lundi 28 novembre 2011

28 Nov

28 novembre 1980

Pour l’histoire: Il y a aujourd’hui 31 ans, le régime de Jean-Claude Duvalier procédait à une importante râfle contre des intellectuels, professeurs, juristes, hommes de théâtre et politiques qui avaient commis le sacrilège de critiquer le gouvernement à vie et de réclamer le changement…. et aussi contre des  journalistes qui avaient choisi d’informer objectivement.
Tous jetés en prison: certains allaient être humiliés et exilés quelques jours plus tard et d’autres gardés dans les geôles du régime.
Bon nombre d’entre eux reviendront au pays après le  7 fevrier 1986, date de la chute de Duvalier. Mais le très brillant Richard Brisson, poète, homme de théâtre et journaliste à radio Haïti Inter, n’est jamais rentré. Mais non, il est rentré pour se faire arrêter puis exécuter, après être tombé dans le piège d’une pseudo expédition  contre baby Doc en 1982. Il n’avait que 31 ans.

Les autorités veulent modifier ou remplacer la CIRH

imageLes autorités haïtiennes sont préoccupées par plusieurs dossiers importants dont le renouvellement du mandat de la Commission Intérimaire pour la Reconstruction d’Haïti (CIRH). Plus d’un mois après l’expiration du mandat de cet organisme, co-présidé par Bill Clinton, le Premier Ministre haïtien et les législateurs n’ont toujours pas trouvé une formule pour cette structure.
De nombreux parlementaires sont favorables à une modification de la CIRH tandis que d’autres estiment qu’il faut créer une structure haïtienne. Ce dossier préoccupe le président du Sénat, Roudolph Joazile et le sénateur Kelly Bastien. Ils déplorent que les 4 dernières semaines aient été consacrées à l’affaire Bellizaire.
Le retard dans la prorogation du mandat de la CIRH préoccupe également la communauté internationale. La porte-parole du ministère canadien de la Coopération internationale, Justin Broekema, a appelé le président Martelly et le premier ministre Conille à "prendre les mesures nécessaires pour résoudre cette question rapidement et de façon efficace".
Le co-président de la CIRH, Bill Clinton serait également inquiet même s’il continue d’encourager les donateurs à honorer leurs engagements. Une responsable de la Fondation William Clinton, Laura Graham, a indiqué à AP que M. Clinton craint que les donateurs ne soient plus présents sans la CIRH ou une plateforme similaire.
Tenant compte de cette situation M. Conille envisagerait plusieurs options dont celle consistant à créer une nouvelle plateforme similaire. Il avait défendu l’utilité de la CIRH lors de la présentation de la politique générale de son gouvernement.
En dépit de l’urgence, le dossier de la CIRH risque d’être relégué au second plan par rapport à la loi de finance. Le gouvernement devra s’assurer de l’appui de la majorité afin d’éviter un échec lors du vote sur le renouvellement du mandat de la CIRH.
LLM / radio Métropole Haïti

 

Haïti-séisme:légère secousse sismique en Haïti

Lundi, 28 Novembre 2011 06:42 HPN Societe & Loisirs Societe

La terre a légèrement tremblé en Haïti au cours de la nuit de dimanche à lundi provoquant des réactions de paniques dans les régions où la secousse a été ressentie, a appris Haiti Press Network.

La secousse a été ressentie particulièrement dans la ville de Petit-Goave située au sud de Port-au-Prince, jetant dans les rues de la ville de nombreuses personnes prises de panique, avons nous appris.

Nous ignorons l’intensité de cette nouvelle réplique qui a touché la région pour la deuxième fois en deux semaines.

La dernière fois, la ville de Petit-Goave voisine avait enregistré une secousse évaluée à 4.3 sur l’échelle de Ritcher selon les sismologues.

L’épicentre du séisme du 12 janvier 2010 qui a ravagé Haïti a été localisé dans la ville de Léogane proche de Petit-Goave et Grand-Goave

Le premier budget Martelly-Conille bientôt soumis aux parlementaires

imageDans les prochains jours le Premier Ministre haïtien, Gary Conille, présentera à la chambre basse le projet de loi de finance 2011-2012. L’annonce a été faite la semaine dernière par le chef d’Etat Michel Martelly.
M. Martelly avait invité les législateurs a enterré la hache de guerre et à s’attaquer aux vrais défis de la nation. Il avait promis un budget prenant en compte l’application du processus de décentralisation.
De nombreux députés sont très remontés contre le gouvernement et réclament l’interpellation du ministre de l’intérieur, Thierry Mayard Paul, pour son rôle dans l’arrestation du député Arnel Bellizaire.
Cependant plusieurs députés se sont dits prêts à analyser le projet de budget 2011 -2012. Le député de Desdunes, Levaillant Louis Jeune, opposant farouche au président Martelly, avait laissé entendre que les députés sont disposés à faire leur travail en cas de convocation à l’extraordinaire de la chambre basse. Le président Martelly devrait convoquer les députés qui sont en vacances jusqu’au deuxième lundi de janvier 2012.
Le Premier Ministre devrait proposer une augmentation de 20 % du budget de l’exercice 2009- 2010 en vigueur actuellement. Les ressources nationales devraient avoisiner les 40 milliards de gourdes annuels selon les prévisions des experts du bureau du Premier Ministre. Dans le budget actuel les recettes nationales ne dépassent guère les 34 milliards de gourdes.
Dans le budget l’apport de la communauté internationale devrait être supérieur à 60%. Dans sa déclaration de politique générale le Premier Ministre avait prévu de mobiliser des ressources de l’ordre de 600 milliards de gourdes pour la période 2011-2015.
Plusieurs législateurs, dont Steven Benoît, espèrent que les allocations du budget reflèteront les 4 priorités du chef d’état, que sont l’éducation, l’état de droit, l’environnement, l’énergie et la création d’emplois.
LLM / radio Métropole Haïti

Le gouvernement réalise son programme d’éducation gratuit avec des fonds existants

imageLe ministre de l’éducation, Reginald Paul, a révélé la semaine dernière que les montants collectés par la BRH et la Conatel pour le Fonds National d’éducation (FNE) n’ont pas été utilisés au cours de cette année. Il s’agit d’une information importante puisque le gouvernement a pu subventionner 825 000 enfants uniquement grâce à des fonds existants dans le budget voté il y a deux ans par le Parlement. Ce budget associé au Programme Education Pour Tous (EPT) a permis de réaliser une campagne avec éclat avec des fonds existants.
Des fonds provenant de programmes complémentaires de 12 millions de dollars américains et 510 millions de gourdes du Trésor public ont été utilisés.
Le ministre Paul informe que la demande de la population était supérieure à l’offre de départ. Parmi les enfants bénéficiaires du programme éducation gratuite figurent les 490 000 élèves des écoles nationales. Le gouvernement a annulé les frais annuels de 100 gourdes réclamés par les directions.
Dans le même temps 142 000 enfants non scolarisés ont intégré le système éducatif haïtien. Le gouvernement a accordé des allocations de 90 dollars américains pour chaque élève dans le cadre de ce programme. Par ailleurs le gouvernement a subventionné plus de 120 000 élèves de première année fondamentale dans les départements de l’Artibonite et de l’Ouest.
Le ministre de l’éducation annonce qu’un projet de loi sur l’utilisation des fonds générés par les taxes sur les appels internationaux et les transferts de fonds sera bientôt soumis au Parlement. Plusieurs législateurs et leaders politiques avaient dénoncé la création d’une taxe sans l’approbation du Parlement.
LLM / radio Métropole Haïti

Pour commencer, Daniel Supplice promet le droit de vote‏

27/11/2011 16:34:00 Auteur(e) La Redaction

image

Une carte d’identification nationale pour la diaspora et la possibilité de voter. Tel est l’objectif de Daniel Supplice. Après un mois passé à la tête du ministère des Haïtiens vivant à l’étranger, il se sent plus ou moins en mesure de faire des projections sur le futur. Toutefois, les moyens lui font toujours défaut.
Fini les plaintes! L’état des lieux étant fait, Daniel Supplice se met au travail pour donner des résultats. L’identification de la diaspora haïtienne. Voilà un des plus grands points sur lequel travaille le ministre des Haïtiens vivant à l’étranger. « Comme les Haïtiens qui vivent en Haïti, ceux de l’extérieur auront droit à une carte d’identification nationale délivrée par l’Etat, à travers l’Office national d’identification », a promis le sociologue dans une interview accordée au Nouvelliste.
La carte sera gratuite et sans discrimination, a-t-il poursuivi. Elle permettra aussi à la diaspora haïtienne de voter. Les compatriotes de la République dominicaine sont les plus concernés et sont la cible principale de ce programme, a avancé M. Supplice, qui a donné la garantie que le ministère aura des bureaux partout où il y a des communautés haïtiennes importantes.
Daniel Supplice a fait savoir qu’il va rencontrer les officiels des pays concernés- Etats-Unis et République dominicaine notamment- par son programme, dans le but de lancer une campagne de communication visant à sensibiliser les Haïtiens de la diaspora. « J’ai déjà rencontré l’ambassadeur de la République dominicaine, puisque c’est notre priorité pour le programme », a souligné le ministre.
La finalité de tout cela, c’est de permettre, entre autres, aux Haïtiens de l’extérieur de participer à la vie politique du pays. Le droit et la possibilité de voter. Le vote est le droit dont ils ont besoin, a avancé M. Supplice. Mais d’abord, il faut les identifier, a-t-il dit, tout en reconnaissant que toute la complexité du dossier est là. « Le directeur de l’Office national d’identification (ONI) m’a donné la garantie que la technique et l’équipement pour y arriver existent. Les moyens, nous allons les trouver », a-t-il martelé avec assurance.
Dès le début de l’année prochaine, Daniel Supplice se promet de débuter avec l’implantation de deux bureaux pour commercer avec les enregistrements. Un en République dominicaine, l’autre à Miami.
Selon lui, identifier les Haïtiens la diaspora ramène à savoir qui est qui et ce qu’il fait. En réalité, le sociologue veut avoir une idée des ressources humaines du pays à l’étranger. M. Supplice a souligné le fait qu’il doit travailler en partenariat avec différents ministères, notamment les Affaires étrangères, le Tourisme et l’Intérieur.
Avant tout cela, Daniel Supplice et son équipe travaillent sur une réforme administrative interne qui consiste en une nouvelle répartition des directions, ce qui conduira à la proposition d’une loi organique pour le ministère. Cette proposition de loi sera soumise au gouvernement dans moins d’un mois, a affirmé le sociologue.
Daniel supplice a dit qu’il ne s’est jamais plaint d’être nommé à la tête de ce ministère qui a un budget annuel de 54 millions de gourdes. « Je voulais dire à tout monde que c’est un ministère qui a beaucoup de problèmes. J’avais dit que le ministère pourrait être performant s’il a les moyens nécessaires », a-t-il expliqué.
« (…) M. le Président, je sais me battre. J’ai perdu, mais j’ai gagné aussi. Quand vous me donnez un ministère avec un budget de 54 millions de gourdes et 11 véhicules dont un seul marche, il n’y a pas de loi organique, quatre directions mitigées, des services éparpillés contenant des sections qui ne peuvent pas être justifiées, il est évident qu’on a l’impression qu’on me jette quelque part dans un gaguère…. », avait-il déclaré lors de son installation en octobre dernier.

Robenson Geffrard

rgeffrard@lenouvelliste.com

Source: Le Nouvelliste

Haïti – Économie :

Le pouvoir d’achat a reculé de 9.5%, la production de riz -17%

28/11/2011 09:08:45

Haïti - Économie : Le pouvoir d'achat a reculé de 9.5%, la production de riz -17%La Coordination Nationale de Sécurité Alimentaire (CNSA) et le Programme Alimentaire Mondial (PAM) indique dans les résultats d’une enquête d’évaluation de la performance de la campagne de printemps 2011, d’analyse des marchés et de la sécurité alimentaire que « malgré un retard important du démarrage de la campagne de printemps 2011, les précipitations ont été généralement plus abondantes que la normale et une bonne récolte vivrière est attendue. Cependant, dans la plaine agro‐pastorale et irriguée du Nord‐Est, une sécheresse prolongée a sévi de novembre 2010 à août 2011, causant de fortes réductions de production vivrière et des pertes de bétail. Une partie du haut plateau central ainsi que certaines communes du Nord (Port Margot, Bas‐Limbé), Nord‐Ouest (St Louis du Nord, l’île de la Tortue) et de l’Ouest (Arcahaie, Cabaret et Gressier) ont également été touchées par une pluviométrie en dessous de la normale. »
Le rapport spécifie également que « Les prévisions de l’enquête, prenant en compte les campagnes de printemps, d’été et d’automne/hiver, établissent la production vivrière totale de 2011/12 à 607,200 tonnes pour les céréales, 186,300 tonnes pour les légumineuses, 1,465,000 tonnes pour les tubercules et 232,000 tonnes pour la banane plantain. Ceci représente une légère baisse de 7% pour les céréales, 6% pour les tubercules et 9% pour les légumineuses, alors que l’on note une augmentation de 6% pour la banane plantain. Ces comparaisons sont faites par rapport à 2010, l’année de production la plus élevée dans les registres du Ministère de l’Agriculture des Ressources Naturelles et du Développement Rural (MARNDR). »
La production de riz pour cette période « a fortement chuté (‐17%), principalement en raison d’un manque d’approvisionnement d’engrais dans le cadre d’un programme de subventionnement du MARNDR » note le rapport, soulignant qu’il y a un déficit de 170,000 tonnes en équivalent céréales « Les besoins d’importations de céréales, légumineuses et bananes plantain pour la campagne de commercialisation 2011/12 (juillet/juin) sont estimés à 910,000 tonnes en équivalent céréales, dont 740,000 tonnes devraient être importées par voie commerciale. Le déficit non couvert est estimé à 170,000 tonnes. »
« Les marchés sont bien approvisionnés en produits vivriers, cependant les prix restent élevés et supérieurs à ceux de 2010. L’indice des prix à la consommation (IPC) indique que le pouvoir d’achat à reculé de 9.5% en juillet 2011 par rapport à la même période en 2010. »
Les résultats de l’Enquête Nationale sur la Sécurité Alimentaire‐ENSA indiquent que la prévalence de l’insécurité alimentaire reste très élevée et qu’elle représente 45% de la population haïtienne, soit environ 4.7 millions d’individus. Dans ce groupe, on retrouve environ 850,000 personnes, soit 8.2% de la population qui sont en « insécurité alimentaire élevée ». Dans les zones où la production agricole est mauvaise cette année, l’enquête estime qu’environ 230,000 personnes additionnelles tomberont dans l’insécurité alimentaire élevée et nécessiteront une assistance supplémentaire.
PI/ HaïtiLibre

Haïti – Reconstruction :

Accès à la propriété à prix raisonnable

28/11/2011 08:55:44

La Fondation Haïtienne pour le Relèvement et le Développement, « veut construire des communautés » nous a déclaré le Président du Conseil d’administration de la FHRD, M. Joseph Durante, prêtre de la communauté religieuse Scalabrini. « Depuis février 2011, nous avons organisé des rencontres avec une vingtaine de familles en difficulté de logement. Les membres bénéficiaires ont appris à se connaître, à partager des idées, à élaborer des règlements pour une vie harmonieuse en communauté. Ce sont ces discussions qui ont permis d’avoir un plus grand espace à la salle principale et un magasin communautaire dans ce premier village. » Le logement de chaque famille est de 45 m2.
M. Yvon Espérance, trésorier de la FHRD nous a indiqué « nous allons nous inspirer des principes d’une coopérative de logement pour le projet. Lors de la signature du bail, Chaque locataire paiera une part sociale de 500 gourdes et sera choisi selon des critères. Les bénéficiaires seront avant tout, des locataires pendant les dix premières années d’occupation du logement. Ils paieront le coût moyen de loyer « pou youn piès kay » dans la commune soit 8,500 gourdes aux 6 mois. Après dix ans, le bénéficiaire deviendra propriétaire de son logement, du bâti mais non du terrain.
M. Durante et M. Espérance semblent très confiants pour l’avenir et la création d’autres villages. L’accompagnement ne s’arrête pas à la remise des clés aux bénéficiaires nous ont-ils mentionné. Un comité de gestion sera constitué pour l’accompagnement de la communauté dans le village. L’inauguration de ce premier projet de construction de maisons aura lieu le 29 Novembre 2011 à 10h00 am, à Lilavois 58, Croix-des- Bouquets.
En savoir plus sur la FHRD :
La FHRD est une jeune association de 18 mois de la commune de la Croix des Bouquets. Elle souhaite selon ses statuts, développer un esprit de solidarité entre les citoyens et citoyennes de la société civile et les sensibiliser à leur responsabilité sociale face au devenir de leur patrimoine. La FHRD désire s’inscrire dans le processus d’un développement durable par la participation des citoyens, citoyennes à la protection de l’environnement et à l’aménagement du territoire.
S/ HaïtiLibre

Haïti – Santé :

Les aliments des marchés et à l’école, facteurs de risque de contamination

28/11/2011 09:25:26

Haïti - Santé : Les aliments des marchés et à l'école, facteurs de risque de contaminationPrendre ses repas en dehors de chez soi sur les marchés et à l’école constitue le facteur de risque de contamination par le choléra le plus élevé, signale une étude réalisée par Médecins Sans Frontières (MSF) et le Ministère de la santé publique et de la population (MSPP). Le rapport, publié le mois dernier, vise à mettre en lumière les principaux facteurs en jeu dans la transmission du vibrio cholerae dans la ville des Gonaïves à un moment où l’épidémie ne connaissait pas de pic. La ville des Gonaïves, où vivent 230,000 habitants, a été choisie en raison de sa vulnérabilité aux inondations et du manque d’accès à l’eau potable et aux services d’assainissement par les ménages les plus pauvres.
L’étude indique que « la majorité des personnes ayant contractées le choléra se sont alimentées sur les marchés ou à l’école, ce qui conduit à plusieurs hypothèses. La bactérie était déjà présente dans la nourriture et n’a pas été éliminée en raison d’une cuisson inadéquate, la nourriture était contaminée pendant la préparation ou après la cuisson et a ensuite été mal conservée. »
De façon inattendue, l’étude a également montré que « les porcs constituaient un facteur de risque. Bien que la présence du vibrio cholerae dans les selles des animaux, y compris les porcs, a déjà été démontrée, elle n’a jamais été directement associée avec le risque de contracter le choléra. Cette association n’est toujours pas comprise et exige davantage de recherche » indique l’étude qui suggère également la recherche de la présence du Vibrio cholerae dans les aliments prêts à manger et d’enquêter sur les procédures de préparation et d’entreposage des aliments vendus dans les marchés et les écoles.
HL/ HaïtiLibre

Haïti – Social :

La femme, c’est la vie et la jeunesse l’avenir affirme le Président Martelly

28/11/2011 08:24:46

Haïti - Social : La femme, c’est la vie et la jeunesse l’avenir affirme le Président MartellyLe Président Michel Martelly, accompagné, entre autres; de la Première Dame, Sophia Martelly et de Carline Montas, la Secrétaire d’État à la Jeunesse et à l’Action Civique, a assisté vendredi soir au Villate, à Pétion-Ville, à la présentation de la pièce de théâtre intitulée « Pawòl Chouchoun ».
Cette présentation a été réalisée sous le haut patronage de la Présidence au profit de la communauté estudiantine. La présence du Chef de l’État à cette activité socioculturelle, confirme son attachement à contribuer à l’émancipation totale des femmes haïtiennes et son vif intérêt pour la relance des activités socioculturelles dans le pays.
Dans ses propos, le Président Martelly a félicité l’Atelier Théâtre et Eclosion pour l’adaptation et la mise en scène de cette pièce et salué le talent des actrices qui ont offert un superbe spectacle à des centaines d’étudiants haïtiens. Selon le Chef de l’État, cette pièce théâtrale est porteuse de leçons capables  de faire évoluer les consciences et changer les mentalités vers une nouvelle conception de la société fondée sur l’égalité entre l’homme et la femme.
Conscient des problèmes auxquels sont confrontés les étudiants haïtiens, le Président a, par ailleurs, annoncé que le Gouvernement est instruit de prendre des dispositions nécessaires en vue  de réaliser des formations et des stages sur l’entreprenariat en vue de promouvoir l’esprit d’initiative chez les jeunes et les femmes.
« La femme, c’est la vie et la jeunesse, l’avenir. Il nous faut continuer à ouvrir l’accès à l’éducation aux jeunes et aux femmes d’Haïti en vue d’imprimer dans la réalité, le droit pour tous, à chances égales, de se construire un avenir en toute dignité », croit fermement le Président de la République.
HL/ HaïtiLIbre

Haïti – Reconstruction :

Les contingents de Génie de la Minustah sont au travail

28/11/2011 09:48:04

Haïti - Reconstruction : Les contingents de Génie de la Minustah sont au travailDans le cadre des travaux d’ingénierie qu’exécutent régulièrement les différents contingents militaires d’ingénierie, plusieurs travaux sont actuellement en cours.
Le contingent Brésilien BRAENGCOY est actuellement en charge de l’exécution de la réparation de routes et d’installation de systèmes de drainage du Boulevard 15 octobre jusqu’à la route de Frères [achevé 50%]. De la réparation de routes, préparation du site et fourrage de puits à la Croix-des- Bouquets [achevé 100%] et de l’asphaltage de rues dans le cadre du projet de recyclage à Delmas [achevé 15%].
La Compagnie de génie brésilienne a par ailleurs fourni l’appui nécessaire pour démonter les trois cloches de la Cathédrale de Port-au-Prince qui risquaient de tomber à tout moment et qui sont à présent à l’abri.
De son côté, le contingent Coréen ROKENGCOY est actuellement en charge de l’exécution des travaux de réhabilitation de l’école « Life line Christian Mission » à Léogâne [achevé 80%] et de la réhabilitation du pont au-dessus de la rivière Momance à Léogane. [achevé 100%].
Enfin, le contingent Chilien CHIECUENGCOY est actuellement en charge de l’exécution des travaux d’asphaltage de certains tronçons de la route Nationale #1.
HL/ HaïtiLibre

Haïti-Université :

La Faculté des Sciences Humaines a boudé la rencontre avec le président la République

lundi 28 novembre 2011

P-au-P, 28 nov. 2011, [Alterpresse] — Aucun des représentants de la Faculté des Sciences Humaines (FASCH) au Conseil de l’Université d’Etat d’Haïti n’a participé à la rencontre avec le président de la république, Joseph Michel Martelly, le 24 novembre 2011 au palais national.

La rencontre visait essentiellement à lancer le processus de renforcement de l’UEH, selon le chef de l’Etat.

« Le président n’a aucun projet pour l’enseignement supérieur. Cette rencontre éclair ne peut rien accoucher de concret. Ce n’est qu’un show médiatique de plus », estime James Beltis, délégué des étudiants de la FASCH au Conseil.

Une note, publiée le même jour, à l’attention des étudiants de la communauté facultaire explique la position du représentant des étudiants. Cette note souligne les limites voire l’inutilité d’une telle rencontre.

« Techniquement, cette réunion est impossible. Comment pouvoir discuter démocratiquement pendant une heure avec plus de 40 personnes (membres du conseil de l’UEH) ? », s’interroge l’étudiant.

Rappelons que le président de la République avait déjà rencontré le recteur Vernet Henri et le vice-recteur à la recherche Fritz Deshommes, au cours de cette semaine.

Wilson Laleau, ancien vice-recteur aux affaires académiques de l’Université, est, pour sa part, l’actuel ministre du commerce et de l’industrie du gouvernement de Garry Conille.

« C’est une manœuvre habile du président pour bluffer l’université après avoir eu vent de la mobilisation des étudiants et professeurs pour exiger de meilleures conditions de travail », soutient l’étudiant de la FASCH.

« D’ailleurs même le motif de la rencontre n’a pas été notifié au Conseil », continue James Beltis.

Le délégué d’étudiants de l’Ecole Normale Supérieure ainsi que et le doyen de cette établissement, Berard Senatus, n’ont pas pris part, non plus, à cette rencontre.

La Faculté des Sciences Humaines est représentée au Conseil de l’Université par Hancy Pierre (coordonnateur Général), Anselme Rémy (délégué des professeurs) et James Beltis (Délégué des étudiants).

Contacté par AlterPresse, Hancy Pierre n’a pas voulu s’exprimer sur l’initiative de Michel Martelly.

« La faculté vit une ambiance d’insécurité et de persécutions. Je ne me sens pas en pleine jouissance de ma liberté d’expression », se contente-t-il simplement de répondre.

Dans une note de presse du 10 novembre dernier, Hancy Pierre avait critiqué l’attitude des responsables de l’Etat vis-à-vis de l’université.

« Durant les deux dernières années, l’Université d’Etat d’Haïti en général (et la Faculté des Sciences Humaines en particulier) a été victime d’exactions, de violations et de répression de la part des autorités sans avoir de recours », avait-il soutenu. [efd kft gp apr 28/11/2011 08 :55]

Haïti-transport:

350.000 véhicules, 31.000 motos circulent sur les routes d’Haïti

Dimanche, 27 Novembre 2011 19:47 HPN Nouvelles Economie

L’Office d’assurance des véhicules (OAVCT) inaugure ce lundi un nouveau bureau dans la commune de Tabarre. La nouvelle direction fraîchement installée à la tête de cet organisme qui se trouvait à l’étroit à l’Avenue Charles Sumner promet plus de services et plus d’efficacité.

Le nouveau bâtiment devrait permettre à l’OAVCT d’offrir plus de service à une clientèle de plus en plus nombreuse quand on considère le nombre de véhicules circulant sur les routes du pays.

Selon des statistiques obtenues par Haiti Press Network, près de 350.000 véhicules sont enregistrés dans le pays avec un nombre de plus en plus croissant de motos. Le transport à moto a pris ces dernières années une extension considérable à travers le pays. On le constate à Port-au-Prince.

Voici les chifres à retenir concernant le parc automobile en Haïti selon les types de police d’assurance délivrées par l’OAVCT.
198.000 voitures portant la plaque privée sont en circulation contre 100.000 avec la plaque publique.
Près de 42.000 véhicules sont enregistrés dans le secteur transport et plus de 4.000 sont en location pour un peu plus de 1.200 enregistrés sous le label démonstration.
Selon ces statistiques, les "pick-up" sont le type de véhicules les plus répandus en Haïti avec  près de 87.000 enregistrés à l’OAVCT.
Les "tout terrain" viennent en deuxième position avec 84.000 en circulation pour 77.000 voitures.
Les motocyclettes sont plus de 31.000 en circulation dans le pays, selon ces statistiques publiées par l’Unité informatique de l’OAVCT.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :