jeudi 24 novembre 2011

24 Nov

Message du President Michel Joseph Martelly à la nation

image

Chè konpatriyòt,

 

Nan dènye semèn sa yo, peyi a travèse yon move moman ki, yon lòt fwa ankò, te ralanti pwosesis bòn mach gouvènman an. Mwen voye konpliman bay tout Senatè yo ki te konprann nesesite pou pat mete absè sou klou nan rezolisyon 22 novanm 2011 lan. Se tout Peyi a ki ap di nou mèsi pou tèt nou pat kite enterè pèsonèl nou mennen nou. Nou te mete Ayiti devan. M’ap pwofite di mèsi ak Minis Lajistis ak Sekirite Piblik la ki te chwazi pou l’ te  retire kò l’, yon fason pou l’ fasilite yon solisyon nan kriz la.

 

Ann pa bliye ke Ekzekitif la, lejislatif la ak jidisyè a, se twa pouvwa Leta, ki dwe, dapre konstitisyon an, fè peyi a mache kòrèkteman. Youn konplete lòt. Nan sans sa a, yo pa ka nan chire pit. Jodia li nesesè ke, prese prese, yo antann yo sou gwo dosye k’ap pèmèt peyi a komanse fè refòm ki pou mennen l sou chimen devlopman tout bon vre a.

 

A pati semèn sa a, mwen pran angajman pou m chita ak reprezantan twa pouvwa Leta yo, pou nou kapab ansanm pran bon jan dispozisyon pou anpeche mòd sitiyasyon sa yo repete ankò. Moman an rive pou nou bliye sak pase a. M’ap mande onorab Depite yo, nan lanmou yo gen pou Ayiti, pou yo fè menm jan ak senatè yo, pou yo pwofite kalfou difisil nap pase la a, pou nou fè yon gwo kole zepòl pou nou kapab jwenn bon jan stabilite nan peyi a.

 

Pikan kwenna ki devan nou yo, ke nou dwe janbe ansanm yo, anpil. Pèp la paka tann ankò pou dirijan l yo bal sèvis, pou fè l’ viv tankou moun. Nou fèt pou nou batay pou tout moun konn li ak ekri. Nou dwe goumen pou nou rekonstwi peyi nou nan tèt ansanm. Nan jou k’ap vini la yo, n’ap voye devan palman an, yon lwa sou finans ki ap konsidere kesyon desantralizasyon an. Nou dwe batay kont koripsyon sou tout fòm. Nou dwe frennen ensekirite pou nou kapab pèmèt biznisman vin louvri biznis nan peyi nou, pou nou kapab kreye travay pou pèp la.

 

Men nan men, n’ap gonfle venn nou, nan enterè peyi nou, Ayiti. Ayiti, ki pa dwe mouri, Ayiti ki wè pa wè gen randevou ak chanjman an.

 

Mèsi

  

Affaire Bélizaire

Le président du Sénat défend le vote controversé de mardi soir

Rodolphe Joazile, qui a brandi l’article 117 de la constitution relative aux décisions prises à la majorité simple, a aussi minimisé l’influence politique de la réunion à laquelle les Sénateurs avaient pris part au Palais National tout juste avant la fameuse séance d’interpellation

Publié le mercredi 23 novembre 2011

Le président du Sénat, Rodolphe Joazile, a invoqué mercredi l’article 117 de la constitution pour justifier la validité du vote controversé ayant permis d’écarter la veille une demande d’interpellation du ministre de l’intérieur, Thierry Mayard Paul, à travers la modification du rapport d’enquête de la commission spéciale sur l’affaire Arnel Bélizaire.

« Tous les actes du corps législatif sont pris à la majorité des membres présents », a déclaré M. Joazile en reprenant le libellé dudit article de la charte fondamentale contraire à l’article 217 des règlements intérieurs du Sénat qui stipule que « toutes les décisions prises en assemblée le sont à la majorité absolue ».

A ce niveau, l’amendement des règlements et leur harmonisation avec la loi mère s’imposent, a estimé le troisième Sénateur du nord-est qui annonce, par ailleurs, la tenue prochaine d’une nouvelle séance en vue de l’adoption du rapport de la commission sénatoriale d’enquête dans sa version révisée.

Le secrétaire-rapporteur de cette commission, François Anick Joseph, avait qualifié d’illégal le vote ayant mis fin à la séance de mardi soir avec au tableau d’affichage 11 voix pour, six contre et quatre abstentions.

D’autre part, le président du Grand Corps a rejeté les critiques selon lesquelles une rencontre au sommet qui réunissait mardi matin le Président Michel Martelly et un important groupe de Sénateurs aurait décidé de l’issue, un peu plus tard, des débats conforme à la volonté du pouvoir.

« Si demain, je dois rencontrer un groupe de Sénateurs au Palais National afin d’apporter à ce pays la paix et la stabilité dont il a besoin, je suis prêt à le faire », a répété aux journalistes Rodolphe Joazile qui a, une fois de plus, insisté sur la nécessité pour les gouvernants de classer l’affaire Arnel Bélizaire et de plancher, avec les différents secteurs de la société civile, sur les grands dossiers tels l’avenir de la Commission intérimaire pour la reconstruction d’Haïti (CIRH), l’élaboration du budget national et la situation actuelle de l’éducation.

A l’instigation de deux de ses membres en fin de mandat, Joseph Lambert et Youri Latortue -devenus ces derniers mois des alliés de premier plan du chef de l’Etat- le Sénat a supprimé mardi soir le point f des recommandations de la commission spéciale qui prévoyait l’interpellation du puissant ministre de l’intérieur, des collectivités territoriales et de la défense nationale, Thierry Mayard Paul, et de son ex-collègue de la justice, Josué Pierre-Louis.

Celui-ci a dû, sous pression, abandonner son portefeuille peu avant son interpellation en compagnie du secrétaire d’Etat aux affaires étrangères, Michel Brunache, lui-même blanchi.

Mes Pierre-Louis et Mayard Paul faisaient l’objet de lourdes accusations dans les résultats de l’enquête sur l’arrestation, le 27 octobre dernier, du Député Arnel Bélizaire, un scandale qui a précipité l’administration Martelly dans sa première grande crise, six mois seulement après son arrivée. spp/Radio Kiskeya

Affaire Bélizaire :

Joseph Lambert recommande de passer à autre chose

24/11/2011 09:45:58

Haïti - Affaire Bélizaire : Joseph Lambert recommande de passer à autre choseLe Sénateur Kély Bastien estime que de la Commission n’a pas été assez loin dans ses recommandations, compte tenu de la gravité des faits reprochés, il déplore que les sénateurs n’ont pas su tenir leur position par rapport à la résolution votée par les députés, qui réclamaient parmi d’autres, les démissions des Ministres de la justice et de l’Intérieur.
Suite au vote de retrait [à l’initiative des Sénateurs Lambert et Latortue] du point F des recommandations spécifiques du rapport de la Commission,
http://www.haitilibre.com/article-4316-haiti-affaire-belizaire-garry-conille-et-thierry-mayard-paul-ne-seront-pas-interpelle.html , qui annule l’interpellation du Premier Ministre et du Ministre de l’Intérieur, le Sénateur Joseph Lambert estime que l’Exécutif a fait un grand pas en offrant la démission de son ministre de la justice au Parlement.
«… Je ne fais qu’obéir à tout ce que les collègues de la Commission ont demandé. Ils ont demandé de la solidarité, de la cohésion, de travailler ensemble, ils ont solliciter une assise pour que cela soit fait, tout ceci a été écrit bien avant la démission de Josué Pierre Louis […] Nous estimons maintenant, qu’il faut essayer de saisir cette opportunité, pour qu’au moins la Nation puisse ce réconcilier avec elle-même. Pour qu’une fois pour toute, nous lancions le pays dans les grands chantiers, sociaux, économiques et politiques, pour que ce genre de bavure, une fois pour toute, ne se reproduise plus.
C’est ce qui me fait dire, qu’au lieu d’entrer dans une logique d’interpellé, d’interpellé, et d’interpellé… et de garder la Nation en otage, autour d’une seule question : Arnel Bélizaire, je dis qu’il y a suffisamment d’eau qui a coulé sous le pont et que maintenant, il faudrait une fois pour toute, effacer le tableau et recommencer à fonctionner normalement… »
Toutefois, dans sa déclaration, le Sénateur Lambert oublie de nous dire volontairement, ce qu’il advient du Député Bélizaire… La justice doit-elle aussi effacer le tableau et passer à autre chose…? Et si le Parlement faisait à son tour un grand pas en levant l’immunité du Député Bélizaire afin qu’il puisse répondre des allégations portées contre lui, devant la justice… ?

Rapport de la Commission d’enquête :
http://www.haitilibre.com/article-4312-haiti-affaire-belizaire-rapport-de-la-commission-speciale-d-enquete-partie-1.html
http://www.haitilibre.com/article-4313-haiti-affaire-belizaire-rapport-de-la-commission-speciale-d-enquete-partie-2.html
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-4311-haiti-flash-lettre-de-demission-du-ministre-de-la-justice.html
http://www.haitilibre.com/article-4320-haiti-affaire-belizaire-les-deputes-veulent-une-commission-d-enquete.html
HL/ HaïtiLibre

Affaire Bélizaire:

Le sénateur Jean Charles Moïse pour la destitution de Michel Joseph Martelly

mercredi 23 novembre 2011 à 17:37

images (44)Le deuxième sénateur du département du Nord d’Haïti pour la mise en accusation par la Chambre des députés, du président Michel Joseph Martelly.

Selon le parlementaire de l’”INITE”, le chef de l’Etat est le principal responsable de l’arrestation du député Arnel Bélizaire.

“Michel Martelly est un menteur. Il ne doit pas être disculpé dans le dossier Bélizaire”, a martelé le sénateur Moïse.

“Le président de la République est le principal instigateur de l’enlèvement suivi de la séquestration du représentant de Delmas-Tabarre,  le 27 octobre dernier. Il doit être puni pour avoir piétiné la constitution de 1987″, poursuit le représentant du Nord.

“La Chambre basse doit l’accuser dès la prochaine rentrée parlementaire le 2e lundi du mois de janvier 2012. Et, nous sénateurs de la République, allons nous ériger en haute Cour de justice pour destituer Michel Martelly. Dans le cas contraire vous êtes des lâches”, a-t-il conclu en s’adressant à l’Assemblée des sénateurs.

Steven Benoit et Pierre Francky Excius pour la création d’une commission d’enquête

mercredi 23 novembre 2011 à 13:40

images (33)Les sénateurs Steven Benoit et Pierre Francky Excius se félicitent de la décision de certains députés d’exiger du Bureau la mise sur pied d’une commission, chargée d’enquêter sur le dossier Bélizaire.

La séance d’interpellation au sénat, terminée, l’assemblée a tranchée. Mais le malaise est encore là. Le sentiment qui persiste : le dossier n’est pas  complètement évacué. Des points d’ombre subsistent. L’un d’entre eux : Les raisons liées au refus des 3 agents de sureté de l’aéroport International  de témoigner par devant la commission  d’enquête du Sénat alors qu’ils avaient  accusé le ministre Thierry Mayard Paul et ses gardes du corps de les avoir brutalisés le jour de l’arrestation du député Bélizaire.  Le Bureau doit faire en sorte que ces employés de l’Autorité Aéroportuaire Nationale puissent s’expliquer  par devant le grand corps, exige le sénateur Steven Benoit. En cas de nouveaux refus, ils devraient être purement et simplement renvoyés de l’administration publique, recommande le parlementaire.

Une position partagée par son collègue Pierre Francky Excius pour qui il y a, dans cette affaire,  anguille sous roche.

Le ministre de l’Intérieur contre qui, une demande d’interpellation a été recommandée par la commission d’enquête, demande à laquelle l’assemblée n’a pas fait droit, a obtenu une victoire. En sera-t-il de même à la chambre basse ? Rien n’est sur. En tout cas, la mise en place d’une commission d’enquête, réclamée par une vingtaine de députés, au lendemain du vote à la Chambre haute, laisse présager une situation moins facile pour celui qui est présenté comme étant l’un des instigateurs de l’arrestation du député Belizaire. Une initiative saluée par le sénateur Benoit qui demeure toutefois très prudent.

Le 2e  sénateur du Sud, lui, dit espérer que l’assemblée des députés s’accrochera à sa résolution en interpellant Thierry Mayard Paul, le deuxième lundi de Janvier2012, s’il ne remet pas sa démission avant cette date. Pierre Francky Excius.

A la séance d’interpellation, de mardi soir au sénat, l’un des concernés Michel Brunache a été maintenu à son poste de secrétaire d’Etat aux affaires étrangères. Une décision prise sans qu’un vote ait été organisé alors qu’il est clairement dit, à l’article 129.3 de la constitution,  que la séance d’interpellation aboutit à un vote de confiance ou de censure, pris à la majorité de ce corps.   Le ministre de la Justice Josué Pierre Louis a, quant à lui, remis sa démission quelques heures avant la séance.

S.E et E.A Vision 2000

Affaire Bélizaire :

Les députés veulent une commission d’enquête

24/11/2011 07:01:19

Haïti - Affaire Bélizaire : Les députés veulent une commission d'enquêteAprès la séance au sénat de mardi soir, ayant menée à la non-interpellation du Premier Ministre M. Garry Conille, des Ministres Me. Josué Pierre-Louis de la justice et de la sécurité publique et Me. Thierry Mayard-Paul Ministre de l’intérieur, des collectivités territoriales et de la défense nationale et du Secrétaire d’État aux Affaires Étrangères, Michel Brunache, hier mercredi des députés, dont les présidents des différents blocs à la chambre basse, ont écrit au Président de de ladite chambre, Sorel Jacinthe, afin de solliciter la création d’une nouvelle commission dans le cadre de l’arrestation arbitraire de leur collègue, le Député Bélizaire, le 27 octobre dernier.
Cette lettre datée du 14 novembre a été envoyée au Président de la chambre des députés suite aux décisions du sénat mardi soir, elle précise que la chambre basse est la principale concernée par l’affaire Bélizaire, que les signataires de cette dernière qualifient « d’incidents malheureux portant préjudices au corps législatif et risquant de déboucher sur une crise dont ils ne veulent pas être des spectateurs…»
Une réunion est prévue entre les présidents des différentes commissions de la chambre des députés en vue de la création de cette commission indique le député Abel Descolines (Mirebalais/Boucan Carré – LAVNI), signataire de la lettre.
Rappelons que la rentré parlementaire pour les députés est fixée au deuxième lundi de janvier 2012.

Rapport de la Commission d’enquête :
http://www.haitilibre.com/article-4312-haiti-affaire-belizaire-rapport-de-la-commission-speciale-d-enquete-partie-1.html
http://www.haitilibre.com/article-4313-haiti-affaire-belizaire-rapport-de-la-commission-speciale-d-enquete-partie-2.html
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-4311-haiti-flash-lettre-de-demission-du-ministre-de-la-justice.html
http://www.haitilibre.com/article-4316-haiti-affaire-belizaire-garry-conille-et-thierry-mayard-paul-ne-seront-pas-interpelle.html
http://www.haitilibre.com/article-4315-haiti-politique-le-secretaire-d-etat-aux-affaires-etrangeres-evite-l-interpellation.html
HL/ HaïtiLibre

Haïti – Diplomatie :

Visite des Ambassadeurs de l’Argentine et de l’UNASUR à la Chancellerie

24/11/2011 11:53:04

Haïti - Diplomatie : Visite des Ambassadeurs de l'Argentine et de l'UNASUR à la Chancellerie

Laurent Lamothe, le Ministre des Affaires Etrangères et des Cultes, a reçu, ce mercredi 23 Novembre au local de la Chancellerie, la visite de l’Ambassadeur de l’Argentine, M. Marcelo Raul Sebaste et de l’Ambassadeur Rodolfo Matarollo de l’Union des Nations Sud-Américaines (UNASUR).
Cette visite s’inscrit dans le contexte de la coopération Sud-Sud et, particulièrement, dans le cadre de la collaboration d’Haïti avec l’Argentine, relative au programme Pro Huerta de sécurité alimentaire couvrant plus de 150.000 personnes. Il est prévu une expansion de ce programme avec une participation additionnelle de 100.000 autres personnes.
L’Ambassadeur de l’UNASUR a annoncé, pour sa part, l’inauguration prochaine de 850 maisons à Canaan dans la commune de la Croix-des-Bouquets et son intention d’explorer de nouveaux axes de coopération entre Haïti et l’organisation hémisphérique. L’Ambassadeur Rodolfo Matarollo prévoit, à travers cette coopération, non seulement un avenir prometteur pour l’Amérique du Sud, mais aussi un engagement qui doit se poursuivre en raison de son caractère historique et moral. Il a conclu en rappelant que c’est un devoir pour l’Amérique du Sud de s’acquitter de ses dettes historiques envers Haïti.
Le Ministre Lamothe a, de son coté, remercié les Ambassadeurs en promettant de continuer à renforcer les relations avec l’Argentine et l’UNASUR tout en renouvelant la volonté et l’intérêt profond du Président de la République, Michel Martelly, en vue d’aboutir à un développement économique durable pour le bien d’Haïti.
HL/ HaïtiLibre

Garry Conille est une bonne carte selon la Minustah

24/11/2011 10:53:04

Haïti - Politique : Garry Conille est une bonne carte selon la MinustahMariano Fernández Amunátegui, le Représentant spécial de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah) considère que le Premier Ministre, le Dr. Garry Conille est une bonne carte pour le pays et que le parlement est très disponible à la coopération.
«…je crois qu’Haïti est bien placé pour recevoir la collaboration internationale qu’elle a besoin et nous sommes en étroit rapport avec le gouvernement et le parlement pour mettre en place les nouvelles lois et les nouvelles dispositions qui permettront à Haïti d’être un interlocuteur plus valide avec la communauté internationale et recevoir l’investissement étranger […] je crois que le premier Ministre [Dr. Garry Conille] est aussi une bonne carte pour Haïti parce que c’est un homme qui a une expérience internationale importante, en même temps je vois un parlement très disponible à la coopération […] en général j’ai une vision positive mais il reste beaucoup de choses à faire…» a déclaré mardi M. Mariano Fernández à l’occasion de l’inauguration de centres polyvalents dans le sud-est du pays.
HL/ HaïtiLibre

Haïti-Justice

Le dossier Jean Dominique est une « cause perdue », pour Yvon Neptune

image

Convoqué ce mercredi pour la deuxième fois au cabinet d’instruction suite à des propos tenus à la radio sur le brutal assassinat, en 2000, du journaliste, l’ancien Premier ministre de Jean-Bertrand Aristide estime que de gros intérêts condamnent au piétinement l’interminable processus judiciaire enclenché ; un pessimisme qui tranche avec l’espoir du juge Yvickel Dabrésil qui ambitionne, lui, de faire jaillir la lumière sur cette ténébreuse affaire politico-judiciaire

Publié le mercredi 23 novembre 2011

L’ancien Premier ministre Lavalas, Yvon Neptune, a comparu une nouvelle fois mercredi au cabinet d’instruction où il a été interrogé par le juge Yvickel Dabrésil dans le cadre de l’interminable enquête sur l’assassinat, il y a plus de dix ans, du directeur de radio Haïti Inter, Jean Dominique, et du gardien de la station, Jean-Claude Louissaint.

« Jusqu’à présent, après plus de dix ans, rien n’indique que justice sera rendue un jour à Jean Dominique », a lâché l’intéressé au sortir de l’audition motivée par ses récentes déclarations pessimistes sur cette scabreuse affaire politico-judiciaire, lors d’une émission à Radio Caraïbes FM (une station privée de Port-au-Prince).

M. Neptune croit que les intérêts qui se cachent derrière cette mystérieuse disparition sont si importants qu’ils ne permettront jamais de faire le jour sur le drame le plus médiatisé de ces dernières années en Haïti.

Un commando avait abattu le 3 avril 2000, dans la cour de son entreprise de presse, le célèbre journaliste, également conseiller politique du Président d’alors, René Préval, et son employé.

Déplorant les graves défaillances et l’inefficacité récurrente du système judiciaire, l’ex-chef de gouvernement a énuméré une liste de personnalités tuées dont on attend encore de connaître les noms des assassins, à l’image des prêtres Jean-Marie Vincent et Jean Pierre Louis, de l’homme d’affaires et militant politique Antoine Izméry, de l’avocate Mireille Durocher Bertin, de M. Michel Gonzales ou encore plus récemment de Guyto Toussaint, ancien président du conseil d’administration de la Banque nationale de crédit (BNC).

« Le dossier Jean Dominique est presque devenu un cadavre », a poursuivi, un tantinet agacé, l’ancien chef de la Primature et ex-président du Sénat en promettant de continuer à s’exprimer publiquement de la même façon sur une affaire qui a vécu toutes les tribulations possibles des avortements répétés du processus d’instruction.

Pour sa part, Me Yvickel Dabrésil a indiqué qu’il comptait interroger de nombreuses personnes dans le cadre de son enquête sur la mort brutale de MM. Dominique et Louissaint, dossier dont il est le énième juge à avoir hérité. Apparemment volontariste, le magistrat instructeur souhaite, comme ses prédécesseurs, pouvoir rendre son ordonnance très bientôt dans le but, avance-t-il, d’identifier et de punir les auteurs et commanditaires de ce double assassinat. spp/Radio Kiskeya

Haiti – Éducation :

50 millions de dollars pour l’éducation en Haïti

24/11/2011 10:59:31

Haiti - Éducation : 50 millions de dollars pour l'éducation en Haïti

La Banque interaméricaine de développement (BID) a annoncé l’approbation d’une subvention de 50 millions de dollars pour soutenir la réforme éducative haïtienne lancée en 2010, laquelle cherche à généraliser l’accès gratuit à l’éducation de qualité.
La BID s’est compromise à appuyer l’ambitieux plan quinquennal avec 250 millions de dollars de ses ressources propres et avec une levée de fonds de 250 millions supplémentaires auprès d’autres donateurs. Parmi les autres objectifs de la réforme se trouvent la construction de milliers d’écoles, la formation de dizaines de milliers de professeurs et l’éducation gratuite pour des millions d’enfants.
Une subvention initiale de $50 millions avait été approuvée en novembre dernier. Depuis, la BID a travaillé pour mobiliser d’autres agences internationales, des donateurs bilatéraux, des institutions philanthropiques et des entreprises intéressées par l’appui à l’éducation haïtienne après le dévastateur séisme de l’année dernière. Le soutien implique maintenant, assistance financière de la BID et de ses partenaires inclue, près de US$ 150 millions.
Le Ministère de l’éducation nationale (MENFP) et son Fonds d’assistance économique et sociale (FAES) sont les agences chargées de la gestion de la nouvelle subvention. Cette dernière contribuera à étendre l’accès des enfants à l’école, à améliorer la qualité de l’éducation, à élargir les possibilités de formation professionnelle pour les jeunes et à renforcer les capacités d’exécution et de régulation du ministère.
Les ressources de la BID seront utilisées pour financer la construction et l’équipement de 20 écoles publiques dans des zones où il n’y a pas de services éducatifs. Les aides soutiendront par ailleurs la réhabilitation de 15 écoles endommagées par le séisme et assurera les fournitures de 8 écoles construites par le Commandement Sud des Etats-Unis.
Pour garantir l’accès à l’éducation, la subvention servira à financer un programme de scolarisation gratuite mis en place par le gouvernement haïtien. Celui est soutenu, entre autres, par la Banque mondiale, l’Agence canadienne de développement international ou encore la Banque caribéenne de développement. La contribution de la BID permettra à 35000 enfants d’assister aux cours sans avoir à payer les frais de scolarisation et de couvrir des dépenses telles que les manuels pour 30000 étudiants et 2000 enseignants.
Pour améliorer l’apprentissage, la BID aidera la MENFP à relancer un programme d’éducation à distance qui a montré des résultats encourageants par le passé, notamment en mathématiques et apprentissage des langues.
De plus la subvention permettra la viabilité d’un Fonds compétitif pour l’innovation pédagogique, lequel financera des projets proposés par des institutions publiques ou privées cherchant à améliorer l’éducation en s’appuyant sur les technologies numériques.
Le programme financera aussi un projet pilote pour les sport liés au développement sous la direction du Comité olympique d’Haïti. Le projet comptera avec la participation de 7500 jeunes et se déroulera au complexe sportif de Carrefour, dans la banlieue Sud de Port-au-Prince.
Afin d’élargir l’offre de formation technique pour les jeunes haïtiens, le plan renforcera l’Institut national de formation professionnelle (INFP). La BID financera la construction ou réhabilitation de quatre centres de formation et introduira de nouveaux modèles de gestion public-privé dans six autres centres. Cela concernera tout particulièrement la région Nord où la BID finance la construction d’un parc industriel.
Les aides serviront également à financer des activités pour renforcer le MENFP dans le but d’améliorer sa capacité à exécuter des projets et à réguler le système éducatif haïtien.
L’éducation reste un de secteurs prioritaires de la BID en Haïti. Elle y mène des projets dont le montant s’élève à plus d’un milliard de dollars dans de secteurs tels que les infrastructures, l’eau et l’assainissement, l’agriculture, l’énergie et la dynamisation du secteur privé.
HL/ HaïtiLibre

Signature d’un contrat de trois cents cinquante mille (US 350.000.00) dollars entre le Brésil, le ministère haïtien des travaux publics et l’Office National du Cadastre (ONACA)

Port-au-Prince, le mercredi 23 novembre 2011.- Le Ministre des Travaux Publics, Transports et Communication (MTPTC), Jacques ROUSSEAU, le directeur de l’Office National du Cadastre (ONACA), Williams A. ALLONCE et l’agence brésilienne de coopération représentée par le général Jose Rosalvo Leitao DE ALMEIDA ont paraphé, ce mercredi 23 novembre, un contrat pour la délimitation de la zone de la vallée de l’Artibonite et le relogement de plus de 300 familles.
Ce contrat d’un montant de trois cents cinquante mille (US 350.000.00) dollars constitue la phase initiale du projet de construction d’une usine hydroélectrique dans la vallée de l’Artibonite à proximité de Mirebalais. Un projet déjà approuvé par les présidents haïtien Michel Joseph MARTELLY et brésilien Dilma ROUSSEFF.
La signature du contrat s’est déroulée en présence du Premier Ministre, Garry CONILLE, et  de l’Ambassadeur brésilien en Haïti, M. Igor KIPMAN.  Le chef du gouvernement en a profité pour saluer l’amitié et la fraternité brésilienne après la catastrophe du 12 janvier 2010 et l’engagement du Brésil dans la coopération avec Haïti. Le diplomate brésilien a, pour sa part, salué le courage du peuple haïtien et fait état de son optimisme pour l’avenir.
Notons que ce projet pour lequel le contrat est signé s’étendra sur une période de 6 mois. La première phase durera 3 mois et consistera en la délimitation de la zone de la vallée de l’Artibonite et la seconde, le relogement de plus de 300 familles qui habitent les quartiers environnants.

Retour au calme au siège social  de l’ONA à Delmas après une journée mouvementée

Port-au-Prince, le 23 novembre 2011 – (AHP) – Le calme est revenu mecredi après-midi au siège social de l’Office National d’Assurance Viellesse (ONA) à Delmas où une situation de tension avait commencé la veille au soir.
A la base de cette situation, l’arrivée mardi soir sur les lieux  d’un groupe de 3 agents en uniforme de la Compagnie Elite, avec a leur tête le nouveau chef de securité, le major Kernisan, pour assurer la securité de l’Institution, aux côtés des agents  de l’ONA qui affirment n’en avoir pas été informés.
Du coup, ils ont cru, que c’était le processus de leur remplacement qui avait commencé.
Les anciens et les  nouveaux agents tous armés ont passé la nuit pratiquement côte à côte  à l’ONA, mais dans la plus grande méfiance.
C’est à l’arrivée  mecredi matin des autres agents de l’ONA que ceux de Elite ont été forcés de quitter les lieux,  tout comme M. Kernisan.
Pierre Louis Richardson, un chef de service  affecté  à la sécurité de l’ONA, a indiqué qu’un bain de sang a été evité d’un cheveu à l’ONA, vu que deux groupes armés se trouvaient dans le même espace
De leur coté, les agents de sécurité de l’ONA ont verouillé toute la journée de mecredi le portail de l »institution, empêchant toutes entrees et sorties.
Il ont rappelé qu’après le tremblement de terre de janvier 2010, c’est leur professionalisme et leur dévouement qui ont permis de sauver les archives de l’institution.
"Ce n’est pas ainsi qu’on traite des gens qui ont rendu service à l’ONA, ont-ils fait savoir, affirmant qu’ils n’ont pas l’intention de laisser leur place à ceux qu’ils ont presentés come des anciens militaires.

Toutes les activités étaient paralysées et la quasi-totalité des employes semblaient se solidariser des agents de securité, estimant que s’il est bien question de leur remlacement, ils n’étaient pas non plus à l’abri.

Le denouement de cette journée de tension allait être  trouvée avec l’arrivée du nouveau directeut général, Bernard Degraff, dont le bureau se trouve depuis le séisme à la Succursale de Pétion-Ville.
Des négociations ont éte vite engagées. M. Dégrafff a aussitôt donné l’assurance qu’il n’avait aucune intention de procéder à  des révocations.
Faisant état d’un manque de communication, il a expliqué que les 3 nouveaux agents n’etaient pas venus remplacer ceux de l’ONA, mais devaient être attaché au service du portefeuille, sur la base d’un contrat. " C’est le chef de sécurité, le major Kernisan qui avait la responsabilité de fournir ces informations", a-t-il indiqué.
Bernard Degraff a pris l’engagement de former une  commision de 5 membres  pour coiffer le service de securité en lieu et place de la directon qui  avait à sa tête le major Kernisan qui sera affecté, lui, à un autre poste.
Les nouveaux agents seront eux aussi affec†és à d’autres posts, sur la base de contrat, les employés engagéss dans les negociations ayant expliqué qu’il n’etait pas indiqué ni prudent que deux groupes d’hommes armés évoluent dans le même espace.
Le Directeur general de l’ONA a révélé par ailleurs qu’il etait disposé à accorder 50% d’augmentation aux employés de l’Institution, mais en a été dissuadé par des cadres qui ont eux-mêmes benéficié de cette hausse de salaires. .
Depuis le 21 novembre, les  employés de niveau inférieur ont obtenu une augmentation de  25%.
Les negociations ayant abouti au retour au calme à l’ONA se sont déroulées en présence de la directice générale adjointe, Erna Beaulieu, sous les offices  du sercive des relations publiques.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :