rappelant que la passation de pouvoir entre les présidents René Préval et Michel Martelly était empreinte de cordialité. Ce sont des belles images dont le pays a besoin pour rassurer les citoyens et la communauté internationale précise t-il.
Le diplomate français a réitéré son engagement à poursuivre son engagement à poursuivre la coopération avec les autorités gouvernementales. Nous sommes à vos cotés dans la durée, a promis M. Le Bret soulignant que l’objectif est que la coopération financière cède la place un jour à l’investissement et au commerce.
LLM / radio Métropole Haïti

 

Le nouveau gouvernement vu par un dirigeant politique

Mardi, 18 Octobre 2011 17:35

« Je souhaite que cet appui, assez fort à la Chambre des Députés mais plutôt limité au Sénat, permette au gouvernement d’avoir une stabilité, de gagner de l’assurance et d’initier la première action de ce gouvernement qui devra être très probablement, l’élaboration et la présentation du budget 2011-2012 » ; telles sont les réactions de l’ancien coordonnateur national de l’Organisation du Peuple en Lutte, Edgard Leblanc.

Selon l’ex-sénateur, c’est à travers le budget de l’exercice fiscal, qui a commencé le 1er Octobre 2011, que vont se manifester les vraies intentions des dirigeants actuels du pays. « C’est ce budget qui va montrer vraiment quelles sont les grandes orientations et les axes de la politique du gouvernement, ses priorités », a-t-il dit, ajoutant qu’ « à l’Alternative et à l’OPL, on attend de voir ».

En ce qui a trait à la composition du gouvernement, Edgard Leblanc y voit une alliance entre l’équipe du président Martelly et la Plateforme INITE, alliance à laquelle s’intègrent Atibonit An Aksyon, PONT et PAIN, selon lui. « C’est cette alliance qui a donné une majorité dans les deux Chambres et qui permet aujourd’hui d’avoir un gouvernement », constate l’ancien élu du département des Nippes.

Par ailleurs, Edgard Leblanc, qui voit dans le nouveau gouvernement un groupe disparate, se demande si le Premier Ministre va montrer toute son habilité à mettre de la cohésion au sein de ces personnalités pour en faire une vraie équipe. « Car, estime-t-il, il est nécessaire, qu’il y ait une équipe, qui croit dans le travail à faire, prête à faire des sacrifices et qui s’attelle à donner des résultats, sinon on ne peut pas présager de bon jours pour le gouvernement et surtout pour la population haïtienne impatiente de voir ses conditions de vie améliorées».

En ce sens, le dirigeant politique se veut confiant. Edgard Leblanc Fils s’attend à ce qu’on trouve un consensus gouvernemental qui devra déboucher sur un travail en commun en faveur de la satisfaction des besoins de base des citoyens.

 

Choléra un an déjà

19/10/2011 10:13:19

Haïti - Santé : Choléra un an déjàUn an après les premiers cas de choléra en Haïti, l’envoyé spécial adjoint des Nations Unis en Haïti, le Dr. Paul Farmer, a déclaré « c’est incroyable […] en 365 jours, d’aucun cas vous passer au plus grand nombre au monde. »
« Il va être avec nous pendant une longue période » a ajouté le Dr. Farmer parlant du choléra, il a également dit que le choléra est susceptible de devenir endémique en Haïti, ce qui signifie qu’il va devenir « natif » au pays. Farmer attribue la propagation de la maladie au statut qu’a Haïti de pays ayant « l’eau la plus dangereuse » du monde.
Pour Médecins sans frontières (MSF-Haïti) l’heure est toujours à l’urgence, « l’épidémie n’est pas encore sous contrôle, l’urgence est toujours là » a déclaré hier lors d’une conférence à Port-au-Prince, Pascale Zintzen, assistante chef de MSF. Tant qu’à lui Romain Gitenet, chef de mission à MSF-Haïti rappelle que « l’orage n’est pas passé. Il faut se méfier de cette épidémie là…»
En Haïti, l’on compte selon les derniers chiffres du Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP) 465,293 cas, soit presque 5% de la population et 6,559 décès, tandis qu’au Bangladesh, un pays durement touché par la maladie, 100,000 à 300,000 personnes contractent chaque année le choléra.
HL/ HaïtiLibre

 

Haïti lance une expérience de vaccination contre le choléra

LEMONDE.FR avec AFP | 19.10.11 | 19h39

Des malades atteints du choléra dans un centre de Médecins sans Frontières à Port-au-Prince (Haïti), le 1er juin 2011.

Des malades atteints du choléra dans un centre de Médecins sans Frontières à Port-au-Prince (Haïti), le 1er juin 2011.AFP/THONY BELIZAIRE

Près d’un an après le début de l’épidémie de choléra qui a déjà tué plus de 6 500 Haïtiens, le ministère de la santé du pays s’apprête à mener une vaccination-test auprès d’une centaine de personnes.

« Nous soutenons l’idée de projet expérimental de vaccination de deux groupes de la population », a indiqué à l’AFP Gabriel Timothé, directeur général du ministère de la santé publique haïtien. Plus d’une centaine de personnes issues d’un bidonville de Port-au-Prince et d’une localité rurale dans le centre du pays, où la maladie a été pour la première fois identifiée en 2010, seront soumises au test.

« Le vaccin Shanchol, qui sera administré oralement aux patients, en deux doses à intervalle de six mois, a été approuvé par l’Organisation mondiale de la santé, mais il ne viendra pas remplacer la sensibilisation auprès des populations », a encore déclaré le Dr Timothé.

DES EFFORTS INSUFFISANTS SELON MSF

Un an après la découverte de la souche sud-asiatique du choléra en Haïti, de nouvelles poussées ont été récemment enregistrées dans des localités reculées dans le nord et le sud d’Haïti. « Le taux de mortalité est faible, nous allons déployer des brigades mobiles pour intensifier la sensibilisation des gens aux règles d’hygiène », a dit le Dr Timothé.

Toutefois, Médecins sans Frontières (MSF) a jugé insuffisantes les mesures prises par les autorités pour combattre le choléra. « Les autorités haïtiennes et la communauté humanitaire internationale doivent faire plus d’efforts pour traiter et prévenir le choléra », a recommandé Romain Gitenet, chef de mission en Haïti.

De son côté, Gérard Bedock, lui aussi de MSF, pense que la maladie est encore au stade épidémique en Haïti, « nous encourageons les autorités sanitaires à maintenir des unités d’isolement et de traitement du choléra dans les centres de santé ».
MSF, qui a administré des soins à plus de 160 000 Haïtiens frappés par la maladie, pense que « le choléra pourrait rester présent en Haïti au cours des années à venir ».

 

Ces ministères jugés moins importants !

Jamais composition de gouvernement n’avait été aussi, disons, drôle. D’abord la part du lion. Comme dans la célèbre fable, le président Michel Martelly a choisi les meilleurs morceaux. Ceux-ci s’appellent l’Intérieur et la Défense ; l’Economie ; les Affaires étrangères et la Justice, etc.
Puis les autres se partagent le reste. Or, dans ce reste se trouvent bizarrement deux ministères qui, dans tout autre pays, constitueraient l’épine dorsale de l’avenir.
Ce sont la Culture et l’Environnement. La culture, qui, depuis André Malraux, premier ministre de la Culture de la Ve République française, est devenue le fer de lance de l’économie de ce pays, numéro 1 au monde de l’industrie touristique, le plus visité, spécialement pour ses musées et ses châteaux.
Or, n’a-t-on pas beaucoup entendu après les dévastations du séisme du 12 janvier 2010 : la culture, c’est ce qui reste quand on a tout perdu !
Cet appel n’a pas été entendu par nos élus, exécutif ou législatif. Bizarrerie d’un chef d’Etat venu lui-même du show- business.
On en sera quitte pour les masques du prochain carnaval de Jacmel. Mais pas plus loin que cela.
Aussi ne nous étonnons pas si c’est Santo Domingo qui obtient le plus grand institut français de la Caraïbe, comme pays ‘membre observateur’ de la francophonie alors que, celle-ci, nous l’avons fondée. Nous l’avons arrosée de notre sang, comme l’a compris notre invité de la semaine écoulée, le secrétaire général de la francophonie, M. Abdou Diouf.
Rien d’une rock star …
Pourtant le président Dumarsais Estimé était un plouc. Du moins c’est ainsi que le considéraient ses adversaires quand il arriva au palais national en 1946. Rien d’une rock star ni d’un artiste pop art. Mais le premier, sinon le seul, à avoir compris avec justesse que c’est sa culture (musique, peinture, artisanat, littérature, art populaire) qui est la grande force économique d’Haïti. Parce que inégalable, spécifique, ‘chè mèt, chè mètrès’, infatigable, indestructible. Vive la différence !
‘Nou bati Bisantnè, Pou nou toujou an mèvèy, Ayiti se yon revèy, Kap pote bon freshè, Viv lapè viv linyon, Pou nou pa an dezinyon.’
Entre la factory et le mahogany ? …
Vous connaissez la suite. Et surtout que nous n’avons pas fait mieux depuis. Loin de là.
Et que tous les peuples voisins rêvent d’un pareil avantage comparatif. ‘Kote k gen chenn, nan pwen kou.’ Mais aujourd’hui, en ces temps de compétition non plus régionale mais globale, seuls les Haïtiens n’apprécient pas suffisamment ce qu’ils ont et ce qu’ils sont. Surtout, comment prétendre améliorer l’image d’un pays quand on ignore ce qui fait sa spécificité? Qu’est-ce qui produit le plus d’emplois et le plus durablement … entre la factory et le mahogany ?
La boulette de papier chiffonnée …
L’autre ministère, dont le peu de considération qu’il a reçu au cours de la formation du nouveau gouvernement nous renverse, c’est bien entendu celui de l’environnement.
Qu’est ce que Haïti aujourd’hui si ce n’est son environnement ? Christophe Colomb, sa description de cette île unique, magique à la reine Isabella, la boulette de papier chiffonnée, plaines et montagnes entremêlées, Hispaniola ou Petite Espagne ! Si on laisse faire, tous savent que sous peu il n’en restera plus rien, littéralement.
Et pourtant !
L’agriculture, la sécurité alimentaire, le déficit commercial abyssal et si on veut espérer un jour un tout petit début de rétablissement de la balance des paiements vis-à-vis de nos grands fournisseurs de riz et de tous autres produits alimentaires jusqu’aux plus banals (citrons et mirlitons), les menaces à la sécurité nationale aussi, car ce n’est ni une guerre ni un mouvement extrémiste qui nous menace en ce moment de catastrophes naturelles, mais dont l’homme haïtien en porte la responsabilité plus encore, l’énergie propre, et renouvelable – carburant blanc (hydro) ou vert, donc l’environnement si important, au carrefour des quatre chemins, ministère transversal s’il en est, et si tant est qu’il devrait être le premier des ministères mais qui ne vaut qu’un strapontin aux yeux de nos dirigeants.
Attention à l’argent facile ! …
Quand le président Martelly déclare, lors de son récent passage sur CNN, qu’il veut redonner au café la place qu’il a occupée jadis dans l’économie nationale. Dans l’indépendance nationale, expliquant avec raison que c’est le café qui a payé la dette de l’indépendance.
Vrai. Mais c’est le café, les caféières, la première victime de la destruction de l’environnement. On peut vous emmener voir sur place.
L’américain dit qu’il faut savoir mettre son argent là où est son coeur.
On a l’impression que nous mettons plutôt notre argent là où on espère … l’argent facile !
Marcus Garcia
Mélodie 103.3 FM, Port-au-Prince
16 octobre 2011

 

Le bureau du président : bel écrin pour l’artisanat

Le président Michel Martelly a fait de son bureau l’une des plus belles vitrines pour les artisans haïtiens en laissant le soin à la décoratrice Pascale Théard de le décorer avec ce que nos artisans font de mieux.
Cette alliance du bon goût et du travail bien fait a été présentée ce week-end à l’appréciation du public sur de nombreuses chaines de télévision.
Plus que l’exigence de décoration intérieure du bureau du Président de la République d’Haïti, le choix de l’artisanat est un parti pris pour un secteur d’activité que le président Martelly tient à coeur, a expliqué au Nouvelliste Pascale Théard, décoratrice et artisan elle-même.
Dans le cadre d’Artisanat en fête, nous nous faisons un plaisir de présenter les artisans qui ont fourni les pièces qui ornent le bureau du président dans le petit local du palais national où les présidents ont trouvé refuge depuis le tremblement de terre du 12 janvier 2010.
Ces artisans seront présents à la foire qui se tient ce week-end au Parc Historique de la Canne à Sucre, les-uns en personne et les autresà travers la transmission de leur savoir-faire à des disciples.

Une vue du bureau du président Martelly (Photo: Paolo Woods)

Une vue du bureau du président Martelly (Photo: Paolo Woods)

Le président Martelly et les principaux artisans qui ont fourni meubles et accessoires pour son bureau (Photo: Paolo Woods)

Le président Martelly et les principaux artisans qui ont fourni meubles et accessoires pour son bureau (Photo: Paolo Woods)

Le président Martelly présente une des oeuvres (Photo: Paolo Woods)

Le président Martelly présente une des oeuvres (Photo: Paolo Woods)

Le coin mirroir (Photo: Paolo Woods)

Le coin mirroir (Photo: Paolo Woods)

Une autre vue du bureau du président (Photo: Paolo Woods)

Une autre vue du bureau du président (Photo: Paolo Woods)

Luminaires plafonniers en vitrail Art Déco
Florence Celcis, 69 ans. Vitraux. Port-au-Prince. Doyenne de l’artisanat.
Née à Jacmel en 1942, Florence Celcis découvre l’art du vitrail en 1974, lors de sa rencontre avec un fabricant américain d’abat-jours style Tiffany. Les Celcis complètent eux-mêmes leur formation en développant leur propre technique. En 1975, ils démarrent leur production de vitraux et en 1983, livrent d’importantes commandes d’abat-jour pour le marché américain. Leur atelier fera travailler 200 personnes jusqu’à l’embargo, qui sonne le glas de cette filière de l’artisanat. Aujourd’hui Florence Celcis crée des vitraux pour les églises et la décoration intérieure.
Miroir en marqueterie de corne
Enold et Jean Claude Jean Baptiste. Marqueterie. Carrefour.
Fils de cultivateurs, Enold est l’aîné de Jean Claude, tous deux nés dans les années 50 aux Cayes. Au début des années 80, ils quittent Les Cayes pour Carrefour. Là, cherchant un moyen de subsistance, ils rencontrent Boss Jérome à Thor. C’est auprès de lui qu’ils apprennent la marqueterie et exerce ce métier depuis trente ans. Avant le tremblement de terre, ils travaillaient tous deux chez eux à Carrefour, emmenant leurs travaux à un atelier à la rue de l’Enterrement pour les finitions. Cet atelier a disparu depuis. A ce jour les difficultés pour trouver du courant électrique à Carrefour rendent les finitions plus compliquées à réaliser. Enold a réalisé le miroir. Il est décédé depuis deux ans. Son frère Jean Claude a réalisé les deux tables en marqueterie d’os qui se trouvent de part et d’autre du canapé. A ce jour, à 58 ans, il exerce toujours et s’est spécialisé dans la marqueterie de corne, d’os, de bois de cèdre ou de noix de coco.
Vasque en pierre
Jean-Perrotin Ladouceur, 38ans. Pierre taillée. Léogâne.
Jean Perrotin Ladouceur est de Rivière Cormier à Léogâne. Avec 23 ans d’expériences de la pierre taillée, ses spécialités sont les bols, les assiettes, les pots et les vases.
Arrangement Orchidées
Louidèce Saint-Juste. 32 ans. Horticulteur. Fermathe.
Louidèce Saint-Juste, horticulteur et collectionneur de plantes possède plus de 300 variétés de plantes ornementales et médicinales dont certaines sont endémiques. Quand le travail du jardin est fait, il s’adonne à son autre passion, la peinture. Diplômé en art graphique, en anthropologie, sociologie et en agronomie, il enseignera un temps la chimie et la biologie mais commence à travailler très tôt en pépinière, c’est là qu’il exerce son talent. Il collectionne broméliacées, fougères,
anthuriums et plantes succulentes, si bien que sa maison disparaît sous la verdure.
Statuette Guitariste
Jacques Eugène. 42 ans. Sculpteur. Croix-des-Bouquets.
Né à la Croix-des-Bouquets, il travaille en apprentissage dès l’âge de 17 ans avec Gabriel Bien-Aimé et à l’atelier de Serge Jolimeau, pour fonder plus tard son propre atelier dans le village des artisans de Noailles où il incarne une nouvelle génération, incluant objet et métal de récupération. Quatre personnes travaillent avec lui. Jacques Eugène a participé à de nombreuses expositions, à l’ambassade du Canada à Port-au-Prince, au Parc historique de la canne à sucre, au village de Noailles mais aussi à Dakar et à la Nouvelle Orléans. Son guitariste, joue de la musique avec style, debout sous le soleil, protégé de son chapeau.
Poteries ; deux pots argile
Serge Gay, 58 ans. Poterie. Port-au-Prince. Doyen de l’artisanat.
Né en 1953, Serge Gay est potier et sculpteur dès son plus jeune âge. Avant même d’achever ses études classiques, il fréquente le centre d’apprentissage de Saint-Martin où il est l’élève de son père, Jules Gay, propriétaire de l’atelier Gay Poterie. En 1975, après ses études classiques, Serge Gay obtient une bourse d’étude pour étudier la céramique au Mexique, puis à Panama. De 1983 à 1986, il enseigne la céramique à l’École Nationales des Arts (ENARTS) puis part en 1987aux États-Unis. A son retour en 2000, il crée l’atelier Serge Gay Poterie, où travaillent environ 25 jeunes, tourneurs, mouleurs, décorateurs ou potiers. Il a participé à de nombreuses expositions et foires nationales et internationales.
Tabouret Africain
Boss Moïse. Maître bois et tourneur. Port-au-Prince.
Boss Moïse, une soixantaine d’année, exerce toujours. Ses spécialités sont les bougeoirs et les chaises : le bois est travaillé en le faisant tourner et en appliquant divers outils au cylindre en rotation pour faire apparaître la forme. L’entraînement se faisait autrefois à la force du pied par un mécanisme, aujourd’hui à l’électricité. Ce tabouret africain original à été réalisé à partir d’un dessin soumis à Boss Moïse par un designer.
Tambour peint
Ancener Petit-Bois. 44 ans. Peinture TapTap. Port-au-Prince.
Peintre depuis 1980, c’est en 1984 qu’il commence la peinture de TapTap. Principal fondateur de l’APATAH (Association professionnelle des Artisans TapTap et Autobus Haïtiens) il est entrepreneur et fait travailler pas moins de 36 ouvriers. Il a exposé à New York et Montréal et présentera son TapTap moderne avec toilette et climatisation en 2012 en Allemagne à la foire de Berlin, puis en 2013 à Washington.
Console Bois
Yandi Mitchell. 52 ans. Ameublement en bois. Port-au-Prince.
Avec plus de vingt ans d’expérience, l’atelier Promobois est spécialisé dans la vente de bois et la fabrication sur mesure, et compte 70 employés. Commençant pour la plupart très jeune et sont formés à l’atelier au travail du bois, pour devenir des ouvriers spécialisés en deux ans.
Tableau perles et paillettes « La sirène »
Dubreus Lherisson. 40Ans. Drapeaux Vodou sur canevas. Léogâne.
Dubreus Lherisson et né au Cap Haïtien et gagne Port-au-Prince à l’âge de 10 ans, il habite le quartier de Bel Air. Auprès de Ti Bout, hougan et artiste spécialisé en drapeaux vodous, il apprend cet art et prendra la relève de l’atelier de Ti Bout à sa mort en 1994. En plus des drapeaux l’atelier travaille les perles et la broderie des costumes de bandes Rara. Depuis 2007 il collabore au sein du duo artistique Kongo Lawouze, revisitant l’art du drapeau vodou en intégrant boutons et objets de récupération à une imagerie mystique traditionnelle.
Grouping mural
Thomas Petit. Décédé à l’âge de 31 ans. Forge et fer découpé. Croix des Bouquets.
Né au Cayes en 1974, Thomas Petit est formé avec son frère Pierre Petit par le sculpteur Georges Liautaud. Dès la fin des années 80, il travaille avec la Gallerie Gingerbread. Sa spécialité est le fer découpé mais il travaille aussi des pièces à la forge, développant un style est une personnalité propre. Il a toujours travaillé seul sur des pièces d’art uniques.
Chaises en paille
Pierre Lukner. 41 ans. Ameublement bois et latanier. Canapé Vert.
Pierre Luckner est né à Dondon près du Cap Haïtien. Il vient à Port-au-Prince à l’âge de 19 ans et commence à travailler le bois. Depuis 1998, il possède son propre atelier à Pétion-Ville, route du Canapé Vert, où il travaille charpente, bois, et meubles tressés avec 8 ouvriers. Il a travaillé aux Bahamas et a exposé en France.
Table Basse
Promobois (voir plus haut) et Jean Baptiste Jean Joseph.
Le concept de cette table a été réalisé pour le Contemporary Caribbean Design qui s’est tenu en septembre 2011 à Santo Domingo : combinant fonctionnalité et culture haïtienne, elle est le fruit d’une collaboration entre l’artisan et Promobois, les designers italiens Julio et Valerio Vinaccia et haïtienne Régine Tesserot Fabius.
Jean Baptiste Jean Joseph. 43 ans. Perles et paillettes. Croix-des-Bouquets.
Originaire de Bainet, il débute sa carrière artisanale en 1991, il est une figure de proue de la nouvelle génération du drapeau Vodou. Sa production est riche et variée. Ayant travaillé pour une usine de confection de robes de mariée, il a mis sa méticulosité et sa rapidité au service de l’imagerie Vodou. Il travaille aujourd’hui dans son propre atelier de la Croix-des-Bouquets.
Side table marqueterie d’os
Voir miroir.
Lampes
Raymond Menos et Hansie Duvivier.
Raymond Ménos. 82 ans. Ameublement. Port-au-Prince. Doyen de l’artisanat.
Raymond Ménos a commencé seul à créer de la ferronnerie et des meubles modernes. Suivant son inspiration, encouragé par sa mère Lina Ménos puis par Max Ewald et Jean Liautaud, il poursuit et crée en mai 1952 sa première lampe. Depuis sa première exposition, il exporte aux États-Unis, en Allemagne, en Belgique et en Espagne. Il ouvre une boutique en 1972, rue St-Cyr, et s’attache à présenter chaque année de nouveaux modèles. En 2002, les Ateliers Raymond Menos ouvrent une « Maison Modèle » à Pétion-Ville, qui fermera ses portes après le tremblement de terre. Aujourd’hui ses enfants, Geneviève, Bertrand et Richard, ont pris la relève. En 60 ans il a formé près de 150 ouvriers.
Hansie Duvivier. 54 ans. Abat-jours et lampes. Pétion-Ville.
Hansie Duvivier a toujours travaillé pour l’artisanat. Elle sera pendant 20 ans au service de Caribbean Craft comme manager de la section textile et designer pour les autres secteurs (fer découpé, papier mâché). Depuis plus de 8 ans, elle travaille dans son atelier chez elle où elle s’est spécialisée dans la confection de lampe et d’abat-jours et dans la réparation d’antiquités. Elle travaille avec deux ouvriers, et son mari qui fait l’électrification des lampes. Elle collabore toujours avec de nombreux artisans.
Fauteuil, Canapé et Rideau
Florence Laraque. 50 ans. Ameublement, Tapissier décorateur. Port-au-Prince.
Florence Laraque commence son aventure dans l’ameublement il y a une vingtaine d’années. Elle travaille alors dans une usine de production de meubles au port avec son conjoint. Ils se forment en travaillant, font l’acquisition de l’usine et deviennent performants dans tous les aspects de l’ameublement : meubles capitonnés, réalisations sur mesure, restauration de meubles anciens, draperies. En 2010, ils ouvrent un magasin à Pétion-Ville.
Coussins brodés
Atelier Pascale Théard Créations. Maroquinerie. Port-au-Prince.
L’atelier Pascale Théard Créations, se spécialise dans le travail du cuir. Réintroduisant la Bata en l’élevant au standard de qualité de l’industrie du luxe, les sandales et accessoires faits main sont ornés de perles et paillettes brodées. Les motifs et couleurs sont inspirés de la culture racine haïtienne. Avec deux collections annuelles, l’atelier diversifie sa production et depuis 2008 l’atelier crée une ligne d’accessoires de décoration.
Bols en bois
Albert Einstein. 41 ans. Bois. Mariani.
Né à Bourdon, il grandit à Mariani. Einstein Albert, par amour pour l’artisanat, reprend l’entreprise de son père David Auld, qui comprend plus de 25 000 gommiers, arbre ressource dans lequel il taille bols et saladiers de grandes dimensions et divers objets sculptés. Les plantations familiales se situent à la Gonâve, Petit-Trou de Nippes et Aquin. Chaque pièce requiert un traitement en quatorze étapes pour parvenir à l’imperméabilité et au lustre qui la caractérisent. Son atelier travaille aussi la corne et l’os. Il emploie plus de 85 ouvriers entre Petit-Trou de Nippes, Aquin, Miragoâne et Mariani.
Boule de vétiver
Sénèque Ridore. 54 ans. Vannerie. La Vallée de Jacmel. Doyen de l’artisanat.
Sénèque Ridore a commencé à travailler la vannerie en palme de cocotier en 1978 à Gustave Shop à Bizoton. De retour à La Vallée, il continue longtemps de produire pour les compagnies des Boulos et Mourra, puis avec Aid to Artisans, ce qui lui donne l’occasion de collaborer avec des designers étrangers. Ses nouveaux paniers en vétivers et en liane connaissent un grand succès et reçoivent des commandes pour l’exportation. Il travaille aujourd’hui en équipe avec les artisans de la zone et Dieupuissant Lamothe.
Sculpture sur pied
Serge Jolimeau. 59 ans. Fer découpé. Croix-des-Bouquets. Doyen de l’artisanat.
Serge Jolimeau est né en 1952 et a grandi à Croix des Bouquets, non loin de chez Georges Liautaud, forgeron de métier, qui développa un art nouveau dans les années 40. Devenu apprenti chez les frères Louis-Juste, eux-mêmes formés par Liautaud, Jolimeau prend son essor et se fait un nom en produisant un oeuvre très créative et sophistiquée, très prisée des collectionneurs. Plusieurs fois présenté dans des expositions à l’étranger, il a formé une centaine d’artisans et son objectif est de sensibiliser les jeunes en leur offrant une perspective d’avenir à travers l’art du métal découpé.
Neg marron en bois
Joseph Delva. 65 ans. Sculpture. Pétion-Ville.
Né à Port-au-Prince, Joseph Delva sculptait déjà parallèlement à ses études classiques. A partir des années 68-69 il débute des études de dessin classique auprès du peintre Valcin II, qu’il poursuit à l’Académie des Beaux Arts trois années durant sous la direction du professeur Montas Goutelli et de Raoul Dupoux. Alors sculpteur, il commence sa carrière en 1972. Il a exposé à Pétion-Ville, New York et Miami. A présent il prépare des jeunes au dessin et à la sculpture.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :