vendredi 21 octobre 2011

21 Oct

Début d’une procédure judiciaire contre un Député ?

21/10/2011 06:50:35

Photo du Député Arnel Bélizaire publié sur la page facebook de Metropolis et ses fans

Hier le Commissaire du Gouvernement a.i de Port-au-Prince, Me Félix Léger a envoyé une correspondance à Sorel Jacinthe, Président de la chambre des députés, l’informant de son intention de réévaluer le dossier d’un député qui d’après les recherches qui ont été effectuées fait l’objet de poursuites judiciaires.
Me Léger donne quelques explications et confirme que cette correspondance a été envoyée « …effectivement il y a une correspondance qui a été envoyé à la Chambre des Députés pour informer le Président de la Chambre des Députés, que d’après des recherches que nous avons fait au pénitencier national, au parquet, au greffe du parquet, au tribunal de premier instance de Port-au-Prince, qu’il y a un membre parmi eux qui fait l’objet de poursuites judiciaires, c’est justement une information, nous l’informons… […] la procédure va avancer […] la justice va faire son chemin dans ce cas […] nous les avons informé de ce que nous avons entre nos mains, de l’avancement et également ce qui c’est passé. » Le Commissaire du Gouvernement a précisé qu’il attendait une réponse « pour commencer la procédure. »
Concernant à savoir si le « membre » en question est bien le député Arnel Bélizaire, dont le nom et les photos circulent largement sur Internet, Me Léger a déclaré sans préciser nominativement s’il s’agit bel est bien de ce député « non-seulement c’est une personnalité, les informations sont là, je l’ai trouvé dans les archives, maintenant ce n’est pas seulement pour ce cas là que nous travaillons […]

C’est un travail de titan que nous faisons parce que n’oubliez pas qu’il y a des évadés de prisons dans la rues… […] maintenant la justice […] va demander à toutes les autorités se qu’elles ont comme informations dans leurs archives, et elle va prendre toutes les dispositions légales pour que la justice fasse son chemin. »
Me Léger indique également qu’à partir des réponses qu’il va recevoir « nous prendrons les mesures qui s’impose » pour que toutes les personnes qui se sont évadées puissent y retourner. Mais il précise que « ce n’est pas seulement ce cas [celui de Bélizaire ?] il y a d’autres cas. » Le Commissaire du Gouvernement informe que le parquet de Port-au-Prince est en train de réévaluer les dossiers qui ne paraissent pas normal et que les dossiers de toutes les personnes qui font l’objet de poursuites judiciaires et que les documents ne sont pas prescrits doivent être activés. Précisant que le dossier de chaque évadés de prison va être réévalué, de façon à ce que la « justice fasse son chemin » et renforcer un aspect fondamental, la question de l’État de Droit.
Guy Gérard Georges, le 1er Secrétaire du bureau de la chambre basse confirme pour sa part « …nous avons reçu une lettre du commissaire du gouvernement a.i Me Félix c’est une lettre adressé à la chambre des députés » précisant que la chambre des députés n’est pas en session ordinaire ni extraordinaire, et que le Président de la chambre basse, Sorel Jacinthe doit d’ici lundi communiquer cette lettre non-seulement au bureau, mais au présidents des commissions. Le député Georges précise que « pour l’instant la chambre des députés ne peut pas statuer sur quelque soit le cas puisque la session extraordinaire est terminée, nous ne sommes pas convoqué en une autre session extraordinaire et nous aurons à attendre probablement au deuxième lundi de janvier pour une autre session, mais une session ordinaire. »
Concernant la teneur de la lettre le député ne donne pas trop de précision car elle n’a pas été officiellement communiquée aux membres du bureau « la lettre fait état d’un de nos collègue député, d’après le commissaire du gouvernement qui a été emprisonné et qui a du prendre la poudre d’escampette pendant les années passées…» ajoutant « pour l’instant je ne peut pas officiellement donner le nom du député compte tenu que nous ne sommes pas en session ni ordinaire ni extraordinaire et que jusqu’à présent la lettre n’est pas communiquée officiellement au membres du bureau ». Le 1er Secrétaire indique que dans les prochains jours une réponse sera faites à Me Léger « c’est sûr que dans les jours à venir il va y recevoir une réponse du bureau de la chambre des députés…»
HL/ HaïtiLibre

 

La justice réclame la tête du député Arnel Bélizaire (les faits)

Jeudi, 20 Octobre 2011 18:12 HPN

La justice a demandé au parlement de lever l’immunité du député Arnel Bélizaire impliqué récemment dans une prise de gueule avec le président Michel Martelly lors d’une rencontre au palais national, quatre jours plus tard, le président avait publiquement dénoncé la présence de « repris de justice » au parlement.

Selon une source judiciaire contactée par HPN, une lettre a été envoyée au président de la Chambre des députés pour demander officiellement au pouvoir législatif de lever l’immunité du député de Delmas qui a été emprisonné à plusieurs reprises au cours de ces dernières années avant d’être élu à la 49e législature.

Photos de Arnel Belizaire en tenu de prisonnier circulent sur le net 

Photos de Arnel Belizaire en tenu de prisonnier circulent sur le net

HPN a appris qu’un lourd dossier à charge a été préparé révélant que le député a été arrêté à plusieurs reprises entre 1995 et 2006.

En 2006 : interpellé par les autorités dominicaines pour implications dans des vols de véhicules. Il a été remis à la justice haïtienne.

En 2004, M. Bélizaire est arrêté sous les accusations de meurtre et détention illégale d’armes automatiques. Ecroué au pénitencier national, il sort de prison à la faveur d’une mutinerie le 19 février.

En 1995 il est arrêté et emprisonné à Delmas pour abus de confiance. Il est libéré quatre jours après son arrestation.

Depuis quelques jours des photos du parlementaire en tenu de prisonnier circulent sur le net.

Intervenant sur Vision 2000, le commissaire du gouvernement Félix Léger a confirmé la démarche, mais s’est refusé à révéler l’identité du parlementaire concerné. « Effectivement la personne fait objet de poursuites judiciaires, nous avons écrit le 19 octobre au président de la chambre et nous attendons sa réponse ».

 

Le Ministre des Affaires étrangères en quête d’opportunités en Corée du Sud

21/10/2011 08:55:42

Haïti - Économie : Le Ministre des Affaires étrangères en quête d’opportunités en Corée du SudLaurent Lamothe, le Ministre des Affaires étrangères et des Cultes, à la tête d’une délégation composée de M. Karl Jean-Louis, M. Lesly Benoit Jr et du Directeur général du Centre de Facilitation des Investissements (CFI), M. Guy Lamothe, a participé ce jeudi 20 octobre en Corée du Sud au lancement du forum « Lac Korea », organisé par la Banque Interaméricaine de Développement (BID). Plusieurs délégations en provenance de l’Amérique latine ont pris part à cet évènement qui représente une plateforme d’opportunités dans la perspective de la recherche de nouveaux horizons pour les pays du Sud en matière d’investissement.
En cette occasion, le Chancelier, qui a attiré plus de deux cent (200) investisseurs à travers le monde, a saisi l’opportunité pour convaincre les potentiels investisseurs coréens qu’Haïti est plus que jamais disposé à les accueillir. Selon lui, il y a beaucoup à faire dans les domaines comme l’infrastructure, la construction de maisons, l’énergie…
Le titulaire des Affaires étrangères et des Cultes a salué la compagnie Coréenne SAE qui s’est implantée en Haïti, à Caracol dans le département du Nord-Est, et qui projette de créer plus de vingt mille emplois dans le secteur du textile. Il a en ce sens encouragé la compagnie LG et autres firmes locales à suivre l’exemple de la compagnie SAE en venant investir en Haïti.
Dans son allocution, le Ministre Lamothe a mentionné l’engagement du Président de la République d’Haïti, Michel Martelly, à attirer et faciliter l’investissement en Haïti en mettant sur pied le Conseil Consultatif Présidentiel pour l’Investissement (CCPI). M. Lamothe en a profité en outre pour inviter les participants à cet important forum à prendre part à la conférence d’investissement qu’organisera le Gouvernement haïtien en partenariat avec la Banque Interaméricaine de développement durant le mois de novembre prochain. A ce sujet, le Chancelier haïtien s’est entretenu avec le président de la BID, M. Luis Alberto Moreno, autour de la préparation de cet évènement.
M. Lamothe a également profité de son séjour pour rencontrer son homologue sud-coréen autour du renforcement des relations entre les deux pays. En tant que 12ème plus grande économie mondiale, M. Lamothe croit que la Corée du Sud peut constituer un partenaire privilégié dans le cadre des efforts de la nouvelle administration visant à relancer l’économie haïtienne.
Le Ministre Laurent Lamothe s’engage à donner une nouvelle impulsion à la Diplomatie haïtienne en l’orientant, entre autres, vers la recherche croissante de nouvelles opportunités au profit du peuple haïtien qui attend beaucoup de son nouveau Gouvernement.
HL/ HaïtiLibre

 

Haïti : Une conférence sur l’investissement en Novembre

Vendredi, 21 Octobre 2011 16:47

LaurentLamotheLe Gouvernement haïtien organisera une conférence sur l’investissement en Novembre prochain. Le Ministre des Affaires Etrangères et des Cultes, Laurent Lamothe en a fait l’annonce jeudi depuis la Corée du Sud où il est en visite officielle.

Le chancelier haïtien, qui prenait part à l’ouverture du Forum Lac Korea, a tenté de convaincre les participants à ces assises sur de nouvelles opportunités pour les pays du Sud. Il les a invités à venir implanter leurs entreprises en Haïti tout en leur promettant les garanties du nouveau gouvernement.

Laurent Lamothe, qui dirige une délégation composé, entre autres, de Guy Lamothe, le directeur du Centre de Facilitation des Investissement, a invité les potentiels investisseurs présents à ce forum à prendre part à la conférence haïtienne sur l’investissement dont la Banque Interaméricaine pour le Développement sera un partenaire.

Le Ministre Laurent Lamothe a, au cours de son séjour, rencontré son homologue sud-coréen Kim Sung-hwan dans le cadre du renforcement de la coopération entre les deux pays.

 

Installation de Jude Hervé Day à la tête du MPCE

20/10/2011 13:06:02

Haïti - Politique : Installation de Jude Hervé Day à la tête du MPCEHier l’ingénieur Jude Hervé Day a été installé à la tête du Ministère de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE) en remplacement de l’ex-Premier Ministre Jean-Max Bellerive qui avait aussi le portefeuille du MPCE.
Lors de son discours de circonstance M. Day a remercié le Président de la République pour la confiance qu’il a placée en lui, et a qualifié son Ministère d’outil stratégique dans la mise en cohérence des choix politiques sectoriels orientés vers le développement, promettant de mettre en phase les actions du MPCE avec les axes d’interventions tracés.
« Monsieur le Président vous avez bien voulu non-seulement m’appeler à faire partie de votre gouvernement mais tenu en outre à venir personnellement procédé à mon installation à la tête du Ministère de la Planification et de la Coopération Externe je vous en suis doublement reconnaissant et je m’engage à tout mettre en œuvre pour mériter la confiance dont vous m’honorer si généreusement.
Je ne me tromperais pas en affirmant que tant d’attention vont certainement au-delà de ma propre personne, elles sont l’expression évidente du grand intérêt que vous porter à ce Ministère en tant qu’outil stratégique dans la mise en cohérence des choix politiques sectoriels orientés vers le développement que vous avez énoncé et défini dans vos diverses prises de parole.
Monsieur le Président de la République vous les avez maintes fois répétés dans votre discours, Monsieur le Premier Ministre je veillerais donc à ce que dans les divers domaines de compétences […] l’aménagement du territoire, le développement local et la coopération externe, les actions du Ministère épaulent étroitement et soient mise en phase avec les axes d’interventions que vous avez tracés. Monsieur le Premier Ministre et Ministre sortant de la Planification et de la Coopération Externe prendre votre succession à la direction de ce Ministère n’est pas une petite affaire…»
Pour sa part le Président de la République a fait savoir que M. Day est une personne qui travail toujours, qui donne toujours des résultats et qui a déjà travaillé avec l’ex-Premier Ministre Jean-Max Bellerive « encore une fois c’est un plaisir pour moi de participer à l’installation du Ministre de la Planification, Monsieur Jude Hervé Day, est une personne qui travail toujours, qui reste dans l’ombre mais qui donne toujours des performances et des résultats […] c’est un bon pion […] c’est avec beaucoup de fierté que je lui dis bienvenue, nous comptons sur lui, l’heure est au travail, je sais qu’il a déjà de l’expérience dans ce domaine, surtout qu’il a déjà accompagné le PM sortant, tout le temps qu’il était à la Primature et au Ministère, donc je te dis bienvenue, continue le travail, le Président compte sur toi nous avons beaucoup de chose à faire, tu sais que les plans sont des outils importants, qui joue un rôle important dans le développement du pays, pour qu’il fonctionne sur nos quatre axes… »
HL/ HaïtiLibre

 

MJSAC :

De nouvelles infrastructures et un environnement sain pour la jeunesse haïtienne

21/10/2011 08:05:30

Le nouveau titulaire du Ministère de la Jeunesse, des Sports et de l’Action Civique (MJSAC), René Jean Roosevelt, a déclaré lors de son installation vouloir créer un environnement sain pour la jeunesse haïtienne, pour ce faire il compte sur une collaboration tripartite « avec la collaboration des ministères de la Culture et de l’Environnement, nous allons mobiliser nos ressources pour créer un environnement sain, bannir la délinquance juvénile… »
Concernant le manque d’infrastructures sportives, le nouveau Ministre promet de résoudre ce problème en dotant le pays d’infrastructures qui permettront d’avoir des athlètes plus performants « sans installations sportives adéquates, nos athlètes ont toujours représenté valablement notre pays. Durant mon mandat, nous allons travailler pour doter le pays d’infrastructures qui permettront à nos athlètes d’être plus performants et avoir plus de jeunes qui pratiquent une discipline sportive. »
Le Ministre Roosevelt a également promit de travailler avec les nombreuses fédérations sportives présentes sur le territoire nationale pour avoir un meilleur développement et une meilleure promotion du sport à travers tout le pays.
Il en a également profité pour remercier le Président de la République, Michel Martelly et le Premier Ministre, Garry Conille, pour cette nomination, promettant sa pleine collaboration dans la réalisation de projets visant à l’épanouissement et le progrès de la jeunesse haïtienne. Il compte aussi sur le soutien de l’ex-titulaire du MJSAC, Évans Lescouflair.
HL/ HaïtiLibre

 

MARNDR:

L’agriculture pour réduire le déficit commercial

Le nouveau ministre de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural (MARNDR), l’agronome Hébert Docteur, dans son allocution prononcée le 19 octobre à Damien, lors de son investiture, croit que l’agriculture devra permettre de réduire le déficit commercial, et partant, la dépendance alimentaire grâce à l’augmentation significative de la production agricole. Nous proposons aux lecteurs l’intégralité de son discours.

Me revoilà, à nouveau à titre de titulaire du ministère en ce haut lieu consacré au travail de la terre que constitue Damien. J’avais quitté cet espace, il y a 25 ans, la tête pleine d’idées et de rêves, mes valises remplies de programmes et de projets, avec, aussi et surtout, le sentiment d’une mission non accomplie, d’une oeuvre inachevée.
Après un quart de siècle, le destin a voulu que je revienne avec le même enthousiasme, la même fougue et le même dynamisme pour me mettre au service de mon pays et contribuer à relever les grands défis auxquels doit faire face le ministère de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural.
Mesdames, Messieurs,
Les dernières élections qui ont porté à la plus haute magistrature de l’Etat son Excellence Michel Joseph Martelly ont eu l’effet d’un séisme politique et témoignent de la volonté du peuple de voir se matérialiser le changement dans ses conditions d’existence faites de privations de toute sorte. Ce changement tant souhaité a trouvé sa résonnance dans l’engagement politique du président de la République et nous sommes ici, ce matin, pour en quelque sorte inaugurer, que dis-je, pour en initier l’esprit et le programme d’action dans le secteur qui nous concerne, par la mise en oeuvre de cette autre politique agricole, telle que libellée dans l’énoncé de politique générale du Premier ministre. Une politique susceptible de créer de la richesse, de générer des emplois valorisants et rémunérateurs.
Il m’est agréable de saluer la présence ici, ce matin, de quelques membres du Parti agricole et industriel national (PAIN) dont je suis membre à part entière. Lors de la campagne électorale, beaucoup d’observateurs estimaient insolite l’endossement par ce parti du candidat qui a été élu le 20 mars 2011 à la tête de notre pays. Leur étonnement venait du fait qu’à la différence du PAIN, ils n’avaient pas perçu les frémissements de l’intelligence collective qui allaient infléchir de façon déterminante le cours de l’histoire nationale et porter au pouvoir une vision différente visant à l’équité de la chose publique. Le peuple a accepté le pari sur l’avenir qui lui était proposé. Et nous sommes heureux de pouvoir nous associer à cette oeuvre colossale et stimulante de régénérescence de la patrie commune.
Mesdames, Messieurs,
Le président Martelly m’a fait l’honneur de me confier, pendant la période de transition, la coordination du secteur agricole. L’équipe qui était constituée avait pour tâche de préparer la feuille de route du secteur en s’inspirant de la vision de celui qui s’imposait alors comme futur chef de l’Etat et de ses promesses de campagne. Quelques techniciens de grand calibre, issus du ministère de l’Agriculture, y ont pris part. D’autres experts indépendants ont été également retenus. Je les salue tous et réitère à leur intention l’expression de mes meilleurs sentiments. Toutefois, la présence parmi mous du Dr Frantz Flambert, ex-ministre de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural, revêt pour moi une signification particulière. Frantz a grandement influencé ma carrière; je suis heureux qu’il soit à mes côtés aujourd’hui. Je salue également la présence ici de l’ingénieur agronome Jean-Robert Estimé, qui m’a toujours manifesté une très grande disponibilité. Son dévouement au service de l’agriculture haïtienne a valeur de symbole. Je vous invite donc à les applaudir avec moi.
En faisant choix de moi comme ministre de l’Agriculture, le Premier ministre, de concert avec le président de la République, m’offre la possibilité de contribuer à la mise en oeuvre de la politique publique du gouvernement dans les domaines de l’agriculture, des ressources naturelles et du développement rural, secteur appelé à jouer un rôle moteur dans la croissance de l’économie nationale et dans le développement du pays.
L’agriculture devra permettre de réduire le déficit commercial, et partant, la dépendance alimentaire grâce à l’augmentation significative de la production agricole. Ce sera l’occasion de réactiver les idées et les rêves sauvegardés dans les replis de ma mémoire et d’actualiser les projets qui trainaient sur les travées de ma bibliothèque, car la plupart se retrouvent heureusement dans le programme de politique générale exposé au Parlement par le Premier ministre Garry Conille.
En m’accordant le privilège de gérer ce ministère, le président Martelly et le Premier Ministre Conille m’ont manifesté leur grande confiance. Je tiens à les remercier de cette haute considération et réitère ici l’engagement, s’il en est besoin, d’oeuvrer sous leur autorité dans le sens du mieux-être de tous les Haïtiens et en particulier des producteurs haïtiens qui, dans des conditions extrêmement difficiles, s’attèlent à tirer des plaines irriguées ou desséchées, des piedmonts et des pentes abruptes, de la mer et des
autres plans d’eau, une grande partie des produits couvrant les besoins alimentaires du pays.
D’aucuns pensent que le travail qui m’échoit est gigantesque. Je n’en disconviens pas. Cependant, je réponds simplement que je saurai mettre en adéquation les ressources humaines, matérielles et financières disponibles avec les besoins prioritaires de la population en vue d’accomplir efficacement la mission qui m’est confiée et d’atteindre les objectifs fixés dans le cadre du plan opérationnel du gouvernement.
Je m’honore d’ores et déjà de compter sur la volonté et la disponibilité de tous les membres du personnel du ministère. Je veillerai à créer et maintenir, au sein de cette institution, une atmosphère sereine, mais disciplinée, indispensable à la réussite d’une gestion efficace et efficiente, axée sur l’obtention de résultats tangibles répondant aux besoins alimentaires de la population et à la nécessité d’exploiter les opportunités du marché extérieur. Cela, dans le respect scrupuleux et l’application intelligente des principes de la bonne gouvernance.
Je m’enorgueillis déjà d’avoir à travailler avec des partenaires nationaux et internationaux dont le souci est de changer, comme nous le préconisons, les indices de développement humain de ce pays. Qu’ils soient assurés de ma pleine et entière collaboration, car nous partageons une mission commune, celle de trouver les solutions appropriées à des problèmes séculaires qui rongent les secteurs agricole et agro-industriel haïtiens.
Dans ce contexte, ce cri lancé par le président Martelly à Marchand – Dessalines :
E peyzan yo ! Yo pap janm jwenn anyen !!!
doit nous interpeller tous et j’en fais ma boussole.
Se sa prezidan an te di. Ebyen se nou tout ki ap pran desizyon nan sektè agrikòl la, ki pou travay ansanm, pou peyzan yo ka jwenn kichòy.
E se sa ke mwen vini fè isit la.
Mwen pap Ka fè li pou kont mwen. Mwen konte sou tout moun e patikilyèman sou kòlèg et zanmi mwen Joanas Gue, ki tap fè jefò pou sektè ya soti nan twou ke li ye a.
Mon cher Joanas,
C’est pour moi l’occasion de te remercier pour ta collaboration tout au long de la transition et j’en profite pour te féliciter. Les documents que ton ministère a produits récemment en collaboration avec la communauté internationale et d’autres partenaires nationaux constituent un investissement important. Ils seront exploités de la façon la plus intelligente possible.
Je prendrai un immense plaisir à te consulter, mon ami et confrère, à discuter avec toi, et je le ferai de la manière la plus sincère et la plus digne possible. Notre collaboration sera à la hauteur de notre amitié et de nos qualités professionnelles.
Je ne terminerai pas ces mots sans rendre un hommage mérité à ma femme, mes enfants, mes frères et soeurs, ma famille élargie, les confrères ingénieurs agronomes, mes camarades de promotion, les professionnels de tous horizons, mes amis, les membres du PAIN qui ne m’ont jamais marchandé leur support dans les bons comme dans les mauvais moments. A eux tous, je dis un grand merci.
Enfin, Je compte sur la franche et loyale collaboration de tous les membres du personnel du ministère, et sur les suggestions opportunes des sénateurs et des Députés, des responsables et des membres des Collectivités territoriales, des organisations de la société civile, des dirigeants et des cadres des institutions de la coopération bilatérale
et multilatérale, des Organisations non gouvernementales, des associations de producteurs agricoles, des organisations paysannes, confiant qu’avec leur appui j’arriverai à conduire le secteur du travail de la terre vers un avenir marqué par le sceau de la modernisation, du progrès technologique, et de la prospérité.
Je vous remercie de votre attention.

Hébert Docteur,Agr.
Ministre
19 Octobre 2011

 

Cabinet ministériel : Quelques repères biographiques

Politiquement hétéroclite et dominé par les proches du chef de l’Etat, le gouvernement Martelly/Conille entre en scène avec d’énormes promesses de changement

RADYO KISKEYA / Publié le jeudi 20 octobre 2011

Voici la liste complète des membres du nouveau cabinet ministériel qui ont tous pris leurs fonctions mercredi et jeudi à Port-au-Prince à l’exception des titulaires des affaires étrangères, Laurent Lamothe, et de la culture, Choiseul Henriquez, respectivement en mission officielle, jusqu’au début de la semaine prochaine, en Corée du Sud, et hospitalisé.

- Ministre de l’intérieur, des collectivités territoriales et de la défense nationale, Me Thierry Mayard Paul, avocat au barreau de Port-au-Prince et ex-chef de cabinet du Président Michel Martelly dont il est un ami très proche. Fils de l’ancien éminent juriste, feu Me Constantin Mayard Paul, il est le frère aîné de Me Grégory Mayard Paul, également conseiller du chef de l’Etat.

Le nouveau ministre est également peintre. (Prédécesseur, Paul Antoine Bien-Aimé).

- Ministre des affaires étrangères et des cultes, Laurent Lamothe, 39 ans. Membre très influent du cercle intime de Martelly, cet homme d’affaires, fils du fondateur de l’Institut Lope De Vega à Port-au-Prince, fut également joueur de tennis et membre de l’équipe haïtienne de Coupe Davis, au cours des années 90. (Prédécesseur, Marie-Michèle Rey).

- Ministre de la justice et de la sécurité publique, Me. Josué Pierre-Louis, ancien directeur général de ce ministère, juge à la Cour d’appel de Port-au-Prince et commissaire du gouvernement de la capitale. Depuis plusieurs mois, il était pratiquement à la tête du ministère où il siégait en qualité de chargé de mission aux cotés du ministre a.i Jean-Max Bellerive. (Prédécesseur, Paul Denis).

- Ministre de l’économie et des finances, André Lemercier Georges, ex-secrétaire d’Etat au même ministère et ancien directeur de la Direction générale des impots. (Prédécesseur, Ronald Baudin).

- Ministre des travaux publics, transports, énergie et communications, Jacques Rousseau. Ingénieur de formation et réputé proche du Président Martelly, il avait déjà occupé ce poste, il y a quelques années. (Prédécesseur, Jacques Gabriel).

- Ministre de la planification et de la coopération externe, Jude Hervé Day, de la famille de l’ancien préfet de Port-au-Prince sous Duvalier, Edner Day. Ingénieur, il était chef cabinet de l’ancien Premier ministre Jean-Max Bellerive jusqu’à sa nomination. (Prédécesseur, Jean-Max Bellerive).

- Ministre de l’éducation nationale et de la formation professionnelle, Réginald Paul, 45 ans, ancien cadre du ministère au sein duquel il était, depuis quelque temps, le coordonnateur de Education pour tous (EPT), un programme financé par la Banque mondiale. Le nouveau titulaire du MENFP a fait ses études universitaires en Haïti, aux Etats-Unis et au Canada. (Prédécesseur, Joël Desrosier Jean Pierre).

- Ministre du Tourisme, Stéphanie Balmir Villedrouin, issue d’une famille d’entrepreneurs qui possède l’hotel Le Montcel, un établissement situé dans les hauteurs de Kenscoff. (Prédécesseur, Patrick Delatour).

- Ministre à la condition féminine et aux droits de la femme, Yanick Mézil, ancienne mairesse adjointe de la capitale et dirigeante d’organisations militant dans le secteur informel. Après avoir fondé l’Association des commerçants du secteur informel (ACSI), elle est récemment devenue la présidente de la Fédération haïtienne des petites et moyennes entreprises (FHAPME). (Prédécesseure, Marjorie MicheL).

- Ministre du Commerce et de l’Industrie, Wilson Laleau, économiste formé en Amérique du Nord et professeur à l’Université d’Etat d’Haïti (UEH) dont il était, depuis plusieurs années, le vice-recteur aux affaires académiques. Son nom avait un temps figuré sur la liste des Premierministrables. (Prédécesseure, Josseline Colimon Féthière).

- Ministre à la Présidence chargé des Haïtiens vivant à l’étranger, Daniel Supplice, sociologue de formation, professeur et auteur de plusieurs ouvrages.

Ancien secrétaire d’Etat sous le gouvernement de Jean-Claude Duvalier et ex-dirigeant du Parti libéral haïtien PLH), M. Supplice a activement participé à la campagne présidentielle de Michel Martelly avant de devenir son conseiller, une fois élu. Cependant, il a dû se contenter d’un portefeuille ministériel secondaire après avoir été pressenti pour les postes de Premier ministre et de ministre des affaires étrangères. (Prédécesseur au MHAVE, Edwin Paraison).

- Ministre de la santé publique et de la population, Florence Duperval Guillaume, une fonctionnaire ayant fait l’essentiel de sa carrière au MSPP. (Prédécesseur, Dr Alex Larsen).

- Ministre de l’agriculture des ressources naturelles et du développement rural, Hébert Docteur, agronome et dirigeant du Parti agricole et industriel national (PAIN) de feu Louis Déjoie. Il avait déjà fait partie du staff dirigeant du MARNDR dans les années 80. (Prédécesseur, agronome Joanas Gué).

- Ministre de l’environnement, Joseph Ronald Toussaint (Prédécesseur, agronome Jean-Marie Claude Germain).

- Ministre des affaires sociales et du travail, François Richel Lafaille, ancien Député de Fanmi Lavalas dans la circonscription de la Croix-des-Bouquets (banlieue nord-est de Port-au-Prince). (Prédécesseur, Gérald Germain).

- Ministre de la jeunesse, des sports et de l’action cvique, René Jean Roosvelt, ancien responsable de l’Administration pénitentiaire nationale (APENA). (Prédécesseur, Evans Lescouflair).

- Ministre de la culture et de la communication, Choiseul Henriquez, ancien journaliste à Radio Port-au-Prince, à la 4VEH au Cap-Haïtien et à la Radio Nationale. Il fut responsable du bureau de presse de la Présidence au cours du premier mandat de René Préval (1996-2001). (Prédécesseur, Marie-Laurence Jocelyn Lassègue).

- Ministre délégué auprès du Premier Ministre chargé des relations avec le Parlement, Ralph Ricardo Théano

 

Le Canada salue la formation d’un nouveau gouvernement en Haïti

Agence QMI / 20/10/2011 15h31

Politique - Le Canada salue la formation d’un nouveau gouvernement en HaïtiOTTAWA – Le gouvernement de Stephen Harper a dit accueillir « favorablement » l’annonce de la formation en Haïti du gouvernement de Garry Conille.

« Je présente mes sincères félicitations au premier ministre Conille et à son cabinet nouvellement formé, ainsi qu’au président Michel Martelly », a déclaré la ministre d’État des Affaires étrangères Diane Ablonczy, jeudi, dans un communiqué.

« Le Canada continuera d’offrir son aide pour répondre aux besoins urgents en matière de reconstruction et de développement, a ajouté Mme Ablonczy. Nous encourageons le gouvernement haïtien à poursuivre ses efforts pour mettre en œuvre des réformes qui respectent l’intérêt public, affirment la primauté du droit, protègent les droits de la personne et renforcent l’économie en créant des emplois et en favorisant le commerce et l’investissement. »

La formation d’un gouvernement a pris près d’un an, en Haïti, en raison de nombreuses dissensions.

M. Conille a été confirmé au poste de premier ministre la semaine dernière. La formation de son cabinet, composé de 17 ministres, a été approuvée par 81 députés sur 88. Ils ont été investis mardi.

« Le gouvernement en place peut maintenant s’attaquer aux défis pressants de la reconstruction et du développement pour améliorer le sort de la population haïtienne », a aussi mentionné le communiqué du ministère canadien des Affaires étrangères.

 

Le gouvernement du Québec salue la mise en place d’un nouveau gouvernement en Haïti

QUÉBEC, le 21 oct. 2011 /CNW Telbec/ – La ministre des Relations internationales et ministre responsable de la Francophonie, Monique Gagnon-Tremblay, se réjouit que le premier ministre d’Haïti, le docteur Gary Conille, ait reçu le vote de confiance du Parlement haïtien pour la formation de son gouvernement et l’énoncé de sa politique générale.

« Cette nouvelle est d’autant plus importante qu’elle signifie la mise en place d’un nouveau gouvernement, ce qui contribuera à la stabilité politique du pays. Le Québec, qui a établi au fil des ans des liens solides avec le gouvernement haïtien, ne peut que saluer ces avancées dans le contexte où Haïti est le pays prioritaire de la Politique internationale au chapitre de la solidarité internationale », a déclaré la ministre.

Le gouvernement du Québec est prêt à collaborer rapidement avec la nouvelle équipe gouvernementale au processus de reconstruction du pays.

 

L’OEA se réjouit de l’investiture du nouveau Gouvernement

20/10/2011 15:48:42

Haïti - Politique : L'OEA se réjouit de l’investiture du nouveau GouvernementLe Secrétaire Général de l’Organisation des États Américains (OEA), José Miguel Insulza, a félicité le Président d’Haïti, Michel Martelly, le Premier Ministre, Garry Conille ainsi que le Parlement, pour l’investiture du nouveau Gouvernement en Haïti, et leur a transmis ses vœux de succès dans la tâche à laquelle ils sont confrontés à partir d’aujourd’hui. « Les institutions démocratiques ont fonctionné et Haïti a un nouveau Gouvernement, c’est un motif de grande satisfaction pour le peuple haïtien, de même que pour la communauté internationale », a affirmé le Secrétaire Général Insulza.
Le plus haut représentant de l’Organisme continental a exprimé ses « meilleurs vœux à l’exécutif du Premier Ministre Conille et à l’ensemble du peuple haïtien en cette nouvelle étape, étant donné que les défis à relever sont nombreux, en commençant par la reconstruction du pays suite au tremblement de terre dévastateur de 2010 ». Il a ajouté que « les Haïtiens savent qu’ils disposent de l’appui permanent de l’OEA pour les aider à surmonter avec succès les difficultés auxquelles est confronté ce courageux pays ».
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-4058-haiti-politique-le-club-de-madrid-salue-le-pacte-du-bien-vivre-ensemble.html
http://www.haitilibre.com/article-4057-haiti-politique-la-minustah-souhaite-le-renforcement-des-institutions-democratique.html
http://www.haitilibre.com/article-4052-haiti-politique-les-usa-prets-a-travailler-avec-le-nouveau-gouvernement.html
HL/ HaïtiLibre

 

Haïti/choléra:

500 00 cas d’ici fin 2011

Figaro.fr – Mis à jour le 21/10/2011

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déploré vendredi le manque de vaccins contre le choléra pour administrer aux populations vulnérables en Haïti, où le nombre de cas devrait atteindre la barre des 500.000 fin 2011. »Si la tendance actuelle se poursuit, nous pouvons compter sur environ 75.000 cas de plus d’ici la fin de l’année, portant le total de cas à environ 500.000 depuis le début de l’épidémie », a déclaré aux médias un porte-parole de l’OMS, Tarik Jasarevic. Début octobre, l’OMS avait comptabilisé près de 470.000 cas.
L’épidémie de choléra a éclaté fin 2010 en Haïti où la maladie a fait près de 6.600 morts, selon l’OMS. Le nombre de nouveaux cas de choléra en Haïti s’est réduit de moitié en août,
mais la saison des pluies a changé la donne. Si bien que l’épidémie risque de devenir « endémique », selon le Dr Claire-Lise Chaignat, chef du Groupe sur la lutte anticholérique de l’organisation. « En ce qui concerne les vaccins, (…) il y eu une longue discussion » qui a démarré fin 2010, a indiqué le Dr Claire-Lise Chaignat. Mais les résultats sont « très clairs », pour l’OMS. « Nous devons considérer l’introduction du vaccin du choléra en Haïti pour les plus vulnérables ».
« Mais vous pouvez imaginer que ce n’est pas facile d’identifier par où commencer, avec la quantité limitée de vaccins disponibles », a-t-elle souligné, indiquant que « les vaccins sont encore produits en quantité limitée ». « Nous espérons que cela va changer maintenant, puisque nous avons maintenant un second vaccin de choléra produit en Inde qui a été présélectionné par l’OMS fin septembre », a-t-elle ajouté.
« Cela pourrait certainement changer la situation », a-t-elle conclu.
Le premier vaccin (le Dukoral) présélectionné par l’OMS est homologué dans plus d’une soixantaine de pays. L’autre (le Shanchol), qui vient d’être présélectionné par l’OMS, sera utilisé dans l’opération de vaccination annoncée cette semaine par les autorités haïtiennes. Une centaine de personnes habitant notamment dans un bidonville de Port-au-Prince seront ainsi vaccinées. Ces deux vaccins nécessitent l’administration de deux doses à un intervalle allant de sept jours à six semaines.

 

Haïti-Choléra :

Le Centre pour la Recherche Économique et Politique demande à l’ONU de dédommager le pays

P au-P, 20 octobre 2011 [AlterPresse] —- Le co-directeur du Centre (américain) pour la Recherche Économique et Politique (CEPR), Mark Weisbrot, affirme que les Nations Unies devraient fournir un dédommagement à Haïti pour leur responsabilité dans l’introduction du choléra dans le pays.

La position de Weisbrot rejoint celle d’organisations du mouvement social haïtien qui ont manifesté une fois de plus le 19 octobre, à l’occasion du premier anniversaire de l’apparition des premier cas.

Selon Mark Weisbrot, l’Organisation des Nations Unies doit faire des excuses au peuple haïtien pour avoir causé l’une des épidémies les plus mortelles de son histoire.

Des études scientifiques ont relié la présence du cholera en Haïti à une base de casques bleus népalais appartenant à la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH). Mais l’ONU refuse jusqu’ici de reconnaitre ses torts.

À date, 6 559 personnes ont été tuées par cette épidémie en Haïti.

Weisbrot pense que pour lutter contre l’épidémie de choléra, la priorité doit être accordée aux investissements dans les canalisations, l’eau potable traitée et l’assainissement.

En attendant, le ministère haïtien de la santé annonce une expérience test de vaccination contre le cholera à Port-au-Prince et dans le Plateau Central. Le vaccin Shanchol, doit être administré par voie orale à un peu plus d’une centaine de personnes dans le cadre de ce test. [emb kft apr 20/10/11 12 :20]

 

Haïti-Choléra/Minustah :

Vers des poursuites internationales contre la mission des casques bleus

P-au-P, 21 oct. 2011 [AlterPresse] — Des organisations haïtiennes appartenant à différents secteurs entendent entreprendre des démarches judiciaires au niveau international dans le but d’exiger réparation pour les victimes du choléra et compensation des pertes économiques occasionnés par l’épidémie dans le pays, apprend AlterPresse.

Après des marches et des manifestations, ces organisations indiquent qu’elles sont en train de réunir des données en vue de saisir la Commission interaméricaine des droits de l’homme (Cidh) de l’OEA sur la question.

Outre des dédommagements en faveur des victimes, il s’agit aussi, selon elles, d’exiger le départ de la Mission des nations-unies pour la stabilisation d’Haïti (Minustah).

Plus de 6 500 personnes sont mortes du choléra, de source officielle. Une nouvelle flambée de l’épidémie inquiète actuellement les organisations humanitaires. Médecins Sans Frontières estime que l’urgence est toujours de mise, un an après l’apparition de la bactérie. D’ici la fin 2011, 75 mille nouveaux cas sont attendus.

Jusqu’ici en dépit des preuves scientifiques apportées par diverses études établissant la responsabilité des casques bleus de la mission dans l’introduction de la maladie dans le pays, les Nations Unies continuent de nier les faits.

Seulement, « on a suffisamment d’arguments pour que la Minustah soit condamnée et soit obligée de verser des dédommagements », déclare Camille Chalmers directeur exécutif de la Plateforme de plaidoyer pour un développement alternatif (Papda).

Camille Chalmers précise que des démarches en vue de recueillir des informations auprès des parents des personnes décédées du cholera sont en cours. Les données doivent aider à monter un dossier dans le cadre de la mise sur pied de la partie civile, lorsque l’affaire sera portée devant la Commission interaméricaine des droits humains.

Le choléra a occasionné une « réduction drastique » de la production agricole, soutient l’économiste.

Les planteurs avaient peur d’entrer dans l’eau des rizières, surtout dans l’Artibonite où les premiers cas ont été enregistrés, pour ne pas attraper l’épidémie, alors que la vente de certains produits agricoles tels les légumes et les fruits a chuté, et que diaspora a limité ses déplacements vers Haïti, relève entre autres Chalmers, en terme de contre-coups du cholera sur l’économie.

Les pertes économiques engendrées par le choléra pourraient être évaluées à des centaines de milliers de dollars américains, estime t-il.

En ce qui à trait au renouvellement du mandat de la Minustah le 15 octobre dernier par le Conseil de sécurité des Nations Unies, la Papda dit rester « convaincue que la mobilisation populaire pourrait pousser le Conseil à revenir sur sa décision ».

Deux marches ont été organisées le 19 octobre (à l’occasion du premier anniversaire de l’apparition de l’épidémie dans le pays) notamment dans l’Artibonite (Nord) où les premiers cas de l’épidémie ont été enregistrés.

Des représentants de paysans venus de diverses zones du pays ont pris part à cette marche y compris des représentants de plusieurs organisations, en particulier, Tèt Kole ti peyizan (Union Paysanne), Solidarite fanm ayisyen (Solidarité des femmes haïtiennes (Sofa) et la Plateforme de plaidoyer pour un développement alternatif (Papda).

Les funérailles symboliques de la Minustah ont été chantées par des mouvements sociaux lors de la marche qui a eu lieu dans la capitale. [rh kft gp apr 21 /10/2011 09:00]

 

Sécurité alimentaire:

Haïti est le pays le plus mal classé de la région

Vision 2000 / jeudi 20 octobre 2011 à 15:47

4.5 Millions d’Haïtiens soit 45% de la population sont actuellement en proie à l’insécurité alimentaire, selon le dernier rapport de la Coordination Nationale de Sécurité Alimentaire. Une enquête menée entre mai et avril dernier révèle que l’insécurité alimentaire modérée atteint 37% de nos compatriotes, 6.1%  font face à ce problème à un niveau élevé alors que  2.1%  d’entre aux sont confrontés à une insécurité alimentaire structurelle élevée.

Selon les conclusions de cette étude menée dans 297 communes du pays, 5 départements sont concernés par l’insécurité alimentaire. Il s’agit du Nord-Ouest, de l’Artibonite, du Sud-est, du Centre et du Sud.

Plusieurs facteurs sont à la base de l’insécurité alimentaire au niveau mondial. Dans le cas d’Haïti, la situation s’était grandement améliorée en 2009, indique le responsable de la CNSA. Cependant, depuis le séisme du 12 janvier 2010 elle s’est considérablement dégradée à cause de la hausse des prix du carburant, le chômage, les crises politiques et l’épidémie de cholera.

Quelle solution à ce problème ? Le coordonateur de la CNSA propose la mise en place d’une bonne politique agricole en vue d’augmenter la disponibilité alimentaire dans le pays ainsi qu’un système de création d’emploi. Ce qui a été heureusement pris en compte dans la déclaration de politique générale du nouveau premier ministre, se félicite Garry Mathieu. Beaucoup d’efforts ont jusqu’ici été  consentis admet le responsable de la CNSA. Cela n’empêche cependant qu’Haïti soit le pays le plus mal classé de la région.

 

La remobilisation de l’Armée d’Haïti doit être méthodique et ordonnée selon Youri Latortue

imageLe sénateur Youri Latortue salue la volonté manifeste du président de la république, Michel Joseph Martelly, de remobiliser les Forces Armées d’Haïti dissoutes par le président Jean-Bertrand Aristide en 1995.
L’élu de l’Artibonite estime toutefois que la restauration de cette force publique prévue par la constitution doit être faite de manière méthodique et ordonnée.
« La reconstitution des Forces Armées d’Haïti nécessité un cadre légal qui tient compte des lois sur les règlements généraux de l’armée, la loi sur le personnel de l’armée, et enfin la loi sur la justice militaire », précise le sénateur Youri Latortue indiquant en substance qu’un document définissant la stratégie de l’armée et également son budget doit entre élaboré.
Alors que le président de la chambre basse, le députe Sorel Jacinthe estime que l’armé est une institution budgétivore, le sénateur Youri Latortue présente cette force publique comme étant une structure moins couteuse que la police nationale d’Haïti.
« Par rapport à son fonctionnement l’armée adsorbe moins d’argent que la police, mis à part les équipements lourds que nécessite le corps militaire», indique le parlementaire qui affirme que notre budget national nous permettra d’établir pour l’instant une armée de petite taille d’environ 3000 é3500 hommes.
Rappelons que lors de sa prise de fonction le mercredi 19 octobre, le ministre de l’intérieur de collectivités territoriales et de la défense nationale, maitre Thierry Mayard Paul a annoncé qu’avant le 18 novembre prochain, jour de la bataille de vertières, un arrêté sera publié pour consacrer la restauration des Forces Armées d’Haïti.
GA/Radio Métropole Haïti

 

En do majeur

Malaise !

Le Matin : 21/10/2011

Suivez mon regard. Il y avait la milice macoute des Duvalier. Elle était institutionnalisée. La paysannerie et le sous-prolétariat urbain en armes. Des enragés hors-la-loi en uniforme. Dictature sanguinaire. Il y avait les chimères d’Aristide. Ils opéraient en dehors de tout cadre formel. Pas d’uniforme. Guenilles. Haillons. La canaille populacière armée jusqu’aux dents. Des « à tout faire ». Des endiablés du pouvoir lavalas, la bride sur le cou. L’ignorance au service de l’ignoble. Des exclus historiques et vulnérables du « système » rendus criminels par un régime détraqué. Anarchie autoritaire. Duvalier, Aristide, même combat. La violence criminelle, la force organisée et informelle au service d’une vision patrimonialiste, personnelle et autocratique du pouvoir.
René Préval était d’un autre type. Il était débonnaire. Laxiste. Populiste. Nihiliste. Il usait de tous les expédients pour durer et demeurer au pouvoir comme un joueur de poker déloyal s’amuse à biaiser les cartes pour dérouter ses adversaires. L’objectif, ici, est de gagner. Gagner à tout prix. À tous les coups. Rien que pour faire perdre les autres. Ludisme. Cynisme. Autoritarisme ? Les ingrédients sont là, épars. Notamment, dans les rapports de M. Préval avec les institutions et la Constitution. Mais le régime, en soi, n’était pas d’essence dictatoriale. Les réseaux de chefs de gangs hérités de l’ère aristidienne ont été cooptés et incorporés dans la gestion formelle du pouvoir. Mais ils n’opéraient plus en seigneurs de guerre, maitres des vies et des biens. Relative stabilité des rues. Les libertés publiques garanties. À part les magouilles électorales officielles qui tiennent lieu de déni inacceptable du droit des citoyens d’élire librement leurs dirigeants, et le chaos institutionnel savamment entretenu pour s’imposer en homme fort, René Préval fut loin d’être un prototype du dictateur classique haïtien. Dans cette Haïti, où les démocrates éclairés ont subi nos gouvernants, tantôt en peste, tantôt en choléra, et au regard des excès de ses prédécesseurs et des extravagances de ses successeurs, d’aucuns pourront même en venir à voir dans le règne de Préval une simple cholérine dérangeante, insoutenable mais plutôt bénigne.
Il y a lieu de s’inquiéter avec Michel Martelly. On sait qu’il est d’une droite cocardière, dont le bilan, en termes de respect des droits humains et des préceptes démocratiques, est peu reluisant. Il y a du populisme aristidien en lui. L’informel. Au nom du peuple, on s’autorise des écarts antidémocratiques. On se croit à la fois le peuple et le pays. Toute dissidence avec le président de la République sur les politiques publiques devient dès lors de l’anti-peuple à bannir. De l’anti-pays, à proscrire. Intimidations. L’injonction : se taire et subir l’avalanche. Du duvaliérisme aussi. Mystique de la nation. De la fierté nationale même dans des contextes de compromission avec l’international. Le chef de l’État comme l’unique voix de la nation. Le bon papa protecteur et décideur. Scolarisation universelle « gratuite » à la Martelly. Belle initiative. Déficit de consultation. Blocages. Frustrations. Râles. Réconciliation à la Martelly. Plaintes. Gémissements. Applaudissements. Réserves. Cillements d’yeux. Hochements de tête. Des réactions contradictoires. C’est dire que le consensus manque sur la méthode Martelly. Réconciliation ? Oui. Mais une autre bonne idée qui semble sur le point de s’imposer d’en haut. Du tonnerre. Parades. Comme si les victimes de ce club de dictateurs n’avaient plus de mémoire et que le pays avait abdiqué ses droits à la vérité sur ces années noires. L’histoire et la justice ne sauraient faire l’impasse sur ces nuits des longs couteaux. Une nouvelle armée en perspective. Encore à la Martelly. Tout se décide d’en haut. Comme si la militarisation du pays ne pouvait se faire que pour satisfaire l’ego militariste du Président, et celui putschiste et autoritariste de la droite haïtienne.
La peur est là d’une résurgence d’une force armée au service d’un homme. Elle est légitime, cette peur, pour incontournable que puisse être l’urgence constitutionnelle de reconstituer une force de défense nationale en substitution à l’infrastructure militaire de la tutelle internationale. L’angoisse est aussi là, palpable et compréhensible, chez beaucoup de traumatisés et de vigiles républicains, face au retour possible d’une milice, hier formelle et bleue, aujourd’hui ou demain rose et quasi informelle.
Nous vivions dans une République indigente sous Préval. Elle était vicieuse. Elle n’emmerdait pas, cependant, nos libertés. La République se fait extravagante et clinquante avec Martelly. Elle se veut généreuse envers le « petit peuple ». N’empêche ! Elle inquiète. Elle est même provocante. De la provocation souvent gratuite. Comme cette ère du « cynisme » présidentiel annoncée par M. Martelly en personne. Elle se permet, aussi, d’être envahissante au point de brouiller, délibérément, la sphère des prérogatives présidentielles et gouvernementales. Entre Michel Martelly et Garry Conille, le Premier ministre que nous décrit la Constitution est introuvable. Deux vrais divorcés en fausse lune de miel publique. Affaire à suivre. Entre-temps, nous demandons que le plan de scolarisation pour tous, la question de la réconciliation nationale et le dossier de reconstitution de l’armée deviennent de vrais enjeux nationaux. Des enjeux libérés de l’emprise discrétionnaire du chef de l’État. Et mis en débat. La nation a son mot à dire sur son devenir.

Daly Valet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :