vendredi 2 décembre 2011

2 Déc

Première journée du Président Martelly à Caracas

02/12/2011 11:49:31

Haïti - Politique : Première journée du Président Martelly à Caracas

Le Président Michel Martelly est arrivé ce jeudi après-midi a Caracas au Vénézuéla, pour participer au Sommet des Chefs d’États et de Gouvernements de la Communauté des États Latino-Américains et Caribéens. Accueilli à l’aéroport Simon Bolivar par l’Ambassadeur haïtien accrédité au Vénézuéla, Lesly David, le Chancelier vénézuélien Nicolás Maduro et le haut État major du Vénézuéla, il a passé en revue le bataillon militaire vénézuélien.
Le Président a remercié une fois de plus le Président Hugo Chavez et son peuple pour leur support au peuple Haïtien après le séisme de janvier 2010 et notamment, place ce voyage dans le contexte du renforcement des relations bilatérales avec le Vénézuéla et un rapprochement plus serré avec les autres pays représentés à ce sommet dans des domaines tels : l’environnement, l’économie, la finance et la politique.
« le but de cette visite est de renforcer cette coopération, renforcer les liens d’amitié parce qu’avant la coopération, avant les échanges il faut insister sur les rapports humains et faire en sorte qu’on puisse encore rapprocher les deux peuples […] je saisis aussi l’opportunité pour remercier, pour tout le support qu’on nous apporté à travers la coopération tripartite, le Venezuela nous aide avec Cuba dans le domaine de la santé, le Venezuela nous aide dans le domaine de l’énergie, donc nous souhaitons que cette visite sera encore une fois, une façon de renforcer nos liens… »
La délégation haïtienne, présidée par Michel Martelly, est composée entre autres des Ministres des Affaires Étrangères, du Commerce, de la Planification, des Secrétaires d’État aux Affaires Étrangères, à l’Énergie, des Sénateurs Wencesclas Lambert et Jocelerme Privert.
Pour sa première journée de travail, le Chef de l’État a rencontré plusieurs entrepreneurs vénézuéliens qui sont attendus sous peu en Haïti pour explorer des pistes d’investissements dans plusieurs domaines.
Ce vendredi, le Chef de l’État haïtien participera au Sommet, avec les 32 autres Chefs d’États et de gouvernements étrangers. Le Président aura une rencontre en privée avec son homologue Hugo Chavez avant de participer à un diner officiel organisé par le Président Vénézuélien. Ce sommet coïncide avec la fête nationale de la République Bolivarienne du Vénézuéla.
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-4378-haiti-politique-le-president-martelly-participera-au-1er-sommet-de-la-celac-au-venezuela.html
HL/ HaïtiLibre

Le Venezuela, partenaire numéro un d’Haïti, selon Michel Martelly

Soulignant avec ou sans arrière-pensées idéologiques que l’aide bilatérale la plus importante le pays la reçoit d’Hugo Chàvez, le Président est arrivé jeudi en Amérique du sud pour sa participation au premier sommet de la CELAC et des rencontres avec son homologue vénézuélien et d’autres dirigeants de la région ; Martelly renvoie dans les cordes les journalistes qui voulaient avoir des informations sur le nombre de personnes faisant partie de sa délégation

Publié le jeudi 1er décembre 2011

Le Président Michel Martelly a qualifié le Venezuela de premier partenaire bilatéral d’Haïti avant d’arriver jeudi après-midi à Caracas où il va participer vendredi et samedi au premier sommet de la communauté des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Amérique latine et de la Caraïbe.

« Je crois que les haïtiens ont fini par savoir que la coopération avec le Venezuela est la coopération numéro un, celle qui offre le plus de dons et d’assistance à Haïti », a confié l’ancien chanteur de Compas au pouvoir depuis six mois, au moment où il quittait Port-au-Prince à la tête d’une délégation officielle.

Il a mis l’accent sur l’importance de son voyage qui devrait lui donner l’occasion de discuter, lors du sommet de la CELAC, du renforcement du programme d’aide énergétique Petrocaribe que le régime d’Hugo Chàvez offre depuis plusieurs années à Haïti et de la coopération tripartite entre Port-au-Prince, La Havane et Caracas.

Invité également aux cérémonies commémoratives du bicentenaire de l’indépendance vénézuélienne, Martelly doit avoir des discussions bilatérales avec son homologue Chàvez ainsi que les Présidents chilien Sebastiàn Piñera, brésilien Dilma Rousseff, colombien Juan Manuel Santos, argentin Cristina Fernàndez de Kirchner, équatorien Rafael Correa et mexicain Felipe Calderòn.

En vue de faciliter les négociations, les présidents des commissions des affaires étrangères et des finances du Sénat, respectivement Wencesclass Lambert et Jocelerme Privert, accompagnent la délégation présidentielle qui comprend le chancelier Laurent Lamothe, mais dont la composition intégrale demeure un mystère pour la presse haïtienne.

Déjà irrité par des demandes d’information répétées sur le coût de ses voyages à bord de jets loués aux Etats-Unis , le chef de l’Etat a pratiquement éconduit une journaliste qui lui demandait avec combien de personnes il allait se déplacer. « Demandez au ministre des affaires étrangères. Je ne suis pas responsable de la gestion des fourchettes et des cuillères », a répondu un tantinet agacé M. Martelly en laissant entendre que les représentants de la presse devaient lui poser des questions beaucoup plus substantielles et s’intéresser de préférence à l’utilisation de l’aide vénézuélienne ainsi qu’au processus de reconstruction de la capitale.

Le mandataire haïtien sera pendant deux jours en compagnie des dirigeants de trente-deux autres pays du sous-continent américain réunis au sein de la CELAC, un organe politique multilatéral créé en 2010 avec la mission de consolider l’intégration régionale.

Avant Caracas, le Président Martelly avait effectué, il y une quinzaine de jours, une visite officielle à Cuba, l’autre représentant de la gauche radicale latinoaméricaine. spp/Radio Kiskeya

Pierre Raymond Dumas ministre de la Culture

02/12/2011

Pierre Raymond Dumas, écrivain journaliste, est choisi pour remplacer Choiseul Henriquez, décédé, comme ministre de la Culture au sein du gouvernement de Garry Conille, a confirmé le sénateur Joseph Lambert. WPC/LM

Haïti : la Banque mondiale verse 255 M $

Par Europe1.fr avec Reuters /Publié le 2 décembre 2011

La Banque mondiale a annoncé jeudi le versement de 255 millions de dollars de dons à Haïti au cours des douze prochains mois pour financer des projets de reconstruction. Parmi les projets approuvés par le conseil des gouverneurs figure une initiative baptisée "Education pour tous", qui doit bénéficier à plus de 100.000 écoliers haïtiens. Un autre projet doit améliorer la capacité de réponse face aux catastrophes naturelles et le réseau de transports. Et un troisième enfin vise à améliorer la productivité du secteur agricole, qui représente un quart du produit intérieur brut et emploie la moitié de la population active.

L’île a été ravagée par un violent séisme le 12 janvier 2010 qui a fait plus de 300.000 morts et des dégâts gigantesques

Oprah Winfrey, Robert de Niro et Wyclef Jean bientôt à Port-au-Prince

imagePlusieurs stars internationales sont attendues à Port-au-Prince durant la période des fêtes de fin d’année. Oprah Winfrey, présentatrice de l’une des talk show les plus populaires aux Etats-Unis sera à Port-au-Prince dans le cadre d’une émission de télévision.
Le ministre haïtien des affaires étrangères, Laurent Lamothe, qui a confirmé la nouvelle sur un media local, assure être en contact avec la star afin d’encourager la projection d’image positive concernant Haïti.
Dans le même temps, une autre star américaine, Robert Deniro, effectuera une tournée de prospection dans le cadre d’un projet de construction d’un hôtel 5 étoiles. M. Lamothe révèle que M. Deniro accompagné de son fils avait effectué ces derniers jours une brève visite à Port-au-Prince. Au cours de son séjour l’acteur américain s’était entretenu avec le président Michel Martelly et le chancelier Laurent Lamothe.
Déjà propriétaire d’un hôtel 5 étoiles à New York, M. Deniro souhaite construire l’hôtel dans la ville du Cap Haïtien.
Par ailleurs, Wyclef Jean, récemment ajouté au Hall of Fame de North Miami (Etats-Unis), sera également en Haïti. M. Jean qui lancera prochainement son propre label a démenti les accusations de corruption relayées par le New York Post.
Dans une interview à Joe Dams de radio Métropole, M. Jean a fait valoir que d’autres medias importants américains dont CNN et Miami Herald ont rejeté ces allégations.
LLM / radio Métropole Haïti

Haïti – Reconstruction :

Premiers projets concrets de la feuille de route du Gouvernement

02/12/2011 08:54:21

Haïti - Reconstruction : Premiers projets concrets de la feuille de route du Gouvernement

Avant son départ pour Caracas au Vénézuela, pour participer au 1er Sommet des Chefs d’État et de Gouvernement de la « Communauté des États Latino-Américains et Caraïbéens » (CELAC) qui se tient aujourd’hui et demain, le Président Michel Martelly, a dévoilé aux journalistes en avant-première, quelques projets du tableau de bord [feuille de route] promis par le Premier Ministre, le Dr. Garry Conille.
«… nous allons commencer à faire des choses au niveau du pays, nous allons commencer a créer des emplois et commencer la reconstruction. Nous avons un tableau de bord ici, qui contient beaucoup de programmes […] entre janvier et mars 2012, à Morne Cabri nous allons commencer à remettre 480 maisons, et 200 maisons à Duvivier, toujours dans cette même période nous allons commencer à rénover le Bicentenaire, un projet de 90 million de gourdes, et cet argent, c’est l’argent de l’État haïtien ; nous allons construire 10 lacs colinéaires pour 175 millions de gourdes (argent de l’État); procéder à la rénovation urbaine de la ville de Marmelade, 50 millions de gourdes (argent de l’État) ainsi que celle de la ville de Grande Rivière du Nord, adoquinage et drainage, 60 millions de gourdes (argent de l’État); rénovation urbaine de la ville d’Ennery, 20 millions de gourdes (argent de l’État) et la rénovation urbaine de la ville de Mirebalais, 150 millions de gourdes du trésor publique. Ça, c’est une page que je lis, la feuille de route en comprend une bonne dizaine. Nous n’allons pas entrer dans tous les détails maintenant, mais je voulais vous dire, que le Premier Ministre m’avait promit ce tableau de bord, pour que nous sachions ce que nous allons faire dans les prochains 3 mois, 6 mois, 1 an qui arrive, j’ai reçu ce document ce matin, donc à mon retour je vais me pencher dessus…«
Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-4201-haiti-politique-le-premier-ministre-va-presenter-des-engagements-precis-a-la-population.html
S/ HaïtiLibre

Haïti/Vers la redynamisation de la diplomatie haïtienne

jeudi 01 décembre 2011 à 19:06

Par Succès Estinvil et Enock Arismat

mlkLa diplomatie haïtienne est désormais orientée vers les affaires, a lancé le chancelier haïtien.

Le ministre des affaires étrangères, Laurent Lamothe, a affirmé que des consignes  ont été passées aux diplomates haïtiens afin de  travailler à la redynamisation de la diplomatie.

Il informe avoir rappelé la grande majorité des ambassadeurs d’Haïti à l’étranger.  Ceux dont les dossiers répondent aux exigences de l’ Exécutif seront invités à regagner leurs postes alors que les autres seront tout simplement remplacés,  a-t-il fait savoir.

Des parlementaires de la 48eme législature avaient beau tenter de convaincre l’ancien président René Préval d’opérer des changements au sein des représentations  diplomatiques du pays à l’étranger mais en vain. Mis à part quelques remplacements, l’ancien chef d’Etat avait préféré gardé à leurs postes ambassadeurs et consuls. L’administration Martelly/Conille, dans son élan d’apporter un nouveau souffle à la diplomatie, a décidé de rappeler la grande Majorité des ambassadeurs d’Haïti. Ceux qui méritent de regagner leurs fonctions le seront alors que les autres seront tout simplement remplacés, fait savoir le chancelier haïtien Laurent Lamothe.

Si la diplomatie haïtienne a été, depuis quelques temps, très peu active, il ne faut pas imputer la faute aux ambassadeurs et Consuls, reconnait Laurent Lamothe qui évoque l’absence de directives. Avec l’actuelle équipe, ce sera tout le contraire. La diplomatie est orientée vers les affaires, indique le chancelier haïtien.

Le ministre des affaires étrangères affirment avoir passé des consignes claires aux attachés commerciaux. Ils doivent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour attirer des investissements étrangers dans le pays particulièrement dans les domaines touristique, agricole et du textile, indique Laurent Lamothe.

Les difficultés liées à la livraison rapide d’un passeport devraient être, sous peu, un lointain souvenir pour les haïtiens de la diaspora, annonce le ministre Lamothe. Des dispositions seront prises en ce sens, dit-il.

Mais quel est le profile d’ambassadeur et de consul, recherché par le gouvernement pour faire atterrir sa vision de la diplomatie ?

Il faut dire que le gouvernement prévoit d’établir des relations diplomatiques avec des pays stratégiques. Il entreprend actuellement des démarches auprès de l’Union Africaine en vue de permettre à Haïti d’intégrer  l’organisation, ne serait-ce qu’à titre d’observateur. Une représentation diplomatique, sera ouverte, sous peu, dans la capitale de l’Ethiopie,  Adis Abeba, ou se trouve le siège de l’UA,  informe le chancelier haïtien.

Laurent Lamothe met en place une diplomatie d’affaires

imageL’homme d’affaires haïtien Laurent Lamothe est un chancelier atypique mais désireux de provoquer une résurrection de la diplomatie haïtienne. Une diplomatie de représentation qui n’a été d’aucune utilité à la population n’a plus sa raison d’être, explique M. Lamothe.
Le chef d’Etat et le chancelier ont déjà mis en chantier leur projet de modernisation de la diplomatie. La majorité des ambassadeurs ont été rappelé par M. Lamothe qui se propose de réévaluer leur situation. Certains d’entre eux seront affectés à d’autres représentations diplomatiques alors que les autres formeront la commission des anciens ambassadeurs. Interrogé sur le profil d’ambassadeur qu’il désire M. Lamothe a mis l’accent sur une bonne connaissance des relations internationales et du secteur des affaires.
Lors de la prochaine rentrée parlementaire en janvier 2012, le chancelier devra soumettre au Sénat les noms des personnalités désignées. Cette fois ci il ne sera pas question de représentation mais de promotion d’Haïti, insiste M. Lamothe.
Le rôle premier d’un ambassadeur sera de décrocher des investissements pour Haïti. Les critères d’évaluation de M. Lamothe sont en ce sens très clairs. Il estime qu’un ambassadeur à Paris qui ne parvient à faire investir aucune des 32 plus importantes entreprises françaises ne peut être qualifié de performant.
Le rôle des attachés commerciaux sera renforcé. Ils seront des représentants directs de la commission présidentielle pour l’économie et du Centre de Facilitation des Investissements (CFI). Pour remplacer la diplomatie de représentation sans directives, M. Lamothe prône une diplomatie moderne avec un bon leadership.
La diplomatie doit contribuer à la croissance économique, martèle M. Lamothe qui veut renforcer les relations diplomatiques avec des pays stratégiques. Dans ce contexte il se propose de renforcer les relations avec la Corée du Sud qui compte déjà trois importantes entreprises en Haïti
LLM / radio Métropole Haïti

Haïti – Agriculture :

La CIRH alloue 17 millions de dollars pour la production laitère

02/12/2011 10:58:21

Haïti - Agriculture : La CIRH alloue 17 millions de dollars pour la production laitèreMercredi, l’agronome Hébert Docteur, Ministère de l’Agriculture des Ressources Naturelles et du Développement Rural (MARNDR) a dévoilé un programme de 17 millions de dollars, visant à augmenter la production laitière dans le pays.
Haïti compte aujourd’hui un cheptel de 500,000 vaches à travers tout le pays et 15 laiteries dans 13 communes. D’ici la fin de l’année, le pays en comptera une trentaine. «…nous allons construire plus de laiteries, il y en a déjà 15 qui fonctionnent dans le pays, il y en aura 30, 40, 50 […] si nous nous mettons ensemble avec la FAO, et que nous améliorions nos technologies, nous permettons aux entreprises, aux laiteries d’être rentables, les laiteries pourront entrer en compétition avec les autres produits qui viennent sur le marché […] »
Ce projet d’une durée de trois ans est conçu pour soutenir le développement d’un secteur agricole plus sophistiqué et a pour objectif de créer 30 installations laitières (six d’entre elles se spécialiseront dans la production du fromage), administrées par des coopérations de fermiers d’ici 2012. De plus, ce projet fournira du lait et du fromage pour des programmes de cantines scolaires.
Les objectifs spécifiques incluent :

6000 fermiers/laitiers formés sur les techniques améliorées de production de lait;

Trente coopératives de production de lait renforcées, légalisées et mieux équipées en terme de technologie;

180 membres des communautés locales seront embauchés pour travailler dans ces fermes;

180 membres des communautés locales seront formés sur les techniques améliorées de production de lait et 30 autres personnes seront formées sur les techniques de gestion;

100,000 écoliers recevront trois bouteilles de 295ml de lait par semaine pendant trois années scolaires.

La date de lancement du projet, prévue initialement en février 2011 a été retardé, suite a un changement de partenaire, la Banque Interaméricaine de Développement (BID) s’étant désengagé au profit de la FAO qui apportera son assistance technique au MARNDR.
TB/ HaïtiLibre

Les ravisseurs ne chôment pas

02/12/2011 13:42:00 Auteur(e) La Redaction

image

Ces derniers jours, des cas d’assassinat et de kidnapping ne cessent de se répéter dans la capitale haïtienne. Au beau milieu de la semaine dernière, des bandits armés ont enlevé, à Pétion-Ville, un jeune employé d’une maison de transfert d’argent. Selon des informations fournies par la victime, deux femmes kidnappées, détenues dans la même pièce que lui, ont été tuées par les ravisseurs.

Un jeune proche d’un collaborateur du journal, kidnappé à Pétion-Ville jeudi dernier par des individus armés, s’est échappé de justesse. La victime a été enlevée au moment où il tentait de se rendre au journal pour rencontrer un proche. Selon le jeune homme, les bandits l’ont drogué en lui injectant une substance inconnue quand il avait soif. Diabétique et cardiaque, les malfrats lui avaient offert de l’urine comme boisson alors que son taux de glycérine baissait. Sans pitié pour lui, les ravisseurs lui ont brûlé avec un bâton électrique les différentes parties de son corps lors des négociations avec ses proches.
« J’étais étonné quand une voiture de marque Prado aux vitres tentées a ralenti devant moi à la rue Magny, tout près du pont inauguré à la fin d’octobre dernier, et que trois hommes armés m’ont intimé l’ordre de monter à bord du véhicule, et sont partis avec moi. J’ai pu m’échapper de ma cachette, profitant du fait que mes ravisseurs me transportaient d’un lieu de détention à un autre. A ma sortie, j’étais encore plus étonné de me retrouver dans les environs de Petit-Goâve. J’ai dû prendre la route le torse et les pieds nus; malgré mes gestes désespérés à l’approche d’un quelconque véhicule, personne ne m’a secouru. Sans doute, ces conducteurs-là me prenaient pour un fou. Ce n’est qu’au sous-commissariat de Gressier que j’ai finalement fait rapport de ma mésaventure », explique-t-il, toujours sous le choc.
Un conducteur, poursuit-il, qui n’avait pas répondu à son appel désespéré et qu’il rencontra au sous-commissariat, avouera qu’il l’avait pris pour un fou. Sur ce, une patrouille s’ébranla en direction de son lieu de détention où elle procéda à l’interpellation de deux des ravisseurs. La victime avoue maintenant que les traces psychologiques de sa détention sont profondes. Stress, angoisse, hallucination, insomnie, enfin tout le lot d’une personne traumatisée. Malgré tout, les ravisseurs n’en démordent pas; ils continuent de harceler la famille au téléphone, promettant un sort funeste à la victime. La frayeur de la famille n’est même pas dissimulée.
La police, bien avant d’intervenir dans la cachette, devait découvrir les corps des deux dames assassinées. Par ailleurs, la famille prend très au sérieux les menaces de mort qui ne cessent d’être proférées à l’endroit de ce jeune homme. Selon lui, ces gens sont très bien organisés dans leurs entreprises criminelles (véhicules tout-terrain, informatique, appareils de transmission, instruments de torture et substances hallucinogènes).

La vague d’insécurité ne s’arrête pas là. Vendredi soir, Desly Romélus, 12 ans, fils d’une commerçante résident à Torcel, kidnappé, a été retrouvé mort à Cité-Soleil. Les ravisseurs, qui avaient exigé 150 000 gourdes des proches de l’enfant, ont reçu la rançon avant de l’exécuter. Fourré dans une laine blanche et étouffé, le corps de la victime, kidnappée par des inconnus, a été retrouvé à quelques mètres du sous-commissariat de ce bidonville. Atterrée par cette triste nouvelle, Roseline Dieudonné, la mère de l’enfant, est affolée lorsqu’elle reçoit ceux qui accourent pour la consoler.
En cette fin d’année, la résurgence de ces actes de criminalité commence à inquiéter les citoyens haïtiens qui croyaient avoir tourné définitivement la page de l’insécurité. Au cours de cette semaine, les riverains de Cité-Soleil ont lancé un appel pressant à la police nationale afin de renforcer sa présence dans la zone. Samedi soir, un jeune homme nommé Massillon, a été tué de sept balles, un autre a été blessé aux fesses et quatre autres poignardés et agressés. Le cadavre de la victime a été retrouvé dans le quartier de Simonds/Pelé, tandis qu’un jeune commerçant, réputé pour sa générosité débordante, a été assassiné sans pitié en sortant de chez lui dimanche matin. Un entrepreneur, propriétaire d’une boutique, a été molesté et dévalisé. Un employé du Sénat de la République a échappé de justesse à une tentative de rançonnement des bandits il y a environ une semaine.
Par ailleurs, le policier LesLy Jean-Pierre, 35 ans, Agent II, membre de la 14e promotion de la PNH, a été abattu par balle à Cité-Soleil, dans la nuit du mercredi 30 novembre au jeudi 1er decembre 2011, a affirmé le porte-parole adjoint de la PNH, Gary Desrosiers. En civil, le policier était au volant de sa voiture quand il a été attaqué à l’endroit dénommé « Kafou Lanmò » sis à Cité-Soleil. Lesly Jean-Pierre était affecté au commissariat de police de Croix-des-Bouquets. Ce nouveau crime porte à 28 le nombre des policiers tués depuis janvier 2011 dans la région métropolitaine de Port-au-Prince.
Face à ces crimes crapuleux, un responsable de la police ayant requis l’anonymat a indiqué que les forces de l’ordre font de leur mieux pour maintenir un climat de sécurité et de paix dans la zone, même si certains des juges de paix du tribunal de cette commune facilitent à certains bandits de recouvrer leur liberté quelque temps après leur arrestation contre argent. « Nous savons que certains bandits peuvent mener des opérations dans la communauté, mais notre mission est de protéger et servir la population», a martelé ce policier.

Amos Cincir
mcincir@lenouvelliste.com

Source: Le Nouvelliste

Haïti – Sécurité :

Levée de l’embargo contre Haïti…

02/12/2011 09:40:42

Haïti - Sécurité : Levée de l’embargo contre Haïti...

Le sous secrétaire d’État, William Brownfield, en visite à Port-au-Prince, a annoncé jeudi, que le Gouvernement américain était ouvert à la levée de l’embargo sur la vente d’armes en Haïti [imposées en 1993 lors du coup d’État militaire contre l’ancien Président Jean Bertrand Aristide] « L’Amérique est maintenant ouverte pour fournir des armes à la Police Nationale d’Haïti [PNH) » a déclaré Brownfield, lors d’une conférence de presse conjointe avec Mario Andrésol, le Directeur Général de la police. « Ce sera dans les conditions convenues par les deux gouvernements » ajoutant qu’un « dialogue avec le gouvernement d’Haïti » avait été initié à ce sujet.
Comme première étape à la levée de cet embargo, les États-Unis s’attendent à l’établissement d’une force de police haïtienne, professionnelle et bien préparée. À ce sujet, le secrétaire d’Etat américain a déclaré avoir constater « beaucoup de progrès » dans la force de police haïtienne qui comprend maintenant des « agents très professionnels. »
Mario Andrésol a présenté un plan quinquennal pour le développement de la PNH, dont les effectifs devraient passer de 10,000 à 16,000 agents d’ici 2016 « Le renforcement de la police est un point essentiel et nous attendons beaucoup de nos partenaires, en particulier les Etats-Unis » ajoutant que l’augmentation de cette force de police permettra, entre autre, de mieux combattre le trafic de stupéfiant qui a augmenté depuis janvier 2010 expliquant qu’il envisageait d’augmenter progressivement de 200 à 300 le nombre d’agents du Bureau de Lutte Contre le Trafic des Stupéfiants (BLTS).
S/ HaïtiLibre

Levée de bouclier dans les milieux éducatifs contre la dépravation et la délinquance juvénile

Recommandations pour une lutte plus systématique en faveur du retour à la « moralité »

Publié le vendredi 2 décembre 2011

Le président de l’Association nationale des écoles privées d’Haïti (ADEPH), Claude Henry Albert, a jugé jeudi tardive la décision du Ministère de l’éducation nationale et de la police de mettre fin au programme « After School » organisé depuis quelque temps notamment à Port-au-Prince, au cours duquel la gente scolaire se livre généralement à des activités licencieuses allant de la consommation de la pratique de danses indécentes à la consommation d’alcool et de stupéfiants.

Dans une interview accordée à Radio Kiskeya, M. Albert a formé le vœu que cette disposition aide à résoudre le problème de la délinquance scolaire et juvénile en général. Il suggère en ce sens que le contrôle soit renforcé sur la fréquentation des « Night club » ouverts en plein jour, au moment où les écoles fonctionnent.

Claude Henry Albert veut par ailleurs croire que l’action des autorités dans ce domaine ne constitue pas un simple « show » médiatique, mais qu’elle va se poursuivre afin que des résultats tangibles soient obtenus dans la lutte contre la délinquance juvénile.

Le coordonnateur du Corps national des éducateurs haïtiens (CONEH), Paul Saint-Preux, salue également la décision des autorités et les encourage à exercer un contrôle plus strict sur les maisons de jeux et les boites de nuit. Il stigmatise la décision des parents et souhaite que ces derniers ainsi que les directeurs d’écoles s’allient dans la lutte pour le rétablissement des bonnes mœurs dans les milieux scolaires.

Intervenant dans le débat, le secrétaire général de l’Union des parents d’élèves progressistes haïtiens (UPEPH), Léo Litholu, a dénoncé le fait qu’une élève de 17 ans qu’il n’a pas identifiée, a donné naissance à un enfant récemment à Port-au-Prince.

Il a appelé les autorités à prendre des dispositions afin de mettre un terme à la vente libre, dans les rues, et à la circulation dans les établissements scolaires, de vidéos pornographiques.

M. Litholu a enfin exhorté les responsables de chaines locales de télévision à revoir leur programmation de téléromans très prisés par les jeunes à des heures où ils devraient plutôt se livrer à des activités scolaires.

La police avait procédé le vendredi 25 novembre dernier, à l’interpellation d’un groupe d’écoliers dans un club de danse du centre ville de Port-au-Prince où, selon différents témoignages, des jeunes ont l’habitude de se livrer à des activités peu recommandables. [jmd/Radio Kiskeya]

La Solidarité des femmes haïtiennes salue l’intervention de la police contre la débauche de mineurs

P-au-P, 2 déc. 2011 [AlterPresse] — L’intervention de la police dans le Club « Anti-Stress » à Port-au-Prince qui a conduit à l’arrestation la semaine dernière de son propriétaire, Stanley Matteis, ainsi que plusieurs mineurs, est saluée par la Solidarité des Femmes haïtiennes (sigle créole, SOFA).

Les écolières et écoliers interpellés sont âgés entre 14 à 18 ans. Ces mineurs portaient encore l’uniforme de leur école et certains ont été surpris en train de fumer de la drogue.

La SOFA réclame des autorités judiciaires de sévir contre le propriétaire du club Stanley Matteis pour détournement de mineurs conformément à l’article 261 de la Constitution de 1987 en vigueur.

De plus, selon la Convention internationale des droits aux enfants, il est formellement indiqué aux autorités de l’Etat de prendre les dispositions adéquates contre ce phénomène, semble t-il, grandissant actuellement en Haiti.

Par ailleurs, la SOFA exige que les autorités prennent des dispositions dans le plus bref délai afin de contrôler la distribution des produits alcoolisés et de lutter contre le trafic et la consommation de stupéfiants dans la perspective de mieux protéger les mineurs et les jeunes.

L’organisation encourage les responsables des écoles publiques et non publiques ainsi que le ministère de l’éducation nationale de créer des espaces permettant aux mineurs de se récréer sainement. [jep kft gp apr 2/12/11 9 :55]

La police surprend des écoliers dans un casino, aux heures de classe

02/12/2011 12:59:00 Auteur(e) La Redaction

Une nouvelle intervention réalisée jeudi à Carrefour après l’interruption, le week-end dernier, du programme « After School » au Stanley Club, une affaire ayant suscité une vague de réactions dont celle du propriétaire de l’établissement qui dénonce une campagne mensongère contre sa personne et sa profession ; la police bientôt dotée d’une brigade des moeurs

La police a brièvement interpellé jeudi une quinzaine d’écoliers, lors d’une nouvelle opération contre la délinquance juvénile menée dans une entreprise de jeux de hasard sur la route de Carrefour (banlieue sud de Port-au-Prince).

Cette problématique soulève des inquiétudes dans différents milieux depuis une descente la semaine dernière dans un club de danse où le programme festif au contenu très licencieux baptisé « After School » battait son plein.

En uniforme, ce deuxième groupe de collégiens a été surpris aux heures de cours en train de manipuler dans une salle du casino des consoles de jeux électroniques qui, pour fonctionner, doivent être alimentées en pièces de monnaie.

Les autorités policières devaient relâcher dans la journée ces adolescents au bord de la déviance ou en panne de motivation pour leurs activités académiques.

Alerté au moment de l’interpellation, le maire de Carrefour, Yvon Jérôme, a lancé une sévère mise en garde aux parents démissionnaires qui laissent leurs enfants livrés à eux-mêmes. Il déclare à qui veut l’entendre que la police et la mairie sont déterminées à mettre au pas tous les écoliers qui seront retrouvés dans les rues de la commune aux heures de cours.

Jeudi, dans un communiqué, Stanley Matthéus, propriétaire du Stanley Club au cœur de l’actualité ces derniers jours, a catégoriquement rejeté les allégations de la police faisant état d’écoliers qui participaient dans son établissement à de graves scènes de débauche impliquant du strip-tease et de la consommation de drogue.

L’intéressé assimile ces accusations à une campagne de dénigrement qui viserait à le « détruire ».

Une vingtaine de jeunes gens, en majorité des mineurs, avaient été conduits au sous-commissariat de police du Canapé-Vert pour être remis à leurs parents parce qu’ils se livraient, de l’avis des forces de l’ordrem, à des activités obscènes et illicites.

Soulagés en apprenant cette intervention, le ministère de l’éducation nationale, des directeurs d’écoles publiques et privées, l’Union des parents d’élèves progressistes haïtiens (UPEPH), la Commission nationale de lutte contre la drogue (CONALD) et l’organisation féministe Solidarité Fanm Ayisyèn (SOFA) ont notamment exprimé leurs préoccupations devant ce cas troublant. Mettant en avant la loi et la morale publique, ils soulignent la nécessité d’un contrôle strict des « After School » et autres programmes similaires très en vogue dans les établissements scolaires et propices à la dépravation accélérée de la jeunesse.

Le porte-parole adjoint de la Police Nationale, Gary Desrosier, a annoncé la création prochaine d’une brigade des mœurs au sein de la PNH. spp/Radio Kiskeya

Grave accident a Léogane

02/12/2011 19:50:00 Auteur(e) La Redaction

Au moins huit personnes sont mortes carbonisées et une vingtaine d’autres grièvement blessées ont été transportées d’urgence à l’hôpital suite à un double accident causé vendredi matin à Léogâne (35 km au sud de Port-au-Prince) par une collision entre deux véhicules et la rupture d’un câble de haute tension.

Selon le Député de la circonscription, Danton Léger, interrogé par Radio Kiskeya, la tragédie s’est produite à Carrefour Darbone, à quelques kilomètres de la Cité Anacona.

Le fil électrique a été sectionné après qu’un autobus de la compagnie de transport public Service Plus, bondé de passagers, a percuté un camion à benne basculante transportant des matériaux de construction pour le compte de CHF/USAID.

Plusieurs survivants se trouvaient dans un état critique sous les véhicules parmi des corps inertes.

Attribuant cette catastrophe à l’irresponsabilité de l’Etat, M. Léger souligne que des ambulances s’employaient à transporter les victimes à l’hôpital.

Le maire de Léogâne, Santos Alexis, a confirmé ces informations. Mais, il tenait à avoir le bilan exact de la tragédie avant de s’exprimer dans la presse.

Haïti, toujours privée d’une police routière, connaît fréquemment de graves accidents de la route tandis que des lignes à haute tension tombées en pleine rue ont causé divers cas d’électrocution ces derniers mois. spp/Radio Kiskeya

Rareté de liquidité de dollars américains dans les banques haïtiennes

02/12/2011 14:01:00 Auteur(e) La Redaction

image

Une rareté de liquidité de dollars américains est constatée depuis quelques jours sur le marché bancaire haïtien. Cette semaine les banques commerciales locales ont décidé de limiter à 500 dollars américains le montant maximum de retrait pour chaque client.
Le sénateur Annacacis dit ne pas comprendre cette rareté et révèle que le président René Préval avait laissé 1 milliards 500 millions de dollars en réserve dans les coffres de la banque centrale, comme fond de garantie pour l’importation. Il invite le gouvernement à utilisé ce fond pour injecter du dollar dans l’économie. EL/LM

Création de la CELAC à Caracas : trois mémoires pour un point de non-retour de « notre Amérique »

02/12/2011 13:22:00 Auteur(e) La Redaction

image

La Communauté des États Latinoaméricains et des Caraïbes (CELAC) fondée les 2 et 3 décembre 2011 á Caracas constituera sans aucun doute l´événement politique majeur de ces dernières années. Cet organisme remplace en effet une OEA (Organisation des États Américains) décrédibilisée par son alignement sur les États-Unis, par un organisme exclusivement latino-américain et politiquement pluraliste. Celui-ci réunira pour la première fois sans les USA ni le Canada, 32 chefs d´État sur un total de 33 pays représentant 550 millions de citoyen(ne)s sur un territoire de plus de 20 millions de kilomètres carrés. D´ores et déjà le président équatorien Rafael Correa a manifesté son souhait de voir se créér au sein de la CELAC une commission des droits de l´homme réservée aux latino-américain(e)s pour substituer une CIDH devenue caisse de résonance de campagnes médiatiques contre les gouvernements progressistes qui se multiplient en Amérique Latine.

Unité contre dépendance : une lutte historique.

Pour mesurer la portée historique de l´événement on peut se référer aux propos tenus par le président de la république bolivarienne du Vénézuéla – puissance invitante et l´une des principales forces d´impulsion du nouvel organisme : “Combien d´années de lutte. C’est un premier pas, ce n´est pas la victoire. Non. Mais c´est un premier pas. Parce que c´est en 1820 qu´a commencé la lutte dans ce continent. Aprés 300 ans de conquête, de domination, de génocide de la part des empires européens, a surgi la menace de l’empire naissant. Et Bolívar l’a prévu, l’a pressenti, l´a vu. L’a affronté. Bolívar proposa l’unité dès le Congrès Amphictionique de Panamá. Mais finalement s´est imposé le monroïsme : l’Amérique pour les américains. Et on a cru enterrer le boliviarianisme”.

L’ importance politique de la CELAC – même avant sa naissance – est liée à la caducité de l’OEA et à son épais dossier d´interventions contre des pays qui empruntaient diverses voies transformatrices sur le continent. L’ « Organisation des États Américains » restera tristement célèbre pour l´aval qu´elle a donné á des invasions, des coups d´État, voire des magnicides. De l’intervention étasunienne en République Dominicaine (1965) au coup d´État contre le président Zelaya au Honduras (2009), on peut lire l´histoire de l´OEA comme celle d´un « instrument de l`impérialisme » (dixit le politilogue argentin Atilio Borón). L’apogée de la dépendance de l´OEA vis-à-vis de Washington fut sans doute l´expulsion de Cuba en 1962 au motif du danger que représentait “ l´offensive subversive de gouvernements communistes, de ses agents, et des organisations contrôlées par eux” (sic). C`est sur cette base que les gouvernements nord-américains successifs ont appliqué un blocus comercial toujours en vigueur contre Cuba, provoquant des pertes qu´on estime à 975 milliards de dollars.

Le point de “non-retour” de Notre Amérique

En 2005, divers mouvements sociaux et politiques de l’ Argentine et d´ailleurs remplissaient le stade du “mundial de futbol” pour un événement majeur organisé en présense de Hugo Chávez et de Evo Morales : l´enterrement de l´ALCA, traité de libre commerce d´obédience néo-libérale que l’administration Bush avait tenté d´imposer au continent, mais aussi le démarrage paralléle de processus au Vénézuéla, en Bolivie et en Équateur qui ont permis de construire l’ALBA – Alliance Bolivarienne pour les Peuples de Notre Amérique. Ce bloc de pays – également intégré par Cuba et le Nicaragua entre autres- a ensuite fondé le TCP (Traité de Commerce entre les Peuples) pour substituer par la complémentarité et la solidarité, la concurrence entre pays du « libre commerce » des années 90.

La CELAC ne tombe donc pas du ciel mais s´enracine dans une « mémoire longue » – le “bolivarianisme” auquel Chávez se réfère ainsi que la marque laissée par les différents « Libertadores » de l´Amérique Latine, eux-mémes enracinés dans de longs cycles de résistance indigène, afrolatinoaméricaines comme celui d´Haïti, qui fut la première république libre du continent.

Elle prend aussi racine dans une « mémoire moyenne » – la résistance au néolibéralisme, les émeutes anti-FMI à Caracas (1989), etc-. Et dans une “mémoire proche” formée par des processus unitaires entre nations souveraines tels que l`ALBA, un système nourri de coopération sociale et libéré de la logique du profit. D’autres, bien que plus nuancés, comme l´UNASUR, ont déjà permis de résoudre des moments de tension comme la tentative de coup d´État contre Evo Morales en Bolivie (2008).

Alors que dans une Europe amnésiée par les grands médias, on a vu des "intellectuels" de gauche se convertir à la « guerre humanitaire » et défendre peu ou prou une guerre meurtrière en Libye, il est bon de citer la présidente argentine Cristina Fernandez « Quand je vois les pays dits civilisés régler leurs affaires à coups de bombes, je me sens fière d´être sud-américaine ».

Juan Manuel Karg, Licencié en Sciences Politiques, UBA

Traduit et adapté pour le français par Thierry Deronne pour La revolución Vive

Site officiel de la CELAC : http://www.celac.gob.ve/ (avec lien de la transmission spéciale par Internet de la réunion des 33 pays à Caracas les 2 et 3 décembre 2011)

Réunion de prière à Bélot, à l’initiative de Gérald Rouzier

01/12/2011 21:25:00 Auteur(e) La Redaction

image

Quand la crise provoquée par l’arrestation du député Arnel Bélizaire hantait le sommeil du chef de l’État, certains de ses proches amis, surtout Daniel
Gérald Rouzier, dont la candidature au poste de Premier ministre avait été rejetée par le Parlement, a conseillé à Michel Martelly de chercher la solution du problème
dans la prière. Aussi M. Rouzier a-t-il pris l’initiative d’organiser une réunion de prière afin d’aider le président à solliciter l’inspiration du Très-Haut. Plus d’une centaine de personnes, toutes tendances religieuses et toutes classes sociales confondues ont été invitées.
Une résidence privée à Bélot,localité située dans les hauteurs de Furcy, qui appartient à des parents de Gérald Rouzier, a été choisie pour tenir la réunion. On apprend que cette occasion a été marquée par un événement qui avait donné la frousse à plus d’un. Car c’était le jour où le président Martelly avait convoqué le Premier ministre ainsi que le ministre de l’Intérieur, de la Défense nationale et des Collectivités territoriales et celui des Affaires étrangères à le rejoindre. Les trois hommes, Garry Conille, Thierry Mayard-Paul et Laurent Lamothe, qui participaient à une retraite des ministres et des fonctionnaires publics à Montrouis, s’embarquèrent à bord d’un hélicoptère pour se rendre à Bélot. On se souvient que le pilote était obligé d’effectuer un atterrissage forcé parce que le brouillard rendait son vol périlleux. Le Premier ministre et les deux super-ministres qui l’accompagnaient avaient pu continuer la route en voiture jusqu’à leur destination.
Sur la photo-souvenir de l’événement figurent les invités qui s’y trouvaient encore, car les autres avaient eu le temps de partir. On y trouve, entre autres :
Daniel Gérald Rouzier, le président Michel Martelly, la première dame Sophia Saint-Rémy Martelly,Mireille Mérové Pierre, Ariel Jean-Baptiste, la sénatrice Edmonde Beauzile Supplice et son mari avec son fils, Jocelyne Stark,Eduardo Almeida, Sylvie Bajeux,Charles Henri Baker, le sénateur William Jeanty, Andy Apaid, René Max Auguste Philippe Villedhouin, Gregory Mayard-Paul, Guy Nöel, Léopold Berlanger, etc.

Source: Haiti Observateur

Pour valoriser les atouts économiques du Grand Nord

02/12/2011 12:41:00 Auteur(e) La Redaction

image

Une vingtaine de parlementaires ont procédé, le dimanche 27 novembre 2011, au Cap-Haïtien, au lancement du « Forum socioéconomique du Nord et du Nord-Est ». Cette initiative, selon les responsables, vise à promouvoir la décentralisation et les investissements sociaux et économiques dans ces départements au bénéfice des populations.

Quelques heures avant la pose de la première pierre de la construction du parc industriel du Nord à Caracol, les parlementaires du Nord et du Nord-Est, réunis au Cap-Haïtien, le dimanche 27 novembre 2011, ont lancé officiellement le « Forum socioéconomique des élu(e)s du Nord et du Nord-Est ». Des parlementaires du Nord-Ouest et du Centre ont également participé à cette rencontre qui s’est déroulée en présence du nouveau cartel municipal du Cap-Haïtien, du délégué départemental et du président de la Chambre de commerce et des professions du Nord.
A en croire le sénateur Kelly C. Bastien, joint au téléphone mardi soir, ce sera un forum socioéconomique des élus du Grand Nord. L’objectif, dit-il, est de promouvoir les atouts économiques de la région. « Ce regroupement parlementaire promet de valoriser les atouts économiques en vue de la lutte contre la pauvreté, la création d’emplois, l’équité du genre en matière d’opportunités », expliquent les signataires du document, 23 au total, dont six sénateurs et 17 députés pour les deux départements.
Selon les parlementaires, ce document est un espace de réflexion et d’action « non partisan » ayant pour objectif de promouvoir, d’une part, la décentralisation, et, d’autre part, les investissements sociaux et économiques dans les départements au bénéfice des populations.
Pour atteindre les objectifs fixés, le sénateur du Nord compte, entre autres, développer un partenariat avec le secteur privé, se solidariser avec les élus et supporter les budgets qui seront alloués à ces départements. Le parc industriel du Nord, l’université publique du Nord, la construction des aéroports sont, entre autres, des projets qui, selon Kelly Bastien, auxquels on accordera une attention spéciale.
« Nous allons faire également la promotion touristique dans la région. Par exemple, nous allons nous organiser pour qu’une partie de l’argent collecté à Labadie reste au Cap-Haïtien », a indiqué le sénateur.
De son côté, le député du Cap-Haïtien, Kenston Jean-Baptiste, n’a pas manqué de rappeler la portée historique de cette initiative qui vise, selon lui, à prioriser les enjeux et défis de cette région du pays au-delà des frontières des partis politiques.
Pour sa part, tout en saluant le caractère novateur de l’initiative, le président de la Chambre de commerce, d’industrie et des professions du Nord, Malherbe Dorvil, a insisté sur la nécessité de développer une réelle synergie entre les secteurs public et privé de ces deux départements afin, dit-il, d’être dans une meilleure posture de discussion avec les autorités de l’Etat central et les bailleurs de fonds.

Valéry DAUDIER
vdaudier@lenouvelliste.com Source: Le Nouvelliste

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :