lundi 07 novembre 2011

7 Nov

Haiti-Crise : Y a-t-il un pilote dans l’avion ?

Par Roody Edmé * / Spécial pour AlterPresse / dimanche 6 novembre 2011

Qui a donné l’ordre de faire arrêter le député Arnel Bélizaire à sa descente d’avion, ce fameux jeudi noir du 27 novembre ? De qui a émané l’ordre de mobilisation d’unités spécialisées à l’aéroport de Port-au-Prince comme s’il s’agissait de l’opération anti-terroriste du siècle ? Pourquoi en dépit des avis contraires, l’opération a été quand même rondement menée, au risque d’ouvrir de nouveaux précipices sur le chemin déjà mal aisé de la fébrile et immature démocratie haïtienne ?

De séances de convocation en interpellation, on semble approfondir la confusion. Pis, on a l’impression d’assister à un combat de « petits chefs » pour la sauvegarde de privilèges au nom de la Constitution. Une nouvelle formule a été trouvée, ce samedi 5 Novembre, qui consiste à laisser pendante l’interpellation comme une épée de Damoclès qui ouvrirait la voie aux marchandages de toutes sortes.

Dans les premiers moments de la crise, le Parlement est apparu comme le dernier rempart contre les dérives d’un pouvoir « juvénile » et hanté par les vieux démons du vieil arbitraire haïtien. Et l’utilisation cette semaine de ses armes constitutionnelles pour demander des comptes à l’Exécutif a été bien reçue dans l’opinion publique. En dehors bien sûr des dérapages verbaux de certains parlementaires, trop soucieux de montrer dans un langage quelque peu sommaire, leur autorité sur le pouvoir exécutif. Quelque chose qui a sonné comme « mwen pi chef pase nou, mwen ka revoke nou tout », et qui donne une sensation peu amène de déjà vu. On aimerait que les séances à l’Assemblée nationale aient la gravité et la solennité de l’heure et que le peuple soit éclairé sur les auteurs de ce désordre institutionnel, sur cette méduse totalitaire mal contenue et qui piaffe d’impatience de revenir au « bon vieux temps » des baïonnettes.

Jusqu’ici, on a une désagréable impression de show médiatico-politique avec beaucoup de bruit et de fureur, mais pas assez de volonté patriotique de redresser la barre, de remettre à l’ heure les pendules de l’ Etat, et de s’ attaquer aux multiples défis qui nous assaillent. La Nation veut la vérité et une correction juste et méritée du « micro-coup d’Etat » que constitue la saisie de corps par la Police d’un élu encore couvert par l’immunité constitutionnelle ; mais elle veut aussi et surtout une sortie au plus vite de cette crise de leadership. Une meilleure gestion des rapports entre les pouvoirs, la prééminence des affaires nationales sur les ego trop pleins de nos « chefs » de toutes les magistratures.

Pour le moment, le spectacle qu’on nous donne à voir est loin du changement annoncé. La récente crise est grosse de leçons, elle annonce la montée des périls ! Mais il n’y a pas de fatalité, si nous comprenons les enjeux historiques de l’heure en mobilisant dans l’ordre toutes les forces sociales pour forcer nos dirigeants à se remettre sérieusement au travail, à gouverner pour sortir ce pays du marasme.

Il y a déjà un nouveau cortège de déçus qui vient s’ajouter au long cortège de désespérés du mal haïtien. Ce qu’il nous faut pourtant, c’est, comme cela se passe ailleurs dans le monde, c’est de « l’indignation » patriotique, militante, mais surtout une foi que rien n’est irrémédiablement perdu.

* Enseignant, éditorialiste

 

Haïti – Tourisme :

Colloque international sur le tourisme et le patrimoine

07/11/2011 11:20:20

Haïti - Tourisme : Colloque international sur le tourisme et le patrimoineL’Université d’État d’Haïti et l’Université Laval (Québec, Canada), sous la Présidence d’honneur de Madame Michaëlle Jean, l’envoyée spéciale de l’UNESCO en Haïti, organisent du 10 au 13 novembre 2011 à l’Hôtel Karibe de Port-au-Prince, un colloque international sous le thème « Patrimoine, tourisme culturel et développement durable en Haïti Enjeux et perspectives d’avenir ».
Ce colloque international et intersectoriel vise à étudier les enjeux actuels et les perspectives d’avenir du tourisme culturel pour un développement durable en Haïti. Le tourisme est une activité en pleine croissance partout dans le monde et il est devenu une source importante de revenus pour les pays en développement.
Bien que le tourisme culturel n’est pas sans poser des problèmes (dégradation des sites, folklorisation des cultures locales, envolée des prix immobiliers), il offre des opportunités inespérées de développement : il permet de valoriser la culture du pays, il offre des possibilités d’emploi et des retombées économiques aux populations locales. Les emplois dans le secteur des services sont généralement valorisants et donnent l’occasion d’un développement des compétences dans la mise en valeur et la gestion du patrimoine.
Déjà nommée « la perle des Antilles », Haïti a été pendant longtemps une des premières destinations touristiques de la Caraïbe. Même si la dégradation de la situation politique et économique a réduit l’activité touristique au cours des trente dernières années, le pays possède toujours un très riche patrimoine historique, architectural, artisanal, artistique, littéraire, archéologique, naturel et festif qui gagnerait à être mieux valorisé et exploité sur le plan touristique.
Ce colloque propose, de manière non exhaustive, six thèmes de réflexion : la formation aux métiers du tourisme ; le développement des infrastructures routières et hôtelières ; les enjeux de la mise en valeur touristique du patrimoine ; le patrimoine et le tourisme du séisme du 12 janvier 2010 ; l’élaboration d’itinéraires touristiques qui intègrent le patrimoine matériel et immatériel ; et l’arrimage du tourisme de plage et du tourisme culturel.
HL/ HaïtiLibre

 

Haïti – Reconstruction :

L’ex-Président Carter vient aider à construire des maisons

07/11/2011 09:29:48

Haïti - Reconstruction : L’ex-Président Carter vient aider à construire des maisonsL’ex-Président Jimmy Carter (prix Nobel de la Paix) est arrivé Dimanche à Port-au-Prince pour participer à l’achèvement de la construction de 100 maisons (permanentes) « Je suis venu avec 500 volontaires de mon pays pour achever la construction de 100 maisons à Léogane avec Habitat pour l’humanité » a déclaré M. Carter à la résidence de l’Ambassadeur des Etats-Unis Keneth Merten.
Jimmy Carter vient également supporter une campagne nationale contre la Filariose lymphatique en Haïti et devrait rencontrer, demain mardi, le Président Michel Martelly au Palais National.
Delta Air Lines a fait don de deux vols charter, un Boeing 767 et un Boeing 757, pour le transport des bénévoles, un groupe qui comprend 11 employés de la compagnie d’aviation qui donnent de leur temps de vacances personnelles pour faire partie de l’effort « Les gens de Delta accordent une grande valeur à soutenir les communautés où nous vivons et travaillons », a déclaré Scarlet Pressley-Brown, Directeur des affaires extérieures et des relations communautaires chez Delta Air Line. « Nos employés ont une longue histoire avec Habitat et leur implication dans ce projet est un témoignage de l’engagement de nos employés à servir les autres. »
Habitat 2011 Projet Carter Work réunira 500 bénévoles pour achever la construction de 100 maisons durant la semaine, dans la communauté de Léogâne, où Habitat va construire un total de 150 maisons cette année pour des familles vivant actuellement sous des tentes. Une autre série de 100 maisons est prévues pour 2012.

« Habitat 2011 Projet Carter Work » est l’aboutissement d’une étude d’un mois sur la nécessité d’un logement sûr, décent et abordable. Le projet a débuté le lundi 3 octobre lors de la Journée mondiale de l’habitat. Les Carter sont des bénévoles d’« Habitat pour l’humanité », ils donnent une semaine de leur temps chaque année pour aider Habitat à construire, rénover ou réparer les maisons et sensibiliser sur le besoin de logements abordables et décents. Ils ont rejoint Habitat pour l’Humanité en 1984. Depuis leur première construction les Carter et des milliers de bénévoles ont travaillé avec Habitat pour l’Humanité à travers les Etats-Unis et au Mexique, Canada, Hongrie, Afrique du Sud, Corée du Sud, l’Inde, les Philippines, la Thaïlande, Cambodge, Chine, Laos et au Vietnam.
S/ HaïtiLibre

 

Haïti – Santé :

Les États-Unis et Haïti veulent éradiquer la filariose lymphatique

07/11/2011 10:29:52

Haïti - Santé : Les États-Unis et Haïti veulent éradiquer la filariose lymphatique En compagnie de la Ministre haïtienne de la Santé Publique et de la Population (MSPP), le Dr. Florence Duperval Guillaume, l’ancien Président Jimmy Carter et l’Ambassadeur des Etats-Unis en Haïti, Kenneth Merten, ont procédé au lancement d’une campagne d’un montant de 1.5 million de dollars dont l’objectif est d’administrer des médicaments à la population en vue d’éradiquer la filariose lymphatique, communément appelée éléphantiasis, dans la région de Port-au-Prince, la dernière région à entamer le protocole de traitement et amener le pays sur la voie de l’éradication de cette terrible maladie.
L’Ambassadeur Merten a souligné l’importance de cette campagne « Des maladies comme la filariose lymphatique font plus que causer des souffrances à ceux qui en sont touchés; elles empêchent les victimes de soutenir leur famille et d’être des membres actifs et productifs de la société […]..aujourd’hui nous renouvelons notre combat contre la filariose lymphatique avec le lancement de cette campagne du traitement de la maladie à travers des communes de Port-au-Prince […] c’est une tragédie qu’Haïti soit parmi les quatre seuls pays de cet hémisphère où la filariose lymphatique est encore présente […] la santé est un des quatre secteurs les plus important, dans le cadre de l’aide que les États Unis donne à Haïti […] Nous travaillons chaque jour pour supporter le Ministère de la Santé Publique afin de renforcer le système de santé en Haïti… »
Pour sa part, la Ministre de la Santé, le Dr. Florence Duperval Guillaume, a soutenu que « grâce à l’engagement des cadres de la santé publique et à la détermination des ministres qui m’ont précédé, nous nous sommes attelé à éliminer cette maladie dans le pays, et fort du support de certaines agences internationales et des partenaires locaux et, en dépit de certaines faiblesses notoires, le programme national d’élimination de la filariose a pu être mis en place. Le but de ce dernier est d’arriver d’ici 2020 à réduire considérablement, si ce n’est d’éliminer, la filariose lymphatique, comme le souhaite l’Organisation Mondiale de la Santé… »
L’ancien Président des Etats-Unis, Jimmy Carter, qui était présent à la cérémonie à titre d’invité d’honneur a déclaré «…le Carter Center, est le plus grand centre du monde, qui combat cette maladie infectieuse, c’est pour cela que nous avons décidé d’éliminer c’est deux maladies, la filariose lymphatique et la malaria, nous avons décider de faire des efforts pour les éliminer du pays […] pour la malaria pour les 10 ans à venir nous parlons un budget de 194 millions de dollars. À l’époque, nous avions pensé disposer de 49 millions de dollars pour éliminer la filariose lymphatique seulement pour Haïti, nous avions élaborer un plan de 10 ans pour combattre ces maladies mais malheureusement le séisme a interrompu tout ces travaux… »
En savoir plus sur la filariose lymphatique en Haïti :
La filariose lymphatique, communément appelée éléphantiasis, est une infection parasitaire qui se produit lorsque les parasites filaires, responsables de la maladie, sont transmis à l’homme par des moustiques [kylexes] causant des enflures douloureuses des membres et des organes génitaux, empêchant à ceux qui en sont atteints de mener une vie productive et active. La transmission de la filariose lymphatique peut-être interrompue en administrant une combinaison de médicaments à toute la population des communautés endémiques une fois par année, et ceci sur une période de 5 à 8 ans. Elle est déclarée en Haïti dans au moins 117 communes et touche une population estimé à 15 000 personnes. Le Docteur Vely Jean-François, Coordonnateur du bureau de lutte contre la malaria et la filariose précise que de 2002 à nos jours, le programme national contre la filariose couvre 78 communes, et est financé par la Fondation Bill Gates à hauteur de 2 millions de dollars américains par an.
HL/ HaïtiLibre

 

Haïti – Emigration:

100 haïtiens à la dérive…

07/11/2011 08:56:28

Haïti - Social : 100 haïtiens à la dérive...Samedi 5 Novembre, un bateau enregistré à Abaco, en provenance d’Haïti, avec plus de 100 migrants haïtiens, a été retrouvé à la dérive à l’extrémité sud de Harbour Island, Bahamas, proche de South Bar en début de soirée.
Sous la supervision de la police d’Eleuthera, les migrants ont été transportés sur deux navires à Harbour Island, attirant un grand nombre de résidents curieux, Bahaméens et Haïtiens. L’Inspecteur Elvin Missick a exprimé sa gratitude aux citoyens de Harbour Island qui ont aidé la police dans leurs opérations.
Les haïtiens ont été logés dans une salle à Harbour Island, samedi à 23h00 sous la garde de l’immigration. Selon le conseiller en chef Johnson Tremaine, les résidents ont fait don de draps, vêtements et nourriture aux migrants détenus.
Un témoin de la scène a dit que beaucoup d’Haïtiens semblaient être malade et ont été prit en charge à la clinique et vu par un médecin local. Une équipe médicale de la capitale, devait être envoyé à Harbour Island ce dimanche pour évaluer l’état de santé du groupe. Les migrants devraient ensuite être déplacés par l’immigration, ce lundi.
Cet incident fait suite à une opération, jeudi 3 novembre, sur Harbour Island, au cours de laquelle des agents de l’immigration et de la Force de Défense des Bahamas, ont interpellé plus de 60 personnes. De ce nombre, 44 personnes (23 hommes, 17 femmes et 4 enfants) ont été trouvés sans aucun statut documenté dans le pays. Les migrants illégaux ont été amenés à la capitale pour un traitement ultérieur.
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-3584-haiti-social-les-bahamas-ont-rapatrie-152-haitiens.html
http://www.haitilibre.com/article-3298-haiti-social-les-bahamas-continueront-a-rapatrier-les-haitiens-illegaux.html
HL/ HaïtiLibre

 

Monsieur le Président, un peu de respect pour la presse…

AlterPresse / dimanche 6 novembre 2011

Lettre de Michel Dumont, Grand reporter ARTE TV

Au Président Michel Martelly

Monsieur le Président,

Voilà plus de trois décennies que je parcours le monde pour exercer ce métier de journaliste qui est le mien. Haïti fait partie de ces pays que je suis depuis longtemps, un pays auquel je me suis attaché au fil des années en constatant le courage d’un peuple que rien n’a épargné : ni les éléments, ni les égarements d’hommes avides de pouvoir, d’argent et rarement du sort de leur peuple.

J’ai couvert, comme on dit dans notre jargon journalistique, les périodes Aristide, Préval. J’ai suivi la dernière campagne électorale et votre accession aux plus hautes fonctions de l’Etat. Et je me suis promis de venir, six mois plus tard, constater comment un homme ne faisant pas partie du sérail politique haïtien, une super vedette du monde de la musique, avait endossé les habits de Président de la République.

J’ai donc pris contact, fin septembre, avec les services de communication du Palais. En précisant que je voulais faire un portrait de M Martelly, qu’il me faudrait pouvoir le suivre dans ses activités et bien sûr pouvoir l’interviewer. J’ai insisté sur le fait que ma chaîne de télévision n’accepterait de m’envoyer en Haïti que si j’avais les assurances nécessaires et, seulement, à cette condition.

J’ai reçu, début octobre, l’accord de votre service de communication, avec une date d’interview fixée au 27 octobre et l’assurance que je pourrais vous suivre dans vos activités officielles.

Nous avons donc décidé de nous rendre en Haïti du 19 au 29 octobre. Le 20, j’ai rencontré votre responsable communication en charge de la presse étrangère qui m’a confirmé le rendez-vous du 27 et m’a assuré que le reportage se ferait « sans problème ». J’ai également rencontré votre porte parole. Mêmes assurances. Les jours ont défilé, à chacun de mes appels, nombreux et de plus en plus pressants, la même réponse « pas d’inquiétude, cela va se faire ».

Et puis, subitement, silence radio. Vos collaborateurs se sont mis aux abonnés absents. Appels téléphoniques, textos, courriels sont restés lettre morte.

Je vous ai rencontré incidemment lors de l’installation de votre ministre des Affaires Etrangères. Et je me suis permis de vous interpeller en vous rappelant que j’étais en Haïti spécialement pour vous rencontrer. « Ce n’est ni le moment, ni le lieu » m’avez-vous répondu. Soit, mais le 27 j’ai appris que vous partiez aux Etats-Unis… Et le 29, j’ai regagné la France sans le reportage prévu.

De mes nombreuses années de journaliste, j’ai vu des reportages ne pouvoir se faire pour telle ou telle raison mais jamais lorsque j’avais fait les demandes officielles et reçu les accords préalables et nécessaires. Ainsi en a-t-il été par exemple lorsque je suis venu en Haïti rencontrer MM Aristide, Latortue et Préval.

Je peux comprendre, Monsieur le Président, que vous ayez autre chose à faire que de recevoir un journaliste de la télévision française ARTE. Mais alors pourquoi ne pas me le signifier via vos services de communication. Cela aurait permis à ma chaîne d’économiser le coût d’un voyage inutile.

Je regrette par-dessus tout le mépris de vos collaborateurs. Et leur manque de professionnalisme. Se mettre aux abonnés absents quand on se dit « communicants » quelle ironie ! Que pas un d’entre eux n’ait eu le courage et la politesse de m’informer des événements, quelle édifiante leçon !

Monsieur le Président, un peu de respect pour la presse, est-ce trop demander ?

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’assurance de ma respectueuse considération.

Michel Dumont
Grand reporter ARTE TV
Michel.dumont@arte.tv

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :