mardi 01 novembre 2011

1 Nov

Haïti – Affaire Bélizaire :

Il faut trouver les vrais responsables

01/11/2011 07:15:06

Haïti - Affaire Bélizaire : Il faut trouver les vrais responsablesAlors que le sénat a, vendredi dernier prit une résolution, signée par 16 sénateurs, pour interpeler Josué Pierre-Louis, Ministre de la justice et Michel Brunache Secrétaire d’Etat aux affaires étrangères, ce jeudi 3 novembre, suite à l’arrestation du Député Bélizaire et de l’interdiction d’accès au salon diplomatique de l’aéroport, le Sénateur du Sud Pierre Franky Exius, absent du parlement au moment de la signature de cette résolution, dit penser que le Ministre de l’Intérieur, des Collectivités Territoriales et de la Défense Nationale, Me Thierry Mayard-Paul devrait aussi être sur la liste.
«…au niveau de l’interpellation, j’ai un petit problème […] la chambre des députés dans sa résolution demande d’abord la démission du Ministre de la Justice, le Ministre de l’intérieur, elle demande la révocation du directeur général de l’aéroport, la révocation du commissaire du gouvernement et elle demande l’interpellation du Secrétaire d’État des Affaires Étrangères […] je ne comprend pas pourquoi le Ministre de la Justice est là [dans la résolution du Sénat] et que M. Thierry Mayard-Paul n’est pas là, nous savons très bien ce qui c’est passé à l’aéroport […] M. Mayard-Paul était sur place, je ne comprend pas comment le sénat dans son interpellation n’ait pas inclut M. Thierry Mayard-Paul… »
Pour le Sénateur du Nord’Ouest Melius Hyppolite, il faut trouver les vrais responsables «…je pense que de la façon dont les choses ont été faites, c’est une violation de la constitution, et lorsque l’on sait comment ils ont interdit l’accès au salon diplomatique au Président de la chambre des députés et au vice-président de l’Assemblée Nationale, qu’ils les ont laissé dehors sous le soleil… puis ils ont enlevé Arnel, en les quittant debout devant le portail, je pense que nous ne pouvons pas rester les bras croisé à regarder les choses, c’est pour ça que moi-même je me suis aligné sur les dispositions que le corps a pris, je dis seulement qu’ils ne peuvent pas sacrifier une ou deux personnes sans fouiller plus pour trouver les vrais responsables… »
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-4130-haiti-affaire-belizaire-le-parlement-contre-attaque.html
HL/ HaïtiLibre

 

Le Sénat va-t-il prendre dans son propre piège?

Le Matin – 01/11/2011

Le Parlement est offusqué. Révolté. Entre émotions et velléités de vengeance, Sénateurs et députés veulent “couper des têtes” comme pour réagir suite à ce qu’ils appellent “l’enlèvement suivi de la séquestration” du député Arnel Bélizaire. Mais une dichotomie entre les décisions des deux chambres pose déjà problème. Contrairement à la Chambre des députés, le Sénat semble avoir choisi délibérément de passer à coté du problème en interpellant un seul ministre, qui serait donc l’unique artisan de ce drame du 27 octobre 2011: le ministre de la Justice.
La Chambre des députés réclame la démission d’au moins trois ministres: Thierry Mayard Paul (Intérieur), Laurent Lamothe (Affaires étrangères) et Josué Pierre-Louis (Justice). Les députés incriminent aussi le secrétaire d’état aux Affaires étrangères fraichement nommé, Michel Brunache. Si ces démissions ne sont pas vite obtenues, la Chambre basse menace d’interpeller tout le gouvernement voire de mettre en accusation le président de la République dès la nouvelle session de Janvier.
Pourquoi un seul ministre?
Mais au niveau du Sénat, les pères conscrits avouent ne pas comprendre la gymnastique qui fait tomber au moins deux noms sur la liste des potentiels interpellés. La résolution signée par 16 sénateurs, majoritairement d’origine Lavalas, vise uniquement le ministre de la Justice Josué Pierre-Louis, ancien commissaire du gouvernement du régime Lavalas. Le sénateur Moise Jean Charles, qui a pourtant signé la résolution, avouent ne pas comprendre pourquoi. Pourquoi faut-il épargner les ministres les plus proches de Martelly et punir un seul? Plusieurs sénateurs sont désormais indécis.
Une source proche du Sénat a tenté de nous expliquer les motifs politiques expliquant le tri fait au grand corps : “ il était question d’interpeller trois ministres, mais un grand manitou du Sénat a exigé que les noms de Thierry Mayard Paul et Laurent Lamothe soient enlevés de la liste, ces derniers étant ses amis personnels”. Seul le ministre de la Justice Josué Pierre-Louis n’a pu avoir un défenseur parmi les signataires de la résolution. Certains lui reprochent de n’avoir pas répondu au téléphone le jour de l’événement. Voila ce qui lui fait mériter un vote de non-confiance.
Sans avoir convoqué le ministre pour de plus amples explications, sans avoir enquêté sur les vrais auteurs de ce drame, les sénateurs choisissent de passer directement à la dernière mesure: l’interpellation. Le ministre Pierre-Louis qui ne se trouvait pas à l’aéroport le jour du drame et qui participait à un procès historique sur l’évasion des Cayes, devra expliquer l’événement du 27 octobre aux sénateurs. Pas même le directeur général de la police nationale n’a été visé. Le ministre de la Justice a jusqu’ici souligné que le parquet est maitre de l’action publique et que ce faisant son ministère ne peut faire irruption dans ce travail. Pour preuve de sa distance par rapport à ce dossier, le ministre a refusé d’écrire à la Chambre des députés pour demander que le député Arnel Bélizaire soit mis à la disposition de la Justice. C’est pourtant ce qu’attendaient de lui ces parlementaires qui réclament aujourd’hui sa tête. Paradoxe.
Le piège…
« Il faut sauver l’image du Sénat », clame certains observateurs qui croient que pour une fois les pères conscrits risquent de se montrer moins « stratèges » que les députés. Le député Acluch Louis Jeune est plutôt prudent par rapport à la démarche des sénateurs qui pourrait, selon lui, être motivée par un “deal politique”. Pour sa part le sénateur Mélius Hyppolite va droit au but: si le Sénat ne peut pas interpeller toutes les personnes impliquées, qu’on interpelle personne”.
Après des négociations houleuses avec la présidence, le groupe majoritaire au Sénat a finalement permis la mise en place d’un gouvernement au sein duquel il occupe une partie importante. Moins d’un mois après leur vote, les sénateurs veulent remettre en question les ministres qu’ils n’ont pas désignés, en gardant leurs représentants au sein du même gouvernement. Le ministre de la Justice reste la grande cible, c’est logique puisqu’il s’agissait avant tout d’un dossier judiciaire. Mais tandis qu’on parle d’état de droit, d’armée et bientôt d’élection, ces sénateurs ne tomberont-ils pas dans leur propre piège, s’ils offrent au président Martelly la possibilité de choisir un nouveau garde des sceaux vers janvier, février… donc à la veille des élections?

Eddy Laguerre
edgu85@yahoo.fr

 

L’édito des autres

Haïti: Garry Conille marque des points à la faveur des événements

Le Premier ministre Garry Conille sort de l’ombre. Les derniers événements ont permis au nouveau chef du gouvernement, publiquement marginalisé dans la formation du cabinet ministériel où il ne compte aucun allié direct, de poser quelques actes au bon moment et qui peuvent lui mériter la sympathie pour commencer du Parlement.
Le premier ministre a été pratiquement le seul à gérer le scandaleux et gênant cafouillage qui a résulté de l’arrestation du député Arnel Bélizaire, sans aucune considération pour son immunité parlementaire, et (ce n’est un secret pour personne) afin de plaire au président Michel Martelly qui avait eu une violente altercation avec le député peu auparavant.
Le premier ministre est non seulement arrivé à calmer la situation, en tout cas au niveau de la rue où un vent de protestation commençait à se lever, mais aussi à désamorcer une crise qui impliquait déjà le secteur international (en effet la mission onusienne de maintien de la paix – Minustah – a manifesté son inquiétude, appelant le gouvernement haïtien à clarifier sa position devant un événement peu habituel qui pouvait déboucher rapidement sur un plus grave confit menaçant la stabilité générale).
Pendant ce temps les vrais responsables de cette énorme gaffe (autrement dit les super-ministres) avaient tous disparu de la circulation. Quand ils ne prétextaient de leur innocence. Ni vu, ni connu.
Par contre le premier ministre était tout de suite sur place au Pénitencier national pour ordonner que le député Bélizaire – qui venait d’y être conduit dans la soirée du jeudi 27 octobre après avoir été cueilli au pied de la passerelle du vol d’Air Caraïbes venant de France – soit traité avec tous les égards qui lui sont dus.
Toujours pour essayer de se rattraper sur l’outrage à l’immunité qui avait déclenché comme on comprend une tempête au Parlement, le député Bélizaire ne passera pas plus d’une nuit au Pénitencier, pour être conduit triomphalement le lendemain à la Chambre des députés afin de laisser ses collègues décider eux-mêmes de l’issue de l’événement.
Bien entendu, sénateurs et députés ne s’en déchainèrent pas moins contre l’arbitraire et contre ce jour ‘J 1’ de la ‘dictature martellienne’. Mais la crise n’en est pas moins désamorcée puisque, si l’on peut dire, le corps du délit n’existe plus.
Le député Arnel Bélizaire rentrait chez lui sous haute protection de la même police qui avait été envoyée l’arrêter.
Un coup de chapeau !
Quelques paragraphes d’un communiqué de presse de la Primature : ‘Fortement préoccupé par l’emprisonnement d’un Député en fonction, le Premier ministre, responsable de l’exécution des lois de la République, a convoqué en urgence le Conseil Supérieur de la Police Nationale (CSPN) en vue de recueillir toutes les informations utiles au traitement de ce dossier et s’est entretenu, dans le même sens, avec les présidents du Sénat et de la Chambres des Députés.
‘Le Premier ministre continue à explorer toutes les voies et procédures pouvant faciliter une issue conforme aux prescrits constitutionnels à cette crise. Il plaide au respect absolu des prérogatives et privilèges constitutionnels des responsables de l’Etat en invitant, par ailleurs, tous les acteurs sociaux et politiques à la sérénité et au dialogue.’
Notez bien les expressions : ‘Responsables de l’Etat’ et aussi ‘Prérogatives et privilèges constitutionnels’ mentionnées dans le communiqué du bureau du Premier ministre Garry Conille.
Les parlementaires semblent avoir bien reçu le message. Dans leurs discours même les plus enflammés appelant tantôt au départ de tout le cabinet ministériel, tantôt exigeant la tête des ministres et autres fonctionnaires qui ont été directement impliqués, à aucun moment aucun d’eux n’a mis en cause le chef du gouvernement, considéré comme ayant agi justement de manière ‘responsable’. Pour l’observateur, cette crise semble diviser l’exécutif en deux branches : une Primature plus mature et professionnelle, et la présidence sous l’empire d’un pouvoir dont elle n’arrive pas encore à délimiter les contours. Comme un chien dans un magasin de faïence …
Pendant ce temps-là, le président Michel Martelly est aux Etats-Unis pour dix jours afin de subir une opération chirurgicale à l’épaule.
Et les ministres les plus ‘au pouvoir’ soudainement aux abonnés absents !
On ne nait pas responsable comme une sorte d’héritage de père en fils (de Papa en Baby !), on le devient.
Cependant la Minustah a doublé le nombre de ses blindés dans les rues de la capitale. Qui garde la Nation ? Comprenne qui voudra.
Marcus Garcia
Mélodie 103.3 FM, Port-au-Prince

 

Indice de Développement Humain:

Haïti 158 ème sur 187 pays
Recul de plus de 10 places en un an

P-au-P, 1 nov. 2011 [AlterPresse] — Haïti est classé 158 ème sur une liste de 187 pays et territoires, en matière de développement humain, selon le dernier rapport du Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD), apprend à AlterPresse.

Le pays qui se retrouve dans le groupe des pays à développement humain faible, était classé 145e sur 169 pays en 2010, soit un recul de plus de 10 places en un an.

Pourtant, « durant les trente dernières années, soit de 1980 à 2011 la valeur de l’Indice de Développement Humain (IDH) a augmenté de 37% en Haïti, en dépit d’une réduction presque équivalente du revenu national brut dans le pays », indique une note émanant du PNUD.

Haïti devra s’attaquer aux défis environnementaux et aux inégalités afin de connaitre des lendemains meilleurs, préconise l’organisme onusien.

« Bien que les niveaux de vie dans la plupart des pays soient en augmentation – et convergent – depuis maintenant plusieurs décennies, le Rapport sur le développement humain 2011 prévoit un renversement inquiétant de ces tendances si la dégradation environnementale et les inégalités sociales continuent à s’intensifier, les pays les moins développés tels qu’Haïti s’éloignant des modèles de progrès mondiaux d’ici 2050 », prévient le PNUD.

Selon les projections des Nations Unies, Haïti comptera 16 millions d’habitants en 2050. En 2011, la population est estimée à 10 millions 200 mille personnes, alors que la tranche des extrêmement pauvres constitue 56% de la population. [jep kft gp apr 01/11/2011 06:40]

 

Haïti-insécurité:

1 policier tué, une patrouille attaquée par des inconnus

Lundi, 31 Octobre 2011 22:04 HPN

Un policier a été tué par balles tirées par des inconnus lundi soir dans son quartier à l’Avenue Poupelard quand il regagnait son domicile, a appris Haiti Press Network.

Le policier qui était en tenue civile a été pris sous les balles d’un groupe d’hommes armés qui opéraient dans la zone.
« Il a été criblé de balles tirées par les bandits alors qu’il a tenté d’effrayer les voleurs en tirant des coups de feu en l’air », a expliqué le porte-parole de la PNH Gary Desrosiers.
Au centre-ville, une patrouille de la PNH a été attaquée par des inconnus armés qui ont fait feu en direction des policiers.
L’un d’entre-eux a été touché à la jambe, a indiqué la police.
La PNH a présenté lundi le maigre bilan d’une opération « Hope » menée ces derniers jours de concert avec la Minustah dans des quartiers de Port-au-Prince contre des groupes armés.
L’opération s’est soldée par l’arrestation d’une dizaine de personnes et la saisie de quelques armes à feu.

 

Michaëlle Jean, a soulevé l’importance d’une action concertée en faveur d’Haïti

01/11/2011 08:11:26

Haïti - Politique : Michaëlle Jean, a soulevé l'importance d'une action concertée en faveur d'HaïtiLa très honorable Michaëlle Jean, Envoyée spéciale de l’UNESCO pour Haïti, se trouve en Chine jusqu’au 3 novembre pour une visite officielle à l’invitation de l’Institut des Affaires étrangères de la République populaire de Chine et de l’organisation « Integrated Research on Disaster Risk » (IRDR).
Devant 300 experts issus de 38 pays venus au colloque de l’IRDR, Madame Jean a soulevé ce matin l’importance d’une action concertée de la communauté scientifique internationale pour réduire la vulnérabilité d’Haïti face aux catastrophes naturelles.
« Alors que les risques de désastres environnementaux sont persistants en Haïti, il est essentiel que l’on puisse renforcer les capacités du pays pour protéger la population et limiter les dégâts, a-t-elle déclaré. Collaborer, rassembler les connaissances, établir des partenariats à long terme avec le renfort de la communauté scientifique mondiale, tout cela est indispensable pour la mise en place de stratégies et de politiques durables. Il faut sortir de la logique de réaction en situation de crise et en adopter une d’anticipation et de prévention. »
Haïti est un pays hautement vulnérable, selon Madame Jean, non pas seulement en raison de la faille tectonique qui traverse son territoire, des tempêtes et ouragans qui y sont saisonniers, mais aussi à cause des graves difficultés économiques, sociales et politiques qui demeurent récurrentes. Il faut donc, dit-elle, tirer des leçons du Rapport mondial d’évaluation sur la réduction des risques publié en 2009 : « Les désastres ne sont pas causés par la nature, mais davantage par des facteurs sociaux, structurels et des politiques lacunaires. C’est notamment l’absence de normes, de règlementation et la piètre qualité des matériaux utilisés dans la construction des écoles, des hôpitaux, des maisons, des édifices qui les a rendus dangereux et a fait qu’ils se sont écroulés tuant plus de 230 000 personnes. Il faut, a-t-elle insisté, agir sur tous ces fronts, armés des meilleures connaissances scientifiques et sociales en plus des meilleures pratiques. »
Au cours de son séjour, l’Envoyée spéciale de l’UNESCO pour Haïti visitera à l’invitation des autorités chinoises la 5e plus grande zone urbaine du pays. Elle se rendra le 2 novembre à Tianjin, qui a été frappée en 1976 par un tremblement de terre d’une magnitude de 8,3 sur l’échelle de Richter, faisant là aussi des centaines de milliers de morts. Depuis, la ville a été reconstruite. Les conditions de vie de ses 12 millions d’habitants s’améliorent sans cesse grâce à la croissance économique et aux progrès réalisés pour protéger la population contre les secousses sismiques qui affectent régulièrement la région. Haïti peut bénéficier de l’expérience et du savoir faire chinois dans la mise en œuvre de pratiques adaptées et la création de politiques efficaces en matière de prévention et de sécurité face aux catastrophes naturelles.
HL/ HaïtiLibre

 

Haïti – Culture :

Don de 50,000$ de l’Azerbaïdjan pour Jacmel

01/11/2011 11:01:10

Haïti - Culture : Don de 50,000$ de l'Azerbaïdjan pour JacmelL’Azerbaïdjan et l’UNESCO ont signé un accord sur une aide financière pour aider le secteur culturel d’Haïti à récupérer de l’après 12 janvier dans le cadre de la 36e session de la Conférence générale de l’organisation qui se tient à Paris du 25 octobre au 10 novembre.
À l’initiative de la Première Dame d’Azerbaïdjan, Mehriban Aliyeva, de l’Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO Mehriban Aliyeva, l’Azerbaïdjan attribuera 50,000$ aux efforts visant à restaurer les infrastructures culturelles dans la ville de Jacmel.
Le projet démarrera en décembre et durera six mois.
L’accord a été signé par Hans d’Orville, Sous-Directeur Général pour la planification stratégique au sein de l’UNESCO et le représentant permanent de l’Azerbaïdjan à l’UNESCO Eleonora Huseynova.
La cérémonie de signature s’est déroulée en présence du Ministre de la culture d’Haïti, du député d’Azerbaïdjan B. Aliyev, du secrétaire général de la commission nationale pour l’UNESCO de l’Azerbaïdjan G. Afandiyeva, des représentants des sections de l’UNESCO concernées, des représentants des représentations permanentes d’Haïti et de l’Azerbaïdjan et des travailleurs de la presse.
PI/ HaïtiLibre

 

Haïti atteindra 16 millions de personnes en 2050

Lundi, 31 Octobre 2011 17:26 AL/HPN

Dans un monde de 7 milliards, Haïti compte aujourd’hui un peu plus de 10 millions de personnes et nous serons 16 millions en 2050, a révélé le rapport du FNUP sur la population mondiale en 2011.

Ce 31 octobre 2011, la population mondiale atteint le nombre de 7 milliards d’habitants, selon les projections de la Division de population du département des affaires économiques et sociales des Nations unies.

Selon le rapport, notre monde de 7 milliards comporte des aspects paradoxaux : moins d’enfants, mais les populations augmentent, des taux élevés de fécondité dans les pays pauvres, une faible fécondité dans les pays industrialisés. Malgré le déclin mondial de la fécondité, lit-on, environ 80 millions de personnes s’ajoutent à la population mondiale chaque année. La population mondiale devrait atteindre 10 milliards d’ici à la fin de ce siècle ; l’Asie représente 60 % de la population.

Haïti au rythme de la croissance démographique mondiale

D’après Ramiz Alakbarov représentant du FNUAP en Haïti citant la projection de l’Institut haïtien de statistiques et d’informatique (IHSI), la population haïtienne est estimée aujourd’hui à 10 200 000 habitants. Elle atteindra 16. 000. 000 de personnes en 2050.

Dans cette perspective d’accroissement de la population, a fait comprendre Ramiz Alakbarov, une politique de planification urbaine efficace est très proactive.

« L’âge moyen de la population haïtienne est de 22 ans. Cela signifie qu’il y a une forte proportion de la population ayant la capacité de travailler, de produire, d’épargner et d’investir », a fait savoir le responsable.

De son côté, Gélin Gédéon, représentant du Premier ministre Garry Conille à la cérémonie, a attiré l’attention sur l’augmentation de la population haïtienne qui, depuis 2010, avait déjà franchi la barre de 10 millions.

D’après M. Gédéon, le recensement réalisé par l’IHSI en 2003, a permis de dénombrer 8.4 millions d’habitants en Haïti, soit le double de la population recensée en 1971. Le rythme d’accroissement de notre population, a-t-il souligné, n’a toutefois pas été uniforme de 1950 à 2003. De 1.6 % entre 1950 et 1971, le taux de croissance est passé respectivement à 2.4 % entre 1971 et 1982 et à 2.5 % entre 1982 et 2003.

La croissance la plus rapide, a-t-il appris, a été observée entre 1982 et 2003, soit 2.7 % pour la population totale.

La deuxième partie de la cérémonie a été plutôt technique. Le thème : « Y a-t-il explosion démographique en Haïti ? », a été traité par un panel composé de Gabriel Bidegain, Conseiller technique principal du FNUAP, de Danielle Magloire, sociologue, de Kesner Pharel, économiste et de Camille Chalmers, économiste.

Alix Laroche
allalematin@yahoo.fr

 

Haïti/Me. Gérard Gourgue invite l’Exécutif et le Législatif à se pardonner

Vision 2000 / lundi 31 octobre 2011 à 11:40

images (19)Le militant haïtien des droits humains, Me. Gérard Gourgue, a vertement critiqué la présence de la Minustah dans une opération policière purement haïtienne résultée par l’arrestion du représentant de la circonscription de Delmas/Tabarre, jeudi dernier.

“Le chef de l’Etat devra, à son retour des Etats-Unis d’Amérique, revenir avec ses mains peines de lisses, avec sagesse en signe du rejet de la mauvaise image que nous projetons en tant que peuple, reconnaissant qu’il a commis une grave bévue dans l’affaire Bélizaire”, conseille le professeur Gourgue.

“Je demande également au demande aux honorables parlementaires  humiliés, attaqués et souillés de revenir sur leur décision consistant à sanctionner le pouvoir exécutif en exigeant le limogeage de certaines personnalités du gouvernement Martelly-Conille”, a déclaré Me. Gérard Gourgue.

 

Haïti/L’ISC exige des excuses publiques du président de la République au Parlement

Vision 2000 / lundi 31 octobre 2011 à 11:00

images (21)Le professeur Rosny Desroches a, ce matin, déclaré condamner l’arrestation arbitraire du député en fonction, Arnel Bélizaire jeudi dernier à l’Aéoport international  Toussaint  Louverture à sa descente d’avion.

Le directeur exécutif de l’Initiative de la société civile, ISC,  exhorte le premier mandataire de la Nation à se ressaisir en présentant des excuses publiques au Parlement haïtien pour avoir orchestré l’arrestation de l’un de ses représentants.

“Le pouvoir exécutif a commis une faute politique grave en procédant à l’arrestation d’un député en fonction”, a conclu  Rosny Desroches.

 

Haïti/Le pouvoir exécutif doit être sanctionné, de l’avis du professeur Christian Rousseau

Vision 2000 / lundi 31 octobre 2011 à 10:19

Le professeur Christian Rousseau salue la décision du parlement de sanctionner le pouvoir exécutif en réclamant la tête de certaines personnalités qui seraient impliquées dans l’opération conduisant à l’arrestation d’un député en fonction.

“La mise à pieds des ministres de la justice, de l’intérieur et de la défense nationale, du commissaire du gouvernement a.i de Port-au-Prince et du secrétaire d’Etat aux affaires étrangères, croit-il, représente une mise en garde du pouvoir législatif contre toute vélléité de l’exécutif d’instaurer un régime autoritaire dans le pays”.

La position des membres de la 49e législature permet d’établir un certain équilibre entre les trois pouvoirs de l’Etat, fait savoir monsieur Rousseau.

 

Haïti/Des parlementaires réclament le retrait des 3 ministres proposés par le GPR

Vision 2000 / lundi 31 octobre 2011 à 15:49

L2hlcm1lcy9ib3N3ZWIvd2ViMjM0L2IyMzQ1L2lwdy5ocG5oYWl0aS9wdWJsaWNfaHRtbC9zaXRlL2ltYWdlcy9zdG9yaWVzL2Zvb2QvcGFybGVtZW50IGhhaXRpMi5qcGc=Plusieurs parlementaires ont  exprimé leur insatisfaction par rapport à la résolution adoptée par le Sénat de la République vendredi  dernier suite à l’arrestation du député en fonction, Arnel Bélizaire.

« Les pairs conscrits se sont montrés trop laxistes envers le pouvoir exécutif dans le cadre de cette affaire », selon le sénateur du département du Sud, Francky Excius, estimant que  la décision de ses pairs n’est pas  proportionnelle à l’outrage dont le parlement  a été l’objet.

« La majorité  sénatoriale dont est issu le gouvernement devrait rappeler ses 3 ministres », a conclu l’élu du parti « Espoir ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :